Page 1

B

U L L E T I N

D

’ I

N F O R M A T I O N

D E

B

R A S

Juillet 2009 N° 37


Le mot du Maire Du POS au PLU... Le Conseil Municipal a décidé de faire évoluer son document d’urbanisme, le Plan d’Occupation des Sols (POS) qui date de 1998. Une démarche qui va démarrer en septembre et durer environ 2 ans, pour aboutir à la mise en place d’un Plan Local d’Urbanisme (PLU). Le document d’urbanisme de Bras sur Meuse, plus communément appelé POS va donc évoluer. Il ne s’agit pas d’un simple changement de nom, c’est toute la logique de l’urbanisme communal qui va se trouver modifiée par l’élaboration de ce PLU. Le POS était fondé jusqu’alors sur une conception différente de l’aménagement urbain. Les choix retenus dans le POS s’exprimaient sous la forme d’interdictions ou de limitations opposables au droit de construire. Le PLU va plus loin. S’il renferme des réglementations identiques, il est aussi beaucoup plus marqué par une action volontariste de la commune. Il s’agira d’envisager chaque partie de son territoire en fixant, pour chacune d’entre elles, un objectif pour la commune : préserver un espace naturel ici, conserver des terres agricoles là, construire à cet endroit, rénover le bâti existant par ailleurs… De ce fait, le PLU doit

déterminer les grandes orientations en matière d’urbanisme pour les années à venir. Ces orientations se trouveront inscrites dans le projet d’aménagement et de développement durable (PADD), autrement dit le document politique du PLU que le POS ne contenait pas jusqu’alors. La loi qui pourrait être issue du Grenelle de l’environnement influencera certainement ce document d’urbanisme. Il est question que les PLU dressent un bilan de la consommation d'espace et fixent des objectifs de réduction.

Une démarche basée sur la concertation C’est une démarche d’ensemble qui se trouve ainsi enclenchée. Elle ne saurait être mise en œuvre sans une concertation initiale qui permette à chaque habitant de prendre connaissance de ces choix et de s’exprimer sur ceux-ci. Ces deux années seront ainsi ponctuées de différentes réunions

publiques sur l’état d’avancement du PLU, expositions en mairie et d’une enquête publique au final. À travers ce grand chantier, est donc offerte à chacune et à chacun une occasion priviilégiée de s’exprimer sur la manière dont elle ou il envisage l’évolution de la commune dans les dix ou quinze années à venir. Il est donc indispensable que ces échanges soient nombreux et fructueux pour que chacun puisse se reconnaître dans les choix qui se trouveront formulés au sein du PLU. En attendant, je vous souhaite un trés bel été.

Etat civil Naissances

Mariages

Décès

• Lison CLAUDE le 15 février 209 • Eva BOTTELIN le 25 mai 2009

• Ludovic UDRON et Julia CANNAUX le 13 juin 2009 à Saint Juvin • Jeremy PETIT et Virginie ROXOT le 11 juillet 2009 à Lacroix

• Marcel COLSON le 24 février 2009 • René MAGISSON le 22 juin 2009

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Julien DIDRY / DÉLÉGUÉ à la COMMUNICATION : Xavier COLSON Ont collaboré à ce numéro Alain HUMBERTCLAUDE / Julien DIDRY / Dominique DOLE / Roland JOURDAIN / Liliane MOUTON Armelle REBAUD / Aline ESTIEZ et Les élèves de l’école maternelle de Bras / Maurice GERMONT Dominique SANTIN / Xavier COLSON Les articles sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs.

3


Comité des fêtes 14/03

21/03

Les beignets à la fête Internet

02/05

21/03

Belle mobilisation pour...

15/05

Marché aux fleurs et saveur

31/05

Cuisse de boeuf...

19/06

26/05

Soirée théâtre

31/05

...et jeux conviviaux

05/07

... et la relève

...le nettoyage de printemps

Rallye voiture anglaise...

Fêtes des voisins avec la MFR

19/06

Fête de la musique avec BBBB

05/07

...et brasiliennes

4


Culture et Animations Le labyrinthe ne cesse de nous étonner Cette année encore notre labyrinthe évolue et change de concept. Bénévoles et élus se sont regroupés pour vous offrir cette nouvelle version. Jean-Yves a bien sûr comme chaque année été mis à contribution pour semer le maïs en ronds concentriques. Puis, le marquage a demandé beaucoup de vigilance pour définir les chemins qui vous emmèneront d’intrigue en intrigue. Ensuite, le dernier dimanche du mois de mai a eu lieu le binage où de nombreux volontaires ont arraché les pieds de maïs pour faire place nette aux couloirs et cachettes qui parsèmeront votre cheminement. En effet, depuis le 5 juillet, dans le dédale de maïs on s’amuse beaucoup en famille ou en groupes d’amis. Une véritable chasse au trésor pour les enfants et une enquête à résoudre pour les adultes font appel à votre perspicacité, votre flair et vos qualités d’explorateur pour avancer petit à petit vers le trésor ou la résolution de l’énigme. Un même parcours à deux niveaux vous fera découvrir sept portes où se cachent une partie de l’énigme. Chacun pourra avancer comme il le désire, chacun y trouvera plaisir et étonnement.

rain de pétanque etc... accueillent petits et grands. Vous pouvez aussi vous prélasser sur des transats confortables tout en dégustant glaces, boissons ou pop-corn. La girafe Vous pourrez venir autant de fois que vous le souhaitez, vous ne payerez qu’une fois ! De cette façon vous pourrez revenir avec vos amis ou votre famille et profiter gratuitement de l’aire de loisirs avec toutes ses nouvelles activités multiples et variées ou chercher à nouveau le trésor.

Mais l’aire de détente aussi prend de l’ampleur en devenant multifonctionnelle. La création d’une piste de karting à pédale fait la joie des enfants.. et des plus grands. Des jeux de bois, un ter-

vous attend comme chaque année et la soirée nocturne aura lieu le 15 août avec un feu d’artifice.

Nouveauté : la piste de karting rencontre un vif succès !

«Gigi» qui plaît comme au premier jour avec maintenant des transats à ses pieds

Les préparatifs mobilisent les bénévoles

Nous vous attendons donc très nombreux dans ce labyrinthe géant de maïs qui évolue peu à peu vers un parc d’attraction centré sur le végétal.

Liliane MOUTON

Trois agents qui vous accueillent toujours avec le sourire

5


Culture et Animations Blog photo, association, exposition, 2009 a vu l’avènement de la photo à Bras. Zoomons. Abrascadabras Le blog photo collectif rapporteur de tranches de vie de notre village mis en place avec le nouveau site Internet par Laurence (Lô) et Julien en octobre 2008, rejoints par Dominique (Ddo), puis ponctuellement par quelques autres tels Liliane, Dom Santin ou Roro a fait son chemin. Manifestations, paysages, portraits, faune et flore, clichés d’archives ou photos plus abstraites, autant de facettes différentes de notre territoire à découvrir au travers de «la» voire «des» photos postées chaque jour. Déjà 390 messages et 11 albums photos en date du 22 juin. Abrascadabras affiche 7757 visiteurs pour 2009 (non comptés ceux qui effectuent plusieurs passages sur une même journée) dont 1000 en janvier, 739 en février, 953 en mars, 1145 en avril, 1167 en mai et déjà 752 pour juin. En moyenne 2000 à 4000 pages sont consultées par mois. Alors si vous ne le connaissez pas encore, une visite s’impose sur : http: www.brassurmeuseblog.canalblog.com/. Si le cœur vous en dit, vous pourrez même participer et nous apporter votre témoignage ou une anecdote en cliquant sur « commentaires » sous chaque photo.

Quelques membres de «déclics en Meuse»

pays verdunois et la municipalité de Bras sur Meuse et installée du 12 au 27 juin dans la salle du conseil de la mairie de Bras sur Meuse. Elle comportait une trentaine de photos macro «30X40» prises dans la région de Verdun sur la faune et la flore des pelouses calcaires, milieu remarquable où fleurissent de nombreuses variétés d'orchidées et vivent des insectes typiques des zones calcaires sèches ensoleillées. Malgré son nom, Jean Jacques Weimerskirsch est meusien d’adoption, grâce à son épouse verdunoise et meusienne pur souche. C’est à l’occasion de ses ballades dominicales, d’abord sur le champ de bataille puis dans toute la région qu’il a découvert

Déclics en Meuse Réunissant des photographes meusiens bien équipés ou simples débutants avec peu de matériel, l’association hébergée par la commune de Bras s’est créée en mars de cette année. Avec un forum Internet ouvert le 14 mars sur «www.declicsenmeuse.com» et des réunions qui se tiennent un mardi soir toutes les trois semaines à la salle d’animation, l'association autour de la photo est ouverte à toutes les personnes désireuses, quel que soit leur niveau, de partager leur passion en toute convivialité (discussions, ateliers pratiques prises de vue et traitement d’images, organisation d’évènements de type expositions, concours, sorties thématiques, etc). Vous pourrez retrouver le bureau, les compterendus de réunions, le thème des sorties proposées et des photos soumises à la critique sur leur site et pourquoi pas les rejoindre si cet art vous tente. «Pelouses calcaires ou la Lorraine au bord de la Mediterranée» C'est le thème de l'exposition photos de Jean Jacques Weimerskirsch, orchidophile et photographe, organisée en collaboration avec Meuse Nature Environnement, l'Office du Tourisme du

que les tropiques n’avaient pas l’exclusivité de ces fleurs magnifiques, dont hélas les habitats se réduisent partout. De là est partie une passion toujours aussi intense, le conduisant à être membre de la Société Française d’orchidophilie depuis 1981. Il a répondu présent quand Philippe Millarakis a décidé d’établir la cartographie des orchidées de Meuse, avec Gérard Vogel et Georges-Henri Parent. «Cette passion des fleurs m’a naturellement amené à la photographie, mon second centre d’intérêt, je suis actuellement Président du GAPHE, club photo

6


hayangeois qui m’a beaucoup apporté pour la qualité de mes clichés » explique-t’il. « Au départ mes expositions étaient uniquement consacrées aux orchidées, mais nos pelouses calcaires, petites parcelles de

Argus bleus - JJW

Zygenes de la filipendule - JJW

Méditerranée en Lorraine, recèlent bien d’autres trésors que

j’essaye de faire découvrir. J’espère que cette exposition vous fera partager cette envie. Vous avez de la chance de vivre dans un département où la nature sauvage est encore relativement présente, malgré les ravages d’une guerre atroce. Faites tout pour préserver votre « Meuse endormeuse et douce à votre enfance » comme le disait Charles PEGUY.»

Une sortie «Orchidées sauvages» , toujours en collaboration avec MNE et l’Office de Tourisme du Verdunois, guidée par le photographe, a été organisée le 21 juin sur le plateau de Douaumont dans le prolongement de l’exposition, rassemblant une vingtaine de personnes, ravies de cette ballade découverte malgré la pluie battante tombée quasiment sans discontinuer. Du 1er au 24 juillet à l’Office du Tourisme Verdunois (à Bras, contre la MFR) se tiendra une autre exposition photos macro réalisée par Louis Vagneron sur «la faune sauvage», suivie du 1er au 31 août de l’exposition «les filles de l’air » sur les libellules au même endroit.

Dominique DOLE

Scolaire Jeudi 14 Mai, attention départ ! Les 5 classes de l’école Arc-en-ciel de Bras et les élèves de la classe de Charny étaient prêts pour partir ; en route pour Nocturnia ! Après une heure de route, ce sont les animateurs qui leur ont expliqué le programme…chargé. Découverte de la nature : traces des animaux, odeurs et sons de la forêt pour les uns, hamac géant pour les autres où galipettes, roulades et autres figures artistiques ont fait la joie des enfants. Quel plaisir de pouvoir courir et faire tomber les

maîtresses et les camarades qui perdaient leur équilibre ! Dans la structure intérieure du parc, changement de décor. Les enfants ont pu apprécier l’étendue d’une exposition et ont même pu regarder les loirs, lérots et autres animaux de la nuit. C’est un autre personnage célèbre de nos nuits, la chauvesouris qui s’appelait Sidonie qui a expliqué son mode de vie et a rassuré tout le monde ; elle ne fait pas peur et ne blesse personne. Petite photo en bas des marches et c’est la fin de cette superbe journée pour laquelle petits et grands garderont un bon souvenir !

Aline ESTIEZ 7


Scolaire Les travaux du groupe élémentaire en bonne voie De grands volumes, de nombreuses surfaces vitrées complétées par des puits de lumière dans le couloir : les pièces seront spacieuses et clarteuses dans le futur groupe élémentaire qui se construit depuis septembre dernier à Charny derrière le gymnase, conçu par le cabinet d’architecte «Groupe Acanthe», maître d’œuvre et le bureau d’étude SETECBA. L’école achevée, d’une surface totale de 525 mètres carré, comprendra six classes qui accueilleront les élèves du cours préparatoire au cours moyen deuxième année, une salle pour la restauration et le périscolaire (90 mètres carré), un office pour la livraison des repas, prévue en liaison chaude, une salle BCD et une petite salle informatique. Le projet comportait également une salle multi activités, mais l’essor démographique a nécessité sa conversion en sixième classe, s’ajoutant aux cinq initialement budgétisées. Une pilule amère pour les élus qui avaient anticipé les effectifs actuels lors de l’élaboration du dossier il y a

deux ans, mais avaient ensuite été contraints de revenir à 5 classes pour obtenir la Dotation Globale d’Equipement nécessaire au financement du groupe élémentaire. La construction aux normes du label Très Haute Performance Energétique, avec notamment un chauffage par géothermie et pompe à chaleur, permettra des économies conséquentes, avec des valeurs inférieures d'au moins 20 % aux consommations conventionnelles liées à la référence RT 2005. «Grosso modo, nous sommes dans les temps du calendrier et espérons une livraison pour la rentrée de septembre » commen-

te Sophie Peuquet, vice présidente en charge du scolaire qui suit de près l’avancement des travaux de ce projet initié par la communauté de communes. La mise à niveau de la cour et les travaux du préau se coordonneront avec la voirie qui va commencer début juillet. Le marché pour la route d’accès au groupe élémentaire a été attribué à la société Monti. Du coup, les deux salles de classe primaires de part et d’autre de la Mairie seront libres à partir de septembre. Les élus réfléchissent à leur utilisation, mais déjà des idées fleurissent.

Dominique DOLE

Le projet projeté

Les travaux en cours

8


Formation Des nouvelles de la MFR Au delà de son rôle de formation, la Maison Familiale et Rurale de Bras sur Meuse est un acteur à part entière du territoire. Quelques-unes de leurs réalisations. Le succès du Club Informatique «INFO DEBROUILLE» Le club Info Débrouille initié et conduit par Arnaud HURLAIN, moniteur à la MFR est un réel succès. Les adhérents fidèles et studieux ont pu découvrir l’outil informatique mais aussi et surtout perfectionner leur pratique ou répondre à leurs problématiques individuelles face à cet outil complexe qu’est l’ordinateur. Toutes les semaines les adhérents majoritairement des séniors viennent à la MFR ou à la MJC du verdunois à la rencontre d’Arnaud pour échanger et apprendre. Un club qui permet à tous de se rassembler, d’échanger et d’apprendre. Gageons que ce dernier se poursuive l’année prochaine avec le même état d’esprit.

La fête des voisins Comme l’année dernière les élèves de la MFR se sont faits une joie d’aller à la rencontre des habitants de la commune de Bras

Départ

sur Meuse. La convivialité a été cette année encore, plus forte que le froid et la pluie puisque tous, habitants et élèves, se sont retrouvés sur le territoire autour d’un verre de l’amitié mais aussi de préparations culinaires alléchantes (n’est-ce pas Madame Saint PAUL !!!). Une soirée placée donc sous le signe de l’échange et du partage que tous élèves, moniteurs et habitants, ont programmé pour l’an prochain, le soleil est déjà en commande !!!

L’association des anciens élèves de Bras sur Meuse La MFR de Bras sur Meuse, ce sont plus de 1200 jeunes formés et maintenant installés professionnellement et socialement. Une richesse énorme de savoirs et savoirs faire. C’est cette richesse que Vanessa BLAISE et Amélie SAUNIER (anciennes élèves de la MFR) ont souhaité valoriser en créant il y a quelques mois l’Asssociation des

Anciens Elèves de Bras. Elle est à ce jour composée d’une vingtaine d’administrateurs, tous anciens élèves, qui ont pour objectif de recréer des liens entre les différentes promotions qui ont vécu au sein des murs de la MFR. Une première manifestation a d’ailleurs été organisée le Dimanche 3 mai, lors d’une randonnée pédestre autour de Bras avec le soutien de nombreux partenaires dont la commune de Bras-sur-Meuse. Les fonds collectés permettront à la toute jeune association de conduire sa première rencontre des anciens dans les mois à venir.

Armelle REBAUD

Bonne route Armelle

Originaire de Saint Etienne, Armelle est arrivée à la Maison familiale en 1999, en tant que formatrice en bac pro agricole. En 2005 elle devient adjointe à la direction de Rodolphe Leroy et c’est tout naturellement qu’au départ de ce dernier en 2007 elle devient directrice. Durant ces deux années elle a admirable-

ment bien managé la maison et c’est au regret de l’ensemble de l’équipe et du Conseil d’administration qu’elle part. Armelle va prendre la direction d’une importante Maison familiale de 250 élèves à Uzès dans le Gard. Nous lui souhaitons bonne chance pour cette nouvelle aventure ainsi qu’à son compagnon, David

et à leur petit Thomas qui fait ses adieux à ses copains de l’école maternelle de Bras.

Dominique SANTIN 9


Internet Internet en fête à Br@s ! Faire découvrir ses services et ses actions en ligne autour de différents ateliers et familiariser les habitants aux multiples usages de ce fabuleux outil, c’est le défi que souhaitait relever la commune, labellisée @@ «Ville Internet», en s’associant à la fête de l’Internet française le 14 mars dernier. Nous vous donnons rendez-vous sur le site brasilien pour découvrir toutes ces initiatives à l'adresse www.bras-sur-meuse.fr. Durant trois heures, les portes de la salle d'animations se sont ouvertes au public pour présenter six ateliers thématiques animés par des bénévoles et des élus. Partenaire de l'opération, la MFR de Bras qui anime avec la MJC le club «Info débrouille» avait mis six ordinateurs portables et six écrans supplémentaires à la disposition de la commune. Dès 14 heures, les premiers visiteurs ont pris place dans les différents espaces. Côté blogs, au stand d'«AbrascadaBras», Laurence Colmart a fait partager aux brasiliens les 250 clichés en ligne (près de 400 maintenant), incitant les participants à contribuer à l'alimentation par l'ajout d'un commentaire ou d'une photo personnelle. Un peu plus loin, les jeunes du CMJ, très à l'aise avec ces technologies, présentaient leur blog. Julien Didry a profité de cette journée pour lancer le sien, www.juliendidry.com qu'il a voulu

indépendant du site internet pour exprimer ses idées. La partie vidéo n'était pas en reste, avec l'espace piloté par Alain Colnart, caméra au poing. Les habitants qui n'ont pas l'ADSL ont ainsi pu apprécier les courts métrages du site. De son côté, Xavier Colson expliquait l'administration en ligne avec 3000 fiches nationales officielles, 1500 fiches d'informations administratives, et 1500 questions/réponses rédigées par la Documentation Française. Ce fut aussi l'occasion de rappeler qu'Internet n'est pas simplement un site, mais d'abord et surtout un moyen nouveau qui permet d'améliorer la qualité du service public pour tous les Brasiliens, connectés ou non puisque ces services sont également disponibles en mairie. Petit dernier du site brasilien, le «BrasiWiki» a connu une belle affluence autour de Dominique

L’atelier «e-démocratie»

Anciaux. Julien DIDRY s'est efforcé de faire partager sa vision de la citoyenneté et de la «démocratie en direct», qui permet aux habitants de poser des questions aux élus par courrier électronique avant ou pendant les séances du Conseil Municipal. Cette démarche prend une dimension supplémentaire grâce au système vocal du site ou encore en utilisant le «fil direct», permettant de laisser un message transmis automatiquement par mail aux élus en appelant le «0.979.521.006». Devant quelques élus de la Communauté de Communes de Charny dont la Présidente MariePaule Soubrier, le maire a souligné «le rôle des collectivités, premiers interlocuteurs légitimes des populations» avant de rappeler «leur devoir de sensibilisation, voire de formation. Il faut éviter que seule une élite culturelle ne bénéficie de cette opportunité d'accès aux droits, aux savoirs». Avec l’arrivée du haut débit pour tous en Meuse par le projet du Conseil Général, c'est le moment idéal pour promouvoir ces nouveaux usages si on ne veut pas arriver à une «zone blanche sociale». Pour atteindre cet objectif, Julien Didry a dévoilé un projet de «centre numérique» à Bras qui apporterait la formation aux populations, aux communes et aux entreprises.

10


L’internaute acteur, avec brasiwiki Le brasiwiki – wikipédia de Brasa été lancé officiellement à la fête de l’Internet le 14 mars dernier. Véritable encyclopédie sur notre commune, dont les rubriques peuvent être alimentées à plusieurs, il permet aussi de faire évoluer collaborativement un projet, ou de réagir sur un sujet donné.

l’adresse ou un moteur de recherche type Google, les pages de Brasiwiki peuvent être lues librement par tous. Mais l’internaute devra créer un compte puis ultérieurement s’identifier s’il souhaite apporter sa collaboration rédactionnelle ou participer au débat citoyen sur un projet donné. Les informations, qui reprennent

Un wiki, quesako ? Inventé en 1995 par Ward Cunningham, le wiki doit son nom au redoublement hawaien «wiki wiki» qui signifie rapide. Système de gestion de contenu de site web aux pages librement modifiables par tous les visiteurs y étant autorisés, il est utilisé pour l’écriture collaborative de documents avec un minimum de contraintes. Créé en 2001, wikipedia est devenu le site web écrit le plus visité avec un wiki. Il est régi par cinq principes fondateurs communs à tous les wikipédias : • la pertinence encyclopédique des éléments qui doivent respecter certains critères d‘admissibilité : informations vérifiables, bien sourcées et précises, sans travaux inédits, • la neutralité de point de vue, • une publication sous licence libre ouverte à tous , • le respect des règles de savoirvivre, • ne pas hésiter à être audacieux. Ce qui est écrit est préservé pour la postérité, et les erreurs des contributeurs seront détectées et corrigées par les suivants. De plus toutes les versions précédentes des articles sont conservées et accessibles par le biais de l’historique ; il est donc impossible d’endommager ou de perdre irrémédiablement l’information sur wikipédia.

Brasiwiki, une encyclopédie de la commune Accessibles par le site internet du village ou directement par

d’adduction ou le fonctionnement du SAEP La Forestière. On retrouve le Scolaire de ses débuts à nos jours, du primaire au collège en passant par la MFR, ainsi qu’une rubrique Evenements pour les grands faits marquants tels l’éclipse ou la visite présidentielle. L’ensemble est complété par les rubriques Commissions municipales, Associations et Salle d’animations. Un gros travail a déjà été réalisé depuis le printemps, mais la tache est considérable et de nombreux sujets pourraient encore être complétés, notamment concernant le patrimoine naturel. Apiculteurs, passionnés d’ornithologie ou des réserves naturelles de notre région, votre collaboration nous serait précieuse. Historiens, vos remarques sur d’éventuelles erreurs sont les bienvenues.

Un petit tour sur le «Wiki»

notamment une majorité des publications importantes du Bulletin d’Information de Bras enrichies de photographies ou de cartes postales, se répartissent en neuf grands thèmes pour une mémoire vivante de notre village. La partie contemporaine est alimentée par les élus, les responsables d’associations, d’animations ou de commissions. Un sommaire permet de se repérer au début des grands chapitres, complété à gauche de la page par une barre de navigation, une fenêtre de recherche par mot clef et une aide. Des origines au 21eme siècle, Histoire et mémoire retrace l’histoire du village, des guerres subies ou de la vie d’autrefois, et répertorie les éléments du patrimoine, tant archéologique, que bâti ou de mémoire. Espace et territoire aborde la géographie, la population, le patrimoine naturel, le tourisme et l’économie, Histoire d’eau les points importants de cette richesse de notre sous sol, l’historique du système

Petit plus, la rubrique Projets participatifs au profit des brasiliens nécessite de s’identifier pour pouvoir suivre et commenter les différents stades d’évolution des projets en cours du village et les plans qui s’y rapportent : aménagement de la place de la mairie, étude sur le labyrinthe etc. Il est aussi possible de Réagir sur la réalisation ou la programmation de travaux, ou d’autres thèmes abordés.

Dominique DOLE

Dominique et Florence ont offert des beignets en forme d’arobase @ aux visiteurs

11


Jeunesse Des actions citoyennes L’année du Conseil Municipal des Jeunes a été plutôt dense. Il faut remercier les jeunes pour leur investissement dans des actions de solidarité, des actions citoyennes et des actions d’animation. Retour en images sur ce premier semestre 2009. Des

actio ns Bras de solid a et à la m rité chez aison n de re os aînés traite à

Organisation de la chasse aux oeufs pour les petits

Opé t

l’interne née de r u jo la tion à Participa

ratio n de listes sensib ilis à la prop ation de reté s du v automo illage bi-

Organisation d’un loto pour financer leurs actions

Les jeunes n ’ont pas mén agés leurs e pour le netto fforts yage de prin temps.

12


Partage de connaissance Je t’apprends, tu m’apprends, il m’apprend… Partager son savoir dans un domaine particulier, tel est l’objectif des ateliers mis en place autour de la cuisine. C’est Alain Dechavassine qui a montré le chemin avec l’atelier « saucisson » et quelques semaines plus tard, un atelier cuisine a été créé avec le même objectif, transmettre ses connaissances. Atelier saucisson

Atelier cuisine

Pour la deuxième année consécutive, Alain Dechavassine a organisé une animation charcuterie au service d’un groupe de brasiliens venu s’ini-

Toujours dans un esprit de partage de connaissance, un atelier cuisine a vu le jour à Bras. Pour cette première, trois recettes étaient présentées. Pendant 3 heures, les « chefs» d’un jour étaient au piano dans les locaux mis à disposition par la Maison Familiale et Rurale avec Tony pour une

Les consignes d’Alain Dechavassine

tier. Au final, les participants sont repartis avec environ 83 kg de saucisses « chava» pur porc, mais aussi des saucisses aux choux, spécialité savoyarde, terres d’origine d’Alain et enfin des saucisses à cuire.

La «brandade de Tony», c’est une affaire d’hommes !

brandade de morue, Marie-Christine avec une mousse au chocolat et Laurence pour son tiramisu. A l’issue, tous les gourmets ont pu déguster leurs réalisations autour d’une table décorée par Laurence et Marie-Christine (ci-dessous).

Apprentissage dans une ambiance conviviale

13


Embellissement Esprit potager Bientôt trois fleurs ? c'est en tout cas le but que s'est fixée la commission fleurissement-embellissement pour la commune de Bras, persuadée que la tâche n'est pas insurmontable. D'aucuns diraient même que si nous avions eu le droit de concourir en 2008 ... Aujourd'hui peut-être, ou alors demain... Quoi qu'il en soit, fleur ou pas, nous continuerons à soutenir nos efforts pour continuer à faire de Bras un village agréable à l'œil et à vivre. C'est dans ce but qu'un troisième homme, Michel Gelée, est venu s'ajouter au binôme communal le 2 juin dernier et lui prêter main forte 30 heures par semaine, dans le cadre d’un contrat aidé. Les bénévoles n'ont pas ménagé leur peine non plus et les massifs mis en place prennent tout doucement du volume. Après le repiquage des bouchons, puis la préparation des jardinières qui ont pu attendre leur heure de gloire bien au chaud dans la serre, les massifs ont été plantés fin mai en intégrant des plantes légumières : choux et cardons, tomates, fenouil etc. Des silhouettes de jardinier, des outils géants, des tipis supports des plantes grimpantes et des caisses de plantes aromatiques les agrémentent et la constitution d'un mini jardin sur le merlon avec muret, puits et brouette sont venus compléter le décor. Jusqu’à «la caba-

ne au fond du jardin», plus vraie que nature, mais fermée par prudence pour décourager certaines plaisanteries de mauvais goût… Après l'installation des jardinières et de nouvelles suspensions rue du Colonel Driant, il ne reste plus qu'à terminer l'abreuvoir place de la mairie et à s'armer de patience.

Dominique DOLE

JB, Michel et Ludovic

14


Histoire d’eau Des fuites sur le réseau Notre commune a la chance de disposer d’une eau de grande qualité, et en quantité quasi inépuisable. Et pourtant, il arrive, heureusement rarement, que nos robinets ne coulent plus. Non sans raison. Les coupures d’eau peuvent avoir diverses causes, que nous a expliquées Jean Marie Etienne, conseiller municipal et vice président du syndicat des eaux « La forestière », qui alimente notre commune ainsi que celles de Charny, Vacherauville et Marre. Ces coupures peuvent être dues à des interventions sur le réseau ; ainsi, courant mai, une fuite importante a nécessité une intervention en urgence et entraîné une coupure dans la soirée, le temps d’effectuer les réparations. Mais il y a aussi des fuites plus discrètes. La commune étant sur un terrain sableux, les déperditions ne sont pas faciles à déceler, car souvent l’eau s’écoule dans le sol sans que l’on s’en aperçoive. C'est en comparant le volume pompé au volume facturé que le syndicat a pris la mesure des quantités d'eau perdues sur le réseau. L’écart était largement supérieur à 50 %, c’est-à-dire que pour 10 m3 prélevés dans la nappe phréatique, moins de 5 m3 arrivaient jusqu’au consommateur final.

A l'écoute Ce constat a décidé le syndicat la Forestière à faire réaliser une recherche de fuite. « Le réseau a plus d’une quarantaine d’années, et les tuyaux en fonte sont sensibles aux mouvements de terrain », explique Jean-Marie Etienne. Une entreprise spécialisée de Moselle, Fast, est venue début mai « traquer les fuites ». Neuf ont été repérées sur les trois communes de Bras, Charny et Vacherauville, dont quatre pour la seule commune de Bras. La détection est effectuée grâce

à une sorte de stéthoscope que l’opérateur place en de nombreux endroits du réseau. Il faut avoir une oreille entraînée, mais le système est efficace, et très précis. « A chaque endroit où on a creusé, sur les indications de Fast, on a trouvé la fuite » raconte Jean Marie Etienne. C’est l’en-

Une fuite impressionnante

treprise Nicora de Clermont qui a ensuite effectué les travaux, qui ont nécessité quelques coupures de l‘alimentation. Mais c’était pour la bonne cause. Ces travaux ont produit leurs effets. « On s’en rend compte, depuis on pompe beaucoup moins », constate Jean Marie Etienne. Et moins d’eau pompée, c’est moins d’électricité consommée, et donc des économies ; rappelons que le pompage s’effectue en heures creuses, mais peut se mettre en route à tout moment en cas de besoin ; le coût des travaux devrait ainsi être rapidement amorti.

Haute pression Un autre type d’intervention sur le réseau peut occasionner une coupure momentanée de l’alimentation : l’entretien du réservoir de 200 m3 situé à l’entrée de la forêt de Douaumont. C’est là que l’eau pompée dans la nappe, près du canal, est stockée avant de repartir dans le réseau. Cet entretien consiste en un nettoyage haute pression et doit se faire environ une fois par an. Il s’accompagne d’une purge complète du réseau, ce qui nécessitera une coupure de deux à trois heures maximum. L’intervention devrait être faite au début de l’été. Profitons en pour rappeler que des fuites peuvent aussi se produire entre le compteur et le domicile, et une assurance est d’ailleurs proposée par Véolia pour couvrir ce risque. Avant d’y souscrire, mieux vaut d’abord vérifier que vous n’êtes pas déjà couvert pas votre propre assurance. Et surveiller de temps en temps votre compteur.

Modernisation du système d’alerte Les responsables du syndicat disposent depuis peu d’un système d’alerte qui permet d’intervenir à distance en cas de panne. A l’aide d’un téléphone portable, ils peuvent connaître le niveau dans le château d’eau, et redémarrer ou arrêter le pompage. Auparavant, l’intervention était manuelle ou par minitel ou internet bas débit, deux moyens de communication désormais dépassés.

Alain HUMBERTCLAUDE 15


Environnement L’ONF crée un parc à grumes pour les bois de qualité à Bras On n’exploite pas que du bois « tout venant » dans la forêt domaniale mais aussi du chêne, du merisier, de l’alisier etc... Pour tirer le meilleur parti de la vente de ces essences, l’ONF plutôt que de les vendre sur pied, préfère les faire abattre et présenter les grumes aux acheteurs potentiels dans les meilleures conditions.

Pierre. Passant par là le jour de l’arrachage, je me suis permis de récupérer quelques tubercules et de les cuisiner pour découvrir le goût particulier et ma foi plutôt agréable de ce légume d’un autre temps.

D’où l’idée de la création d’un parc à grumes. C’est l’ancienne plantation de topinambours face aux deux maisons forestières de

Mais combien se souviennent que le champs de topinambours était autrefois une pépinière, créée à l’époque de la constitu-

La pépinière en 1939

Bras qui a été choisie comme emplacement. Située à la limite de la domaniale, cette parcelle est directement accessible depuis la route. Il a fallu niveler le terrain, créer un chemin central, prévoir un espace de demi tour pour les camions grumiers, stabiliser les surfaces par un apport important de cailloux. Réalisés durant l’été 2008 , les travaux ont coûté 43218 € ttc.

tion de la forêt domaniale et destinée à fournir une partie des plants de résineux que l’on replantait sur les champs de bataille ? Une photo prêtée par Juliette, occupante actuelle de la maison forestière du Poivre témoigne de l’activité qui y régnait en avril

1939. A l’époque, on avait surtout besoin de bras. On peut supposer que les petites parcelles qui apparaissent en blanc étaient paillées pour préserver l’humidité et éviter la prolifération des mauvaises herbes. Il est à noter que la colline derrière les maisons forestières est encore pratiquement nue alors qu’aujourd’hui elle est recouverte de résineux de belle taille. Par ailleurs, un personnage en uniforme se tient debout dans la partie centrale de la photo. Aidé d’une loupe, Michel Perignon à qui j’ai présenté la photo a reconnu son papa, André, qui était alors agent et habitait la maison forestière de Bras (à gauche sur la photo) Pour connaître la suite j’ai questionné des anciens agents comme François Magnien, alors responsable de la chasse de l’ONF « je suis rentré à L’ONF en 1974 pour remplacer Jean Marc Besson, initiateur de la remise en état de la pépinière . il s’agissait alors de produire de grandes quantités de plant de hêtre(1) Comme la terre de la pépinière était pauvre on avait fait venir des camions de la terre de Breux (2) Après plusieurs essais, il s’est avéré que la tourbe enrichie était le meilleurs substrat pour les plants. On louait des chambres

Si l’occupation du terrain n’est pas permanente ce ne sont pas moins de 350 m3 de chêne qui y ont déjà transité, vendu jusqu’à 700€ le m3 en qualité A. Adieu donc la parcelle de topinambours qui se trouvait là depuis des décennies. Mais l’espèce n’est pas en voie de disparition puisqu’il en a été repiqué dans la parcelle située derrière la maison forestière de la Grosse la pépinière en 1975 (photo Alain Colnard)

16


froides autour de Verdun pour stocker la production en attendant la période de plantation » Propos confirmés par Alain Colnard : « A l’époque j’habitais l’une des deux maisons forestières de Bras. J’ai suivi tout ça de près. On a produit jusqu’à 600 000 sujets de hêtre par an, de quoi replanter 140 ha de forêt ! » Mais comme les coûts de production de la pépinière étaient plus élevés que ceux des grandes maisons productrices de plant, l’activité a cessé au début des années 1980. C’est aussi l’époque où les dirigeants de l’ONF se préoccupent de favoriser la présence de gibier dans la domaniale (3) Parmi les moyens envisagés figure l’implantation de cultures de topinambour. Et Alain Colnard de reprendre « à l’époque, j’étais le spécialiste de la chasse. C’est moi qui suis allé

dans le Morvan chercher des plants de topinambour que nous avons cultivé en pépinière à Bras avant de replanter des tubercules en différents lieux de la forêt » Pourquoi cette espèce ? le topinambour est une plante intéressante pour le gibier car les cervidés broutent la partie aérienne. Quant aux sangliers notamment lors de périodes sèches ils apprécient de pouvoir aller chercher avec leur groin les tubercules riches en vitamines A et en protéines . Ainsi va la vie : sans cesse l’homme adapte autour de lui les choses pour qu’elles répondent à ses besoins du moment. L’histoire de cette parcelle en est un bel exemple !

Dominique SANTIN Avec l’aimable collaboration de : Guillaume Rouard technicien

ONF, Alain Colnard et François Magnien techniciens en retraite 1 : chacun sait qu’après la guerre de 14-18 le sol cent fois bouleversé des champs de bataille était totalement impropre à la plantation d’essences de valeur. Seuls les résineux arrivaient à pousser. Maintenant qu’ils ont reconstitué une vie biologique du sol, une accumulation de matière organique, ils laissent place à des espèces plus nobles, notamment le hêtre. 2 : Breux est une commune du nord meusien à la limite de la frontière belge réputée pour sa production de pommes de terre dont la terre fertile et légère est favorable à la production légumière. 3 : à l’époque, la forêt domaniale de Verdun était pauvre en gibier, notamment en sanglier (on a du mal à l’imaginer…) et l’un des soucis des responsables d’alors était de développer l’activité « chasse »

Souvenir d’école Les anciens élèves de Bras Sous couvert de Michel blanchet qui m’a sollicité pour rédiger cet article pour le bulletin communal. Cette année, l’amicale des Anciens élèves de l’école de BRAS s’est réunie pour son repas au Café de la Paix. Depuis une quinzaine d’années nous nous retrouvons fin avril pour évoquer de nombreux souvenirs autour d’une bonne table. C’était l’époque ou nous avions Monsieur Paul LARCHER comme instituteur. La classe dépassait les quarante élèves du cours préparatoire au certificat d’études. La première voiture de notre « instit », une Simca Six, avec laquelle il emmenait les « grands » passer le « certif » à Verdun, un événement… Les promenades jusqu’au « Pavillon Fleuri », les chansons accompagnant la marche : « une fleur au chapeau », «les kilomètres à pied ça use » entre autres. C’est à l’initiative de Michel Blanchet que cette amicale s’est constituée avec le concours de

Bernadette Arnoux pour retrouver le maximum d’anciens et d’anciennes de cette époque. Il y a toujours un moment d’émotion en souvenir des absents et malheureusement des disparus qui restent présents dans notre mémoire. Une journée trop courte qui se termine par un « au revoir » et le souhait d’une nouvelle rencontre en 2010.

Maurice GERMONT 17


Voyage A mon amie Mohicane, rencontrée un jour par hasard à l’Imaginaire aux bords de la banquise de Thulé, qui, intriguée par mon dernier récit, s’alarme de mon ardent désir de retrouver mes vieux personnages trouvés il y a des années entre réel et imaginaire. Tu sais que je suis retourné en Grèce au début du printemps. Ce fut un beau voyage, à la rencontre de nos dieux antiques, mais… Mais je dois te raconter l’histoire de Pégase. Auparavant, je te confirme que le temps de la retraite a sonné ! Quoique ! Il aura encore fallu, malgré tout, resangler la bride et reprendre la route, comme un jeune professeur débutant, après tant d’années de stabilité. Et devine où ! Vers le Grand Nord bien sûr ! Nord meusien, soit, mais quand même ! Et en guise de banquise, je suivais pendant 40 kilomètres le canal de l’Est ! Je crois que le recteur m’a pris pour un vert galant caracolant entre côtes de Meuse et fleuve, au lieu de ça grisaille, brouillards et verglas dessinèrent mon paysage quotidien ! Je ne dis que ça ! Et de novembre à février je fis pratiquement route de nuit. Même Yawatha ne s’y retrouvait pas, cherchant dans ces brumes soudaines ses sommets sublimes s’élançant vers le ciel. Quant à la petite statuette de Pégase sur mon tableau de bord elle me regardait avec un petit air à rire. Il semblait assis là le Pégasounet, comme le penseur de Rodin, avec le sourire en plus, et ses ailes déployées dans la porcelaine ne semblaient pas battre puissamment pour me tirer de l’avant, mais évoquaient plutôt quelque envie de freiner, et de m’en retourner, si tant est que mon imaginaire qui vous créa put espérer quelque mouvement réel de sa part. Pour cela, je ne croyais pas si bien dire, attends un peu… Pégase est le cheval ailé de la mythologie grecque, symbole de l’inspiration poétique. Après avoir été dompté par Bellérophon qui s’en servit avec la prétention d’atteindre les cieux mais qui fut désarçonné par le courroux de Zeus, il poursuivit son vol jusqu’à la demeure des dieux qui l’accueillirent et l’installèrent au firmament où nous le voyons toujours sous la forme de la constellation qui porte son nom. Sa course dans le ciel de la nuit évoque le vol éternel de l’âme immortelle. Nous en fîmes pour notre part le guide de tous nos voyages réels et imaginaires, compagnon primesautier de l’invisible Yawatha, et très rapidement il se matérialisa pour moi en une petite représentation en porcelaine d’à peine trente six millimètres de haut, chiné chez quelque vendeur estival. Corps blanc, ses ailes bleues déployées lui donnaient un air effarouché. Il fut de tous les lieux d’histoire visités, de toutes les

cathédrales admirées, il connut les théâtres, et le vent et la pluie. Il ne me quitta plus. Si bien qu’il participa tout naturellement à ce voyage en Grèce, s’approcha à nouveau du soleil car il prit l’avion pour retrouver ses terres d’origine, gonflé de nostalgie. Pourtant bien serré dans la poche de ma chemise, là près du cœur pour une émotion partagée, l’appel des forces telluriques fut trop fort. Il ne fit pas le voyage de retour ! Le mystère reste entier. Il en aura tout simplement décidé ainsi. Mycènes ou Athènes? Quel temple antique l’aura-til contraint le plus fort ? Olympie aura-t-elle résonné à son cœur du martèlement des pieds nus des athlètes sous le sable du stade ? Delphes et sa source Castalie auront-t-elles laissé sourdre une admonestation apollonienne ? Epidaure et son théâtre l’auront-t-ils séduit par l’écho conservé du chant des aèdes disparus ? Est-il retenu par les longues histoires de palicares que lui raconte le vieux Hadji Stavros dans quelque hameau oublié ? A-t-il mal supporté les quatre heures de route dans le Péloponèse à travers une forêt de montagne totalement détruite par un incendie en 2004 ? N’at-il pu résister aux promenades nocturnes aux échoppes tardivement ouvertes, ou bien a-t-il, le dernier soir, succombé au feu du soleil couchant bercé par quelque Néréide dissimulée dans la houle silencieuse des vagues rougeoyantes du cap Sounion ? Se mirent à sa recherche Iannis notre chauffeur comme le personnel de l’hôtel, en vain, et Evguénia notre guide s’enquit souvent du résultat de mes recherches. L’avion du retour manqua de sa présence ailée, comme il a manqué ensuite sur le tableau de bord de ma voiture ou sur le coin du clavier de l’ordinateur, protecteur et inspirateur. Car malgré les facultés de dédoublement des divinités, dont il joua certainement en pensant que j’allais m’en servir pour me consoler, je mis quelque temps pour sortir de son sachet à bulles le double qui dut prendre la relève. Il n’empêche, bien qu’il ait ainsi retrouvé ses places, il y a eu cette fugue inédite, pour quelle rencontre ? Qu’un enfant le trouve ? Celui-ci le gardera-t-il toujours admiratif comme un objet rare, car ces petites fèves ne sont pas connues hors de l’hexagone ? Un touriste d’un pays lointain qui se demandera de quoi il s’agit, et qui, du vaste monde rentré l’exhibera à ses amis ? Ou bien, ayant touché le sol qui a vu naître notre civilisation, restera-t-il définitivement caché entre deux pierres, se recouvrant peu à peu de cette terre ocre

18


de l’Hellade, pierre parmi les pierres, de retour parmi ses antiques puissances chtoniennes ? Je ne choisirai pas pour lui. Au contraire, la vie dont mon imaginaire l’avait doté se trouve par cette aventure renforcée. Par sa volonté propre exprimée il venait de se libérer de son statut de totem tutélaire abrité dans une minuscule statuette ; amulette ou gri-gri, il avait recouvré une âme exaltée dans un puissant appel au retour pour son espace mystérieux. Longues plaines et maigres rivières, montagnes arides et crêtes encore couvertes de neige, villages accrochés drapés de brume et villes peuplées, créneaux ruinés et temples nombreux, nul endroit où je ne l’imaginai pas ! -Entre deux crêtes un héron planait un jour si lentement !.. -Iannis conduisait en souplesse, son Pullman jonglait avec les lacets de montagne comme s’il veillait à ne pas déranger les quelques dormeurs, alors qu’Evguénia enchantait tous ceux qui comme nous étaient avides d’explications et de récits historiques. C’est ainsi que nous pûmes assister par la pensée à la fin héroïque du roi Léonidas défendant le passage des Thermopyles avec ses trois cents Spartiates, à la bataille navale de Salamine qui suivit et rendit sa liberté à la Grèce menacée par le Perse Darius. A une lieue de Sparte même, Guillaume de Villehardoin, chevalier champenois né à Kalamata construisit pour nous comme en 1249 la ville fortifiée de Mystra en y fondant une principauté franque. Toute ruine aperçue depuis le car, tout site visité, tout était agrémenté par les commentaires aussi savants que passionnés de notre guide. Je pris part aux nombreux applaudissements, récompense de la qualité exceptionnelle de la prestation, cependant un trouble comme une minuscule ombre à l’esprit me revenait sans cesse.

Quoique un soir après une journée bien remplie nous pûmes apprendre tout surpris par message téléphonique que l’opération Œufs de Pâques était pour le lendemain. Rien à voir avec mon problème, mais l’appel venait tout droit de Bras bien sûr. Sur Meuse évidemment ! Partez aussi loin que vous voudrez, on vous trouvera toujours. Ou coupez votre portable. Cela me rappela que si les uns planent dans les sphères de la mythologie, la vie continue pour les autres y compris dans notre commune fleurie, et si les premiers ont dévotion pour Pégase et toi chère Mohicane pour ton cher Yawatha *, il en est qui vénèrent les fleurs sous toutes leurs formes et parées de toutes les couleurs, du désormais célèbre marché aux fleurs aux populaires Graines de Paysage en passant bien sûr par l’opulent fleurissement des rues. Sache que le thème retenu cette année pour cette opération est le légume, la légumineuse, idée lumineuse s’il en est, autant il est vrai que nombre de nos potages sont d’abord des plantes qui présentent souvent des aspect décoratifs indéniables ou des figures anthropomorphes étonnantes. Et si la rose trône souvent en reine dans nos jardins de tradition, le plaisir du jardinier est aussi et surtout le parfait agencement de son potager. Je ne sais pas combien mènent à Bras, en tout cas Julien et sa verte cohorte n’y « vont pas par quatre chemins » comme selon le journal. Ainsi des brassées d’idées semblent vouloir animer le nouveau labyrinthe ; Pégase et Yawatha, respectivement cheval et cavalier, vont bien se marrer de là-haut de voir filer ces mini-chars

Qu’était devenu mon petit ami ailé ? Nous confiâmes cependant aux voies aériennes nos cartes postales et nos « Bonjour de Grèce » pour nos proches, et je me demandais s’ils ne le croiseraient pas quelque part entre deux nuages ou s’ils ne se perdraient pas sur les chemins d’Eole.

19


à pédales mus par la force pédestre et combien alerte de ces petits auriges, modernes mais verts bien sûr. Nos toujours magiciens brazilicoles ont encore fait fort cette année, tant et si bien qu’ils en ont oublié leur brouette à l’entrée du village. Tu verras même des personnes traîner un pas hésitant du côté de certain cabanon de jardin, risquer un coup d’œil par la lucarne en forme de cœur d’où l’on constate que tout y est, mais la porte semble insensible à toute tentative d’ouverture. Et bien mal avisé qui de chipoter se mêlera, car les jardiniers colorés disposés à tous les carrefours, bêche et arrosoir à la main, veillent au grain. J’ai bien pensé à eux tous en découvrant en pleine ville au pied de l’acropole dans un petit jardin un oranger en fleurs et portant fruits qui embaumait toute la rue d’un lourd parfum. Le pays est à Pâques un vrai jardin de verdure, de fleurs et de senteurs. Alors, mon cher Pégasounet - Pardon, oserai-je encore appeler de ce sobriquet affectueux celui qui a montré tant de pouvoir ? - Mon ami a donc retrouvé ses places, son déhanchement facétieux est toujours aussi spontané, ses ailes irisées de bleu déployées semblent toujours vouloir bondir vers le ciel, cependant son sourire paraît plus figé et ses yeux plus graves, juvénile et fragile, il semble pourtant en savoir long. Il est pour moi d’un autre poids depuis, et je sens mon regard vers lui toujours plus interrogateur… Pour me consoler de ma

perte une main chère m’avait offert près de Corinthe un petit personnage de bronze bleu-vert aux grands yeux pers comme son nom, de vingt cinq millimètres de haut : une chouette du nom de Glaukè, compagne de la déesse de l’esprit et des arts : Athéna. Ses grands yeux ronds et bleus scrutent attentivement les alentours : elle est là qui le protège. Comme te garde Yawatha Le prince céleste des Mohicans Toi que l’Imaginaire créa Diaphane Mohicane Je te promis l’Ori Akarnanika Tu fus enfin sur les routes héllènes Où se hâtait la troupe nombreuse Mais traversant monts et plaines La course suffisamment diseuse Plus loin nous éloigne De Sparte, Delphes aux Météores Bien à l’est de la rude montagne De son roi palikare et mes remords *

Roland JOURDAIN * Pour les noms et toutes allusions mystérieuses ou autres remords voir BIB précédent, aussi les n°33, 34

Tourisme Au programme de l’Office de Tourisme Après un an d’existence, l’Office de Tourisme situé Avenue Raymond Poincaré à Bras sur Meuse fait son nid petit à petit. Vous trouverez ci-dessous quelques rendez-vous à venir, concoctés par Magali et Marie. 22 juillet Randonnée guidée «les forêts de l’Histoire» à la crête des Eparges. Inscription préalable obligatoire de 6 euros à l’Office du Tourisme Verdunois 03.29.85.41.52.

26 juillet Balade gourmande au départ de l’Office du Tourisme Verdunois (5-6km) avec dégustation de produits régionaux. Réservation préalable à l’office du Tourisme 03.29.85.41.52.

L’Office de Tourisme du Pays Verdunois (à côté de la MFR sur la RD 964, tel : 03.29.85.41.52. ouvert 7 / 7 j de 10h30 à 13h et de 14h à 18h30)

1er août Sortie à la découverte des libellules. Rendez vous 14h à l’Office du Tourisme du pays Verdunois. Reservation obligatoire. 2 euros/pers Sortie et projection sur les chauve-souris. Rendez vous 19 h 30 devant la salle de Vacherauville. Gratuit. Réservation obligatoire à l’Office du Tourisme du pays Verdunois.

20


Tourisme Au programme de l’Office de Tourisme (suite) 2 août Sortie à la découverte du patrimoine de Champneuville. Réservation obligatoire à l’Office du Tourisme du pays Verdunois. 2 euros/pers

5 août

Tél. 03.29.85.41.52 Email : ot.pays-verdunois@orange.fr

Randonnée guidée «les forêts de l’Histoire : Sur les traces des chasseurs de Driant». Inscription préalable obligatoire de 6 euros à l’Office du Tourisme du pays Verdunois.

12 août Randonnée guidée «les forêts de l’Histoire : La crête des eparges ». Inscription préalable obligatoire de 6 euros à l’Office du Tourisme du pays Verdunois.

14 août Sortie astronomie sur le village de Douaumont. Rendez vous 21 heures 45 à l’Office du Tourisme du pays verdunois.

19 août Randonnée guidée « les forêts de l’Histoire : La crête de Froideterre ». Inscription préalable obligatoire de 6 euros à l’Office du Tourisme du pays Verdunois.

22 août Sortie et projection sur les chauve-souris. Rendez vous 19 h 30 devant la salle de Vacherauville. Gratuit. Réservation obligatoire à l’Office du Tourisme du pays Verdunois.

Philippe Jacquet

A

T

XI

RANSPORT

NAVETTES AÉROPORTS TRANSPORTS MALADES ASSIS Tél. 03.29.86.76.90 / 06.08.54.08.67 fax.: 03.29.83.72.70

Gîte "LA PEPINIERE" à Bras-sur-Meuse 2

130 m de grand confort, vaste salon, cuisine équipée, chambres de haut standing avec salles de bains respectives, équipées d'un écran plat et d'une connexion internet wifi

www..taxi-jacquet.com

06.22.23.70.83 21


Souvenir Retour en 1933 La rubrique "photo de classe" initiée dans le BIB de Juillet 2005, se poursuit. Nous vous proposons de remonter loin dans le temps avec cette fois ci la photo de la classe 1933.

De gauche à droite et de bas en haut 1er rang : Paul ROUYER, René ROUYER, André LATROMPETTE, Jean GRENIER, Henri OLIVIER, Marcel COLSON, Paul SIRANTOINE, André ARNOUX, Roger ARNOUX, ? FELZINGER.

2ème rang :

Alfred ROUYER, Simone COLSON épouse Claudel, Pierre ARNOUX, Jeannine MILLOT, Jeannine SIRANTOINE, Marcelle LATROMPETTE, Huguette ENGINGER, ?, Madeleine ARNOUX, Yvette DUCHÊNE, Andrée MATHIEU, Jeanne SIMONNET, Suzanne CHAPELIER.

3er rang :

Maurice SIRANTOINE, ? LATROMPETTE, Pierre HAUMONT, René DUCHÊNE, Jeanne GRENIER, Renée ENGINGER, Paulette ROUYER, Gisèle DEPRÉ, ? STOCKART.

22


Votre intermarché de

Belleville 6 rue du Général de Gaulle

03.29.84.67.22 A votre service 7j/7 et sans interruption du lundi au samedi de 08h30 à 19h15 et le dimanche de 08h30 à 12h30 Notre équipe vous attend pour vous faire profiter toute la semaine des nombreux avantages de notre carte de fidélité !

2 avenue Rarymond Poincaré 55100 Bras sur Meuse

Tél./Fax : 03.29.84.10.52 portable : 06.07.84.78.64 Email : martial.bechamp@wanadoo.fr


16 r u e Po i n c a r é à B r a s - s u r- M euse

Coiffure René

PILLARD

03.29.86.10.98

5, rue de Charmois 55100 BRAS-SUR-MEUSE


Place de la Mairie - 55100 Bras sur Meuse TĂŠl./Fax : 03.29.84.51.59 Site internet : www.bras-sur-meuse.fr Adresse mail : mairie@bras-sur-meuse.fr

RĂŠalisation : Mairie de Bras sur Meuse

MAIRIE


Bulletin d'information Bras N°37  

Bulletin d'information de Bras sur Meuse

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you