Issuu on Google+

❯ Test

Can-Am 650 Outlander ✦ Polaris 570 Sportsman

Test Yamaha 700 Grizzly

Une vraie nouveauté…

❯ Duel

Arctic Cat 550 S TGB 550 Blade

❯ Evénement

Can-Am Adventure

❯ Rando

Quadrézienne

V SS ❯ Yamaha 700 Viking

ACHAT 50 + des O2SSV

TESTS

GUIDE

QUAD SSV PRATIQUE

N° 49

quad uggys O b

❯ Can-Am

1000 Maverick

Novembre / Décembre 2013 - FRANCE 5,90 € : DOM : 6,60 € BELGIQUE : 6,50 € - PORT CONT : 6,60 € - MAROC : 70 Mad – POL/S 980 cfp


004

sommaire

numér

78

72

49

9

6 Arrêt sur image 10 4x2-4x4 20 Acteur Fred Fourgeaud 24 Test Test broudeurs 24 Yamaha 700 Grizzly 4x4 30 Can-Am 650 Outlander 36 Polaris 570 Sportsman

36 Can-Am Adventure

Polaris 570 Sportsman

42 Duel Arctic Cat 550 S TGB 550 Blade 50 Pilotage 52 Pratique Purger ses freins 54 Le point technique Polaris Sportsman 500 HO 56 Business TBS : Thierry Bourjade

56 TBS : Thierry Bourjade

Can-Am 1000 Xxc Maverick

62 Pratique Organiser une rando Z

66 Test Yamaha S ide 700 by Viking S ide 72 Test Can Am V ehicuLe 1000 Maverick 78 Evénement Can-Am Adventure 80 Rando Quadrézienne 90 Guide d’achat 102 Shopping 106 Évadez-vous

Photo de couverture : évasion au guidon du nouveau Yamaha 700 Grizzly 2014, que du bonheur ! © DR

112 Matos


024

Test baroudeur

YAMAHA ❯ GRIZZLY 700 4X4 EPS WTHC

Une vraie nouveauté… ou presque ! Nouveau moteur, châssis modifié et élargi, amortissement revu, la liste des modifications est longue et complète malgré une ligne quasi identique au modèle précédent. Et sur le terrain, me direz-vous ? C’est ce que nous sommes allés vérifier sur le parcours de la Quadrézienne. Par J.-M. Pouget, texte et photos

«T

u vas être étonné ! Ce Grizzly n’a plus rien à voir avec l’ancienne version ! » Joël Bontoux me présente son nouveau joujou avec cette passion qui l’anime depuis toujours. Même sous un crachin tenace qui noie la région de Reygades, en Corrèze, le responsable des essais quad/SSV et marine chez Yamaha Motor France garde le sourire. Il faut dire qu’on l’attendait avec impatience cette nouvelle version du “gros ours 700”. Un Grizzly un peu vieillissant malgré toutes les qualités qu’on lui connaît face à une concurrence féroce et de plus en plus technologique ou… économique suivant les marques. Le Grizzly, qui fut une véritable référence chez les gros bras, se voit depuis quelques années détrôné par de plus grosses cylindrées nord-américaines ,


025

En action, le nouveau Grizzly est nettement plus stable que son prédécesseur suite à l’augmentation de la largeur des trains avant et arrière.


042

Duel baroudeurs

ARCTIC CAT 550 S 4X4 2012 Ë

2012 2013 ? ou

A l’heure ou certaines marques commercialisent des modèles 2014, d’autres en profitent pour promouvoir certains quads de leur gamme… Alors, un ricain de 2012 ou un taïwanais de 2013 ? Par Francis B Guérand, photos Scott Wayman

TGB 8 490 €

2013

Blade 550 SE-FR EPS Ltd 4x4


043

TGB BLADE 550 SE-FI EPS LTD 4X4 2013 Sont-ils comparables ? L’un est américain, l’autre est taïwanais ! Géographiquement, ça cause déjà, même s’il n’y a qu’un océan qui les sépare. Arctic Cat fabrique des quads depuis la fin des années 80, TGB a débuté en 2005, là cela devient plus concret. A la base, Arctic Cat produit des motoneiges depuis 1960 quand la Taïwan Golden Bee a fabriqué des Vespa pour le sud-est asiatique sous le nom Taïwan Vespa, pendant plus de trente ans ! Mais TGB est avant tout, aujourd’hui, le leader mondial du variateur automatique. L’usine de Kaoshiung équipe en première monte les

ARCTIC CAT

plus grandes marques : Yamaha, Polaris, Can-Am, Arctic Cat, Piaggio, Peugeot, MBK… Motoneiges, quads et scooters, la firme du charismatique président George Lin peut en apprendre à beaucoup côté transmission. Ce n’est pas un hasard si la courroie des quads TGB est garantie à vie… Avec une culture de base assez différente au niveau industriel, même si certains ingénieurs moteurs collaborent régulièrement ensemble, on peut dire qu’en moins de dix ans, la production quad TGB est en partie comparable à celle d’Arctic Cat. L’Arctic Cat 550 S et le TGB Blade 550 SE-Fi répondent à l’appel baroudeurs 4x4 mid-size à châssis IRS. ,

2012

8 990 € 550 S 4x4


056

Business

TBS SAINT-PANTALÉON-DE-LARCHE (19)


057

Le sorcier

Corrézien

« Le hameau de la Roche Haute, on n’y passe pas par hasard ; faut connaître ! Mais c’est un coin perdu où Thierry Bourjade s’est construit son repère. Trop bien le plan ! » Par Francis B. Guérand, photos Scott Wayman

«C’

est facile, c’est dans la banlieue de Brive, tu ne peux pas te perdre ! » Il est gentil, le garçon… Même un bon GPS refuse de me guider ! La mise en situation est aussi radicale que l’accueil café est plaisant. « Bonjour Thierry Bourjade : micro ! – En fait, je rencontre le quad par hasard, vers 1986 ! Je travaille alors sur des motos de vitesse chez Alain Chevallier, l’un des meilleurs préparateurs. Pour combler les trous entre les saisons, on pige pour Sonauto Yamaha à l’époque. A Cergy, Christian Caillon bosse à l’atelier et partage le même team que Joël Bontoux. Ils rencontrent des problèmes de frein sur le Banche de superquader. Ils nous l’amènent. Je fais un tour, et, immédiatement, je tombe amoureux ! » Si la rencontre est aussi forte que directe, elle va vite devenir une source de travail où la passion axe tous les moments…

Un châssis “nez relevé”

Soudeur émérite, Thierry réalise des réservoirs en alu « spécifiques pour les courses de sable » !

La bande de Vendôme répond vite aux attentes des pilotes Yamaha côté freinage. Les échanges deviennent alors réguliers. « On se met à leur modifier des châssis. On leur fabrique des trains avant. On leur prépare des moteurs 350

2-T de fou. On en fait un gros de Superquader qui marche très très fort. Joël remet des petits carbus pour l’adoucir et il le garde pour le cross. » Et le jeune Bourjade vieillit. Il se calme, il fonde une famille. Il rentre dans le rang côté professionnel. Et puis, un jour, un gus téléphone à Chevalier, devenu alors motoriste chez Voxan, la marque de moto auvergnate. « Je veux participer au Dakar en quad, tu peux me faire un châssis ? » Si c’est impossible pour Alain, il n’hésite pas un instant. « Je connais un passionné capable de le faire, Thierry Bourjade. Tu l’appelles de ma part ! » Éric Vigouroux contacte le Corrézien et lui explique la situation. « Nous sommes en 1997 ! Bien que mon boss de l’époque ne soit pas du tout branché sports mécaniques, il m’autorise à construire cette machine à temps perdu. Entièrement à la main, je réalise un châssis autour d’un moteur de 350 Banshee. En 1999, Éric décide de repartir avec un Banshee, mais plus proche de la série. Il nous sollicite pour lui faire de gros réservoirs et l’équipement spécifique. Je remets le pied à la compétition. » Et, à la même période, l’ami Bourjade fait construire sa maison par un maçon : Francis Clémente. Frédéric, son fils, lui donne un ,


066

Test SSV

YAMAHA ❯ VIKING 700 4X4 Génial initiateur du SSV dès 2004 avec le 660 Rhino, Yamaha effectue un retour attendu avec le 700 Viking ! Après neuf années de disette, suite à des problèmes juridiques survenus outre-Atlantique, la firme aux trois diapasons ne cache pas ses ambitions : « retrouver une place [qu’elle] n’aurait jamais dû quitter »… Réalité ou utopie ? Élément de réponse en direct de l’État du Wyoming, au cœur des États-Unis. Par Damien Lachaize, photos Matthijs Van Roon/Peter Van Dijk et auteur

Le retour attendu…


Z

067

S ide by S ide V ehicuLe

Une présentation presse aux Etats-Unis, c’est souvent grandeur nature, comme dans les étendues sans fin du Red Reflet Ranch, au cœur du Wyoming.


078

Événement

3E CAN-AM ADVENTURE

De mieux en


mieux !

079 Un week-end ensoleillé au nord du Massif central où tout le monde a pris plaisir à vivre Can-Am.

Chaque année, la marque québécoise donne rendez-vous à ses aficionados à Marcillat-en-Combraille, dans l’Allier, pour un week-end festif d’essais, de randonnées, de partage de l’identité nord-américaine. Extraits… Par Francis B. Guérand, photos Scott Wayman et Thierry Honnorat

T

out en restant objectif, sans pour autant fermer les yeux, on peut dire que la 3e édition de ce Can-Am Adventure a été une belle réussite. Et ce ne sont pas les nombreux riders, aussi bien en quad qu’en SSV, qui viendront porter un jugement différent. C’est vrai qu’avec une météo complice, l’approche est déjà positive. S’il est clair que cela contribue au bon déroulement de la manifestation, ce n’est pas pour autant que tout soit évident à mettre en palace. A ce titre, on peut passer un vrai coup de chapeau aux deux pôles qui ont la charge, ou la joie suivant les jours, d’organiser ce week-end.

Hôtes du Can-Am Adventure depuis sa création en 2011, Charles Tribala et le centre GTR Performance apportent toutes leurs connaissances, leur savoirfaire et leur logistique d’entreprise à l’organisation.

Quader sur les chemins de Combrailles En parallèle, Philippe Crépon et son équipe de passionnés s’occupent de la préparation et de la gestion des nombreux véhicules du parc Can-Am en action. Au final, si tout semble facile et évident, il n’en demeure pas moins que les rouages de cette orga doivent être particulièrement ajustés. « En fait, l’idée de ce rassemblement vient de nos ,


084

Découverte

9E QUADRÉZIENNE AMV REYGADES (CORRÈZE) Neuf ans déjà que les frères Fouchet nous proposent leur Quadrézienne AMV. Neuf ans et pas une ride tant la classique automnale offre toujours autant de bons moments. Et si la fréquentation était légèrement en baisse cette année, ce n’est certainement pas la faute à la météo, ni au parcours, ni à l’ambiance. Récit. Par J.-M. Pouget

Toujours aussi bon…


085

«

N

on, ce n’est pas la pluie qui a fait reculer les quadeurs. Au contraire, je pense qu’ils aiment vraiment ça… » JeanLuc Fouchet, le chef d’orchestre du week-end, n’a pas tort. Si, l’an dernier, la chaleur et la poussière avaient rendu la Quadrézienne AMV un poil étouffante, cette année, c’est tout le contraire. Déjà, les pluies de la semaine ont donné au parcours un excellent moelleux et en tout cas totalement posé le moindre grain de terre. Mais après

les averses du samedi soir, les inscrits du dimanche s’en donnent à cœur joie sur un parcours toujours aussi génial. C’est bien connu, les absents ont toujours tort. Mais cette année, plus que jamais ! Cela dit, des absents, il y en a environ 200 par rapport à l’an passé. Une centaine de quads et leurs passagers. Soit encore près de 1 000 inscrits sur les deux jours. Un chiffre à faire pâlir pas mal d’organisateurs… Mais bon, il faut dire ce qui est, la crise est passée par là. Certains font gaffe, même à leurs loisirs. Reste que la fête est ,

Comme chaque année, le château du Doubs accueillait les participants pour un déjeuner ou un dîner copieux dans la grange en presque fin de boucle. La classe, non ?


Nov dec web