Page 1

eu

w

w

w .b o n

Mars 2018 / N°17 / trimestriel

pa st

SŒurs de Notre¯Dame de Charité du Bon Pasteur

r .c o m

12019

Le mag’

EN PAGE EN 6PAGE - ENQUÊTE 6 - ENQUÊTE - LES FEMMES - L’INTERGÉNÉRATIONNEL AU CŒUR DE LA MISSION PAGES 4 ET 5 RENCONTRE Luba : «Je ne veux plus jamais retourner dans la prostitution»

PAGE 14 SPIRITUALITÉ Invitation à vivre la joie du disciple


2

Le mag’

N017 - Mars 2018

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

EDITORIAL L’intergénérationnel, un défi d’unification fraternelle

P

our la première fois sans doute, depuis que notre société existe, nous voyons régulièrement quatre à cinq générations se côtoyer. Cette situation fait naître de nouvelles réalités et de nouveaux défis. Nouvelle réalité, par exemple, que ces habitats partagés, véritables « cités de la joie », où se croisent des petits-enfants en crèche, des aînés en Ehpad* et des personnes fragiles, dans un désir profond de vivre ensemble en harmonie. Nouveau défi que de repenser les liens entre générations afin d’éviter que ce qui apparaît comme une ouverture enthousiasmante ne crée pas finalement des tensions entre des groupes d’âges différents, aux besoins et aux aspirations souvent éloignées. La vie religieuse elle-même n’échappe pas à cette réalité qui fait se rencontrer des femmes d’un certain âge avec des femmes d’un âge certain ! Dans nos communautés, remettons-nous chaque jour à l’ouvrage pour que nos relations portent des fruits d’unité fraternelle et que la communion l’emporte, du sein même de nos différences si perceptibles. Et finalement réjouissons-nous, puisqu’à travers toutes nos relations, Dieu nous invite en Son Royaume, là où nous sommes tous « enfants du Père » et « amis du Christ », de 7 à 77 ans, et bien au-delà ! Sœur Patricia Diet Supérieure de la Province Europe BFMN * Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

Le mag’

Directeur de la publication : Magdalena Franciscus Conception et réalisation : Bayard Service - Parc du Moulin, Allée Hélène-Boucher, CS 60090, 59874 Wambrechies - Tél. 03 20 13 36 60 bse-nord@bayard-service.com - www.bayard-service.com Secrétaire de rédaction : Eric Sitarz - Graphiste : Anthony Liefooghe Contact publicité : 03 20 13 36 70 Imprimeur : Offset impression-Pérenchies -59 - Dépôt légal à parution En couverture - Crédit photo : P. Franck - BSE-Ciric. Tous droits réservés textes et photos.

S O M M A I R E P4-5 - Rencontre ❙ L uba : «Je ne veux plus jamais retourner dans la prostitution» P6-9 - événement ❙ La prostitution est un fait P8-13 - Enquête ❙ L ’intergénérationnel, un défi d'unification fraternelle P14-15 - Spiritualité ❙ Invitation à vivre la Joie du disciple

EXPOSITION C h ré ti e ns d’O ri e nt – 20 00 ans d’h istoi re Après son succès à l’Institut du monde arabe à Paris, l’exposition-évènement Chrétiens d’Orient – 2000 ans d’histoire, est présentée au MUba Eugène Leroy, Musée des Beaux-Arts de Tourcoing jusqu’au 11 juin. Dans une scénographie inédite adaptée aux lieux et nourrie de nouveaux chefs-d’œuvre, l’exposition proposera une traversée de l’histoire religieuse, politique, culturelle et artistique des communautés chrétiennes, de l’Antiquité à nos jours.

SŒURS D E NOTRE-DAME D E CHARITÉ D U BON PASTEUR

ÉCHOS

Le mag’

N017 - Mars 2018

Echos - date

➽➽L’engagement des salariés de la congrégation

Les 29 et 30 janvier se sont déroulées deux journées dédiées aux salariés de la congrégation sur le thème de l’engagement. Elles ont réuni 35 salariés venus de nombreux établissements de France – les Ehpad* de Marseille, Saint-Martin-d’Hères, Pau, Angers, le CHRS Béthanie d’Angers, la Mecs de Pau ainsi que le centre administratif d’Angers. Coanimés par William Galley et Christian Louvet, les débats se sont enchaînés autour de la question : «Que représente l’engagement du Bon Pasteur au sein d’un établissement ?» Préalablement aux réflexions en groupe, un retour historique sur l’engagement des fondateurs a été présenté par sœur Odile, historienne de la congrégation. Des questions ont ponctué cette journée de réflexion : «De quelle manière suis-je engagé ? Qu’est-ce qui est important lorsqu’on s’engage ? Quelles peuvent être les difficultés rencontrées ?» De nombreux témoignages ont succédé, notamment celui de sœur Annie, une sœur au cœur de la mission auprès des migrants. Chacun, à sa manière, à travers la pein-

Peinture réalisée par le salariés.

ture, la poésie, le théâtre, un tweet ou un film, a pu valoriser son engagement, en le mettant en lien avec la création. C’est dans une atmosphère positive et conviviale que sœur Patricia, provinciale, a évoqué l’engagement de la Province à travers les institutions sociales, lançant un débat sur les responsabilités à prendre pour assurer leur avenir. * Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

➽➽Ça déménage !

Les sœurs de la communauté de Cholet et de Pau Dévéria sont encore dans les cartons suite à leur déménagement au mois de janvier dernier. Les huit sœurs qui habitaient avenue Maréchal-Leclerc à Cholet ont emménagé à la maison-mère à Angers. Après 160 ans de présence choletaise, elles ont fermé les portes de la communauté, mais la mission y perdure à travers le CHRS (Centre d’hébergement réinsertion sociale) et ses 37 places accueillant des femmes en difficulté. À Pau, la communauté dite «Dévéria» – désormais nommée «communauté de l’Alliance» – a quitté le n° 29 de la rue Déveria pour le n° 35, à proximité des deux foyers. Après de longs mois de travaux, la communauté et le CHRS accueillent leurs «habitants» dans des constructions neuves, offrant aux sœurs, aux résidents et aux salariés des conditions de vie meilleures.

Agenda Tous les derniers samedis du mois

➽➽Boutique d’artisanat mondial solidaire La boutique ouvre ses portes à la maison-mère. Elle se trouve le long des parkings.

24 avril

➽➽Fête de sainte Marie Euphrasie Pelletier Fondatrice de la congrégation Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur.

+ d’infos sur ces événements www.bonpasteur.com ou 02 41 72 12 40.

3


4

Le mag’

N017 - Mars 2018

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

Le mag’

SŒURS D E NOTRE-DAME D E CHARITÉ D U BON PASTEUR

N017 - Mars 2018

5

R E N C O N T R E Luba : «Je ne veux plus jamais retourner dans la prostitution»

À

Isignstock

Cette fois, une femme raconte son histoire. On va l’appeler Luba, elle a 32 ans, née dans une ville moyenne de Bulgarie. Luba a suivi une formation à l’université pendant un an.

j’étais souvent triste. Une nuit, pendant le travail, je me suis allongée sur une route en attendant qu’une voiture arrive pour m’écraser. Une copine m’a trouvée et m’a amenée à la maison.» Cette amie donne à Luba le numéro de téléphone d’une association qui vient en aide aux victimes de la prostitution.

© Bon PAsteur

UNE «VIRÉE À LA MER» QUI CHANGE TOUT

" ...Chez les sœurs, je me souviens particulièrement d’une virée à la mer. On a fait un pique-nique dans les dunes. Le ciel était bleu, le sable chaud. Nous avons parlé, ri… j’ai été heureuse pour la première fois depuis longtemps.".

«J’

étais contente d’apprendre, j’ai étudié en Bulgarie, mais la formation était trop coûteuse, raconte Luba. J’habitais avec ma sœur et mes parents dans un petit appartement. Il y avait souvent des problèmes de chauffage et d’électricité, tout était gris, triste, sale… Mes parents ont toujours lutté, ils ont beaucoup travaillé pour un salaire médiocre ; je n’ai pas voulu vivre comme eux…» Luba décide alors de travailler et part dans une région touristique sur la côte de la mer Noire. Là-bas elle rencontre un homme qui lui propose un travail

– très bien payé – dans la restauration, dans un pays de l’Europe de l’Ouest. «Mon désir était seulement de partir ! Je n’ai pas réfléchi.» Cet homme l’amène en Allemagne, en Belgique puis en France. Dès le début, il la force à se prostituer et la menace. Elle doit payer des sommes exorbitantes à cet homme pour lui rembourser le voyage, le logement, l’alimentation, les vêtements, etc. Avec le reste, elle essayera de soutenir sa famille. «J’ai vécu pendant huit ans dans la prostitution. Une vie difficile faite de violences. J’ai bu pour me consoler,

Luba décide d’appeler. Elle sera accueillie chez les sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur pendant seize mois, sera accompagnée, apprendra le français, et entamera une recherche d’emploi. «Lorsque j’étais hébergée chez les sœurs, je me souviens particulièrement d’une virée à la mer. On a fait un pique-nique dans les dunes. Le ciel était bleu, le sable

chaud. Nous avons parlé, ri… j’ai été heureuse pour la première fois depuis longtemps. À ce moment-là, j’ai pris la décision de ne plus jamais retourner dans la prostitution !» Luba n’a jamais changé d’avis, malgré un chemin difficile et encore semé d’embuches. Elle a perdu son premier emploi à cause de l’alcool mais, aujourd’hui, elle travaille de nouveau, même si sa situation reste encore précaire. «Maintenant j’habite loin des sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur, mais je donne régulièrement de mes nouvelles ; je reçois toujours un mot d’encouragement et d’affection. Et quelquefois, je regarde des photos de la mer…» Sœur Andréa Tillmanns

Z O O M Accueillir, accompagner Dans la Province, trois communautés, Strasbourg, Lyon et Bruxelles, accueillent et accompagnent des femmes sortantes de la prostitution en coopération avec différentes associations. De nombreuses sœurs vont également à leur rencontre pour les informer, les sensibiliser.

S A V O I R

On parle d’elles, mais rarement avec elles… Les femmes qui vivent la prostitution à notre époque viennent souvent de pays étrangers ; en effet, elles représentent 91 % des personnes prostituées selon OCRTEH (Office central pour la répression de la traite des êtres humains). Souvent en situation irrégulière, elles ne prennent pas la parole facilement et sortent rarement de cet enfer.


Le mag’

N017 - Mars 2018

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

SŒURS D E NOTRE-DAME D E CHARITÉ D U BON PASTEUR

ÉVÉNEMENT

«La prostitution est un fait» Depuis trois siècles, les sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur ont pour mission de rencontrer et d’aider à cheminer vers leur liberté des femmes prostituées. Dans Documents Épiscopat, le numéro intitulé «Prostitution : l’Église interpellée», qui vient d’être publié, veut rendre compte de leur expérience.

A

u cœur du phénomène de la prostitution, il y a l’argent et le sexe. Ce que le document épiscopal révèle du système prostitutionnel est capital. Mais il me semble important aussi de remarquer trois convictions fondatrices entre les lignes de ce qui est rapporté ici.  Les prostituées, les clients, les proxénètes ne sont pas des prostituées, des clients, des proxénètes : ce sont des personnes prostituées, clientes ou proxénètes. La prostitution n’est pas le tout de leur vie. Leurs histoires sont différentes, leurs rapports à la prostitution sont différents. Pour les uns, la prostitution n’est pensée que comme un passage dans le temps ; pour d’autres, il n’y a pas d’alternative. Leurs rapports à la vie, à la société, à Dieu sont différents. Leurs goûts, leurs options politiques, leurs capacités intellectuelles sont différents. L’Évangile apprend à ne pas classer les personnes. Il est important de ne pas l’oublier quand on évoque des personnes prostituées.

Évêque émérite d’Évry-Corbeil-Essonnes

 Les personnes sont libres. Il ne s’agit pas de nier les entraves à cette liberté qui la limitent quelquefois dramatiquement : contraintes financières pour élever un enfant, pour aider sa famille, contrainte exercée par le proxénète, profondes blessures affectives venues de l’enfance, incapacité à penser l’avenir autrement que dans la prostitution par manque de formation, etc. Mais, en ce domaine comme en d’autres, il est essentiel de penser que le Christ est venu libérer des libertés de ce qui les enchaîne mais qui existent par «nature».  Nous faisons partie de la question. Certes, il ne s’agit pas de se culpabiliser en se découvrant des responsabilités que l’on n’a pas. Mais il s’agit d’agir de manière responsable dans une société qui est traversée par un double courant : d’une part, elle devient de plus en plus intolérante à l’égard de tous les crimes sexuels (pratiquement 50 % des emprisonnés) et, d’autre part, elle est de plus en plus tolérante à l’égard des manifestations sexuelles les plus crues.

Le mag’

N017 - Mars 2018

Que l’homme et la femme soient des systèmes de pulsion est une évidence. Que l’homme et la femme cherchent leur plaisir est aussi évident. Il y a quelques années, Olivier Florant écrivait un livre intitulé «Ne gâchez pas votre plaisir, il est sacré». Le chrétien refuse une sensualité sans limites, mais il refuse aussi une vie sans plaisir. Jésus lui-même n’était pas un ascète : on a pu le faire passer pour un glouton et un ivrogne (Lc 7. 34). Mais Jésus est une parole d’amitié qui trouve son plaisir dans la rencontre non possessive de l’autre. Il est probable que notre responsabilité soit là, dans la suite d’un Christ qui nous invite à sortir de notre narcissisme pour rencontrer l’autre en vérité. Michel Dubost

A LIRE Documents Épiscopat

➜➜ Prostitution : l’Église interpellée. Actualité et approches pastorales Sous la responsabilité de Mgr Michel Dubost, évêque émérite d’Évry-Corbeil-Essonnes. Sortie début mars 2018 – 56 pages – 5 euros. Commande possible auprès de notre service communication : elodie.comoy@bonpasteur.com

UN DOCUMENT AVEC DES PERSPECTIVES PASTORALES

Illustration : Bernard Lopez

6

Depuis son arrivée au Vatican le 13 mars 2013, le pape François a très vite dénoncé avec force toute forme d’exploitation de l’être humain sous toutes ses formes. Documents Épiscopat alerte sur une des principales formes d’exploitation : la prostitution d’autrui. Il ouvre nos yeux sur sa complexité, son industrialisation, nos possibles complicités, notre déni… Il contient des perspectives pastorales dans lesquelles chacun s’engage selon ses possibilités. Puisse notre prière toucher le cœur de Dieu et hâter notre conversion à tous…

Sœur Marie Hélène Halligon

7


8

Le mag’

N017 - Mars 2018

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

SŒURS D E NOTRE-DAME D E CHARITÉ D U BON PASTEUR

DOSSIER L’INTERGÉNÉRATIONNEL, UN DÉFI PLEIN DE PROMESSES

Isignstock

Pour la première fois sans doute depuis que l’humanité existe, notre société va voir quatre à cinq générations se côtoyer. Cette nouvelle situation fait naître de nouveaux défis, qu’ils soient économiques ou sociaux. À l’heure où la pyramide des âges s’allonge et voit sa base rétrécir, il est important de repenser nos sociétés dans un contexte intergénérationnel en tirant le meilleur parti de la richesse que représente la présence de plusieurs générations actives.

La chorale de l’Ehpad auprès des enfants de la crèche Plip Plap Ploup

9

par Elodie Comoy

De 3 mois… à 80 ans et plus, participation requise ! L’Ehpad* de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur à Marseille multiplie les rencontres, au sein du quartier, avec les enfants de la crèche Plip Plap Ploup, de l’institut médico-éducatif Vert Pré ou encore de l’école de Sainte-Trinité.

F

Le mag’

N017 - Mars 2018

avoriser le lien social et l’échange de valeurs entre les générations : c’est depuis 2016 la mission que s’est lancée Plip Plap Ploup, la deuxième crèche intergénérationnelle de Marseille au 23, chemin de la Colline Saint-Joseph. Créant ainsi un véritable trait d’union entre elles. En plus d’être un beau projet qui favorise le passage de mémoires, Plip Plap Ploup permet l’accueil de cinquante-six enfants de 3 mois à 4 ans. Si son emplacement privilégié au cœur d’un parc boisé attire de nombreux parents, c’est surtout TOUTES CES RENCONTRES son programme atypique qui atAPPORTENT JOIE, tise la curiosité. «Notre projet péSOURIRES ET dagogique se base sur la particiPARTAGE À TOUTES pation des seniors de l’Ehpad* de LES GÉNÉRATIONS. Notre-Dame de Charité du Bon DES LIENS SE CRÉENT Pasteur à une grande partie de nos ET LE BONHEUR DE activités», livre Laurence Botton, SE RETROUVER EST l’une des gestionnaires des locaux. PALPABLE» En effet, trois fois par semaine, les enfants cuisinent, lisent, chantent et découvrent la nature avec leurs aînés. L’intérêt est de faire découvrir la faune et la flore du parc de l’Ehpad à ces petits citadins et permettre d’impliquer les résidentes dans la transmission du savoir. La chorale des résidents de l’Ehpad se rend aussi dans la section des bébés pour chanter des comptines et raconter des histoires. Ce sont les chansons à gestes que les enfants apprécient le

LE SENS DES MOTS

Qu’est-ce que l’intergénérationnel ?

À travers sa définition, voilà un concept qui entend promouvoir les interactions, les échanges, les solidarités et les croisements entre les générations. C’est un échange dynamique entre toutes les générations où chacun a un véritable rôle à jouer ; un rôle différent pour chaque acteur. Si les jeunes ont besoin des personnes plus âgées pour former leur avenir, les ainés ont également besoin de l’aide de ces derniers pour pouvoir affronter la réalité existante. Dans un contexte bouleversé par les mutations familiales et sociales, la question intergénérationnelle est devenue prégnante, auprès de nos élus mais pas «que»…


10

Le mag’

N017 - Mars 2018

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

SŒURS D E NOTRE-DAME D E CHARITÉ D U BON PASTEUR

Le mag’

N017 - Mars 2018

ENQUÊTE plus, nous explique Estelle Collet, animatrice auprès des résidents de l’Ehpad. D’autres partenariats ont également vu le jour depuis, notamment avec l’institut médico-éducatif Vert Pré au sein du quartier. Chaque mois, les résidents de l’Ehpad vont à la rencontre d’enfants âgés de 6 à 8 ans en situation de handicap mental pour partager une activité et un goûter. Depuis la rentrée de septembre

2017, les résidents s’associent aussi à l’école de Sainte-Trinité avec les classes de CP et CE1. Une première activité a été mise en place autour d’une course d’orientation sur la découverte du jardin. En avril prochain, il faudra écrire à la plume, dessiner, découvrir des jeux anciens et fabriquer du papier recyclé. «Toutes ces rencontres apportent joie, sourires et partage à toutes les générations. Des liens se créent

et le bonheur de se retrouver est palpable», souligne Estelle Collet. Ces partenariats innovants permettent de sensibiliser les enfants à la continuité de la vie et aux plus âgés de rompre avec joie leur isolement social.

* Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

Vivre en communauté… de 32 à 85 ans Et dans la congrégation, l’intergénérationnel, cela se passe comment ? Nous sommes allés recueillir les points de vue de sœur Stefania et de sœur Madeleine, vivant ensemble à la communauté de Toulon.

SŒUR STEFANIA , 32 ANS «I l est très important dans une communauté de maintenir le bon équilibre»

L

a vie communautaire est un point fondamental dans le parcours d’une religieuse, elle nous entraine à travers ses défis et ses enrichissements. J’ai vécu dans plusieurs communautés et, très souvent, surtout en Europe, j’ai rencontré un écart générationnel très important avec les sœurs. Un écart amenant des différences de pensées, d’habitudes, pouvant créer des incompréhensions, surtout lors-

qu’il n’y a pas de sœurs de générations intermédiaires. À Toulon, nous avons la chance de côtoyer plusieurs générations, ce qui enrichit nos partages, nos réflexions, notre prière, notre mission et finalement notre vie. Ces différences peuvent être vécues comme des défis par certaines mais aussi pouvons-nous les appréhender comme une véritable force. Les différences se vivent dans le respect, la liberté,

«NOS SŒURS ÂGÉES SONT TRÈS IMPORTANTES DANS LA VIE DE NOTRE CONGRÉGATION (…), ONT UNE EXPÉRIENCE DE VIE À NOUS PARTAGER. (…) ET FINALEMENT C’EST GRÂCE À ELLES SI NOUS SOMMES LÀ, AUJOURD’HUI !» l’attention à l’autre et surtout dans l’amour fraternel ; elles développent notre sensibilité, notre disponibilité, notre capacité d’écoute, de déplacement et ouvrent nos horizons. Il est très important dans une communauté de maintenir le bon équilibre : les différences générationnelles peuvent créer des fractures, certaines peuvent se sentir isolées, exclues, mal comprises, tristes ou agacées… Alors qu’au contraire, nous sommes invitées à témoigner la joie dans nos vies consacrées. Nos sœurs âgées sont très importantes dans la vie de notre congrégation, elles ne sont pas seulement notre histoire, notre mémoire, mais elles ont aussi une expérience de vie à nous partager. Leurs conseils, leurs points de vue peuvent être complémentaires aux nôtres, et finalement c’est grâce à elles si nous sommes là, aujourd’hui !

«Chaque âge constitue un fabuleux réservoir d’énergie et de ressources dans tous les domaines. Plus on y puisera, plus il se remplira !» Extrait de la Charte de la plateforme de l’Intergénération, Courants d’Âges

Sœurs Madeleine et Stefania accompagnées de Thérèse.

11


12

Le mag’

N017 - Mars 2018

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

SŒURS D E NOTRE-DAME D E CHARITÉ D U BON PASTEUR

Le mag’

N017 - Mars 2018

ENQUÊTE SŒUR MADELEINE , 85 ANS «J e ne me sens pas toujours à l’aise, parfois un peu “larguée”»

P

eu de communautés ont des sœurs avec un si grand écart d’âge, 32 ans – 85 ans, avec des parcours aussi distincts, venant de pays différents, de deux congrégations. Que fait-on de tout ça ? Comment le vivre ? Je m’appuie sur les écrits de nos fondateurs, saint Jean Eudes et sainte Marie-Euphrasie, qui nous rassemblent auprès de Jésus Bon Pasteur avec son Cœur rempli de miséricorde. La prière communautaire et personnelle, les activités communes, la formation continue nous rassemblent mais les défis demandent un effort constant pour essayer de nous comprendre. Nous sommes sur

«NOUS SOMMES SUR LE MÊME CHEMIN MAIS PARFOIS IL Y A DES SENTIERS DIVERGENTS. LES JEUNES SONT TOURNÉES VERS L’AVENIR ET C’EST NORMAL, ALORS QU’À 85 ANS, NOS REGARDS SE PORTENT QUELQUEFOIS VERS LE PASSÉ.» le même chemin mais parfois il y a des sentiers divergents. Les jeunes sont tournées vers l’avenir et c’est normal, alors qu’à 85 ans, nos regards se portent quelquefois vers le passé. Je ne me sens

Prière intergénérationnelle

pas toujours à l’aise, parfois un peu «larguée». J’ai peur de ne pas tout comprendre, peur de n’être pas toujours écoutée ou comprise… peurs qui peuvent me paralyser. Mais l’essentiel est de valoriser le vivre ensemble en nous faisant confiance, en échangeant toujours.

«La nouvelle génération est épouvantable. J’aimerais tellement en faire partie !»

Oscar Wilde

Conclusion... L’intergénérationnel ne se décrète pas. À chaque témoignage, les générations en présence ont des aspirations, parfois fort différentes, et on ne peut imaginer abattre trop facilement les cloisons qui les séparent. Il faut donc laisser le temps nécessaire à l’apprivoisement, car les relations humaines ont besoin de temps pour s’enraciner !

CŒUR SACRÉ DE JÉSUS, SOURCE DE TOUT AMOUR, NOUS PLAÇONS DEVANT TOI NOS FAMILLES, ÉPROUVÉES OU HEUREUSES, AVEC LEUR BEAUTÉ ET LEURS BLESSURES. APPRENDS-NOUS À NOUS GARDER LES UNS LES AUTRES DANS L’AMOUR, À AVOIR SOIN DE CHACUN, SPÉCIALEMENT DES ENFANTS, DES PERSONNES ÂGÉES, DE CELLES QUI SONT PLUS FRAGILES ET QUI SOUVENT SONT DANS LA PÉRIPHÉRIE DE NOTRE CŒUR. APPRENDS-NOUS À AVOIR SOIN L’UN DE L’AUTRE DANS LA FAMILLE : POUR LES ÉPOUX, DE SE GARDER RÉCIPROQUEMENT, POUR LES PARENTS, DE PRENDRE SOIN DES ENFANTS, ET POUR LES ENFANTS, AVEC LE TEMPS, DE DEVENIR AUSSI LES GARDIENS DES PARENTS. QUE NOUS SOYONS LES GARDIENS DES DONS DE DIEU ! ACCORDE-NOUS SEIGNEUR, DE RENDRE DEVANT LE MONDE LE TÉMOIGNAGE D’UNE VIE ORDINAIRE ASSUMÉE DANS L’AMOUR, PORTÉE DANS L’AMOUR, ET FÉCONDÉE PAR L’AMOUR. DONNE-NOUS DE METTRE TOUTE NOTRE EXPÉRIENCE FAMILIALE SOUS LE SCEAU DE L’ÉVANGILE, POUR MANIFESTER QUE VRAIMENT, TEL QUE DIEU NOUS L’A MONTRÉ, L’AMOUR EST INDÉFECTIBLE ET PERPÉTUEL COMME SON ALLIANCE. AMEN. AUTEUR OU SOURCE ????

13


14

Le mag’

N017 - Mars 2018

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

SPIRITUALITÉ

SŒURS D E NOTRE-DAME D E CHARITÉ D U BON PASTEUR

«Le trésor, c’est l’espérance, qui est un trésor de joie et de consolation indicible.» Saint Jean Eudes

À L'APPEL DU CHRIST

Une invitation à vivre la «joie d’être disciple» Pour l’année 2018, notre province a choisi d’approfondir sa spiritualité, à partir du thème : «La joie d’être disciple». Sœurs, associés, partenaires de mission et amis sont tous invités à vivre cette expérience spirituelle.

«L

a joie du disciple», voilà une expression paradoxale ! Tous les soirs, les journaux télévisés nous déversent un flot de violences, de guerres, de situations d’injustice, de solitude… et nous osons parler de joie ! N’est-il pas indécent de parler de joie, au cœur de ces cris de souffrance ? Pourtant, ces cris ont habité toute l’histoire du peuple d’Israël. En parti-

culier, les psaumes en sont traversés et nous offrent encore aujourd’hui les mots pour dire nos détresses. Pour n’en citer que quelques-uns : «Des profondeurs, je crie vers toi, Seigneur, Seigneur écoute mon appel» (Ps 129, 1). «Je me taisais et mes forces s’épuisaient à gémir tout le jour» (Ps 31, 3). «Délivre-moi des mains hostiles qui s’acharnent contre moi» (Ps 30, 16). Pourtant, c’est au cœur de ces cris

que jaillit souvent l’action de grâce et même la jubilation : «Tu as changé mon deuil en une danse, mes habits funèbres en parure de joie» (Ps 29, 12). De même, dans l’évangile de Luc, le Père prodigue invite le frère aîné à la joie et à la fête, lorsque son fils cadet revient à la maison : «Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé !» (Lc 15, 32). Cette parabole montre bien que la joie peut venir après un long temps d’attente et d’épreuve. Encore faut-il que cette attente soit vécue dans l’espérance «que nul n’est jamais perdu ni trop loin pour Dieu» et que «rien n’est impossible à l’amour» comme le répétait sainte Marie Euphrasie.

QUE MA JOIE SOIT EN VOUS» Le Christ lui-même, à l’approche de sa mort, déclare à ses disciples : «Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruits et que vous soyez mes disciples» (Jn 15, 8) et, quelques versets plus loin, il ajoute : «Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite» (Jn 15, 11). Saint Jean Eudes également a fait l’expérience de cette joie du disciple. «Le trésor, c’est l’espérance, qui est un trésor de joie et de consolation indicible. Car, quelle joie d’espérer en se fondant sur la parole d’un Dieu et sur la vérité

éternelle ; d’espérer qu’un jour nous verrons la face de Dieu ; que nous ne serons qu’un avec Dieu ; que nous mangerons à la table de Dieu ; que nous serons rois d’une royauté éternelle. Est-il vrai qu’une telle espérance nous devrait faire mourir de joie ?» Pour nous aujourd’hui encore, la joie est donnée. Elle relève de la grâce baptismale, qui nous fait participer à la vie de Dieu. Être disciple, c’est peutêtre simplement suivre jusqu’au bout ce chemin de joie en laissant Jésus se former en nous, dans les réalités les plus quotidiennes de nos vies. L’espérance est là : levons-nous ensemble à l’appel du Christ ! Allons cueillir et distribuer les fruits de la joie de Dieu. Soeurs Odile Laugier, Marie Luc Bailly et Patricia Diet

Le mag’

N017 - Mars 2018

15


16

Le mag’

N017 - Mars 2018

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

MÉDITATION «LA RÉSURRECTION A UNE FORCE DE VIE QUI A PÉNÉTRÉ LE MONDE (…) IL EST VRAI QUE SOUVENT DIEU SEMBLE NE PAS EXISTER. POURTANT, IL EST AUSSI CERTAIN QUE DANS L’OBSCURITÉ COMMENCE TOUJOURS À GERMER QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU, QUI TÔT OU TARD PRODUIRA DU FRUIT.» LA JOIE DE L’ÉVANGILE, §276, EXHORTATION APOSTOLIQUE DU PAPE FRANÇOIS

Bon Pasteur Mag 18  

Découvrez les dernières actualités de la congrégation des soeurs de N.D. de Charité du Bon Pasteur.

Bon Pasteur Mag 18  

Découvrez les dernières actualités de la congrégation des soeurs de N.D. de Charité du Bon Pasteur.

Advertisement