Page 1

Journal du lycée Saint-Exupery - bruit2couloir.free.fr - n° 7 - décembre 2009 SOMMAIRE

DOSSIERS SPECIAUX 

DANS NOS MURS :   Bruit de Couloir gagnant !   Sortie à la Foire de Marseille   St Ex en goguette...               Fondation Maeght  & Picasso :       Art et émotion      

p. 2  p. 4  p. 4 

Assoiffés de sang, ils  sont partout !  Mais pourquoi ? 

p. 5 

MEMOIRE :   Malpasset, 50 ans après ?   Mur de BERLIN     

p. 3  p. 10‐11 

SOCIETE :   Pass’ Contraception ?    p. 14   Monde : les flops et les tops !  p. 15 

TOUT SUR LA JAPAN EXPO ! Nos s  assistant   de langue   dévoilés !

SPORT & CULTURE :   Joutes à Roquebrune     Ron Arad, designer       Anticonformiste       Musique : le mirage Oasis 

p. 6  p. 18  p. 19 

COUP DE GUEULE :   La politique : une       affaire de famille ? 

p. 16 

EXPRESSION LIBRE :   Mémoire de la boîte aux lettres 

L’Edito... Enfin  le  1er  numéro  de Bruit de Couloir !  Malgré  la  grippe  A,  notre  équipe  est toujours là, pas tout à fait déci‐ mée !  Pour Noël, pensez à la boîte  de kleenex et au gel hydro alcooli‐ que, ça peut toujours servir !  Joyeux  Noël  quand  même,  et  à  l’année prochaine (peut‐être !). 

P. 12 

P. 20


THE

R... E N WIN

E

Bruit de Couloir gagnant du Concours Varenne !

h oui,  il  faut  savoir  rester  mo‐ deste. Nous ne sommes qu’un  vulgaire journal lycéen…  Et  c’est  bien  dans  cet  esprit  que nous avions décidé de participer au  Concours  Varenne  2009,  concours  na‐ tional  destiné  à  récompenser  les  meil‐ leurs journaux scolaires et lycéens.     Ce que nous voulions obtenir, c’étaient  les critiques des membres du jury, tous  professionnels de la presse, cette page  format A4 remplie de remarques  cons‐ tructives sur « Bruit de Couloir », en vue  de l’amélioration du journal de St Ex.    On l’a eue, cette feuille, mais on a aussi  reçu ce mail qui disait :    « Nous avons le plaisir de vous annon‐ cer  que  votre  journal  «  Bruit  de  Cou‐ liur » a remporté le Concours Varenne  dans la catégorie Lycées et a été choisi  comme  meilleur  journal  lycéen  de  l’a‐ cadémie  (c’est‐à‐dire  du  Var  et  des  Alpes Maritimes) » .  Étonnement et plaisir à la fois... 

Dans les jardins du rectorat…   

Nous voilà donc partis à Nice, invités à  déguster quelques petits fours dans les  jardins  du  rectorat,  avec  les  gagnants  des  autres  catégories  (écoles  et  collè‐ ges), et bien sûr à retirer nos prix. 

Beaucoup de  gens  importants  et  des  professionnels  de  la  Presse,  les  repré‐ sentants  du  CLEMI  (Centre  de  Liaison  de  l’Enseignement  et  des  Medias  d’In‐ formation),  les  échanges  étaient  sym‐ pas et l’expédition en valait vraiment la  peine.  Pas  de  quoi  prendre  la  grosse  tête,  simplement  l’envie  de  continuer,  et  surtout de donner envie à  d’autres  élèves  de  nous  rejoindre !    L’équipe de rédaction  de Bruit de Couloir      PS  :  Pour  nous  rejoindre,  faites  vous  simplement  connaître  au  CDI.  Corres‐ pondants ponctuels, pigis‐ tes, illustrateurs et photo‐ graphes bienvenus! 

Remise des prix au Rectorat de Nice, 17 juin 2009  De haut en bas et de droite à gauche : Lilia, Dimitri, Morgane, Siham,  Maxime,  Christine,  Florence,  Nadia,  et  Jacqueline  Quéhen,  déléguée  Académique CLEMI…                                      [Photo : R.O] 

Allez, souriez,  ne soyez pas  intimidés !  Directeur de la publication : Lycée Saint-Exupéry Directrices de rédaction : Christine DENEL, Florence DELCLOS, professeurs-documentalistes

B2C - Page 2

Rédacteur en chef : Dimitri GRILHERES Journalistes : Jessica BERTONE, Ilhame BOUMAGHDA, Alicia CALI, Mélanie CLAMART, Morgane CLAVEL, ,Jennifer DAIX, Robin JOUAN, Morgane PAILLER, Héloïse PRIM, Célia TAIX et les classes de : SA2, 1ère BPCO. Mise en page : C. DENEL, F. DELCLOS, D. GRILHERES, S. ROYNETTE Graphiste : Eymeric FAYOLLE (logo B2C)


DA

ILLE V A NS M

Malpasset : 50 ans après

Ils s’en souviennent encore...   

C

’était en  1959,  très  exacte‐ ment  dans  la  nuit  du  2  dé‐ cembre 1959. Tous les enfants  dormaient puisqu’il était envi‐ ron  21h,  et ceux  qui  ne dormaient  pas  regardaient la télévision, objet rare qui  avait  fait  son  entrée  depuis  peu  dans  quelques maisons privilégiées.    Ce  soir‐là,  on  était  mercredi,  le  lende‐ main les enfants n’allaient pas à l’école,  et il y avait une émission de cirque pour  les enfants, intitulée « La piste aux Etoi‐ les ».    Quand soudain elle arriva : une énorme  vague de 40 mètres de haut, propulsée  à  plus  de  70 km/h.  Le  barrage  de  Mal‐ passet venait de céder.  La vague, com‐ posée  de  50  millions  de  mètres  cubes  d’eau,  emporta  tout  sur  son  passage,  du vallon jusqu’à la mer, dans un fracas  effroyable. 

Un formidable élan de solidarité    Un  mois  fut  nécessaire  pour  établir  un  bilan,  huit  ans  pour  définir  les  causes  de  la  catastrophe,  mais  des  années pour que Fréjus commence à  renaître de ses blessures…    

Grâce à  la  presse  locale  et  inter‐ nationale, la télévision, les radios,  naquit  un  fantastique  élan  de  gé‐ nérosité  :  des  messages  de  sou‐ tien, ainsi que des dons venus de  toute la France, mais aussi d’Euro‐ pe, des Etats‐Unis et d’Afrique.    

Pour aller plus loin  (disponibles au CDI)    Un roman :    « Les amants de  Malpasset » d’Annie BRUEL.   

Une vidéo :   « Malpasset, 2 décembre 1959 ».    La Une du journal Paris Match  [disponible au CDI] 

Heureusement, tout  le  pays  se  mo‐ bilisa  :  des  centaines  de  secouristes  accoururent  pour  nettoyer  les  dé‐ gâts  et  aider  par  tous  les  moyens. 

Un recueil de témoignages :   « Malpasset, souvenirs intimes ».   

Et bien sur les vidéos d’époque  sur le site de l’INA, en passant par  CORRELYCE, le portail de ressources  numériques : http:// correlyce.fr  Ressource « Jalons pour l’histoire du  temps présent ». 

Huit expositions à ne pas rater ! Le barrage avant la rupture  [source : transenprovence.org] 

C’était il y a 50 ans. Vos grands‐parents  avaient environ 10 ans, et ils s’en sou‐ viennent…  Impossible  d’oublier  la  dé‐ solation,  les  morts,  les  amis  disparus,  quelquefois par familles entières…  Au  total  393  victimes  identifiés,  aux‐ quels  viennent  s’ajouter  les  corps  non‐ reconnaissables,  une  cinquantaine,  enterrés de manière anonyme dans les  cimetières de Fréjus.                  « Que Fréjus renaisse », message  du Gal De Gaulle, 17 décembre 1959    [source : transenprovence.org] 

La première  exposition,  intitu‐ lée  «  2  décembre  1959  :  la  rup‐ ture  »,  est  à  voir  absolument.  Elle se tient actuellement à l’Es‐ pace Culturel Paul Vernet à Fré‐ jus.  En entrant, on se retrouve face à  un espace cloisonné entièrement  noir,  et  des  murs  d'images  vous  sautent  aux  yeux  :  l'horreur,  la  désolation,  une  ville  noyée  sous  l'eau,  la  boue,  les  gravats,  la  vé‐ gétation arrachée après le passa‐ ge de ce terrible raz‐de‐marée…  Julie MARIOTTI, animatrice Architecture et Patrimoine à la ville de Fréjus qui a  piloté les expositions, précise : « Ce que nous voulions, c’est l’émotion par l’i‐ mage ». Un an de travail acharné, des centaines de documents sélectionnés et  numérisées, l’émotion sera assurément au rendez‐vous.   

Beaucoup d’autres actions sont prévues pour commémorer le cinquantenaire  de  la  catastrophe  :  expositions,  concerts,  conférences,  café  philo,  sorties  de  livres, de médailles, de timbres, d'enveloppes et visites guidées.            C.D.  B2C - Page 3


MU S O SN D AN

RS

Notre journée à la foire de Marseille

L

a foire de Marseille est une tra‐ dition  qui  se  perpétue  depuis  85 ans, au cours de laquelle  des  représentants  en  tous  genres  viennent  exposer  leurs  produits  sur  le  point  de  vente,    afin  de  satisfaire  les  400 000 visiteurs venant découvrir cet‐ te  foire.  Les  commerciaux  sont  nom‐ breux et diversifiés.  Les  classes  de  1VSA,  1ère  Commerce,  SV1 et SV2 ont eut l’occasion le 1er oc‐ tobre  d’assister  à  cet  événement :  en‐ quête  exclusive  sur  cette  journée  uni‐ que et enrichissante pour les élèves !     Sortir, mais pour quoi faire ?  Cette sortie pédagogique a été mise en  place pour les classes des sections pro‐ fessionnelles  dans  le  but  de  leurs  don‐ ner  un  avant‐goût  de  leurs  futurs  mé‐ tiers,  ainsi  qu’une  présentation  réelle  du déroulement d’une vente.  Les  élèves  ont  ainsi  pu  assister  aux  prestations  de  prospecteurs,  bonimen‐ teurs,  commerciaux  et  vendeurs    au  sein  de  la  foire.  De  plus,  chaque  élève  avait  à  sa  disposition  un  questionnaire  afin d’interviewer les professionnels, et  de  travailler  une  fois  revenu  au  lycée.  Pas le temps de s’ennuyer, tout le mon‐ de avait du travail ! 

E

 Les stands    Pendant  leurs  différentes  visites,  les  élèves étaient répartis en groupes de 2  ou  3,  accompagnés  par  des  profes‐ seurs. Cependant, chacun était libre de  s’occuper de son propre itinéraire.    Du côté des stands, il y avait une vraie  diversité,  et  de  quoi  satisfaire  tous  les  goûts :  décoration,  piscine,  textile,  ali‐ mentaire,  quincaillerie,  bien‐être  et  beauté, etc.    Pour se repérer, chaque visiteur avait à  sa  disposition  un  plan  lui  permettant  de localiser tous les stands, du pavillon  des  îles  jusqu’au  hall  international.  Impossible de se perdre …   

Quand St Ex part en vadrouille !

h oui,  la  saison  des  voyages  pédagogiques  et  culturels  est  lancée !    Ce  sont  les  Terminales  qui  ont  com‐ mencé avec une sortie à Gênes qui a eu  lieu le 1e et 2 décembre, pour aller visi‐ ter  une  exposition  sur  l’émigration  des  Italiens aux Etats‐Unis au début du XXe  siècle.    Au  programme  il  y  aura  également  un  voyage à Rome de 5 jours, fin février, et  un autre à Barcelone du 13 au 17 mars  avec des élèves de  1ère et Tle.    Les  élèves  germanistes    du  lycée  parti‐ ciperont  à  un  échange  avec  la  ville  de  Sankt  Georgen  en  Allemagne,  dans  le  cadre du jumelage avec Saint Raphaël.  B2C - Page 4

[Source : concaproducction.fr] 

Bilan et ressentis…  Bilan positif, bien évidemment, mais  pour  être  objectif,  il  faut  analyser  a  posteriori cette sortie :   Mme  ROUMANI,  professeur  de  ma‐ tières  professionnelles,  nous  a  fait  part de son ressenti : «  La journée à  la  foire  a  été  très  satisfaisante.  Les  élèves  1VSA  (section  Vente)  et  les  SV2 ont joué le jeu : adopter une tenue  vestimentaire  professionnelle  pour  in‐ terroger  des  professionnels.  Les  deux  classes ont su représenter positivement  la section professionnelle du lycée St Ex.  Expérience à renouveler !».     Et du côté des élèves ?  ‐ « Journée très intéressante et enrichis‐ sante».  ‐ « Super journée, très sympathique, il y  avait  beaucoup  de  produits  à  décou‐ vrir ».  ‐  « Beaucoup  de  découvertes,    journée  très instructive ».  ‐  « J’ai  trouvé  très  intéressant  de  ren‐ contrer des vendeurs en plein travail de  prospection et de démonstration ».  La conclusion est donc unanime :  « A refaire ! »   Morgane PAILLER, 1VSA 

Ils partirons  du  26  février  au  6  mars,  avant de recevoir leurs correspondants  du 14 au 21 mars.    Les  TBPCO  se  rendront  à  Londres  du   29 mars au 2 avril et du 22 au 25 mars,  ce  seront  les  classes  de  1VSA  et  les  TBPSA qui iront à Paris pour le Salon de  l’Environnement.    Ils  visiteront  égale‐ ment    Rungis,  le  Sénat  et  l’Assemblée  Nationale.  Les élèves de Terminale du  club Théâ‐ tre  iront  avec  M.  Silve  pendant  les  va‐ cances,  du  30  avril  au  6  mai  voir  des  pièces de théâtre à Paris (à la Comédie  Française  et  au  Théâtre  de  la  ceinture  du  boulevard)  et  aussi  à  Londres  (notamment  au  prestigieux  Globe  Theatre, celui de Shakespeare). 

Le Globe Theatre à Londres  [Source : Londontown.com] 

Pour finir la saison des voyages, ce sont  les  1BPCO  qui  ont  prévu  d’aller  au  Fu‐ turoscope  de  Poitiers début mai (du 4  au 7 mai).  Bon  voyage  à  tous  et  merci  aux  ensei‐ gnants organisateurs !     FD 


R... U S ZOOM

Mirò et Picasso : Quand l’art rencontre l’émotion...

Son créateur,  Pol  BURY,  l’a  appelé  « La  Le  19  octobre  2009,  Fontaine  Mobile »,  elle  est  sûrement  la  les  classes  de  SA2  et  plus  belle  et  la  plus  intéressante  œuvre  1BPSA avaient rendez‐ du musée, selon moi, aussi originale que  vous à 9h30 devant le  surprenante. »  lycée  pour  partir  en    expédition  jusqu’à  Voilà  pour  l’ambiance…  Mais  suivez‐ Saint‐Paul  de  Vence.  nous  pour  l’exposition  temporaire,  L’objectif ?  Une  sortie  [Source : fondation- culturelle,  puisque  la  « Mirό en son jardin »…   maeght.com] « Une  fois  le  premier  pied  posé  dans  la  visite  de  deux  musées  Fondation,  nous  voilà  transportés  dans  était  au  programme :  la  Fondation  le  monde  du  Minotaure,  avec  son  laby‐ Maeght avec son exposition « Mirό en  rinthe  immense,  sa  reproduction  plus  son  jardin »,  et  l’exposition  Picasso,  que vraie du fil d’Ariane qui nous guide  « Empreintes », à l’Office du Tourisme.  tout au long de la visite.    Mais  le  plus  impressionnant  reste  la  « Après une heure de bus, un peu son‐ visite  intérieure  avec  tous  ces  tableaux  nés,  nous  arrivons  dans  cet  immense  majestueux et ses sculptures parfois très  endroit perdu dans la forêt, entouré de  insolites.  sculptures  plus  spectaculaires  les  unes  que  les  autres,  un  endroit  magique  et  surprenant tout à la fois… »   Là, la sensation est très étrange…  S’agit‐il  d’un  autre  univers ?  Où  som‐ mes‐nous ?  Pour  beaucoup  d’entre  nous,  c’est  notre  toute  première  visite  dans un musée…    Fermez  les  yeux  et  essayez  de  vous  imaginer :   « On  arrive  dans  un  grand  espace  vert  Les SA2 et Mme Moracchioli devant les tabourets  avec  de  très  beaux  et  grands  arbres.  masculin ‐ féminins de Miro   [photo : C.D.]  Dans cet espace, des sculptures, toutes    plus originales les unes que les autres :  Dans la plupart des œuvres de Mirό, on  des formes, des matières et des moyens  trouve  toujours  une  petite  touche  d’ori‐ différents  utilisés  pour  chacune  de  ces  ginalité  et  d’extraordinaire,  qui  attire  œuvres. On se sent bien dans ce jardin,  l’œil  et  fait  réfléchir.  Certaines  œuvres  une  ambiance  très  agréable  règne  aux  sont même parfois amusantes…  alentours,  grâce  à  toute  cette  verdure,  Ce que je retiendrai de cette expérience,  cet  environnement  si  riche  et  si  peu  c’est  que  la  découverte  de  chacune  des  urbanisé.  œuvres  de  Mirό  nous  transporte  dans  Entre  des  arbustes,  des  tuyaux  de  mé‐ un rôle, au plus profond de notre imagi‐ tal, très épais, très gros, empilés les uns  nation.  sur les autres. Au centre d’une sorte de    bassin,  de  l’eau  s’é‐ Ce  qui  m’attire  particuliè‐ coule  de  tuyaux  qui  rement  lors  des  visites  de  se  balancent  de  divers  musées,  c’est  que  droite à gauche.  libres  sont  nos  idées.  Les   Cette  sculpture  est  différentes  œuvres  peu‐ merveilleuse,  telle‐ vent être perçues de diffé‐ ment  agréable  à  rentes  manières  que  nous  regarde,  on  rêverait  seuls pouvons ressentir. »  de  l’avoir  dans  son  [La fontaine mobile de Pol Bury    jardin…  Source : phengels.fr] 

[Le regard  de Picasso…  Source : guide‐ riviera.com] 

Après une  petite  pause  pour  nous  remettre  de  toutes  ces  émotions,  nous  voilà  repartis,  cette  fois  vers   l’Office  du  Tourisme,  pour  l’exposi‐ tion « Empreintes » de PICASSO.  Le choc…  « une quarantaine d’œuvres de Picas‐ so,  sculptures,  croquis,  linogravures,  tableaux, et des photos aussi, notam‐ ment  de  son  regard  frigorifiant,  iné‐ galable !  Empreintes,  comme  celles  que  lais‐ sent  les  souvenirs…  Des  empreintes  d’amitiés,  de  douleurs,  de  senti‐ ments.  Des  souvenirs  d’êtres  aimés,  ou  simplement  rencontrés,  de  l’émo‐ tion  pure…  Chaque  tableau  est  uni‐ que.  Il  exprime  et  dégage  quelque  chose  de  diffé‐ rent,  au‐delà  de  l’imaginaire….  Un  peintre  im‐ pressionnant,  par  son  imagi‐ nation  et  son  talent. »    Le " Rimbaud " de Picasso    [photo : C.D.]    Une  journée  riche  en  émotions,  beaucoup  d’images  fortes  qui  conti‐ nuaient à flotter dans nos têtes alors  que nous marchions vers le bus, garé  un  peu  plus  loin…  Sur  le  trajet,  im‐ possible  de  ne  pas  se  retourner :  « nous avons vu presque toute la ville  avec  en  arrière  plan  la  mer  qui  bril‐ lait,  c’était  magnifique.  Un  peu  en  surplomb,  sur  une  sorte  de  colline,  nous  pouvions  tout  voir de  là‐haut :  c’était tellement beau ».   

Kimberley, Marie, Tiffany  & Amandine de 1BPSA,  Luc, Sasha, Sirine, Khaoula, Issam,  Adrien & les élèves de SA2 

B2C - Page 5


R... U S ZOOM

Tous à l’eau pour les joutes nautiques!

L

a joute nautique est un sport très ancien, apparu dès  faire progresser son club. En effet, le club a vu une augmen‐ que les hommes ont su naviguer (un bas relief égyp‐ tation  importante  de  ses  membres  cette  année  et  ce  n’est  tien  datant  de  2980  à  2475  avant  JC  représente  la  pas fini ! Les résultats sont assez éloquents (cf. ci‐dessous).  joute).  A  l’époque,  ils  s'affrontaient  dans  des  com‐ Cette année, le club va acquérir ses propres bateaux de jou‐ bats  mais  aussi  pacifiquement  pour  leur  plaisir  et  celui  de  te !  toute  une  population,  la  joute    étant  une  réjouissance  des  gens    de l'eau.   « PETIT » PALMARES    DES MEMBRES DU CLUB  Maintenant  la  joute  est  classée    comme  un  sport,  avec  des  règle‐ Lucas et Florian sont respective‐ ments,  des  championnats  régio‐ ment  vainqueur  et  3ème  place  naux  et  nationaux,  mais  elle  est  au Critérium National de la Jeu‐ toujours entourée de traditions et  nesse 2009 à St Mandrier.  de fête comme par le passé.     La joute se pratique dans toute la  Robin  Jouan  et  Julien  Clément  France  et  dans  certains  pays  sont  champions  et  vice‐ étrangers,  suivant  des  méthodes  champions par équipe du Cham‐ et  des  traditions  différentes,  que  pionnat  de  Côte  d'Azur,    Julien  ce  soit  sur  un  fleuve,  une  rivière,  Clément étant également cham‐ La saison des joutes roquebrunoises                             [Photo : R.J.]    pion de Coupe de France.   un canal ou la mer.      Mais sa définition reste la même :  Cédric  Manchet,  quintuple  champion  de  France,  vainqueur  «La joute est un sport où deux hommes, campés chacun sur  plusieurs fois de la Coupe de France, champion plusieurs fois  un bateau, qui se croisent, cherchent à se faire tomber à l'eau  du  Championnat  Côte  D'Azur  et  champion  par  équipe  du  avec une lance en bois."   championnat Côte D'Azur et champion par équipe du cham‐ Les  bateaux  sont  très  richement  décorés,  les  jouteurs  pren‐ pionnat de France plusieurs fois consécutives.  nent  place  sur  une  TINTAINE  (plate‐forme  hissée  à  l’arrière    du bateau), et se munissent de lancettes de dimensions dif‐ Guillaume  Manchet, plusieurs fois Vice‐champion et Cham‐ férentes selon le niveau :  pion du Championnat de Côte d'Azur et aussi du champion‐ ‐ Benjamins : Longueur 2m,‐ diamètre 35 mm  nat de France, vainqueur et finaliste plusieurs fois de la Cou‐ ‐ Minimes et féminines : Longueur 2 m ‐ diamètre 40 mm  pe de France, deux podiums d'affilée en catégorie « reine »  ‐ Cadets juniors et seniors : Longueur 2m70 à 2m80  en 2008 (3ème place) et 2009 (vice‐champion).  diamètre 40 mm.      Rodolphe  Perret,  champion et  vice‐champion  plusieurs fois  Les lances sont ferrées en bout et le jouteur frappe son ad‐ au championnat de Côte d'Azur mais aussi au Championnat  versaire  dans  le  plastron  (écu  en  bois  attaché  au  corps  du  de  France,  champion  plusieurs  fois  par  équipe  aux  cham‐ jouteur).  pionnats de Côte d'Azur et de France, vainqueur de plusieurs  Autre particularité : le jouteur tient dans sa main gauche un  Coupes de France dans diverses catégories. Champion de la  témoin,  sorte  de  cube  en  bois,  qu’il  ne  doit  pas  lâcher  au  Côte d'Azur 2009.  moment de la frappe de son adversaire.      Jean  Michel  Almela, champion de la Côte d'Azur en catégo‐ rie  "reine",  plusieurs  fois  champion  par  équipe  de  la  Côte  LE CLUB  d'Azur  et  de  France,  plusieurs  fois  finaliste  de  la  Coupe  de  DE ROQUEBRUNE SUR ARGENS  France,  et  maintenant  de  nouveaux  objectifs  en  tant  que    président de l'association de la Jeune Lance Roquebrunoise.  Le  club  de  Roquebrune/Argens,  aussi  dé‐   nommé la « Jeune Lance Roquebrunoise »,    est un club de joute assez récent, puisqu’il  Le club a désormais son site Internet où vous pouvez retrou‐ n’a  que  deux  ans  de  vie.  Il  a  vocation  à  ver toutes sortes d’infos, des photos, des vidéos, les rendez‐ partager  le  plaisir  de  ce  sport  dans  une  vous et bien plus encore : www.jeunelanceroquebrunoise.fr  ambiance  plus  que  conviviale.  Il  est  prési‐ [source :.musee    dé  par  Jean‐Michel  Almela,  un  passionné  ciotaden.org ]            Robin JOUAN, 1ère S3  de  joute  depuis  tout  petit,  qui  cherche  à  B2C - Page 6


R... U S ZOOM Vampires : Dracula doit

sourire dans sa tombe...

A

vez‐vous remarqué, les vam‐ pires en ce moment sont à la  mode ?!     Ils  sont  partout :  au  cinéma,  dans  les  romans,  dans  les  bandes  dessinées,  dans les jeux vidéos…  Vous aussi, peut‐être, vous êtes fasciné  par  les  vampires ?  Alors  n’ayez  pas  peur, et suivez‐nous dans cette aventu‐ re…   

Le phénomène TWILIGHT   

Tout commence en août 2005 quand le  premier tome de la saga Twilight, Fasci‐ nation,  sort  aux  Etats‐Unis.  L’auteure,  Stephenie  MEYERS,  une  mère  au  foyer  de  29  ans  avait  rêvé  2  ans  auparavant  d’une  histoire  horrible  de  vampires…  Elle décide de partager son cauchemar  avec des lecteurs. 

La peur  est  toujours  présente  dans  la  série,  mais  surtout  il  y  a  ce  thème  de  l’abstinence entre les deux adolescents  qu’on  retrouve  dans  tous  les  tomes…  Une abstinence surhumaine !  Quand  on  sait  que  Stephenie  MEYERS  est  mormone,  cette  religion  qui  prône  justement l’abstinence, on se dit qu’il y  a peut‐être un message caché…   

Jackpot garanti !   

Depuis le 20 novembre, Twilight a enva‐ hit  les  salles  de  cinéma,  avec  le  2ème  volet de la série, TENTATION qui débou‐ le  en  France,  après  avoir  cartonné  aux  USA (180 milliards de recettes depuis sa  sortie fin novembre !). Je parie que vous  y êtes tous allés, non ? 

Il parait que le film est bien... Mais c’est surtout  l’acteur qui est beau, non ?   [source :allocine.fr] 

Mais pourquoi les vampires ?   

Les psychanalystes  s’en  donnent  à  cœur joie, car l’image du vampire est  remplie de symboles. Pourquoi cette  fascination,  notamment  parmi  les  adolescents ?  Leur  réponse  est  simple :  « D’abord  le vampire incarne le fantasme d’im‐ mortalité.  Or  le  désir  d’immortalité  est quelque chose de propre à la jeu‐ nesse». Tout comme les vampires, les  adolescents  ont ce sentiment d’être  invincibles, qui leur fait parfois courir  des risques énormes.  « Le vampire est aussi un personnage  très  narcissique,  comme  on  peut  l’ê‐ tre  adolescent  ou  post  adolescent...  Le  vampire  est  beau  et  charismati‐ que.  Les  jeunes  gens  se  sentent  uni‐ ques,  se  voient  au  centre  de  leur  monde. »*  Et  puis  le  vampire  est  romantique,  il  symbolise  la  passion !  Twilight,  c’est  un peu la version gothique de Roméo  et Juliette !  Muze N° 58 (nov. 2009)     Ilhame, 2nde 1 

Frissons garantis... TWILIGHT : Fascination, Tentation, Hésitation,  Révélation    [Source : tijuana.fr] 

Quatre ans  après,  les  4  tomes  du  phé‐ nomène Twilight sont chez les libraires  et  se  vendent  aux  Etats‐Unis  à  40  mil‐ lions  d’exemplaires.  En  France,  ils  ont  maintenant  dépassé  les  3,5  millions  d’exemplaires !    Et l’histoire dans tout ça ?   

Si vous aimez les histoires de vampires, courez lire les œuvres cultes….  • Dracula de Bram STOCKER  • Entretien avec un vampire et Lestat le vampire de Anne RICE  • Dracula, l’immortel de Dacre STOCKER et ian HOLT  • La solitude du vampire, recueil de nouvelles, de Barbara SADOUL  • True Blood inspiré de la série diffusée sur HBO : 2 tomes   

A lire absolument, 3 BD de la série « Sur les traces de Dracula » :  Vlad l'empaleur (tome1) , Bram Stocker (t.2) et Transylvannia (t.3),  de Yves HUPPEN et HERMANN.  Pour frissonner de plaisir !! 

Bella, une  adolescente  de  17  ans  et  Edward  sont  amoureux,  mais  malheu‐ reusement,  Edward  est  un  vampire.  Ils  ne peuvent donc pas avoir de relations  sexuelles, car Bella serait alors en dan‐ ger.  Edward  et  sa  famille  ne  sont  pas  des  assassins,  ils  sont  même  « pacifiques »  puisqu’ils  se  nourrissent  de sang animal, ils ont réussit à maitri‐ ser leurs pulsions au fil du temps.  B2C - Page 7


ACT

U

Grippe A : pas

[Source : aoc22.com] 

C

’est  l’hiver…  Le  froid  ar‐ rive et la grippe aussi !    Chaque année, nous avons droit à  notre grippe saisonnière (qui n’est  pas  la  même  tous  les  ans…).  Mais  cet hiver, en plus de celle‐ci, voilà  une grippe pandémique.  Qu’est‐ce  que  c’est  ?  Quels  sont  les  risques  ?  Quels  sont  les  mo‐ yens  de  prévention  ?  Quels  sont  les traitements ? Que faire ?  Ce  sont  les  questions  auxquelles  nous allons essayer de répondre…    La  grippe,  saisonnière  ou  pandé‐ mique,  est  une  infection  virale,  occasionnée  par  un  virus  grippal  de  forme  humaine,  essentielle‐ ment de type A, mais qui possède  des  variantes,  dues  à  deux  proté‐ ines présentes à sa surface (les H :  Hémagglutinine  et  N  :  Neuramini‐ dase).   

Virus de la grippe H1N1   [Source : grippea.com] 

B2C - Page 8

Pour la  grippe  pandémique  ac‐ tuelle, ce sont des protéines H de  type 1 et N de type 1, d’où le nom  de Grippe A (H1N1)…  Le virus s’attaque au système res‐ piratoire  et  s’y  réplique  à  l’intérieur  de  celui‐ci.  Mais  il  faut  une  certaine  charge  virale,  donc  un  certain  temps,  avant  que  l’on  ne  ressente  les  premiers  symp‐ tômes,  alors  que  l’on  est  con‐ tagieux !    Pour  la  grippe  pandémique,  on  a  estimé  que  l’on  est  contagieux  deux  jours  avant  l’apparition  des  premiers symptômes. 

‐ La  seconde  prévention  est  d’ordre  pharmaceutique,    avec  la  vaccination  contre  la  grippe,  qui  reste un moyen sûr.    Symptômes…   

Mais malheureusement,  chaque  année, des gens sont contaminés.  L’infection  dure  en  général  une  semaine  environ  et  elle  se  carac‐ térise  par  l’apparition  brutale  de  ces symptômes : forte fièvre, gêne  respiratoire,  myalgies  (douleurs  musculaires),  gorge  irritée,  cé‐ phalées  (maux  de  tête),  rhinite,  fatigue  importante,  courbatures,  sensation  de  profond  malaise,  perte d’appétit, toux sèche, possi‐ bilité  de  vomissements  et  diar‐ rhées, fièvre élevée.      Traitement…   

Virus de la grippe H1N1   [Source : grippea.com] 

Prévention… C’est  pour  cette  raison  que  la  prévention  reste  très  importante,  afin  que  la  grippe  se  propage  le  moins  possible  et  cause  donc  le  moins  de  dégâts  possibles.  Pour  lutter  contre  cette  maladie,  la  prévention constitue une véritable  attitude «citoyenne».    Il  existe  deux  grands  types  de  prévention :  ‐  Une  prévention  d’ordre  non  pharmaceutique,  avec  entre  autres : le port de masque, le lav‐ age  des  mains,  la  sensibilisation  de  la  population  à  propos  des  gestes  à  tenir,  la  fermeture  éven‐ tuelle  d’écoles,  la  limitation  des  rassemblements  importants,  le  confinement  des  sujets  sympto‐ matiques à domicile. 

Il n’existe  pas  de  réel  traitement,  à  cause  de  la  variabilité  de  ce  vi‐ rus.  Mais  on  se  sert  de  médica‐ ments  soignant  les  symptômes  tels que des antidouleurs, des an‐ tipyrétiques  (médicaments  contre  la fièvre) et récemment des antivi‐ raux qui permettent de réduire la  «puissance»  du  virus  et  son  «nombre» de réplications. Le plus  médiatique  est  le  Tamiflu  des  la‐ boratoires Roche.                [Source : eco13.net]      Le  Tamilflu  agit  en  inhibant  l’ac‐ t i o n   d e   l a   p r o t é i n e  N, réduisant ainsi la réplication du  virus. 


[Source : desindepresse.net] 

de panique ! Risques réels…   

Comme toutes  les  maladies,  la  grippe,  qu’elle  soit  saisonnière  ou  pandémique,  induit  une  cer‐ taine  morbidité  (rapport  :  nom‐ bre  de  personnes  contaminés  /  population) et une certaine mor‐ talité  (=  rapport  :  nombre  de  morts  /  nombre  de  personnes  contaminées).    La  grippe  saisonnière  contamine  en  moyenne  2  à  7  millions  de  personnes  en  France  et  pro‐ voque  250  000  à  500  000  décès  dans  le  monde.  Pour  la  grippe  pandémique  actuelle, on  prévoit  une  morbidité  et  une  mortalité  supérieure  à  une  grippe  saison‐ nière, mais seul le temps nous le  dira exactement…  

La grippe  A  H1N1 ,  quelques  mots  de notre infirmière.     Puisqu’on  parle  de  vaccination,  faisons  une  piqure  de  rappel  des  connaissances que nous en avons.    Qu’est‐ce que c’est ?   Une  infection  humaine  à  virus  qui  se transmet d’homme à homme.  Le virus H1N1 est différent du virus  H1N1 de grippe saisonnière.    Comment l’attrape‐t‐on ?  Le  virus  se  transmet  par  voie  aéri‐ enne  (toux,  éternuements,  pos‐ tillons),  par  contact  rapproché 

H1N1 : et si on s’en lavait les mains ?   

Pour la plupart des médecins, le vaccin reste le moyen de prévention le plus  efficace pour limiter la propagation de la grippe. Toutefois, étant donné la  polémique  sur la vaccination,  voici quelques conseils pratiques, simples et  efficaces, pour essayer de limiter la contamination : le « Guide du comment  bien se laver les mains » établi par des médecins hygiénistes hospitaliers.   

Pour un bon lavage des mains, il faut respecter  6 étapes :   

1‐Les paumes contre paumes.  2‐Le dessus des mains.  3‐ Les doigts entrelacés.  4‐ Le dessus des doigts.  5‐ Les pouces et ongles dans le creux de la main.  6‐ Les poignets.  Le tout durant au moins 30 secondes, et avec un bon  rinçage final.  [Source : perinat.org] 

Avec tout ça, vous devriez être prêts à affronter la grippe !  Rendez‐vous au prochain numéro pour une nouvelle chronique santé !  Robin JOUAN, 1ère S3 

(poignées de  mains,  baisers),  par  contact  avec  des  objets  touchés  (poignées  de portes, rampes).    Que ressent‐on ?  Maux de tête, toux, fièvre, fatigue,  courbatures.    Comment ne pas l’attraper ?  • En se faisant vacciner,  • En évitant tout  contact avec une  personne malade,  • En se lavant les mains le plus sou‐ vent  possible  (savon,  solution  hydro‐alcoolique),  • En  se  couvrant  la  bouche  et  le  nez  avec  un  mouchoir  en  cas  de  toux  ou  d’éternuement  puis  en  jetant  le  mouchoir  dans  une  poubelle et en se lavant les mains  ensuite.    Comment se soigner ?   Le  médecin  prescrira  des  médica‐ ments adaptés aux symptômes. 

Et la vaccination ?  Au  lycée,  elle  a  commencé  mi‐ décembre  après  retour  des  docu‐ ments demandés aux familles.  L’équipe    mobile    de  vaccination  (EMV) est constituée, pour le lycée,  du  docteur  Pruvot  (médecin  sco‐ laire),  de  Madame  Ruocco  (infirmière  du  collège  de  Mon‐ tauroux),  de  Madame  Armando  (infirmière du collège Estérel) et de  moi‐même.    La  vaccination  se  déroule  à  l’infirmerie,  le  médecin  s’entretient  avec  l’élève  avant  la  vaccination  et  un  certificat  de  vac‐ cination  est  ensuite  remis  à  la  fa‐ mille.             Mme Juan,  infirmière du lycée 

B2C - Page 9


E... R I O MÉM

La chute du mur de Berlin : le jour où

Der Mauerfall – Als die Mächtigen  von den Medien überholt wurden 

L

e 9 novembre 1989 est le jour où le mur de Berlin  est tombé et où la radio et la télé ont écrit l’histoi‐ re.  Les  informations  rapportées  rapidement  ont    surpris    et  dépassé    les  hommes  politiques  de  la  er    9.  November  1989  ist  der  Tag,  an  dem  die  RDA. Cela a soulevé une telle vague de curiosité en Allema‐ Mauer gefallen ist und an dem Radio und Fen‐ gne de l’Est et de l’Ouest qu’en quelques heures, des centai‐ rsehen  Geschichte  geschrieben  haben.  Sie ha‐ nes de milliers de personnes venant de l’Est et de l’Ouest se  ben schnelle Berichterstattung gemacht und die  dirigèrent    vers  le  Mur,  trop  vite  pour  le  gouvernement  et  Mächtigen  der  DDR  überrascht  und  überholt  ,  und  cela fut décisif pour la chute du Mur.  Neugierde  in  Ost  und  West  geschaffen.  Sie  führten  hun‐ Tout    commença  quand  les  deux  ministres  des  affaires  derttausende von Ost und West  innerhalb von Stunden zur  étrangères de la Hongrie et de l’Autriche  coupèrent  le Ri‐ Mauer  ;  zu  schnell  für  das  Regime,  entscheidend  für  den  deau  de  Fer  le  27  juin  1989.  Plus  de  10  000  citoyens  de  la  Mauerfall !  RDA  s’enfuirent    alors  en  passant     par  la Hongrie vers l’Allemagne en    Alles  fing  damit  an,  dass  der  Auβen‐ « Trabbi ».  minister  von  Ungarn  und  Österreich    am  27.  Juni  1989  den  Eisernen  Vor‐ Dans  l’après‐midi du 9 novembre il  hang  durchschnitten  haben.  Über  y  eut  une  réunion  du  Comité  Cen‐ 10.000  DDR‐Bürger  flüchteten  mit  tral  de  la  SED,  le  Parti  Unique  de  ihren  Trabbis  über  Ungarn  nach  l’Allemagne  de  l’Est,  pour  décider  Westdeutschland.  de l’avenir de la RDA et parler d’u‐   ne  nouvelle    règlementation  Am nachmittag des 9. Novembers gab  concernant les voyages.  es  ein  Zentralkomitee  der  SED,  der  Schabowski,  le  porte‐parole    de  Ostpartei,  um  über  die  Zukunft  der  presse de la SED, arriva seulement  DDR zu sprechen und über eine neue  à  la  fin  de  la  conférence...    Egon  Reiseregelung  zu  reden.  Schabowski,  Krenz, le nouveau secrétaire géné‐ der Pressesprecher der SED (der Ost‐ ral  de  la  SED  lui  donna  un  papier  partei),  erscheinte  erst  am  Ende  der  avec  la  nouvelle  règlementation  Konferenz.  Egon  Krez,  der  neue  Gen‐ sur les voyages. Il lui dit : « Prends  Le violoncelliste Rostropovitch devant le Mur de Berlin  eralsekretär  der  SED,  gab  ihm  einen  ça  avec  toi  pour  la  conférence  de  [Source : talangue.com]  Zettel mit, auf der die Reisenregelung   presse  !  ».  Sans  le  savoir,  Scha‐ festgehalten  wurde.  Er  sagte  ihm  :  «  Mensch,  nimm  das  bowski  allait  à  cette  conférence  de  presse  avec  une  doch  mit  zur  Pressekonferenz  ».  Ohne  es  zu  wissen  ging  « bombe politique ». A 18 heures,  il parla durant une heure  Schabowski mit der Politikbombe zur Pressekenferenz, die  des objectifs du nouveau gouvernement  du Parti et, à la fin  um  18Uhr  begann.    Eine  Stunde  redete  er  über  das,  was  de la conférence, il lut à haute voix la nouvelle règlementa‐ der neuen Parteiführung wichtig war und las den Zettel am  tion  sur  les  voyages.  Un  journaliste  italien,  Riccardo  Ehr‐ Ende der Konferenz vor.   mann, demanda : « A partir de quand cette règlementation    Der  italienische  Journalist  Riccardo  Ehrmann  sagte  commence‐t‐elle ? ». Schabowski  balbutia, car il ne connais‐ dazu  :  «  sehr  interessant,  aber  ab  wann  trifft  diese  Rege‐ sait pas cette date : « A  ma connaissance… ça prend effet…  lung ein? ». Schabowski  stotterte, denn es stand kein Da‐ immédiatement ! ». Le rapport de presse sur la conférence  tum  auf  dem  Zettel  :  «  Das  tritt  nach  meiner  Erkenntnis…  fut le signal pour un assaut incontrôlé des Berlinois de l’Est  ist das sofort, unverzüglich. »  et de l’Ouest vers le Mur. Des milliers d’entre eux arrivèrent     Die Berichterstattung über die Pressekonferenz war  au  passage  de  la  frontière  de  la  Born‐Holmer  Straβe.  Les  ein Signal für einen unkontrollierten Ansturm von Ost und  Berlinois  de  l’Est  criaient  :  West  Berlinern  zu  der  Mauer.Tausende  von  ihnen  kamen  «  Ouvrez  la  porte,  ouvrez  la  por‐ zum  Grenzübergang  Bornholmer  Straβe.  Ostberliner   te  !  ».  Ils  exercèrent  de  plus  en  schrien « Tor auf, Tor auf ! » und « Wir kommen zurück ».  plus de pression sur les douaniers.  Sie  übten  immer  mehr  Druck  auf  die  DDR‐Grenzbeamten  Ces derniers ne savaient  que faire  aus,  die  nicht  wusten,  was  sie  machen  sollten  .  Sie  et  avaient  peur.    Vers  22  heures  bekamen  regelrecht  Agnst  und  gegen  22Uhr  30  brach  die  30,  le  mur  tomba  d’abord  à  la  Mauer zuerst in der Bornholmer Straβe.  Born‐Holmer  Straβe.      Les  jours  An  den  Tagen  danach  wurde  die  Mauer  weiter  intensiv  suivants,  le mur fut encore forte‐ bewacht,  um  unkontrolierte  Grenzübergänger  zu  verhin‐ ment surveillé pour éviter des pas‐ [Source : fnac.com]  dern und erst am 1. Juli 1990 wurde die Bewachung kom‐ sages incontrôlés et ce ne fut que le 1er juin 1990 que la sur‐ plett eingestellt.  veillance fut complètement suspendue. 

D

Christin KIEKEBUSCH,  Tle ES2 (Synthèse exposé de clas‐ se ) ‐ Merci à Luca DE LAAT, 1ère S1  B2C - Page 10

Traduit par Maren HELM 1ère S1,  corrigé par Thomas  GRILHERE, 1ère S3 et écrit par Alexandre COTTE,  1ère S1 


les médias ont dépassé les hommes politiques... A voir : Good Bye, Lenin ! Résumé du film :  Nous  sommes  en  septembre  1989,  les  Kern  forment  une  famille  on  ne  peut  plus  normale  en  Allemagne  de  l'Est en RDA, qui vit dans de « si beaux » HLM, où des  fleurs  grises  décorent  les  murs.  Les  courses  se  font  dans  de  grands  centres  commerciaux  de  trois  em‐ ployés.  Cependant,  pour  cette  famille,  la  réunification  va  être  vécue  de  façon  extraordinaire.  Peu  avant  la  chute  du  mur, la mère de famille Christiane (Katrin Saß), une par‐ tisane convaincue du socialisme de la RDA, tombe dans  le coma suite à une crise cardiaque et rate pendant son  long sommeil la victoire du capitalisme.    Quand elle rouvre les yeux, huit mois plus tard, elle se  réveille dans un nouveau pays. Elle n'a ni vécu l'arrivée  des  voitures  et  des  fast‐foods  de  l’Ouest,  ni  vu  com‐ ment  quelques  litres  de  Coca  Cola  ont  rincé  si  facile‐ ment  des  décennies  de  socialisme.  Son  cœur  est  trop  fragile, elle ne doit pas apprendre brutalement la nou‐ velle.    Son fils Alex (Daniel Brühl), 21 ans, pour sauver sa mè‐ re, ressuscite la RDA dans leur appartement de fortune  de 79 m², provisoirement, le temps que Christiane aille  mieux. En fait, il n'osera pas lui dire la vérité et il entre‐ ra dans un cercle vicieux dans lequel il lui sera de plus  en plus difficile de mener son plan à exécution.  

A lire au CDI  

La violence  de  l’Histoire  dont elle a été l’objet et les  régimes  politiques  succes‐ sifs  auxquels  elle  a  été  sou‐ mise  tout  au  long  du  XXe  siècle  n’auront  pas  réussi  à  abattre  Berlin,  redevenue  capitale  de  l’Allemagne  en  1991.  Le  Berlin  d’aujourd‐ ’hui  est  une  ville  tranquille  parsemée  de  lacs,  parcs  et  de  terrasses,  une  capitale  presque  provinciale  où  la  douceur  de  vivre  tranche  avec la brutalité du passé.  

J’ai vécu le Mur de Berlin    Trois  destins,  trois  vies   marquées  par  le  Mur  de  Berlin…  Ralph  Kabisch  aurait  pu  vivre  tranquille,  sans  se  préoccuper  de  ce  qui  se  passait  à  l’Est,  de  l’autre  côté du mur. Et pourtant, il  a  choisi  d’aider  ceux  qui  voulaient  le  franchir,  en  construisant  un  passage  souterrain. 

Dimitri TRAUTMANN, 1èreS1 

Fiche Technique : Titre original: Good bye Lenin !   Pays : Allemagne   Durée : 1h58   Sortie : 10 Septembre 2003   Réalisateur : Wolfgang Becker   Avec Daniel Brühl, Katrin Saß,  Chulpan Khamatova, Maria Si‐ mon, Florian Lukas, Alexander  Beyer, Burghart Klaussner...   Scénario : Bernd Lichtenberg,  Wolfgang Becker   Compositeur : Yann Tiersen   [Source : allocine.fr] 

Le goût de Berlin   

Raimar Richard n’a pas 20 ans lorsqu’il devient garde‐ frontière, en poste sur le mur de Berlin, avec ordre de  tirer sur les fugitifs qui tenteraient de passer à l’Ouest.   

Rush Misselwitz  a,  depuis  son  adolescence,  refusé  les  discriminations, les brimades et les atteintes à la liber‐ té  perpétrées  par  la  dictature  communiste.  Devenue  pasteur, elle a animé, en pleine Guerre Froide, au péril  de sa vie, un « Cercle pour la paix ».  B2C - Page 11


NIA A M GA MAN

La JAPAN EXPO : De nombreux artistes étaient présents, essayez de vous imaginer :    ‐ AKB48 (« idole » japonaise, groupe composé de 48 filles),  ‐  Yui  Makino,  une  chanteuse  qui  prête  sa  voix  au  personnage  de  Sakura  dans le film animé Tsubasa Reservoir Chronicle,   ‐  CLAMP,  un  groupe  de  mangaka  composé  de  Mokona,  Satsuki  Igarashi,  Nanase  Ôkawa  et  de  Tsubaki  Nekoi,  qui  elles  aussi  fêtaient  leurs  20  ans  d’existence,  ‐ Shiori Furukawa, auteur du manga Five, 

[Source : animefr.com] 

C

haque année  a  lieu  la  JAPAN  EXPO,  au  Parc  des  Expos  de  Villepinte  situé au Nord de Paris.  Cet  événement,  qui  réunit  de  nombreux  fans  du  Japon,  se  dé‐ roule  durant  la  première  semaine  de  juillet,  cette  année  du  2  au  5  juillet 2009.    De nombreux artistes étaient pré‐ sents.  Etaient  aussi  organisés  des  concerts, des spectacles d’art mar‐ tiaux, des défilés, des activités très  diverses.  Des  mangas,  des  jeux  vidéo,  ainsi  que  des  films  étaient  présentés  également  en  avant‐ première  On  y  découvrait  aussi  la  culture  typiquement  japonaise.  Et  tout ça en seulement 4 jours !    Créée  en  1999,  la  JAPAN  EXPO  fêtait  cette  année  ses  10  ans.  Elle  a  réuni  plus  de  165 000  person‐ nes ! 

D Grayman au grand complet !   

[Photo : J.D.] 

‐ Natsuki Takawa, auteur de Fruits Basket,  ‐  Masachika  Kawata  et  Kentaro  Neguchi  qui  présentaient  les  secrets  de  leurs jeux vidéo Resident Evil The Darkside Chronicles,  ‐  Kazuya  Hatazawa,  réalisateur  du  film  Hyperion,  était  là  également,  ainsi  que de jeunes auteurs et créateurs,  ‐ et en avant première mondiale des extraits du 3ème film « Naruto Ship‐ puden  , hi  no  ishi  wo  tsugu  mono ».  Le  « character  designer »  de  Naruto,  Tetsuya Nishio, ainsi que la doubleuse japonaise du personnage de Naruto,  Junko Takeuchi étaient aussi invités.  En effet, cette année, Naruto fêtait ses 10 ans d’existence au Japon. C’est 

Ils étaient tous là !  pour cette raison que la France (le plus gros marché de mangas  après  le  Japon  et  les  Etats‐Unis !)  était  elle  aussi  frappée  par  cette déferlante Naruto.   

Magique et inoubliable !  Moi qui ai eu la chance d’aller à Villepinte, j’ai vraiment adoré !  Car un univers manga, c’est magique : 4 jours de fête tout d’a‐ bord…  On  y  rencontre  des  fans,  des  personnes  qu’on  ne  connaît  pas  et  avec  qui  on  sympathise  immédiatement,  tout  simplement parce qu’on a une chose en commun, le Japon.  La foule… rien que pour entrer !   

B2C - Page 12

           [Photo : J.D.] 


[Source : mangaka‐life.fr] 

Un univers magique ! Le phénomène COSPLAY 

Le Japon à perte de vue !   

Le lieu  qui  accueille  cette  JAPAN  EXPO  est  vraiment  immense.  Il  faut  minimum  2  jours  pour  découvrir  et  profiter  de  toutes  les  animations.  Évidemment, le plan est obligatoire !    

A l’intérieur, on y trouve plusieurs espaces :  ‐ Les jeux vidéo, très nombreux !  ‐ Les mangas : éditeurs, créateurs et auteurs sont présents et font leurs  dédicaces,  ‐ La salle de concert, qui accueille également les défilés et les projec‐ tions de films,  ‐ Les stands de bigoudis,  ‐ Les stands traitant de la culture japonaise,  ‐ Les spectacles d’arts martiaux,  ‐ et les espaces dédiés aux activités, telles que le baseball, où l’on peut  par exemple frapper à la batte de baseball (en référence au manga  « Prince of tennis »). 

A la Japan Expo, il y a surtout une  atmosphère  particulière,  due  en  partie  au  phénomène  « Cosplay ».  Pour  ceux  qui  ne  savent  pas  ce  dont  il  s’agit,  le  Cosplay  (composé  des  mots  anglais  « costume »  et  « playing »)  est  en  fait  une  sous  culture  japonaise  qui  consiste  à  jouer  le  rôle  de  son  personnage  favori, issu de mangas, de films ou  de  jeux  vidéo,  en  imitant  son  cos‐ tume  et  son  maquillage.  On  en  rencontre des centaines, et ils sont  très bien faits pour la plupart !    Pour  avoir  une  petite  idée,  regar‐ dez les photos , elle en disent bien  plus long que Wikipedia !    Jennifer DAIX,  2nde 8 

" L ", personnage du manga "Death Note" [J.D.] 

Non, vous ne rêvez pas, c’est bien la famille Mario !             [Photo : J.D.] 

La prochaine  « Japan Expo 11e Impact »  aura  lieu à Villepinte du 1er au 4 juillet  2010. Un conseil : ne la ratez pas !   

Mais avant cette date,  le dernier né de la famille JAPAN EXPO, la  « Japan Expo Sud »,  se tiendra  à Marseille au Parc Chanot,  du 19 au 21 février 2010.  [source : fan‐de‐dbz.com]  Venez Nombreux !    Pour en savoir plus, allez sur http://www.japan‐expo.com/  Naruto plus vrai que nature ! 

          [Photo : J.D.] 

B2C - Page 13


UE Q I M POLE

S

Le PASS CONTRACEPTION ?

i vous suivez un peu l’actua‐ lité,  vous  avez  dû  en  enten‐ dre parler…   

En novembre, Ségolène Royal, prési‐ dente du Conseil Régional de Poitou‐ Charentes,    lançait  le  Pass  contra‐ ception :    sorte  de  carnet  de  chè‐ ques  composé  de  tickets  donnant  accès gratuitement à une visite chez  le  médecin,  une  visite  chez  le  gyné‐ cologue  et  l’obtention  à  la  pharma‐ cie  d’un  moyen  de  contraception  prescrit pour 6 mois.    Sa  diffusion  devait  obligatoirement  passer  par  les  infirmières  scolaires,  mais elle n’a pas été autorisée par le  Ministre de l’Education Nationale. 

Ce dispositif  devait  permettre  de  répondre  aux  besoins  de  certains  élèves isolés dans des villages ruraux   et  n’ayant  pas  directement  accès  aux  structures  hospitalières  ou  aux  plannings familiaux.   

Cette action  n’a été proposée que  dans la Région Poitou‐Charentes et  l’Académie  de  Nice  n’est  absolu‐ ment pas concernée.    Madame JUA,N   infirmière scolaire   

Planning familial :     Centre de planification ‐  Centre  Hospitalier Intercommunal  de  Fréjus ‐ Saint Raphaël  Avenue André Léotard  83600 Fréjus  tel : 04.94.40.21.21  [Source : desirsdavenir.blog.fr]         

Planning familial : les bureaux de Dieu ?

F

ilm  de Claire Simon sorti en novembre l’année dernière, avec Nathalie Baye,  Isabelle Carré, Rachida Brakni, Béatrice Dalle, Nicole Garcia.     L’histoire : Djamila aimerait prendre la pilule parce que maintenant, avec son  copain, c'est devenu sérieux. La mère de Zoé lui donne des préservatifs mais elle la traite  de pute. Nedjma cache ses pilules dehors car sa mère fouille dans son sac. Hélène se  trouve trop féconde. Clémence a peur. Adeline aurait aimé le garder, Margot aussi. Ma‐ ria Angela aimerait savoir de qui elle est enceinte. Ana Maria a choisi l'amour et la liber‐ té. Anne, Denise, Marta, Yasmine, Milena sont les conseillères qui reçoivent et écoutent  chacune se demander comment la liberté sexuelle est possible.    Claire Simon nous installe dans le huis clos d'un centre de planning familial, perché en  haut d'un immeuble, juste sous le ciel. Une hauteur idéale pour les « bureaux de Dieu »,  c'est‐à‐dire là où se trame et se dénoue le destin des femmes. Dans la brassée d'entre‐ tiens qui composent le film, chaque mot a été prélevé sur le réel à partir d'une enquête  fouillée. Mais ces « vraies » conversations, au croisement de l'intime et du social, entre  conseillères et visiteuses, sont ici prises en charge par des actrices. Manière d'attribuer à  ces fragments d'existence une dimension plus universelle.    [Source : telerama.fr] 

B2C - Page 14


DE N O M

Monde : Les Flops et les Tops !

Thierry : le boycott ! A l'aéroport  de  Dublin,  une  affiche  publicitaire  d’un  book‐ maker anglais souhaite la bienvenue aux voyageurs arrivant.  On peut y lire "Paddy Power (nom du bookmaker) vous sou‐ haite  la  bienvenue  en  Irlande.  Sauf  si  vous  vous  appelez  Thierry !".   En  Angleterre,  nombreux  sont  les  journaux  qui  titrent  sur  « la main de la grenouille »… No comment !

Chez Berlusconi, on poursuit ceux qui posent des questions ! Le chef du gouvernement italien qui, selon un   repenti, aurait eu des liens avec la Mafia, a me‐ nacé  d'« étrangler »  les  auteurs  de  films  et  de  livres sur la Cosa Nostra. Il estime que toutes ces   histoires « donnent une piètre image de l'Italie à travers le monde ».  Depuis plusieurs mois, il s’attaquait déjà à la liberté de la presse, n’hésitant pas par  exemple à porter plainte contre les journaux La Repubblica et l’Unità. La devise de  Silvio Berlusconi serait‐elle : « Merci de ne pas poser de questions » ? 

En Suisse, les minarets font peur Suite au  référendum  «  Pour  ou  contre  les  minarets  en  Suisse  »,  la  réponse  a  été  :  contre  à  57,5%.  Les  minarets  sont donc désormais interdits… Sur cette affiche électora‐ le  suisse,  on  voyait  même  les  minarets  représentés  com‐ me des missiles.  La  presse  suisse  s’inquiète  et  déplore  :  "Les  Suisses  ont  voté avec leurs tripes (...) inspiré(s) par la peur, les fantas‐ mes et l'ignorance". Les medias ajoutent très justement : il  s’agit d’un "dégât d'image spectaculaire pour la Suisse" dans le monde. 

Discours sur le Coran pour 200 jeunes hôtesses "attrayantes"… "Cherchons 500 filles attrayantes âgées de 18 à 35 ans et mesurant  au  moins  1,70  mètre,  bien  habillées  mais  pas  en  mini‐jupes  ou  en  robes courtes", proposait l'annonce diffusée sur Internet par l'agen‐ ce  Hostessweb,  promettant  aux  candidates  60  euros  et  "quelques  souvenirs libyens".  C’était à l’occasion de la venue à Rome du colonel KADHAFI, dirigeant de la Lybie  depuis son coup d’Etat en 1970, qui a donc payé 200 jeunes Italiennes pour assister  dans une villa à un débat qui s'est avéré être un véritable cours d'islam…  Parmi elles s'était glissée une journaliste de l'agence Ansa, qui a pris des photos et  raconté le déroulement de la soirée. 

Iran : nucléaire et bombe atomique ? Deux jours  après  l'adoption  par  l'Agence  internationale  de  l'énergie  atomique  d'une  résolution  condam‐ nant  Téhéran  sur  son  programme  nucléaire  controversé,  l'Iran  annonce  sa  volonté  de  produire  de  l'uranium  enrichi  à  20%  et  de  construire  dix  nouvelles usines d'enrichissement. 

Soudan : une adolescente reçoit 50 coups de fouet pour une jupe "indécente" ! Une jeune soudanaise de 16 ans a reçu  50 coups de fouet pour avoir porté une  jupe  jugée  "indécente",  a  indiqué  sa‐ medi l'avocat de sa famille qui conteste  l'application de cette version stricte de  la  loi  islamique.  A  préciser :  la  jupe  en  question était longueur genoux ! 

Trop fort : ils n’étaient pas invités ! Elle est  arrivée  dans  une  longue  robe  rouge,  lui  en  smoking,  impeccables  tous les deux. Un couple d'inconnus  a  réussi à s'incruster lors d'un dîner offi‐ ciel de la Maison‐Blanche et à saluer le  président  Barack  OBAMA,  le  24  no‐ vembre  dernier.  Détournant  l'atten‐ tion  du  service  de  sécurité,  ils  ont  pu  s'inviter  dans  un  des  événements  les  plus prisés et les mieux protégés...  

Le Tibet est-il « chinois »? Pour le gouvernement chinois, évidemment, l'affaire est entendue : le Tibet est rattaché à l'empire chinois depuis la dynastie  des Yuan au XIII° siècle, et physiquement depuis la « réunification pacifique » de 1950 à la République populaire, décrétée par  Mao Zedong l'année précédente. Il existe même, à Lhassa, un magnifique musée moderne dont le seul but est d'accréditer cette  thèse…  B2C - Page 15


PD U O C

V

La politique, une affaire de famille ?

ULE E U EG

ous disposerez  dans  vos  mis‐ sions d'un budget confortable  d'1,3  milliard  d'euros  par  an  fourni  par  l'État,  sur  lequel  vous  aurez  toute  latitude  en  ce  qui  concerne les postes budgétaires « notes  de  frais  »  et  «  administration  pléthori‐ que et népotisme » (également qualifiés  d'  «  Écuries  d'Augias  »  par  le  Président  actuel). Si les moyens mis à votre dispo‐ sition  ne  suffisent  pas,  vous  pourrez  toujours  vous  retrouver  en  déficit  de  dizaines  de  millions  d'euros  comme  vos  i l l u s t r e s   p r é d é c e s s e u r s    Votre  profil  :  Diplômé  du  Baccalauréat,  vous  ne  disposez  d'aucune  expérience  professionnelle.  Des  notions  élémentai‐ res de Droit seraient bienvenues, même  si vous redoublez sans arrêt la fac.  Votre  éthique  personnelle  correspond  à  la  devise  de  l'EPGD  :  "Aux  âmes  bien  nées, la valeur n'est pas une nécessité"."    Telle  a  été  la  page  d'accueil  du  site  de  LA DEFENSE le 08 octobre 2009, jour où  Jean  Sarkozy,  fils  de  Monsieur  Sarkozy,  notre  fameux  président,  a  officielle‐ ment  annoncé  sa  candidature  au  poste  de  directeur  de  l'EPAD.  Comme  expli‐ qué  de  manière  subjective  et  succincte  dans la publication ci‐dessus, il s'agit de  l'Établissement  Public  d'Aménagement  de La Défense, créé en 1958, qui admi‐ nistre l'un des principaux quartiers d'af‐ faires européen, le quartier de la Défen‐ se à Paris.    En  connaissant  l'importance  de  cet  or‐ ganisme  parisien,  il  est  aisé  de  com‐ prendre  pourquoi  l'opinion  publique  a  été fortement troublée suite à l'annon‐ ce de la candidature à sa tête du jeune  étudiant de 23 ans, en deuxième année  de droit…    Cependant,  cette  demande  quelque  peu  audacieuse  serait  certainement  passée sous silence si le jeune postulant  n'avait  pas  été  le  fils  du  président.  En  effet,  comment  ne  pas  faire  de  liens  entre Jean Sarkozy et le statut privilégié  de son père dans la politique française ?    B2C - Page 16

Peut‐on  vraiment  parler  de  "népotisme  français* ", comme l'écrit la presse et les  internautes du monde entier ?  Précisons tout de même que cette candi‐ dature devait irrémédiablement aboutir à  l'élection, puisqu’il était le seul représen‐ tant  de  son  parti,  lui‐même  majoritaire  en vote.    Certains médias condamnent violemment  cette  opération,  allant  jusqu'à  surnom‐ mer  Jean  Sarkozy  "Sarkozy  II,  le  jeune".  L'affaire  rebondit  jusqu'en  Inde,  où  le  journal  Express  India  note  que  Nicolas  Sarkozy  a  «été  critiqué»  pour  «gérer  en  famille» ses affaires… Le site Internet des  Dernières  Nouvelles  d’Alsace  consacre  même  un  édito  sur  les  dynasties  politi‐ ques, notant que cette notion familière à  l'Inde  «se  porte  bien  dans  le  monde  et  devient  commune,  même  dans  les  soi‐ disant  méritocratiques  démocraties  occi‐ dentales».  

piration et des journalistes aux abois ?  Quoi  qu'il  en  soit,  ce  jeune  étudiant  de  deuxième année de droit, bien né ou pas,  ne semble pas avoir la maturité nécessai‐ re  ;  preuve  en  est  cette  demande  qui  a  provoqué les conséquences que l'on sait.     Ou alors, on pourrait être tenté de penser  qu'il  est  l'instrument,  plus  que  ça,  la  ma‐ rionnette  de  son  père,  et  du  parti  qu'il  représente,  qui  place  ses  pions  aux  pos‐ tes‐clés  de  la  société,  afin  de  verrouiller  un  système  qui  lui  permettra  d'être  à  nouveau élu.    Que  peuvent penser  aujourd'hui  les gens  d'expérience, les jeunes diplômés qui ont  acquis leur titre au mérite, en voyant ces  différences de traitement ?   

Heureusement, l'histoire  finit  bien,  l'opi‐ nion  publique,  puis  ensuite  les  médias,  ont finalement joué le rôle que l'on atten‐ dait  d'eux  :  une  saine  provocation.  Le  jeune promu a renoncé à son ambition et  ne  s'est  pas  présenté  à  l'élection,  peut‐ être  une  preuve  que  tout  cela  ne  tenait  pas la route.  Dans tous les cas, cela aura certainement  laissé  des  traces  qui  compteront  dans  l'avenir. Mais prenons garde, notre chère  et  tendre  démocratie  pourrait  progressi‐ vement  s'accommoder  d'une  dynastie  grimpante  :  "la  dynastie  des  gens  bien  nés"…  Dame Gertrude* 

[Source : come4news.com]

Alors,  cette  histoire  prend‐elle  valeur  de  symbole, en démontrant un début d'omni  pouvoir de l'État et de ces principaux re‐ présentants ? Assiste‐t‐on à une déliques‐ cence de la démocratie ?  Ou  tout  cela  ne  relève  t‐il  que  d'un  fait  divers  parmi  tant  d'autres,  exploité  par  des  partis  d'opposition  en  manque  d'ins‐

*Dans le dessin animé Robin des  bois  de  Walt  Disney,  Dame  Gertrude est la poule valeureuse  qui  n'hésite  pas  à  dénoncer  les  injustices du Prince Jean. Elle n'a  pas  la  langue  dans  son  bec  et  défie les gardes royaux lors de la  bagarre  générale  après  le  tour‐ noi de tir à l'arc. On peut la voir  notamment  mettre  à  terre  une  rangée de rhinocéros lors d'un  Le Prince Jean dans exercice de plaquage mémora‐ Robin des bois [Source : notrecinema.com] ble ! 

 

* Népotisme  :  «  Abus  qu’une  personne  en  place  fait  de  son  influence  en  faveur  de sa famille , de ses amis ».  


EX

RE B I L ION S S E PR

U

Mémoires de la boîte aux lettres du troisième étage

ne lettre  arriva  un  matin,  plus tôt que les autres.  Le  bruit  que  le  papier  fît  en  se frottant aux parois d’a‐ cier  de  la  boîte  aux  lettres  fût  doux  mais  très  court.  Cette  lettre  n’était  pas cachetée, ni signée d’ailleurs, elle  était comme l’enfant ayant perdu ses  parents,  sans  aucune  identité,  ne  pouvant retourner entre les mains de  son souscripteur.    Elle  resta  plusieurs  heures  terrée  au  fond  de  la  boîte  sombre  et  froide,  essayant  d’oublier  le  bruit  du  vent  glacial. Elle serait bien restée là : être  oubliée, ne jamais être lue, elle avait  si honte des mots qu’elle comportait,  que  la  pauvre  lettre  sentait  tout  son  papier  se  durcir  à  cette  simple  pen‐ sée.  Elle  ne  réussissait  pas  à  se  dire  qu’elle était une telle infamie, que sa  simple  lecture  pourrait  détruire  la  beauté  que  l’on  imaginait  de  la  vie.  Malgré le fait que son écrivain soit un  être  de  la  pire  espèce  et  que  sa  plu‐ me  ait  pu  délivrer  des  mots  si  igno‐ bles, elle aurait tout fait pour retour‐ ner entre ses mains. Pourquoi tout le  malheur  du  monde  lui  était‐il  desti‐ né ? Il était gravé en son cœur, dessi‐ né sur sa chair de papier.    Le temps paraissait si long au fond de  ce  trou  noir,  et  chaque  petit  bruit  alertait  la  malheureuse.  Lorsqu’une  porte  s’ouvrait  et  que  quelqu’un  semblait  s’approcher,  la  lettre  es‐ sayait  de  s’enfoncer  au  plus  profond  de la boîte, tremblotante comme une  feuille  au  vent.  Mais  personne  n’ou‐ vrait, et elle restait seule, si heureuse  de sa solitude.    Le  temps  long  la  fit  réfléchir.  Elle  connaissait  par  cœur  les  mots  écrits  sur son corps, ils semblaient la hanter  tels de sombres démons. Plus elle les  lisait, plus la douleur se dissipait. Plus  le  temps  passait,  plus  la  peur  s’es‐ tompait. Comme si, au final, tout n’é‐

tait pas  si  grave  et  qu’elle  oubliait  l’horreur  qu’elle  représentait.    Elle  se  surprit  à  penser,  à  penser  à  ce  qu’elle  avait  vécu,  aux  mo‐ ments  doux  qu’elle  avait connus. Aux peu  de  moments  de  bon‐ heur qui lui avait été  accordés,  les  quel‐ ques mots lui ayant fait croire  qu’elle  serait  de  bonne  augure…  La  pauvre  avait  vite  déchanté,  ses  illu‐ sions  se  décousant  au  fil  des  mots  tracés. C’était une injustice sans nom,  se  disait‐elle,  pourquoi  devait‐elle  supporter  une  telle  infamie ?  Elle  se  souvenait  la  hargne  de  la  plume  ap‐ puyée, et les cris résonnant dans l’im‐ mensité puante du bureau de sa nais‐ sance.  Cette  sensation  douloureuse  s’acharnait  à  la  faire  souffrir  encore  un  peu,  et  l’attente  interminable  se  transforma en calvaire sans nom.    Les  questions  s’ammenant  avec  le  temps  la  hantaient  de  plus  en  plus,  elle se demandait ce qui allait se pas‐ ser,  de  quelle  manière  elle  allait  dé‐ truire l’existence de quelqu’un d’inno‐ cent.  Mais  elle  n’y  pouvait  rien,  et  dans le désespoir le plus profond, elle  se mit à penser au monde et à ce qui  l’entourait,  dans  l’expectative  de  ne  jamais  être  trouvée.  Elle  se  demanda  pourquoi  il  avait  fallu  que  quelqu’un  soit  méchant  avec  une  autre  person‐ ne, que ce quelqu’un ait une envie de  destruction,  par  quels  moyens  était‐il  arrivé  à  une  telle  haine ?  Comment  pouvait‐on  être  si  mal,  au  point  de  dire de telles choses et d’en venir à la  volonté de détruire les instants que la  vie procure ?    Par ses mots infâmes il avait rompu la  colère l’habitant, dans l’espoir d’enfin  se  libérer  du  mal  qui  l’affectait.  Mais  tout  cela  pour  en  échange  de  quoi ? 

Se sentait‐il  plus  heureux  d’avoir  écrit  de  tels  mots,  se  sentait‐il  de  nouveau  vivant ?  Non.  Tout  cela  était voué à l’échec et représentait  l’impuissance  de  cet  homme  face  au monde.  Il  avait  cru  pouvoir ga‐ gner,  pouvoir  vaincre  la  douleur  et  la colère le rongeant, mais il se lais‐ sait encore un peu dévorer par elle  malgré  le  fait  qu’il  ait  écrit  sur  la  pauvre lettre.    Elle  savait  tout  cela,  et  en  y  réflé‐ chissant,  elle  se  trouva  moins  odieuse,  elle  représentait  la  dou‐ leur incarnée, et non le mal, et cela  la  rassura.  Elle  sentit  tout  son  être  se détendre et s’aplatir doucement  dans  le  fond  de  la  boite.  Ses  pen‐ sées s’envolèrent au loin, la laissant  voguer  au  grè  des  mots  qu’elle  connaissait ;  elle  ne  se  rendit  mê‐ me  pas  compte  qu’une  personne  arrivait, d’un pas lent et sûr, que la  petite  porte  s’ouvrait,  laissant  en‐ trevoir la lumière. Les doigts fins et  longs décachetèrent l’endormie.      Héloïse PRIM,  Tle ES2 

B2C - Page 17


RE U T L CU

Ron Arad ou le génie anticonformiste du Design Ses œuvres  les  plus  connues  sont  notamment :   ‐ Chaise Tom Vac  ‐ Rocking Chair Rolling Volume,  ‐ Étagère Bookworm    Toutes  ces  œuvres  créent  l’illusion  d’une  atmosphère  terrifiante,  où  les  surfaces  lisses  métalliques  auraient  tout d’un coup pris forme humaine. 

Ron Arad, l’anticonformiste [Source : designscout.dk] 

S

Quand on voit Ron, on a devant soi  un  enfant  qui  a  cessé  de  grandir,  pour rester  émerveillé  sur le monde  qui  l’entoure.  Tout  peut  l’inspirer  et  l’étonner : une chorégraphie de dan‐ se,  un  concert,  une  visite  à  un  mu‐ sée…  Mais surtout,  il ne se réduit à aucun  domaine,  aucune  discipline,  et  va  dans  le  sens  contraire  des  tendan‐ ces,  c’est  pour  cela  qu’il  a  quitté  le  métier  d’architecte  pour  se  tourner  vers  le  design  et  se  dépasser  sans  cesse.   

on nom  ne  vous  est  peut‐ être pas familier et pourtant,  il  est  reconnu  internationa‐ lement  dans  le  monde  des 

arts.   Difficile de présenter Ron Arad : offi‐ ciellement  il  est  designer,  mais  ses  œuvres transcendent  le travail  habi‐ tuel  des  designers,  voire  l’art  lui‐ même.    Il  n’y  a  que  lui  qui  puisse  qualifier  son travail à travers cette définition :  "Si vous posez la question à un desi‐ gner,  ils  vous  diront  que  je  fais  de  l'art,  si  vous  posez  la  question  aux  artistes, ils vous diront que je fais du  design".    Né à Tel‐Aviv en 1951, il est très vite  attiré  par  l’architecture  qu’il  étudie‐ ra  à  l'Architectural  Association  School  of  Architecture  de  Londres.  Puis  après  un  voyage  en  Italie,  il  se  tournera  plutôt  vers  le  design,  qui  restera  alors  son  domaine  de  prédi‐ lection.    Mais  généralement,  les  gens  aiment  connaître l’homme qui se cache der‐ rière  l’artiste,  c’est  donc  pour  cela  que  nous  allons  tenter  d’analyser  son vécu, ce qui le caractérise à tra‐ vers ses œuvres.  B2C - Page 18

Chair by its cover  [source : centrepompidou.fr] 

Le monde de Ron Arad est un monde  empreint  de  vision  futuriste,  avec  ses courbes déstructurées, ses maté‐ riaux  à  la  fois  simples  et  étonnants.   En  admirant  ses  deux  créations  des‐ tinées à s’asseoir (voir les deux pho‐ tos),  on  sent  que  le  confort  en  soi  pour  Ron  Arad,  n’est  qu’une  notion  abstraite et subjective. 

Fauteuil Oh Void 2  [source : centrepompidou.fr] 

No Discipline, affiche de l’exposition Ron Arad   au Centre Pompidou  [source : blog‐uaredesign.com] 

A l'image  de  son  exposition  du  20  novembre  2008  au  16  mars  2009  à  Paris,  l'ensemble de  sa  vie et de ses  œuvres  se  résume  au  slogan  sui‐ vant : "No Discipline".    Personnellement,  j’ai  été  agréable‐ ment surprise et complètement sub‐ juguée  par  son  exposition  dans  la‐ quelle  sont  présentées  des  objets  tout aussi étranges qu’épurés.    En sortant, on ne peut que poser un  autre regard sur le monde du design.  C'est pour cela que je vous conseille  de  vous  intéresser  à  cet  «  Avant‐ gardiste » du Design, il changera sû‐ rement  votre  vision  de  l’espace,  et  donc de la vie.    Morgane CLAVEL, 1L1 


IQ MUS

UE

Oasis : la fin du mirage ?

Le 28  août  dernier,  pas  moins  de  30  000 spectateurs s'accumulaient devant  la  scène  principale  du  festival  Rock  en  Seine.  Ils  n'attendaient  que,  pour  la  tête d'affiche de cette année : OASIS.  Plus  que  5  minutes  avant  de  voir  dé‐ barquer  le  quintette  de  Manchester  sur  scène.  Soudain,  un  message  clair  apparaît sur les écrans du festival :  « A la suite d'une altercation au sein du  groupe,  le  concert  d'OASIS  est  annu‐ lé  ».  Aucun  des  spectateurs  n'en  croit  ses yeux…   

Pour ne  pas  changer,  juste  avant  leur  prestation,  Liam  est  complètement  saoul  dans  les  coulisses,  et  importune  Noël.  La  dispute  prend  une  issue  vio‐ lente,  le  chanteur  va  jusqu'à  exploser  la guitare de son frère. C’est la goutte  d’eau  qui  fait  déborder  le  vase  ;  Noël  s’en  va  furieux,  clamant  qu’OASIS  est  terminé  et  laissant  le  groupe,  les  fans  et les organisateurs en plan. Heureuse‐ ment  pour  eux,  MADNESS,  qui  avait  déjà  joué  la  veille,  n’hésite  pas  à  les  remplacer.    Niant  d’abord  la  fin  du  groupe  malgré  le  départ  de  son  parolier  et  composi‐ teur,  le  leader  annonce  finalement,  début  octobre,  la  séparation  officielle  d’OASIS.     

Oasismania ?   

Le succès  venant  dès  leur  premier  single,  ils  ne  tardent  pas  à  se  faire  connaître  dans  le  monde  entier.  Si  le  premier  album  marche  plutôt  bien,  le  second  (What’s  the  story?)  Morning  Glory  est  un  «  France  succès  »  si  on  peut dire, auprès des critiques comme  du  public.  Considéré  par  beaucoup  comme  leur  meilleur  CD,  ils  en  tirent  les  deux  singles  Wonderwall  qui  ont  monopolisé  la  première  place  des  charts  internationaux  et  Don’t  Look  Back  in  Anger,  leur  morceau  le  plus  célèbre, notamment en Angleterre où  il  devient  même  un  hymne  pendant  les  matchs  de  foot  !  Cet  album  mar‐ que  surtout  l’apogée  du  groupe,  « l’Oasismania »… 

L’enfance d’OASIS 

[Source : music‐story.com]

Lettre de démission    Quelques jours avant, OASIS avait déjà  annulé  sa  date  en  Angleterre  avec  comme  excuse  officielle,  une  «  extinction  de  voix  »  du  leader  et  chanteur  du  groupe,  Liam  Gallagher.  Noël,  guitariste  et  frère  aîné  de  Liam,  avouera  plus  tard  que  son  cadet  était  « simplement trop défoncé ».Il en pro‐ fitera  pour  poster  sa  «lettre  de  démis‐ sion» sur le blog officiel, ne cachant en  rien les raisons de son départ.     En  effet,  le  guitariste  en  aurait  bavé  durant les derniers mois de la tournée.  Même  si  l’histoire  d’OASIS  n’a  jamais  été de tout repos, l’ambiance entre les  frangins  semblait  s’être  sérieusement  dégradée,  Noël  ne  supportant  plus  Liam  qui  prenait  son  grand  frère  pour  son  souffre‐douleur.  Leur  guerre   continuera  même  via  Twitter  et  blogs  respectifs interposés. 

Il y a 18 ans environ, Liam prenait pos‐ session  du  micro  de  RAIN,  ébauche  d’OASIS,  peu  avant  que  son  frère  ne  les  rejoigne  en  tant  que  guitariste  et  ne fasse décoller la carrière du groupe  avec  ses  chansons.  Il  ne  faut  pas  en  déduire  que  ce  groupe  ne  tenait  qu’à  l’inspiration  d’un  seul  homme.  C’est  vrai,  Liam  incarnait  plus  souvent  le  groupe,  représentant  à  lui  seul  la  «  Rock’n’roll  Attitude  »  et  lâchant  des  déclarations fracassantes, faisant alors  passer son grand frère au second plan.  Et puis de toute façon on ne s’improvi‐ se pas chanteur !    OASIS  ne  se  résume  pas  non  plus  à  deux frères qui se chicanent, on comp‐ te  5  musiciens  dans  le  groupe  :  Paul  « Bonehead » Arthurs et Paul « Guisy »  McGuigan  occupaient  respectivement  la guitare (rythmique) et la basse sur la  moitié des albums studio avant de par‐ tir, laissant place à Gem Archer et An‐ dy  Bell,  nettement  plus  expérimentés  et, avouons‐le, charismatiques.    La formation va par contre jongler avec  ces  batteurs  même  si  on  soulignera  une collaboration avec Zak Starkey (fils  de Ringo Starr himself !) qui les quitte‐ ra  au  profit  des  WHO  (oui,  ceux  des  années 60 !). 

[Source : Qthemusic.com] 

Toute bonne  chose  ayant  une  fin,  le  succès  retombe  jusqu’en  2005  avec  leur album Don’t believe the truth sur  lequel figurent le très bon The  impor‐ tance  of  being  idle  ou  Guess  God  thinks  I’m  Abel.  Sans  être  LE  come‐ back,  le  disque  obtient  de  bons  avis  des  critiques.  Le  dernier  CD  en  date  Dig  out  your  soul,  laissait  penser  que  le quintette serait encore sur scène en  2012  mais  le  destin  en  aura  décidé  autrement.   

Et maintenant ?   

Aujourd’hui, Noël,  qui  préparait  déjà  un side‐project en solo depuis bientôt  un  an, compte  bien  mener  son  projet  à  bout.  De  son  côté,  Liam  rentre  en  studio  après  les  fêtes  dans  le  but  de  sortir  un  album  d’ici  juillet.  La  guerre  des  Gallagher  semble  donc  continuer  de plus belle et commence déjà à faire  couler l’encre de la presse anglaise…   

Mélanie Clamart, 2nde 8  B2C - Page 19


I

I EW V R NTE

VIP

Des assistants de langue au lycée !

C

haque année,  le  lycée  accueille  des  assistants  qui  découvrent  les  cours  en  France  et  deviennent  pendant  quelques  mois  des  « profs natifs ».  Cette  année,  trois  assistants  sont  présents  à  St  Ex. Nous  avons  décidé  de  les  rencontrer  pour une interview exclusive !   

B2C :  « Pourquoi  avez‐vous  voulu  devenir  assistants de langue ? »  LAURA  :  « Pour  apprendre  et  améliorer  la  langue  française.  J'aime  la  France  et  j'ai  étudié  le  français  à  la  fac.  Et  puis  je  pense  que c'est une belle expérience à faire ».  CAROLINA :  « Moi  aussi,  pour  apprendre  le  français,  et  connaître  la  France  qui  est  un  très beau pays... »  RICHARD : « Pour améliorer mon français et  mieux  parler.  J’aime  vraiment  la  langue  française.  Depuis  très  longtemps,  j’ai  une  sorte de rêve, c’est être bilingue. Alors par‐ tir  à  l'étranger  en  dehors  des  vacances  m’a  semblé  un  bon  moyen.  J’envisage  de  deve‐ nir prof, alors cette expérience, c’est un peu  « Trying  before  buying !  »  [NDLR  « essayer  avant d’acheter »]. 

B2C :  « Combien  de  temps  dure  cette  année  d’as‐ sistanat en France »?  TOUS :  « C'est  une  sorte  de  stage  qui  dure  7  mois,  du  1eroctobre  au  30  avril.  Ça  passe  très  vite,  cer‐ tains assistants essaient de rester un peu plus long‐ temps,  jusqu’en  juin,  mais  c’est  vrai  qu’à  partir  de  mai,  on  n’est  plus  payé  puisqu’on  n’enseigne  plus,  et qu’il faut continuer à payer son loyer ! » 

B2C :  « Pourquoi  avoir  choisi  la  France  et  Saint‐Ex ? »  LAURA :  « Moi  je  voulais  venir  sur  la  Côte  d'Azur, alors j'ai mis des villes aux alentours  de Nice ! Mais je n’ai pas vraiment choisit St  Ex, on m'y a affecté ».  CAROLINA : « C'est à peu près pour les mê‐ mes raisons. Et puis, la Côte d'Azur est une  des  plus  chaudes  régions  de  France,  celle  qui  correspond  le  plus  à  mon  climat  habi‐ tuel ! (rires) ».  RICHARD : « Au départ, j’avais fait plusieurs  choix, chacun pour des raisons différentes :  d’abord Nice et ses alentours, pour le climat  (rires) et aussi parce que Nice est une gran‐ de  ville.  Ensuite  Lille  parce  que  pour  moi,  c'est  le  carrefour  de  l'Europe.  Et  en  3ème  choix,  Grenoble  parce  que  j'adore  faire  du  snowboard !  J'ai  finalement  été  affecté  à  Saint‐Raphaël  et  j’en  suis  très  content,  c'était mon premier choix. » 

B2C :  « Trouvez‐vous  que  les  élèves  français  et  le  fonctionnement du lycée en général sont différents  par rapport à ce qui se passe votre pays ? »  LAURA: « Non, pour moi, les élèves sont pareils, ils  ont  le  même  comportement.  Par  contre,  le  fonc‐ tionnement  du  lycée  n'est  pas  tout  à  fait  sembla‐ ble : en Italie, les élèves restent dans la même salle  de  cours  toute  la  journée,  ce  sont  les  professeurs  qui  changent.  Et  puis,  les  horaires  ne  sont  pas  les  mêmes : il y a cours de 8h30 à 14h. Après, les élè‐ ves  rentrent  chez  eux  ou  font  du  sport.  La  contre  partie,  c’est  qu'ils  n'ont  pas  autant  de  vacances !  (rires). »  CAROLINA:  « Oui,  c’est  vrai,  les  élèves  au  Mexique  sont  les  mêmes  qu’en  France.  Mais  les  cours  com‐ mencent à 7h du matin et finissent à 13h. Ensuite,  les  élèves  n'ont  que  20  minutes  pour  manger  et  il  n’y  a  pas  de  cantine,  tout  le  monde  doit  amener  son repas ».  RICHARD: «  Ce qui m’a étonné, c’est que les élèves  en France sont extrêmement polis ; par exemple, ils  se lèvent quand le professeur entre dans la salle, ce  que les élèves américains ne font pas. Par contre, il  y a des comportements qui ne seraient pas permis  aux  USA,  parce  que  considérés  comme  "choquants"  :  par  exemple  les  élèves  en  couple  sont  très…  comment  dire…  très  proches  (rires) :  ils  s'embrassent,  se  tiennent  par  la  main,  etc.  On  ne  voit  pas  ça  aux  USA,  sauf  plus  tard,  dans  les  cam‐ pus.  Beaucoup  d’élèves  français  fument  aussi...  Nous, si un élève est pris avec une cigarette au fond  du sac, il risque d’être renvoyé. Et puis en France, il  y  a  des  redoublements,  ce  qui  est  très  rare  chez  nous.  Au  sujet  du  fonctionnement  du  lycée,  ce  n’est  pas  tout  à  fait  pareil,  en  général  les  cours  ont  lieu  de  8h25 (ou 7h25 pour les bons élèves) jusqu’à 14h25.  L'après  midi  est  souvent  réservé  au  sport  ou  aux  activités comme le théâtre. 

B2C :  «  Est‐ce  facile  de  devenir  assistant,  quelles sont les démarches à faire ? »  LAURA  :  « En  Italie,  on  doit  s'inscrire  au  Ministère,  montrer  sa  licence  et  ses  notes  en français et en italien. C'est sur ces critè‐ res  qu'on  est  sélectionné  ou  pas.  On  est  assez  nombreux  à  se  présenter,  et  il  n'y  a  que 180 postes pour toute la France ».  CAROLINA :  « Au  Mexique,  on  doit  fournir  sa  licence,  c'est  obligatoire.  Ensuite  il  y  a  aussi  une  sélection,  car  il  n’y  a  que  150  postes. »  RICHARD:  « Aux  USA,  on  doit  remplir  un  formulaire,  en  français.  Ensuite,  on  doit  fournir  2  lettres  de  recommandation,  dont  une d'un prof de français de fac, et aussi un  relevé de note. 

B2C - Page 20

RICHARD, assistant d’ANGLAIS (29 ans, américain, vient de Californie),  CAROLINA, assistante d’ESPAGNOL (29 ans, mexicaine, vient de Queretaro),  et LAURA, assistante d’ITALIEN (25 ans,  italienne, vient de Sicile)   [photo : C.D.] 

B2C :  « Au  lycée,  com‐ ment  vous  organisez‐ vous ? »  TOUS :  « Chacun  de  nous  a  un  professeur  coordinateur,  mais  on  intervient  dans  beau‐ coup  de  classes.  On  explore  le plus de cho‐ ses  possible  avec  tous  les professeurs, ils nous  aident  vraiment  beau‐ coup ».    

B2C :  « Comment  trou‐ vez‐vous  les  élèves,  et  la ville de Saint‐Raphaël ? »  LAURA  :  « Les  élèves  sont  attentifs,  et  d’au‐ tres  un  peu  moins,  c’est  sûr…  En  fait,  je  suis  un  petit  peu  déçue  par  la  ville :  elle  est  très  belle,  mais  il  n'y  a  pas  beaucoup  de  monde  dans  les  rues…  Le  soir,  c'est  un  peu  vide  (rires) ! Je  pensais  rencontrer  plus  de  fran‐ çais.  Du  coup,  les  assistants  restent  souvent  entre eux, c’est dommage…»  CAROLINA  :  « Beaucoup  d’élèves  n'ont  pas  assez  de  vocabulaire  en  espagnol.  Je  trouve  que 2 heures par semaine, ce n'est pas suffi‐ sant  pour  apprendre  une  langue...  Sinon  je  suis  très  contente  de  la  vie  ici,  les  gens  sont  très  aimables  et  sympas.  Il  y  a  beaucoup  de  gens qui font du sport. »  RICHARD : « Saint‐Raphaël c'est vrai que c’est  calme (rires), mais c’est très sympa à vivre ! »   

B2C :  « Suite  à  ce  stage,  voudriez‐vous  faire  un métier en rapport avec la langue françai‐ se ? »  LAURA  :  « Je  ne  suis  pas  encore  tout  à  fait  décidée, mais professeur de français en Italie,  ça me plairait. »   CAROLINA  :  « J’aimerais  être  psychologue  au  Mexique. »   RICHARD  :  « Peut‐être  professeur  de  fran‐ çais... Mais je ne suis pas encore décidé pour  le pays : soit en France soit aux USA ! »   

B2C : « Que faites‐vous pendant votre temps  libre ? »  LAURA  :  « Je  cours,  je  vais  au  cinéma,  et  re‐ garde la télévision en français ! »  CAROLINA : « Je fais du roller et aussi du yo‐ ga. Je garde mon argent pour voyager, je veux  aller à Paris, en Finlande et en Angleterre ! »   

B2C :  « Quel  est  le  proverbe  de  votre  pays  que vous aimeriez nous faire connaître ? »  LAURA : « Meglio un uovo oggi che una galli‐ na domani » [1 tiens vaut mieux que 2 tu l’auras].  CAROLINA  :  « Mas  sabe  el  diablo  por  viejo  que  por  diablo »  [le  diable  en  sait  plus  grâce  à  son âge que parce qu’il est le diable].  RICHARD  :  « Be  excellent  to  everyone,  and  party on, dude ! » [sois sympa avec tous et fais la  fête ! Célèbre réplique du film Bill & Ted’s excellent  adventure].               Jessica BERTONE 

et Alicia CALI, 2nde 8 

B2C n°7 Décembre 2009  

B2C n°7 Décembre 2009

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you