Issuu on Google+


Livre un

Le Gardien du Temple Scénariste ARVID NELSON Dessinateur ERICJ Coloriste JEROMY COX Illustration de couverture JUAN FERREYRA Sur une idée originale de Arvid Nelson et Ericj


Un grand merci à Jason Hvam. Photographies d’archives par Eugène Atget.

Titre original : Rex Mundi Book One: The Guardian of the Temple Rex MundiTM copyright © 2003, 2006, 2010 Arvid Nelson. All rights reserved. Dark Horse Comics® and the Dark Horse logo are trademarks of Dark Horse Comics, Inc., registered in various categories and countries. All rights reserved. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Philippe Touboul et Philippe Tullier © Bragelonne 2010, pour la présente traduction Lettrage : Cédric Lestiennes Bragelonne – Milady Collection Milady Graphics 35, rue de la Bienfaisance 75008 Paris E-mail : info@milady.fr Site : graphics.milady.fr Achevé d’imprimer en juin 2010 par Aubin Imprimeur Dépôt légal : juillet 2010 ISBN : 978-2-8112-0387-0 Imprimé en France


Chapitre un

Le secret sous l’Êglise


Paris, 1933.

Pour beaucoup, c’est la ville de l’amour.


Mais Paris est un lieu ancien, et le poids des siècles est un suaire presque tangible.

Des choses étranges ont eu lieu ici, au plus profond des âges sombres.

Des choses secrètes.

Blasphématoires.

Des choses que j’aimerais ignorer, mais j’y ai regardé de trop près et ma curiosité a été récompensée.

Tout semble aujourd’hui si clair…


Mon Père ? il est une heure du matin.

Si ce n’est pas une urgence… Non, Dr Saunière, c’est… Je crois qu’il vaut mieux que j’entre.

Qu’y a-t-il ?

S’il vous plaît. À l’intérieur.


… Alors, qu’avezvous ?

Avant tout, vous devez jurer de ne révéler à personne ce que je vais vous dire. À personne.

Pourquoi ? Pourquoi tant de mystères ?

Je… d’accord. Sur la croix, cela reste entre nous.

Alors, bon Dieu, que se passe-t-il ?

Je suis prêtre à La Madeleine depuis trente ans. Tout ce temps, j’ai eu une mission spéciale.

Une mission secrète.

Jurez. Par pitié.


Dans une crypte sous l’église se trouve une cache de manuscrits médiévaux. Seuls l’Archevêque et ses supérieurs en connaissent l’existence.

… et l’un d’entre eux vient d’être volé.

Et moi, bien sûr. C’est mon devoir de garder ces textes…

Vous êtes mon seul espoir, docteur. Si l’Inquisition l’apprend, je serai défroqué.

Vous êtes la personne la plus ingénieuse que je connaisse, j’ai besoin de vous.

Un instant, mon Père. Je vous aiderais volontiers, mais je ne suis pas sûr de comprendre ce qui s’est passé.

Je… ne pense pas, Dr Saunière. Alors comment…

C’est ce qui m’inquiète le plus. Sans doute un sortilège.

N’est-il pas possible que quelqu’un ayant accès à ces… textes… ait pris ce manuscrit sans vous le dire ?


De la magie ?

Les choses seront beaucoup plus claires si vous venez à La Madeleine. Pitié, dr Saunière…

Je prends mon manteau.

Merci.


L’église de La Madeleine.

Tout d’abord…

Le presbytère.

… Gaston m’a réveillé vers minuit. Jamais il n’a été si agressif.

Il aboyait vers l’église, me pressait d’ouvrir la porte.

Je n’ai rien vu, mais il y avait une odeur étrange, écoeurante.

Gaston a foncé vers l’église. Puis soudain il n’a plus aboyé.

M’approchant d’une fenêtre…

L’odeur était de plus en plus forte.

… j’ai cru voir des bougies luire dans un des bas-côtés…

… mais elles se sont éteintes avant que j’en voie plus.


Je suis entré. Toujours rien de spécial, hormis l’odeur. À ce stade, j’ai pu reconnaître le bois de santal, avec une pointe de soufre.

Gaston n’est pas entré avec moi. Vous voyez  ? Il a encore peur.

J’ai pris sur moi, allumé une bougie et j’ai avancé.

Quand j’ai atteint l’autel…

Le santal et le soufre étaient entêtants. Je crois qu’on les sent encore.

… j’ai découvert ceci.

C’est l’entrée de la crypte. L’autel s’écarte quand on actionne un levier secret. Oui.

Je l’ai trouvée ainsi. Ouverte. Hmm…


Pourquoi tant d’efforts pour dissimuler ces livres ? Je ne sais pas, Dr Saunière. Je n’ai pas le droit de descendre ici…

Ah… oui. Je l’ai fait.

Mais l’avezvous fait ?

Certains des livres relatent l’histoire des Templiers, un ordre fondé à Jérusalem lors de la première croisade…

… Oui. Un ordre français, très puissant jusqu’à ce qu’il irrite le pape et soit maté par l’Inquisition. En… 1307, je crois.

Tout à fait, docteur. Il y a aussi des manuscrits des premiers rois chrétiens de France, les Mérovingiens. Ils ont régné de la chute de Rome jusqu’à l’aube du VIIIe siècle.

Les Templiers, les rois Mérovingiens… sont-ils liés ?

Si c’est le cas, j’ignore comment… la plupart des archives des Templiers ont été brûlées…

… et les Mérovingiens régnaient à une époque où peste et famine étaient plus communes que l’écriture.

Vous disiez croire que la magie a été utilisée. Pour l’instant je ne vois pas pourquoi il ne pourrait pas s’agir d’un voleur normal.

Pourquoi pensez-vous à la magie ?

Vous allez voir…


Voici. Vous voyez, aucun des barreaux n’a été tordu, ni même égratigné .

D’abord, ça m’a rassuré…

… mais en inspectant la bibliothèque, j’ai vu qu’un manuscrit manquait.

J’ai tout mémorisé et je connais la place exacte de chaque chose. Il manque, tout simplement.

Et quelle information contient ce manuscrit  ?

C’est un traité sur les sépultures mérovingiennes dans le Languedoc, écrit par un scribe templier au xIIIe siècle.

Mais pourquoi voler un manuscrit parlant de tombes ? Un trésor, peut-être ?

C’est possible. Je l’ignore. Je n’ai pas le souvenir que le manuscrit fasse mention d’un trésor. Il indique juste l’emplacement d’une tombe. La tombe de qui ?


Clovis II . Le troisième monarque de la dynastie mérovingienne. Vous le connaissez ?

Non… mais nous devrions nous renseigner. Et c’est notre seule piste…

Personne ne connaît ce lieu hormis vous et l’Archevêque, c’est cela ? O… oui.

Oui. Il… il y a quelqu’un.

Vous êtes vraiment sûr ?

Mon Père…


Seigneur, pardonnezmoi…

C’est… Elle se nomme MarieChristine.

Une nuit elle m’a demandé si j’avais des secrets sur La Madeleine à confesser… J’ai cru à un jeu innocent…

Continuez, mon Père.

Ne me jugez pas. J’ai fait une erreur, je le sais.

Pire qu’une erreur. c’était stupide.

J’oeuvre dans un refuge pour Madeleines* du 13e. Elle y est venue chercher de l’aide, un soir. Elle semblait si perdue…

On a parlé. Très vite, nous fûmes amis, et puis…

C’est arrivé si vite …

* Refuge pour prostituées repenties.

Je le sais, Julien, je le sais…


Donc vous lui avez dit…

Oui, je n’ai pas songé, ne serait-ce qu’un instant… mais je ne vois pas d’autre explication…

… Où est-elle à présent  ? Peut-être faut-il que je sois défroqué pour cela…

Elle a repris sa vie de péchés.

Sans même un au revoir. Et j’ai trop honte pour lui faire face.

Mais non. Après tout ce que vous avez fait, et pas seulement pour moi, ce serait une erreur de finir vos jours dans un cloître.

Vous le savez bien.

Dr  Saunière, comment pourrais-je vous remer…

Ce n’est rien. Donnez-moi juste l’adresse.


Alors que je quittais Marin, les cloches de Notre-Dame sonnaient 2 heures.

Mystères…

Du bois de santal et du soufre…

Marin avait sans doute raison… quelqu’un avait usé de sorcellerie pour extraire le texte de la crypte.

Pourquoi   ?

Et comment la fille, MarieChristine, était-elle impliquée  ?

Tant de questions…


Le lendemain, j’avais des rendez-vous jusque tard dans la journée…


C’est mon hôtel. Si vous voulez une fille, ça vous coûtera deux francs.

Hé !

Je ne veux pas une chambre. Je souhaite parler à quelqu’un.

Elle se nomme MarieChristine.

Vous les aimez jeunes, hein ? Chambre 5B. Elle est pas sortie depuis hier soir.


Ça fera deux fr…

Hé !

Vous pouvez pas aller par là ! c’est…

Hé… Espèce de salopard…

J’en ai pour un instant.


Il y a quelqu’un ?

MarieChristine ?

Mar…


Mon Dieu, Marin‌


… dans quoi vous êtes-vous fourré  ?


Le premier quotidien anglophone de Paris – vol. 205, n° 95 – 18 oct. MCMXXXIII

ceau apal

Rédacteurs en chef : M.  Tait Bergstrom, M.  Matthew Pasteris. Responsable de la rédaction : M. Arvid Nelson. Responsables du graphisme : M. Eric Johnson, M. Jeromy Cox. Responsable des photographies : M. Alex Waldman. Mise en page : M. William Kartalopoulos. Rédacteurs Emeritus : M. Clark A. Smith, M. Howard P. Lovecraft, M. Robert E. Howard. Rédigé par la Sainte Inquisition de Paris, sous la direction de Son Excellence l’Archevêque Émile-Jean Ireneaux. Le Journal de la Liberté est imprimé sous les auspices bienveillants de sa très puissante grâce le roi Louis XXII de France. QUE DIEU SAUVE LE ROI

d’ pprobation

L’INQUISITION DéCLARE «LA GUERRE AU CRIME» tenant, déclare un commerçant qui souhaite conserver l’anonymat. Mais laissez-moi vous dire que je suis tout autant effrayé maintenant qu’autrefois. Si les p----n de sorcières ne vous chopent pas, l’Inquisition le fera. » « Cela n’a aucun sens, répond Ireneaux. Aucun bon chrétien respectueux de la loi ne doit se sentir concerné par cette initiative. Nous croyons avec ferveur que tous les citoyens de cette ville qui croient en Jésus Suite en A page 26

La cathédrale Notre-Dame, siège de la Sainte Inquisition à Paris. 17 oct. 4e – Depuis les flèches de Notre-Dame, les chefs de l’Inquisition ont hier déclaré « la guerre au crime », et promis aux citoyens parisiens une ville sans vice d’ici à dix ans. « Dorénavant, les malfaiteurs et ceux qui pratiquent la sorcellerie ne pourront plus se cacher, a dit Son Excellence l’Archevêque Irenaux. Notre politique : tolérance zéro. C’est terminé. » Répondant aux critiques qui déclarent que les tactiques de l’Inquisition sont « brutales » et

« répressives », l’Archevêque Ireneaux a évoqué ses résultats. « Ce dont la France a besoin, c’est d’une force de police morale, spirituelle. Qui d’autre a le droit de régir les âmes des hommes aussi bien que leurs actes ? » Il est vrai que depuis sa nomination en tant qu’Archevêque de Paris, Ireneaux a profondément transformé la vie de tous les Parisiens, des gamins des rues aux aristocrates. « Eh bien, marcher dans les rues la nuit est plus sûr main-

Le grand inquisiteur Moricant nommé à la tête d’une nouvelle force spéciale 17 oct. 4e – Son Excellence l’Archevêque Ireneaux a nommé le Grand Inquisiteur Moricant à la tête de la nouvelle force anticriminalité créée à Notre-Dame hier après-midi. Moricant, présent hier à la conférence de presse de NotreDame, exprime sa gratitude à Dieu d’avoir été choisi. « Que le Seigneur soit loué. Je prie avec ferveur d’être à la hauteur de cette tâche», a-t-il dit. Moricant est un inquisiteur vétéran qui porte le masque depuis quinze ans. Il est fier de la méthode directe qu’il emploie pour combattre le crime et l’hérésie. « Parfois la torture et la confiscation forcée de biens sont des méthodes nécessaires et souhai-

tables pour faire respecter la loi, dit-il. D’ailleurs, ces choses font partie intégrante de l’arsenal d’une force de police efficace. Et nous comptons nous servir de tout ce dont nous disposons dans notre nouvelle croisade. » On sait peu de chose du passé de Moricant. Comme pour tous les inquisiteurs, les informations concernant sa vie avant qu’il porte le masque sont strictement confidentielles. « Il nous faut être comme le Christ dans notre quête de purification de nos frères qui se vautrent dans le péché, éloignés de la grâce de Dieu, déclare Moricant. Pour cette raison, nous avons sacriSuite en A page 26

Militarisme prussien : une réelle menace ?

17 oct. 7e – Les forces armées de l’empereur Karl-Frederick VII grossissent de plus en plus chaque jour, mais le débat fait rage dans les Chambres sur la conduite que doit tenir la France. Que veut dire exactement le Kaiser lorsqu’il parle de « restaurer la gloire du Reich de Frederick le Grand  » ? S’agit-il d’une intimidation voilée contre la souveraineté française, ou d’une réaction à l’avancée des Ottomans, généralement perçus comme une menace pour la culture européenne ? Le débat s’est violemment polarisé autour de deux hommes, sans doute les plus puissants de France après le roi. Charles Martel, directeur de la Cour de Sa Majesté, prône inlassablement la clémence et la conciliation. « Si nous adoucissons le ton, les Prussiens adouciront le leur. C’est aussi simple que cela. Beaucoup de ce qui se passe aujourd’hui en Prusse est le résultat direct des discours emportés tenus dans la Chambre des épées », déclare Martel. Martel fait très directement référence au duc de Lorraine, qui sera logiquement élu Maître des épées à la suite d’un vote qui aura lieu plus tard dans Suite en A page 26

Le duc d’Orléans nommé émissaire chez les Ottomans 18 oct. 7e – La Chambre des épées a nommé Philippe Berenger Verlaine, duc d’Orléans, ambassadeur dans l’Empire Ottoman. Orléans est également le premier choix de Sa Majesté le roi Louis XXII, et le vote sera a priori unanime à la Chambre des robes la semaine prochaine. Orléans est connu pour ses positions conciliantes envers l’Islam, et cela a lourdement pesé dans le choix du roi. Son Excellence le duc se déclare « honoré  » de cette nomination. Répondant aux critiques qui le considèrent « trop doux », il annonce qu’il ne « fera pas le beau pour le Cheikh ». « Je défendrai fermement la culture française, ne vous y trompez pas », affirme-t-il. Le duc lui-même, lors d’un bref discours d’acceptation qu’il a donné devant la Chambre des épées hier après-midi, a évoqué le sujet de la stabilité politique et militaire du Saint Empire romain. « Nous devons montrer clairement, très clairement, que nous Suite en A page 5

LES OTTOMANS PRUDENTS

Les officiels ottomans se montrent ​moins ravis de cette nomination. « Sa Majesté Suleiman II a de sérieuses inquiétudes quant à cette nouvelle nomination », annonce l’Honorable Ali Al-Faddiq, Ambassadeur ottoman en France Suite en A page 14

à L’intérieur: Le guide de la sorcellerie à Paris����������������������������� A13 Reprise des hostilités aux Amériques������������������������C4 Révolte en Indochine écrasée par les Légionnaires B6


graphics.milady.fr

Visitez le site de Milady Graphics et dĂŠcouvrez les auteurs, les ouvrages, les bandes-annonces...


Rex Mundi, Livre Un : Le Gardien du Temple - extrait