Page 1


Scénario : Joe Hill Dessins : Gabriel Rodriguez Couleurs : Jay Fotos

Titre original : Locke & Key : Welcome to Lovecraft: Volume 1 Locke & Key © 2010 Joe Hill, and Idea and Design Works, LLC. All rights reserved. Le contenu de cet ouvrage, tout ou partie, ne peut être reproduit sans avoir obtenu au préalable l’autorisation des propriétaires. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Maxime Le Dain © Bragelonne 2010‚ pour la présente traduction Lettrage : Cédric Lestiennes

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 2

Bragelonne – Milady Collection Milady Graphics 35‚ rue de la Bienfaisance – 75008 Paris E-mail : info@milady.fr Site Internet : graphics.milady.fr Achevé d’imprimer en octobre 2010 par Aubin Imprimeur Dépôt légal : novembre 2010 ISBN : 978-2-8112-0451-8 Imprimé en France 81120451-1

18/11/10 16:35:47


JOE HILL : Pour Tabitha Jane King : ma mère, mon amie, qui m’a ouvert les portes de la littérature. Avec tout mon amour. GABRIEL RODRIGUEZ : Pour Catalina : la clé de mes rêves.

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 3

18/11/10 16:35:49


LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 4

18/11/10 16:35:52


par Robert Crais J’étais à Londres pour promouvoir mon roman intitulé Mortelle Protection, tout content de répondre à des journalistes de la BBC Radio et de dédicacer mon bouquin en librairie, quand mon agent au Royaume-Uni me déclara : « Il y a un autre écrivain américain, qui travaille avec nous, en ville. Ça te dirait qu’on déjeune ensemble ? » C’est ainsi que les deux écrivains américains se rencontrèrent, bien calés devant leur assiette de poisson garni de pommes de terre, dans un petit restaurant branché à deux pas de Trafalgar Square. L’autre type était un grand gars à la bouille avenante doté d’une barbe fournie, d’une veste noire et d’un sourire facile. Il s’appelait Joe Hill. Après l’échange d’anecdotes « d’écrivains en tournée », échange de rigueur qui nous permit de mieux nous connaître, nous nous sommes décou­ vert une passion commune : le base-ball. Venant de Los Angeles, je défends les couleurs des Dodgers. Joe, depuis sa Nouvelle-Angleterre natale, est un supporter zélé des Red Sox. On ne pouvait trouver terrain d’entente plus favorable, puisque de nombreux anciens Dodgers jouaient alors pour Boston (et parmi eux Julio Lugo et J.D. Drew, qui allaient tous deux exploser le compteur des home runs au cours de la saison à venir) et qu’à l’inverse, plusieurs ex-Red Sox foulaient désormais l’herbe du Dodger Stadium (le superbe lanceur Derek Lowe et le fabuleux joueur de champ intérieur Nomar Garciaparra, pour n’en nommer que deux). Nos convives britanniques arboraient un sourire crispé tandis que Joe et moi dissertions non pas sur le roman d’horreur ou le polar actuel, mais sur les mérites comparés de Derek Lowe et de J.D. Drew ou sur les chances des Red Sox de remporter les World Series de 2007 (ce qu’ils firent en écrasant les Colorado Rockies en quatre matchs, sans aucun doute à la plus grande joie de Joe Hill). Après le repas, nous échangeâmes nos bouquins tandis que nos agents respectifs nous séparaient pour respecter le quota d’interviews de la journée, et je passai le restant de la tournée et le long trajet du retour à m’avaler Le Costume du mort. J’achetai dans la foulée Fantômes – Histoires troubles et en dévorai chaque nouvelle. C’est alors que Chris Ryall me fit parvenir les scripts des trois premiers épisodes de Locke & Key. Quand les recruteurs des équipes professionnelles de base-ball cherchent de nouveaux talents, ils ne prennent que cinq critères en compte : le pourcentage de réussite à la batte, la puissance de frappe, la vitesse de course, le lancer et la capacité d’interception. Les plus grands joueurs – dans le genre d’Alex Rodriguez ou de Ken Griffey Jr. – excellent partout : ils peuvent marquer le point qui fait toute la différence ou bien faire un bon gros home run des familles, voler une base, sortir un lanceur et attraper la balle que tous croyaient perdue. La plupart des bons joueurs affichent deux ou trois critères, mais les meilleurs les ont tous les cinq. Joe Hill fait partie de ceux-là.

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 5

Voyez vous-même. Un premier roman fabuleux. Des nouvelles à tomber par terre, alors que la nouvelle et le roman requièrent des techniques d’écriture totalement différentes. Et maintenant, cet incroyable roman graphique, genre qui demande à son tour une narration parfaitement étrangère à celle du roman ou de la nouvelle. Je veux bien parier mes deux derniers dollars qu’on ne tardera pas à voir son nom à l’affiche d’un film à gros budget. Les scripts des trois premiers épisodes de Locke & Key m’ont époustouflé. Et c’était avant même de voir les dessins magnifiques de Gabriel Rodriguez et les couleurs envoûtantes de Jay Fotos, qui parviennent à traduire en images l’atmosphère et le ton uniques des scripts. De l’architecture imposante de Keyhouse aux yeux ternes et humides du meur­ trier Sam Lesser, du repli sur soi de Tyler Locke à la douleur gravée dans les traits de Kinsey, le dessin et le scénario se marient à la perfection pour figurer non seulement les personnages, mais aussi une tension constante qui vous fera frissonner, vous surprendra et, surtout, vous empêchera de lâcher le livre avant de l’avoir terminé. J’ai lu les trois scripts en une seule soirée, puis j’ai appelé Ryall pour qu’il m’en envoie plus. Locke & Key est une bande dessinée comme je les aime, déployant une intrigue et des personnages conçus avec autant de profondeur que pour un roman de grande envergure, tout en maniant à la perfection les exigences et les avantages du médium graphique. Nous croisons la route de trois enfants perdus – l’aîné, Tyler, qui se sent responsable de la mort de son père ; Kinsey, la cadette qui, après avoir sauvé la vie de son petit frère essaie de se sauver elle-même ; et Bode, le petit dernier qui, du haut de ses six ans, pourrait très bien se révéler la clé, pour ainsi dire, de leur survie à tous – ballottés à l’autre bout du pays par leur mère après le meurtre de leur père. Ces trois gosses, pétris de doutes, de secrets, de douleurs, nous sont on ne peut plus réels et c’est avec maestria que l’auteur parvient à entrelacer subtilement leurs trajectoires personnelles avec les mystères de Keyhouse et les forces qui les y ont amenés. (Petit conseil à la famille Locke : si on veut reconstruire sa vie, on évite à TOUT PRIX de le faire dans un bled nommé Lovecraft !). Locke & Key fonctionne, je crois, parce qu’il fait appel à des peurs fondamentales que nous partageons tous – la culpabilité ; la douleur que nous pourrions causer à un être cher ; la crainte que nos faiblesses puissent refaire surface et causer notre perte. Ou pis. C’est avec ça qu’on fait les meilleures histoires. Alors ajoutez-y un soupçon de terreur, une pincée d’émerveillement et la promesse de terribles menaces à venir, et vous aurez une idée du grand huit dans lequel l’auteur va vous embarquer. Sur la route qui mène sa famille à Lovecraft,Tyler se plaint qu’on ne peut être qu’une seule chose au lycée : l’athlète, la salope, le petit génie ou bien la victime. S’il fallait résumer ainsi Joe Hill, je dirais qu’il est, purement et simplement, un grand conteur. Bienvenue à Lovecraft. Bienvenue dans Locke & Key. Bienvenue chez Joe Hill.

18/11/10 16:35:53


LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 6

18/11/10 16:35:59


Mendocino Valley – Avant

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 7

18/11/10 16:36:03


toc c to c to

Mme Locke ? Sam Lesser. M. Locke était mon conseiller d’orientation l’an dernier.

Al Grubb, m’dame.

Sam, Al… San Francisco, c’est pas tout prêt.

Je bosse chez mon oncle à Willits. M. Locke m’avait montré une photo de votre maison pour que je vienne le saluer à l’occasion, Et passer un peu de temps avec Tyler.

Vraiment ? Pas mal, le pick-up.

Ça ? On l’a emprunté.

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 8

18/11/10 16:36:22


À mon oncle. Ça l’embête pas.

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 9

18/11/10 16:36:27


Seigneur, envoie-moi un tremblement de terre.

Rien qu’une petite secousse qui ferait tomber le toit de ma chambre et forcerait mes parents à m’envoyer à Baja vivre avec Rod Fess pour que j’apprenne le surf.

Encore qu’ils m’enverraient plutôt chez mon cousin Orin qui tapisse sa chambre avec des nécros de célébrités parce que, d’après lui, la seule chose plus cool qu’être une star, c’est être une star morte.

Mais bon… Je pourrais jouer à sa PS3.

Une petite tortue a fait caca dans ma main et s’est enfuie. R’garde.

Vous faites quoi, les gars  ?

Bode a une merde de tortue dans la main qu’il veut garder comme souvenir de notre inoubliable été ici.

Il découvre la nature. Et toi , tu fais quoi  ? Je découvre l’ennui et l’angoisse existentielle.

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 10

18/11/10 16:36:34


Super. Rien ne t’empêche de continuer en nous aidant à peindre. Papa dit que la pause est finie.

J’adore quand il nous prend pour ses larbins.

Ouais, ben, c’est juste que j’envie Rod Fess et ses barbecues avec des filles à poil sur les plages de Baja, ou bien Orin à Frisco et ses concerts du vendredi.

C’est quoi ton problème ? Tu veux pas arrêter de faire la gueule ?

Oui. Ben en fait, j’en ai marre d’être moi et d’être ici.

Personne voudrait être toi, mais tu reproches quoi à la maison ?

Tu hais Orin. Il est glauque.

“ Rien du tout, sauf que je pète les plombs. “Je tuerais pour rentrer à San Francisco.”

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 11

18/11/10 16:36:39


San Francisco – Maintenant

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 12

18/11/10 16:36:47


Eh, mec. Est-ce que ça va  ? Je… désolé. Quelle question débile.

Putain, t’aurais dû voir ça, à Baja.

Je te raconterai, si tu veux. Un truc de malade.

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 13

Y a cette meuf toute seule sur la plage, alors je vais la brancher, tu vois  ? Là-dessus, les flics se pointent, lui passent les menottes et veulent m’embarquer aussi ! Je la connais même pas !

Tiens le coup, mec. T’es pas tout seul, je suis là pour toi.

18/11/10 16:36:53


J’y crois pas. J’avais croisé Sam Lesser au Ozzfest et jamais j’aurais cru que c’était un tueur psychopathe. Enfin, pas plus que les autres.

Ils ont fait cinq victimes en tout. T’es une vraie star, mon pote.

Vivement que ces vautours foutent le camp. Je peux m’asseoir là ?

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 14

18/11/10 16:36:59


Je connais la suite. Je sais ce que tu vas me dire.

On a failli  y passer. Ce type avait combien de grammes dans le sang, à ton avis  ?

Oh, à peu près autant que toi. Sauf que je ne conduisais pas, moi.

Non, tu cuvais seulement ton vin allongé dans un parking.

Tu sais, s’il devait m’arriver quelque chose…

Oui, bien sûr que je sais. Tu me le répètes toutes les semaines.

Vous devrez aller vivre à Keyhouse avec Duncan. Vous y serez tous à l’abri.

À l’abri de quoi ?

J’en sais rien. De tout. Des abeilles tueuses. Du mal. De la télé-réalité.

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 15

18/11/10 16:37:04


Alors pourquoi ne pas y habiter maintenant ?

la maison a choisi Duncan, pas moi.

Logique. Comme une vraie petite princesse, Duncan a son château magique.

Ha ha.

Tu me crois pas, hein ? Merde, quand je suis sobre, j’y crois pas moimême. Ça te paraît dingue ?

Oui. Heureusement pour toi, les tarés m’excitent. Dire que tu bosses avec des enfants.

Mon père savait. Il savait que quelque chose comme ça allait arriver. Mais comment ?

Oh, petit. Ton père était un vrai boy-scout. “Toujours prêt", tu vois le genre.

On part avec toi. Dans le Massachusetts. À Keyhouse.

Ouais. C’est l’idée. Ça te convient, Tyler ?

Bon dieu, oui. Tout ce que je veux, c’est me tirer d’ici. Vite.

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 16

18/11/10 16:37:11


Avant

Ceux du cours de français passent un mois à Paris.

Et alors  ? Tu fais de l’espagnol.

Tu vois  ? J’ai jamais de chance.

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 17

18/11/10 16:37:16


Et tu l’as buté  ?

Il allait se relever.

Personne n’a entendu. Il a dit que les gosses étaient chez les voisins et on a vu personne en arrivant. On est tout seuls ici.

Il m’a dit que j’allais devoir faire un choix.

Merde !

ash a a r C g

Bllan

Toute la région va rappliquer.

Et ça, c’était quoi, alors  ?

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 18

18/11/10 16:37:23


Les laisse pas s’enfuir, Sam.

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 19

Tyler  ? C’est toi  ? Me force pas à…

18/11/10 16:37:28


Tyler, pauvre demeuré. Tu laisses des traces partout. Tu crois pouvoir m’échapper  ?

Tyyyyy-ler. Je te veux pas de mal. C’est difficile à croire, mais c’est vrai.

Allez, sors. Je sais que t’es là. Dis quelque chose.

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 20

18/11/10 16:37:35


Maintenant

Tu n’as pas décroché un mot depuis la Pennsylvanie.

Ty ?

J’ai parlé en Pennsylvanie ?

Ouais… “Faut qu’je pisse� C’était une fascinante et – du moins pour moi – gratifiante plongée dans l’esprit brillant d’un jeune d’aujourd’hui.

Alors t’as été à l’école ici. C’est comment ?

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 21

La meilleure éducation sur le marché. Dans mon cas, quatre ans à l’université de Lovecraft et quatre autres aux Beaux-Arts du Massachusetts ont suffi pour faire de moi un peintre raté.

18/11/10 16:37:40


Est-ce que tout le monde ici est au courant pour nous  ? On l’a pas crié sur tous les toits. Mais ton père était du coin, alors… Ouais, ça a fait du bruit.

“Génial. Me voilà catalogué. Au lycée, on n’est qu’une seule chose. L’athlète. La salope. Le génie. Moi, ce sera la victime.”

“Mais non. La seule personne qui peut déterminer qui tu es, c’est toi.”

“Euh, tonton Dunk, fais-moi plaisir… Papa me faisait le coup du conseiller d’orientation. “Tu pourrais éviter de t’y mettre aussi ? Parce que c’est très, très naze…”

Lovecraft, Massachusetts

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 22

18/11/10 16:37:47


Maintenant, on souffle dix minutes.

On a passé trois jours dans une voiture avec Bode. Ma santé mentale s’est fait la malle dans l’Idaho. Bienvenue à Keyhouse, Tyler.

C’est pas bizarre, une maison avec un nom  ?

T’as pas idée. Bon, et maintenant ?

On a tout l’après-midi pour se farcir les cartons et les valises. Allez vous promener un peu.

C’est parfait, ici, pour les promenades. Vous savez quoi ? Vous pourriez faire une sacrée partie de cache-cache, ici.

Très peu pour moi.

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 23

18/11/10 16:37:52


Allez, Ty. Joue pas à cache-cache avec moi. Où t’es  ?

J’vais pas te tuer. Je veux t’aider.

J’ai fait ça pour toi. Tu te rappelles notre discussion ? J’ai dit que j’voulais tuer mon père et toi… Tu t’souviens, non  ?

Le courant passait, comme si… Euh  ?

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 24

18/11/10 16:37:58


Craac!

LET Locke and Key DEF-1 V2.indd 25

18/11/10 16:38:02


Preview - Bienvenue à Lovecraft  

Le romancier à succès Joe Hill et le dessinateur prodige Gabriel Rodriguez vous invitent dans un monde de terreurs et de merveilles : Locke...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you