Page 1

r .c o m

w

w

w .b o n

Juillet 2017 / N°16 / trimestriel

pa st

SŒurs de Notre ¯ Dame de Charité du Bon Pasteur

eu

Le mag’

EN PAGE EN6PAGE - ENQUÊTE 6 - ENQUÊTE - LES FEMMES : EUROPE AU: QUO CŒURVADIS DE LA? MISSION

PAGE 12 ÉVÉNEMENT Jeûner : se priver pour recevoir en abondance

PAGE 14 SPIRITUALITÉ La révolution de la tendresse


2

Le mag’

N016 - Juillet 2017

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

EDITORIAL

L

’actualité nous apporte un vent nouveau, à commencer en France par l’arrivée de notre nouveau président qui bouscule le visage habituel de la politique française. Dans notre congrégation aussi, des changements sont en cours. Récemment s’est tenue une session européenne à Angers avec pour enjeu : «Comment maintenir dans l’avenir le charisme vivant en Europe ?». Il s’agit de s’ouvrir, d’aller au-delà des frontières, de créer de

«VOICI JE FAIS TOUTES CHOSES NOUVELLES. NE LE VOYEZ-VOUS PAS ?» - LIVRE D’ISAÏE 44,19 nouvelles synergies, de dépasser les barrières linguistiques et culturelles pour témoigner ensemble de la miséricorde de Jésus Bon Pasteur auprès des plus fragiles de notre société. Vaste programme dans lequel notre province, déjà bien européenne, est impliquée en ce moment où elle vit, elle aussi, un changement de «leadership». En effet, le 15 juillet, il sera effectif, et je me réjouis de voir une nouvelle génération, très douée, prendre le relais en affrontant, avec courage, les nouveaux défis européens. Quant à moi, je rends grâces pour ces neuf années de service à la province, où nous avons élargi «l’espace de notre tente». Il s’est créé, entre autres, une province avec quatre pays d’Europe et, en même temps, nos deux congrégations, qui suivaient des chemins parallèles depuis cent soixante-quinze ans, se réunifiaient en une seule famille. J’ai beaucoup reçu des sœurs et des laïcs qui nous rejoignent et j’ai été heureuse d’être témoin de tout ce qui s’est construit dans la province avec vous, dans l’écoute, le dialogue, la fraternité et la solidarité avec les personnes fragilisées. Et maintenant, la mission achevée, je pars pour un temps sabbatique, sûre que Dieu est à l’œuvre dans la province et qu’Il fait et fera avec Patricia et son équipe «toutes choses nouvelles» !

Sœur Magdalena Franciscus

Supérieure de la Province Europe BFMN

Le mag’

Directeur de la publication : Magdalena Franciscus Conception et réalisation : Bayard Service Édition Nord - Parc du Moulin, Allée Hélène-Boucher, CS 60090, 59874 Wambrechies - Tél. 03 20 13 36 60 bse-nord@bayard-service.com - www.bayard-service.com Secrétaire de rédaction : Éric Sitarz - Graphiste : Anthony Liefooghe Régie publicitaire : Bayard Service Régie - Tél. 03 20 13 36 70 Imprimeur : Offset impression-Pérenchies -59 - Dépôt légal à parution En couverture Jean-Paul II à Lourdes, 15 août 2004 Crédit photo : P. Franck - BSE-Ciric. Tous droits réservés textes et photos.

S O M M A I R E P4-5 - Rencontre ❙ S œur Patricia Diet, nouvelle provinciale Europe BFMN P6-11 - Enquête ❙ E urope : quo vadis ? P12-13 - événement ❙ J eûner : se priver pour recevoir en abondance P14-15 - Spiritualité ❙ L a révolution de la tendresse

À LIRE Fi dé lité "Fidélité : qualité de quelqu'un qui est fidèle, dévoué, attaché à quelque chose, à quelqu'un" (Larousse). Mais que signifie vraiment la fidélité ? Et son contraire, l'infidélité ? Dominicaine, Véronique Margron est théologienne moraliste et ancienne doyenne de la faculté de théologie de l’Université catholique d’Angers, aborde ces sentiments dans un livre : Fidélité-infidélité. Question vive (Éditions du Cerf) En s'appuyant sur des figures de la littérature française (La princesse de Clèves, Dom Juan) et de quelques épisodes de la Bible, Véronique Margron s'interroge sur la promesse à soi, l'engagement vers l'autre et la confiance accordée.


Le mag’

S ŒU RS D E N OT R E- DA M E D E C HARITÉ DU B O N PASTEU R

3

N016 - Juillet 2017

ÉCHOS ➽➽Le Bon Pasteur fait son cirque

L

a compagnie de théâtre Nicole & Martin a planté son chapiteau magique dans les jardins du Bon Pasteur à Saint-Martin-d’Hères (38) pour faire vivre un moment féerique aux petits comme aux grands. L’Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) a organisé du 10 au 13 mai un spectacle de cirque auquel les résidents, famille des résidents et enfants des écoles ont été conviés. «Le Bon Pasteur fait son cirque… Venez vivre avec nous un moment féerique...» David Freret, directeur de l’Ehpad, explique sa volonté d’ouvrir la maison vers l’extérieur, car beaucoup de résidents ne peuvent plus sortir. Il a rencontré la compagnie au festival d’Avignon et a été séduit par leurs spectacles convenant aussi bien aux petits qu’aux grands.

➽➽Avec l’Arche, un partenariat pour la vie

E

n Hollande à Bloemendaal, le 24 avril, s’est vécue une belle expérience avec l’association l’Arche, notre partenaire. Avec une cinquantaine de personnes une animation a eu lieu en l'honneur de sainte Marie Euphrasie en disant combien elle avait contribué à donner la vie dans la mission auprès des jeunes et des femmes en difficulté. Le lien a été fait avec ce que l’Arche fait auprès des personnes en situation de handicap et comment à leur manière elles donnent vie. Cela a été représenté par une pièce de théâtre où un papa joue avec son enfant profondément handicapé. Le papa exprime dans cette pièce, comment il a accepté la situation de son fils et comment aujourd’hui il peut dire que son fils est devenu pour lui un maitre de vie.

A

G

E

N

D

10 au 15 juillet

➜➜ Retraite pour les jeunes «Loué sois-tu Seigneur, vivant en chaque créature» à Angers.

1er au 4 septembre

➜➜ Retraite ouverte à tous pour «Vivre en intimité avec le Christ» à l’abbaye de Maumont (16). 16 et 17 septembre

➜➜ Journées du patrimoine

visites de la maison mère, du musée et de l’abbaye Saint-Nicolas (sur réservation). 14 et 15 octobre

➜➜ Week-end de la famille à Angers.

+ d’infos sur www.bonpasteur.com ou 02 41 72 12 40

A


Le mag’

N016 - Juillet 2017

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

R E N C O N T R E SŒUR PATRICIA DIET, NOUVELLE PROVINCIALE EUROPE BFMN*

«Notre foi nous invite à l’espérance, qui est ouverture à la grâce»

© Crédits

4

SŒUR PATRICIA, PRÉSENTEZ-NOUS VOTRE CHEMIN DE FOI, JUSQU’À VOTRE ÉLECTION COMME RESPONSABLE DE PROVINCE EUROPE BFMN*, EN MARS 2017… Sœur Patricia. Comme de nombreux Français de ma génération, j’ai vécu dans une famille respectueuse des valeurs chrétiennes mais non pratiquante. L’ouverture aux autres, la solidarité et la fraternité y étaient certes importantes, dans une dimension essentiellement humaniste. Un horizon qui ne suffisait pas à l’adolescente éprise d’absolu que j’étais ! Aussi, ai-je cherché le sens de ma

«(…) [JÉSUS] ENCOURAGE CHACUN À SE RECONNAÎTRE PÊCHEUR ET À REVENIR ABRITER SA FRAGILITÉ SOUS SON REGARD D’INFINIE TENDRESSE. OR, C’EST BIEN DE CELA QUE NOS CONTEMPORAINS ONT LE PLUS BESOIN : SE SAVOIR AIMÉS SANS CONDITION (…)»

vie dans de multiples formes de quête spirituelle, allant de techniques de développement personnel à la méditation orientale. J’y ai appris beaucoup, en particulier sur l’importance du silence et de l’intériorité. Mais, face à une épreuve de vie, tout cela a volé en éclats… J’ai alors découvert que je ne pouvais pas tout faire par moi-même et que mon désir le plus grand était d’adresser la parole à un Autre. Long chemin que celui de Lui faire confiance, dans les cris et les larmes parfois, dans l’apaisement et la transformation intérieure aussi. Jusqu’au jour où sa Présence m’a littéralement envahie, au mont Saint-Michel. À 40 ans, ma vie change : je quitte travail et maison pour me plonger dans la réalité de notre congrégation, à la maison mère d’Angers. Dix-huit mois plus tard, je rentre


S ŒU RS D E N OT R E- DA M E D E C HARITÉ DU B O N PASTEU R

Sœur Patricia et sœur magdalena

au noviciat, faisant fond sur ce Christ qui est venu à ma rencontre. Et quinze ans plus tard, je suis élue responsable de la province Europe BFMN ! ON DIT SOUVENT QUE LA VIE RELIGIEUSE EST DÉPASSÉE, QU’EN PENSEZ-VOUS ? Je crois que la vie religieuse est appelée à une profonde mutation. Certes, elle est fragilisée, parfois même elle semble ne plus tenir qu’à un fil, mais elle reste vivante, de la Vie même du Christ qui a vaincu la mort. Notre foi profonde en cette Résurrection nous invite à ne pas nous lamenter sur ce qui a été et n’est plus, mais à contempler le chemin qui s’ouvre devant nous, un chemin sur lequel le Seigneur nous espère déjà. Pour moi, la difficulté ne réside pas d’abord dans nos pauvretés, certes bien réelles aujourd’hui, mais dans nos peurs et nos résistances à nous laisser aimer et transformer par l’Esprit, en choisissant que Dieu nous découvre de nouveaux visages de témoignage de notre foi. Aujourd’hui, les religieuses sont

Le mag’

N016 - Juillet 2017

invitées à ne pas regarder en arrière mais en profondeur : là où la rencontre qui les a saisies radicalement donne sens à leur vie, à leur mission et à leur espérance. Pour nous, revenir à ce centre fondateur est à la fois une chance et une condition de vie : une grâce à demander et à accueillir humblement chaque jour.

misères pour nous mener vers son amour, dans un geste de réconciliation dont lui seul a le secret. Puissions-nous être ces médiateurs de miséricorde, qui donnent de Dieu une image de douceur et de bonté, bien loin des représentations moralisantes qui éloignent de la foi chrétienne beaucoup de nos contemporains.

À LEUR ÉPOQUE (XVIIE ET XIXE SIÈCLES), VOS FONDATEURS ONT TÉMOIGNÉ D’UNE SPIRITUALITÉ TRÈS INCARNÉE, EN DÉVELOPPANT DES ACTIONS AUPRÈS DES PLUS PAUVRES ET DES REJETÉS DE LA SOCIÉTÉ. COMMENT CONCEVEZ-VOUS LA MISSION AUJOURD’HUI ? Effectivement, nous sommes héritières d’une très belle voie spirituelle, qui nous invite à suivre l’engagement du Christ pour les blessés et les exclus de notre monde. Dans les évangiles, nous voyons que Jésus ne consent jamais à la stigmatisation définitive d’un homme ou d’une femme. Quelles que soient

POUR CONCLURE, SŒUR PATRICIA, POUVEZ-VOUS NOUS DIRE QUELQUES MOTS DES DÉFIS À RELEVER DANS LES ANNÉES À VENIR, POUR LA VIE DE LA PROVINCE BFMN ? En vérité, bien des défis se présentent à nous maintenant. Des défis sociologiques d’abord : le vieillissement important de nos sœurs, la raréfaction des choix de vie religieuse, la complexité du monde, l’accélération des mutations à opérer, les crispations identitaires… Mais aussi des défis plus spécifiques : le partenariat entre religieuses et laïcs, la communication, l’évolution des missions, l’attention à nos sœurs âgées, etc. Les chantiers ne manquent pas ! Finalement, le risque pour nous serait de ne voir dans tous ces défis que de lourds dossiers à ouvrir laborieusement… Alors que notre foi nous invite à l’espérance, qui est ouverture à la grâce… Certes, notre avenir est à inventer, et nous devons nous y investir avec force et courage, mais il est plus encore à accueillir, comme le cadeau que Dieu nous offre en nous associant à son œuvre de création et de salut.

«UNE VIE RELIGIEUSE À LA CROISÉE DES CHEMINS.» son errance et ses infirmités ou fautes morales, Jésus ne juge personne. Au contraire, il encourage chacun à se reconnaître pêcheur et à revenir abriter sa fragilité sous son regard d’infinie tendresse. Or, c’est bien de cela dont nos contemporains ont le plus besoin : se savoir aimés sans condition, au sein même de leurs difficultés à vivre en harmonie avec eux-mêmes et avec les autres. Notre mission est grande et belle. Elle nous donne d’être témoin de ce mouvement du Christ, qui se penche vers nos

Propos recueillis par élodie comoy

* Belgique, France, Magyarorszag (Hongrie) et Nederland (Pays-Bas)

5


6

Le mag’

N016 - Juillet 2017

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

ENQUÊTE

e u r o p e

EUROPE : QUO VA L´Europe est aujourd´hui à un carrefour de son existence. Le processus d´unification européenne connait actuellement une crise profonde, la plus grave depuis sa naissance. Jamais depuis le début de la construction communautaire, l´Union européenne n´a encaissé une telle succession de chocs : crise économique (euro), crise migratoire, populisme, terrorisme, Brexit… Le projet européen, fondé sur la paix, la tolérance, la liberté, l´État de droit et l´ouverture au monde, représente quoi aujourd´hui ? Une zone géographique, une union monétaire, une communauté de valeurs ? Il n´est pas facile de définir l´Europe.

Manifestation anti-Trump à Bruxelles.


S ŒU RS D E N OT R E- DA M E D E C HARITÉ DU B O N PASTEU R

ADIS ?

7

Dossier réalisé par sœur Andréa Tillmanns

À

Macron, «sauveur de l´Europe» ? Lors de l’élection présidentielle, le monde entier a regardé vers la France.

L

Le mag’

N016 - Juillet 2017

es débats télévisés des candidats ont été très suivis par les citoyens étrangers, mais aussi par les demandeurs d’asile, et notamment les personnes hébergées à Ruhama : communauté de proximité ouverte par les sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur. «Depuis un mois, je fais des cauchemars, je ne fais que rêver à Marine Le Pen. Depuis huit jours, j’en dors plus.» Puis le grand soulagement. «Félicitations… C’est Macron !» Le lendemain, elles apportent un énorme gâteau aux sœurs, se réjouissant de ce vote. Mais Emmanuel Macron, quelles idées

a-t-il pour l´Europe ? Via Twitter, il a plaidé pour une relance de l’Union européenne. Il faut «une Europe qui défende ses valeurs». «Nous avons besoin d’une Europe qui protège les ouvriers, les salariés, les artisans, les commerçants (...), qui assure une cohérence, une cohésion dans un monde de plus en plus incertain et de plus en plus bousculé.» Mais comment sortir de cette crise ? En regardant peut-être les racines de l´Union européenne et en développant une «nouvelle» vision qui donne l´espoir et la force pour se confronter aux défis actuels ?

S A V O I R

Extraits du préambule de la Constitution européenne 2005 «S’inspirant des héritages culturels, religieux et humanistes de l’Europe, à partir desquels se sont développées les valeurs universelles que constituent les droits inviolables et inaliénables de la personne humaine, ainsi que la démocratie, l’égalité, la liberté et l’État de droit (…). Convaincus que l’Europe, désormais réunie au terme d’expériences amères, entend poursuivre cette trajectoire de civilisation, de progrès et de prospérité, pour le bien de tous ses habitants, y compris les plus fragiles et les plus démunis (…).»


8

Le mag’

N016 - Juillet 2017

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

ENQUÊTE L´Église, le pape et l´Europe

L´Église est universelle, elle se n´arrête pas aux frontières. Fraternité et amour ne connaissent pas de limites. Cette dimension spirituelle demande de s´engager pour l´Europe.

L

e pape François parle régulièrement de l´Europe ; il a fait son dernier grand discours pendant la cérémonie de remise du prix Charlemagne en 2016. «L’identité européenne est et a toujours été une identité dynamique et multiculturelle.» «Je rêve d’un nouvel humanisme européen, d’un chemin constant d’humanisation (…). Je rêve d’une Europe jeune, capable d’être encore mère : une mère qui ait de la vie, parce qu’elle respecte la vie

et offre l’espérance. Je rêve d’une Europe qui prend soin de l’enfant, qui secourt comme un frère, le pauvre et celui qui arrive en recherche d’accueil parce qu’il n’a plus rien et demande un refuge. Je rêve d’une Europe qui écoute et valorise les personnes malades et âgées, pour qu’elles ne soient pas réduites à des objets de rejet improductifs. Je rêve d’une Europe où être migrant ne soit pas un délit, mais plutôt une invitation à un plus grand enga-

gement dans la dignité de l’être humain tout entier. (…) Je rêve d’une Europe qui promeut et défend les droits de chacun, sans oublier les devoirs envers tous. Je rêve d’une Europe dont on ne puisse pas dire que son engagement pour les droits humains a été sa dernière utopie.» François croit en l'Europe : «La créativité, le génie, la capacité de se relever et de sortir de ses propres limites caractérisent l’âme de l’Europe.»

L´Union européenne, une idée chrétienne ?

Les pères fondateurs de l´Union européenne sont issus de la démocratie chrétienne.

K

onrad Adenauer, chancelier de la République fédérale d´Allemagne, et Alcide De Gasperi, l´homme d´État italien, sont tous deux signataires du traité de Rome 1957 ; Robert Schuman, cofondateur avec Jean Monnet de la Communauté européenne du charbon et de l´acier, sortait également des rangs de la démocratie chrétienne. Ils sont des catholiques convaincus et pratiquants ; ils sont pénétrés

de la volonté de développer et de réaliser le nouvel édifice de l´Europe, sur des fondements chrétiens. Leur foi et leur spiritualité animent largement cette action politique.

ROBERT SCHUMAN, PÈRE DE L´EUROPE : «DONNER UNE ÂME À L´EUROPE» «L’Europe ne se fera pas d’un coup, ni dans une construction

d’ensemble. Elle se fera par des réalisations concrètes créant d’abord une solidarité de fait.» C’est par ces mots que le ministre français des Affaires étrangères, Robert Schuman (1886-1963), a introduit la déclaration du 9 mai 1950 que l’on retient comme l’acte fondateur de la Communauté européenne. Homme des frontières, Robert Schuman est profondément marqué par les conflits qui ont déchiré la France


S ŒU RS D E N OT R E- DA M E D E C HARITÉ DU B O N PASTEU R

Le mag’

N016 - Juillet 2017

Adenauer et De Gaulle. Monument en mémoire du traité de l’Elysée en 1963 et de la réconciliation Franco-Allemande.

et l’Allemagne. L’édification européenne est donc d’abord une œuvre de réconciliation mettant en pratique l´Évangile qui le faisait vivre. «Nous tendons la main à nos ennemis d’hier non seulement pour pardonner, mais pour construire ensemble l’Europe de demain.» Conscient que l’Europe ne pourra pas s’appuyer sur la seule interdépendance économique, Robert Schuman insiste sur l’importance d’une intégration politique. Cette construction politique ne doit ni entraver la souveraineté des États, ni exclure de «reconnaître un bien commun supérieur à l’intérêt national» comme «la solidarité pour la préservation de la paix et la sauvegarde de la dignité humaine». Et «on commettrait une erreur et on

serait victime d’une illusion dangereuse si on croyait que, pour faire l’Europe, il suffirait de créer des institutions européennes. Ce serait un corps sans âme.» En lui, l´homme de prière et le chrétien fidèle à l´Évangile coexistaient sans difficulté avec le politicien. La politique a même été son chemin de sainteté. Le procès pour la béatification de Robert Schuman est en cours.

EUROPE ET L´HÉRITAGE CHRÉTIEN «L’Europe, oui, a des racines chrétiennes. Le christianisme a pour devoir de les arroser, mais dans un esprit de service comme pour le lavement des pieds. Le devoir du christianisme pour l’Europe est le

service., (…) ce ne doit pas être un apport colonialiste», comme évoqué par le pape François. La vision sur l´Europe de Jean-Paul II s’inscrivait vers l’extérieur : «Dire Europe, doit vouloir dire ouverture» (Ecclesia in Europa, 2003). «Il y a une exigence à laquelle le continent doit répondre de manière positive pour que son visage soit véritablement nouveau. Elle ne peut, ni ne doit se désintéresser du reste du monde, elle doit au contraire garder pleine conscience que d’autres pays, d’autres continents attendent d’elle des initiatives audacieuses, pour offrir aux peuples les plus pauvres les moyens de leur développement et de leur organisation sociale, et pour édifier un monde plus juste et plus fraternel.»

9


Le mag’

10

N016 - Juillet 2017

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

ENQUÊTE

Pour une Europe solidaire : dire l´amour du Christ miséricorde Du 4 au 9 mai, quatre-vingt sœurs et partenaires venus de toute l´Europe se sont réunis à Angers pour discuter ces questions, partager des idées sur le projet «Europe» et fixer des priorités pour l´avenir.

I

mmigration, violence faite aux femmes, traite des êtres humains, prostitution : le charisme des sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur est actuel. La congrégation est pourtant confrontée au vieillissement des sœurs et manque de vocations. Comment se préparer pour l´avenir ? Renforcer encore la collaboration entre des pays en Europe ? Développer une stratégie commune ? Chercher plus intensivement des partenaires ? «Je crois qu´un projet européen respectant la diversité de chacun et renforçant l´unité, nous donne

une capacité d´intervention plus efficace», a observé sœur Maria Dutra (Hongrie). «En Europe, nous avons besoin de structures de gouvernance qui donnent la vie», a renchéri sœur Hedwig Joehl (Suisse). Le souhait de sœur Francès Lynch (Irlande) : «J´aimerais avoir pour l´Europe un programme pour des jeunes sœurs, un lieu pour se réunir régulièrement, pour partager leurs visions de la mission et du charisme, pour créer un vrai esprit communautaire.» «Oui, je crois encore que Dieu appelle toujours des ouvriers à sa moisson, a sou-

ligné sœur Stefania Aceti (Italie). Nous devons nous engager dans une “politique vocationnelle !”» «J´ai un rêve : que nous associés nous puissions nous rencontrer pour élaborer des projets inter-Europe avec la congrégation. Avoir des référents dans chaque pays qui coordonneraient les échanges», a formulé pour sa part Guy Coutarel-Rigal, associé (France). «Notre fondatrice Marie Euphrasie a passé toutes les frontières, elle a fondé des maisons dans le monde entier, a déclaré Daniela Kubiak (Allemagne) ; sa vision était un réseau mondial de


S ŒU RS D E N OT R E- DA M E D E C HARITÉ DU B O N PASTEU R

la miséricorde et de l´amour de Jésus, Bon Pasteur.» Les citations montrent déjà des chantiers futurs du projet «Europe» : spiritualité/charisme, mission/apostolat et vocation/formation. Plus concrètement, l´identité spirituelle de la congrégation doit être clarifiée et formulée dans un langage d´aujourd´hui. Une stratégie apostolique commune pour l´Europe doit être développée en commençant avec une analyse de la situation actuelle, des échanges, des informations (exemples de bonnes

Le mag’

N016 - Juillet 2017

inspirant : «Retrouve-toi, toi-même. Sois toi-même. Découvre tes origines. Avive tes racines. (…) Ne crains pas ! L´Évangile n´est pas contre toi, il est en ta faveur. (…) Aie confiance ! (…) c´est une invitation à tous, croyants ou non, à tracer des chemins toujours nouveaux qui ouvrent sur l´Europe de l´Esprit, pour en faire une véritable maison commune où l´on trouve la joie de vivre.»

Q U E L Q U E S C H I F F R E S La présence du Bon Pasteur en Europe – 8 provinces couvrant 15 pays

pratiques, partenaires dans la mission, etc.) et une mise en place des actions communes (lobbying, sensibilisation, réseau contre la traite, etc). Les activités vocationnelles doivent être renforcées ; et les jeunes sœurs doivent avoir un accès à une formation ouverte à l´Europe (langues, stages, rencontres). Les travaux thématiques doivent être soutenus par une bonne communication interne et externe et animés par des structures inclusives. Pour le lancement du projet «Europe», l´appel d´espoir «Ecclesia in Europa» (2003) de Jean-Paul II, peut-être

Les sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur sont présentes en Allemagne, Albanie, Autriche, Angleterre, Belgique, Espagne, France, Hongrie, Italie, Irlande, Malte, Pays-Bas, Portugal, Suisse et République tchèque. Ces pays sont regroupés dans huit provinces. La plus grande province, avec 313 sœurs, est l´Europe BFMN qui unit la France, la Hongrie, les Pays-Bas et la Belgique.

– 903 sœurs

Au total, il y a 903 sœurs en Europe, mais seulement 53 sœurs ont moins de 60 ans. Fidèles au charisme, les sœurs sont particulièrement engagées auprès des femmes et leurs enfants en difficulté, victimes de la traite, de la prostitution ou de violence conjugale/domestique. Les sœurs proposent aussi l´aide aux réfugiés (mineurs) et prisonniers.

11


12

Le mag’

N016 - Juillet 2017

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

ÉVÉNEMENT Jeûner : se priver pour recevoir en abondance C’est l’invitation que les sœurs de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur ont lancée aux femmes du CHRS* Béthanie pendant le chapitre provincial en mars dernier.

L

e jeûne permet de mieux connaître ce qui nous habite. Quels sont nos désirs les plus profonds ? Il a pour but de donner soif et faim de Dieu et de sa parole. Jeûner pour un chrétien, c’est orienter son désir vers Dieu et son prochain, dans un mouvement qui fait la part belle à l’intimité avec Dieu, qui elle-même ouvre au partage. Il n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage. Le soir de jeûne, les femmes ont répondu présent à l’invitation et se sont occupées de préparer une soupe pour toutes les participantes au chapitre. Une collation au goût délicieux de fraternité, la «meilleure soupe du chapitre» dira une sœur !

Nadia, une femme accueillie à Béthanie, nous raconte cette expérience : «Je suis accueillie à la Maison d’accueil des mamans et des enfants (Mame), accueil pour femmes victimes de violences conjugales. À peine quelques jours après mon arrivée à l’accueil, je suis sollicitée par William Galley, directeur du CHRS*, afin de réaliser avec l’aide de deux autres résidentes, Jennifer et Catherine, un humble repas, une soupe, pour les cinquante sœurs de la congrégation présentes au chapitre et en pleine période de jeûne pour la célébration du carême. Chaperonnées par la chef cuisinière, sœur Annunciata, présente pour l’occasion, nous nous sommes toutes les quatre mises à l’œuvre en prenant plaisir à écouter la sœur


S ŒU RS D E N OT R E- DA M E D E C HARITÉ DU B O N PASTEU R

parler avec son joli accent maltais. Pour ma part et à ma grande joie, je me sentis baignée par le soleil de la méditerranée ; cette matinée fut agrémentée d’une telle douceur humaine. Cet agréable moment de bonté et de partage restera gravé dans ma mémoire à tout jamais. La soupe fut satisfaisante et appréciée par l’ensemble des sœurs. Elles ont tenu à nous récompenser en nous offrant des corbeilles de fruits et des mots de remerciement qui m’ont fait beaucoup de bien alors que ma situation est difficile. Un geste digne de la gentillesse venant de la pureté de leur cœur et de la noblesse de leur âme.»

LE JEÛNE, INSÉPARABLE DE LA PRIÈRE ET DE LA JUSTICE Partager, donner à ceux qui manquent, d’accord, c’est utile. Mais se priver de nourriture pour soimême, en quoi est-ce vraiment utile ? Dans toutes les grandes expériences religieuses, le jeûne occupe une place importante. L’Ancien Testament classe le jeûne parmi les fondements de la spiritualité d’Israël : «Mieux vaut la prière avec le jeûne, et l’aumône avec la justice, que la richesse avec l’iniquité.» Le jeûne suppose une attitude de foi, d’humilité, de totale dépendance par rapport à Dieu. Le jeûne,

Le mag’

N016 - Juillet 2017

NADIA : «POUR MA PART ET À MA GRANDE JOIE, JE ME SENTIS BAIGNÉE PAR LE SOLEIL DE LA MÉDITERRANÉE ; CETTE MATINÉE FUT AGRÉMENTÉE D’UNE TELLE DOUCEUR HUMAINE. CET AGRÉABLE MOMENT DE BONTÉ ET DE PARTAGE RESTERA GRAVÉ DANS MA MÉMOIRE À TOUT JAMAIS.» inséparable de la prière et de la justice, est tourné surtout vers la conversion du cœur, sans laquelle il n’a aucun sens. Le sens du jeûne était ainsi pleinement accompli lors de ce moment partagé entre les sœurs et les femmes du CHRS. Se priver un peu, pour partager beaucoup… et recevoir en abondance l’attention aimante d’un Dieu qui nous invite tous à sa table. Sœur Magdalena Franciscus Sœur Marie-Luc Bailly Sœur Patricia Diet

*CHRS (centre d’hébergement et de réinsertion sociale)

Les bénéfices financiers de ce jeûne ont été versés à la communauté Ruhama, qui accueille actuellement trente-huit personnes migrantes.

13


14

Le mag’

N016 - Juillet 2017

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

SPIRITUALITÉ

Célébration du chapitre Provincial. Lavement de pieds.

SOYONS CES DISCIPLES DU CHRIST, ENVOYÉES EN MISSION DANS CES LIEUX OÙ LES HOMMES DOUTENT DE LEUR HUMANITÉ ET DE LEURS RÊVES. ALLONS À LEUR RENCONTRE, AIMONS-LES. OSONS INCARNER DANS NOS ACTIONS CONCRÈTES LE VISAGE FÉMININ DE DIEU QUI EST TENDRESSE ET NON JUGEMENT. «LE SEIGNEUR EST DÉJÀ LÀ» !

La révolution de la tendresse

Vivre un chapitre provincial, c’est d’abord vivre une très belle expérience spirituelle. Faire mémoire ensemble de l’engagement fondateur dans la vie de chacune : faire confiance au Christ, notre amour de préférence. Non pas seulement nous souvenir comme un acte de mémoire, mais repartir ensemble de ce choix et fonder notre foi en l’avenir sur l’assurance qu’Il nous précède de sa tendresse et de sa miséricorde.

«L

e Seigneur est déjà là !»… voilà notre espérance, celle dont nous voulons témoigner en ce temps d’appauvrissement

apparent de la vie chrétienne et religieuse, rédigé à travers la lettre suivante. Oui, le Seigneur nous attend, pour prendre part avec lui à la «révo-


S ŒU RS D E N OT R E- DA M E D E C HARITÉ DU B O N PASTEU R

lution de la tendresse». Chères sœurs, chers associés, amis et partenaires de mission, à la fin de ce chapitre provincial qui nous a réunies du 21 au 31 mars, à Angers, nous sommes plus que jamais habitées d’une confiante certitude : «Le Seigneur est déjà là» ! Après l’avancée en eau profonde de ces dernières années, le Christ au cœur débordant nous a donné rendez-vous lors de ce chapitre provincial. Le voyons-nous ? Le sentons-nous ? L’éprouvons-nous ? L’attendons-nous jusqu’à plus soif ? Une révolution est en marche : «La révolution de la tendresse» ! (Pape François) Osons être pleinement ce que nous sommes : des femmes passionnées par le Christ, brûlantes d’amour et de désir pour faire connaître et partager leur bonheur d’une rencontre qui donne goût à la vie. Une révolution commence toujours par un embrasement, une espérance folle qui soudain ne peut se taire et devient irrésistible. Sommes-nous prêtes à nous laisser embrasées à la suite de sa Parole ? «Le Seigneur est déjà là» ! Une révolution n’est pas une utopie pour «bien-pensants». Elle entraîne, soulève et mobilise des femmes et des hommes de tous horizons, exaltés par un espoir à la mesure infinie de leur désir. Soyons ces disciples du Christ, envoyées en mission dans ces lieux où les hommes doutent de leur humanité et de leurs rêves. Allons à leur rencontre, aimons-les. Osons incarner dans nos actions concrètes le visage féminin de Dieu qui est tendresse et non jugement. «Le Seigneur est déjà là» !

Une révolution impose une communication. Une communication un peu folle, qui n’a d’autre stratégie que de placer la vulnérabilité de chacun au centre de la rencontre, où le «Seigneur est déjà là». Osons être ces femmes de communication qui annoncent et interpellent ; qui disent en tout temps : le Seigneur nous attend, sa joie est de nous retrouver, il nous précède sur le chemin de la réconciliation, là où vivre ensemble avec bonheur et dans la paix devient une évidence de cœur. «Le Seigneur est déjà là» ! La révolution est en marche ! Laissons Dieu nous aimer infiniment. Sa tendresse nous est déjà acquise. À la suite de saint Jean Eudes, de sainte Marie Euphrasie et de toutes les sœurs qui nous ont devancées, ayons confiance en l’avenir : «Le Seigneur est déjà là» ! Il nous attend pour manger avec nous le pain de sa tendresse et boire avec nous le vin du bonheur. La Bonne Nouvelle c’est que tous, sans exception, nous sommes conviés à cette révolution de la tendresse ! Levons-nous ensemble à l’appel du Christ ! Allons cueillir et distribuer les fruits de sa tendresse. «Le Seigneur est déjà là !» Faisons-lui confiance et lui il agira.

Les sœurs Capitulantes

Le mag’

N016 - Juillet 2017

15


Le mag’

N016 - Juillet 2017

S ŒU RS DE N OT R E- DA M E DE C HARITÉ DU B O N PASTEU R

MÉDITATION «AVANCE EN EAU PROFONDE», ÉVANGILE SELON SAINT LUC 5,4.

JETONS LES FILETS, LE SEIGNEUR EST DÉJÀ LÀ ! ÉVANGILE SELON SAINT JEAN, 21

Isignstock

16

Le Mag N°16 - Juillet 2017  

Enquête : Europe, Que Vodis ?

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you