Page 1


On le sait, de très nombreux films muets sont perdus et doivent être retrouvés puis restaurés. La restauration des films contribue à augmenter notre connaissance de ce qui constitue les fondements du 7ème art. Sir Alfred Hitchcock n’a pas attendu le cinéma parlant pour se faire un nom. Avant de s’envoler pour Hollywood, le réalisateur londonien a tourné dans les années 1920 dix films muets au succès immédiat. Parmi les plus populaires, Les Cheveux d’or, réalisé en 1926. L’histoire d’un mystérieux pensionnaire qui pourrait être un tueur en série a été qualifiée par le journal The Bioscope de «meilleure production britannique de tous les temps». Les films muets de Hitchcock pourraient être accessibles en DVD, même si la stratégie de sortie n’a pas encore été divulguée. Le BFI se contente pour l’instant de préciser que les longs-métrages seront montrés dans des

cinémas du monde entier ou lors de festivals, et que la qualité sera étonnante. Comme si les films avaient été «tournés hier». La rétrospective Alfred Hitchcock organisée par la Cinémathèque française est l’occasion de projeter pour la première fois la version restaurée des premiers films d’Alfred Hitchcock. Aujourd’hui, le BFI, l’Institut britannique du film installé à Londres, a décidé de numériser ces longs-métrages, et l’excitation est à son comble pour le porte-parole de la branche archives, Brian Robinson: Hitchcock fait partie des figures du cinéma les plus admirées, et il est considéré par tous les critiques comme l’un des dix meilleurs réalisateurs au monde. Regarder un de ses films muets est aussi palpitant que d’observer les premières esquisses de Léonard de Vinci ou Michel-Ange.


Alfred Hitchcock incarne à la fois le cinéaste classique des studios hollywoodiens dans l’esprit du grand public et la figure de l’auteur exigeant et total dans le milieu de la cinéphilie.

Il représente aussi une rupture épistémologique dans la perception même du spectacle cinématographique pour les critiques et la manière de penser et d’écrire sur le cinéma, qui s’est principalement exprimée dans la revue Cahiers du cinéma. Mais la renommée d’Hitchcock ne s’est pas faite en un jour. Longtemps on le considéra comme un réalisateur de films grand public sans prétention. Il fallut plus de trente ans pour qu’il soit reconnu comme un cinéaste d’importance et quelque dix années de plus pour qu’apparaisse l’évidence: il est l’un des cinéastes majeurs de l’histoire du cinéma parce qu’il fut avant tout un « inventeur de formes », comme l’avait compris Jean Douchet c’est pourquoi il existe peu d’écrits sur ses films des années vingt. Le fonds François Truffaut, conservé par la Cinémathèque française, en garde quelques traces. Hitchcock est alors un jeune réalisateur dont les films plaisent, mais qu’on ne différencie pas d’autres cinéastes de l’époque. La lecture des périodiques datant des années 30 renseigne sur la réception critique des films de cette décennie et le regard des critiques, qui considèrent Hitchcock comme un habile technicien, malin et drôle mais à qui le statut d’artiste est nié. Il lui sera même reproché d’être trop anglais pour intéresser le public américain. Aux Etats-Unis, cette vision perdurera jusque dans les années 60.


T H E FA R M E R ’ S W I F E - 1 9 2 8

Un fermier aisé et veuf décide de se remarier. Après avoir passé en revue les différents partis possibles, il se désespère car aucune des dames qu’il a rencontrées ne s’accorde avec lui. Il finit pas se rendre compte qu’il avait la femme idéale sous ses yeux, sa servante qui était secrètement amoureuse de lui.

Distribution Jameson Thomas : Samuel Sweetland (le fermier) Lillian Hall Davis : Aramintha Dench (sa servante) Gordon Harker : Churdles Ash’ Maud Gill : Thirza Tapper Louise Pounds : la veuve Windeat Olga Slade

Technique Titre : Laquelle des trois ? Titre original : The Farmer’s Wife Réalisateur : Alfred Hitchcock Scénario : D’après une pièce d’Eden Phillpotts Producteurs : John Maxwell Photographie : John J. Cox Montage : Alfred Booth Pays d’origine : Royaume-Uni Format : Noir et blanc - Muet Genre : Comédie Durée : 97 minutes (version UK) Date de sortie : 1928


PLEASURE GARDEN - 1929

Jill Cheyne espère devenir danseuse au Pleasure Garden. Mais arrivée à Londres elle s’aperçoit qu’elle a perdu la lettre d’introduction. Heureusement Patsy Brand, une danseuse du cabaret, lui offre l’hospitalité pour la nuit. Le lendemain, Jill qui n’a pas renoncé à son projet, rencontre le patron du Garden et obtient un engagement. Hugh le fiancé de Jill assiste à son triomphe avant de quitter l’Angleterre pour les tropiques...

Distribution Virginia Valli : Patsy Brand, la danseuse Carmelita Geraghty : Jill Cheyne Miles Mander : Levett John Stuart : Hugh Fielding Frederic K. Martini Florence Helminger George Snell C. Falkenburgde

Technique Titre : Le Jardin du plaisir Titre original : The Pleasure Garden Production: Michael Balcon (Gainsborough), Erich Pommer (Emelka-G.B.A. 1925). Réalisation: Alfred Hitchcock. Scénario: D’après le roman de Olivier Sandys. Directeur de la photographie: Baron Ventimiglia. Assistant-réalisateur et script-girl: Alma Reville.


THE LODGER - 1927

À Londres, l’« Avenger », un tueur en série assassine des jeunes femmes blondes, dans le style de Jack l’éventreur. Un homme à l’air mystérieux se présente pour louer une chambre chez Mr et Mrs Bunting. Daisy, leur fille blonde comme les victimes du tueur, s’éprend de l’étrange locataire. Joe, le petit ami de Daisy, est le détective chargé de l’affaire. Il devient jaloux du locataire et le soupçonne d’être l’Avenger.

Distribution Virginia Valli : Patsy Brand, la danseuse Carmelita Geraghty : Jill Cheyne Miles Mander : Levett John Stuart : Hugh Fielding Frederic K. Martini Florence Helminger George Snell C. Falkenburg

Technique Titre original : The Lodger : a story of the London fog Titres de sortie en france : Les Cheveux d’or Réalisateur : Alfred Hitchcock, assisté d’Alma Reville Scénario : D’après le roman de Belloc Lowndes Photographie : Ventimiglia Montage : Ivor Montagu Production : Gainsborough Pictures Distributeur : Carlotta


Hitchcok Early Works  

Hitchcok Early Works

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you