Page 1

LE RETOUR

DU GAH R&€EIt


arc

ay

~etour

•

I

aux sources

IIporte Ie Barbour tel Ie manteau du Sacre, respire sa passion au quotidien et entend bien qu'elle perdure aupres de ceux sachant la vivte. Marco Raymondin pratique la mota comme il I'aime : sans aucune limitation... TEXTE: MICHEL BIDAULT

PHOTOS: FAORICE BERRY


~ I~BROOKLANDS

= ......

I

I boitille toujours un peu, stigmates d 'une recente chut e au trial de Mons du rant Icquelle il s' cst brillnmment

casse la jambe. A bientot soixante bouaics, Marco chatouillc encore suf­ fi summcnt les chronos ct lcs zones pour se meure quelquef ois par terre, Ie plus souvent au guidon d'une anglaise qu'il connait si bien... ct depuis longtemps. Des seize ans. Ie permis en pochc, d'un petit bou­ lot it l' autrc. il economisera assez pour s' of­ frir une BSA. Rien de plus fo rm atcur pour I'apprcntissage de la route et de la mecani­ que rcunics ! Apre s un stage en Anglctcrrc dans l'usi nc Oll naquit sa moto, il finit par se resoudrc 11 accepter unc contamination 11 la becane devcn uc absolumcnt incurublc, Un ceil Sill' ses eludes d'i ngenieur des Travaux Publics. l'a utre dans sa caissc il outils ct Ie cui pose sur la selle d 'u nc 1000 Vincent. Marco. en puriste, tournera la page des sixties positionnc en limande sur son gros twin, afin de taxer les poles dejil en j aponaises. Question boulot, les ponts, arcades et autres constructions massives seront peu 11 peu oublies. Ie passionne de motes avait d'uutrcs idees en tete, dont celie d' ouv rir un magasin, Le projct sc concretiscra cn 1973, apres l'achat 11 Villcpinte, en banlieue Parisienne, d'un bouclard . .. de velos ! Certcs, Ie nom­ brc de roues y ctait, mais le manque d'un motcur entre celie de devant et sa frangine il l'arriere se fit si cruellement scntir, que tres rapidcmcnt un coin de l'at clier fUI arnenuge pour retaper. entretenir ou reparer, les rneu­ les natives d'Outre-Manche.

La famille Raymondin arrive sur Ie circuit du Castellet pour une manche du championnat Afamac. Notez la 500 XT aux cotes de la Triumph: .

Bouclard abicvclenes Une bonne idee. le bouchc II oreille fonc­ tionnait alors il merveille dans Ie milieu. et l'cxpcri encc acc umu lec aux manettes de ses anglaises faisait dejil de Marco un specialisle repute. A lei point que Serge Pezzoli. alors president du com ite de redac­ tion de Mota Revue, fe ra appcl u lui pour restuurcr quelques pieces de sa collection personnclle. Une activite nouvelle, depas ­ sanI les reglages ou l'entretien de machines qu'il connaissait parfaitcmcnr, s' agissant de rerneure en ctat d' origine des brele s sou­ vent retrouvees incompletcs ou tcrriblcrncnt abimees. Auteur d'un travail remarquable, son talent l'cruralncru ensuite vers la collec­ tion de Michel Pont, autre "m otocleph ilc' compulsif, doni il requinquera l' armada de petites vieilles, perrnettant 'lU X mamics de retrouver lcs atours de Icur prime jcu­ nesse, Un exercice co mpletcment inedit it la fin des annees 70 . C' est preciscment it cettc periode que Marco Raymondin, prat iqucment autant esthete qu 'un archco­ logue verse dans la rnornic cgypticnnc, crea I'AFAMAC et I"AFATA. competitions rescrvccs aux motocyclettes nces d'uva nt la derniere pluie, bataillant sur circuits en vitcsse, Irial ou cross. .; Concernant son cchoppc, Ie "Canal". premiere boutique hicyclettes et motes, avait emigre jusqu ' 11 Tremblay-Les-Goncssc, ct ne se consacrait qU'il la restauration des motos. mission per-

Cofondateur de I'AFATA, Marco n'a pas renonce au trial.

C'est avec cette 500 Triumph qU'i! s'est blesse Q Mons fin 2008.


Petite viree sur la cote atlantique au guidon d'une BSA 650 Firebird Scrambler. Remarquez "integral Bell.

a

A Beauval-en-Caux l'occaslon du Norman Scramble sur une CZ 360 de motocross. De boue les braves!


BROOKlANDS

pctuec par la suite boulevard de Stalingrad il Paris, avec l'apparit ion d'un e nouvelle appe llation : « Brookl ands Motors » , en I'honneur du circuit britannique en forme de haricot, sur lequel s' arsouillaicnr, uvunt guerre, Vcloceu c, Norton el autrcs hrel on s herisses de boulons aux mensu rations bien particulieres. Desorma is, Marco associeru le nom de ce temple de la vitesse il routes scs aventurcs. doni cclle cntrcprisc en 1983 a Alfortville dans Ie Val-de-Marne. Outre la remise en jarnbes de vieilleries, l' us de la clef il moleue y vendait aussi des MZ, ct l'cntrepri se filait autant bon train que bonnes becanes ...

Sima tente... Courant So.les pittoresques freres Castiglioni rac heterent Duc ati , et Marcel Seurut, impor­ tatcur de la marque en France, chcrchait des concessionnaires, Marco Raymondin, natu­ rcllern ent pas inse nsible

a la

Par-dessus tout Marco aime les Triumph, iI toutes les sauces : ci-dessus version motocross avec cette Rickman Metisse de toute beaute...

pers onnalitc

attachante du gros Marcel, s'c rn pressa de signer pour eire de la parti e. Unc clause dn contmt lui permettait tout efois de poursuivre l'astiquagc des anglaises, a condition qu'Il se prati que a titre personnel sur du materi el d' autrefois. Le navire Brooklands a present ancrc il Villejuif al un jcr de pierre de la Porte d ' Italie. log ique ), s 'ensuivit unc ere complice avec Ie patron de la Sima, tape dans la main valant tous les paraphes. per­ mettant it Marco des coups co m mercinux dimportance, ou d' ctauchcr sa soif de com­ pete. notamment en montant un team d' en­ durance pour Ie Bol dOr ct Ics 24 Hcures du Mans, avec Stcphane Chambon pour arniral.. . La celebrution du vingt et uniernc sieclc coincidera avec une approche diffe­ rente des methodes de travail cheres au cccur du puriste. Son affaire, pouruuit parmi les premieres de France, ne lui procuruit plus les memes satisfactions que naguerc, C' ctait ni un problemc de personne avec les assoc ies ou d' incomprchension notoirc face aux rem­ placants de la grande cpoquc, mais depuis Ie rachat du groupe par d'impcrsonne ls financiers, la magic passionnclle .~ ' etiolait. Lcs tcrmes "volumes de vent es" , "objectif" , "marketing" n' ayanr d'uutrcs cffcts que lui ecorcher les orcilles, Marco decideru de reprendre progressivernent sa libcrtc, Une transition en douceur ponr rctrouver ses pre­ mieres amours, en batissant « Brooklands Classic » , dans lcs locuux d' Alfortvillc doni il ne s 'etait ja mais separc. Ma intcnant Jibe­ rc des assommantes contraintes liecs il ia dem csurc, Raymondin j ubile de nouveau dans le negoce de becanes construites entre Ics annees 60 el 80. De quoi lui laisser le temps de se briscr lin os de temps i1 autre, d'echafauder Ic projet de hattre un record du rnondc il Bonneville sur sa 500 Triumph de 62, et de rouler i1s'cn ctourdir sur ses bel­ Ies prclerecs, persuade qll'en fin de comptc la molo se dcgustc davantage qu' ellc nc ~'C conSOlllme. Brooklands Classic : 27 rue Marcelin Berthelot 94 140 Alfor tville, Co ntact au 06 09 78 06 11.

... La 650 des annees AFAMAC qui va bien tot recevoir une cure de jouvence pour chatouiller ies records de Bonneville sur Ie Lac Sale...

Circuits de te

..' enfin la 500 ex-John Giles qui a participe aux JSDT 1977 et que I'on va bientot retrouver dans les specioJes d'enduro fram;aises.


En trial on n'a pas Ie droit de mettre Ie pied par terre, en vitesse si ! A Montlhery en 1979 sur 10Norton 500 E52.

,

:rre ou d'asphalte, les deux ont la faveur de Marco Avec5ammy Miller ou pied du Ben Nevis iJ l'occaslon des six jours d'Ecosse.

De gauche iJ droite: Moreo, Ludivine Puy, Herve Ledin, Moreel et ru ÂŤ,Âť,'.... . Jeanine Seurat,

~ ~:)

Moto Revue Classic  

Article dans Moto Revue Classic