Issuu on Google+

ORISHAS : 10 ans déjà ! Le 20 novembre le groupe Orishas fêtait les 10 ans de leur premier album « A lo cubano ». Pour l’occasion le concert était complet depuis plus d’un mois. Vendredi soir devant le bataclan. Une longue queue qui se prolonge au-delà de l’angle de la rue. Ce soir le bataclan est rempli, une foule devant la scène, sur les côtés, en haut et au bar. Tous sont venus vibrer sur les morceaux hip hop teintés de rythme afro-cubain d’Orishas, et ils ne seront pas déçus. Le dj chauffe la salle avec un mix « d’A lo cubano », chanson tirée de l’album éponyme. Puis les artistes font leur entrée sur scène, un par un : Roldan, Ruzzo et Yotuel. C’est parti pour plus d’une heure et demie de show (chaud)! Et de chaleur il en était question. La température est vite montée. Tous les plus grands morceaux du premier album ont été joué dans leur version originale pour le plus grand plaisir du public : « Represent », « Atrevido », « Barrio » ou encore « Mistica ». Moment particulier lors de l’interprétation de « 537 Cuba », chanson qui les a révélés et qui reprend la mélodie de « Chan Chan » de Compay Segundo. Yotuel regarde au ciel et dédicace cette chanson à tous les grand artistes cubains qui nous ont quitté, Compay Segundo bien sûr, Ibrahim Ferrer et Célia Cruz entre autre : « ça c’est dédicace pour tous les gens qui sont là haut ! » Roldan entame de sa belle voix les premières phrases de « Chan Chan » et c’est tout le bataclan qui chante en cœur. Puis Yotuel la dédicace à tous les gens loin de chez eux, nous rappelant que cette chanson est celle d’exilés qui témoignent de l’amour qu’ils portent à leur ile : « Allá lejos / Donde el sol calienta más / Olvidé mí corazón, un arroyo y un palmar / Dejé mí patria querida / Hace más de un año ya / Por más que me lo propongo / Mí

herida no cerrará »*. Le soleil de Cuba a chauffé Paris « A lo cubano » est mis à l’honneur mais le groupe interprète aussi des chansons de leurs autres albums : « Emigrante » (2002), « El kilo » (2005), « Antidiotico » (2007) et « Cosita buena » (2008). Le public aura finalement © V. Nolsten droit à une sorte de rétrospective de Ruzzo, Yotuel et Roldan sur scène. leur carrière : une façon de remercier le mercié Orishas public fidèle et de faire découvrir aux nou- pour ça. Eux aussi ont remercié ce public veaux venus la qualité de leur répertoire. parisien qu’ils adorent et qu’ils viennent Et le public n’a pas boudé son plaisir, voir au moins une fois par an. A la fin du chantant avec le groupe, les applaudissant concert, Yotuel donne rendez vous dans 30 à la fin de chaque morceau. Les artistes ans. Le public gronde. Mais non rassurez ont fini le concert en sueur, le public aussi. vous, ils reviendront sûrement bien avant! Yotuel qui avait fait son entrée sur scène Vendredi soir devant le bataclan. Le public avec un long manteau à fini par le retirer est dehors, encore en sueur. Pause cigaainsi que son nœud papillon, ses bre- rette avant le métro. Des sourires sur les telles… et sa chemise, finissant torse nu visages. Tous ont apprécié le concert et la pour le plus grand bonheur de la gente fé- question qui revient sans cesse c’est « Le minine : « ça c’est vous! C’est à cause de prochain, c’est pour quand ?» vous, si ya pas vous ya rien! » dit Yotuel en montrant sa chemise trempée par la Boussayna Akaiz sueur. C’est qu’ils ne se sont pas économisés sur scène, enchainant sauts et pas de *« Là-bas plus loin / Où le soleil chauffe plus / J'ai danse en el estilo cubano puro! Le public oublié mon cœur, un ruisseau et un palmier. / J'ai en a fait de même : il a été transporté de quitté ma patrie chérie / Ca fait déjà plus d'un an. / Ils ont beau me proposer plus / Ma blessure ne se reParis à Cuba le temps d’une soirée et a re fermera pas. »

After show Le groupe a quitté le bataclan plus tard dans la soirée, par la porte de derrière où étaient réunis leurs amis et famille, ainsi que quelques fans espérant un autographe et une photo. Et malgré la fatigue Ruzzo, Roldan et Yotuel ont pris le temps de poser et d’échanger quelques mots, en espagnol bien sûr, même s’ils comprennent et parlent un peu français (Roldan vivant en France). Eux aussi ils ont aimé le concert, profitant de chaque moment. Un dernier sourire avant d’aller fêter le succès de la soirée et de repartir pour finir la tournée. Chloé, 21 ans « J’ai adoré le concert! Je viens les voir à chaque concert qu’ils font à Paris. Je n’aime pas le rap mais là j’adore et j’adhère ! Ils ont su parfaitement mixé hip hop et musique cubaine traditionnelle. Et sur scène ils font le show ! Pas de super décor et autres prouesses pyrotechniques comme les américains, tout est dans la musique et dans les paroles qui nous parle du vrai Cuba : les joies et les galères. © DR Je l’ai ai regardé dansé et j’ai dansé aussi ! C’est ça Orishas. »


Orishas