Page 1

Qu’entendons-nous par peuple breton ? De part leur culture spécifique, leur histoire, leur langue, leur sentiment d'appartenance commune, les Bretons/nes constituent un peuple. Cependant, lorsque nous parlons du peuple breton, nous parlons de l’ensemble de la population qui vit sur le territoire breton, pays Nantais inclus. En effet, le peuple breton ne peut revêtir de caractère ethnique tout simplement parce qu’il s’est forgé au fil des siècles par un métissage permanent. Son lieu de naissance ou ses origines ne peuvent être un critère d’appartenance. Nous rejetons toute forme de xénophobie et reconnaissons les mêmes droits pour les personnes issues de l’immigration que pour les natifs.

Quelle politique bretonne pour les transports ? Peseurt politikerezh evit an transportoù e Breizh ?

L’indépendance, pourquoi ? L’indépendance, c’est l’affirmation du droit à la souveraineté pour le peuple breton et donc son droit légitime à l’autodétermination c'est-à-dire son droit de décider lui-même de son propre destin. Au nom de qui ou de quoi ce serait à Paris ou à Bruxelles de décider pour nous ? Les Catalans, les Ecossais, les Gallois…disposent de réels pouvoirs de décision quand il ne s’agit pas de pays indépendants comme la Slovaquie, la Lettonie, Malte, le Kosovo…La Bretagne, malgré une taille, une population comparable, une histoire et une identité forte reste à l’écart de ce mouvement. Faute de pouvoir politique et de représentation internationale directe le peuple breton et plus particulièrement les plus faibles subissent les lois ultralibérales, nos choix environnementaux sont bafoués, notre agriculture est malmenée et notre culture et notre langue sont condamnées. Ce droit à l’autodétermination passe par la suppression de l’institution régionale aux ordres de Paris et la mise en place d’un parlement « transitoire » chargé d’organiser un réel débat démocratique sur l’avenir de la Bretagne et de mettre en place les outils nécessaires (médias, assemblées populaires…) afin d’accéder enfin à l’indépendance.

Le socialisme, c’est quoi ? Le socialisme, ce n’est en aucun cas le modèle social-démocrate incarné par le PSF. Le socialisme, c’est le refus d’une société où le pouvoir est accaparé par quelques-uns et où l’argent est au centre de tout. Le socialisme c’est l’égalité homme/femme, la démocratie directe à travers des conseils communaux, de quartiers…, la réappropriation par les travailleurs de leur outil de travail et celle par le peuple de toutes les ressources naturelles (eau, énergie, matières premières).C’est aussi le respect de toutes les cultures, de la liberté de circuler, de s’organiser, la solidarité entre les générations, entre les travailleurs et entre les peuples. ème Le socialisme du 21 siècle est à inventer, en prenant en compte les erreurs du passé mais ème surtout les espoirs nés de tous les mouvements sociaux. Le socialisme du 21 siècle c’est le refus de l’individualisme et de la xénophobie, c’est une société égalitaire et solidaire qui garantit les libertés de chacun dans un réel projet collectif plaçant l’humain au centre.

http://www.breizhistance-bro-dreger.com/


Transportoù------------------------------Transport

Transportoù------------------------------Transport

Alors que de nombreux/ses Bretons/nes se retrouvent isolés/es, en difficulté pour trouver du travail ou pour s’y rendre, pour aller faire leurs courses ou tout simplement pour rendre visite à leur famille ou à leurs amis/es par manque de transport en commun (bus, TER…), alors que le prix du carburant ne fait qu’augmenter, alors que nous savons tous que notre environnement est mal en point, la région, la communauté de communes de Guingamp, la ville de Guingamp… injectent des sommes faramineuses dans le projet de la Ligne à Grande Vitesse amenant ainsi Paris à 3heures de Guingamp !

De même la LGV va accentuer les déséquilibres des territoires bretons en mettant Rennes plus proche de Paris que de Brest ou Quimper. L’axe Rennes-Nantes tracera la ligne de démarcation de l’attractivité économique reléguant l’intérieur à la désertification rurale et la côte au tourisme : c’est encore l’ouest de la Bretagne qui va être mis de côté ! Le TGV ne doit pas contribuer à l’hyper polarisation et l’effacement ou la dévitalisation des territoires intermédiaires. Il faut au contraire prioriser les échanges internes, qui servent le plus grand nombre de citoyens bretons, à des prix accessibles à tous (gratuits pour les chômeurs, précaires et étudiants).

A écouter les politiques de tout bord ce projet est un gage de progrès, de désenclavement de la Bretagne et de développement économique. Aucun d’entre eux n’a pensé qu’un débat citoyen pouvait s’instaurer autour d’un projet qui sera pourtant un marqueur fort pour l’avenir de la Bretagne. Pourtant ce projet soulève de réels problèmes : Il faut savoir que quand des milliards sont mis dans la construction de la LGV c’est au détriment du fret et des petites lignes TER qui sont de plus en plus délaissées. Les petites gares comme Plouaret ou Landivisiau vont encore être menacées de fermeture (pour gagner du temps il faut moins d’arrêt !). C’est aussi le prix des billets qui risque fort d’augmenter car l’entretien des lignes à grande vitesse vont coûter très cher. Bonne solution pour inciter les gens à utiliser les trains, pourtant plus écologique, plutôt que leur voiture ! Le TGV même s’il ne peut être taxé de mode de transport élitiste n’est l’outil courant que d’une minorité souvent issue de la classe moyenne-supérieure. En revanche la fréquentation des TER a largement augmenté ces dernières années ce qui montre que les Bretons privilégient les trajets locaux.

C’est pourquoi nous demandons : -l’arrêt du projet LGV au profit de la réhabilitation et du développement des lignes Nord-Sud en Bretagne. -le développement de transport en commun, type bus afin de désenclaver les zones peu peuplées. -création d’un service de taxi à 1 euro pour les personnes âgées ou dépendantes éloignées des bourgs. -le TER et bus gratuits pour les chômeurs, précaires et étudiants. -le développement du transport de marchandises par ferroutage (fret ferroviaire) et cabotage maritime.

Evit BREIZHISTANCE, Maiwenn Salomon ha Paskal Richard Candidats pour les législatives sur la circonscription de Guingamp.

transports publics et collectifs  

arguments de nos candidats en faveur du transport public et collectif dans le cadre de la candidature de Maiwen Salomon a l'élection législa...

Advertisement