Page 1

STS sas Parc d’activitÊ des 70 arpents Rue de Belloy 95560 Montsoult

: 01 34 69 95 10 : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr Internet : www. sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE Ingénierie des Surfaces

A

Le métier et l’offre de STS

1à 6

B

Thermoplongeurs standards cylindriques, verre, céramique…et gaines

7 à 13

C

Thermoplongeurs standards plats téflon

14 à 16

D

Eléments de chauffage spécifiques

17

E

Compatibilité matière et bain

18

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


Protection chimique Protection électrique Protection mécanique Encapsulation, Démoulage Anti-adhérence, aide à la nettoyabilité

Par projection de médias écologiques: Minéral Végétal Métalliques Plastiques

Chimiques • Outillages standards et spécifiques • Paniers de traitement • Paniers de charge Anodique • Têtes d’Alimentation • Porte-Anode • Eléments de chauffage de bains

Billes de verre Bicarbonate de Sodium Air comprimé Glace sèche cryogénique

Par immersion, en zéro-rejet liquide Décapant bio-sourcé

Organiques • Balancelles et prototypage rapide

pour :

Mécaniques • Balancelles de Grenaillage inusables Thermiques • Outillages mécano-soudés réfractaires • Unités de Décapage UDECI & MODAC

Nettoyage Dégraissage Dérochage Microbillage Décapage de peinture Grenaillage avant peinture…

pour pièces à valeur ajoutée

Sols et Façades de Bâtiments appartenant au Patrimoine Par technologie hydro ou Aéro- Gommage Par application de Traitements liquides Décapant de crépis et Peintures Anti-mousse, algues, moisissures.. Détergent Désinfectant écologique Nettoyeur graffiti, protection de pierres Détartrant, Désincrustant Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


ELECTROLYSE (ChromageZingageNickelageCadmiage, DorageArgentageOxydation AnodiqueAlodine….)

PEINTURE (Poudre, Liquide, Cataphorèse (PLC))

Outillages spécifiques revêtus

REVETEMENTS INDUSTRIELS

ECOPLAST

Balancelles spécifiques pour pieces plastiques

RILSAN

Outillages Standard Titane

Prototyper®

F.A.A.X.

Outillages spécifiques Titane

Eléments de masquage spécifiques, réutilisables

Pour la maîtrise des entraînements

Prototypage rapide

GRENAILLAGE (A charge suspendue)

(Sur substrats éligibles)

Balancelles spécifiques pour pièces métalliques

Outillages Rack & Roll

DECAPAGE

MODAC : Technologie par Projection d’air comprimé et revêtement FAAX

UDECI Technologie par immersion en zéro rejet Liquide

Balancelles spécifiques “anti-usure”

TRAITEMENTS THERMIQUES

LOGISTIQUE

Outillages Containers réfractaires sur mesure pour Mécanosoudés transport de spécifiques pièces à valeur ajoutée

Masquage à la demande, réutilisable

Hydrophobe

Paniers spécifiques Pour charge anodique Pour traitement

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE Ingénierie des Surfaces

PLASTISOL pour :

PHTALATE

FREE

• • • •

Revêtement F.A.A.X Hydrophobe

Antiadhérence

Haute protection chimique Encapsulation, Isolation électrique Protection mécanique Procédé d’application au trempé

• • • •

Antiadhérence Antirayure Faciliter le Décapage Haute protection chimique

PLASTISOL, FAAX & RILSAN, Formulé pour environnements sévères et hautes températures

Antirayure

- Outillages Fixes et Dynamiques, standards ou sur mesure, pour la Galvanoplastie

- Solutions de

Outillages spécifiques Pour Revêtements cathodiques

Outillages standards Oxydation Anodique

Paniers

Paniers de traitement PHTALATE

Haute résistance aux acides

FREE

chargement automatique de pièces

Format

- Eléments de chauffage

France

Paniers de charge anodique

des bains &

- Paniers de Traitement et de charge anodique

Europe Pièce métallique

Pièce Plastique

- Balancelles de Peinture

ière

1 solution : Décapage internalisé / immersion Agro-Solvant Zéro rejet liquide

- Eléments de Masquage - Prototypage rapide

ème

- Solutions de Décapage

MASQUES à Aimants, faaxés, réutilisables

Prototypage rapide de Balancelles : PROTOTYPER®

2 solution : Décapage en ligne / projection d’Air comprimé, avec balancelles faaxées

Outillages réfractaires

Balancelles « anti-usure »

Balancelles de Grenaillage à charge suspendue Outillages réfractaires

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

• Sur cahier des charges • Alliage hyper trempé à haute résistance • Ecrouissable • Dureté 450HB-550HB • Anti-Usure • Garantie 5 ans Paniers pour fours de Traitements thermiques

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


NETTOYAGE TECHNIQUE POUR LA REHABILITATION DU PATRIMOINE

NETTOYAGE TECHNIQUE POUR L’INDUSTRIE

TRAITEMENTS THERMIQUES ET MECANIQUES

PEINTURES

ANODISATION DE L’ALUMINIUM

REVETEMENTS ELECTROLYTIQUES

AUTOMOBILE

• dégraissage, décapage, dérouillage, brillantage… / immersion produits « écologiques »

• dégraissage, décapage, dérouillage, brillantage… / immersion produits « écologiques »

• dégraissage, décapage, dérouillage, brillantage… / immersion produits «écologiques»

• Masquage

• Outillages spécifiques Revêtements • Outillages spécifiques en titane • Outillages standards en Titane • Balancelles spécifiques • Masquage • Unités de Décapage • Outillages réfractaires mécano-soudés • Balancelles de Grenaillage

ST

ST

• dégraissage, décapage, dérouillage, brillantage… / immersion produits « écologiques »

• Masquage

• Outillages spécifiques Revêtements • Outillages spécifiques en titane • Outillages standards en Titane • Balancelles spécifiques • Masquage • Unités de Décapage • Outillages réfractaires mécano-soudés • Balancelles de Grenaillage

Constructeurs Equipementiers

D’ACTIVITE DEFENSE ?

MECANIQUE Constructeurs Equipementiers

MEDICAL

• dégraissage, décapage, dérouillage, brillantage… / immersion produits « écologiques »

• Outillages spécifiques Revêtements • Outillages spécifiques en titane • Outillages standards en Titane

Constructeurs Equipementiers

LUXE

• dégraissage, décapage, dérouillage, brillantage… / immersion produits « écologiques »

Décapage

• Unités de

• Balancelles spécifiques • Masquage

• Outillages spécifiques Revêtements • Outillages spécifiques en titane • Outillages standards en Titane

Constructeurs Equipementiers

STS INDUSTRIE Ingénierie des Surfaces et de la Propreté

• Masquage

• Masquage

ST

• Outillages spécifiques • Revêtements • Outillages spécifiques en titane • Outillages standards en Titane

Constructeurs Equipementiers

• Balancelles spécifiques • Masquage • Unités de Décapage • Outillages réfractaires mécano-soudés • Balancelles de Grenaillage

ST

• Outillages spécifiques • Revêtements • Outillages spécifiques en titane • Outillages standards en Titane • Balancelles spécifiques • Masquage • Unités de Décapage • Outillages réfractaires mécano-soudés • Balancelles de Grenaillage

Constructeurs Equipementiers

AERONAUTIQUE ST

de sodium ou cryogénie)

projection (bicarbonate

• Nettoyage par

• Outillages réfractaires mécanosoudés • Balancelles de Grenaillage • Masquage

ST

FONDERIE

• •

Entreprises Générales

Aérogommage Hydrogommage Produits de protection d’entretien et de décapage de crépis et peinture

Maîtres d’Ouvrage

BATIMENT

QUELLES SOLUTIONS STS, POUR QUELS PROCESS, POUR QUELS MARCHES ?


ELEMENTS DE CHAUFFAGE DE BAINS

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE

8

Ingénierie des Surfaces

Les thermo-plongeurs ROTKAPPE sont la solution de chauffage direct de liquides corrosifs dans la quasi-totalité des bains de Galvanoplastie et Décapage. La remarquable résistance chimique est obtenue grâce à l’utilisation de matière, pour le tube plongeur, appropriée à chaque application. Ils se distinguent et se caractérisent par une : - Longue durée de vie - Haute sécurité électrique - Facilité de mise en œuvre

- Sûreté de fonctionnement - Conformité DIN VDE 0720/0721 - Interchangeabilité des 4 constituants du thermo-plongeur

Les thermo-plongeurs rentrent dans la classe de protection I, selon la norme EN 60519/1-2. Toutes les parties métalliques accessibles au toucher sont reliées au conducteur de protection. Une spirale protectrice (SW) reliée à la terre est installée entre la paroi du tube protecteur sensible aux chocs et le barillet afin de garantir cette protection aussi pour les tubes plongeurs fragiles et non électro-conducteurs en porcelaine et verre technique. L’efficacité de la protection par mise à la terre pourra être parfaitement assurée grâce à un dispositif à courant différentiel-résiduel. Selon les normes EN 60519/1-2 et VBG57, les chauffages de bains doivent être associés à des systèmes de sécurité (protection contre la sur-chauffe et contre la marche à sec). Cette exigence est réalisable au moyen de détecteurs de niveau à électrode et d’interrupteurs à flotteurs à sonde de température intégrée et électronique de traitement associée. Nos services techniques sont disponibles pour vous conseiller en matière de sécurité.

1 -TUBE PLONGEUR : Modèle standard

Tantale

Monel

Incoloy

Hastelloy

Téflon Pyrex Quartz Plomb Plomb Antimoine Graphite

Titane

Porcelaine

Inox

GAINAGE

Acier doux

La longueur chauffée est indiquée par un anneau indélébile qui précise la profondeur d’immersion minimum, au-dessus de cette indication (soit environ 1/3 de la longueur totale), le tube plongeur n’est pas chauffé. Les différentes longueurs nominales correspondent à la norme DIN 323 & 1 et 2. Il est recommandé de réduire la densité d’énergie appliquée par rapport à la surface chauffée (W/cm²), afin de limiter l’incrustation de la surface des tubes lors de l’utilisation de liquides et solutions à base d’agents organiques sensibles aux effets de la chaleur tels que les huiles thermiques par exemple. En fonction de l’attaque chimique du bain, les matériaux ci-dessous sont utilisés pour le gainage. Les gainages précisés en vert sont les plus utilisés, (voir la compatibilité en page 90).

2 –L’ELEMENT CHAUFFANT : Il se compose d’un corps en céramique rainuré (barillet) présentant une haute résistance d’isolement et tenue mécanique. Un fil chauffant bobiné, à haute tenue à la chaleur est disposé en hélicoïde, de façon à transmettre un maximum de chaleur au liquide, à travers le tube plongeur. Tension d’alimentation : jusqu’à 500V maxi, en version mono, biphasée et triphasée ainsi que pour les petits thermo-plongeurs jusqu’à 230V monophasé. Dans le cas de triphasé, les cartouches sont toujours câblées sans neutre. 3 –LA BOITE A BORNE : En standard, PP stabilisé à haute température, pour les thermo-plongeurs classiques et petits modèles. Compatible avec une très grande majorité de liquides de process grâce à une haute tenue thermique, mécanique ainsi qu’une très grande résistance chimique. Une boite en PVDF sera utilisée dans les applications à des températures >80°C ou quand elle est exposée à l’influence de produits chimiques fortement oxydants (ex : électrolyte à base de chrome ou HNO3. Elle est classée IP65, pour tous les modèles; conformément à la norme EN 60528. Pour les deux modèles, le raccordement des conducteurs ou l’accès au point de connexion est possible à l’état monté et s’effectue par dévissage du couvercle au moyen d’une clef universelle US. L’identification du thermo-plongeur et ses caractéristiques se fait par lecture de la plaque signalétique scellée sur le couvercle. 4 –LE CABLE : - Tension monophasée = 220V : Isolé PVC, de longueur 1.6 m livré avec fiche surmoulée avec contact de terre, - Tension monophasée >220V et tension triphasée : idem mais sans fiche, - Longueur de câble différente sur demande, - Livrable aussi sans câble.

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE Ingénierie des Surfaces

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

◊ ◊ ◊

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

1.7 2.7 2.1 3.3 2.0 2.5 3.4 2.4 3.1 3.8 1.5 2.4 3.0 3.8 1.4 1.8 2.3 2.8 3.6 4.0 1.0 1.5 1.9 2.4 2.6 3.3 3.8 1.4 2.3 2.5 2.9 3.2 4.3 2.3 2.6 2.8 3.4 2.0 2.8 1.8 2.5

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

◊ ◊ ◊

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

1.7 2.7 2.1 3.3 2.0 2.5 3.4 2.4 3.1 3.8 1.5 2.4 3.0 3.8 1.4 1.8 2.3 2.8 3.6 4.0 1.0 1.5 1.9 2.4 2.6 3.3 3.8 1.4 2.3 2.5 2.9 3.2 4.3 2.3 2.6 2.8 3.4 2.0 2.8 1.8 2.5

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

◊ ◊ ◊

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

1.7 2.7 2.1 3.3 2.0 2.5 3.4 2.4 3.1 3.8 1.5 2.4 3.0 3.8 1.4 1.8 2.3 2.8 3.6 4.0 1.0 1.5 1.9 2.4 2.6 3.3 3.8 1.4 2.3 2.5 2.9 3.2 4.3 2.3 2.6 2.8 3.4 2.0 2.8 1.8 2.5

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

400 V ≈

230 V≈

Tension Nominale (volt) Puissance Surfacique (W/cm²)*

400 V ≈

230 V≈

Tension Nominale (volt) Puissance Surfacique (W/cm²)*

400 V ≈

1.6 1.9 1.8 2.3 2.2 1.4 2.3 1.3 1.7 2.1 0.9 1.4 1.8 2.2 1.3 2.1 2.1 1.9 -

230 V≈

225 225 275 275 360 360 360 460 460 460 560 560 560 560 725 725 725 725 725 725 875 875 875 875 875 875 875 1125 1125 1125 1125 1125 1125 1400 1400 1400 1400 1750 1750 2200 2200

Tension Nominale (volt) Puissance Surfacique (W/cm²)*

Puissance Surfacique (W/cm²)*

0.40 0.63 0.63 1.00 0.80 1.00 1.40 1.25 1.60 2.00 1.00 1.60 2.00 2.50 1.25 1.60 2.00 2.50 3.15 3.50 1.00 1.60 2.00 2.50 2.80 3.50 4.00 2.00 3.15 3.50 4.00 4.50 6.00 4.00 4.50 5.00 6.00 4.50 6.30 5.00 7.00

400 V ≈

Profondeur d’immersion mini (mm)

315 315 400 400 500 500 500 630 630 630 800 800 800 800 1000 1000 1000 1000 1000 1000 1250 1250 1250 1250 1250 1250 1250 1600 1600 1600 1600 1600 1600 2000 2000 2000 2000 2500 2500 3150 3150

230 V≈

Puissance Nominale (KW)

B.315 B.315 B.400 B.400 B.500 B.500 B.500 B.630 B.630 B.630 B.800 B.800 B.800 B.800 B.1000 B.1000 B.1000 B.1000 B.1000 B.1000 B.1250 B.1250 B.1250 B.1250 B.1250 B.1250 B.1250 B.1600 B.1600 B.1600 B.1600 B.1600 B.1600 B.2000 B.2000 B.2000 B.2000 B.2500 B.2500 B.3150 B.3150

Tension Nominale (volt)

Longueur Nominale tube plongeur (mm)

REFERENCE

9

◊ ◊ ◊

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

COMMENT COMMANDER L.XX

XXX / XXX / XX /

Ws

Petit thermo-plongeur Matière du tube plongeur Longueur nominale Puissance nominale Tension nominale Alimentation elec

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

B. XX XXX / XXX / XXX / XX / L Thermo-plongeur std Matière du tube plongeur Longueur nominale Puissance nominale Tension nominale Alimentation elec Type de boite à bornes (PVDF)

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE

10

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

● ● ● ● ● ● ● ●

3.1 3.8 1.5 2.4

● ● ● ●

◊ ◊

3.0 3.8 1.4 1.8

● ● ● ●

◊ ◊

2.3 2.8

● ●

3.6 4.0 1.0 1.5

◊ ◊ ◊

2.2 1.7 2.7 1.6 2.0 2.9 2.0

● ● ● ● ● ● ●

◊ ◊ ◊

2.6 3.2 1.3 2.0

● ● ● ●

◊ ◊

◊ ◊

● ● ● ●

● ● ● ●

◊ ◊

1.9 2.4

● ●

◊ ◊

3.0 3.3

● ●

◊ ◊

1.9 2.4

● ●

◊ ◊

0.8 1.3

● ●

2.6 3.3 3.8 1.4

● ● ● ●

◊ ◊ ◊ ◊

1.6 2.0

● ●

◊ ◊

2.3 2.5

● ●

◊ ◊

2.9 3.2 4.3

◊ ◊ ◊

2.1 2.8 3.2 1.2

● ● ● ●

◊ ◊ ◊ ◊

1.9 2.1

● ●

◊ ◊

2.3

2.4 2.7 3.6

◊ ◊ ◊

2.6 2.8 3.4 2.0

◊ ◊ ◊ ◊

2.8 1.8

◊ ◊

2.5

2.3 1.8 2.8 1.7 2.1 3.0 2.1

● ● ● ● ● ● ●

◊ ◊ ◊

2.7

3.3 1.3

● ●

2.1

2.6 3.3 1.2 1.6 2.0 2.5

● ● ● ● ● ●

◊ ◊

3.1 3.4

● ●

◊ ◊

2.5 3.2 1.2 1.5

1.5

400V≈

1.4

Tension Nominale (volt ≈)

400V≈

400V≈

1.7 2.7 2.1 3.3 2.0 2.5 3.4 2.4

Tension Nominale (volt ≈)

230V≈

◊ ◊ ◊

Puissance Surfacique (W/cm²)* 230V≈

400V≈

230V≈ ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Tension Nominale (volt ≈)

Puissance Surfacique (W/cm²)*

1.5 2.4 1.9 2.9 1.8 2.2 3.1 2.2 2.8 3.4 1.4 2.2 2.7 3.4 1.3 1.6 2.0 2.6 3.2 3.6 0.9 1.4 1.7 2.1 2.3 3.0 3.4 1.3 2.0 2.3 2.6 2.9 3.9

Tension Nominale (volt≈)

230V≈

225 225 275 275 360 360 360 460 460 460 560 560 560 560 725 725 725 725 725 725 875 875 875 875 875 875 875 1125 1125 1125 1125 1125 1125 1400 1400 1400 1400 1750 1750 2200 2200

B

Puissance Surfacique (W/cm²)*

0.40 0.63 0.63 1.00 0.80 1.00 1.40 1.25 1.60 2.00 1.00 1.60 2.00 2.50 1.25 1.60 2.00 2.50 3.15 3.50 1.00 1.60 2.00 2.50 2.80 3.50 4.00 2.00 3.15 3.50 4.00 4.50 6.00 4.00 4.50 5.00 6.00 4.50 6.30 5.00 7.00

Puissance Surfacique (W/cm²)*

315 315 400 400 500 500 500 630 630 630 800 800 800 800 1000 1000 1000 1000 1000 1000 1250 1250 1250 1250 1250 1250 1250 1600 1600 1600 1600 1600 1600 2000 2000 2000 2000 2500 2500 3150 3150

Profondeur (mm) d’immersion mini

Longueur nominale tube plongeur (mm) Puissance

B.315 B.315 B.400 B.400 B.500 B.500 B.500 B.630 B.630 B.630 B.800 B.800 B.800 B.800 B.1000 B.1000 B.1000 B.1000 B.1000 B.1000 B.1250 B.1250 B.1250 B.1250 B.1250 B.1250 B.1250 B.1600 B.1600 B.1600 B.1600 B.1600 B.1600 B.2000 B.2000 B.2000 B.2000 B.2500 B.2500 B.3150 B.3150

Nominale (KW)

REFERENCE

A

Ingénierie des Surfaces

◊ ◊ ◊

A B C D

◊ ◊ ◊

Verre technique Acier inox Porcelaine dure spéciale vitrifiée Verre de Quartz

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE

11

Puissance Surfacique (W/cm²)*

Puissance Surfacique (W/cm²)*

Puissance Surfacique (W/cm²)*

VERRE TECHNIQUE TUBE Ø 28 mm

Puissance Surfacique (W/cm²)*

TITANE TUBE Ø 25,4 mm

Puissance Surfacique (W/cm²)*

PORCELAINE DURE VITRIFIEE TUBE Ø 28 mm

Profondeur (mm) d’immersion mini

L.200 L.200 L.300 L.300 L.300 L.400 L.400 L.500 L.500 L.630 L.630 L.800 L.800 L.800 L.1000 L.1000 L.1000

TEFLON (PTFE) TUBE Ø 27 mm

Longueur (mm) nominale tube plongeur Puissance (KW) Nominale

REFERENCE

INOX N° 1.4571 TUBE Ø 25 mm

Ingénierie des Surfaces

200 200 300 300 300 400 400 500 530 630 630 800 800 800 1000 1000 1000

130 130 180 180 180 280 280 330 330 460 460 560 560 560 725 725 725

2.1 4.1 2.2 2.7 4.3 2.1 4.2 2.2 4.3 1.5 3.8 1.2 2.5 3.9 1.9 3.0 3.7

2.0

1.9 3.7 1.9 2.4 3.9 1.9 3.7 1.9 3.9

2.1 4.1 2.2 2.7 4.3 2.1 4.2 2.2 4.3 1.5 3.8 1.2 2.5 3.9 1.9 3.0 3.7

1.9 3.7 1.9 2.4 3.9 1.9 3.7 1.9 3.9

0.160 0.315 0.250 0.315 0.500 0.400 0.800 0.500 1.000 0.500 1.250 0.500 1.000 1.600 1.000 1.600 2.000

2.0

2.0 2.0

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

- Le choix des matériaux doit tenir compte

des phénomènes physiques en particulier les risques d’entartrage et des limites thermiques c’est à dire la puissance surfacique ou la capacité de la surface du tube à répondre aux sollicitations thermiques. Cette puissance surfacique est précisée pour la profondeur d’immersion minimale à la puissance nominale. - VERRE TECHNIQUE : Classe d’hydrolyse 1 – Classe d’acide 1 Classe de base 2 (selon norme DIN 12111, 12116 et 52322) - VERRE DE QUARTZ Classe d’hydrolyse 1 – Classe d’acide 1 Classe de base 1 (selon norme DIN 12111, 12116 et 52322) - Les tubes plongeurs métalliques peuvent être pourvus d’un raccord fileté, d’une bride à souder ou d’une bride vissée, ce qui permet aussi une implantation à axe horizontal.

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE

12

Ingénierie des Surfaces

Ils répondent à des besoins de chauffage idéal pour toutes les cuves à niveau de liquide bas ou fortement variable. Le chauffage s’effectue en fond de cuve au moyen du tube plongeur chauffé horizontal, ce qui garantit une transmission optimale et une bonne répartition de la chaleur au liquide. La puissance dépend de la longueur du tube plongeur horizontal. Elle peut atteindre des valeurs élevées puisque toute la longueur est en chauffe, tandis que le tube plongeur vertical non chauffé sera adapté à la profondeur de la cuve. Ainsi la définition de ces paramètres permet une adaptation à une très vaste plage de besoins de nos clients.

● ● ● ●

● ● ● ●

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

3.1 3.7 3.4 3.3 3.2 3.2 3.1 3.1 3.1 3.1 3.3

● ● ● ●

400V≈

230V≈

Tension Nominale (volt ≈) Puissance Surfacique (W/cm²)*

3.1 3.7 3.4 3.3 3.2 3.2 3.1 3.1 3.1 3.1 3.3

400 V ≈

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

230 V≈

Puissance Surfacique (W/cm²)*

3.1 3.7 3.4 3.3 3.2 3.2 3.1 3.1 3.1 3.1 3.3

230 V≈

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

Tension Nominale (volt)

400 V ≈

● ● ● ●

Puissance Surfacique (W/cm²)*

3.1 3.7 3.4 3.3 3.2 3.2 3.1 3.1 3.1 3.1 3.3

Tension Nominale (volt)

400 V ≈

0.63 2.00 3.00 4.00 5.00 6.00 7.00 8.00 9.00 10.00 12.00

230 V≈

Puissance Nominale (KW)

250 500 750 1000 1250 1500 1750 2000 2250 2500 2750

Tension Nominale (volt) Puissance Surfacique (W/cm²)*

Longueur Tube plongeur horizontal (mm)

La puissance surfacique en W/cm² est donnée pour la longueur nominale du tube plongeur horizontal chauffé et pour la puissance nominale. L’adaptation à la puissance maxi admise par le liquide du bain est possible en jouant sur la puissance nominale et sur la longueur du tube plongeur

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

Tension nominale ( 230 volts ~)

● ● ● ● ● ● ● ● ●

Puissance Surfacique (W/cm²)*

0.315 0.50 0.75 1.00 1.25 1.60 1.75 2.00 2.00

Puissance Surfacique (W/cm²)*

250 300 400 500 600 700 800 900 1000

Puissance Nominale (KW)

Longueur Tube plongeur Horizontal (mm)

(tube plongeur vertical de longueur indifférente; mini = 100 mm)

3.1 3.3 3.3 3.3 3.3 3.5 3.3 3.3 2.9

3.1 3.3 3.3 3.3 3.3 3.5 3.3 3.3 2.9 COMPOSITION des SYSTÈMES en ÉQUERRE :

- Tube plongeur chauffé horizontal avec élément chauffant (résistance bobinée sur céramique rainurée), - Tube plongeur vertical non chauffé, - Boîte à borne, - Câble. ATTENTION : Les éléments chauffants ne sont pas interchangeables par l’utilisateur

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE

13

Ingénierie des Surfaces

Hauteur sous tête Titane

REF

REF

STANDARD GT01TI0400-01 GT01TI0450-01 GT01TI0500-01 GT01TI0550-01 GT01TI0600-01 GT01TI0650-01 GT01TI0700-01 GT01TI0750-01 GT01TI0800-01 GT01TI0850-01 GT01TI0900-01 GT01TI0950-01 GT01TI1000-01

STANDARD GT01IN1100-01

400 mm 450 mm 500 mm 550 mm 600 mm 650 mm 700 mm 750 mm 800 mm 850 mm 900 mm 950 mm 1000 mm

GT01IN1200-01 GT01IN1300-01 GT01IN1400-01

ø intérieur : 49 mm Epaisseur : 0,9 mm Collerette en tôle et fond soudés

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

1100 mm 1200 mm 1300 mm 1400 mm

A LA DEMANDE 1500 mm 1600 mm 1700 mm 1800 mm 1900 mm 2000 mm 3000 mm

GAINE TITANE -

Hauteur sous tête Acier Inox

GAINE Acier INOX 316 L -

ø intérieur : 48,5 mm Epaisseur : 1,25 mm Collerette en rond et fond soudés

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE

14

Ingénierie des Surfaces

Nos thermo-plongeurs servent uniquement à chauffer des liquides. Ils sont composés d’un câble électrique spécial qui ne chauffe que sur une certaine longueur : la partie qui doit être immergée en permanence. Ce câble est revêtu de Téflon assurant sa résistance aux flux de chaleur et à l’agression chimique des bains. 1. Partie chauffante, à maintenir immergée

La partie chauffante se présente sous une forme plate, cylindrique ou torique. Elle est suivie d’une sortie froide non chauffante, appelée N, qui doit être immergée sur 20 cm environ. Des marques noires sur la partie N indiquent les niveaux minimum et maximum d’immersion du thermo-plongeur. La connexion doit impérativement être installée en dehors de la cuve et des vapeurs environnantes. La partie N peut être souple, rigide et/ou rallongée selon vos besoins. Elle est protégée par une tresse gainée en PP. En prolongement de la partie N se trouve notre « connexion » dans laquelle nous relions notre câble à un câble électrique de type HO5VVF (partie C). Notre câble est blindé par un feuillard en Cuivre qui doit-être relié à la terre via le câble électrique « C ».

2. Sortie froide N, longueur standard 1m 3. Connexion IP64 4. Cable électrique C, longueur standard 1m

1 –CONTRÔLES ET CONNEXIONS : Toutes les informations relatives au thermo-plongeur sont gravées sur la connexion de l’appareil : référence, N° de série, puissance et voltage. La connexion est IP 64 et réalisée par injection de PVC. Avant départ usine, chaque thermo-plongeur est testé : vérification des résistances d’isolation par test destructif haute-tension 5000 volts durant une minute et vérification de la valeur de la résistance de chauffage.

2 –TYPES DE CÂBLE CHAUFFANT : L’isolation extérieure de notre câble est obtenue par co-extrusion de Téflon FEP ou Téflon PFA. Le choix du gainage (FEP ou PEA, mono-couche ou double couche) se fait conjointement en fonction du bain chauffé et de la température de travail

3 – LES MATÉRIAUX UTILISÉS : Le Téflon FEP ou PFA : sa résistance chimique est quasi-universelle jusqu'à des températures élevées. Le PVDF (Kynar) : de préférence pour les bains acides ou légèrement alcalins (voir tableau ci-après). Le Polypropylène (PP) : utilisé pour les bains alcalins mais déconseillé pour des températures élevées. L’inox 316 L : utilisé pour remplacer le PP dans les bains alcalins à températures élevées

4 – CÂBLE : la zone de chauffe est constituée par enroulement de la partie chauffante du câble. C’est la partie active de l’appareil. Pour répondre à tous les cas de figures, différents types de câble sont proposés : Jusqu’à 90°C, le câble 1W/cm2 convient. De 90 à 120°C, nous préconisons le câble à faible charge (0,5 W/cm2). La valeur de 1W/cm2 garantit une température de surface peu différente de la température du liquide chauffé. 5 – CADRE : Le cadre est optionnel : il assure une meilleure rigidité du thermo-plongeur. Il est réalisé en PP, PVDF ou inox suivant les spécifications du bain utilisé. Un cadre en jonc (PP ou PVDF) est préconisé pour les puissances supérieures ou égales à 6kW.

6 – BANDES : Les bandes (peignes et bandes perforées) sont les éléments qui permettent le maintient du câble aux formes et dimensions voulues. Elles constituent la colonne vertébrale du thermo-plongeur et sont réalisées en PP, PVDF, ou Téflon suivant les spécifications du bain utilisé.

Le choix des plastiques pour le cadre et les bandes est fonction du type de bain et de sa température de travail. Le FEP convient dans la plupart des cas. Le tableau ci-dessous est destiné à vous guider dans la choix des différents matériaux :

CE CHOIX EST ESSENTIEL POUR ASSURER LA LONGÉVITÉ DU THERMO-PLONGEUR

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE Ingénierie des Surfaces

15

Modèles adaptés à toutes les configurations classiques de cuve en offrant une très grande surface d’échange dans un encombrement minimum.

MONTAGE B MONTAGE A Sur cadre métallique isolé PP ou PVDF Pour installation en bord ou fond de cuve Pour les ref P30 et P40

Sur cadre métallique isolé PP ou PVDF Avec bride de fixation pour bord de cuve Pour les ref P30, P40, et P90

Modèles particulièrement adaptés au petites cuves et pour les petites puissances.

MONTAGE C

MONTAGE D

Sur cadre bande PP ou PVDF Pour installation en bord ou fond de cuve Pour les ref P30, P40, et P90

Sur cadre bande PP ou PVDF Pour installation en fond de cuve Pour les ref P40 et P90

Modèle universel pour tout type de montage sur bord de cuve, fond de cuve avec pieds ou en glissières. Structure rigide idéale pour les puissances importantes.

Ce montage modulaire permet une implantation satisfaisante des thermo-plongeurs dans toutes les situations. Le thermo-plongeur est fixé sur la structure jonc par des clips ce qui permet un démontage facile de l’appareil pour le changement de la partie chauffante. Attention, le tableau de références des apparences ne donne pas les dimensions hors-tout de la gamme montage F. Il faut rajouter 85 mm ± 10 mm au tableau.

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE

16

Puissance

J x K mono

J x K tri

230V mono

150 x 375

0,5 kW

1 kW

1,5 kW

3 kW

Puissance

J x K mono

J x K tri

230V mono

240 X 905

230V tri

400V tri

P 30 08 45 4

P 30 08 45 5 P 30 10 45 5

170 x 265

P30 04 05 2

275 X 750

P 30 10 45 4

185 X 210

P30 05 05 2

295 X 730

P 30 11 45 4

P 30 11 45 5

165 X 230

P40 03 05 2

315 X 625

P 30 12 45 4

P 30 12 45 5

150 X 605

P 30 03 10 2

350 X 535

P 30 14 45 4

P 30 14 45 5

170 X 520

P 30 04 10 2

370 X 520

P 30 15 45 4

P 30 15 45 5

185 X 365

P 30 05 10 2

385 X 505

P 30 16 45 4

P 30 16 45 5

205 X 335

P 30 06 10 2

405 X 460

P 30 17 45 4

P 30 17 45 5

220 X 290

P 30 07 10 2

420 X 440

P 30 18 45 4

P 30 18 45 5

240 X 250

P 30 08 10 3

265 X 595

P 40 08 45 4

P 40 08 45 5

165 X 395

P 40 03 10 2

285 X 535

P 40 09 45 4

P 40 09 45 5

185 X 305

P 40 04 10 2

305 X 480

P 40 10 45 4

P 40 10 45 5

205 X 255

P 40 05 10 2

325 X 445

P 40 11 45 4

P 40 11 45 5

225 X 230

P 40 06 10 2

345 X 425

P 40 12 45 4

P 40 12 45 5

4,5 kW

165 X 680

170 X 680

P 30 04 15 2

P 30 04 15 4

P 30 04 15 5

365 X 395

P 40 13 45 4

P 40 13 45 5

205 X 425

205 X 475

P 30 06 15 2

P 30 06 15 4

P 30 06 15 5

380 X 380

P 40 14 45 4

P 40 14 45 5

220 X 355

225 X 440

P 30 07 15 2

P 30 07 15 4

P 30 07 15 5

265 X 265

P 90 09 45 4

P 90 09 45 5

240 X 315

240 X 360

P 30 08 15 2

P 30 08 15 4

P 30 08 15 5

275 X 990

275 X 990

P 30 10 60 2

P 30 10 60 4

P 30 10 60 5

260 X 285

280 X 340

P 30 10 15 2

P 30 10 15 4

P 30 10 15 5

295 X 855

295 X 855

P 30 11 60 2

P 30 11 60 4

P 30 11 60 5

185 X 375

185 X 380

P 40 04 15 2

P 40 04 15 4

P 40 04 15 5

310 X 825

310 X 825

P 30 12 60 2

P 30 12 60 4

P 30 12 60 5

205 X 345

205 X 375

P 40 05 15 2

P 40 05 15 4

P 40 05 15 5

350 X 720

350 X 720

P 30 14 60 2

P 30 14 60 4

P 30 14 60 5

225 X 275

225 X 325

P 40 06 15 2

P 40 06 15 4

P 40 06 15 5

365 X 645

365 X 645

P 30 15 60 2

P 30 15 60 4

P 30 15 60 5

245 X 245

245 X 275

P 40 07 15 2

P 40 07 15 4

P 40 07 15 5

385 X 635

385 X 635

P 30 16 60 2

P 30 16 60 4

P 30 16 60 5

245 X 245

270 X 270

P 40 08 15 2

P 40 08 15 4

P 40 08 15 5

405 X 625

405 X 625

P 30 17 60 2

P 30 17 60 4

P 30 17 60 5

P 90 05 15 4

P 90 05 15 5

420 X 570

420 X 570

P 30 18 60 2

P 30 18 60 4

P 30 18 60 5

440 X 550

440 X 550

P 30 19 60 2

P 30 19 60 4

P 30 19 60 5

455 X 545

455 X 545

P 30 20 60 2

P 30 20 60 4

P 30 20 60 5

475 X 540

475 X 540

P 31 21 60 2

P 31 21 60 4

P 31 21 60 5 P 40 08 60 5

170 X 765

P 30 04 20 2

185 X 635

P 30 05 20 2

205 X 565

P 30 06 20 2

220 X 475

P 30 07 20 2

265 X 785

265 X 785

P 40 08 60 2

P 40 08 60 4

240 X 420

P 30 08 20 2

305 X 635

305 X 635

P 40 10 60 2

P 40 10 60 4

P 40 10 60 5

260 X 380

P 30 09 20 2

325 X 585

325 X 585

P 40 11 60 2

P 40 11 60 4

P 40 11 60 5

6 kW

275 X 340

P 30 10 20 2

350 X 550

350 X 550

P 40 12 60 2

P 40 12 60 4

P 40 12 60 5

295 X 315

P 30 11 20 2

365 X 505

365 X 505

P 40 13 60 2

P 40 13 60 4

P 40 13 60 5

185 X 515

P 40 04 20 2

390 X 470

390 X 470

P 40 14 60 2

P 40 14 60 4

P 40 14 60 5

210 X 420

P 40 05 20 2

405 X 455

405 X 455

P 40 15 60 2

P 40 15 60 4

P 40 15 60 5

225 X 350

P 40 06 20 2

425 X 425

425 X 425

P 40 16 60 2

P 40 16 60 4

P 40 16 60 5

245 X 305

P 40 07 20 2

300 X 300

300 X 300

P 90 10 60 2

P 90 10 60 4

P 90 10 60 5

265 X 275

P 40 08 20 2

400 X 975

P 30 17 90 4

P 30 17 90 5

205 X 925

205 X 905

P 30 06 30 2

P 30 06 30 4

P 30 06 30 5

435 X 870

P 30 19 90 4

P 30 19 90 5

225 X 790

225 X 910

P 30 07 30 2

P 30 07 30 4

P 30 07 30 5

475 X 800

P 30 21 90 4

P 30 21 90 5

240 X 690

240 X 700

P 30 08 30 2

P 30 08 30 4

P 30 08 30 5

490 X 790

P 30 22 90 4

P 30 22 90 5

260 X 620

260 X 705

P 30 09 30 2

P 30 09 30 4

P 30 09 30 5

525 X 720

P 30 24 90 4

P 30 24 90 5

275 X 555

275 X 580

P 30 10 30 2

P 30 10 30 4

P 30 10 30 5

545 X 705

P 30 25 90 4

P 30 25 90 5

295 X 510

295 X 575

P 30 11 30 2

P 30 11 30 4

P 30 11 30 5

565 X 695

P 30 26 90 4

P 30 26 90 5

315 X 460

315 X 490

P 30 12 30 2

P 30 12 30 4

P 30 12 30 5

600 X 675

P 30 28 90 4

P 30 28 90 5

330 X 440

330 X 465

P 30 13 30 2

P 30 13 30 4

P 30 13 30 5

345 X 890

P 40 12 90 4

P 40 12 90 5

345 X 410

350 X 450

P 30 14 30 2

P 30 14 30 4

P 30 14 30 5

385 X 775

P 40 14 90 4

P 40 14 90 5

365 X 390

370 X 410

P 30 15 30 2

P 30 15 30 4

P 30 15 30 5

405 X 730

P 40 15 90 4

P 40 15 90 5

370 X 385

380 X 395

P 30 16 30 2

P 30 16 30 4

P 30 16 30 5

425 X 685

P 40 16 90 4

P 40 16 90 5

205 X 685

205 X 735

P 40 05 30 2

P 40 05 30 4

P 40 05 30 5

445 X 655

P 40 17 90 4

P 40 17 90 5

225 X 575

230 X 615

P 40 06 30 2

P 40 06 30 4

P 40 06 30 5

465 X 625

P 40 18 90 4

P 40 18 90 5

245 X 500

250 X 545

P 40 07 30 2

P 40 07 30 4

P 40 07 30 5

505 X 575

P 40 20 90 4

P 40 20 90 5

265 X 445

265 X 470

P 40 08 30 2

P 40 08 30 4

P 40 08 30 5

525 X 565

P 40 21 90 4

P 40 21 90 5

285 X 400

285 X 420

P 40 09 30 2

P 40 09 30 4

P 40 09 30 5

375 X 375

P 90 15 90 4

P 90 15 90 5

325 X 340

325 X 360

P 40 11 30 2

P 40 11 30 4

P 40 11 30 5

430 X 1075

P 30 18 12 4

P 30 18 12 5

340 X 340

P 40 12 30 2

P 40 12 30 4

P 40 12 30 5

440 X 1070

P 30 19 12 4

P 30 19 12 5

P 90 07 30 4

P 90 07 30 5

510 X 885

P 30 23 12 4

P 30 23 12 5

585 X 785 385 X 915 405 X 860 425 X 800 465 X 740 485 X 705 505 X 680 545 X 625

P 30 27 12 4 P 40 14 12 4 P 40 15 12 4 P 40 16 12 4 P 40 18 12 4 P 40 19 12 4 P 40 20 12 4 P 40 22 12 4

P 30 27 12 5 P 40 14 12 5 P 40 15 12 5 P 40 16 12 5 P 40 18 12 5 P 40 19 12 5 P 40 20 12 5 P 40 22 12 5

340 X 340

250 X 250

4 kW

400V tri

P30 03 05 2

195 X 195

2 kW

230V tri

Ingénierie des Surfaces

9 kW

225 X 880 260 X 700 315 X 545 330 X 515 350 X 475 385 X 435 405 X 420 205 X 810

P 30 07 40 2 P 30 09 40 2 P 30 12 40 2 P 30 13 40 2 P 30 14 40 2 P 30 16 40 2 P 30 17 40 2 P 40 05 40 2

225 X 685

P 40 06 40 2

585 X 595

P 40 24 12 4

P 40 24 12 5

245 X 595

P 40 07 40 2

410 X 410

P 90 16 12 4

P 90 16 12 5

285 X 475 310 X 435 324 X 400 344 X 375

P 40 09 40 2 P 40 10 40 2 P 40 11 40 1 P 40 12 40 1

12 kW

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT

Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

WWW. sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE

17

Ingénierie des Surfaces

Comment définir un Serpentin, quels sont les éléments clefs du cahier des charges à fournir à STS : 1

Nature du liquide à chauffer ou à refroidir : Composition ou type de bain Densité du bain Durée de la mise en température du bain souhaité (en heures) Température initiale du bain (°C) Température finale du bain (°C)

2

? ? ? ? ?

Nature du fluide thermique Type du fluide thermique (exemple : Eau) Débit de circulation du fluide à l’entrée du serpentin (Litre/seconde) Température initiale du fluide (°C) Température finale du fluide (°C)

3

? ? ? ?

Type de Serpentin choisi : Type d’embout normalisé ou pas de vis (exemple ¾ gaz mâle ou femelle)

4

?

Cuve Dimensions utiles de la cuve (L x l x h) Volume du bain

? ?

EXEMPLES DE RÉALISATION

Le Savoir-Faire et l’Expérience de STS garantissent que le choix des matériaux, la conception et la construction seront en accord avec les spécifications du client.

EXEMPLE DE SYSTÈME DE CHAUFFAGE SPÉCIFIQUE : ÉCHANGEUR DE CHALEUR RÉCHAUFFEUR POUR BAIN DE NICKEL SUR MESURE Fonctionnement par circulation de vapeur (140°C – 10 bar). entre deux tubes coaxiaux sans soudure INOX 316 L (Ø 105 mm et 50 mm intérieur) Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


STS INDUSTRIE

18

Ingénierie des Surfaces

Acier doux

Inox

Porcelaine

Pyrex Quartz

Titane

Plomb

Plomb Antimoine

Graphite

Téflon

Ces indications données à titre d’information ne peuvent engager la responsabilité de la société STS

Anodisation chromique

--

--

XX

XX

X

XX

X

--

X

Anodisation sulfurique

--

--

XX

XX

X

XX

X

X

X

Argenture

X

X

XX

XX

X

--

--

X

X

Brunissage

XX

X

X

X

X

--

--

--

X

Cadmiage alcalin

XX

X

X

X

X

--

--

X

X

Cadmiage acide

--

--

XX

X

X

--

--

--

XX

Cuivrage acide

--

--

X

X

X

--

--

X

X

Cuivrage alcalin

XX

X

X

X

X

--

--

X

X

Chromage (sans fluor)

X

X

X

X

X

X

X

--

XX

Chromage (avec fluor)

--

--

--

--

X

X

X

--

XX

Décapage H2 SO4

--

X

X

X

--

XX

XX

X

X

Décapage HCl

--

--

X

X

X

--

--

X

X

Décapage fluoré

--

--

--

--

--

--

--

X

XX

Décapage nitrique

--

--

X

X

--

--

--

--

XX

Dégraissage alcalin

XX

X

X

X

X

--

--

X

X

Dégraissage électrolytique

XX

X

X

X

X

--

--

X

X

Dégraissage avec solvants

X

XX

--

--

X

--

--

--

--

Démétallisation

X

X

X

X

X

--

--

X

X

Dorure acide

--

X

XX

X

XX

--

--

--

X

Dorure alcaline

--

X

XX

X

XX

--

--

--

X

Etamage acide

--

--

XX

X

X

--

--

--

X

Etamage alcalin

XX

X

X

X

X

--

--

X

X

Nickelage chimique

--

--

--

X

--

--

--

--

XX

Nickelage électrolytique

--

--

XX

XX

XX

--

--

X

X

Passivations chromiques

X

X

XX

X

--

X

X

--

X

Polissage électrolytique

--

--

X

X

X

XX

X

--

--

Phosphatation

X

XX

X

X

X

--

--

--

X

Zingage acide

--

--

XX

XX

X

--

--

--

X

Zingage alcalin

XX

X

X

X

X

--

--

--

X

Nature du bain

XX = recommandé ;

Tel : 01 34 69 95 10 Fax : 01 34 69 67 90 Email : contact@sts-eco-planete-industrie.fr

X = possible ;

-- = impossible

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy - 95 560 MONTSOULT WWW.

sts-eco-planete-industrie.fr


19

Abrasifs préparation surface

et de

Dans les traitements de surfaces par impacts, le projectile joue le rôle principal. Celui de l'outil qu'il faut savoir choisir et utiliser suivant la nature du subjectile et du résultat à obtenir. Le choix du type de projectile est prépondérant et sera fonction des 7 paramètres suivants:

- son agressivité: Le projectile imprime sur la surface à traiter une empreinte dont la marque est directement liée à sa forme. Les formes rondes sont plus adaptées aux traitements de nettoyage, d'aspect ou de précontrainte, tandis que les formes angulaires sont plutôt réservées à la préparation de surface, pour l'obtention d'une rugosité. - sa masse: Les effets du traitement dépendent de sa masse et de la vitesse de projection. (voir rubrique paramètres) Plus un projectile est dense et sa vitesse grande, plus son impact sur la surface sera important. Lorsque le grain frappe la surface d'une pièce, il y a transformation brutale de son énergie cinétique sous forme de travail (déformation de la surface) et sous forme d'une nouvelle énergie cinétique (le rebond des grains). - sa dureté: Elle sera fonction de la nature de la surface à traiter et du type de traitement recherché. Les duretés varient beaucoup suivant les types d'abrasifs, partant des plus tendres, les plastiques aux plus durs, les corindons (voir rubrique définitions). La durée de vie du projectile et des équipements de projection sont directement liés à son choix. - sa résistance: C'est son pouvoir à résister à l'éclatement, ou à la modification de ses formes sous l'impact. Le rendement d'un produit est lié à la dureté, à la résilience et à l'élasticité de la matière qui le compose. Au cours des impacts successifs, le grain subit des modifications de forme et de dimensions, provoquées par l'abrasion qu'il supporte et par son éclatement. Le projectile perd progressivement ses caractéristiques initiales au cours des traitements. - sa compatibilité: Elle tient compte de la nature, de l'épaisseur, de la forme ou de la qualité de la pièce à traiter. Intervient également l'état initial de la surface à traiter par rapport à l'état final recherché. Il faut prendre aussi en compte la compatibilité du produit projetable et du procédé de projection. - sa granulométrie: C'est la caractéristique qui définit le calibre de chaque grain (grosseur ou diamètre) donc leur nombre par kilogramme projeté. Elle est obtenue par tamisage et définie suivant la norme AFNOR NF X 501 et ISO 565. La grosseur des grains est importante car elle influe sur le rendement et la qualité du traitement. Plus le grain est gros, à vitesse égale, plus fort sera l'impact; mais plus le grain est petit, plus grand sera le nombre d'impacts et meilleur sera le recouvrement (voir rubrique paramètres). - son coût: Il est fonction de la qualité du produit (homogénéité, dureté, tolérances de forme et de granulométrie). Le coût du traitement est directement lié au prix d'achat du produit et à la consommation de celui-ci. Les qualités des abrasifs sont indéniablement supérieures au sable, et ont très vite supplanté ce dernier. A ce jour l'utilisation de produit siliceux est donc interdite, mais tolérée dans certaines applications où la projection s'effectue par voie humide, où sèche et humidifiée pour le nettoyage sans poussière des façades. Le décret N° 69-558 du 6 juin 1969 portant règlement d'Administration en ce qui concerne les mesures particulières de protection des travailleurs applicables aux travaux de décapage, de dépolissage ou de dessablage au jet d'abrasif stipule que: "l'abrasif utilisé ne doit pas contenir plus de 5% en poids de silice libre", étant entendu que seule la silice pure est visée et non la silice mélangée sous forme de silicate. Depuis, la composition des abrasifs ne manque pas d'être vérifiée à l'occasion de prélèvements fréquents sur les chantiers par la sécurité du travail afin d'éviter les risques de silicose chez les opérateurs. Ce décret a véritablement bouleversé la profession en général, puisqu'il s'agissait de supprimer rapidement l'agent décapant le plus naturel et le moins onéreux à l'origine même du traitement par impacts, "le sable".

Les abrasifs perdus Généralités Les abrasifs dits "perdus" sont généralement utilisés en cabine sans recyclage, ou en chantier extérieur. Ils ont remplacé les sables d'origine siliceuse dont l'emploi est devenu interdit. (voir ci-dessus). Dans cette catégorie d'abrasifs "non siliceux", on trouve généralement des abrasifs à courte durée de vie, d'origines et de fabrications diverses et en particulier: Les laitiers Les laitiers de haut fourneau concassés, sont composés de silicate complexe d'aspect vitrifié. Ce sont des résidus de fabrications nobles, (ex: cuivre ou chrome) tributaires de la matière première et du processus d'élaboration. Il en résulte que ces derniers ne sauraient être de composition rigoureuse et d'aptitude suivies. Le laitier de haut fourneau a un comportement comparable à celui d'un sable de silice. Mais, son handicap majeur vient de sa forte émission de poussière, qui se traduit par une mauvaise appréciation du produit par ses utilisateurs. - Il se présente sous forme de cristaux à angles aigus de couleur foncée. - Il a une densité apparente de 1,3 et une densité réelle de 2,6. Les scories Les scories métallurgiques diverses, sont aussi des résidus employés comme abrasif perdu. Les plus utilisées sont les scories de cuivre dont les grains angulaires, ont un aspect noir vitrifié . Les scories de cuivre ont pour avantage de créer moins de poussière, mais pour inconvénient d'augmenter le temps de décapage qui résulte de la difficulté d'apprécier la qualité de la surface décapée. Elles ont en outre une durée de vie moyenne supérieure aux laitiers, mais comme ces derniers, elles laissent souvent sur la surface des traces noirâtres et des inclusions non métalliques, visibles ou pas. - les duretés varient entre 6 et 7 Mohs. Les abrasifs de synthèse Contrairement aux précédents, les abrasifs de synthèses ne sont pas des résidus d'une fabrication, mais l'aboutissement d'un procédé spécifique. Ils sont réalisés à partir d'une masse fondue de verre de silicate d'aluminium, élaborée par fusion contrôlée à haute température, refroidie et broyée. La rigueur et la constance du procédé de fabrication apportent à ces abrasifs des qualités évidentes qui sont: - une stabilité de la matière première, - une couleur ne laissant pas de traces noirâtres, - une poussière claire et parfaitement sèche, - un aspect de surface rugueux et brillant, - une consommation réduite. Ils se présentent en cristaux durs et tranchants dont la couleur se nuance du topaze au brun avec: - une densité apparente de 1,3, - une dureté comprise entre 6 et 7 Mohs. - une granulométrie de 0,3 à 1,7 mm (3 grades, 50-80, 20-30, 12-14) - un cycle d'utilisation variable de 1 à 3 (suivant calibres et utilisations).


20

Abrasifs préparation surface

et de

ABS Acrylonitrile Butadiène Styrène (ABS)

Acide Chlorhydrique

Acide Chromique Acide

Le sable de quartz Il est composé de silice naturelle et se trouve à l'état naturel dans de nombreuses roches sous forme de sable. Il est généralement de couleur blanche selon la pureté des veines d'extraction. En raison de sa dureté (7 sur l'échelle de Mohs) et sa très grande abrasivité, il fut le premier abrasif utilisé en projection par air comprimé en cabine ou en abrasif perdu. Son inconvénient est qu'il est très fragile. Les grains se fragmentent rapidement en dégageant un très grand nombre de particules fines. Son usage fût interdit et abandonné à cause du risque élevé de silicose provoqué par les poussières inhalables de 5 à 6 microns (voir rappel ci dessus). Néanmoins, son emploi subsiste encore, essentiellement en projection par voie humide, dans des postes à manches ou machines automatiques, ou par voie sèche humidifiée pour le nettoyage des façades de bâtiments. L’ABS se caractérise par sa bonne résistance à la déformation thermique et aux chocs même à basse température. Il est dur, résistant à l’abrasion et présente une bonne stabilité dimensionnelle. Les résines ABS représentent l’un des mélanges les plus précieux de résine et d’élastomère et leur succès est dû aux excellentes propriétés provenant de cette alliance. Leurs propriétés fondamentales étant la ténacité, la résistance aux chocs et la dureté superficielle, elles sont surtout employées dans la fabrication de meubles, éléments pour l’industrie automobile, châssis de téléviseurs, panneaux .. L'acide chlorhydrique est une solution aqueuse de chlorure d'hydrogène HCl. Sa formule chimique est (H3O++ Cl-(aq)) et non pas HCl(g) qui est la formule chimique du gaz chlorure d'hydrogène. C'est un acide fort (il s'ionise totalement en solution aqueuse) L'acide chromique est un diacide. C'est un oxacide de formule H2CrO4. Par la perte de deux protons (H+), il forme l'ion chromate Attention : En industrie et santé, la dénomination acide chromique est parfois également utilisée pour le trioxyde de chrome (CrO3) ou anhydride chromique L'acide phosphorique est un oxacide à base de phosphore de formule H3PO4. C'est un triacide.

Phosphorique

Acides Carboxyliques

Acier

Acier Inoxydable (INOX)

Adhérence Additif Adjuvant Adsorption Aérosol Agents épaississants

Agglomérats

Le terme acide carboxylique désigne une molécule comprenant un groupement carboxyle. Ce sont des acides et leurs bases conjuguées sont appelées carboxylates. En chimie organique, un groupe carboxyle est un groupe fonctionnel composé d'un atome de carbone, lié par une double liaison à un atome d'oxygène et lié par une liaison simple à un groupe hydroxyle. Alliage métallique constitué de fer (métal de base) et de carbone (<2%) avec éventuellement des éléments d’addition (métalliques ou non) La résistance à la corrosion de l’acier inoxydable est due à une couche d’oxyde, passive, riche en chrome qui se forme naturellement à la surface de l’acier. C’est l’état normal des surfaces d’acier inoxydable, connu sous le nom de « passif ». La passivation peut être soutenue par des traitements oxydants à l’acide. Contrairement au décapage,, aucun métal n’est enlevé de la surface pendant la passivation à l’acide. Les aciers inoxydables sont fortement alliés et leur résistance est obtenue grâce à la présence d’un minimum de 13% de chrome. Selon la classe à laquelle ils appartiennent, ils ont une résistance à la corrosion, des propriétés et des utilisations différentes. On distingue : Les aciers ferritiques qui contiennent de 13 à 30% de chrome et de 0,07 à 0,1% de carbone. Ils ne se corrodent pas dans le milieu ambiant, en présence d’acide nitrique, d’acides organiques. Ils sont soudables. Utilisation : industries chimiques, alimentaires, coutellerie Les aciers martensitiques qui contiennent de 13 à 17% de chrome, de 0 à 2% de nickel et de 0,08 à 0,5% de carbone. Ils sont durs et coupants, résistent à l’usure mais sont très fragiles. Utilisation : fabrication d’instruments chirurgicaux. Les aciers austénitiques : il existe une gamme d’aciers comportant de 13 à 30% de chrome et de 8 à 35% de nickel. Ils contiennent de 13 à 30% de chrome et de 0,07 à 0,1% de carbone. On obtient des aciers qui ne résistent pas à l’eau de mer, aux acides sulfuriques et chlorhydriques. Ils ne sont pas soudables. Tous ces aciers contiennent du chrome. Ils présentent donc à leur surface une « couche » d’oxydes complexes de chrome très stable qui ralentit et même arrête et rend difficile la réalisation de dépôts adhérents. Il faut donc trouver un moyen de détruire ces oxydes (milieu réducteur) et de déposer une couche mince de métal empêchant la formation d’une nouvelle couche d’oxydes (Nickel de Wood) Force de liaison qui s'exerce entre un revêtement et son support. Elle conditionne l'accrochage du dépôt et sa résistance au décollement. L'adhérence mécanique résulte de l'ancrage des particules sur le relief du support. L'adhérence physico-chimique résulte des forces d'attraction moléculaires entre le dépôt et le support. Substance (ou préparation) ajoutée à un produit pour des raisons de fabrication, de conservation ou de présentation. Substance (ou préparation), de composition chimique très variée, qui apporte des propriétés spécifiques aux produits auxquels elle est ajoutée. Ex. : agent plastifiant (substance permettant d'améliorer la consistance de produits divers comme le caoutchouc, les pâtes céramiques, etc....) , agent dispersant. Un adjuvant est quelque chose qui aide à l'accomplissement d'un processus. Synonyme de additif 1) Fixation d'espèces à la surface d'un solide. L'adsorption peut être physique ou chimique (Chimique : forces de valence, physique : forces de type Van der Waals) 2) Rétention physico-chimique superficielle d'un fluide ou d'un solide par une substance ou un organisme vivant Ensemble de particules solides ou liquides en suspension dans un gaz C'est la propriété d'une substance fluide pourvue d'une certaine viscosité. Une substance épaississante, est capable d'augmenter la viscosité d'une autre substance. Masse de substances minérales agglomérées.

Alcalin

Nature d'un produit aqueux à pH> 7 (alcalin faible pH entre 8 et 11, alcalin fort pH supérieur à 12). En chimie moderne, un alcali désigne les bases, les hydroxydes métalliques, ainsi que l'ammoniaque.

Alcool

Substance chimique de la forme R-OH (R= radical non benzénique) Alcool méthylique = méthanol CH3-OH; Alcool éthylique = éthanol CH3-CH2-OH; Alcool propylique = propanol CH3-CH2-CH2-OH; Alcool butylique = butanol CH3-CH2-CH2-CH2-OH

Alcools Primaires

Un alcool est dit primaire, lorsque le groupe hydroxyle OH est porté par un carbone primaire (c'est-à-dire lié à un seul carbone). L'alcool primaire est de la forme: R − CH2 − OH

Alcools

Un alcool est dit secondaire, lorsque le groupe hydroxyle OH est porté par un carbone secondaire (c'est-à-dire lié à deux autres carbones).

Secondaries

Alcools Tertiaires Alcoool Méthylique

Aliphatiques Linéaires

Un alcool est dit tertiaire, lorsque le groupe hydroxyle OH est porté par un carbone tertiaire (c'est-à-dire liés à trois autres carbones). Le méthanol, également connu sous le nom d’alcool méthylique, de carbinol, d’alcool de bois, de naphte de bois ou d’esprit de bois est un composé chimique de formule : CH3OH (souvent abrégé en MeOH). C’est le plus simple des alcools, et il se présente sous la forme d’un liquide léger, volatil, incolore, inflammable, toxique avec une odeur caractéristique un peu écœurante, plus douce et sucrée que celle de l’éthanol (alcool éthylique). Se dit des composés dont le squelette fondamental est constitué par une chaîne carbonée linéaire ou ramifiée mais non fermée.


21 Un alliage est une combinaison d'un métal avec un ou plusieurs autres éléments. Les éléments d'alliages sont le plus souvent des métaux, mais ils peuvent également être d'autres éléments chimiques : le carbone dans l'acier ou la fonte, le silicium dans l'aluminium, etc. Alliages légers : Alliages d'aluminium, de titane, de magnésium, S’obtient par électrolyse à l’état de fusion de son oxyde Al203 (Alumine).Pour répondre aux applications industrielles, il est généralement allié (Magnésium, Silicium, Zinc, Cuivre, Manganèse) ce qui améliore ses performances mécaniques (Elasticité, Charge de rupture…) Composé de la forme N-R',R'',R''' où R, R' et R" sont des atomes d'hydrogène ou des chaînes aliphatiques. Ex. : Diéthylènetriamine NH2-C2H4-HN-C2H4-NH2.

Alliages Aluminium Amines

Se dit d’une molécule qui présente à la fois une partie hydrophile et une partie hydrophobe

Amphiphile Amphotère Anaérobie Analyse

Se dit d’une substance qui peut avoir un caractère tantôt positif, tantôt négatif, en fonction du pH Se dit de réactions de dégradation (par exemple la fermentation) se produisant en absence d'oxygène

du cycle

de vie

Anionique Anisotropie

Orientation particulière dans la structure interne d’une pierre Electrode positive soluble ou insoluble immergée dans l’électrolyte qui permet le passage du courant électrique. Anode bipolaire : Pièce métallique (ou en graphite) placée de telle manière et isolée électriquement du montage qu’une de ses extrémités soit dirigée vers l’anode et l’autre vers la partie de la pièce (cathode) située en retrait (partie désavantagée par la distribution du courant). Anode platinée : insoluble (Pt) réalisée en Ti, recouverte de quelques µ de platine, utilisée dans certains traitements /ex : dorure. La réglementation ATEX concerne les ATmosphères EXplosibles. Elle résulte des directives européennes 94/9/CE et 1999/92/CE

Anode

Atex Bactéricide Balancelle

Produit ou procédé qui permet d’éliminer les bactéries

Basique

Bicarbonate

de

Sodium

Bille de

Verre

Biocide Biodégradabilité Borate Calcaire Calcin Calcite Calepinage Carbonate Carbonitruration Cataphorèse Cationique Cathode Cémentation Cétone Chélation Chromate CMR CO²

Se définit selon 3 grands critères : - Efficacité énergétique - Impact sur l’environnement et la santé - Recyclabilité Qui concerne les anions (ion chargé négativement), les phénomènes qui se passent à l’anode

Montage porteur de pièces, généralement en forme de cadre, assurant la continuité électrique dans les dépôts organiques aussi appelé « Sapin » dans les opérations de traitement par grenaillage (sans passage de courant) Se dit d'un composé ayant la propriété d'accepter des protons (ions H+). Les bases sont caractérisées par pH > 7. Ex. : Hydroxyde de sodium = soude ; Hydroxyde de potassium = potasse; Ammoniaque. (ou ARMEX©,) il est utilisé en raison de ses propriétés uniques et remarquables. Il permet de nettoyer ou décaper les peintures et de dégraisser une grande variété de supports incluant les métaux ferreux, l'aluminium, les matériaux composites, le plastique et les matériaux de construction. La faible dureté du grain de Armex® (2,5 sur l’échelle de Mohs) et sa grande friabilité permettent de l'utiliser en milieux sensibles. Excellent dégraissant, soluble dans l'eau, non conducteur, anti-déflagrant et absent de silice libre, l'Armex® est un granulat écologique de qualité alimentaire. Il remplacera avantageusement les produits chimiques agressifs, les solvants et le nettoyage haute pression ou le sablage... Différentes nuances sont disponibles pour couvrir tous les besoins. Les applications faisant appel à l’Armex sont avant tout industrielles (agro-alimentaire, chimie, plasturgie, industrie pétrolière, chaudronnerie etc.). Sa structure non anguleuse permet une finition plus éclatante des pièces en métal ferreux ou non. Nocif par inhalation et peu biodégradable, son utilisation doit être encadrée de mesures de protection pour l'opérateur et d’une phase soigneuse de récupération en vue d’une ou plusieurs réutilisations éventuelles (dans machine à manches, cabine de microbillage..). Toute substance ou mélange qui tue ou empêche le développement de micro-organismes Possibilité d'élimination des composés organiques sous forme de constituants cellulaires microbiens (biomasse), de CO2, H2O et produits minéraux divers, exprimée en mg / l ou % par rapport à DCO ou DThO. Synonyme de dégradation biotique. Un borate est un composé de bore et d'oxygène avec des éléments électropositifs. Le bore trouvé dans la nature est toujours sous la forme d'un borate, voire l'article minerai de bore. Parfois, il est combiné à un silicate pour former un borosilicate. L'ion borate se trouve sous diverses formes. En solution aqueuse, on trouve l'acide borique, H3BO3 ; et en milieu alcalin, l'ion d’ hydrogénoborate, H2BO3-, l'ion hydrogénoborate, HBO32-, et enfin l'ion borate, BO33-. Roche contenant au moins 50% de calcite, de la Dolomite, de l’argile, des oxyde de fer, du quartz,… Couche de carbonate de calcium qui se situe sur la pierre lorsque l'eau de carrière ou l'eau de pluie s'évapore. Cette fine couche est une véritable protection de la pierre. Minéral composé de carbonate de calcium(CaCO3) faisant effervescence à l’acide. Composant majoritaire des calcaires. Relevé de la disposition des éléments d’un mur, d’une façade, d’un pavage.. En chimie, carbonate désigne un ion formé d'un atome de carbone et de trois atomes d'oxygène portant une double charge électrique négative (CO32-), ainsi qu'un composé chimique comprenant cet anion. Exemples : carbonate d'argent : Ag2CO3 / carbonate de baryum : BaCO3 / carbonate de manganèse : MnCO3. Diffusion superficielle au gaz de carbone et d’azote dans les pièces en acier, afin de leur conférer par trempe ultérieure une très grande dureté superficielle compatible avec l’absence de fragilité de l’ensemble. Peinture primaire cationique (dispersion de molécules organiques et de pigments minéraux en milieu aqueux). La formation de la couche se fait sous apport de courant. Qui concerne les cations (ions chargé positivement), les phénomènes qui se passent à la cathode Electrode reliée au pôle (-) du générateur dans les dépôts électrolytiques. Les pièces sont à cette polarité Traitement thermochimique permettant la diffusion de carbone dans la couche superficielle d’un acier pour lui donner des qualités de trempabilité Composé de la forme R,R'-C=O ; Ex. : Acétone, méthyléthylcétone, méthylisobutylcétone, cyclohexanone. La chélation (prononcer kélassion, du grec khêlê : « pince ») est un processus physico-chimique au cours duquel est formé un complexe, le chélate, entre un ligand, dit chélateur (ou chélatant), et un cation (ou atome) métallique, alors complexé, dit chélaté Le chélate se distingue du simple complexe par le fait que le cation métallique est fixé au chélateur par au moins deux liaisons de coordination définissant un cycle avec le métal, à la manière d'une pince, d'où le nom. Synonyme de l'acide chromique Cancérogène, mutagène, reprotoxique Le dioxyde de carbone ou CO2 est un gaz inodore, non inammable et est environ 1,5 fois plus lourd que l‘air. Normalement l‘atmosphère terrestre contient environ 0,03 % de CO2. Le CO2 se trouve en grande quantité dans les volcans, les ssures terrestres et autres sources telles que le métabolisme humain, végétal et animal. Le CO2 est présent aujourd‘hui principalement comme produit secondaire de différents processus chimiques et est stocké dans des réservoirs après son extraction. Le dioxyde de carbone peut exister sous trois formes:


22 - gazeuse (pour l‘industrie agro-alimentaire) - liquide (dans un réservoir de stockage sous forme de gaz sous pression) - solide (ladite glace carbonique, pour le refroidissement, la projection etc.) Phénomène de non séparation lors de la distillation de l'huile et du solvant

CO² Co-distillation

En chimie, un complexe, ou composé de coordination, est une structure consistant en un atome ou molécule central faiblement connecté aux atomes ou molécules qui l'entourent. Synonyme de complexe.

Complexant

Composé ou substance chimique dont les molécules sont formées d'atomes de carbone, d'hydrogène et très souvent d'oxygène et d'azote. En plus de ces éléments , elles peuvent également contenir d'autres atomes comme le soufre, des halogènes, des métaux (organométalliques). Le nombre de composés organiques connus est très grand (plusieurs millions), le nombre de combinaisons à partir des quatre atomes de base est en théorie infini. Le qualificatif "organique" vient de la matière vivante essentiellement constituée par ces composés. Couramment les produits organiques sont tous les produits non-aqueux ou minéraux, par exemple solvants, polymères, peintures, produits pharmaceutiques, biologiques, etc.

Composé Organique

Composé Organique

La cncentration désigne la proportion d'un soluté dans une solution. Concentration massique, rapport d'une masse par rapport à un volume, exprimée en g/L. Concentration molaire, rapport d'une quantité de matière par rapport à un volume, exprimée en mol/L. La condensation est le nom donné au phénomène physique de changement d'état de la matière qui passe d'un état dilué (gaz) à un état condensé (solide ou liquide). Synonyme de condensation

Concentration Condenser

Aptitude d’un corps à laisser passer le courant électrique, c’est l’inverse de la résistivité. Unité : le siemens (S)

Conductivité Consommation

Quantité réellement utilisée et perdue. La consommation selon la Directive sur les COV est la différence entre les entrées de solvants utilisés et la quantité de déchet envoyé en régénération externe (et non récupérée dans l'installation). Substance dont la présence, généralement en quantité très faible, rend dangereuse le contact, la consommation ou l'inhalation d'un produit ou altère la qualité de l'environnement. Synonyme de salissure. Contaminant Minéral : Salissure de type non organique : particules, sels métalliques, … Contaminant Organique : Salissure de type huile graisse animale, végétale ou synthétique. Oxyde d'Alumine artificiel broyé, employé comme abrasif en remplacement du sable interdit

Contaminant Corindon Corps Gras Corrosion

Un corps gras est une substance composée de molécules ayant des propriétés hydrophobes. Altération d'une surface par réaction chimique d'un oxydant, accompagnée d'une production d'oxydes (rouille pour un acier)

Couche

d'Ozone Stratosphérique

COV Chemical Vapor Déposition (C.V.D)

Cryogénie

et

Nettoyage

Cycloparafinique Décalaminage Décapage

Déchets

Dégraissage

La couche d'ozone ou ozonosphère désigne la partie de la stratosphère contenant une quantité relativement importante d'ozone (concentration de l'ordre d'un pour cent mille). Son existence est démontrée en 1913 par Charles Fabry grâce à son interféromètre optique. Cet ozone est produit par l'action du rayonnement solaire sur les molécules de dioxygène à haute altitude (entre 20 et 50 km d'altitude). À cette haute altitude, la couche d'ozone a pour effet d'absorber la plus grande partie du rayonnement solaire ultraviolet, qui se trouve être dangereux pour les organismes vivants. Les Composés Organiques Volatiles, ou COV sont des composés organiques (hydrocarbures, composés constitués de carbone et d'hydrogène) pouvant facilement se trouver sous forme gazeuse dans l'atmosphère. Ils peuvent être d'origine humaine (raffinage, évaporations de solvants organiques, imbrûlés...) ou naturelle (émissions par les plantes). Procédé thermochimique permettant d’obtenir, entre autre des couches de carbure ou nitrure. Les matières premières nécessaires à la réaction sont amenées sous forme gazeuse sur la surface préalablement chauffée du matériau où elles se déposent en une couche mince et compacte. La température du dépôt dépend du matériau de base. Le C.V.D permet d’obtenir une grande variété de dépôt, présentant en général une haute dureté et une bonne résistance à la corrosion. Le CO2 a un pouvoir solvant et dégraissant. Ainsi, à température et pression ambiante, le CO2 conditionné sous forme liquide, se détend pour former de la neige carbonique qui ensuite se sublime au contact de la pièce, passant de l'état solide à l'état gazeux sans passage par la forme liquide. Le principe du nettoyage par neige carbonique est très similaire à celui par glace carbonique. La principale différence réside dans la taille des particules. Les particules de neige étant plus petites que les pellets (glace carbonique), la couverture de la surface de la pièce est mieux assurée. Le nettoyage cryogénique dans le cadre d’une opération de décontamination de moisissures utilise les propriétés physiques de la glace carbonique propulsée par de l’air comprimé : vitesse, impact, choc thermique et sublimation. Chaine fermée d'hydrocarbures. Consiste à enlever une épaisse couche d’oxyde gris foncé, visible à la surface, en général en 2 étapes : brisure de la « calamine » puis enlèvement de la couche détachée de la surface métallique. Ce terme est souvent assimilé au traitement des surfaces par un procédé "chimique" (ex : acide nitrique et fluorhydrique). Néanmoins, dans les traitements "par impacts", il est employé pour désigner tous les procédés projetant toutes sortes de produits, dans le but d'éliminer tous les polluants d'une surface (sable, rouille, calamine, résidus de peinture ou autres revêtements). Ce terme, lié au résultat, s'est vulgarisé dans le langage des applicateurs industriels. Les Déchets Inertes : Ils ne réagissent pas de manière physico-chimique, c’est-à-dire qu’ils ne se décomposent pas, ne brûlent pas et ne produisent aucune réaction susceptible de nuire à l’environnement. Ce sont par exemple : les matériaux minéraux naturels, la terre cuite, les gravats, le carrelage, le béton, les sables de fonderie, les produits de polissage (corindon, sable…)… Les Déchets Non Dangereux : Ils ne sont ni inertes ni dangereux ; ils sont assimilables aux ordures ménagères. Ce sont par exemple : les emballages propres, le papier, le carton, le verre, les métaux, les chutes de bois non traité, les tapisseries, les vitrages, le polystyrène, les chutes de cuir, les textiles… Les Déchets Dangereux : Ils contiennent des produits qui sont susceptibles de nuire à la santé de l’Homme et à l’environnement en raison de leur caractère toxique, corrosif, irritant… Les déchets dangereux des entreprises artisanales sont souvent en petite quantité et dispersés géographiquement. Ils sont aussi appelés Déchets Toxiques en Quantité Dispersée (DTQD). Ce sont par exemple : les emballages souillés, les fluides de coupe, les boues de décapage, polissage, les bains usagés de décapage, polissage, les solvants, les colles, les peintures.. Le dégraissage est une méthode de nettoyage simple, sans attaque physique du substrat métallique. Cette méthode est utilisée dans de nombreuses activités industrielles parmi lesquelles la peinture, l’émaillage, l’électro galvanisation, l’assemblage ou le soudage. Le choix du produit de dégraissage et du procédé dépend de plusieurs critères : la nature du substrat, le type et la quantité de souillures présentes et la nature des pièces (complexités, taille…). Les contraintes réglementaires et environnementales ont fortement influencé les évolutions des pratiques dans ce domaine. Plusieurs formes de dégraissage peuvent être identifiées : • Le dégraissage solvant utilise le pouvoir dissolvant de liquides organiques chlorés, hydrocarbures ou oxygénés, dans un procédé à froid ou à chaud. Il est souvent utilisé en pré-dégraissage pour les pièces fortement grasses. Un des inconvénients majeurs est la toxicité des composés utilisés.


23 Dégraissage

Dégraissant

Substance ou préparation destinée à éliminer par solubilisation, entraînement ou absorption, les corps gras présents en vue de rendre le matériau apte au traitement envisagé. Un dégraissant agit généralement par une fonction solvant, à l'inverse d'un nettoyant qui procède plutôt par un mécanisme d'entraînement. Il s'agit du niveau de concentration à partir duquel une substance ne peut plus se dissoudre dans un solvant.

Degré

Le dégraissage lessiviel, en phase aqueuse ou semi-aqueuse, exploite les réactions de saponification et l’usage de tensioactifs. Ce dernier est parfois couplé à une polarisation de la pièce pour améliorer le procédé (dégraissage électrolytique). Cette technique présente l’inconvénient du traitement des rejets occasionnés. • Le dégraissage UV-ozone oxyde les contaminants présents pour conduire à la formation d’eau et de dioxyde de carbone. Cette technique n’est pourtant pas applicable à tous les substrats. • Le dégraissage par voie mécanique utilise soit le dioxyde de carbone congelé ou des billes de glace par projection. Nous sommes ici à la limite du décapage par abrasion de surface. Le coût reste l’inconvénient majeur de cette méthode. • Le dégraissage par dioxyde de carbone supercritique est une alternative écologique récente aux solvants. • L’avantage réside dans l’absence d’effluents à traiter en fin de procédé. Cette méthode reste limitée aux petites pièces. A l’heure actuelle, seuls les dégraissages en solvant ou lessiviels sont répandus dans les industries métallurgiques ou mécaniques. Etant donné le caractère complémentaire de ces techniques (dissolution de graisses et solubilisation de corps gras, respectivement), leur utilisation successive conduit généralement à l’obtention d’une surface propre, prête à l’emploi

de

saturation

Valeur définissant le niveau de propreté d'une surface préparée : Mode préparation Projection d’abrasifs

de

Degré de soin DS3 ou Sa 3 DS 2 ½ ou Sa 2 ½

Degré de soins

DS2 ou Sa 2 DS1 ou Sa 1

Nettoyage main ou machine

Dénudage Dépassivation

à à

la la

Caractéristiques essentielles des surfaces ainsi préparées La calamine, la rouille, les revêtements et les matières étrangères sont éliminées. La surface doit avoir une couleur uniforme et métallique La calamine, la rouille, les revêtements et les matières étrangères sont éliminées. Les traces de contamination qui subsistent doivent apparaitre simplement comme de légères tâches sous forme de points ou de traînés. La calamine, la rouille, les revêtements et les matières étrangères sont éliminées. Toute contamination résiduelle doit être très adhérente Seuls la calamine, la rouille, les revêtements peu adhérents et les matières étrangères sont éliminées.

St 3

La calamine, la rouille, les revêtements et les matières étrangères peu adhérents sont éliminés. Toutefois la surface doit être traitée beaucoup plus soigneusement que St 2, pour donner un reflet dû à la nature métallique du subjectile St 2 La calamine, la rouille, les revêtements et les matières étrangères peu adhérents sont éliminés. Nettoyage à la Fi La calamine, la rouille, les revêtements et les matières étrangères sont éliminés. flamme Tous résidus restants doivent apparaitre seulement comme une décoloration de la surface (ombres ou différentes couleurs) Décapage à l’acide Be La calamine, la rouille, les restes de revêtements sont éliminés complètement. Les revêtements doivent avoir été éliminés par des moyens appropriés avant décapage à l’acide. Opération permettant d’enlever le PVC sur une zone voulue pour un passage de courant Solutions diluées- Immersion de courte durée afin de retirer les films d’oxyde peu épais (étape incluse dans le process Biologique :Suppression ou diminution de la quantité d'organismes vivants présents sur une surface

Dépollution

Chimique : Diminution du taux de substances chimiques présents en surface Particulaire : Diminution de la quantité de particules présentes en surface

Dépôts Minéraux Désaromatisation Déshuileur Détergence DID Dilution Dispersion Dissolution Distillation Durée de vie dans l'air

Dureté

Un minéral est une substance normalement inorganique, plus rarement organique, formée naturellement ou synthétisée artificiellement, définie par sa composition chimique et l'agencement de ses atomes selon une périodicité et une symétrie précises qui se reflètent dans le groupe d'espace et dans le système cristallin du minéral. Opération chimique d'enlèvement de composés aromatiques en vue de la diminution de la toxicité d'une substance (hydrocarbures désaromatisés). Appareil permettant de séparer des produits de phases différentes (huile/eau par exemple). Le dichlorométhane ou chlorure de méthylène est un composé chimique utilisé principalement comme solvant pour les composés organiques. C'est un liquide incolore et volatil émettant une odeur douceâtre relativement forte. Déchets Industriels Dangereux. Doivent suivre une filière d'élimination agréée Substance ou mélange, généralement solvant organique, que l'on incorpore à des résines, cires, gommes ou à des préparations telles que peintures, graisses, encres, colles... afin d'en diminuer le titre, la viscosité ou l'extrait sec. Synonyme de diluant. Un dispersant est un adjuvant qui a la propriété de maintenir en suspension des particules se trouvant dans un bain. Synonyme de disperser. La dissolution est le passage en solution d'un composé dans un solvant. La distillation est un procédé de séparation de mélange de substances liquides dont les températures d'ébullition sont différentes. Sous l'effet de la chaleur, elles se vaporisent successivement, et la vapeur obtenue est condensée pour donner le distillat. Photodissociation d'une substance dans l'air (Niveau troposphérique) sous l'action combinée du rayonnement et de radicaux (OH en particulier). Généralement exprimé en période (ou T1/2 vie). La dureté est un paramètre permettant de caractériser les matériaux. Il existe plusieurs manières de déterminer la dureté d'un matériau dont certaines font l'objet de norme précise. - La dureté de Mohs - La dureté Brinell - La dureté Vickers - La dureté Knoop - La dureté Rockwell B et C La dureté de Mohs La première notion de dureté (1822) provient du minéralogiste allemand Friedrich Mohs qui recherchait un paramètre pour définir les minéraux.


98 24 Il propose une échelle de 10 classes de dureté relative basée sur la résistance à la rayure par rapport à des matériaux donnés, le talc et le diamant étant les extrêmes. La dureté est une grandeur anisotrope, variant avec les directions cristallographiques ; il est difficile de s'en servir comme caractéristique absolue. Il existe, de plus, une dureté apparente de certains agrégats friables : l'ocre rouge se raie à l'ongle, mais est formée de fins grains d'hématite rayant le verre. La texture peut également donner un résultat faux. Par exemple, si la structure est à grains fins, on peut confondre une rayure et l'arrachement de petits grains. De plus l'échelle n'est pas linéaire, ce qui n'est pas adapté à la mesure des matériaux industriels comme l'acier. Il faut bien distinguer ténacité et dureté : ainsi le diamant, le plus dur des corps naturels connus, peu tenace, se casse facilement grâce à son excellent clivage octaédrique. Aujourd'hui, la dureté est mesurée grâce à l'empreinte que laisse un pénétrateur dans un matériau sous une force donnée. Il existe différents essais selon la forme du pénétrateur et la nature de la mesure de l'empreinte (surface ou profondeur).

Type de matériaux

Indice de dureté

Type de matériaux

Indice de dureté

Diamant *

10

Opalite *

5

Verre

4,5 - 6,5

Carbure de bore

9,5 Agicides (Noyaux et coques)

4-5

Carbure de silicium

9,3

Fer

4-5

Alumine

9,2

Platine

4,3

Chrome

9

Fluorite *

4

Corindon *

9

Médias plastiques

3-4

Carbure de tungstène

8,5

Laiton

3-4

Topaze *

8

Calcite * (calcaire)

3

Zirconium (silicate)

7,5

Argent

2,5 - 7

Céramique

7

Or

2,5 - 3

Sable

7

Cuivre

2,5 - 3

Quartz *

7

Zinc

2,5

Pyrite

6,3

Amidons (blé ou maïs)

2-3

Agate

6-7

Aluminium

2 - 2,9

Feldspaht *

6

Gypse *

2

Acier

5 - 8,5

Talc *

1

* matériaux standards pour l'échelle

Dureté Mesure de la surface : La dureté est donnée en mégapascal (MPa) puisqu'elle est le rapport d'une force en Newton (N) sur une surface calculée en millimètres carrés (mm2). Dureté Brinell L'essai Brinell utilise comme poinçon une bille en acier trempé ou en carbure de tungstène de 10 mm de diamètre (D). La pression est maintenue pendant 15 à 30 s selon le métal.On applique une charge (F) de 500 ou 3000 kgf. On mesure le diamètre (d) de l'empreinte en millimètres. On doit l'essai Brinell à l'ingénieur métallurgiste suédois Johan Brinell (1849 - 1925). Il s'applique aux métaux "peu durs". La norme Brinell de dureté a été éditée dès 1924. Dureté Vickers La dureté Vickers a été conçue dans les années 1920 par les ingénieurs de la société Vickers en Angleterre. Elle est caractérisée par l'empreinte faite par un identeur sous une charge donnée durant 15 secondes. L'indenteur est formé d'une pyramide en diamant à base carrée dont les faces opposées font un angle de 136°. La charge appliquée est comprise entre 1 et 120 kgf. Le côté de l'empreinte est de l'ordre de 0,5 mm, la mesure s'effectuant à l'aide d'un microscope. La dureté Vickers (HV) est calculée e à l'aide de la formule suivante : où F est la charge appliquée en kgf et D, la diagonale de l'empreinte en millimètres. La profondeur de pénétration H est H = D / 7. Cet essai est appliqué principalement aux métaux, mais peut l'être également appliqué aux céramiques avec de très faibles charges. La norme de dureté Vickers a été adoptée en 1952 et celle de microdureté, en 1969. Dureté Knoop L'essai de Knoop permet la mesure de dureté des matériaux fragiles comme le verre et la céramique. Le pénétrateur en diamant est de forme pyramidale à base rectangulaire avec un angle de 172°30' entre deux faces opposées et 130° pour les deux autres faces. Les charges appliquées sont inférieures à 1 kgf. Le pénétrateur laisse une empreinte dont la taille est comprise entre 0,01 et 0,1 mm (D = 7 d et H = D / 30). Si on mesure la longueur et la largeur de l'empreinte à l'aide d'un microscope, la dureté de Knoop (HK) est donnée par la formule suivante : HK =14,229F /D² où F est la charge en kgf et D2, l'aire de l'empreinte en millimètres carrés. La norme de micro-dureté Knoop a été adoptée en 1969. Mesure de profondeur : Dureté Rockwell Essai Rockwell : mesure de la dureté d'un métal selon l'enfoncement d'une bille d'acier, appelé dureté Rockwell B (HRB) ou d'un cône de diamant de 120°, dureté Rockwell C (HRC). La norme de dureté Rockwell date de 1932. L'essai consiste à appliquer une précharge de 100 N sur le pénétrateur qui s'enfonce d'une profondeur e0. On applique une force supplémentaire F, pendant 3 à 8 s, le cône s'enfonce d'une profondeur e1. On supprime la force F, le cône reste enfoncé d'une profondeur e2. La profondeur rémanente (e2 - e0) permet le calcul de la dureté selon la formule :


25 Les indices Rockwell peuvent se lire directement sur un cadran gradué. ROCKWELL C HRC = 500(100-(e2-e0)) Le pénétrateur est un cône de diamant de 120° et d'extrémité sphérique (Ø 0,2 mm). La charge F est de 1400 N (150 kgf). ROCKWELL B HRB = 500(130-(e2-e0)) Le pénétrateur est une bille d'acier de 1,59 mm de diamètre. La charge F est de 900 N (100 kgf). Dureté - résistance Il existe une relation entre la dureté et la résistance à la traction ou rupture Rm. Pour les aciers au carbone :Rm = 3,5 HB

TABLE DE CONVERSION ECHELLES DE VICKERS, BRINELL, ROCKWELL HV = dureté Vickers - HB= dureté Brinell - N/mm2 = Résistance à la traction (Rm) HRC et HRB = Dureté Rockwell

Dureté

HV

HB

N/mm² HRB

90

90

310

100

100

350

110

110

120

HRC

HV

HB

N/mm²

550

515

1800

HRB

HRC 51.7

57

560

522

1820

52.3

390

63

570

529

1860

52.9

120

420

68

580

536

1890

53.5

130

130

450

73

590

543

1930

54.1

140

140

480

77

600

549

1960

54.6

150

150

510

81

610

556

2010

55.1

160

160

540

84

620

562

2060

55.6

170

170

570

87

630

568

-

56.1

180

180

600

90

640

574

56.6

190

190

630

92

650

580

57.1

200

200

660

94

14

660

586

57.6

210

210

690

95.5

16

670

592

58.1

220

220

730

97

18

680

598

58.5

230

230

760

98.5

20

690

604

59

240

240

780

100

22

700

609

59.4

250

250

810

102

23.5

710

615

59.9

260

260

840

103.5

26.5

720

620

60.3

270

270

870

104.5

28

730

625

60.7

280

280

900

104.5

28

740

630

61.1

290

290

930

105.5

29.5

750

635

61.5

300

300

970

106.5

31

760

640

61.9

310

310

1000

32

770

645

62.3

320

320

1040

33

780

649

62.6

330

330

1070

34

790

654

63

340

339

1100

35

800

658

63.3

350

349

1130

36

810

663

63.7

360

358

1170

37

820

667

64

370

367

1200

38

830

671

64.4

380

376

1240

39

840

675

64.7

390

385

1270

40

850

679

65.1

400

394

1290

41

860

682

65.4

410

403

1330

4.8

870

686

65.8

420

412

1360

42.6

880

689

66.1

430

421

1400

43.4

890

693

66.5

440

429

1430

44.2

900

696

66.8

450

438

1460

45

910

699

67.2

460

446

1490

45.7

920

702

67.5

470

454

1520

46.4

930

705

67.8

480

462

1560

47.1

940

708

68.1

490

470

1590

47.8

950

711

68.4

500

477

1620

48.5

960

713

68.7

510

485

1660

49.2

970

716

69

520

492

1690

49.8

980

718

69.3

530

500

1730

50.5

990

720

69.6

540

507

1760

51.1

1000

722

69.9

Autres types de duretés La dureté a été définie comme résistance d'un matériel à la pénétration permanente par un autre matériel plus dur. La mesure est faite auprès de la dimension de l'empreinte laissée (surface ou profondeur) après que la force d'essai ait cessé.


26 100 Cette méthode ne permet pas d'apprécier la déformation élastique. Un ensemble de mesure de dureté permet d'affiner les caractéristiques mécaniques des différents types de matériaux. - dureté Shore (1907) : mesure l'élasticité par la profondeur de pénétration, utilisée dans le domaine des élastomères, - dureté Meyer : mesure la plasticité et l'élasticité, On utilise un duromètre Brinell. Soit D (mm), le diamètre de l'empreinte laissée par une charge F (N) : HM = 4F/πD2 - dureté Berkovich : pénétration d'un indenteur de forme "pyramidal" tétraédique,

Dureté

- dureté Barcol : pénétration d'une pointe en acier, utilisé pour les plastiques durs, résines composites (éviers, baignoires...), échelle graduée de 0 à 100, - dureté Leeb (1975) : mesure du rebond d'un percuteur, du nom de D. Leeb ingénieur suisse, - dureté UCI ultrasonic convert impedance (1961) : méthode de mesure électrique, - dureté Martens, - dureté Buchholz : domaine des revêtements organiques (vernis et peintures), longueur de l'empreinte laissée par une roue biseautée sous une charge de 500 g, - dureté crayon ou Wolff-Wilborn : domaine des surfaces fragiles (peinture, revêtement,...), trace laissée par un crayon dans la gamme 6B à 7H sous une charge de 7,5 N et un angle de 45°, - dureté Persoz-König, dureté Sward : domaine des revêtements organiques (peintures,...), - dureté Monnin, dureté Janka : utilisée pour le bois,… Exemple de conversion dureté shore A, shore D et dureté Vickers

Eau douce

L'eau est dite douce en dessous de 15 degré français

Eau dure

L'eau est dite dure au-delà de 35°français La dureté de l’eau exprime la teneur d’une eau en ion calcium et magnésium. Elle s’exprime par le TH (titre hydrotimétrique) Appareil permettant une évacuation de l'huile surnageant en surface d'une solution aqueuse. Les déshuileurs à disque ou à bande sont des écrémeurs

Ecrémeur Ecrouissage

Efflorescence Effluents Elastomères Electrolyte Emaillage Emissions

Travailler un métal ou un alliage à une température inférieure à sa température de recuit et au-delà de sa limite d'élasticité, afin d'augmenter sa résistance à la déformation. L'écrouissage d'un métal correspond aux modifications qu'il subit lorsque les contraintes qui lui sont appliquées sont suffisamment fortes pour provoquer des déformations plastiques, permanentes. Ces modifications sont d'ordre métallurgique (modification de la structure interne du métal) et ont généralement une influence sur ses propriétés mécaniques. L'écrouissage ne se produit que sur les matériaux ductiles et dans le domaine plastique. L'écrouissage se caractérise par une augmentation de la limite d'élasticité et de la dureté, qui devient aussi plus fragile. Suivant les métaux considérés les propriétés mécaniques peuvent évoluer vers une augmentation de la résistance (cas des aciers alliés) jusqu'à un certain point (seuil de rupture) ou à l'inverse vers sa diminution (cas des aciers peu alliés). Concentration de contraintes et écrouissage local Lorsque la pièce comporte une variation de section ou un défaut — cavité, inclusion (précipité) plus dur ou moins dur que le reste du matériau — il peut se produire localement une concentration de contraintes. Alors que l'on pense être dans le domaine élastique, on entre localement dans le domaine plastique. Il peut donc se produire un écrouissage local. Ce phénomène est une des principale causes de la naissance de fissures dans les phénomènes de fatigue. Multiplication des dislocations La déformation plastique d'une pièce métallique se fait par le mouvement des dislocations. Ces dislocations se multiplient selon le mécanisme de Franck et Reed : elles sont épinglées (par des défauts ponctuels, des précipités ou d'autres dislocations normales au plan de mouvement) ; les parties épinglées restent fixes, les parties mobiles s'étendent autour de l'épinglage ; lorsque les parties mobiles se rejoignent, cela forme une boucle de dislocation qui bouge (s'étend) librement tandis que la partie épinglée recommence le cycle. Or, les dislocations se gênent mutuellement : si elles sont dans le même plan de glissement, elles s'attirent ou se repoussent, et si elles sont dans des plans orthogonaux, elles s'épinglent mutuellement (phénomène des « arbres de la forêt »). Donc plus il y a de dislocations, plus il y a de déformations possibles, mais moins les dislocations sont mobiles car elles se gênent. La perte de mobilité des dislocations entraîne une élévation de la limite d'élasticité, donc de la dureté, ce qui constitue l'écrouissage. Dégradation chimique de la surface d’un matériau due à l’évaporation de l’eau se traduisant par l’apparition de marques blanches (sels minéraux présents dans l’eau) Emanations gazeuses ou eaux de process usées (terme plus souvent utilisé en tant que déchets pour les procédés aqueux). Haut polymère naturel ou artificiel possédant des propriétés semblables à celles du caoutchouc. Voir résine. Terme utilisé pour désigner la solution (le bain) dans laquelle sont plongées les pièces et leur outillage, contenant les composés chimiques permettant la formation d’un dépôt ou la transformation superficielle d’un substrat, sous l’action d’un courant électrique : c’est l’électrolyse L’émaillage consiste à appliquer sur une surface métallique un revêtement minéral vitrifié par cuisson à température élevée. Emanations gazeuses et autres polluants.


27 Emulgateur

Substance favorisant la production d'une émulsion.

Emulsion

Une émulsion est un mélange homogène de deux substances liquides non miscibles (eau et huile par exemple). Une substance est dispersée dans la seconde substance sous forme de petites gouttelettes. Le mélange reste stable grâce à un troisième ingrédient appelé émulsifiant. Action d’étendre sur la surface d’un support un produit destiné à lui conférer des caractéristiques particulières : résistance aux attaques chimiques, isolant électrique… Procédé visant à sélectionner les zones à traiter d’une même pièce en faisant obstacle aux lignes de courant du bain de traitement (scotch, plastique, métal revêtu…) Brisure du rebord d’une arête, d’un angle ou d’un fragment superficiel d’une pierre de taille sous l’effet d’un choc ou d’une surcharge Caractéristiques chimique et physique d'une surface, définissant son apparence (qualité et degrés de soins). C'est la caractéristique de la partie extérieure et visible d'un corps.

Enduction Epargne Epaufrure

La frontière entre les deux milieux physiques différents que sont la matière et son environnement.

Etats de Surface

Au cours de sa fabrication, un corps subit des transformations, qui peuvent faire varier sont état de surface. Ces variations sont la conséquence: - soit d'une exposition aux éléments extérieurs (eau, air, température) qui peut altérer sa surface par l'apparition de polluants, - soit des modifications ou transformations de la matière, liées aux diverses opérations de façonnage (laminage, usinage, soudage etc..). Ces variations on peut d'intérêt, dans la mesure ou les caractéristiques de l'état final recherché sont obtenues. Ces caractéristiques, adaptées aux conditions d'utilisation, seront différentes suivant qu'elles intéressent: - l'homme, par des qualités d'aspect, - la machine, par des qualités mécaniques, - l'environnement, par la résistance aux éléments. L'état de surface est donc obtenu en faisant varier les deux caractéristiques fondamentales que sont l'état physique et l'état chimique. Ceci afin de créer les quatre caractéristiques principales d'un état de surface, qui sont: -l'aspect, qualité visuelle et tactile qui améliore la présentation d'une surface. -le degré de soin, niveau d'élimination des contaminants polluants une surface. -la rugosité, profil microgéométrique d'une surface permettant d'augmenter l'accrochage d'un revêtement de protection -la dureté, qualité mécanique d'une surface obtenue par la réalisation de contraintes superficielles. Buts d'un état de surface Le but va s'orienter vers 4 fonctions principales: -Améliorer l'aspect final d'une surface, afin de valoriser sa présentation et son esthétique. -Nettoyer une surface, pour en éliminer les contaminants naturels ou résiduels. -Préparer une surface en créant une rugosité, pour augmenter l'accrochage d'un revêtement de protection ou d'un dépôt ultérieur. -Modifier la structure superficielle d'une surface pour accroître ses qualités mécaniques. L’amélioration d’une surface peut s’effectuer par Polissage-Satinage- Brossage, afin d’éliminer les rugosités de premier ordre et/ou de créer des rugosités de 2° ordre. La préparation consiste en une mise à nu du substrat de la pièce par : -Décapage (qui retire les films d’oxydes épais ou Dérochage) -Dé passivation (qui retire les films d’oxydes fins) -Dégraissage (qui retire les corps gras) Le conditionnement de la surface, qui suit, peut comporter : -Phosphatation (conversion avant peinture) -Activation (création de sites actifs avant dépôts) -Couche barrière pour éviter une diffusion Contrôles de sa propreté Notion fondamentale Les contrôles permettent de s'assurer que les différentes conditions requises pour la bonne réalisation d'un traitement sont respectées, afin d'obtenir en final, un résultat qui soit conforme au but préalablement fixé. Ils doivent être appliqués à différents stades, de façon rigoureuse, pour s'assurer la qualité finale du produit. Avant traitement: 1) Vérifier la compatibilité du projectile (abrasif) avec celle du subjectile (pièce), ainsi que la compatibilité du procédé de projection avec le traitement recherché 2) Vérifier que la pièce à traiter est exempte de toute graisse ou huile: - par le test du "film d'eau" pure, que les surfaces grasses ne garde pas (mouillage impossible). - par le test au "sulfate de cuivre" qui ne se dépose pas sur une surface grasse. - par le test de "fluorescence UV", qui fait ressortir les taches de graisse sous la lumière ultraviolette. 3) Vérifier que la pièce à traiter est exempte d'humidité. 4) Comparer l'état initial de la surface contaminée aux clichés de référence normalisés. Après traitement: Contrôler l'état de propreté, absence de calamine, rouille ou autres contaminants: 1) par la méthode "visuelle", basée sur la comparaison du résultat obtenu par rapport à des clichés étalons échelonnés suivant les 4 degrés de soins (voir clichés de référence). Cette comparaison qui fait intervenir l'interprétation personnelle du contrôleur et qui peut engendrer des litiges par son caractère subjectif, peut être remplacée par: 2) la méthode "scalométrique" qui consiste à récupérer sur une bande adhésive, préalablement appliquée sur une surface préparée, des particules résiduelles, dont le pourcentage peut être interprété par une cellule photo-électrique. 3) la méthode de "mesure de lumière réfléchie" décrite dans la Norme Anglaise BS 4332 (1967). Conclusion: La propreté est la caractéristique d'un traitement de surface la plus difficile à mesurer, puisqu'elle se réfère à un état parfait impossible à obtenir. En conséquence, on prendra pour état de référence, celui qui permet d'assurer les conditions requises pour l'obtention de la qualité finale souhaitée.


28 Etats

de Surface

et Contrôle Rugosité

de

Contrôles de la rugosité D'une manière générale, le contrôle de la rugosité est suffisant par comparaison "visuelle" et "tactile", sauf dans le cas de pièces de grande précision, ou de fabrication de série. Dans le domaine du traitement par impacts, on se contente souvent d'évaluer une rugosité, en situant son apparence dans une fourchette acceptable. Sachant qu'il est difficile de vérifier avec certitude, que la rugosité obtenue après traitement, est bien celle dont on aurait besoin idéalement. Contrôle viso-tactile: La rugosité est appréciée par comparaison avec des plaquettes étalon, dont les plus répandues en France sont celles du "Laboratoire Central de l'Armement" (LCA) et du "Commissariat de l'Energie Atomique" (CEA), appelées "Rugotest". Elles reproduisent, selon la norme NF E 05 051 , 18 états de surface, représentant: 2 types de formes obtenus: - A - par grenailles sphériques - B - par grenailles angulaires dans des traitements: - a - par des grains grossiers - b - par des grains fins Chaque état de surface représenté, ayant sa correspondance en mesure de rugosité moyenne Ra. Si la présence sur la surface de colorations étrangères, liées à l'environnement, ou induite par le projectile, vient perturber le contrôle visuel, on le remplacera par un contrôle tactile. Contrôles par mesures: Cette catégorie de contrôles regroupe les procédés, qui par mesure directe ou indirecte, déterminent les paramètres caractéristiques du profil d'une rugosité. Ces contrôles, aux moyens sophistiqués pour certains, se font généralement hors chantier:

Exothermique F.a.a.x (revêtement)

Filler Fongicide Galvanisation Géomet® Germicide Glace carbonique Gommage Granulométrie

- par palpeur à pointe de diamant, relié à un capteur inductif, qui amplifie et enregistre les signaux relatifs au déplacement du palpeur sur la surface contrôlée. Ces appareils, communément appelés "rugosimètres", indiquent un ou plusieurs critères de profil, par lecture directe. - par rayon laser, procédé similaire au précédent, mais où le palpeur est ici remplacé par un moyen sans contact mécanique avec la surface, donc sans risque de marquage. L'analyse tridimensionnelle est obtenue par une série de micro déplacements. - par microscopie interférentielle, où on mesure la déviation provoquée par la rugosité, sur la réflexion d'une lumière de longueur d'onde connue, par une surface éclairée. Ce procédé ne s'applique qu'à des surfaces ayant un pouvoir réfléchissant élevé. Les caractéristiques des différents appareils de contrôles ne sont pas toujours identiques. Aussi, pour comparer et interpréter plusieurs résultats, il est indispensable de toujours utiliser le même. Qui produit de la chaleur France-Anti-Adhérent-X : Revêtement applicable sur un substrat métallique éligible en vue de fonctionnaliser la surface revêtue (anti-adhérence, anti-rayures…éco-décapage) . Revêtement destiné à répondre à des attaques chimiques, doté d’une exceptionnelle résistance à l’usure, abrasion, sur des plages étendues de pressions, de vitesse, de températures et de rugosité de contact. Cette famille de polymères est utilisée aussi en raison de ses très faibles tensions de surface pour résoudre des problèmes d’anti-adhérence associée à l’inertie chimique et résistance mécanique. Fraction fine dont la granulométrie est < à celle du sable, ajoutée dans un béton ou mortier pour en augmenter la compacité et donc la résistance. (souvent de nature calcaire) Produit capable de tuer les mosissures (champignons et leurs spores qui sont des coques épaisses fabriquées par certaines bactéries pour résister à des conditions extérieures défavorables (températures extrêmes, pression…)). Les spores définissent aussi les organes de reproduction des levures et moisissures. Revêtement de zinc sur fer, acier, fonte en vue d’une protection contre la corrosion. Utilisé en général dans le sens de galvanisation à chaud. Dépôt de zinc lamellaire effectué par trempage ou par pulvérisation, suivi d’une centrifugation, sans chrome 6 Produit ou procédé physique qui élimine les germes (ex :UV) La glace carbonique est fabriquée à partir de CO2 liquide. Le CO2 liquide est détendu dans un pelletiseur dans des conditions contrôlées. Lors de ce processus physique, on obtient de la neige carbonique. Celle-ci est pressée par une plaque extrudeuse en granulés ronds et durs (grains allongés de 3 à 1,7 mm de diamètre). La glace carbonique a une température d‘environ -79°C. Consiste à projeter à sec une poudre microfine grâce à de l’air comprimé. L’opération s’effectue sans addition de produits détergents ou chimiques et se met en œuvre pour traiter les salissures. Répartition statistique de particules par classes de taille

Gravimétrie

Mesure de la masse: utilisé pour caractériser la masse d'une pollution particulaire

Grenaillage

Projection de particules angulaires ou cylindriques d’acier sur des pièces positionnées sur une balancelle ou sur tapis, en vue de décalaminer, ébarber ou apporter par précontraintes des propriétés de tenue en fatigue au matériau ainsi grenaillé.

Grenaillage

Ce terme est couramment employé pour désigner les techniques de projection de produits "métalliques". Généralement associé au procédé mécanique par "turbine", ce terme est souvent compris comme étant une technique qui exclue les autres procédés de projection et les autres matériaux projetables, comme les agicides, les synthétiques ou les minéraux. En réalité, il s'applique à tous les procédés qui projettent toutes sortes de produits sous forme de grains, quelle que soit leur nature ou leur forme. Il donnera par la suite le nom de "grenailleuse" aux machines de projection par turbines Le grenaillage de précontrainte contrôlé, ou "shot peening", est une technique sensible, basée sur la transformation structurelle des matériaux. Le procédé consiste à mettre des pièces mécaniques sous compression superficielle, par la projection de petites billes d'acier, de verre ou de céramique. Appliquée sur toute la surface à traiter, cette opération de microbillage crée une zone comprimée qui augmente la résistance des pièces. En créant une zone de compression de 0.1 à 1 mm, le grenaillage limite l'apparition de micro-fissures dues aux tensions, augmente la tenue à la fatigue et renforce la résistance des pièces à la corrosion sous tension.

de pré-contraintes

Hydrocarbure Hydrogommage Hydrolyse

Combinaison de carbone et d’hydrogène S’appuie sur la projection à basse pression d’agrégats de très faible granulométrie, doux et fins (poudre de grès, craie, microfine de verrerie..) avec un mélange eau/air pour traiter sur la pierre les encroûtements et salissures noires. Double effet : lavage à l’eau pour ramollir et emporter les salissures et abrasion du support par les poudres mises en œuvre. L'hydrolyse d'une substance est sa décomposition par l'eau


29 Hygroscopique Hydrophile

Se dit d’une substance qui a tendance à absorber l’humidité Caractérise un produit qui a de l’affinité pour l’eau. Son contraire est hydrophobe et hyper-hydrophobe En fonction de l’activité et des dangers (pollution, risques…) qu’elle peut faire courir à l’environnement, l’entreprise pourra être soumise à la réglementation relative aux Installations Classées pour la Protection de l’Environnement. Les installations concernées sont soumises à déclaration ou autorisation préfectorale et doivent respecter des prescriptions techniques visant à préserver l’environnement. RUBRIQUE

ACTIVITE CONCERNEE

286

Stockage et récupération de déchets de métaux (en fonction de la surface utilisée) Emploi de liquides inflammables (en fonction de la capacité équivalente de liquides inflammables stockés) Dépôt de bois, papier, carton ou matériaux combustibles analogues (en fonction de la quantité stockée) Stockage de bois non traité (par voie humide : immersion ou aspersion) (en fonction de la quantité stockée) Teinturerie et pigmentation de peaux (en fonction de la capacité de production) Fabrication de chaussure, travail du cuir (en fonction de la puissance installée des machines) Travail du bois :(en fonction de la puissance installée de toutes les machines présentes dans lʼatelier) Mise en oeuvre de produits de préservation du bois :(en fonction de la quantité de produit présente dans l’installation) Exploitation de carrières

1433

1530

1531

2351 2360 2410 2415

2510

2515

ICPE 2520 2521

2522

2523 2530

2531

2550 2551 2560

2661 2564

2570

Broyage, concassage, nettoyage, tamisage, criblage …de produits minéraux naturels ou artificiels (en fonction de la puissance installée de l’ensemble des machines concourant au fonctionnement de l’installation) Fabrication de ciments, chaux, plâtres Enrobage au bitume de matériaux routiers - A chaud - A froid Emploi de matériel vibrant pour la fabrication de bétons et agglomérés : (en fonction de la puissance installée du matériel vibrant) Fabrication de produits céramiques et réfractaires Fabrication et travail du verre - Verres Sodocalciques (en fonction de la capacité de production des fours de fusion et de ramollissement) - Autres verres (en fonction de la capacité de production des fours de fusion et de ramollissement) Travail chimique du verre et du cristal (en fonction du volume maximum de produit de traitement présent dans l’installation) Fonderie de plomb (en fonction de la capacité de production) Fonderie de métaux et alliages ferreux (en fonction de la capacité de production) Travail mécanique des métaux et alliages : (en fonction de la puissance installée de toutes les machines présentes dans l’atelier) Emploi de matières plastiques (par tout procédé méca : sciage, meulage, découpage…) Nettoyage, décapage, dégraissage de métaux, matières plastiques … (par des procédés utilisant des liquides organohalogénés ou des solvants organiques) : Cuves ouvertes Cuves fermées Emaillage Fabrication Application

2575

2910

2940

ICPE Imputrescible Laser

SEUIL DE DECLARATION

SEUIL D’AUTORISATION Surface> 50 m²

Quantité > 1 tonne et ≤ 10 tonnes

Quantité > 10 tonnes

Quantité > 1000 m3 et ≤ 20 000 m3

Quantité > 20 000 m3

Volume > 1000 m3

Capacité > 100 kg/jour et ≤ 1t/jour Puissance > 40 kW et ≤ 200 kW

Capacité > 1t/jour

Puissance > 50 kW et ≤ 200 kW

Puissance > 200 kW

Quantité > 100 l et ≤ 1000 l

Quantité > 1000 l

Puissance > 40 kW et ≤ 200 kW

Superficie d’affouillement > 1000 m2 et si la capacité d’extraction est >20 t / jour Puissance > 200 kW

Puissance > 200 kW

Capacité de production > 5 t/jour

Capacité > 100 t / jour et ≤ 1500 t / jour Puissance > 40 kW et ≤ 200 kW

Autorisation systématique Capacité > 1500 t / jour Puissance > 200 kW

Capacité de production > 20 t/jour Capacité de production > 500 kg/jour et ≤ 5 t/jour

Capacité de production > 5 t/jour

Capacité de production > 50 kg/jour et ≤ 500 kg/jour

Capacité de production > 500 kg/jour

Volume > 50 l et ≤ 150 l

Volume > 150 l

Capacité de production > 10 kg/jour et ≤ 100 kg/jour Capacité de production > 1 t/jour et ≤ 10 t/jour Puissance > 50 kW et ≤ 500 kW

Capacité de production > 100 kg/jour Capacité de production > 10 t/jour Puissance > 500 kW

Quantité > 2 t/jour et ≤ 20 t/jour

Quantité > 20 t/jour

Volume > 200 l et ≤ 1500 l Volume > 20 l et ≤ 200 l

Volume > 1500 l Volume > 200 l

Quantité de matière susceptible d'être fabriquée > 50 kg/j quantité de matière susceptible d'être traitée > 100 kg/j Puissance > 20 kW

quantité de matière susceptible d'être fabriquée > 500 kg/j

Emploi de matières abrasives (sables, corindon, grenailles..) pour des actions de sablage, polissage de matériau quelconque (en fonction de la puissance installée des machines) Installations de combustion (en fonction de la puissance thermique des installations) - Lorsque l'installation consomme exclusivement, seuls Puissance > 2 MW et ≤ 20MW ou en mélange du gaz naturel, des gaz de pétrole liquéfiés, du fioul domestique du charbon, des fiouls lourds ou de la biomasse - Lorsque que les produits consommés seuls ou en mélange sont différents Utilisation de vernis, peinture, apprêt, colle, enduit, etc. - Procédé "au trempé" Quantité présente > 100 l et ≤ 1000 l - Procédé "autre que le trempé" Quantité utilisée > 10 kg/jour et ≤ 100 kg/jour - Procédé utilisant des poudres à base de résines Quantité utilisée > 20 kg/jour organiques et ≤ 200 kg/jour

Puissance > 20 MW

Puissance > 0,1 MW

Quantité présente > 1000 l Quantité utilisée > 100 kg/jour Quantité utilisée > 200 kg/jour

Qui ne peut pourrir, se pétrifier Procède par photoablation confinée : les photons du faisceau cassent les liaisons moléculaires des salissures. Cet éclair provoque une micro-onde de choc qui éjecte les particules sous forme de poussière.


30 Sous l’effet du rayonnement les couches de salissures foncées absorbent l’énergie, se réchauffent instantanément et sont vaporisées. Une fois les couches noires disparues la pierre blanche sous-jacente réfléchit le faisceau laser en n’absorbant que très peu d’énergie. A réglage adapté, la pierre n’est pas attaquée. Corps gras d’origine animale –: propriété d’un corps qui attire les lipides.

Laser Lipide Lipophile

Affinité pour les graisses. Aptitude à se mélanger aux graisses ; son contraire est Lipophobe

Liquides Ioniques Matériaux

Classement par nature Matériaux issus de ressources non renouvelables (gisements fossiles, réserves limitées) Matériaux issus de ressources renouvelables (forêts, agriculture..) Les matières particulaires sont composées de particules solides et de gouttelettes liquides se trouvant dans l’air. Elles peuvent être assez grosses pour qu’on les voie sous forme de poussière, ou beaucoup plus petites que le diamètre d’un cheveu humain. Elles sont composées de sulfates, de nitrates, d’ammoniac, de carbone organique, de carbone noir, de métaux et de poussière Inspection visuelle

Matières particulaires

Mesure l’efficacité

Les liquides ioniques sont des mélanges de sels organiques et/ou minéraux qui présentent la particularité d'avoir un point de fusion très bas. C'est-à-dire qu'ils se présentent sous forme liquide à une température inférieure à 100°C et pour bon nombre d'entre eux, à une température proche de l'ambiante. Classement par structure : Elémentaires (Métaux) Théoriquement recyclables Non renouvelables Moléculaires (plastique, Difficilement recyclables Non renouvelables, stocks dépendent des matières polymère) premières Cellulaire (Bois, papier…) Difficilement recyclables Renouvelables

de du

nettoyage

Inspection du chiffon blanc Test de rupture du film d’eau : La zone de rupture du film d’eau est caractéristique d’un défaut de nettoyage Test de la résistivité de l’eau : La diminution de la résistivité est fonction de la pollution (poussières, sels..)rend cette méthode plus difficile à mettre en œuvre Comptage de particules : A partir d’un flux d’azote ionisé, comptage des particules > 0,3µM Contrôle par micropesée : Mesure de la différence de poids entre pièce polluée et non polluée. Le taux de pollution mesurable est de l’ordre du µg/cm².

Microsablage Module d’élasticité

Neige carbonique Nettoyage

Spectrométrie par Infrarouge :Les énergies du rayonnement IR correspondent aux transitions vibrationnelles des liaisons chimiques. Le spectre d’absorption de ce rayonnement est carctéristique de la composition chimique et de la géométrie d’une molécule. La pollution mesurable est de l’ordre de 10-4µg/cm² Efficace pour les traces de silicone Méthode de nettoyage à sec, consiste à nettoyer une surface comprenant des encroûtements noirs et salissures noires et vertes par projection constante et sous forte pression d’air comprimé chargé de particules abrasives Rapport de la contrainte à la déformation pris dans la partie linéaire de la courbe obtenue lors d’un essai de compression simple. La contrainte est le rapport de force appliquée à l’échantillon à sa section. A la même dimension qu’une pression et s’exprime en GPa. La neige carbonique est utilisée pour des opérations de Nettoyage qui consiste à pulvériser un mélange air-CO2 liquide. Ainsi à température et pression ambiante, le CO2 liquide se détend pour former de la neige qui ensuite se sublime au contact de la pièce à nettoyer. Concept large qui peut inclure l’élimination d’oxydes, de peintures, d’huiles, de bactéries… et les niveaux de propreté nécessaires dépendent des applications. L’état de surface initial doit être connu afin de pouvoir indiquer des valeurs acceptables au niveau des produits résiduels pouvant rester en surface. • Nettoyage biologique : Le nettoyage biologique consiste au traitement de souillures, d’effluents ou de pièces industrielles par des micro-organismes cultivés à cet effet. Le nettoyage biologique peut être utilisé partout où un nettoyage aqueux traditionnel peut l’être également. • Nettoyage écologique : Le nettoyage écologique consiste à choisir pour chaque type de nettoyage les produits ayant un impact nul pour l’environnemental (rare) ou plus limité • Nettoyage manuel Le meulage, le ponçage, le brossage, le brûlage ou l'écaillage au marteau à aiguilles, sont des procédés tributaires de la main de l'homme et donc de ses fluctuations. La régularité et la répétitivité est impossible, de même que le contrôle de l'efficacité du travail. (enlèvement ou pas de matière).Manque de qualité, de précision et de rendement (sauf avec machines automatisées). • Nettoyage par frottement ou par choc Les pièces sont chargées en vrac dans un tonneau en rotation et se frottent les unes contre les autres. Cette méthode de "tonnelage" à donné naissance à la "Tribofinition". Cette technique est surtout utilisée pour traiter de petites pièces qui peuvent présenter une certaine fragilité, ou une précision de fabrication à respecter. Utilisé pour le polissage de petites pièces (généralement sur des matériaux non ferreux). • Nettoyage chimique Dans ce procédé de décapage dit "à bain d'acide", les pièces sont trempées dans de l'acide et ensuite rincées. Il convient pour de petites et moyennes pièces en raison du volume du bain et est très contraignant au niveau des rejets. Limité en gabarits, sans agression de la surface (soumis à une législation rigoureuse). • Nettoyage hydraulique (Projection d'eau) On utilise une lance du type incendie, qui projette de l'eau à haute pression atteignant plusieurs centaines de bars. Ce procédé n'est généralement utilisé que sur de très grosses pièces de plusieurs tonnes, dont la manutention est difficile voire impossible. (travail sur chantier) Généralement aucune agression de la surface (sauf avec une très haute pression). • Projection d'eau + sable C'est le même principe que le précédent, mais avec la projection d'un mélange composé de 80% d'eau et 20% de sable. Le sable peut être récupéré par décantation dans une trémie pour être réutilisé après filtrage. Ce procédé est dit "HydroBlast". Les types de pièces traitées par ce procédé peuvent être très variés. Traitement doux, sans agression violente ni poussière. • Nettoyage hydropneumatique Projection d'abrasif + eau + air Le principe est identique à l'Hydro-Blast, mais le vecteur n'est plus l'eau à haute pression, c'est de l'air comprimé qui propulse et pulvérise sur les pièces le mélange eau/abrasif, amené au niveau de la buse par une faible pression d'eau. L'eau ici, jouant un rôle d'amortisseur de chocs, la surface subit peu d'agression. Ce procédé est dit à "Voie humide" (voir rubrique procédés). Il s'utilise en cabine avec opérateur extérieur et s'adapte bien aux machines automatisées pour un travail en continu. Les applications sont très variées, pour des pièces de qualité et de précision. Traitement est très doux et sans poussière.


31 105 Nettoyage

• Nettoyage de façades par voie humide : Cataplasmes – Electro- lessivage – Nébulisation – Nettoyage Haute pression – Vapeur – Procédés chimique • Nettoyage de façades par voie sèche : Laser – Peeling – Ponçage – Retaille • Nettoyage de façades par projection de matière : Gommage – Hydrogommage – Sablage à sec – Sablage hydropneumatique – Microsablage

Nitruration

Traitement thermochimique permettant la diffusion d’Azote dans la couche superficielle d’un acier pour lui donner des qualités de dureté.

Parement

Face visible d’un bloc ou d’un ensemble de blocs maçonnés.

Pathologies de la pierre

Peeling Pétrographie pH Photocatalyse Pierres

utilisées en construction

Plasma

PMMA Point de Rosée Polissage électrolytique

Polyacétal Polyoxyméthylène (POM)

Polyamide (PA)

- Résidus de peinture - Salissures et encroûtements noirs : directement liées à la pollution atmosphérique : dépôt généralement peu adhérentsde résidus de la combustion du fuel, de l’essence, de produits industriels…Sur les pierres tendres et poreuses, l’encroûtement est très rapide car des cristaux de gypse ou de calcite retiennent les particules noires. - Salissures grasses : Salissures invisibles à première vue formant une pellicule grasse sur le support, provenant de la pollution atmosphérique qui accompagnent en général les salissures noires. - Salissures rouges : Apparaissent suite à une abrasion de la pierre ou de la brique. Ne procèdent pas d’une superposition sur le support mais d’une mise à nu d’une couleur d’origine minérale ou végétale, contenue à l’intérieur de celui-ci. - Salissures vertes : D’origine biologique : mousses, lichens, moisissures, algues..dont le développement est favorisé par l’humidité et le vent. - Alvéolisation : Dépression sableuse ou pulvérulente creusée dans la pierre, due à l’action de particules abrasives portées par le vent. - Délitage : Séparation des plans de stratification ou de schistosité de la pierre, d’origine souvent mécanique, dans laquelle la texture de la pierre n’est pas modifiée et sans zone pulvérulente. C’est une desquamation par débit en feuillets. - Désagrégation sableuse : Dépression sableuse ou pulvérulente apparaissant à la surface des pierres calcaires et due à l’action des remontées capillaires. S’apparente à de l’alvéolisation. - Désagrégation saccharoïde : Dépolissage de la pierre dont la surface prend l’aspect du sucre après une très forte exposition au soleil et quand il y a de façon adjacente des matériaux de capacité d’absorption différente de l’énergie solaire. - Desquamation ou écaillage ou exfoliation : Décollement en croûte ou en plaques de la surface du matériau dû généralement au cycle gel/dégel. - Eclatement: Rupture du béton dû à la corrosion des armatures mises à nu ou enrobées de béton en trop faible épaisseur. - Efflorescences : Dégradation chimique de la surface d’un matériau due à l’évaporation de l’eau se traduisant par l’apparition de marques blanches (sels minéraux solubles de type nitrates, sulfates… présents dans l’eau) si non encrassés. - Dissolution : Désagrégation de surfaces des pierres calcaires due à l’acidité de l’air et des pluies par dissolution du carbonate de calcium (CaCO3). - Epaufrure : Eclat causé par un choc direct - Nitrification : Dissolution de la surface de pierre calcaire due à l’action de micro-organismes, les bactéries nitrifiantes générant des acides nitreux et nitriques à partir de l’ammoniaque et de l’azote contenu dans l’eau de pluie ou les remontées capillaires. La surface de la pierre se transforme en poudre grossière constitué de grains siliceux ou de gros cristaux de calcite qui résistent mieux aux acides que le calcaire. Nettoyage mécanique sans risque de réaction chimique, consiste à déposer sur le mur à traiter (poussières et salissures noires) un enduit plus ou moins liquide et qui , après solidification, absorbe la pollution. Une fois sec se retire comme un film plastique, à la manière d’un sparadrap. Science de la description des roches, en termes de nature, de forme des minéraux qui les composent, de pourcentage et de forme de la porosité, de densité… Le Ph ou le potentiel d’hydrogène exprime la quantité d’ions positifs contenue dans une solution. Il est représenté sous forme d’une échelle graduée de 0 à 14 qui indique le degré d’acidité, d’alcalinité ou la neutralité d’une solution. La connaissance du Ph d’un produit permet de déterminer son champ d’action, c'est-à-dire sur quel type de salissure il peut agir ainsi que son agressivité sur différents matériaux. La photocatalyse est un procédé physico-chimique qui requiert deux composants : • La lumière et •Un catalyseur Le choix des composants suivants : • Rayons ultra-violets et •Dioxyde de Titane TiO2 entraîne les conséquences suivantes : En présence d'ultra-violets, le dioxyde de Titane devient un oxydant extrêmement puissant qui casse les chaînes carbonées. Les polluants sont minéralisés et transformés en vapeur d’eau et en gaz carbonique. -Pierres calcaires : d’origine organique ou chimique, représentent 20% des roches sédimentaires qui couvrent 70% des surfaces exposées. C’est pourquoi elles sont majoritaires dans la construction et pierre de taille. Elles sont sensibles aux encrassements et aux encroûtements et à la dissolution par une eau riche en gaz carbonique. -Les marbres: Roches métamorphiques, d’origine volcanique ou sédimentaire ayant subi une transformation physique ou chimique par augmentation des températures et des pressions. Densité 2,7 avec forte résistance à la rupture sous charge -Pierres volcaniques: trachytes , basaltes, à caractère intrusif ou extrusif. -Les granites: constitué de quartz, feldspath et mica appartenant à la famille des roches volcaniques -Les Gneiss : d’origine sédimentaire ou magmatique, peu utilisé en France dans la construction. - Les grès: roches à caractère détritique, constitués de sable et de liant à base de silice ou de calcaire, ils sont poreux et souvent lités. Fournissent le pavement de voirie. -Les schistes : roches métamorphiques issues de sédiments argileux, utilisés pour les dallages, appuis de fenêtre, couvertures. Elles sont sensibles aux cycles gel/dégel et aux pluies acides. Un plasma est un gaz dont une certaine portion des constituants est ionisée, mais qui est macroscopiquement neutre électriquement. Les plasmas sont des milieux hors équilibre thermodynamique qui requièrent pour leur maintien un apport permanent d’énergie. Il est constitué des particules chargées électriquement ainsi que des particules neutres extrêmement réactives. Toutes ces espèces vont réagir avec la surface du matériau soit par réaction directe soit par collisions élastiques. On distingue deux grands types de mise en oeuvre ; · le plasma sous vide nommé aussi « en enceinte » permettant de nettoyer des pièces unitaires ou en batch avec un fonctionnement à des pressions inférieures à 2mmbar · le plasma à pression atmosphérique (projection du plasma sur la surface) est créé dans une buse dans laquelle un flux d’air comprimé traverse une décharge électrique de haute tension à haute fréquence. Principales caractéristiques : transparence ; excellente tenue aux UV ; alimentarité ; bonnes propriétés électriques ; faible résistance aux chocs ; tenue limitée à la chaleur Existe sous 2 formes : coulée ou extrudée le point de rosée indique la quantité d'humidité dans l'air. Plus le point de rosée est haut, plus la teneur en humidité de l'air à une température donnée est élevée. Opération consistant à traiter la pièce en anode dans un électrolyte de composition déterminée, et sous des conditions électriques telles que les aspérités de la surface se trouvent dissoutes préférentiellement. Matériau thermoplastique dont le degré de cristallinité est élevé, caractérisé par une haute solidité et rigidité ; il présente de bonnes propriétés de glissement et une bonne résistance à l’usure tout en faisant état d’une faible reprise d’humidité. Principales familles dans l’Industrie : PA 6 - PA 66 – PA 66GF (renforcé fibre de verre) - PA 6G – PA 6G +Huile – PA 12 6PA 6/12G -


32 Thermoplastique amorphe qui présente une résistance aux chocs très élevée, une température de déformation sous charge élevée et une bonne résistance mécanique, dans une plage de température entre – 100 et 120°C.

Polycarbonate (PC)

Polychlorure

de

Vinyle (PVC)

Polychlorure

de

Vinyle (PVC)

Polyester (PETG) Polyéthylène (PE) Téréphtalate (PETP)

Polyfluorure

de Vynilidène (PVDF)

(PP)

Principales caractéristiques : facilement thermoformable ; faible retrait ; faible absorption d’humidité ; légèreté ; rigidité. Le polystyrène est un matériau comparable à l’ABS pour sa très bonne résistance aux chocs

Polystyrène (PS)

Polyuréthane (PU)

de

Surface

Projection thermique

Propreté PVD (physical vapour deposition)

Radiaplaque Ragréage Recuit Revêtements antimicrobiens

Le PVDF est un homopolymère semi-cristallin pur, contenant environ 59% de fluor. Le PVDF est un matériau noble, sans aucun additif, doté de propriétés remarquables, dont les plus importantes sont : Excellente résistance aux produits chimiques, même les plus agressifs - Exceptionnelle tenue au vieillissement, due à une inertie totale aux rayons ultraviolets - Stabilité thermique remarquable aux températures d’utilisation et de mise en œuvre. Le PVDF ne brunit pas sous l’action de la chaleur - Bonne résistance à l’abrasion permettant son utilisation avec des liquides chargés - Très faible fluage - Grande résistance mécanique Le taux de cristallinité du PVDF a été choisi pour obtenir d’excellentes propriétés, telles que l’imperméabilité aux gazs ou le très faible gonflement dans certains solvants, tout en conservant une tenue aux chocs très importantes, et une grande stabilité dimensionnelle. Le PVDF peut être utilisé dans une large plage de température (-50°C à +150° C). Il est difficilement inflammable (classement UL 94 : VO en 0.8 mm d’épaisseur), et se met en œuvre facilement avec des machines d’injection, d’extrusion, tout à fait classiques. A partir d’éléments standards produits par extrusion ou compression, il est possible de réaliser avec le PVDF des pièces volumineuses ou complexes avec des méthodes d’usinage, de chaudronnerie… La qualité la plus importante du polypropylène est son excellente résistance chimique aux réactifs organiques et aux acides : pour cette raison le polypropylène est irremplaçable dans les dans les installations de galvanoplastie, pétrolières et chimiques en général pour obtenir des soupapes, pompes, raccords et aussi des pièces mécaniques qui ne sont pas exposées à des sollicitations élevées. A volume équivalent il est 2 fois plus léger que le pvc.

Polypropylène

Rack & Roll

Souvent utilisé en présence d’hydrocarbures, le PETG se place comme le compromis entre le PMMA et le Polycarbonate. En effet, sa transparence est comparable à celle du PMMA mais il offre une meilleure résistance mécanique pour un prix inférieur au Polycarbonate. Principales caractéristiques : très bonne résistance au choc ; excellente résistance au feu ; thermoformage facile ; pliage à froid et à chaud ; facile à imprimer ; facile à coller et souder ; alimentarité Principales caractéristiques : bas prix - transformation aisée - inertie chimique - résistance aux chocs - faible absorption d’eau faible densité - bon isolant électrique - faible coefficient de frottement. 2 familles : Haute Densité et Basse Pression Compte tenu de sa bonne résistance au fluage ainsi que de sa faible reprise d’humidité et de son excellente stabilité dimensionnelle, le matériau se prête tout particulièrement à la réalisation de pièces complexes devant répondre à des exigences du plus haut niveau en matière de stabilité dimensionnelle et de qualité de la surface

Polyéthylène

Préparation

Le PVC présente de bonnes propriétés de protection et une résistance aux UV mais une plage de température opérationnelle limitée, devenant fragile à 5°C et une température d’utilisation maximum de 50°C. La teneur en chlore du PVC en fait un matériau difficilement inflammable. La température dinflammation du PVC est supérieure de 150°C à la température de la flamme du bois. Dans tous les cas c’est un matériau auto-extinguible. Principales caractéristiques du PVC :bonne tenue chimique en général ;bonne rigidité jusqu’à 70°C ; autoextinguibilité bonne stabilité dimensionnelle ; sensibilité à la chaleur et au fluage ; densité élevée ; faible prix

Le PU remporte aujourd’hui un franc succès dans l’industrie notamment Automobile puisque à l’instar du PE il n’agresse pas les pièces avec lesquelles il est en contact. Le polyuréthane est un polymère obtenu par polyaddition des isocyanates et des polyols. Il se présente sous forme de matériau aussi bien rigide que flexible, ce qui explique ses très nombreuses possibilités d'emploi. Sous forme flexible, il est par exemple utilisé pour fabriquer des coussins, des matelas, des meubles, des revêtements de tissus ; et sous forme rigide, dans l'industrie automobile, dans le bâtiment, dans l'ameublement et décoration. Il peut parfaitement remplacer le cuir et le bois dans la fabrication de revêtements. Il constitue également un excellent isolant thermique et acoustique. Le polyuréthane a une excellente résistance à la traction, au déchirement et à l'abrasion ainsi que pour les mousses, des propriétés d'isolation thermique et phonique. Ils peuvent être coulés dans des moules bien isolés et exempts d'humidité La préparation de surface a pour objectif de rendre la surface suffisamment active afin que des réactions chimiques puissent s'y dérouler lors des traitements ultérieurs. Elle comporte en général 2 opérations complémentaires : Le dégraissage qui permet d'éliminer les huiles et les graisses qui souillent la surface. Le décapage qui permet d'enlever des couches superficielles qui gênent la réalisation des traitements (oxydes, couches écrouies, etc.). Il peut être effectué par voie chimique ou par voie mécanique (sablage). Technique consistant à projeter des particules en fusion sur une surface préalablement préparée. Elle englobe tous les procédés de projection et tous les matériaux projetables, qu'ils soient métallique ou non. Appelée couramment métallisation, elle permet de réaliser des dépôts de forte épaisseur (de 0.1 à plusieurs millimètres) de métaux, alliages, céramiques, carbures… Elle peut être réalisée par flamme, plasmas, arc électrique… et permet de répondre à certains problèmes de tribologie, frottement, usure, abrasion, isolation thermique et électrique. -Biologique : Présence d'organismes vivants, en surface, inférieure à une limite fixée -Chimique : Présence de produits chimique sur une surface, inférieure à une concentration définie -Particulaire : Contamination d'une surface par des particules, inférieure à un niveau fixé Les dépôts sous vide regroupent différentes techniques (pulvérisation, évaporation, pulvérisation cathodique,…) permettant de réaliser sous faible pression et à basse température toutes sortes de revêtements (métaux, alliages, céramiques…). Ce procédé non polluant permet de traiter n’importe quel type de substrat. En revanche, il subsiste quelques inconvénients comme une faible vitesse de dépôt (5microns/heure) et la difficulté de traiter des alésages de faibles diamètres. Gamme d’outillages dynamiques, pour lesx traitements de surface par voie humide, conçus pour maîtriser les entraînements de liquide, en mettant en mouvement les pièces à traiter de façon à évacuer les rétentions de liquide et supprimer les opérations de bouchonnages sur pièces à trous borgnes. Elément permettant le chauffage ou le refroidissement d’un bain par conduction thermique d’une circulation d’un fluide autour de la cuve - * peut être remplacée par un serpentin de chauffage Fait de supprimer les aspérités ou les irrégularités de la surface d’une pierre de taille ou du parement d’un ouvrage liées à l’altération en les recouvrant d’une couche plus ou moins fine de mortier dit de ragréage. Chauffage du matériau au-dessus du point de transformation et refroidissement relativement lent. Le but du recuit est d’adoucir les aciers en éliminant les effets antérieurs de fabrication (écrouissage, trempe) ainsi que les impuretés dues à leur élaboration (laminage, soudage…) Ces revêtements enrobent les molécules d’agents antimicrobiens dans une matrice (hydrophile), l’action du composé actif étant contrôlée par la mouillabilité du revêtement. Ces revêtements peuvent aussi empêcher l’adhérence des bactéries aux surfaces en utilisant des polymères avancés ou des biomolécules aux propriétés de photoactivation. L’utilisation de nanotechnologies permet d’incorporer certaines particules d’oxydes métalliques dans les revêtements polymériques, empêchant, ainsi, le développement de bactéries. La technologie de micro-encapsulation permet aussi d’introduire ces particules à la surface des plastiques pour inhiber la formation de biofilms.


33 Fibre synthétique polyamide obtenue à partir de l’huile de ricin.

Rilsan Risques

pour santé humaine

la

R R R R R R R R R R R R R R R R R R

10 11 20 20/21 20/21/22 30 36 36/37/38 36/38 37 38 40 41 43 45 46 49 50/53

R 52/53 R R R R R

Relief microgéométrique d'une surface, défini suivant divers critères de forme.

Rugosité Salissure Saponification Sol Gel Solvants

Spore Sulfin Téflon (Polytétrafluoroét hylène - PTFE)

Téflon (Polytétrafluoroét hylène - PTFE)

Tension interfaciale

Tension superficielle

Surface

Ensemble des souillures d’origine organique, animale, végétale, humaine ou minérale (tartre, ciment, plâtre, rouille formant une pélicule terne et rugueuse sur les substrats). Elles peuvent être adhérentes (taches…) ou non adhérentes (poussières). Il s'agit de l'hydrolyse en milieu basique. Transformation des salissures grasses en savon sous l’action des tensio-actifs d’un produit alcalin. Il s’agit de la formation d’un gel à partir d’une solution colloidale, utilisés pour fabriquer des nanopoudres, des dépôts céramiques… Ce procédé permet l’introduction de molécules organiques ou non organiques dans le gel selon l’application visée. On peut aussi combiner différentes méthodes avec des sels, des pigments, des résines organiques…Les dépôts sol-gel trouvent des applications intéressantes dans le domaine de la protection anticorrosion de l’aluminium et de l’acier. A2 : Solvants à point d'éclair entre 21°C et 55°C A3 : Solvants à point d'éclair entre 55°C et 100°C Organiques : Un solvant est un liquide qui a la propriété de dissoudre et de diluer d'autres substances sans les modifier chimiquement et sans lui-même se modifier. Le terme solvant organique se réfère aux solvants qui sont des composés organiques qui contiennent des atomes de carbone. Oxygénés : Solvant organique contenant des liaisons oxygène, alcools, cétones, … Coque épaisse fabriquée par certaine bactérie pour résister à des conditions extérieures défavorables (température, pression…), définit aussi l’organe de reproduction des levures et moisissures. Couche d'environ un millimètre constituée de dépôts de pollutions généralement gras, provenant de la combustion de produits pétrolier sur la pierre. Cette couche peut se détacher sous l'effet du lavage sur les pierres dures, mais nécessite un traitement dans les autres cas. Le PTFE a une composition chimique particulière de polymères qui ne renferment que des atomes de carbone et de fluor. Cela lui confère un ensemble de propriétés chimiques, physiques et diélectriques particulièrement remarquables qui placent le PTFE parmi les thermoplastiques bien qu’il ne fonde pas. Le PTFE est très résistant vis à vis de pratiquement tous les produits chimiques. Cette propriété est due d'une part à la force de la liaison C-F (484 kJ/mol comparés aux 412 kJ/mol de la liaison C-H) et d'autre part au fait que la chaîne polyéthylénique est "enrobée" dans une gangue d'atomes de fluor qui la protège. Par exemple, le PTFE PFA, immergé pendant sept jours dans l'eau régale à 120°C subit une modification de ses propriétés physiques (traction, allongement) de l'ordre de 1 % seulement. Il peut subir des températures d'utilisation élevées. Elles vont de 155°C pour le Tefzel à 260°C pour le Téflon PTFE pour les utilisations permanentes et peuvent être augmentée dans le cadre d'utilisations plus courtes. Ces produits ne commencent à se dégrader que vers 400-500°C. Rapport entre le travail réversible fourni pour étendre une interface de séparation fluide-fluide et l'extension correspondante de l'interface. Agent de surface surfactant composé chimique présent dans les détergents, dispersé ou dissous dans l’eau. Possède un ensemble de propriétés physico-chimiques. Il abaisse la tension superficielle de l’eau ou du milieu dans lequel il est dissous. Ils peuvent être : Hydrophobes, hydrophiles, avoir un effet moussant, un effet mouillant permettant un meilleur étalement sur les surfaces. Ensemble des forces d’attraction donnant la forme sphérique à une goutte d’eau et empêchant celle-ci, de par sa forme, de venir en contact étroit avec la surface à nettoyer et de mouiller la salissure. Pour casser la tension superficielle de l’eau, on utilise des détergents dans lesquels les tensio-actifs vont augmenter le pouvoir mouillant.

Tensio-actif

Traitements

60 61 65 66 67

Inflammable Facilement inflammable Nocif par inhalation Nocif par inhalation et par contact avec la peau Nocif par inhalation, par contact avec la peau et par ingestion Peut devenir facilement inflammable pendant l'utilisation Irritant pour les yeux Irritant pour les yeux, les voies respiratoires et la peau Irritant pour les yeux et la peau Irritant pour les voies respiratoires Irritant pour la peau Effet cancérogène suspecté, preuves insuffisantes Risques de lésions oculaires graves Son contact avec la peau peut entraîner une sensibilisation Peut causer le cancer Peut causer des altérations génétiques héréditaires Peut causer le cancer par inhalation Très toxique pour les organismes aquatiques, peut entraîner des effets néfastes à long terme pour l'environnement Nocif pour les organismes aquatiques, peut entraîner des effets néfastes à long terme pour l'environnement aquatique Peut altérer la fertilité Risques pendant la grossesse d'effets néfastes pour l'enfant Peut provoquer une atteinte des poumons en cas d'ingestion répétée peut provoquer dessèchement ou gerçures de la peau L'inhalation des vapeurs peut provoquer somnolence et vertiges

de

Procédé industriel permettant de conférer, par réaction physico-chimique la surface de pièces plastiques ou métalliques afin d’améliorer leur tenue à la Corrosion et leurs propriétés: Mécaniques –Electriques –Optiques -Alimentaires et de répondre à une fonction de Décoration. Pour cela, des techniques de Conversions chimiques avec ou sans courant électrique de dépôts chimiques avec ou sans courant électrique ainsi que des techniques sous vide sont mises en œuvre. On distinguera : -Le revêtement organique (Peinture, Vernis, Corps gras) -Le revêtement métallique (à partir de métal fondu, immersion dans un bain en fusion ex : Galvanisation Zinc) -La réduction chimique d’un sel dissout : -Dépôts par échange d’ions (déplacement) -Dépôts auto catalytiques (dépôts chimiques) -Dépôts électrolytiques (Electrolyse) -Traitements de Conversion : modification chimique de la surface (Oxydation) -Patines-Passivation-(Chromisation) -Phosphatation -Oxydation électrolytique (Anodisation)


34 Traitements

de

Surface

Traitements

de

conversion

Traitements

de

déposition

Traitements

de

finition

Ultrason Unités

de mesure de pression et conversion

Vapeur sèche Virucide

Parmi les grandes étapes du procédé, on distinguera : -L’amélioration des états de surface (Polissage) -Le positionnement et le décrochage des pièces des montages -La préparation des surfaces -Pré revêtement -Revêtement -Finitions. Après traitements on peut effectuer : -Passivation, ex : Argent-Zinc-Brillantage, ex : surfusion de l’étain, avivage, gratte bossage -Rectification, ex : après chromage -Polymérisation, ex : cuisson ou séchage des peintures et vernis) -Rinçages (Statique et/ou cascade) présents entre plusieurs phases opératoires -Traitement de l’eau et des effluents (Techniques de récupération des matières premières et Dé cyanuration) Entrent dans la catégorie traitement de surface tous les procédés de revêtements visant à modifier les propriétés de surface d’un métal sans modifier les propriétés mécaniques. Ces traitements consistent à modifier la surface d'un métal pour former un composé insoluble. On distingue 2 procédés : La conversion chimique dont le principe est de conjuguer l'action d'une attaque chimique du métal et la précipitation d'un composé insoluble. C'est le cas de la phosphatation des aciers, de la chromatation des alliages d'aluminium ou de la passivation des aciers inoxydables. La conversion électrolytique ou anodisation qui permet, par polarisation anodique, d'élaborer une couche d'oxyde sur des matériaux tels que l'aluminium, le titane, le magnésium et leurs alliages Ces traitements consistent à former un revêtement sur le substrat. On distingue plusieurs procédés : Le dépôt électrolytique dont le principe est la réduction d'un cation métallique en solution par polarisation cathodique du substrat. Ce procédé permet de réaliser des dépôts minces (quelques µm) pour des applications décoratives, anticorrosion ou tribologiques ainsi que des dépôts épais (quelques centaines de µm à plusieurs mm) pour du rechargement ou pour la réalisation d'objets par électroformage. Le dépôt chimique qui consiste à réaliser sur la surface du métal la réduction d'un cation métallique grâce à un couplage oxydo-réducteur avec un réactif soluble. Le cas le plus fréquent est le dépôt de nickel. L'immersion dans un métal fondu permet la formation d'un alliage de liaison par diffusion du métal d'apport dans le substrat et réciproquement. La galvanisation (zinc) est le cas le plus connu. L'immersion à froid du substrat dans un milieu liquide contenant le métal d'apport sous forme de paillettes. Le revêtement est constitué de lamelles métalliques (aluminium et/ou zinc) dans un liant minéral ou organique. Une cuisson est nécessaire après déposition. La projection thermique permet de réaliser des dépôts épais (de 0.05 à plusieurs millimètres). Le métal à déposer est préalablement fondu dans une source de chaleur, puis le matériau en fusion est projeté sous forme de fines gouttelettes sur une surface préparée. Les particules s'écrasent sur le substrat et se superposent pour réaliser le dépôt. Les techniques les plus utilisées sont la flamme subsonique, la flamme hypersonique HVOF, l'arc électrique, le soudage-rechargement (PTA). Le polissage et le brillantage qui visent à améliorer l'état de surface des matériaux aussi bien pour des applications décoratives que pour limiter la rétention de produits ou de contaminants sur les surfaces. La mise en compression des surfaces de manière à augmenter la résistance à la fatigue ou à la corrosion sous contrainte des matériaux métalliques. Elle est réalisée par grenaillage ou galetage Sous l’effet d’une onde ultrason produite par des appareils appelés transducteurs ou générateurs, les particules se détachent de leur support. Cette méthode, douce et respectueuse de l’environnement, s’applique sur des objets transportables dans un bain. Ce procédé nécessite de démonter les pièces à nettoyer, de les manutentionner, de les immerger dans un bain pendant des heures, souvent en temps masqué. 1 N/M² = 10-5 Bar 1 MPa = 10 Bars 1 MPa = 145 Psi 1 Bar = 14,51 Psi 1 Bar = 1020 gr/cm² 1 Psi = 70,3 gr/cm² Le procédé consiste à pulvériser de la vapeur d’eau dite « sèche » (moins de 5% d’eau liquide) à une température de 140°C et une pression de 8 bars. La rapidité du séchage lui permet d’être considéré comme un procédé sec. Produit ou procédé ayant la propriété d’inactiver les virus


STS INDUSTRIE Ingénierie des Surfaces

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE ET DE LIVRAISON 1. Généralités: Toute commande implique l'adhésion sans réserve aux présentes conditions générales ; celles-ci ne sauraient être modifiées même par des stipulations contraires pouvant figurer sur les bons de commande du client ou dans ses conditions générales d'achat. Toute commande passée ne sera définitive qu'après acceptation formelle et par écrit de notre Société. Toute modification des commandes en qualité, quantités, dimensions ainsi que toute dérogation à nos conditions générales, devront de même, au préalable, être expressément acceptées par nous. Toutes les commandes sont considérées comme passées irrévocablement et ne peuvent être annulées, en aucun cas, même en cas de retard dans la livraison.Si, malgré tout, un acheteur désire se retirer du contrat d'achat dûment conclu, cela ne peut se faire qu'avec notre consentement préalable. Il s'engage ainsi, d'ores et déjà, à nous verser un montant raisonnable mais au moins de 20 % du prix de vente convenu, en indemnisation des travaux déjà exécutés par le constructeur, sans contre-partie. L'exécution des commandes est soumise à l'obtention préalable de renseignements favorables. Nous sommes en droit de n'effectuer la livraison qu'après paiement complet du prix d'achat ou de nous retirer du contrat sans délai et sans engagement à dommages et intérêts, dans le cas où nous aurions connaissance ultérieurement d'une capacité de paiement insuffisante de l'acheteur ou dans le cas ou les conditions de paiement convenues ne seraient pas respectées strictement. 2. Prix : Les prix facturés seront ceux de la commande. Toute modification des charges fiscales ou douanières incombant au Constructeur, survenues après l’acceptation de la commande, entraînera une variation du prix convenu. Pour le cas ou un prix aurait été fixé en fonction de cours, les variations des dits cours ne pourront être en aucun cas un motif de résiliation de la commande. Sauf stipulation contraire nos prix s’entendent hors taxes, net de tout escompte, hors coût de transport, d’emballage, de droits d’importation, des frais de douane et d’assurance. Ces frais seront facturés en sus. Dans le cas où, avant le jour de la livraison et paiement complet, le constructeur augmenterait ses prix de vente ainsi qu'il s'en est réservé la possibilité, en raison de majorations imprévues dans les salaires, les prix des matières premières et les frais de fabrication, nous nous réservons expressément la faculté d'appliquer une majoration correspondante. 3. Conditions de paiement-Pénalités : Notre société n’étant pas responsable des délais de transport. Sauf stipulation contraire des parties, le paiement doit être effectué selon les modalités définies dans la commande la prise d’effet commence à courir au plus tard dès la livraison des produits telle que définie à l’article 7 et non à leur arrivée à destination. Tous les paiements convenus doivent être respectés ponctuellement et ne peuvent être retenus pour des réclamations quelconques, pas plus qu'ils ne peuvent faire l'objet d'un décompte de ces dernières. Le constructeur aura la faculté de modifier les conditions de paiement, qui auraient pu être fixées d’un commun accord, à raison de faits nouveaux survenant en cours d’exécution dans la situation juridique, commerciale ou financière de l’Acheteur. Les paiements doivent être effectués également dans le cas où des usinages supplémentaires s'avéreraient nécessaires sur l'objet de la livraison. Si la livraison du matériel est retardée du fait de l’acheteur, les paiements auront lieu cependant aux dates prévues. Les effets tirés par le Constructeur sur l’acheteur devront être acceptés par ce dernier dans le délai légal de 48 h de présentation. Les frais de retour d’effets impayés et, éventuellement de prorogation sont toujours à la charge du Tiré. Toute demande de prorogation, soumise à l’agrément du Constructeur, devra être adressée à ce dernier au moins 15 jours avant la date d’échéance et devra être accompagnée d’un chèque représentant les frais et agios. Tout retard de paiement par rapport à la date de règlement figurant sur la facture, rendra exigible, dès le jour suivant, un intérêt calculé au taux Refi de la BCE majoré de 7 poInts. Les pénalités de retard seront exigibles sans qu’un rappel soit nécessaire en conformité de l’article L.441-6 du code du commerce. En outre pour les autres ventes en cours, à l’époque du retard ou du défaut de paiement, le Constructeur se réserve la faculté, soit d’exiger le paiement comptant par chèque de banque, soit de les résoudre de plein droit si bon lui semble, sans qu’il soit besoin de remplir aucune autre formalité que l’envoi d’une lettre recommandée à l’acheteur. Toute vente résolue, soit en totalité, soit en partie, donnera lieu, au profit du Constructeur, à une indemnité pouvant atteindre la valeur de la marchandise au cours du jour de l’annulation de la vente. 4. Prestation: Pour l'installation et la mise en route ou pour la prestation de travaux sur site client ainsi que la mise au courant du personnel, le constructeur prestataire met à disposition ses opérateurs et techniciens, moyennant facturation établies au préalable par devis et sur commande client. Il doit être mis à disposition du personnel du prestataire constructeur les aides nécessaires à la bonne exécution de ses travaux. Le constructeur se réserve le droit de facturer des taux plus élevés pour les temps d'attente qui pourraient résulter de travaux préparatoires insuffisants ou de non mise à disposition des éléments requis par les bonnes pratiques de chantier ou de production. 5. Matériel pour essais: Chaque machine est soumise avant l'expédition à des essais consciencieux. Le matériel nécessaire à la mise au point et aux essais doit être mis à la disposition du constructeur gratuitement et sans frais pour lui, sur sa demande. Il n'assume aucune garantie pour le renvoi de la quantité intégrale des pièces clients mises à sa disposition, de même que pour la détérioration ou diminution de valeur subie par cette marchandise. 6. Livraison : Les délais de livraison indiqués par le Constructeur sont toujours sans engagement de sa part et ne courent qu'à partir du moment où tous les points de détail de la commande, en particulier les données techniques exactes, ont bien été fixés. Bien entendu, le constructeur s'efforce de respecter ponctuellement les délais de livraison indiqués, dans la mesure de ses possibilités. Aucune demande de dommages et intérêts, ni aucune annulation de contrat ne peuvent nous être opposées, pour cause de dépassement du délai de livraison, que celui-ci ait pu être causé par force majeure ou par grève, dérangements d'exploitation, carence de matière première, manque de main-d’œuvre ou surcroît de travail. Seront considérés comme cas de force majeure tous les évènements de quelque nature qu’ils soient, en dehors du contrôle raisonnable du Constructeur, de nature à retarder ou à entraver ses obligations. 7. Garantie : Le constructeur prestataire n’assume aucune responsabilité pour les erreurs pouvant résulter de données inexactes, peu précises ou incomplètes. Le constructeur prestataire garantit une conception et/ou une exécution soignées, consciencieuses, réalisées selon les bonnes pratiques du métier ainsi qu'un bon fonctionnement de la machine, sous réserve qu'elle soit manipulée et entretenue suivant les règles de l’art. Les pièces qui, par suite de construction défectueuse, pourraient casser et devenir inutilisables, dans un délai de 6 mois, seront remplacées par le constructeur gratuitement, départ de ses ateliers, dans un délai aussi court que possible, sous réserve, bien entendu, qu’elles aient été utilisées selon ces mêmes règles de l’art.


STS INDUSTRIE Ingénierie des Surfaces

Pour les pièces qui, du fait de leur nature ou de la façon dont elles sont utilisées, seraient soumises à une usure prématurée (telles que par exemple, les ressorts, les accessoires, les revêtements de cylindres, le constructeur n'assume aucune garantie, pas plus que pour les appareils électriques et hydrauliques et autres constituants non fabriqués dans les propres ateliers du constructeur). Le bénéfice de la garantie est accordé au premier Acheteur et n’est transmissible, en cas de dé-cession du matériel, qu’avec accord du Constructeur. Toutes autres exigences et en particulier des demandes de dommages et intérêts, sont exclues. Des dispositifs de protection spéciaux ne sont fournis par les constructeurs avec leurs machines que lorsque cela a été expressément convenu. Notre société ne pourra en aucun cas être tenue pour responsable des conséquences d’une utilisation fautive ou non conforme à la prudence et aux usages ; ceci concerne aussi la manipulation, le stockage ou le transport des produits vendus. La garantie du constructeur s'éteint complètement si, sans son autorisation, des modifications ou réparations quelconques ont été entreprises par des tiers. Le Constructeur est seul responsable du matériel livré et de son fonctionnement. En tout état de cause, le Constructeur ne saurait endosser une obligation de résultat en matière de qualité de revêtement des pièces à traiter, dans la mesure où le constructeur ne maîtrise pas la globalité du process et où il n’est pas le seul intervenant sur la chaîne. 8. Transfert des risques : L’expédition sera effectuée dans tous les cas aux risques et périls du destinataire. Les risques de la marchandise et notamment ceux inhérents à son transport sont transférés à l’acheteur dès la délivrance de cette marchandise, qui a eu lieu au moment de son enlèvement de notre usine pour toutes les ventes, quelle que soit leur destination (France ou autres pays) et quelles que soient les modalités de la vente ou du mode de transport, que le port soit à la charge du vendeur ou à celle de l’acheteur. Si aucune instruction contraire ne nous a été donnée, nous assurons nos envois contre toutes pertes et détériorations dans l'intérêt du destinataire. Toutes les opérations de transport, assurance, douane et manutention sont à la charge, risques et périls de l’acheteur qui doit vérifier les expéditions à leur arrivée et exercer, s’il y a lieu, les recours contre le transporteur. En cas de manquant, d’avarie (dommage, bris, destruction, perte…) ou de retard, le destinataire doit faire lui-même toutes les réserves qu’il jugera utiles auprès du transporteur responsable dans les délais et formes imposées par la loi, en particulier dans les délais prévus à l’article 105 du code français du commerce, à peine de perdre irrévocablement tout recours contre celui-ci. Si le matériel est expédié franco de port, l’acheteur est entièrement responsable du préjudice qui pourrait être causé au Constructeur, s’il n’applique pas les règles ci-dessus. Le bénéfice de l’assurance cesse à partir du moment ou le Destinataire a pris livraison, en gare ou à domicile, des marchandises expédiées. Toutefois, pour les ventes à l’exportation qui se réfèrent aux Incoterms, il sera fait application des règles des Incoterms en vigueur lors de la vente. Sous réserve d’accord écrit contraire, les ventes sont réputées être réalisées Sortie Usine (Ex Work) tel que ce terme est défini dans les Incoterms 2000. Toute commande passée au Constructeur par un acheteur qui n’aurait pas encore satisfait aux autorisations ou obligations légales ou réglementaires, n’implique que la responsabilité exclusive du client et en aucun cas celle du Constructeur. En conséquence, le client ne pourra se prévaloir d’un éventuel refus d’autorisation de ces instances, et le paiement intégral de la commande sera dû au Constructeur. 9. Clause de réserve de propriété Conformément aux dispositions de la loi du 12 mai 1980, le Constructeur se réserve expressément la propriété du matériel livré jusqu’au paiement intégral du prix de vente et des intérêts, frais et accessoires. A cet égard, ne constitue pas un paiement au sens de la présente disposition, la remise de traite, chèque ou de tout autre titre créant une obligation de payer. Le paiement ne pourra être considéré effectué que lors de l’encaissement effectif du prix par le vendeur. Toutefois les risques sont transférés à l’Acheteur dès la livraison du matériel. L’Acheteur s’engage donc à apporter tous ses soins à la garde et à la conservation du matériel et à souscrire toutes assurances afin de couvrir les dommages et sinistres susceptibles d’être causés au matériel et par celui-ci. Jusqu’au complet paiement, l’Acheteur ne mettra pas en gage ni n’utilisera d’aucune manière le matériel comme garantie. Cependant, l’Acheteur pourra utiliser le matériel ; il pourra également le vendre. Le Constructeur se réserve la possibilité de mettre fin à cette autorisation par simple lettre recommandée dès le premier incident de paiement. Au cas ou les marchandises seraient vendues, l’Acheteur s’engage à céder au Constructeur le prix d’achat à titre de garantie du paiement du matériel et le Constructeur est autorisé, par la présente, à réclamer paiement directement au client de l’Acheteur. En cas de cessation de paiements de l’Acheteur, le Constructeur peut revendiquer le matériel. Les acomptes antérieurement payés resteront acquis au Constructeur à titre de clause pénale. . D’une manière générale si l’Acheteur ne peut payer ses dettes ou est soumis à une procédure collective de redressement ou règlement judiciaire, l’Acheteur devra en informer le Constructeur et mettre les produits à la disposition du Constructeur à ses propres frais L'acheteur devra conserver les marchandises de telle manière qu'elles ne puissent être confondues avec d'autres matériels, et notamment préservera le marquage d'identification. A défaut de paiement intégral, l'acheteur s'engage à restituer le matériel et prendra à sa charge le transport et les éventuels frais de remise en état. L’Acquéreur s’engage à effectuer les formalités nécessaires dans son pays et à en informer le Constructeur pour la mise en jeu de la présente clause de propriété 10. Illustrations et dessins : Les illustrations et dessins fournis par le constructeur, ne servent qu'à donner une vue générale et peuvent, dans leurs détails, ne pas correspondre exactement à la réalité ; de même nos indications de dimensions et de poids sont sans engagement. Le constructeur conserve ses droits de création et de propriété sur tous dessins, devis et autres documents fournis par lui et ils ne doivent pas être communiqués à des tiers ; ils doivent, en outre, de même que les échantillons, lui être retournés immédiatement sur la demande. 11. Lieu de Juridiction : Il est fait attribution de juridiction près du Tribunal de Commerce de PONTOISE qui sera seul compétent quels que soient la nature, la cause ou le lieu du litige et quelles que puissent être les conditions spéciales de la vente, même dans le cas d'appel en garantie ou de pluralité de défendeurs. Le présent contrat est régi par le droit français. NB : Le terme machine vaut pour tout matériel et outillage. : Le terme constructeur : Ste STSsas


Brochures Ces brochures sont aussi consultables sites sur les internet de STS, et de l’Exposition permanente de l’Usine Nouvelle

Ingénierie des Surfaces 1- Outillages pour dépôts électrolytiques 2- Outillages standards Oxydation Anodique 3- Paniers Anodiques, Traitement, Logistique 4- Solutions de Chauffage de bains 5- Balancelles de Peinture - Décapage 6- Revêtements Industriels FAAX - ECOPLAST 7- Outillages pour Traitements thermiques 8- Balancelles de Grenaillage 9- Catalogue des Outillages pour l’Electrolyse

Ingénierie de la Propreté dans le Bâtiment

Ingénierie de la Propreté dans l’Industrie

16- Procédé de Nettoyage / Gommage

10- Prestations de service STS

17- Médias liquides et solides

11- Médias de Nettoyage

18- Nettoyeurs HP

12- Procédé de Décapage / Projection 13- Procédé de Décapage / Immersion 14- Décapage au Bicarbonate de Sodium 15- Procédé de Nettoyage / Cryogénie


SOLUTIONS DE CHAUFFAGE DE BAINS :

contact@sts-eco-planete-industrie.fr Web site: www.sts-eco-planete-industrie.fr RCS Pontoise - SIRET : 523 304 186 000 19 STS est membre • du pôle Aéronautique ASTECH

• • •

du Réseau Automobile RAVI du Pacte PME du Comité Richelieu

Parc d’activité des 70 arpents Rue de Belloy 95 560 MONTSOULT (F)

:

01 34 69 95 10

:

01 34 69 67 90

:

07 86 25 28 77


2013-01 - Brochure CHAUFFAGE DES BAINS  

Chauffage des bains

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you