Issuu on Google+

B

U L L E T I N

D

’ I

N F O R M A T I O N

D E

B

R A S

Août 2008 N° 35


Le mot du Maire L’O2 Bras L'opération de communication sur l'eau de Bras a plusieurs objectifs. Bien entendu, il est essentiel de sensibiliser le plus grand nombre sur la qualité de cette ressource naturelle, mais il également important de souligner les efforts des brasiliens dans sa protection. Tout est parti de la commission embellissement qui a choisi «l'eau» comme thème de fleurissement 2008. Un choix pertinent compte tenu des atouts autour de l'eau à Bras sur Meuse. Une des richesses naturelles de la commune est la nappe phréatique d'une qualité reconnue au niveau départemental, qui alimente en eau potable Bras et les communes des alentours.

Pour aller plus loin, nous avons souhaité réaliser des bouteilles afin de promouvoir l’eau du robinet. Cette source produit 30.000 m3/jour et moins de 400 m3 sont «pompés» journellement pour alimenter les 700 foyers des communes regroupées dans le syndicat intercommunal «La Forestière». La commune de Belleville s’alimente également dans cette nappe.

2% rarement et 5% jamais). Plutôt que de la servir dans une simple «cruche», nous avons souhaité vous offrir une bouteille estampillée «O2 Bras», captée en pays Meusien. Cette bouteille permettra de se rappeler qu’il est important de préserver cette ressource, tant en quantité qu'en qualité.

constructions, l'assainissement… Concrètement, le jour où des communes ou syndicats viendront «pomper» de l'O2 Bras, il faudra qu'ils s'en souviennent… Même si l'eau ne nous appartient pas, ce ne serait pas illogique que les brasiliens s'y retrouvent, c'est juste une question de bon sens...

Mais cette eau a un prix !!! Cette communication a aussi pour objectif De nombreux sujets réali- A en juger par le sondage de rappeler que ce sont sés par les agents muni- réalisé sur le site internet les brasiliens qui assucipaux ont pris place de la commune, la majori- ment les contraintes de la dans les massifs floraux té des brasiliens consom- protection. La DUP pour symboliser ce thème ment cette eau (74% la (déclaration d'utilité Maire (pont, barque, roue à consomme toujours, 12% publique) de 1981 Bras de sur Meuse eau, robinet géant…). souvent, 7% parfois, encadre toutes les

Etat civil Naissances • Hugo BASSET le 28 mai 2008 • Corentin BLAVETTE le 13 juin 2008 • Clémence GODARD le 13 juillet 2008

Mariages • Orianne DE VENDIN et Nicolas MEILLET le 17 mai à Jouy en Josas • Catherine MAITREHEU et Christian ANDRE le 21 juin à Bras • Cindy GRZYMLAS et Sébastien VIVANT le 21 juin à Bras • Céline PIERSON et Gérald CLAUDE le 28 juin à Bras

• Emeline HOUOT et Eric PETIT le 28 juin à Bras • Véronique MACQUART et Julien DIDRY le 5 juillet à Bras • Emilie MESNIL et Jeff GIRARDET le 12 juillet à Bras • Valérie SAUCOURT et Olivier PACORY le 19 juillet à Bras • Véronique FOSSATI et Christian MORA le 19 juillet à Bras

Décès • Frédéric MONCHY le 21 février à Bras • Eric PAYAN er le 1 avril à Verdun • Daniel CLORIS le 16 juillet à Verdun

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Julien DIDRY

DÉLÉGUÉ A LA COMMUNICATION Xavier COLSON

Ont collaboré à ce numéro Julien DIDRY Dominique DOLE Roland JOURDAIN Dominique RICHARD Dominique SANTIN Jocelyne LEFEVRE Marcel ROLLIN Thierry LORICHON Michèle HENRY Liliane MOUTON Sabine PARMENTELOT, Christine VILLE et Armelle REBAUD Jean-Yves PETITJEAN Les articles sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs.

3


Culture et Animations Le comité en action Comme à son habitude, le Comité des fêtes poursuit ses animations. Son seul but est de divertir les habitants et surtout de leur permettre de se rencontrer, d'échanger dans la joie et la bonne humeur. L'année a débuté avec une sortie organisée sur 2 jours en Alsace, avec bien sûr visites des particularités locales, du musée de l'automobile et dégustation de quelques bons vins. En mai, une pièce de théâtre fût proposée aux brasiliens, la salle du temps libre pleine à craquer a montré tout le plaisir

05/04

procuré par ce type d'animation. La journée campagnarde a battu des records. Enfin, la fête de la musique transformée en karaoké ou encore la journée ceuillette ont connu un franc succès. Pour la suite, nous vous préparons des animations et on peut déjà vous dire qu'elles seront nombreuses.

05/04

03/06

Archives

Voyage en Alsace

01/06

la jounée campagnarde c’est du sport...

20/07

Graines de paysage c’est...

Voyage en Alsace

01/06

Théâtre à Bras

20/06

...et du réconfort

20/07

Fête de la musique

20/07

cueillette....

....et animations

4


Culture et Animations Labyrinthe géant de maïs, nouvelle formule Depuis le 8 juillet, vous pouvez découvrir un tout autre labyrinthe, dans lequel on s’amuse et on «cogite» en famille… En effet, la formule a changé !!!!! Grâce à son nouveau tracé, vous aurez la facilité de vous promener dans les 4 hectares du labyrinthe au gré de vos envies, en passant d'un chemin à l'autre sans difficulté et en pouvant retrouver à chaque instant une sortie. Le but est de trouver le plus possible de réponses aux jeux, énigmes, rébus, mots emmêlés et autres casse-têtes proposés dans tout le labyrinthe. Ces réponses en fonction de leurs difficultés vous apportent des "grains".

Grâce aux sets de table que vos enfants ont eus dans les cantines et autres lieux de repas, vous avez déjà des "grains" !!! (Un ticket par personne sera accepté)...et vos "grains" sont cumulables…si vous souhaitez garder vos "grains" et venir plusieurs fois pour avoir plus de chances de tourner plus de fois la roue, (donc de gagner le gros lot du jour), c'est possible !!! Une exposition réservée à des œuvres d'art sur l’aire de loisirs est proposée.

A la fin de votre parcours vous retrouvez Maïskot' qui comptabilise vos "grains" et vous permet de tourner la roue de la chance… Plus vous aurez de "grains", plus vous aurez le droit de tourner la roue…. Vous gagnerez ainsi de nombreux cadeaux…

Un espace pique-nique avec abri, des aires de jeux, des animations, une buvette seront à votre disposition pour vous reposer, peaufiner vos réponses, papoter.

Chaque dimanche, un gros lot est mis en jeu (Ipod, console vidéo, karcher, VTT…) mais d'autres lots très intéressants sont aussi à remporter... Il n'y a pas de perdant… Tout le monde a un lot.

Votre labyrinthe nouveau est ouvert tous les jours de juillet et août de 13h30 à 19h30.

Une nocturne avec feu d'artifice est prévue le samedi 16 août… c'est encore plus amusant la nuit…

Une équipe souriante, très accueillante et dynamique vous attend. Venez en famille, chaque génération y trouvera son bonheur et pourra aller à son rythme. Vous pourrez aussi informer tous vos amis de ce nouvel événement à Bras en leur envoyant des "grains" découpés sur les sets de table grâce à l'enveloppe prétimbrée spéciale au village que vous avez reçue dans votre boite à lettres. Ces enveloppes sont originales, en nombre limité (vendues en Mairie à 1€). Elles feront l'originalité de vos courriers. A la fin de la saison, vous trouverez toutes les réponses aux énigmes et jeux que vous aurez rencontrés lors de vos parcours et qui auront été proposés aux amateurs de ballades festives, sur le site de votre village : www.Bras-sur-Meuse.fr ou en Mairie. Venez vous amuser, venez tenter votre chance et gagner !!!

La roue «Maïskot’» pour gagner les lots à gogo ! Ici un VTT gagné par Lauriane de Belleville sur Meuse

Liliane MOUTON 5


Vie scolaire Projet cirque des écoles du R.P.I. de Bras et Charny Les enseignants souhaitaient, de longue date, un projet fédérateur, c'est-à-dire un projet qui réunisse toutes les classes du regroupement, depuis la maternelle jusqu'au CM2. Une activité à caractère sportif a tout de suite semblé la plus propice pour permettre à tous de s'exprimer, chacun à son niveau, sans la contrainte de l'âge. C'est à cette occasion qu'un contact a été pris avec les responsables du Persé Circus, pour étudier la faisabilité d'une action centrée sur les arts du cirque. Les séances ont débuté dans les premiers jours de février et se sont poursuivies, à raison d'une par semaine, jusqu'au mois de juin. Chacun, en toute liberté a pu d'abord s'essayer à chaque atelier, puis en fonction de ses aptitudes ou de ses préférences, se lancer dans le perfectionnement d'une des disciplines proposées : monocycle, corde raide, acrobaties, jonglage, diabolo, assiettes et boules chinoises. Un vrai spectacle de cirque devait récompenser les efforts de tous les élèves. Il a eu lieu le vendredi 13 juin, devant un public de plus de 400 personnes enthousiasmées par la qualité des prestations de leurs enfants. Il faut dire que certains élèves ont manifesté de réelles prédispositions qu'ils pourront peut-être exploiter l'an prochain en s'inscrivant au Persé Circus. Vous pourrez voir des photos, témoins des entraînements intensifs, des efforts réels et d'autres clichés, pris à l'occasion du spectacle.

Manon et Doriane, deux acharnées du monocycle, la discipline sans doute la plus exigeante.

Pas si facile, de tenir en équilibre sur un fil, comme Charlotte et Chloé !

Des heures d'entraînement pour faire voler ces trois petites balles, à la manière d'Océane…

On pourrait croire que Jules va s'envoler !

Des roulades à deux ou à trois qui s'enchaînent à un rythme effréné.

Jean-Yves PETITJEAN

De jolies pyramides exécutées par les CP et CE1

Des assiettes… chinoises, encore…

Bastien, aussi à l'aise sur cette boule chinoise que sur la terre ferme…

Des diabolos, prêts à s'envoler vers le chapiteau.

Des équilibres sur les rouleaux américains.

6


Tourisme L’Office du tourisme vous accueille à la MFR Initialement, le syndicat d'initiative du Pays verdunois-canton de Charny envisageait de construire un local à proximité du labyrinthe de maïs, mais l'opportunité s'est présentée, moins onéreuse, de louer un garage à la Maison Familiale Rurale de Bras-sur-Meuse. Idéalement situé, sur un axe de passage très fréquenté, au pied du champ de bataille et à proximité des activités de plein air et des sites d'héberge ment, le point d'accueil inauguré le 14 juin dernier répond à un réel besoin pour promouvoir le territoire. Il marque l'aboutissement d'un objectif visé depuis longtemps, grâce à la codecom de Charny qui a pris en charge l'embauche d'un agent de développement touristique et les travaux d'aménagement, subventionnés à 50 % par le FNADT et 30% par le conseil général.

Jeremy Mathey et Magali Maciejasz

attentes et voir comment et à quelle échelle y répondre. Les commerçants du canton sont d'ores et déjà invités à déposer leurs coordonnées en vue de la constitution d'un panneau de communication.

Durant la pleine saison jusqu' au 15 septembre, le Aux commandes, Magali Maciejasz est assistée point d'accueil est ouvert sept jours sur sept du pour la période de pointe estivale jusqu'au 31 août lundi au dimanche, de 10 heures 30 à 13 heures et par Jeremy Mathey, 21 ans, d'Etain, titulaire d'un de 14 heures à 18 heures 30. Tourisme, activités DEUG d'histoire. Après une semaine de doublage ludiques, camping car, randonnées et cartes : de fin août, Marie Jacquinet, 24 ans, de Naives- nombreuses documentations meusiennes et lorRozières, scolarisée à la MFR de Bras en gestion raines, dont bon nombre méconnues, vous attenet valorisation du patrimoine rural et qui possède dent. Pas besoin d'être vacancier pour y faire une déjà une expérience d'agent d'accueil à Bar le Duc visite. Si vous aimez l'histoire, la série "empreintes et mémoire de Meuse" vous fera découvrir des lieux assurera la continuité jusqu'au 14 septembre. de mémoire moins connus tel les forts de Liouville Alsacienne de naissance, Magali Maciejasz nous ou de Jouy sous les côtes, le Kaisertunnel en forêt vient d'Auboué. Agée de 30 ans, elle pratique de d'Argonne ou le camp Marguerre de Loison. Grâce nombreux logiciels lui permettant la réalisation d'af- au partenariat entre le SI et l'AAPPMA, vous poufiches et plaquettes, et la maîtrise d'Internet. vez également acquérir une carte de pêche que ce Dynamique, accueillante et communicative, elle soit pour les vacances, les enfants, compléter une connaît bien le métier qui lui est dévolu puisqu'elle carte de pêche pour les personnes qui possèdent a également assuré durant 3 ans la responsabilité celle d'un autre département ou renouveler votre de l'animation et la communication au sein de adhésion. Suite à l’assemblée Générale du 24 l'équipe de l'office du tourisme de Bain les Bains juillet dernier pour modification des statuts, le siège (88). Le premier objectif était la labellisation du syn- social a été transféré officiellement à Bras. Porté dicat d'initiative en office de tourisme puis la créa- par la Codecom de Charny, le Syndicat d’initiative tion de partenariats avec les autres organismes de peut dès maintenant bénéficier de l’appellation tourisme du secteur. Son travail sera aussi axé sur «Office de Tourisme» du Pays verdunois - terre l'autofinancement et la communication. «Nous d’histoire et de nature» en attendant son passage commençons à mettre en place le site Internet et devant la commission chargée du classement en des documents d'appel. J'ai déjà de nombreuses septembre prochain. pistes» a-t-elle expliqué en évoquant sa participation aux actions du territoire comme graines de pay- Il participera à Verdun Expo du 11 au 15 septembre sage ou son souhait de travailler avec les jeunes de sur le thème «Meuse sera tourisme et territoire» et la MFR sur un projet de "boucles vertes", " mais je rééditera la balade et découverte du terroir le dois déjà prendre mes marques sur le terrain ". dimanche 14 septembre au départ de L'agent de développement touristique rencontrera Vacherauville. également les professionnels du tourisme du secDominique DOLE teur et les élus municipaux pour connaître leurs

7


Services aux aînés Un toit pour l'ADMR Jusqu'à présent, l'Aide à Domicile en Milieu Rural "les vallons boisés" du canton de Charny fonctionnait en grande partie grâce au bénévolat et il était nécessaire de contacter un membre du conseil d'administration ou l'une des auxiliaires de vie pour toute demande. Désireuse d'optimiser ses services, l'association vient de se doter d'un local de permanence dans notre village. Inauguré samedi 07 juin après midi au 14 rue Raymond Poincaré au sein de la Maison Familiale et Rurale, il répond à un réel besoin et concrétise le partenariat avec cette structure qui a mis en place depuis l'an dernier un module de formation "assistante de vie" Comprenant une entrée aménagée en salle d'attente et un petit bureau fonctionnel et agréable, équipé des moyens de communication modernes, la location inclut également l'utilisation des salles lors de réunions, pour la rencontre des bénévoles. Agent de mission déjà employée par d'autres sections de l'ADMR, Samia Adoul sera présente au bureau les lundi et vendredi de 9 heures à 12 heures et le mercredi de 13 heures 30 à 17 heures 30, soit 10 heures par semaine pour commencer. Véritable trait d'union entre les demandeurs et le conseil d'administration, elle répercutera les

besoins des premiers et les décisions du second et gèrera le courrier, le salaire et les emplois du temps des dix autres salariées. "Le siège social était et restera à la mairie de Charny, chef-lieu du canton" précise Vincent Brunato, son Président. La création du local ne remet pas en cause la possibilité de contacter les responsables bénévoles directement ou de les rencontrer hors du local. Les services proposés comprennent l'aide à la famille, aux personnes âgées et handicapées, le portage de repas et la téléalarme Filien (service indépendant complémentaire). Pour tous renseignements ou demande : Tél Fax répondeur 03 29 83 93 88 et E mail : vallons boises.admr@orange.fr

Dominique DOLE

Cathéchisme Une année bien remplie C'est encore une année de catéchèse qui se termine pour les 29 enfants inscrits dont 7 enfants à l'éveil à la foi, 5 enfants de niveau CE2, 5 enfants de niveau CM1 et 12 enfants de niveau CM2 Une année bien remplie avec des temps forts : Noël, l'entrée en Carême, Pâques, la célébration de réconciliation pour certains et la célébration de l'Eucharistie pour 13 enfants. L'année s’est terminée donc par un jeu de piste sur la place du village, un gouter et un petit apéritif pour les enfants et leurs parents. Pour les inscriptions de l'année prochaine, il faudra attendre le mercredi 2 septembre à 18h à la salle d'animation. En attendant nous vous souhaitons de très bonnes vacances à tous et à bientôt.

Jocelyne LEFEVRE 8


Scolaire la MFR ancrée dans le territoire Parallèlement à sa mission d'enseignement et d'éducation, la Maison Familiale de Bras sur Meuse est une association intégrée à l'environnement local, dans lequel elle veut être dynamique, voire force de proposition. Cette volonté est partagée, non seulement par les membres du Conseil d'Administration, l'équipe de formateurs, mais également les élèves dont les formations incluent une ouverture indispensable sur l'extérieur. Etre partenaire, c'est prendre part à des actions communes. C'est ainsi que les élèves sont allés à la rencontre des Brasiliens lors de la Fête des Voisins. Ils se sont donc divisés en 5 petits groupes, répartis sur le territoire et ont proposé l'apéritif aux habitants. Façon très cordiale de faire connaissance. Leur initiative a été appréciée et relayée par nombre de Brasiliens qui ont euxmêmes contribué à la réussite de cette soirée en la poursuivant audelà de l'apéritif... Mais le point fort de l'année, de par son ampleur, a été incontes-

animaux… assurant eux-mêmes l'accueil et la publicité de leur action. Etre partenaire, c'est aussi faire preuve d'audace et d'initiative. Sept élèves de la MFR de Bras, actuellement en Bac Pro Services en milieu rural, travaillent sur un projet de partenariat avec les membres de l'association " Manakalo " dont le siège social se situe 31, avenue Poincaré à Bras sur Meuse. C'est avec grand enthousiasme que ces jeunes ont rencontré récemment le Président de l'associa tion, Monsieur De Vendin et l'un

portera sur un thème précis, de réfléchir sur la conception d'une brochure qui permettra à l'association de se faire connaître sur le secteur local et bien d'autres actions encore… Nous devrions rencontrer à nouveau le Président de l'association en septembre afin d'officialiser notre partenariat. Il ne faut pas non plus oublier la mise à disposition de locaux par la MFR. D'une part à l'association ADMR du canton de Charny offrant à tous la possibilité d'accéder à tout type de service à domicile. D'autre part au syndicat d'initiative qui permettra d'assurer la promotion du tourisme meusien. Enfin, la MFR souhaite également faire profiter les Brasiliens de ses atouts. C'est pourquoi, en partenariat avec la Commune de Bras sur Meuse et la MJC de Belleville, un club informatique va voir le jour à la rentrée 2008, pour permettre à chacun d'utiliser, à son rythme et selon ses besoins, l'ordinateur et internet.

Journées portes ouvertes

tablement l'organisation des dernières journées Portes Ouvertes, là encore par les élèves. Ils ont eu à cœur de présenter leurs formations, en mettant en exergue certaines facettes : découvertes du monde rural par le tourisme, un marché du terroir, une ferme auberge, une mini ferme et ses

de ses collègues. Les échanges ont été fructueux et les idées émergeaient de part et d'autre. En effet, les élèves de Bras ont proposé au Président de l'association de mettre en place des actions afin de récolter du matériel scolaire, mais aussi d'organiser une soirée " malgache " qui

Les projets ne manquent pas, les partenariats marquent la volonté d'avancer ensemble pour mettre en œuvre diverses actions au profit du plus grand nombre. Ils sont le signe du dynamisme de notre établissement.

Sabine PARMENTELOT, Christine VILLE et Armelle REBAUD

9


Mémoire Anciens Combattants du Talou et Bois des Caures Comme de coutume, je vous écris ces quelques lignes afin de vous tenir au courant de la vie de la section des Anciens Combattants du Talou et Bois des Caures qui est bien active croyez moi. En octobre 2007, lors de l'assemblée générale, les membres du bureau ont été réélus à l'unanimité par l'assistance pour une nouvelle année, ainsi que les rapports moral et financier de la section. Auparavant une minute de silence a été observée à la mémoire des membres disparus au cours de l'année écoulée : Messieurs Noël FORNARA, Daniel ZANARDI, Christian MAITREHEU, Eugène FRANCOIS, Raymond RENAUX et plus récemment Jean Claude LEFEVRE (ancien porte drapeau décédé en mars dernier) ainsi que Madame Gabrielle CARQE de Vacherauville (103 ans) qui cotisait à la section chaque année depuis le décès de son époux. Un voyage a été effectué l'an dernier sur les lacs italiens. Celui-ci fut apprécié de tous les partici pants. Cette année nous partirons en septembre à Andorre via le pont de MILLAU et le site aviation de l'A380 à Toulouse. En ce qui concerne les activités de la section, elles se résument par la présence de ses membres aux enterrements, réunions, cérémonies patriotiques sur les sites et villages détruits, ainsi qu'à certains déplacements nécessitant la présence du drapeau de l'association.

Bénédiction du nouveau drapeau de la section

écoles qui sont de plus en plus avec nous à ces cérémonies. Je les remercie ainsi que leurs institutrices et instituteurs au nom des anciens combattants et à la mémoire des disparus. Grand merci à notre Maire Julien Didry pour son dévouement pour la section ainsi que sa commune. Le 11 novembre dernier au cours de la messe à Champneuville, a eu lieu la bénédiction du nouveau drapeau de la section par l'Abbé MAHOVALD en présence de la marraine Amélie LEFEVRE (ma petite fille) et de Patrick PAQUIN (fils d'un camarade de Bras) nouvel adhérent à l'association. Mr Alfred NOVAKOSKI est également nouvel habitant et nouvel inscrit à la section et sa compagne ancienne résistante. Un hommage a été rendu à Lazarre PONTICELLI dernier poilu de 14-18. La célébration du 11 novembre 2008 aura lieu à Vacherauville et le 5 décembre une cérémonie en l'honneur des anciens combattants d'AFN se tiendra à Samogneux.

A ce sujet, malgré le devoir de mémoire amplement Merci de votre attention et bonnes vacances à conseillé, il est regrettable de constater la faible toutes et à tous. Le Président, participation des conseillers de notre village sur ces Marcel ROLLIN sites ou communes. Par contre je tiens à féliciter la présence des maires souvent présents ainsi que les

Hommage au dernier poilu de 14/18 à Bras sur Meuse

10


Environnement Chouette ! Un nichoir dans le clocher de l'église De tous nos rapaces nocturnes, chouettes et hiboux, l'espèce la plus " civilisée " est sans doute l'effraie des clochers. C'est également celle qui a le plumage le plus clair, dans les tons blancs et roux. Elle ne construit pas de nid et habite le plus souvent dans nos granges, greniers ou clochers, nichant sur une litière de pelotes de réjection désagrégées. Ce sont des boulettes oblongues et noirâtres, que l'oiseau recrache par le bec ; elles contiennent les restes indigestes, os, poils ou plumes des proies Pour pallier à la destruction des vieux bâtiments et qu'il a avalées entières. à l'engrillagement des clochers d'églises et lui offrir La dissection de ses pelotes a montré que l'effraie un plus grand nombre de sites de nidification, des se nourrit essentiellement de petits rongeurs tels programmes de constructions de nichoirs ont été que mulots et campagnols qu'elle aime chasser sur lancés. Le groupe LPO Meuse a, pour sa part, proles routes la nuit. cédé à plusieurs installations dans les églises de Aussi sa principale cause de mortalité est la circu- villages du Nord meusien. Avant celui de Bras-surMeuse, posé le 26 avril dernier, ce fut celui de la lation routière et, malgré sa relative abondance, elle basilique d'Avioth ; le prochain devrait être celui de est en régression globale. Pourtant, totalement inofl'église Notre-Dame de Mont-devant-Sassey. fensive pour l'homme, elle est l'auxiliaire de l'agriculteur. Espérons que, sortant un soir dès la tombée de la nuit et levant les yeux vers notre clocher, nous Elle peut élever plusieurs nichées en une seule année en fonction de l'abondance de la nourriture, aurons la joie d'apercevoir la pâle silhouette de la participant ainsi à la régulation des populations ani- "Dame blanche". Peut-être entendrons-nous son males. Les parents restent unis pour la vie et fré- "chrrriiih" qui lui permet de communiquer avec son partenaire et de marquer son territoire. La fin de l'hiquentent le site toute l'année, l'utilisant comme ver sera la période la plus propice, quand la périoreposoir le jour et la nuit. de de reproduction commence. Les jeunes peuvent quitter le nid bien avant d'être Mais nous ne percevrons pas son battement capable de voler et se disperser aux environs. Ils d'ailes, parfaitement silencieux ; grâce à son ouïe doivent être laissés sur place, les parents ne sont pas loin et continuent à les nourrir la nuit venue, exceptionnelle, elle pourra repérer de loin ses attirés par leurs cris aigus. Tout au plus, s'ils sont proies par leurs cris. par terre, on pourra les percher sur une branche. Nous lui aurons permis de vivre pour occuper le rôle qui lui est imparti dans l'équilibre de la nature. Alors que les Grecs vénéraient la chouette comme Et, nous rappelant qu'elle souffre énormément des symbole de la sagesse, l'effraie fut persécutée pencollisions avec les voitures, nous essaierons de ne dant des siècles, clouée sur les portes des granges pas rouler trop vite la nuit… pour conjurer le mauvais sort ou porter malheur à un voisin… Il est vrai que ressemblant à un fantô- Que toutes les personnes qui ont accueilli favorame avec sa livrée blanche et sa face livide, si blement ce projet ou qui, par leur présence, ont propres à "effrayer ", elle était la victime toute dési- encouragé cette action soient encore remerciées. gnée ! (La photo est extraite de la revue "L'oiseau magaziCette pratique a heureusement pratiquement dispa- ne" de la Ligue pour la Protection des Oiseaux) ru et elle est réhabilitée et strictement protégée, Michèle Henry comme tous les rapaces diurnes et nocturnes, depuis 1972.

11


Environnement Bras pays d'eau ? D'un point de vue agricole, la plaine de Bras est constituée de sols qui sont plutôt secs : les quelques dizaines de centimètres de bonne terre reposent généralement sur une épaisse couche de calcaire dur ou de grève qui ne constituent pas une bonne réserve en eau. Résultat, les cultures ont tendance à échauder lorsque surviennent de forts coups de chaleur (cette année 2008 nous en a préservé). Pourtant, l'eau n'est pas loin ! Il suffit bien sûr de s'approcher des bords de la Meuse ou du canal, qui n'est jamais qu'une dérivation de l'eau du fleuve. Il y a aussi notre fameuse nappe évoquée dans d'autres articles de ce numéro. Mais si on prend un peu d'altitude en pénétrant dans la forêt domaniale on risque de trouver de nombreuses sources. Si certaines ne sont qu'éphémères, n'apparaissant que lors d'hivers pluvieux, d'autres sont permanentes et certaines ont été longtemps exploitées. Si beaucoup connaissent les sources du Roi de Prusse qui ont alimenté notre commune jusqu'en 1974, savez-vous que la commune de Charny était aussi jusqu'à cette époque alimentée par un autre captage situé loin dans la forêt, au lieu dit " Haudraumont " ? Cela se situe entre la route de Ornes et le fort de Douaumont. Une conduite en fonte suit le Ravin du Prêtre, rejoint la route de Douaumont au niveau du Pavillon Fleuri, passe devant les maisons forestières, traverse notre village et rejoint Charny.

Romain et de mon amie Corinne nous avons fouillé les broussailles et, guidés par le clapotis de l'eau, nous avons retrouvé la source. Un abri en béton reçoit différents drains et invite l'eau à s'écouler dans la conduite qui semble malheureusement obs truée. Un trop plein déverse généreusement en contrebas toute l'eau captée pour le plus grand plai sir des animaux de la forêt !

Dominique SANTIN

Comme elle n'a plus d'utilité, cette conduite a été interrompue au niveau des maisons forestières. Il serait trop long de vous expliquer pourquoi j'ai été amené à constater l'absence d'eau dans la partie restante de la conduite et à en rechercher les causes, toujours est-il qu'en avril dernier j'ai demandé à Laurent Haraczay qui, de part ses fonctions, est habilité à circuler dans la forêt domaniale, de me conduire jusqu'à ces fameux captages dont je connaissais l'existence. Accompagnés de son fils

Le syndicat des eaux de la forestière En cette année de l’eau à Bras, il nous semblait intéressant de faire un point sur l’eau potable géré par le Syndicat intercommunal des eaux de la Forestière. Entretien avec son nouveau Président, Mr Alain HOUSSON. Avant 1974, chaque village possédait ses propres sources d'approvisionnement d’adduction d’Eau Potable et les gérait individuellement. A Bras sur Meuse, la fontaine du Roi de Prusse alimentait l'ancien château d'eau situé dans les anciennes carrières. En 1974, trois villages se sont réunis afin de mettre en commun leurs ressources pour améliorer la gestion de la distribution de l'eau potable tout en réduisant les frais de fonctionnement.

Ainsi fût créé le Syndicat d'adduction des Eaux Potables de La Forestière. Le village de Marre le rejoignit en 1998. Mr Warin en a été le premier Président.

Fonctionnement du sytème d’eau potable Le réseau d'eau potable s'effectue en bouclage. C'est à dire que les trois châteaux d'eau situés à Bras, Vacherauville et Charny sont reliés entre eux,

12


celui de Bras étant prépondérant car situé à l'altitude la plus élevée et possédant le plus gros volume (240m3, Charny 180m3 et Vacherauville 90m3). Ils sont alimentés par la station de pompage située sur le chemin qui relie le labyrinthe à EMC2. La station se compose de deux pompes qui puisent l'eau à 15 et 16 mètres de profondeur. Le pompage s'effectue en temps normal de nuit (de 1h30 à 6h du matin) afin d'obtenir un tarif électrique préférentiel. En cas de besoin, incendie ou très grosse demande simultanée des quatre villages, la station peut déclencher le pompage en journée. Le château d'eau de Bras commande la station par un système automatique ; quand le niveau de l'eau atteint un minimum, un flotteur déclenche un relais qui, par appel téléphonique, ordonne à la station de réactiver le pompage afin de réalimenter le réservoir. Il est à noter que la commune de Bras sur Meuse se situe au dessus d'une des plus grandes nappes phréatiques de l'Est de la France.

Un exemple d’incident possible Il y a quelques semaines, certains quartiers de Bras se sont retrouvés avec une forte baisse de pression pendant plusieurs jours. Le fautif était un clapet anti-retour défectueux. Le château d'eau de Bras s'est mis à alimenter en permanence celui de Charny, ce qui a eu pour effet de faire déborder le réservoir de Charny et de vider celui de Bras, la station de pompage ne fonctionnant que de nuit comme indiqué précédemment. La panne fût diagnostiquée, le clapet d'abord réparé sera échangé par un neuf prochainement.

Le rôle du syndicat Dernièrement, des élections ont désigné Mr Alain Housson, président de cet organisme. Le comité de gestion se compose de dix membres élus, trois pour Bras, trois pour Charny, deux pour Vacherauville et deux pour Marre. Madame Henrion en est la secrétaire. Le siège social se situe à la Mairie de Bras. Le rôle de La Forestière est de veiller à la bonne alimentation en eau potable des quatre villages qui la composent. Il est important, ici, de préciser le rôle de Véolia. A travers le SMATUV, Syndicat Mixte d'Assainissement et de Transport Urbain de Verdun, Véolia ne s'occupe que du traitement des eaux usées. Il existe donc deux organismes distincts, La Forestière pour l'alimentation en eau potable, et Véolia pour le traitement des eaux usées, d'où la présence de deux factures différentes pour le même volume d'eau potable utilisé. Aujourd'hui, Mr Housson est fier du rendement du réseau qui avoisine les 80% (20% seulement de perte en fuites diverses), ce qui est un des meilleurs

rendements dans l'Est de la France selon ses propres dires.

Les différentes factures Votre facture d'eau pour La Forestière (tous les prix qui suivent sont " hors taxe ") se compose d'un abonnement de huit euros. Puis vous avez votre consommation en mètre cube, multipliée par son prix de base, soit un euro et dix centimes, prix qui va baisser de dix centimes cette année, me précise Mr Housson (m3 x 1,10€ ht). Il faut rajouter à votre facture le coût de prélèvement pour l'agence de bassin, et enfin un autre prélèvement pour la pré servation de la ressource en eau. Vous saupoudrez le tout d'une jolie TVA et vous avez le montant TTC de votre facture pour votre consommation semestrielle d'eau potable. A cela, il faut bien entendu, ne pas oublier de rajou ter le coût de traitement pour l'assainissement des eaux usées qui sont rejetées dans les égouts. Cette opération est effectuée par Véolia et vous est factu rée deux euros et soixante sept centimes hors taxe par mètre cube (2,67 € ht/m3). Les esprits perspicaces auront remarqué que Véolia vous facture un coût de retraitement pour un volume identique que le volume d'eau potable consommé. Or, l'eau utilisée pour arroser vos plantes, jardins ou remplir vos piscines n'est pas rejetée à l'égout mais repart dans le sol et donc n'est pas retraitée par Véolia, pourtant elle vous est facturée comme telle… Soyez vigilants et préférez donc récupérer l'eau de pluie pour arroser vos jardins elle est gratuite ! Le montant de votre facture pour le Syndicat La Forestière sert principalement à payer l'électricité utilisée pour alimenter les moteurs des deux pompes de la station. Mais une partie est aussi utilisée dans le cadre des dépannages lors de fuites, pour investir dans l'en tretien des réseaux d'alimentation et enfin, pour le paiement des frais de gestion. Le tout pour seule ment UN euro hors taxe par mètre cube, me rap pelle M Housson. Ce dernier organisera une réunion publique d'information courant deuxième semestre 2008. Pour terminer, parlons Qualité. L'eau du réseau est analysée tous les six mois dans les trois châteaux ainsi que chez des particuliers tirés au sort dans les quatre villages. Les résultats sont affichés en mai ries dans la quinzaine qui suit. L'eau de Bras n'est jamais traitée insiste Mr Housson, elle le serait seulement si les analyses faisaient apparaître la présence de bactéries nocives à la santé humaine. A ce moment, l'eau serait traitée sur le lieu de l'infection dans l'un des trois châteaux d'eau. Notre eau est donc très pure. Alors, à vot'santé Messsieurs Dames !!

Propos recueillis par Thierry LORICHON 13


Nature Des oies d'Egypte sur nos bords de Meuse C'est en octobre 2006, au moment de rentrer mes vaches à l'étable que j'ai aperçu pour la première fois ces curieux oiseaux dans un parc en bord de Meuse. Ils étaient deux, sans doute un couple. Le corps blanc, les ailes brunes, les yeux généreusement cernés de brun, ils avaient fière allure. Plus grands que des canards, le port plus dressé, ils ne ressemblaient à rien de ce que ma mémoire avait emmagasiné suite à mes lectures ou à mes observations. Rentré à la maison, je consulte des bouquins. Aucun des volatiles répertoriés comme coutumiers des rivages ne ressemble à ceux que je viens d'observer. Des recherches sur internet se révèleront tout aussi infructueuses. Faisant part de ma découverte à des pêcheurs fréquentant les lieux, je m'entends répondre "on les a vu aussi, ce sont des bernaches". Des bernaches ? Retour dans mes bouquins. Non, vraiment les oiseaux que j'ai vus ne leur ressemblent pas. J'aurais presque oublié l'évènement. Mais en mars 2007, alors que je rends visite à mon collègue Patrick à Charny dans sa ferme située sur le chemin de la Meuse après le gymnase, je retrouve " mes oiseaux ". Ils sont là sur le chemin, face à la ferme, ils font simplement quelques pas pour laisser passer ma voiture, comme de vulgaires palmipèdes de basse-cour. J'interroge Patrick sur leur présence, il me répond qu'il les voit régulièrement depuis plusieurs jours et qu'ils semblent même se régaler de grains de maïs chapardés au pied de son silo à fourrage. Mais avec tout ça, on ne sait toujours pas comment ils s'appellent ! Rentrant à Bras, j'aperçois Jean Marc, formateur à la maison familiale, qui fume comme à l'accoutumée sa cigarette roulée à l'extérieur avant de reprendre les cours. Jean Marc est une encyclopédie ! Il connaît particulièrement bien la faune et la flore des bords de Meuse. Je l'invite à

monter dans ma voiture et nous retournons à Charny. Les oiseaux sont toujours là. Jean Marc reconnaît immédiatement des oies d'Egypte. Et il m'explique : cette espèce a été importée et élevée en captivité en Belgique. Quelques spécimens se sont échappés et ont trouvé localement un milieu qui leur était favorable. Depuis ils se développent en colonisant notamment les bords de Meuse. Jean Marc ajoute : j'en ai déjà observé chez moi à Dieue. Le mystère est levé ! Le printemps s'installe. Jean Yves, agriculteur à Bras, à qui j'avais fait part de mes observations, m'apprend qu'il aperçoit parfois les oies dans son parc au

"pré Lili" entre le canal et la Meuse en limite de Vacherauville et qu'elles pourraient bien y nicher. Quelques semaines plus tard les oies se montrent accom pagnées de 3 jeunes. Les voilà donc sédentarisées. Les jeunes grandissent. Voilà l'automne et hélas l'ouverture de la chasse…

Méchants chasseurs… Hélas oui car en s'installant dans ce coin tranquille qu'est le Pré Lili en dehors des chemins de pro menade, nos pauvres oies ne pouvaient se douter qu'elles allaient nicher au beau milieu d'un lot de chasse au gibier d'eau mis en adjudication par la Navigation. Dès le soir de l'ouver ture, après des tirs nourris, une oie manquait à l'appel. Heureusement, il semblerait que des âmes sensibles du côté de Vacherauville ayant entendu «comment ça ferraillait dur» du côté des bords de Meuse aient alerté les autorités compétentes qui auraient à leur tour rappelé les chasseurs à leurs droits. Cette démarche citoyenne a sans doute préservé d'une mort certai ne le reste de la famille !

Et après ?

Photos : Jean-Marc DELAGE

Deux individus sont retournés passer l 'hiver près du silo à maïs de Patrick, trouvant un abri dans le champ de colza d'en face. Les jeunes (ou les parents ?) sont sans doute partis coloniser d'autres lieux, à la recherche peut être d'autres congénères pour se reproduire. On en a aperçu ces derniers temps sur les bords de

14


Meuse, mais difficile de savoir où ils nichent. Et puis, même si je le savais, je ne sais pas si…

appareil. Et, vous devinez la suite, il n'est pas reve nu !

Ecosystème Voir s'installer chez nous une espèce au joli plumage venue du pays des pyramides c'est bien sympathique, mais est-ce sans effet sur un écosystème qui est par définition fragile ? Tant que l'effectif de la population reste marginal, il n'y a sans doute pas d'inquiétude à avoir. Mais il faut savoir que chaque espèce qui apparaît dans un écosystème prend la place d'une autre, ce qui peut entraîner des réactions en chaîne aux conséquences lourdes. Il y a actuellement au moins deux exemples en milieu aquatique : • le grand cormoran, une espèce des bordures maritimes, s'est développé d'une manière fulgurante ces dernières années à l'intérieur des terres. Se nourrissant essentiellement de poisson "blanc", il est le concurrent des pêcheurs et l'ennemi des pisciculteurs. • Le cygne, gros palmipède des jardins publics, qui a investi depuis peu les milieux naturels : étangs et cours d'eau. Ainsi dans le Pas de Calais les populations sont tellement importantes qu'elles se nourrissent entre autres de jeunes pousses de céréales. Les agriculteurs excédés par ces dégâts en ont appelé au Préfet du département qui est bien démuni puisque le cygne est une espèce protégée.

Surprise Mais je n'ai pas été tout à fait bredouille car sortant de mon parc, en traversant le gué du Pont Cassé, j'aperçois un postérieur qui émerge à peine des roseaux à côté de la passerelle. M'approchant, je retrouve Jean Marc (celui du début) l'œil rivé au viseur de son super numérique reflex doté d'un zoom de 400 mm. Il est en train de photographier devinez quoi ? non, vous ne trouverez sans doute pas non plus, des lézards des souches ! Il m'invite à prendre sa place dans les roseaux pour capturer aussi l'image de ces drôles de reptiles qui se chauf fent sur les grosses pierres adossées à la passe relle. Ils sont magnifiques, jugez un peu :

Quelques caractéristiques de l'oie d'Egypte D'abord il faudrait l'appeler plutôt l'ouette d'Egypte. Elle pèse entre 1,5 et 2 kg, mesure un peu plus de 70 cm et a une envergure d'1,35 à 1,55 mètres. Elle se nourrit essentiellement de végétaux mais aussi d'insectes. Le couple construit au printemps un nid à même le sol, de préférence au milieu des hautes herbes. La femelle pond 5 à 10 œufs (la nôtre n'était pas très prolifique) qu'elle couvera seule pendant 1 mois.

Et les cigognes au fait ? Pour l'instant elles sont en train de couver. Alors laissons-les tranquilles, on en parlera lors d'un prochain article. Lorsque ce n° du BIB sera entre vos mains les œufs auront déjà éclos alors souhaitons longue vie aux oisillons. D'ailleurs les cigognes, elles, me narguent : hier (le 21 mai) alors que j'étais en train de retourner mon foin non loin de leur nid le mâle est venu se poser tout près de mon tracteur. J'aurais pu le photographier facilement… si j'avais eu mon appareil. Alors aujourd'hui puisque j'allais retourner mon foin encore une fois j'ai pris mon

Vous remarquerez un dimorphisme sexuel flagrant : le mâle est d'un beau vert fluo alors que la femelle doit se contenter d'un brun moucheté. On se demande quelle idée il a eu, le Créateur d'in venter ça le dimorphisme sexuel. Ca sert à quoi à part à provoquer des scènes de jalousie dans les couples ?

Dominique SANTIN 15


Nouvelles technologies Wizzitor, "LA" nouvelle technologie pour valoriser les sites de tourisme de mémoire Depuis le 14 juillet 2007, les touristes se rendant sur le champ de bataille de Verdun disposent d'un sys tème d'aide à la visite unique en France. Le Conseil général de la Meuse (1), soucieux de développer le tourisme de mémoire sur l'ensemble de la Zone Rouge, a équipé une grande partie du champ de bataille de bornes permettant aux visiteurs de revivre les grandes étapes des combats de Verdun et de se retrouver aux côtés des poilus, dont la vie quotidienne et les souffrances sont évoquées à l'aide d'ex traits de lettres et de leurs carnets de guerre. Outil de promotion inédit pour la communication du département, Wizzitor fait partie de la nouvelle génération d'audioguide. C'est un lecteur numérique autonome à pile classique qui comprend également une radio et une connectique permettant à l'utilisateur un raccordement à son ordinateur et le transfert des données de la visite sonore afin de les réécouter, à sa convenance. Issu du savoir-faire technique de Touristor, société d'ingénierie d'équipement touristique et d'intuitArt, agence de communication culturelle qui équipe déjà depuis plusieurs années des sons et les lumières prestigieux, en particulier la Cinéscénie, le grand parc du Puy-duFou et le spectacle " Des flammes à la lumière ", à Verdun (les deux premiers de l'hexagone), il est commercialisé dans un " pack touristique " comprenant des cartes, un livre de référence, des billets ouvrant droit à réduction. Il suffit au visiteur de se procurer, à l'office du tourisme concerné, la carte mémoire SD correspondant à sa langue (français, allemand, anglais et néerlandais) pour bénéficier de toutes les fonctionnalités offertes par le système, partout où il est implanté. Sans aucune manipulation, l'appareil déclenche des sons et des histoires au passage de chaque balise marquée Wizzitor dans un rayon de 10 mètres à 50 centimètres. Ce n'est pas un guide touristique que vous écoutez mais une ambiance, une atmosphère qui emmène en voyage. Chaque lieu devient prétexte à une découverte insolite. Il est en effet peu commun d'entendre l'évocation de la vie d'un village, alors que l'on se trouve en pleine nature. L'Office National des Forêts a prêté son concours efficace en termes d'aménagement en dirigeant le chantier de balisage du parcours sonore. Tantôt signalé par des totems en chêne massif lazurés, tantôt utilisant l'espace boisé naturel, le cheminement des piétons, des cyclistes comme des automobilistes est facilité par une signalétique aussi claire qu'un sentier de grande randonnée, les durées correspondantes aux différents modes de transports étant indiquées. Un dépliant accom-

pagne le visiteur et précise les différents points d'in térêt. La recherche et le passage de chaque borne deviennent un jeu, que les parents comme les enfants s'approprient rapidement. Le langage utili sé, simple et direct, permet l'échange de savoir et le partage de l'émotion. Le parcours sonore devient une nouvelle expérience-visiteur, à l'image d'une séance de cinéma. Ce nouveau système de promenade accompagne l'évolution du tourisme dans le département. Plus ludique dans son déroulement, il accorde aux lieux de mémoire et à la symbolique des lieux commé moratifs un soin particulier. À la fois pédagogique et ouvert à l'anecdote historique, il a été conçu pour valoriser toutes les ressources historiques et cultu relles du champ de bataille. La visite s'adapte au désir d'appréhender plus rapidement les grands enjeux de la bataille et de s'immerger dans la vie quotidienne du soldat, et accorde une attention par ticulière aux villages détruits pour relayer l'action des présidents des commissions municipales dans la préservation des lieux. Pour la première fois, la vie d'avant-guerre des vil lages de la rive droite est esquissée, l'importance des industries locales rappelée, les métiers d'autre fois comme les ferronneries, les attelages ou le bat tage à vapeur évoqués avec l'environnement sono re de l'époque. Les lieux moins connus du grand public, comme les abris d'infanterie du bois Fumin proche du fort de Vaux ou les nombreux ouvrages du massif de Souville, souvent négligés par le tou risme, ont été également valorisés. Aucune contrainte d'itinéraire n'est imposée au visi teur. L'appareil est laissé allumé, autour de son cou, le temps de la visite. Une fois le commentaire lancé, il est possible de reprendre sa balade sans rester devant la balise. La durée totale du parcours sono re dure deux heures, réparties en huit chemine ments, qu'il est possible de réaliser en une journée et demie. S'y ajoutent l'audioguidage issu du même système du Musée du Mémorial de Verdun, de

16


l'Ossuaire de Douaumont, des forts de Vaux et de Douaumont. Une première étape dans l'aménagement pédagogique et ludique de l'ensemble des lieux de mémoire du département, qui devraient prochainement permettre aux visiteurs, pour le même prix de parcourir les hauts lieux de la première guerre mondiale de l'Argonne, des Eparges, de Saint-Mihiel ou Vauquois.

• Mémorial de Verdun : 1, avenue du Corps Européen, 55100 Fleury-devant-Douaumont.

Au bois des Caures, sur la crête de Fleury, dans le ravin de la Caillette ou lors de la reprise du fort de Douaumont, c'est une véritable plongée dans l'histoire qui permet à la fois de comprendre les enjeux des hauts lieux de la bataille de Verdun. L'objectif de cette immersion historique est double : d'abord associer chaque lieu à chaque étape de la bataille en exploitant au maximum la compréhension du paysage. D'où venaient les combattants ? Comment montaient-ils en ligne ? Qu'y avait-il à cet endroit, lorsqu'ils étaient en poste ? Qu'étaient-ils censés défendre ? Combien de temps ont-ils tenu ? À chaque étape de la visite, la narration apporte des éléments d'une explication claire, et le lieu visité révèle ses secrets et son importance dans le conflit.

Son prix

Il s'agit aussi pour le visiteur de vivre la bataille au plus près du soldat. Que ressentait-on à l'approche des premières lignes ? Quels bruits devait-on endurer sous le déluge d'artillerie ? Comment faisait-on pour se déplacer dans les boyaux et les tranchées sans cesse bouleversés ? Si particulière dans son déroulement et sa configuration, la bataille de Verdun suscite de très nombreuses questions. Grâce aux nombreux témoignages diffusés par les 80 balises sonores disséminées dans la nature, les ouvrages, les boyaux, les abris d'infanterie et les forts, chacune des actions des poilus et Feldgrau prennent corps.

Où peut-on trouver le Wizzitor ? • Citadelle souterraine de Verdun : avenue du 5ème RAP, 55100 Verdun. • Centre Mondial de la Paix : Palais épiscopal, Place Monseigneur Ginisty, BP. 183, 55100 Verdun Cedex.

• Fort de Vaux : Champ de bataille de Verdun, 55100 Verdun • Fort de Douaumont : Champ de bataille de Verdun, 55100 Verdun

• 15 € , comprenant 1 carte pour 2 heures (durée du parcours sonore). Peut également servir de lec teur MP3. • Pack touristique au prix de 20 €, comprenant, la carte et l'appareil, une carte historique du champs de Bataille de Verdun, le livre "les carnets de Verdun" (éditions Librio), une carte du parcours et une réduction de 50 % sur une entrée des forts de Vaux et de Douaumont

Dominique DOLE Cet article a été rédigé d'après le dossier de presse téléchargeable en ligne sur le site du conseil général de la Meuse (http://www.cg-meuse.fr/culture/fichier_wizzitor/DP_Wizzitor%20.pdf )

Notes La valorisation sonore des lieux de mémoire a été réalisée en partenariat avec : la Codecom de Charny, les présidents des commissions munici pales des villages détruits, le Mémorial de Verdun, l'Ossuaire de Douaumont, Mgr Maupu, le Général Allain Bernède, Connaissance de la Meuse, l'ANSBV, l'évêché de Verdun, la Fédération Maginot, "Les Vieux Métiers d'Azannes", l'ONF. Ce travail collectif a vu le jour avec l'accord des collec tivités territoriales de la Meuse en partenariat avec les différentes institutions présentes sur le champ de bataille de Verdun.

Huit itinéraires de découvertes commentés Le Bois des Caures Remontez le temps ! Le 21 février 1916, à 7h15, la bataille de Verdun commence par l'écrasement des bataillons de chasseurs stationnés au Bois des Caures. Le sacrifice de Driant, officier et parlemen taire donne le ton de la bataille. Découverte du PC du colonel Driant, du lieu de sa mort et sa tombe provisoire. Visite du splendide village détruit de Beaumont-en-Verdunois.

17


Huit itinéraires de découvertes commentés (suite) Le Fort de Douaumont et le boyau de Londres Douaumont, visite intérieure et extérieure du fleuron des forts Séré de Rivières, tombés dès le début de la bataille de Verdun. Découverte de la fameuse tourelle à éclipse, des quartiers et du sanctuaire allemand. Promenade vers la nécropole à travers le boyau de Londres et les bris d'infanterie. L'Ossuaire et la Nécropole Visite de l'ossuaire et de sa chapelle. Explication sur l'origine de l'édifice et de son architecture symbolique. Vue d'ensemble de la Nécropole nationale, du monument musulman. Découverte de la "Tranchée de baïonnettes". Naissance du mythe du plus ancien mémorial du champ de bataille. Le fort de Vaux et le bois Fumin Exploration du fort de Vaux. Évocation de la résistance acharnée du Commandant Raynal durant l'attaque de juin 1916. Promenade dans le bois Fumin et découverte des abris d'infanterie. La Crête Thiaumont-Froideterre Itinéraire au coeur du champ de bataille de Verdun, de l'ouvrage de Thiaumont jusqu'au fort de

Froideterre. Évocation des terrifiants bombarde ments, des combats au corps à corps dans le sec teur de l'abri des 4 cheminées. Fleury-devant-Douaumont et le Mémorial de Verdun Promenade dans le village détruit de Fleury devant Douaumont et découverte de la chapelle-abri. Évo cation des combats de l'été 1916 et de l'avancée allemande. Visite commentée du musée du Mémorial de Verdun. Le champ de bataille recons titué, la Voie Sacrée, le service de santé et les com bats aériens. Le Massif fortifié de Souville Souville la "jamais prise", dernier rempart contre l'avancée allemande de juillet 1916. Découverte du massif fortifié, de l'entrée de guerre du fort, des niches à munitions, des tourelles de tir et cloches observations. Exploration des boyaux de montée en première ligne. Circuit des villages détruits Découverte des villages détruits, plongée dans l'ambiance et la vie d'avant la bataille. Évocation de la vie des habitants, de leurs métiers et de leur départ précipité. Position stratégique des villages durant la bataille.

Voyage Propos épisodiques d'un héron tourmenté et autres eaux A mon amie Mohicane, rencontrée un jour par hasard à l'Imaginaire aux bords de la banquise de Thulé, qui s'inquiète toujours de la disparition de mon ami le héron et se demande s'il n'a pas transmis son inquiétude aux bernaches qui semblent elles aussi s'affoler inhabituellement. Ma chère Poiemataki, Non, il n'est pas revenu, même s'il a été remplacé pendant deux jours par deux cigognes au pas lent et au frac impeccable, comme deux huissiers hautains. Je préférais la bure grise et monacale de mon timide ami. Illusion de l'attente ou réalité, je le vois au contraire partout. Un jour, en plein froid cet hiver, il se tenait immobile en face de la coop. Dans le champ à gauche en montant vers Verdun. Ce n'est pourtant pas un terrain humide de ce côté, il s'y trouvait planté comme un piquet, tel ceux que les agriculteurs utilisent comme jalon indicateur de parcelle d'expérience. Fanion de tristesse flanqué d'une flèche orange dirigée sur les tours jaunes comme un doigt accusateur. Cela ressemblait vraiment à mon ami. L'avais-je retrouvé ou me trompais-je encore ? Je ralentis dans l'espoir de voir se tourner lentement cet appendice jaune dans ma direction rendant ainsi la

vie à ce mirage comme à cette âme amie. Le pivot ne fonctionna pas, pas plus que le regard ne chan gea ; le long cou resta immobile, le bec rose accu sa opiniâtrement. Je passai devant lui, l'âme plus grise que sa blouse d'écolier, sans percevoir un mouvement de sa part, pas un cillement des yeux, pas une rémige agitée par le vent, une statue légè re, une fine gargouille tombée de je ne sais quelle planète. La perplexité autant que la peine qui me plombèrent d'avoir été ainsi ignoré me laissèrent indifférent au ralentissement continu de ma voiture, puis je réagis et me remis peu à peu. Le héron était là, et n'avait manifesté aucun intérêt à mon égard. J'en concluais rapidement qu'il était vraiment mala de. Je ne m'en portai moi-même pas mieux autant cette image resta longtemps à mon esprit, y reve nant constamment pour brouiller ma pensée pen dant les réunions, dans les interventions avec les élèves, ou les conversations.

18


Par la suite je l'aperçus deux ou trois fois. Tout aussi inerte. Un jour près d'une petite route meusienne sinueuse, toujours à même distance en plein champ, son long bec orange à l'horizontale se détachait sur le vert des prés du printemps qu'on aurait pu croire à un niveau laissé là par quelque arpenteur oublieux. Une autre fois aussi, après avoir changé d'itinéraire pour admirer les vieilles églises de nos villages blottis aux creux des vallons il était là, je m'arrêtai presque, mais je ne voulus pas l'effrayer et passai outre le cœur serré. Plus tard roulant vers la capitale sur l'autoroute et luttant contre le ronronnement hypnotique du moteur en même temps qu'attentif à la circulation rapide et dense, je le vis au dernier moment comme une tache fixe en forme de croix latine dans le coin droit de mon pare-brise. En vol cette fois, l'image fugitive n'était que l'objet d'un instantané. Comme un éclat. Un signe. Pictogramme. Message. Avertissement. J'en vis encore, mais les autres fois en couple, ce n'était donc pas lui. Tu me demanderas pourquoi ce sentiment à chaque fois de le reconnaître ; est-ce seulement lui ? Est-ce un autre ? Lui en d'autres ? Je reviens très souvent à lui par la pensée et je m'interroge alors sur ce qui doit être le plus important dans ces rencontres, mon ami l'échassier perdu, ou ce qu'il veut me signifier ? Rappelle-toi son bonheur de patauger dans le parc à la recherche de la reinette perdue avec sa démarche d'échalas. Remplacé l'autre jour par le manège mécanique des deux fracs noirs ! Orgueil des conquérants ! Venus consigner l'acte d'abandon ? Non retour de quoi ? Tes bernaches affolées qui ne savent plus où se poser te donnentelles un semblant de réponse ou te poses-tu les mêmes questions que moi ? Ta banquise blanche a peut-être trop d'eau aujourd'hui ? Saistu que d'autres prétendent en manquer ; et l'on dit que ce n'est qu'un début ! Jadis lorsque l'eau venait à manquer, et que les récoltes séchaient sur pied, les druides et autres chamans en transes invoquaient les dieux et les esprits bénéfiques en secouant avec frénésie force amulettes et tambourins dans l'espoir d'attirer les nuages et des les faire tomber

d'agacement. Sauf que le druide en question, malin mais certainement sincère, n'agissait qu'en connaissance de cause et évitait sagement de recourir à son intervention d'illusionniste si sa science avérée de la nature lui indiquait une séche resse durable ; il accusait alors ses ouailles de graves manquements au respect dû aux divinités et présentait les colères divines comme durables et terribles. Cela avait le double avantage de ramener le calme dans la population par le moyen de la peur et de bien rasseoir son autorité forte d'une conni vence céleste renouvelée. En bref, il y a un problème, même Dominique qui en a vu d'autres et qui a l'habitude de mesurer la lar geur des fissures dans le sol pour estimer d'avance le nombre de grains par plant de colza, ( si, si, ceux qui l'ont vu à genoux dans ses semis ont cru à une supplique à Déméter : non, non, il mesure et sup pute !) s'est fait confirmer par un spécialiste qu'il n'a pas rêvé en se trouvant un soir entre chien et loup nez à nez avec des oies d'Egypte ! Notre monde devient-il fou ? Des oies d'Egypte, des bernaches folles, des hérons pétrifiés ! Et l'ibis, tout ermite qu'on le dit, que faisait-il ces jours-ci sur l'Ornain ? Et nous, qui récriminons à tout, nous continuons pourtant à nous conduire comme si de rien n'était et à faire l'autruche ! Question de méthode. Imagine-toi que j'ai vu un pêcheur ayant ramé jus qu'à l'entrée du village et qui s'étant arrêté au stop, s'est retrouvé avec sa barque sur un monticule de terre ! Et il tend ferme la gaule ! Là tu ne me crois pas, je le sens. Je te ferai un dessin si tu insistes. Ou peut-être s'est-il installé là en pensant que l'eau, devenue folle elle aussi va venir jusqu'à lui. Tu me diras qu'il n'a peut-être pas tort, à voir ce que montre la télé : raz de marée, cyclones, inonda

19


tions, et j'en passe ! Croyons qu'il exagère un peu quand même. Maintenant tu me fais un peu peur aussi, tu ne penses quand même pas que l'eau va monter jusque là juste parce que certains ont joué aux sorciers et qu'en conséquence mon héron promène partout bien haut son niveau orange inemployé…Et pour en rajouter : ne vis-je pas un matin ébahi, surgie dans la nuit d'un des massifs de fleurs de la rue principale une véritable roue à aubes ? Cela va de folie en folie ! Quels malicieux lutins auront poussé l'altruisme (Haîhi, haïho) (Mais je crois les connaître) jusqu'à vouloir par cette dérisoire noria faire monter le niveau de l'eau pour sauver du ridicule notre terre-neuvas échoué sur son îlot d'infortune ? J'ignore d'ailleurs s'ils y croient euxmêmes ou s'ils n'ont pas signé l'aveu de leur propre doute en installant à la place du piano un robinet aux proportions démesurées : malgré sa couleur bronze doré et des dimensions qui appellent à un torrent de liquide frais, argenté et chantant dans le soleil, le conduit ne prétend distiller que trois parcimonieuses gouttes ! Et des ponts japonais pour le cas où ! Il semble que beaucoup perdent leur nord par ces temps-ci ! Tu me diras certainement que c'est l'esprit labyrinthe qui tisse ses réseaux, alors, tout en gardant une pensée pour les égarés, tentez l'optimisme et perdez-vous aussi nombreux cet été et avec bonheur dans tout l'espace " brasilien " pour le plaisir de yeux et des jeux. …Ma chère Poiemataki, je te dois quelques excuses pour les informations concernant notre pêcheur déboussolé et autres dispositions hydroliques. En t'écrivant je sentais ta perspicacité se traduire par un léger sourire plus que dubitatif. Ma naïveté autant que mes alarmes provenant du désordre dans le comportement de nos oiseaux m'avaient induit en erreur. Le pêcheur n'est pas venu là tout seul, bien sûr, le reste non plus! Il s'agit en fait des nouvelles facéties de Jean Bernard et de Fabrice, -lutins qui s'en dédisent !- nos deux artistes paysagers qui répondent toujours aux vœux de la commune par des réalisations si bien réussies qu'une fois de plus nous nous sommes laissés prendre. Où vont-ils chercher tout çà ? L'an passé je me suis levé un jour en pensant qu'un camion d'un orchestre symphonique avait perdu son chargement. Il est vrai que Julien, notre édile municipal, avait annoncé pour cette année une décoration du village sur le thème de l'eau. Ça tombe bien. Aussi avons-nous vu en ce début d'été toute l'équipe des bénévoles du comité d'embellissement s'activer à fleurir les rues. Et en tout cas bravo les lutins. J'ignore si la nature répond parfois aux vœux des hommes, mais je peux dire que le mois de juin a été particulièrement humide, alors essayer de faire croire à quelques esprits rétifs que nous manque-

rons d'eau est difficile. On aurait suffisamment de soucis à se faire avec la pénurie de pétrole, on ne va pas encore en rajouter avec l'eau ! Tiens donc ! Et les pêcheurs qui ont l'estomac rongé par le pois son tiré du Rhône, tu penses qu'ils plaisantent ceux-là ? Et le héron parti parce qu'il n'a plus de grenouilles ! Et les grenouilles qui se traînent lour dement parce qu'elles gobent des moustiques dopés à tous les rejets de l'activité humaine ! Pauvre héron, est-ce toi seul qu'il faut plaindre ? Mais tout cela n'est pas une raison pour ne pas fêter l'eau cet été. Et le village sera beau, comme promis. Nous ferons comme si,… et si nos efforts d'embellissement contribuaient vraiment à une amélioration ? Et si mon héron ne faisait sa tête d'arpenteur que pour nous dire : je reviendrai quand ça sera propre sous mes pieds ? Tu verras d'ailleurs qu'ont été entièrement rénovés les vieux usoirs, traditionnels dans nos contrées, où se pratiquait autrefois entre espace de rangement des outils agricoles et le fumier : le fameux coua rail - d'où est issu l'arbitraire et implacable : tu connais pas la dernière ? A l'occasion de cette excavation ont réapparu un instant les anciennes fondations d'avant 14, plus en avant et irrégulières. Elles furent vite recouvertes par de beaux espaces de terre pour gazon séparés par des emplacements pour nos voitures avec gravillons collés. (Plus ne balayerons autant le garage !) Et enjolivés d'élé gants encadrements de pavés roses en plus. De nouveaux arbres sont plantés dans la terre encore meuble. Malheureusement les petits acacias taillés ont disparu dans le réaménagement, et avec eux quelques nids d'oiseaux retrouvés éparpillés par les engins. Va plus loin toi aussi petit oiseau, comment as-tu d'ailleurs fait pour supporter si longtemps le bruit, la poussière et les gaz ? C'est vrai que tu n'étais qu'un petit moineau gris! Mais ton nid tu remplaceras, je te fais confiance pour cela, ne te laisse pas faire, et l'herbe va repousser d'où tu pourras retirer quelque savoureux vers de terre, et des graines aussi. Les oiseaux petits et grands ont bien du mal avec nos excès, ne trouves-tu pas, ma chère amie de si loin? Existera-t-il toujours le soleil de minuit et l'au rore boréale, et la bernache plongeant sur la ban quise, et l'eider à duvet, la rapide hirondelle, la ner veuse bergeronnette, et la grue qui annonce l'hiver et le printemps ?… Salue pour moi le grand Yawatha qui se cache là haut dans les tours blanches, que tes aïeux Mohicans appellent Celui du Grand Retour…

Ton ami, Roland JOURDAIN

20


Embellissement Le fleurissement sous un autre angle Ayant obtenu une deuxième «fleur» en 2007, la commune est «hors concours» pour cette année. Cela n’empêche pas les acteurs du fleurissement d’offrir aux brasiliens et aux visiteurs de jolis aménage ments. Les stars sont toujours les sujets comme le robinet, la roue à eau... Mais le fleurissement ne se limite pas à cela. Alors pour le plaisir des yeux, nous vous proposons un florilège... de fleurs.

Entrée de Bras

Barque fleurie

Le petit pont

L’écluse

Fenêtre de la Mairie

Massif avenue de Douaumont

Jardinière barrières RD 964

Suspension

Sortie Bras

21


Souvenir Retour en 1980 La rubrique "photo de classe" initiée dans le BIB de Juillet 2005, se poursuit. Nous vous proposons cette fois ci la photo de la classe de Mme POUPPART en 1980.

De haut en bas et de gauche à droite 4ème rang : Renée POUPPART (institutrice) / Cédric RENAUX / Hervé BONTEMPS / Christophe GRAMACCIONI / Franck MOZON / Christophe ?/ Laurence OTTENIN 3ème rang : David FREIMANN / Damien BEITZ / Emmanuel PICQUOIN / Fabrice NAUDIN / Nadège PRECHEUR / Sophie VALLET / Nathalie LEJOEN / Eric FERON 2ème rang : S andrine COLINET / Romuald RADEL : Gaëtan BAZART / Rudy TABAGLIO / ? Aurore VOILLAUME / Séverine HENRION / 1er rang : Gérald MARCOUX / Christophe DZIEDZIC / Damien RENAUX / Pascale TOLK / Evelyne ROUSSEAU / Stéphanie LAMBERT / Agnès ROUSSEL / Michèle POUSSANT

? Nous n’avons pas été en mesure de retrouver les noms de tous les élèves sur cette photo. Si vous les reconnaissez, merci de nous les transmettre, nous apporterons ces précisions dans le prochain numéro.

22


BIB Aout 2008