Page 1


Université de Bordeaux :

un projet ambitieux Construire une politique scientifique pluridisciplinaire d’excellence à forte visibilité internationale, structurer une offre de formation vaste, cohérente et attractive, animer une vie de campus riche et dynamique pour les étudiants et les personnels. »

3


Š L. Lizet


Une université ouverte, créative, indépendante, exigeante…

L’université de Bordeaux vient d’être créée par décret du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche en date du 3 septembre 2013, publié au journal officiel. Cette nouvelle structure, résultat de la fusion des universités Bordeaux 1, Bordeaux Segalen et Montesquieu - Bordeaux IV, entrera en vigueur le 1er janvier 2014 et deviendra la 3e université française (par le nombre d’étudiants) hors région parisienne. Elle comptera près de 50 000 étudiants et plus de 5 600 personnels.

Cette fusion est l’aboutissement d’une démarche initiée dès 2007 avec la création du pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) de Bordeaux et l’élaboration du projet d’un « nouveau modèle d’université », dont le potentiel a été reconnu dans le cadre des Investissements d’avenir et, avantmême, de l’Opération Campus. La loi sur l’enseignement supérieur et la recherche promulguée le 23 juillet dernier, a permis d’offrir un cadre législatif pour la mise en place d’un mode d’organisation original souhaité par les instances de direction des trois universités, qui allie les exigences de décentralisation et d’efficacité.

La création de l’université de Bordeaux marque la concrétisation d’une ambition commune au service du territoire bordelais et aquitain : une grande université rayonnante à l’international, avec une offre de formation pluridisciplinaire permettant la réussite de tous les étudiants, adossée à une recherche innovante et structurée, ancrée sur un campus vivant et ouvert sur la cité… Le 1er janvier 2014, 573 ans après sa création, l’université de Bordeaux écrit une nouvelle page de son histoire et se positionne désormais aux côtés des grandes universités européennes. Son entrée à la 208e place du classement mondial de Shanghai et au 9e rang des établissements français (4e en région), reflète cette dynamique.

* Jean-Louis Nembrini, inspecteur général de l’Éducation nationale aujourd’hui à la retraite, a été recteur de l’académie de Bordeaux, chancelier des universités d’Aquitaine, de décembre 2009 à l’été 2013. À ce titre, il a accompagné les universités concernées dans leur projet de fusion.

5


Rétrospective Le projet de création de la « nouvelle » université de Bordeaux s’inscrit dans la continuité de la politique du site bordelais engagée dès la fin des années 90. ›› La signature en 2004 de la « charte fondatrice de l’université de Bordeaux » amorce le rapprochement qui se traduit 3 ans plus tard en 2007 par la création du pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) de Bordeaux au sein duquel siègent également les instituts et écoles du site. L’ambition de cet EPCS (Établissement public de coopération scientifique) est, déjà alors, d’accroître la lisibilité et l’attractivité de l’espace de l’enseignement supérieur et de la recherche bordelais au plan national, européen et international, tout en favorisant la réussite et l’insertion professionnelle des étudiants. Très vite les membres fondateurs s’accordent sur leur volonté de créer à Bordeaux un « nouveau modèle

d’université ». ›› Le succès du projet bordelais à l’appel d’offre Opération Campus (475 millions d’euros de dotation alloués par l’État en 2009), renforce la volonté politique d’une partie des membres fondateurs du PRES d’aller plus loin dans les modalités de leur rapprochement. Une volonté qui se traduit très concrètement courant 2010 par la préparation de la réponse bordelaise aux appels à projets des Investissements d’avenir où synergie, croisement des approches et transversalité sont au cœur de tous les projets soumis. ›› Fin 2010, trois des quatre universités bordelaises (Bordeaux 1, Bordeaux Segalen, Bordeaux Montesquieu - Bordeaux IV), ainsi que Sciences Po Bordeaux et l’Institut polytechnique de Bordeaux s’engagent dans un processus de création d’un établissement unique, la « nouvelle université de

Les partenaires engagés dans le projet

››

››

››

››

Bordeaux » en cosignant un « projet stratégique commun ». En 2011, alors que l’université de Bordeaux est lauréate de nombreux programmes des investissements d’avenir (IdEx Bordeaux, labEx, equipEx, IHU, cohorte…) dès la première vague, le chantier de mise en place de la nouvelle université de Bordeaux démarre… et un contrat quadriennal unique est signé avec le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mai 2013, la fusion est définitivement validée par les conseils d’administration des universités Bordeaux 1, Bordeaux Segalen et Montesquieu Bordeaux IV 3 septembre 2013, parution du décret de création de l’université de Bordeaux. 1er janvier 2014, naissance de l’université de Bordeaux.

Les autres établissements d’enseignement supérieur du site bordelais

Trois universités (Bordeaux 1 : sciences et technologie ; Bordeaux Segalen : sciences de l’homme, de la vie et de la santé ; Montesquieu - Bordeaux IV : droit, science politique, économie, gestion, formation des enseignants) ainsi que le pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) sont engagés dans le processus de fusion de la nouvelle université de Bordeaux.

Bien qu’ayant choisi de ne pas s’engager formellement dans le processus de fusion à ce stade du chantier, les 4 établissements membres fondateurs du PRES restent des partenaires de premier plan pour la construction de la nouvelle université de Bordeaux. ›› IPB ›› Sciences Po Bordeaux ›› Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 ›› Bordeaux Sciences Agro

L’IPB (Institut polytechnique de Bordeaux) et Sciences Po Bordeaux, parties prenantes au départ, ont choisi de suspendre leur participation au projet en décembre 2012.

ÌÌ Les EPST

Les opérateurs de la recherche que sont le CNRS, l’Inserm et plus récemment l’Inra se sont engagés dans le chantier de construction de la nouvelle université de Bordeaux, manifestant leur volonté de concevoir un pilotage partagé de la recherche bordelaise.

6


© L. Lizet

Les objectifs de l’université de Bordeaux Une université bien ancrée dans son territoire et rayonnante à l’international, une formation pluridisciplinaire permettant la réussite de tous les étudiants, adossée à une recherche innovante et bien structurée, le tout sur un campus vivant et ouvert sur la cité…

L’équation est complexe mais les objectifs des grandes missions de l’université que sont la formation, la recherche et la vie de campus sont concrets, complémentaires et ambitieux.

Une structuration institutionnelle innovante Une grande université pluridisciplinaire, décentralisée et organisée sur trois niveaux de gouvernance : c’est la vision de la structuration institutionnelle proposée collectivement pour l’université de Bordeaux. C’est la mise en place des structures de niveau intermédiaire - collèges pour la formation, départements scientifiques pour la recherche, conseils de la vie de campus - qui rend cette architecture particulièrement innovante.

7

Il s’agit en effet du modèle de structuration le plus décentralisé existant aujourd’hui en France. L’instauration d’un niveau intermédiaire de structuration institutionnelle est un axe majeur du chantier de la fusion : elle constitue un levier essentiel de la mise en œuvre s’appuyant sur le principe de subsidiarité. Cette forme de gouvernance garantit la collégialité et la démocratie à chacun des trois niveaux et permettra de favoriser l’autonomie en positionnant chaque instance décisionnelle au bon niveau, donc au plus proche des communautés. 


8

Š L.Lizet


l’université de Bordeaux en

+ de 50 000 étudiants dont 5 581 étrangers* et 1  843 doctorants*

chiffres

5 635 personnels*, dont 2 924 enseignants-chercheurs et chercheurs et 2 711 personnels techniques et administratifs

980

personnels hébergés* CNRS, Inserm...

1 école

supérieure du professorat et de l’éducation - ESPÉ

19 unités de formation et 5 instituts :

Institut d’administration des entreprises (IAE), Institut du travail, Institut de santé publique, Institut du thermalisme, Institut des Sciences de la vigne et du vin (ISVV)

3 IUT 8

20 structures fédératives de recherche et plus de 80

écoles doctorales

laboratoires labellisés (CNRS, Inserm, INRA, INRIA, Irstea, Ifremer CEA, …)

545 300 m2 de locaux

550 000 000 € de budget global

*Chiffres cumulés - année 2012-2013 9


10

Š L. Lizet


Une offre de formation cohérente, interdisciplinaire… et internationale Sur l’ensemble de ses domaines de formation, l’université de Bordeaux propose à ses étudiants et futurs étudiants : ›› 11 mentions de licence générale ›› 60 spécialités de licence pro ›› 16 spécialités de DUT ›› plus de 180 spécialités de master ›› 115 diplômes nationaux en santé ›› 1 diplôme national d’œnologue ›› 1 diplôme d’état de psychologie scolaire ›› et plus de 350 autres diplômes (diplômes d’université notamment)

La stratégie de l’université de Bordeaux en matière d’offre de formation s’est construite autour de plusieurs objectifs : ›› Évolution et adaptation de l’offre de formation. ›› Amélioration de la qualité de la pédagogie ›› Développement de l’interdisciplinarité, enjeu principal pour l’université du XXIe siècle. La formation doit s’ouvrir, les savoirs et les cursus se croiser. Un étudiant qui sort de l’université de Bordeaux doit être certes spécialiste dans un domaine, mais le socle de sa formation doit être plus global. ›› Amélioration de l’articulation entre la formation et la recherche pour tous les cursus et à tous les niveaux.

Favoriser la pluridisciplinarité par la mise en place de « collèges » Concrètement, ces objectifs se traduisent par une structuration nouvelle et originale par collège, chaque collège regroupant des champs disciplinaires complémentaires. C’est au sein du collège que seront assurés la gestion des cursus des étudiants et le pilotage opérationnel de l’offre de formation. Dans cette nouvelle organisation, il faut également inclure les IUT regroupés, l’ESPE (École supérieure de professorat et de l’éducation) et l’ISVV (Institut des sciences de la vigne et du vin)

Les collèges Droit science politique économie gestion ›› faculté de droit et science politique ›› faculté d’économie, gestion et AES (administration économique et sociale) ›› IAE (institut d’administration des entreprises) ›› institut du travail

Sciences de la santé ›› sciences médicales ›› sciences pharmaceutiques ›› odontologie ›› maïeutique ›› institut de santé publique ›› institut du thermalisme ›› métiers de la santé (paramédical, instituts de formation en soins infirmiers)

Sciences et technologies ›› chimie ›› physique ›› sciences de l’ingénieur ›› informatique ›› mathématiques ›› sciences de la terre et de l’environnement

›› biologie

11

Sciences de l’homme ›› anthropologie ›› psychologie ›› sciences de l’éducation


12


Une offre de formation plus lisible

Si l’université est un lieu de diffusion du savoir, elle se doit d’être aussi celui du développement des compétences et des aptitudes. L’évolution des pratiques pédagogiques est au cœur des préoccupations de l’université de Bordeaux qui met en place une mission d’appui à la pédagogie et à l’innovation pour répondre à cet enjeu. Cela se traduit par l’amélioration de l’offre de formation et des enseignements, l’évaluation systématique des enseignements, le soutien et la formation des équipes enseignantes en termes de pédagogie, l’innovation en matière d’enseignement, la production de ressources multimédia et enfin la recherche en pédagogie.

Internationalisation des formations

Le nouvel établissement souhaite accentuer fortement l’ouverture à l’international des parcours de formation à travers la mise en place d’enseignements en langue étrangère et de doubles diplômes et diplômes conjoints. Il favorise également la mobilité étudiante en intensifiant les programmes de formation en partenariat international (Erasmus Mundus, Tempus, etc.).

13

© O. Got

© O. Got

© L. Lizet

© Bun Phannara

En parallèle à cette structuration, l’université de Bordeaux porte une attention toute particulière à la valorisation de son offre de formation initiale, continue ou sous statut d’apprentissage à destination des étudiants et futurs étudiants, mais également l’ensemble des acteurs de la formation et de l’orientation ou encore de l’insertion professionnelle : rectorat, Onisep, entreprises… Ainsi, l’affichage en ligne des cursus proposés, leur contenu et les débouchés, sera plus lisible. Ceci pour permettre une meilleure compréhension des parcours et des passerelles, afin d’aider les étudiants à mieux appréhender la construction de leur projet de formation et d’emploi.

Une priorité à la pédagogie et l’innovation


© O. Got

Chercheur étudiant les traces d’hommes préhistoriques datant de 27 000 ans dans la grotte de Cussac (Dordogne)

14


Interdisciplinarité internationalisation et promotion de l’excellence pour la recherche Mettre en place une politique scientifique optimale, cohérente, résolument interdisciplinaire et capable de servir les intérêts de tous, accroître la visibilité à l’international, favoriser l’accueil des chercheurs étrangers, améliorer l’articulation entre la formation et la recherche… telles sont les préoccupations majeures de la nouvelle université de Bordeaux en matière de recherche. Elle sera organisée en trois grands départements scientifiques qui assureront la représentation et la coordination des actions de recherche à l’échelle du nouvel établissement : ›› département sciences et technologies ›› département sciences de la vie et la santé ›› département sciences humaines et sociales

Une position internationale

Campus d’excellence IdEx Bordeaux

L’université de Bordeaux fait son entrée à la 208e place dans le classement mondial de Shanghai, publié le 15 août par l’université Jiao Tong (Chine). Elle se positionne au 9e rang des établissements français parmi les 20 qui apparaissent dans le top 500 de ce classement. Cette entrée a été soulignée par Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, dans son communiqué de presse du 15 août dernier.

L’enseignement supérieur et la recherche sont une priorité du programme des « Investissements d’avenir », pour faire basculer la France dans la société de la connaissance en encourageant la recherche et l’innovation. L’université de Bordeaux et ses partenaires ont répondu présent sur la majorité des volets de ce programme afférent à l’enseignement supérieur et la recherche, et ont promu un projet de développement global ayant pour ambition de se positionner parmi les 5 à 10 pôles pluridisciplinaires d’excellence en Europe.

L’université de Bordeaux se positionne également dans trois des cinq palmarès thématiques du classement de Shanghai 2013 : en « ingénierie et informatique », elle entre directement dans la tranche 51-75, avec l’université Pierre et Marie Curie (Paris 6) ; en « médecine et pharmacie » et en « sciences du vivant et agronomie », elle se classe entre les rangs 151 et 200. Dans les classements par discipline, elle devient la première université française en informatique dont elle intègre le top 100 ; elle apparaît également dans le top 150 en chimie et dans le top 200 en mathématiques.

15

Plus de 26 projets d’investissement spécifique (EquipEx, labEx, infrastructures, IHU, SATT, cohorte, etc.) lauréats de ce programme national seront ainsi portés par la nouvelle université, en collaboration avec ses partenaires. La sélection, en juillet 2011, de « l’Initiative d’Excellence » IdEx de l’université de Bordeaux, dotée d’un fond de 700 M€, permet quant à elle d’accélérer le développement de l’ensemble des dimensions qui font un campus d’excellence : recherche, formation, valorisation et partenariats socio-économiques, vie du campus.


Un projet de développement orienté par les enjeux socio-économiques Forte de l’excellence de sa recherche, de la large couverture de ses champs disciplinaires (sciences et technologies, biologie-santé, sciences humaines et sociales), de son ancrage dans un riche environnement culturel, naturel et économique et de son ouverture internationale, IdEx Bordeaux est mobilisée autour d’une feuille de route qui vise à : ›› éclairer le futur de nos sociétés, en faisant en sorte que les acquis scientifiques et leur diffusion soient plus fortement intégrés dans le monde citoyen ; ›› préparer l’économie de demain, en promouvant l’entrepreneuriat, de nouveaux modes de travail, l’innovation, la formation tout au long de la vie, la créativité et en soutenant la compétitivité des entreprises partenaires ; ›› accompagner une grande agglomération dans une perspective de métropole millionaire ; ›› contribuer au développement économique et démographique de la région Aquitaine et de sa politique transfrontalière (eurorégion, Aquitaine - Euskadi) ; ›› accélérer la transformation de l’université, en plaçant la science au cœur de ses défis et de ses projets.

Un positionnement thématique ciblé sur des excellences reconnues internationalement.

L’initiative d’excellence de l’université de Bordeaux est construite sur l’ensemble des champs disciplinaires : sciences et technologies, biologie-santé, sciences humaines et sociales. Son développement et sa promotion à l’international s’appuie sur 8 clusters thématiques de recherche, de formations et d’innovation, dont 5 correspondent à des laboratoires d’excellence (LabEx) retenus lors de la première vague de sélection au plan national. Associés à 5 équipements d’excellence (EquipEx), une cohorte, un institut hospitalo-universitaire (IHU), ces clusters thématiques sont des déclinaisons opérationnelles des pôles d’excellence identifiés en 2008 dans le cadre de la réflexion sur le nouveau modèle d’université construite sur des activités scientifiques reconnues et visibles au plan international. Ce périmètre associe par ailleurs 4 LabEx en réseau.

16

L’université de Bordeaux contribue également à la structuration de grandes infrastructures thématiques nationales compétitives au plan européen et international, en étant le porteur d’un projet de nanobiotechnologies (VIBBnano), impliquée dans deux importants projets d’infrastructure (FranceBioImaging et France-LifeImaging), un projet de nanobiotechnologies (BIThum) et 4 projets d’instituts Carnot (LISA, ISIFoR, ARTS, ICI). La création d’une société d’accélération du transfert de technologie, Aquitaine Science Transfert, vient compléter le dispositif et répondre aux enjeux d’intensification de l’exploitation des résultats de la recherche.


IdEx 2013 : consolider et accélérer la dynamique La pérennisation des premiers résultats et l’accélération du déploiement des investissements sont les prochaines priorités pour l’année 2013. Une attention toute particulière sera portée à la consolidation des relations avec le monde socio-économique et à la mise en place d’une stratégie d’internationalisation, qui constituent deux piliers de l’ambition du campus d’excellence bordelais.

Plus spécifiquement, les priorités 2013 sont les suivantes : ›› accroître la cohérence entre les projets en cours et les partenariats entre acteurs du site, ›› préparer la participation du campus d’excellence bordelais au prochain programme cadre européen « Horizon 2020 », ›› mettre en place des partenariats stratégiques avec le monde socio-économique et à l’international comme par

17

›› exemple l’organisation d’une

mission de grande envergure au Japon en juin dernier. Cette visite très fructueuse va donner lieu, entre autres, au lancement prochain d’un fonds IdEx dédié à la coopération avec le Japon, à l’organisation d’un séminaire international Bordeaux-Kyoto en 2014 à Bordeaux ainsi qu’à l’ouverture d’un bureau de l’université de Tsukuba à Bordeaux.


18

Š L. Lizet


Une vie universitaire dynamisée

Animation de la vie de campus

© O. Got

Si l’université répond essentiellement aux missions de production et de diffusion du savoir, elle a également pour mission d’animer la vie de campus. C’est en tous cas l’une des priorités de l’université de Bordeaux. L’objectif principal est de créer un esprit de campus, de faire de l’université un lieu où l’on se sent bien, où l’on a envie d’être, où il est possible de s’épanouir personnellement et qui soit fortement ouvert sur la cité. Une direction de la vie universitaire est créée pour répondre à ces objectifs. Elle sera chargée de coordonner et d’impulser les actions en faveur des étudiants et des personnels de l’ensemble des campus, dans les domaines de la santé étudiante, de la culture, du sport, de la vie étudiante et de l’accueil des étudiants à besoins spécifiques, tout en assurant un service de proximité. Le projet de développement des guichets uniques sur différents sites, point d’accès à toutes les informations relatives à la formation et la vie sur le campus mais également d’aide dans les démarches administrative permettra notamment aux nouveaux arrivants de s’intégrer plus facilement à l’université.

19

Un projet immobilier et d’aménagement pour le campus bordelais L’Opération Campus vise à rénover et à redynamiser les campus existants afin de créer de véritables lieux de vie, fédérer les grands campus de demain et accroître leur visibilité internationale. Il s’agit également de répondre aux situations immobilières les plus urgentes dans le cadre d’une réflexion globale permettant l’optimisation du patrimoine foncier et immobilier. La politique immobilière est pensée comme un facteur de l’attractivité des universités envers les étudiants, les enseignants et les chercheurs français et étrangers. L’Opération Campus représente un levier exceptionnel pour la structuration et la dynamique de l’université de Bordeaux. L’ampleur du programme immobilier et d’aménagement fournit une opportunité unique pour repenser l’urbanisation de ses territoires, en lien fort avec le devenir et les enjeux de la métropole bordelaise.


© P. Bensamoun

Réaménagement de la cour de Leyteire, dans le cadre de l’Opération Campus (juillet 2012).

L’université de Bordeaux construit un nouveau campus, en phase avec ses ambitions, grâce à l’implication de tous ses membres et de tous ses partenaires, au premier rang desquels la région Aquitaine et la Caisse des dépôts, réunies au sein de la Société de réalisation immobilière et d’aménagement (SRIA), la Communauté urbaine de Bordeaux et les communes de Bordeaux, Talence, Pessac et Gradignan. Un schéma directeur immobilier et d’aménagement a été adopté en septembre 2010. Il a vocation à articuler l’ensemble des opérations sur les sites du campus bordelais.

Chaque site dispose de caractéristiques urbaines et architecturales spécifiques, tour à tour îlots en centre-ville (Victoire et Bastide), campus à l’échelle du quartier (Carreire) et campus à l’échelle intercommunale (TalencePessac-Gradignan) : ›› le site Talence-Pessac-Gradignan (TPG), à 5 km au sud-ouest du centre de la ville de Bordeaux, relié par un tramway, rassemblant les Sciences humaines et sociales et les Sciences et technologies ; ›› le site de Carreire à Bordeaux, regroupant le campus biologiesanté, enchâssé dans un faubourg de la ville entre le CHU Pellegrin et le CHS Perrens, relié par le tramway mais dont l’offre de logements étudiants et de services reste faible ;

20

›› le site Victoire à Bordeaux, site historique tant sur le plan universitaire (médecine, pharmacie, sciences humaines et sociales, odontologie), architectural et urbain (périmètre Unesco) que sur le plan estudiantin (lieu de fête et de distraction, lieu de logements étudiants…) ; ›› le site Bastide à Bordeaux, situé sur la rive droite, assimilé pour l’heure au seul Pôle universitaire de sciences de gestion.


21

Š DV Construction / Paul Chemetov


www.u-bordeaux.fr université de Bordeaux 351 cours de la Libération 33405 Talence Cedex (France)

© université de Bordeaux, direction de la communication, 2013 - Photo : O. Got

En savoir +

plaquetteUbx  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you