Issuu on Google+

REVUE DE PRESSE « D’évidence, le Tchèque Jaroslav Rudis, avec La Fin des punks à Helsinki, tourne la page Kundera. Place à la dérision. (…) C’est aussi beau que du

Rimbaud revu par les Clash. » « Quelle belle surprise que cette chronique douce-amère d’espoirs envolés ! » « Par petites touches, avec des allers-retours entre ses personnages, Rudis raconte l’ennui, les espoirs limés par le quotidien. Il montre un monde qui a changé mais au fond pas tant que ça. »

« Le Tchèque Jaroslav Rudis dresse avec ironie le portrait d’un monde vieux, sans rêve ni illusion, qui a vendu sa révolte

comme on se débarrasse de son Perfecto. Ce monde, c’est le nôtre. 


Revue de presse