Page 1

S E IN A S E D D R A LE CAN Année 2009 N°5

Mettez-vous bien ça dans la tête « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. » (Beaumarchais)

IMPRESSUM PARUTION 3 fois Par an

FIL ROUGE POUR UN CANARD.

TIRAGE 150 Exemplaires REDACTION: Atelier Journal tel :

20 92 20 91 20 90 SOMMAIRE

Fil rouge pour un canard 1/2

Portrait Charades Atelier plaisir des mots Atelier plaisir des mots Dans nos coeurs RBS en Zig Zag Courrier des lecteurs Mamie Botsie Les oinouinades Il est un coin... RBS en Zig Zag Mots cachés Bienvenues Anniversaires Bienvenues Solutions jeux

MAI, JUIN, JUILLET, AOUT

3 5 7 8

Écrire pour notre nouveau petit journal. Sans éditorial. Sans article de fond, donc. Mais avec une sorte de « fil rouge » à suivre fidèlement, au hasard du temps qui passe. Le temps d’un lieu, d’un endroit ; d’un patrimoine délimité : le temps d’une Résidence. Le temps de Bon Séjour. Où, qu’on le veuille ou non, il se passe des choses. En fonction des personnes, de leurs qualités, de leurs travers, car ils en ont. Le temps de raconter. Avec gravité parfois ; avec le sourire d’autres fois. Bref, être un petit rapporteur qui ose dire et qui a le droit de taire. Mais dont le désir est que chacun sache tirer « vers soi » l’information le concernant. Vous avez dit Versoix ?

14 15

Vive le printemps !

17

Commencer avec le printemps. C’est de saison. Il n’y avait qu’ouïr les exclamations admiratives, poussées, face au fameux magnolia, fleuri de ramures en ramures et qu’une neige répandue à ses pieds, attestait de la fragilité de ses pétales. Alors que, dans les salles à manger, retentissaient de sonores exigences afin que l’on baissât enfin les stores de toile, camouflant ainsi des rayons de soleil par trop gênants pour des yeux fraîchement opérés de la cataracte. Ce que s’empressaient de faire d’attentives serveuses. Au mécontentement d’autres convives pour qui le soleil c’est la santé ! →

19 20 21 23 24 26 30 31 34


Page 2

Année 2009 N°5

Quatre boules de neige….. Elles sont quatre à table. Inséparables. A l’identique moutonnement capillaire argenté. Si bien que l’on pourrait dire d’elles qu’elles sont quatre joyeuses boules de neige. Disertes à souhait. Car c’est vrai et elles l’avouent crûment « on parle, on parle ; on rit ,on rit , mais c’est souvent pour pas grand chose. Cela fait passer le repas et active la digestion ! » Alors qu’une autre ne mâche pas ses mots « Oh, moi j’ai pas besoin de me faire digérer. A croire que j’ai le boyau droit. Un vrai canard. Tout passe tout droit. Une lettre à la poste ! » Heureux estomacs octogénaires. Ah, ces fleurs que l’on ne mange pas Trop de fleurs partout, quand bienmême leur beauté séduit. Elles ne se mangent pas. Mieux vaudrait un bouquet de légumes au cœur de nos assiettes, réclament-t-ils. Répétitives, leurs doléances ont l’amertume de l’endive mal cuite ! Soutien-gorge et cheveux noirs….. Elle a la chevelure comme passée au cirage noir. Cela tranche net avec son teint marmoréen. Les mauvaises langues (il y en a !) disent qu’elle a un nez « a décrocher la lune. » Ce qu’elle prend avec le sourire. Elle a le goût d’assortir souvent la couleur noire de son soutien-gorge à celle de sa toison. Cela se voit au travers de la transparence rose des aides soignantes. Elle serait plutôt genre gendarmette. Efficace. C’est le principal.

Ce que devine mon fil rouge. Ils, elles écoutent sans écouteur. Avec le cœur. Avec la raison. Avec le pardon pour cette intrusion dans l’intimité de l’autre. De celui, celle d’en face. Pour comprendre et partager enfin. Sur ces bases se crée l’échange, l’écoute. Non pas un dialogue mais Le dialogue. Arriver là par delà le clair-obscur. Ainsi chemine le bénévolat. Ainsi marchent ceux des rendez-vous du cœur. Se promener mieux. Promenons-nous là où il y aurait des bancs de secours. Pour s’asseoir à l’aise lors d’un coup de lassitude. Agrémenter le parcours de la Résidence, par exemple, jusqu’au bord du lac. En passant par des lieux sécurisés. Pour arriver guilleret là où plaît le paysage. Y passer un peu de temps. Bien assis de la fesse et du dos. Regarder l’horizon lacustre. Compter les embarcations ; les navires de la CGN. Les voiles aux boursouflures éoliennes. Messieurs de la Mairie, un effort de compréhension. Pour vos vieux. Vos gamins. Vos femmes enceintes. Des bancs oui, des banc oui, mais des bancs gentils. Silence de la nuit. Pause de mon fil rouge. Très tard dans la nuit des corridors, des chambres en veilleuses. Quand le silence se fait, imprègne, s’offre, se respire. Attouchements de l’âme et du cœur. Langage muet. A cause de tant d’amour retenu. Au bord des lèvres closes. Heurtebise


Page 3

Année 2009 N°5

PORTRAIT MES HISTOIRES. .

pour me rendre dans ma chambre.

L’ameublement était réduit à sa plus Mon retour en Suisse pendant la se- simple expression avec un lit et une conde Guerre Mondiale. chaise. Je ne dormis pas de la nuit. Je fus appelé à 7 h. du matin pour le Départ de petit déjeuner et restai une seconde Byfleet (Surrey) journée avant de me rendre à l’aérole 9 juillet 1941, port pour embarquer avec une vingitinéraire du taine de voyageurs dans un avion alpremier jour, destination Lisbonne via Paddington Station (Londres) et la ville de Bristol, par avion. Deuxième jour : A Lisbonne, j’entrepris les démarches nécessaires à accomplir à la Légation Suisse pour obtenir un visa m’autorisant à poursuivre mon voyage jusqu’en Suisse. L’ambassadeur me délivra un document adéquat et m’avança la somme de 1500 Escudos à rembourser dès mon retour au pays. Pendant les deux jours qui suivirent, je profitai du beau temps pour me promener le long des quais, au bord de la mer toute proche. Le Portugal et l’Espagne étaient, à cette époque, les deux seuls pays épargnés par la guerre qui faisait rage dans le reste de l’Europe. Lorsque je me présentai à la réception de l’hôtel où je devais loger une nuit, le préposé m’informa que mon nom ne figurait pas sur leur liste. J’insistai donc pour vérifier moimême et constater qu’il avait été mal orthographié. On me remit une clef

Avion allemand Heinkel

lemand Heinkel qui desservait chaque jour le parcours LisbonneStuttgart via Madrid et Barcelone. Pour des raisons de sécurité, les hublots étaient hermétiquement fermés. A notre arrivée à Barcelone, un autocar nous transporta au centre ville à quelques centaines de mètres de l’hôtel où une chambre m’avait été réservée. Au moment même où je traversai la place, deux individus s’approchèrent de moi pour m’aider, mais des soldats de Franco les empêchèrent en intervenant violemment. Je fus ainsi conduit en sécurité jusqu`à l’hôtel où je logerais la nuit suivante. Après avoir vérifié mon identité, le propriétaire de l’établissement me conduisit à la chambre qui m’avait été réservée pour la nuit. Je


Page 4

Année 2009 N°5

me rendis ensuite à l’avenue principale où une foule considérable se déplaçait. De nombreux hauts-parleurs diffusaient des appels à la population, l’incitant à rejoindre les troupes allemandes qui développaient leur offensive contre les Russes. De retour à l’hôtel, on me servit un potage, un plat de rutabagas et Les toits de Barcelone une pêche, le pain (très rare) était réservé aux habitants du pays. Je montai ensuite dans ma chambre me coucher mais ne dormit pas. Comme convenu, je fus appelé à 7 h. pour le petit déjeuner(très frugal) avant de me rendre à la gare principale, à proximité de l’hôtel, prendre le train à destination de Port-Bou, à la frontière française. Le chef de gare refusa de me laisser entrer dans le convoi comprenant de nombreux wagons dans lesquels devaient prendre place de nouveaux voyageurs avec leurs bagages. La raison de ce refus provenait de mon passeport, périmé depuis un jour. Je parvins enfin à le convaincre que ma famille m’attendait à Genève et que je devais absolument poursuivre mon voyage. Il y consentit à contre cœur. Le convoi s’arrêtait à chaque gare. A Montpellier, un arrêt de deux heures permit à tous les voyageurs de se restaurer au buffet de la station .

J’aperçus par hasard une pauvre femme et ses deux enfants qui avaient faim . Ayant pris des provi-

Gare de Perpignan

sions , je leur donnai quelques plaques de chocolat et des zwiebacks. Je ne parvins à destination qu’au début du jour suivant. A mon arrivée à la gare des Eaux-Vives, je fus soumis à une huitième fouille de ma valise ainsi que d’un contrôle médical complet avant de pouvoir rejoindre les membres de ma famille qui m’attendaient depuis plusieurs heures. J’appris le lendemain que les troupes allemandes avaient envahi la zone dite libre. Je me rendis ensuite au Département militaire pour l’informer que je devais rejoin-

dre mon unité la Batterie obusiers de campagne 158, stationnée à Romont, pour accomplir mes obligations militaires jusqu’à la fin des hostilités en 1945.


Page 5

Année 2009 N°5

CHARADES AUTOUR DU PRINTEMPS. JANVIER EN IMAGES

Le 8 janvier visite de cette crèche exceptionnelle qui présente la vie du Vieux Paris en 1491 avec ses maisons colorées, les bords de la Seine grouillants d’animations, Notre Dame de Paris, et au centre de cette œuvre foisonnante et colorée :

La Nativité. Œcuménique, la crèche véhicule un message d'amour et de paix. Spectacle distrayant et culturel, unique .

Mon premier est une marque de biscuits. Mon deuxième est une note de musique. Mon troisième se dit souvent en anglais. Mon quatrième fait partie du nom familier donné au phallus. Mon cinquième est une exclamation méridionale. Mon tout est éclat, brillance. Mon premier est une récompense Mon deuxième est un pronom personnel Mon troisième est la première syllabe d’un château français Mon tout annonce le printemps à la campagne. Mon premier est une exclamation de joie Mon deuxième n’a pas d’angle Mon troisième est une préposition espagnole Mon quatrième est un article Mon tout revient d’un grand voyage en sa saison. Mon premier est une préposition Mon deuxième est le symbole du radium Mon troisième réaffirme Mon quatrième exprime en partie la négation Mon cinquième est un verbe à la troisième personne du singulier Mon tout est une œuvre souterraine de la nature.


Page 6

Année 2009 N°5

JANVIER EN IMAGES

Elle mesure près de 18 mètres et met en scène 421 personnages dont 50 automates, a été réalisée par les meilleurs artistes et techniciens de Paris.

Mon premier est une note de musique Mon deuxième, il en faut plus pour constituer une phrase Mon troisième est la première syllabe du nom donné pendant la seconde guerre mondiale, à de jeunes gens qui se signalaient par leur passion pour le jazz américain et leur élégance tapageuse Mon tout embaume. Mon premier est confectionné sur un arbre Mon deuxième se retrouve tous les jours de la semaine Mon troisième fait partie d’une exclamation dédaigneuse Mon quatrième peut être désespéré Mon cinquième est une ville Suisse Mon tout se rapporte à mon premier.

La GALETTE DES ROIS Avec Mr. Georges Pascal

Mon premier est la moitié Mon deuxième fait des taches Mon troisième fait partie d’une décision Mon tout est un spectacle aérien. Mon premier est une île de l’océan atlantique Mon deuxième est apprécié en hiver Mon troisième est la première syllabe d’une ouverture Mon quatrième n’est pas digne de confiance Mon tout peut être pratiqué en cuisine. Mon premier est langage de bébé Mon deuxième a trait aux cheveux Mon troisième indique la valeur Mon tout est chanté par des artistes.


Page 7

Année 2009 N°5

ATELIER PLAISIR DES MOTS TOUR DE FRANCE A DEUX. En cinquante tours. A un tournant marquant de leur vie conjugale,

Janvier en Images

Monsieur Bois de la Tour offre à sa tourterelle un tour de découverte original qui les entraîne en un tour de main à la tour Eiffel et à la Tour Baubourg. Paris je t’aime ! C’est la fête : tour de ville, tours de chant, tour de bateau-mouche sur la Seine et le tour du Jardin du Luxembourg, commande dans la haute couture de la rue Saint-Honoré avec bien sûr prise des mensurations : tour de hanche, tour de poitrine, tour de taille de la douce tourterelle, achat d’un collier tour - de- cou dans un bijouterie, dégustation de tourteau, tournedos et tourte aux carottes. La seconde étape du voyage les amène à Tourcoing avec la visite des tourbières. Le mauvais temps, des tourbillons de vent et la pluie les tourmentent. Mais par bonheur, ils se réconfortent au cirque sur la grand’place : tours de jonglerie, tour de prestidigitation et de passe-passe à tour-de-bras. Dans un dernier tour de piste, les artistes saluent à tour de rôle l’assistance ébahie. Puis ils font encore quelques tours de carrousel. A la sortie, quel tour pendable les attend. Le gardien les bloque. En effet, on ne sait pas pourquoi, certains spectateurs ne

Visite de l’exposition porcelaine de Meissen au musée de L’Ariana


Page 8

Année 2009 N°5

PLAISIR DES MOTS peuvent pas passer à leur tour et personne ne veut donner son tour. Ils en ont le tournis. Trempés et

Janvier en Images

dépités , Monsieur et Madame Bois de la Tour décident de rentrer à l’hôtel. Ils ont bien mérité une tournée de vin chaud. Pour leur troisième et dernier jour, les tourtereaux visitent la Touraine, Ils sont émerveillés à Tours par une exposition du peintre célèbre de la Tour et

Chorale Epsilon

quelques fameux tableaux de tournesols de Van

Février en Images

Gogh. Sur le chemin du retour, ils s’arrêtent à l’Abbatiale de Tournus pour admirer l’art architectural qu’ils aiment tant. Caché derrière un pilier soutenant la tour maîtresse, un tourne- disque avec de la musique baroque les transporte quelques siècles en arrière. Tour à tour, ils rêvent des pères touriers, des tailleurs de pierre, les potiers moyen-ageux travaillant derrière leur tour. Hélas, leur périple prend fin. A aucun moment, les voyageurs n’ont eu envie ni de faire demi-tour ni de tournicoter au hasard. Le cœur à la fois lourd et rempli de beauté, ils rentrent au pays, La Suisse. Ils vont retrouver leur maison au boulevard de la tour à la Tour de Peilz. Résidence Bon Séjour Versoix Plaisirs des mots. 1 et 8 décembre 2008. Texte inventé à partir du mot tour et de la syllabe initiale tour.

Crêpes de la Chandeleur Avec concert D’orgue de Barbarie


Page 9

Année 2009 N°5

PLAISIR DES MOTS OBJETS D’AUTREFOIS ET OBJETS D’AUJOURD’HUI. Dialogue 30 : les moyens utilisés pour la réfrigération.

Glacière de St Georges

Sur les lieux d’une ancienne glacière réputée à l’époque « Les glacis du beau monde « , un guide organise des visites pour montrer la façon d’extraire la glace dès ses débuts. Afin de concrétiser l’exposé, il prend soin d’apporter une barre de glace. Non loin de là, dans une pièce d’exposition, se trouve le concurrent moderne, un congélateur. C’est ainsi que se rencontre la barre de glace et le congélateur. La barre de glace: (tout en regardant cette armoire métallique toute blanche bizarre) que fais-tu là dans ce local à côté de moi ?. Le congélateur :

Entrée de la Glacière

Les stalactites et stalagmites

Malgré les apparences, nous faisons le même métier. Nous réfrigérons les denrées périssables et surtout la viande afin de les conserver. Je travaille avec l’électricité. Et …toi ?

La barre de glace: Je suis extraite des « glacis du beau monde », une glacière située dans une grotte naturelle des montagnes suisses et toute heureuse d’avoir vécu parmi les stalactites et les stalagmites, les rochers et la neige en hiver.


Page 10

Année 2009 N°5

PLAISIR DES MOTS Le congélateur :

Ton existence féerique me fait rêver. Mais à quel prix étais-tu extraite ?

La barre de glace: En effet mon extraction n’était effectuée qu’aux heures fraîches de la journée, vers le coucher de soleil, même le plus souvent en fin de nuit jusqu’au lever du soleil. Les barres de glace était souvent emballées dans des caisses avec de la paille ou de la sciure. Les glaciers-employés à cette extraction, résistaient aux conditions difficiles. Ils travaillaient avec des pioches ou des pics, des berces (séparation des morceaux), des crochets, des scies à grandes dents-vrilles, des haches pointues et des charrues à glace. Le congélateur :

Je comprends pourquoi tu étais un produit rare et coûteux réservé aux riches jusqu’en 1860, époque à laquelle on commença à produire de la glace artificielle.

Les glaciers-employés

Berce ou séparateur

La barre de glace: Ah oui, que veux-tu dire ?

Le congélateur:

En 1862, lors de l’exposition universelle de Londres, l’ingénieur français Ferdinand Carré Pics à glace


Page 11

Année 2009 N°5

PLAISIR DES MOTS présenta une machine permettant de fabriquer en continu des cubes de glace (200 kilos/heure).

En route pour la ville depuis la glacière

La barre de glace: C’est magnifique ! Vive le progrès ! Quant à moi, j’ai été exploitée plus largement dès le début du XX siècle, sciée selon les normes de mensuration bien établies et transportées de nuit par un attelage de chevaux. Le congélateur:

Transports urbain

La barre de glace: Moi aussi. Au début, j’étais livrée dans les brasseries renommées et très vite dans divers commerces. Puis devenue populaire, j’entrais chez tout un chacun. Le congélateur:

Affiche publicitaire

Et moi, j’ai été transporté de jour, bien attaché dans un camion. Il est vrai que c’est moins poétique, mais je suis très utile.

Comment, diable ? faisais-tu des glissades sur les parquets cirés et les escaliers des particuliers ?

La barre de glace: Tu te moques de moi. Très tôt, le matin, nous étions plusieurs barres à être transportées de l’entrepôt jusqu’aux domiciles des clients sur un char tiré par des chevaux. Fabrique de glace


Page 12

Année 2009 N°5

PLAISIR DES MOTS Le porteur de glace vêtu d’un grand tablier de cuir me débitait avec un fragmenteur de glace, une scie et un tire-glace puis me portait sur sur l’épaule revêtue d’un sac épais en toile de jute. Sortie des blocs de

Le congélateur:

Jusqu’où le porteur de glace te déposait ?

La barre de glace: Dans les armoires « ad hoc » installées pour cet usage. Au fil de la journée, à la fois je refroidissais les denrées alimentaires et redevenais liquide déversé peu à peu dans un bac. Il en était ainsi chaque jour. Le congélateur:

glaces

Seille pour transport

Est-ce enfin mon tour de prendre la parole et de me présenter ?

La barre de glace: Je t’écoute. Intriguée, je suis toute ouïe. Le congélateur:

J’ai vu le jour en 1929 aux EtatsUnis, grâce aux bons soins de l’américain Clarence Birdseye. Meuble utilitaire perfectionné, je suis issu du premier réfrigérateur domestique à électricité fabriqué à Chicago en 1913. J’ai bouleversé l’alimentation des ruraux en permettant une diversification de la nourriture à la campagne.

Armoire à glace familiale

Buffet à glace pour brasserie


Page 13

Année 2009 N°5

PLAISIR DES MOTS La barre de glace: Moi l’aïeule, je n’en reviens pas de tout ce que tu m’apprends. Le congélateur:

Ferdinand Philippe Edouard Carré né en 1824 et mort en 1900 .

Le rythme de l’emploi du temps des campagnes et même des villes a été profondément modifié. On fait son pain, on tue le cochon on abat le veau, on ramasse les légumes, on cueille les fruits, on prépare les glaces et les sorbets. On remplit ensuite tous mes tiroirs que je garde au grand froid à -20 - 30 degrés,température qui permet la conservation pour les longs mois à venir. Ainsi, au fil des semaines, la ménagère peut nourrir sa famille, inviter à l’improviste, amis et visiteurs. Je vis en principe à la cave ou au sous-sol des maisons.

La barre de glace: Je suis émue d’incarner « le petit commencement » de la grande aventure du froid domestiqué. Résidence Bon Séjour Clarence Birdseye (9 déc. 1886 – 7 oct. 1956) est considéré comme le père des techniques de conservation des aliments par le froid et plus particulièrement des techniques de congélation.

Plaisir des mots 7 – 14 et 21 juillet 2008.


Page 14

Année 2009 N°5

DANS NOS COEURS

Mme Ayer Irène Mme Peynirian Eugénie Mr Zbinden André Mme Turcan Renée Mme Durouvenoz Suzanne Mme Mooser Olinda

J'ai cueilli ce brin de bruyère L'automne est mort souviens-t'en Nous ne nous verrons plus sur terre Odeur du temps brin de bruyère Et souviens-toi que je t'attends... Guillaume Apollinaire.


Page 15

Année 2009 N°5

PROMENADES EN ZIG ZAG DE BON SEJOUR Il était une balade, au bord du Lac d'Annecy... Visite à La Fonderie fondée par Antoine PACCARD en 1796. A cette époque, la commune de Quintal (Haute-Savoie) réclamant à l'évêché un prêtre pour sa paroisse, s'entendit répondre par l'évêque "vous aurez un prêtre, quand vous aurez une cloche à votre clocher". La commune s'adressa alors à un maître fondeur de Carouge, près de Genève, nommé JeanBaptiste PITTON. C'était encore le temps où la fonte des cloches se faisait à pied d'œuvre. Jean-Baptiste PITTON

eut

besoin d'un apprenti, le syndic de la commune s'offrit et c'est

ainsi

qu'Antoine PACCARD, fondateur de la maison, fit son apprentissage à Carouge et créa la Fonderie de Quintal. A sa mort, ses fils Jean-Pierre et Claude PACCARD continuèrent l'exploitation de la fonderie. Devant l'extension prise par la nouvelle industrie, Georges fit transférer l'usine de Quintal à Annecy-leVieux entre 1854 et 1857 Georges, Francisque et Victor PACCARD, fils de Jean-Pierre, firent prospérer l'entreprise qui, dès la fin du XIXème siècle, acquit


Page 16

Année 2009 N°5

Février en images Une réputation mondiale. Georges s'occupait de la direction technique; il présida ainsi à la coulée de plus de 10 000 cloches. C'est à lui que l'on doit la beauté des formes

des

cloches

PAC-

CARD, la justesse de leur tonalité, l'ampleur de leur timbre et de leur harmonie. Il fut en France le principal promoteur des carillons dont la vogue venait de Belgique et qui s'est répandue dans tout l'Occident.

Spectacle de danses et bugnes pour Carnaval

En 1891, il fondit la plus grosse cloche de France : la "Savoyarde" du Sacré-Cœur de Montmartre. Après son installation à Sevrier, au bord du Lac d'Annecy,

en

Thé a Rolle

1989, la fonderie réalisa de nombreux

carillons,

tel que le carillon de Chambéry (plus grand carillon d'Europe). Les nouveaux ateliers permirent de répondre à une demande soutenue. Et puis, en 1998, ce fut le tour de la World Peace Bell, la plus grosse cloche en volée du monde avec ses 33 tonnes !

Théâtre de poche


Page 17

Année 2009 N°5

COURRIER DES LECTEURS Un divorce, c’est quoi ? On n’est pas toujours tenu de divorcer entre humains. Aussi, ai-je décidé qu’après beaucoup de discussions, de conciliations, de recherches, d’entente, de divorcer de mon genou droit. Cela va vous paraître « saugrenu » mais trop, c’est trop. J’ai essayé tous les moyens inimaginables pour tenter une réconciliation. En effet, des radiographies, des anti-inflammatoires, des calmants, des infiltrations.

Février en images Musée Histoire Naturelle Michel Roggo nous présente à travers ses photographies les poissons tels qu'ils se dévoilent dans l'ambiance parfois irréelle de nos lacs et rivières. Avec ingéniosité et patience, cet artiste naturaliste a su saisir des scènes uniques et souvent fugaces chez nos espèces les plus communes. Et nous font partager toute la poésie de ce monde aquatique.

Tu es resté de marbre , toujours présent, à l’affût d’un petit faux pas de trop !!. Et hop la grosse douleur. Aussi, maintenant, je t’ignore, je ne m’occupe plus de toi, je ne te parle pas, quoique tu fasses. Par contre, je te réserve une « surprise party » (une boum) cet été où tu feras moins le malin, quand tu te trouveras sur une certaine table, tu va perdre ta supériorité.

Le Brochet

Je tenais à te mettre au courant, car je trouve qu’après des années de vie commune, je te devais bien ça !

Le Chabot

Merci tout de même de m’avoir servi pendant des décennies, mais tout à une fin. N.B. pour la bonne règle, je vous signale que je lui paie très régulièrement la pension alimentaire mais rien ne le fait changer d’idée à mon égard.

Les Perches

Oh ….non!!! Toujours aussi obstiné à camper sur ses positions. (tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin, elle se casse.) Myrielle Christin

Le Silure


Page 18

Année 2009 N°5

COURRIER DES LECTEURS PETITE SUITE DE ? J’ai attendu quelques semaines avant de vous révéler que l’on m’a offert pour mon « petit chez moi » un ordinateur, tu verras, c’est utile, tu vas t’amuser (j’ai déjà entendu ce refrain) et bien, non, je ne m’amuse pas du tout, me voilà à nouveau en guerre à peine remise du portable. J’ai souvent entendu parler de souris. Je suis toujours restée en très mauvais termes avec ces petites bêtes qui courent aussi vite qu’un TGV. J’ai tout de même des souvenirs des souris des champs (grises) blanches pour nourrir les reptiles et celles des laboratoires qui paient un très lourd tribu pour les humains. Maintenant, parlons de choses sérieuses. La souris doit être tenue au bout de ma main droite (ou gauche) et j’essaie de l’amadouer afin qu’elle veuille bien se soumettre et se tenir tranquille, car pour l’avoir sur votre écran, il faut de la patience, des nerfs d’acier, et envie de connaissances et surtout un doigté léger léger…. Si malheureusement, vous l’avez perdue, il faut tout recommencer. Je pense tout de même qu’il faut prendre conscience que l’esprit vif ne suffit pas pour un ordinateur, têtu, voire désagréable . Aussi, ai-je pris une décision !! Je vais continuer à parler à mes fleurs et aux arbres. Là ! j’y trouve des créatures de Dieu qui me comble de joie à chaque saison, elles m’apportent leurs couleurs de vie de cette nature si belle, si vivante et qui se renouvelle toujours et que rien ne pourra arrêter. Myrielle Christin


Page 19

Année 2009 N°5

LES RECETTES DE MAMIE BOTSIE Bugnes de Carnaval

1

1 ) disposer fontaine

2) battre trois oeufs et les disposer au centre de la fontaine avec 75gr de beurre ramolli, une pincée de sel , une cuillère de rhum, et six cuillères à soupe de sucre en poudre, 7gr de levure chimique, et une cuillère à café d’eau de fleur d’oranger.

2

3) 3

les 250 gr de farine en

4

mélanger les éléments puis

pétrir longuement la pâte, la rouler en boule. 4) l’ envelopper de film transparent, la placer au réfrigérateur pendant cinq heures.

5

5) sortir la pâte enfariner le plan de travail et abaisser la pâte…

6

6)

jusqu’à une épaisseur de 2 a 3 mm

7) à l’aide d’une roulette crantée, couper cette pâte en bande de 4 cm de large. 7

9

11

13

8

10

12

14

8) avec la roulette,diviser ces bandes en morceaux de 10 cm , faire une fente de 5 cm au centre de chaque bandelettes. 9) glisser une extrémité de la bandelette dans la fente…. 10)…… tirer de manière à obtenir unesorte de nœud 11)

procéder de même pour les autres

12)

chauffer de l’huile à 180°

13) tremper quelques bugnes dans l’huile, les laisser dorer et les retourner à l’aide d’une écumoire 14) une fois cuite les égoutter sur du papier absorbant les sou poudrer de sucre glace et les déguster tiède.


Page 20

Année 2009 N°5

LES OINOUINADES Deux anges font la causette : - Quel temps fera-t-il demain ? - Nuageux. - Ah tant mieux, on pourra s'asseoir ! - J'ai

battu un record. - Ah bon, lequel ? - J'ai réussi a faire en 15 jours un puzzle sur lequel il y avait écrit "de 3 a 5 ans". Lors d'un mariage, une fillette demande à sa mère : - Maman, maman, pourquoi la madame elle est habillée tout en blanc ? - Hé bien, c'est pour montrer qu'elle est heureuse, c'est une couleur qui annonce le bonheur, pour dire que son amour durera toujours. - Ha, mais pourquoi le monsieur alors il est tout en noir ? Une jeune fille se plaint à son amie : - A tous nos rendez-vous, il m'offre des fleurs fanées. - Eh bien, essaye d'arriver à l'heure ...

Un savant fait travailler une puce. Il lui dit : -Saute ! La puce saute. Il lui coupe les pattes et dit : - Saute ! La puce ne saute pas, alors le savant note sur son carnet, "Lorsqu'on coupe les pattes d'une puce, elle devient sourde." Une maman moustique prévient ses petits : - Ne vous approchez jamais des humains, ils essaieront de vous tuer. - C'est faux, maman. Hier, il y en a un qui a passé la soirée à m'applaudir !


Page 21

Année 2009 N°5

Il est un coin et des souvenirs, de mon Village CHEMIN DU BOIS-DE-LA-GUEULE. Le Bois de la Gueule est situé entre le chemin des Douves et l’autoroute. Le mot « gueule » est une variante du mot patois romand « gollhe « ou « gouille « qui signifie, flaque d’eau, mare. On connaît la Gouille à

BOIS DE LA GUEULE

Marion, un étang marécageux dans la forêt de Veytay, commune de Mies. La «gueulléré-ànoz » , est une fée malfaisante qui sort d’une gueule dans la « noz » ( = nuit). Le Bois de la Gueule était, en fait, un lieu très humide jusqu’à ce que la construction de l’autoroute ait nécessité un abaissement de la

CRAPAUD COMMUN

nappe phréatique. En 1978 des volontaires de l’Association pour la protection des bois de la rive droite du Lac ont creusé une nouvelle gouille dans le Bois de la Gueule, dont le nom est ainsi de nouveau bien justifié. Le Bois de la Gueule est un site de valeur pour les

batraciens

forestiers,

avec

de

SONNEUR A VENTRE JAUNE

bonnes

populations de grenouilles rousses, de crapauds et, dans une moindre mesure, de tritons et de grenouilles agiles. On notera toutefois l’absence GRENOUILLE ROUSSE


Page 22

Année 2009 N°5

du sonneur à ventre jaune, faute de petits biotopes favorables à la reproduction. Globalement, ce peuplement est très similaire à celui de CombesChapuis, le Bois-de-la-Gueule ne semble pas trop

GRENOUILLE AGILE

colonisé par la grenouille rieuse, ce qui favorise grandement la présence de la grenouille rousse et des tritons. Une gestion appropriée permettrait sans doute de retrouver le sonneur qui est encore présent ailleurs dans le massif forestier de la

TRITON

Versoix. L’étang des Douves possède une richesse floristique intéressante, surtout dans la végétation immergée (potamot noueux Potamogeton nodosus, potamot nageant P.natans), pa-

QUADRIPUNCTATA

lustre (renoncule flamette Ranunculus flamula) et dans la magno-cariçaie, quelques

ainsi

espèces

que

d’oiseaux

d’eau caractéristiques comme le râle d’eau et la

ANTHAXIA HELVETICA

rousserolle effarvatte. L’étang du Bois-de-laGueule abrite la spirdodéle (Spirodela polyrhiza). Les vieilles fûtaies (chênes de plus de 60 cm de diamètre) du

RÂLE D’EAU

Bois-de-la-Gueule sont remarquables et abritent des coléoptères du bois (par exemple Anthaxia helvetica et A. quadripunctata).

ROUSSEROLLE EFFARVATE


Page 23

Année 2009 N°5

RBS EN ZIG ZAG

Mars en images

TULIPES A MORGES

En nous baladant au Parc de l'Indépendance, nous avons découvert un site exceptionnel et magnifiquement entretenu, une quantité d'arbres au port majestueux et pour certains séculaires, impressionnants par leurs formes particulières tels les fayards pleureurs. En ce mois d’avril l’honneur est fait aux bulbes, puisque c'est la fête de la tulipe. Des centaines de milliers de bulbes, plantés en grande partie par les apprentis horticulteurs en automne, s'épanouissent en dégageant de sublimes parfums. Tulipes, jonquilles, jacinthes, et muscari, offrent leurs cocktails et cascades de couleurs sans retenue. Un parc harmonieux dans lequel on ne peut qu'assouvir sa soif de bonheur. Les visiteurs l'ont bien compris puisqu'ils étaient très nombreux à venir s'y balader.

Ballet National de Georgie

Spectacle de Marionnette à EMS Les Marronniers

Soirée Moules et Frites Au Foyer Livada


Page 24

Année 2009 N°5

MOTS CACHES : Vocabulaire Romand H L E Y A B B A N K W Z Q P C M S E B R I Q U E R A C S H W

B O R G N E T T E N R C H E N E A U E P I N E T Z R P O N F

U I S H X E T T E L P U C U B U Q L M S D O J F K A T M L E

B T A Ç A Ç S A T L A G L F Q O L T D K N I Q X E M M M S D

B O N S N O Y A C B X C K F P I O R N E R L J O E Q X E C E

W N R A P E R C H E R N I E U R D B N Y A L W U R T C L J R

V G A L M B E E L C I C L O E E P O U S S O I R R M R I U A

R A E V I P I S Y M A U R T V G W H Z S B B D B E D U E B L

M I C F Ç K Y V S C A F O A F A I P W E R M Y R V G C R I E

Z A S O D F V Y A A X L L T A T T Q P H A I G E A R L E L T

N Z L T C C B M S I C O Z T B O Z U Q C N B M Ç E N O Y E T

C I I L R O B E L E I I A C C P R D T A T E W N N F N N R E

H U O S O E L U P R M S R H F E O Y S T E R O H B T V O O P

P A I N R C T E T B W A E F D D Y W M L B L T S I N B H B A

M Q R S P C H T R M L N X E L L I U O G C R M J B E D C B P

I I E A S A R U E E I S N O N G E S S U O P E R O G T I Q M

K E N T S E I X E A E S R O M R U R R A R L E S R E V N E R

H L G C U S T L O L C A C H E M A I L L E R H E N R I E I P

D L U Y O A E T L J N T C V X M Q P F H L A P E E I W B I P

B I I K A L I I E E U G A L H C S N S T L I R G Z X F N O Ç

A U L Q W L E P D S U L R D D H B I G J I S O A Z D T D I M

C O L Y A V H T G F E P N Ç E B N N B U A I N N R O E W P A

C R O H R P G X T R B X O F N O C O N R L N E F C M B M O S

H C N E E Z T E U G I W T M I U T T O R L E R H D R N L U C

A Q M H Z Z E L L I O R Z R O N O N R U U T E A M G M M S O

N B O E U F X G R E U L E T T E R A U G O R E U G N I R S G

A M B S H S U G U S R A T U E D E L E E P C A T E L L E I N

L P S E E S S I P T U E D A R J E P M C E E E L A S M F N E

F A V C M C R Y B D E S U E B N D U R E L F I N P S F R E A

Y V B O G U E T C R F I L O C H E P A R V I R O L E T N Q E


Page 25

Année 2009 N°5

ABBAYE AGNOTI BACCHANAL BENICHON BEUSE BIBORNE BOEUF BOGUET BONNARD BORGNETTE BRANTE CACHEMAILLE CAMBER CARNOTZET CATELLE CAYON CHENEAU CHENI CICLEE COCOLER CRALEE CROUILLE CUISSETTES CUPLETTE DENIOTER DERUPE DEVALOIR EBRIQUER EPOULLAILLER

EPOUSSOIR FEDERALE FILOCHE FRICASSEE GOUILLE GREULETTE GUILLON HARASSE JUBILER MASCOGNE MEDZE MERVEILLES MEURON MINCOLET MORSE NAGEE NIFLER NION NOIREAUD PAILLEU PAPETTE PECLOTER PEUFFE PIAUTE PINTE PINTOCHER PIORNER PISSEE

PIVE PLANTON POTAGER POUSSINE RAISINET RAPE RAPERCHER REBIMBOLLION REGENT RELAVER RENVERSE REPOUSSEGNON RINGUE RISTRETTE ROILLE RONER RUCLON RUCLONER SALEE SCHLAGUEE SOMMELIERE SUGUS TACHES TOREE VERREE VIROLET WIGUETZE WITZ YASS


Page 26

Année 2009 N°5

BIENVENUE CHEZ NOUS Je m’appelle Mina, j’ai 10 mois, je suis un Jack-Russel et j’ai fait mon entrée officielle à la Résidence de Bon Séjour à Noël. Je dois vous parler du parcours de ma toute première jeunesse étant venue tout bébé avec Evelyne qui essayait de m’apprendre les rudiments de la Zoothérapie avec les résidantes(ts) car c’était le début d’une période très importante pour ma marraine. Maintenant, je vais avoir bientôt une année, et je me considère déjà comme une grande fille !!!(sans prétention) et la collaboratrice directe d’Evelyne qui fait appel à moi très souvent, pour réchauffer les genoux des clientes!Je dois dire que mes journées à la Résidence sont bien remplies. J’arrive le matin à peine réveillée à 9 heures. Je vérifie mon cageot à jouets, je les compte, je les sens et j’attends avec impatience que l’on mette mon pull attitré sur le fauteuil, car sans celui-ci, je deviens pénible et désagréable.

Mars en images

Chants Danses et Gaufres à la Cafétéria

J’ai beaucoup de plaisir à jouer à la baballe sur toute la longueur de la cafétéria et à 11 heures, je me pointe à la salle du personnel où je gratte avec vigueur, si la porte ne s’ouvre pas, car je viens chercher ma

École de Musique de Versoix


Page 27

Année 2009 N°5

BIENVENUE CHEZ NOUS petite collation, ayant été mise en contribution sur plusieurs genoux dans le salon de coiffure. Beaucoup de portes me sont ouvertes mais certaines sont interdites je cherche tous les moyens d’y pénétrer mais gare, si je me fais attraper! On ne badine pas avec la discipline! Je suis punie et mise à la laisse pour un bon moment. Trouvez-vous cela normal cette façon de faire à un pauvre petit chien misérable ? le monde des humains est bien difficile à comprendre. J’ai pris l’habitude de faire mon tour de santé au rez-de-chaussée pour le moment !!!.Bientôt il y aura les étages à découvrir ! je dois dire qu’une fois, j’ai pris l’ascenseur « par mégarde » je m’en suis bien portée, mais je préfère ne pas m’étendre sur la panique de marraine et du personnel. Dans toute vie si intense, je dois vous informer que j’ai une concurrence énorme avec des volatiles que l’on appelle des tourterelles. Oh !!! elles sont bien gentilles, mais tout de même, devoir partager l’amour que j’ai pour Evelyne, cela devient très pénible, enfin je doit l’accepter. Vraiment un bonheur immense de me trouver au milieu d’une si grande famille, car je reçois tant de caresses, et d’attention et de gentillesse. Je suis certaine qu’il existe au monde peu de chiens si gâtés que moi au milieu de toutes ces mamies et papis qui m’aiment et que j’aime de tout mon cœur.

Mina

Ps : àpres avoir volé et mal digéré les « Kiris » de Fatou je m’excuse de ce geste incontrôlé car bien mal acquis ne profite jamais.


Page 28

Année 2009 N°5

BIENVENUE CHEZ NOUS À Mme Renée Bernel entrée à la RBS en janvier 2009. Mme Renée Bernel est née à Court dans le Jura Bernois. Elle apprend le métier de couturière puis décide de faire des études d’infirmière à la clinique de la Source à Lausanne. Elle s’inscrit alors à la mission religieuse et part au Mozambique. Elle travaille là-bas pendant quatorze ans dans un hôpital. Ensuite, son contrat terminé elle rentre à Genève et s’oriente en gériatrie aux HUG. À sa retraite, elle reprend la couture, le tricot. Jamais mariée sa sœur jumelle et ses deux frères ont eu des enfants. Se nièces et neveux viennent la trouver. Elle aime rester tranquille à la Résidence À Mme Nadine Stranieri entrée à la RBS en janvier 2009. Mme Stranieri Nadine est née à Genève, elle fait ses écoles obligatoires aux Eaux-Vives et passe son Certificat Fédéral de Capacité de coiffeuse. Après quelques années d’expérience elle ouvre son propre salon de coiffure qu’elle exploite pendant quelques années puis le remet à sa cousine. Elle se marie, ils n’ont pas d’enfants. Par la suite elle travaille à la fourrière pour animaux à Collex-Bossy . Mme Nadine Stranieri est une passionnée des bêtes. Puis à sa retraite , son époux achète un camping bus. Ils ont voyagé en Europe , comme en Italie, en France et en Hollande. Ils ont beaucoup aimé leur périple au Mont-Saint-Michel .


Page 29

Année 2009 N°5

Avril en Images

BIENVENUE CHEZ NOUS À Mme Anne David entrée à la RBS en février 2009.

Soirée Filets de Perche

École de Musique

Sortie Tulipes à Morges

Sortie Thé à Rolle

Mme David est née dans le nord de L’Angleterre, elle fait des études littéraires bilingue Anglais-Français. En 1956 elle suit son époux qui travail pour l’ ONU et est transféré à Genève. Quatre enfants naissent, elle reste au foyer et par la suite, son mari est muté aux Philippines, en Inde, aux Etats-Unis et en Afrique . Elle le suit et doit évidemment chaque fois se reconstituer une vie sociale. Dès la retraite de son époux ils voyagent beaucoup. A Genthod Mme David a toujours aimé jouer au bridge qu’elle pratique encore quand elle le peut. Ses autres loisirs sont la lecture et regarder la télévision. À Mr Roger Chevalaz entré à la RBS en janvier 2009. Mr Chevalaz est né dans le canton de Vaud, à Aubonne. Ses parents ont une exploitation agricole. Il fait ses écoles obligatoires, puis l’école des métiers à Lausanne, section


Page 30

Année 2009 N°5

BIENVENUE CHEZ NOUS mécanicien-électricien. Il est alors monteur électricien aux CFF . Il se marie et décide de passer les examens pour être conducteur. Il réussit et ensuite devient commis de gare. Il postule pour un poste à Cossonay où il travaille quelques années , puis est muté à Genève comme agent de train et chef de mouvement à la Praille. En tout Mr Chevalaz aura travaillé 42 ans aux CFF . À sa retraite son épouse et lui font beaucoup de voyages . Il se rendent au Vietnam, en Amérique du sud , en Afrique etc… Ils voyagent de manière individuelle et préparent toujours leur itinéraire de façon approfondie. En dehors de ça Mr Chevalaz a beaucoup pratiqué le tir, la marche en montagne et il adore le football. Mr Chevalaz est incollable en géographie et en histoire suisse. Il est arrière grand-père.

À Mme Sonia Bergdorf entrée à la RBS en janvier 2009. Mme Bergdorf est née à Lausanne, elle rencontre son futur mari très jeune à une fête foraine à Monthey. Elle se marie à 18 ans et à trois enfants. Elle passe toute sa vie dans les foires, ils ont plusieurs manèges du petit caroussel pour enfants à la grand roue. Lorsqu’elle n’est pas sur la route, elle aime rester dans sa roulotte à Versoix. Sa destination préférée est le Tessin. Mme Bergdorf parle un peu le suisse allemand et l’italien.


Page 31

Année 2009 N°5

DOUX TENDRES ET JOYEUX ANNIVERSAIRES MAI Le 03. Mme Golaz Rosine Le 13. Mr Baud Maurice Le 19. Mr Koenig René Le 22. Mme Lehmann Pierrette

JUIN

Le 23. Mme Piccot Germaine Le 23. Mr Champ-Renaud Jean-Marc

Le 04. Mme Gisiger Jeannine

Le 24. Mme Guillot Odette

Le 04. Mr Graf Jean

Le 26. Mme Varrin Agnès

Le 06. Mme Pesenti Mathilde

Le 28. Mme Landolt Raymonde

Le 06. Mr Kroug Marcel Le 06. Mr Stalder Hans Le 15: Mr Guex Emile Le 16. Mme Kaiser Ines Le 25. Mr Pastor Pierre-Antoine

JUILLET Le 04. Mme Bodmer Pierrette Le 10.Mme Suter Emillia

AOUT

Le 11. Mme Ungrad Viasta

Le 02. Mme Sutter Olga

Le 23. Mme Plantard Juliette

Le 09. Mme Brocard France

Le 31. Mr Cartier Jean

Le 15. Mme Krille Simone Le 19. Mme Genoud Simone Le 22. Mme Weinstein Jeannine Le 23. Mme Stapfer Rosa Le 24. Mme Morgenegg Leony Le 26. Mr Mauley Robert Le 26. Mme Gunther Marianne Le 26. Mme Péclard Mathilde


Page 32

Année 2009 N°5

BIENVENUE CHEZ NOUS À Mme Paulette Delaunay entrée à la RBS en mars 2009 . Mme Delaunay est née à Carouge, elle étudie en externat et fait quelques années d’études littéraires. Ses parents ont une entreprise de grains, son père la sollicite rapidement pour donner un coup de main soit à la comptabilité ou à la vente. Puis elle se marie, deux enfants naissent, elle s’occupe de leur éducation. Son époux est gérant d’immeuble. Dès la retraite Mme Delaunay voyage avec « Art Musique » et le « Pèlerinage biblique » en Inde et au Japon. Ils se rendent aussi souvent en Vendée où ils ont fait construire une maison. Mme Delaunay apprécie beaucoup cette région, elle essaye de s’y rendre le plus souvent possible . Aujourd'hui Mme Delaunay est arrière grand-mère. Elle aime résider à Bon-Séjour et a du plaisir à participer à un maximum d’activités. À Mme Lydie Getaz entrée à la RBS en décembre 2008. Née à Château d’Oex , Mme Getaz fait un apprentissage de couturière. Par la suite elle travaille à Lausanne dans un ateliermagasin ,puis elle remonte à Château d’Oex où elle rencontre son époux. Elle arrive à Genève dans le vieux bourg de Versoix. En 1955 elle reprend une activité professionnelle , malgré ses trois enfants, chez Ricci et également au Comptoir des Tissus.Aujourd’hui Mme Getaz vit tranquillement à la Résidence, elle est arrière grand-mère deux fois.


Page 33

Année 2009 N°5

BIENVENUE CHEZ NOUS À Mme Kien-Minh Ha-Lam, femme de chambre qui travail à la Résidence à cinquante pour cent depuis janvier 2009 . Mme Kien-Minh Ha-Lam est d’origine vietnamienne (du nord), elle fait partie d’une grande fratrie ( ils sont 14 frères et sœurs) . Certains d’entres eux vivent en Chine, aux États-Unis et au Canada. Mme Kien-Minh Ha-Lam à une fille. Son mari est à la retraite. Arrivée à Genève en 1980, Mme Kien-Minh Ha-Lam a travaillé pendant 15 ans à la papeterie de Versoix au « contrôle du papier ». Puis la fabrique a fermé, elle s’est orientée ver la restauration. En dehors de son travail elle passe du temps avec son époux. À Benoît Lecam originaire de la Côte d’Yvoire, engagé comme aide cuisinier à100% depuis le premier Février 2009. Mr Lecam quitte la Côte d’Yvoire à l’âge de cinq ans avec ses parents ( il est fils unique) pour venir en France. Ils vivent en région parisienne. Mr Lecam Fait ses études obligatoires puis commence à travailler en cuisine, il aime beaucoup ce métier et apprécie tout particulièrement la mise sur assiette et ses couleurs. Ils travail pour des restaurants et des hôtels. En décembre 2008 il décide de venir à Genève. Rapidement il trouve un job au DSR. À côté de son travail, pour se détendre il pratique le footing et la musculation. Il n’a pas d’enfant.


Page 34

Année 2009 N°5

CALENDRIER DES MANIFESTATIONS DIMANCHE 10 MAI FÊTE DES MERES Mme Muller Corinne Accordéon VENDREDI 19 JUIN FÊTE DE LA MUSIQUE Mr LANCHET Homme Orchestre MERCREDI 15 JUILLET Paris Faubourg Duo Chants accordéon SAMEDI 1er AOÛT FÊTE NATIONALE Orchestre Duo Melody Paola et Stefano VENDREDI 21 AOÛT Richerme Jean Louis Chanteur Animateur ATELIER JOURNAL LES 2eme ET 4eme JEUDI DE 13h30 à 14H 30 Animation

Solutions des jeux

REPONSES DE LA PAGE 5 et 6 Luminosité. Primevère. Hirondelle. Enracinement. Mimosa. Nidification. Migration. Réchauffement. Renouveau. Pour prochain N° : dernier délai pour les textes Août 2009

N°05  
Advertisement