Page 1

D I R E C T S P O R T - G R AT U I T N O 6 / V E N D R E D I 1 8 F É V R I E R 2 0 1 1 - N E PA S J E T E R S U R L A V O I E P U B L I Q U E

LIGUE DES CHAMPIONS LYON - REAL MARSEILLE - MANCHESTER

EXPLOSIF !


ÉDITO

COUP D’ENVOI

Direct Sport met les voiles.

COULISSES

Prochain numéro le vendredi 4 mars. ..

C LIEWIG / VISUAL PRESS AGENCY

LA VOIE À SUIVRE U

ne hirondelle n’a jamais fait le printemps. Un huitième de finale aller de Ligue des champions rondement mené, non plus. Surtout s’il s’ensuit, au match retour, une grosse fessée, qui recadre les esprits et rétablit la hiérarchie. Il n’empêche, Lyon et Marseille, qui s’apprêtent à recevoir les deux mastodontes européens que sont le Real Madrid et Manchester United, feraient bien de s’inspirer du Chakhtior Donetsk et de Tottenham, qui ont crânement joué leur chance contre l’AS Roma et le Milan AC. Avec panache et envie, les Russes ont marché sur Rome (3-2). Sans stress ni complexe, les Anglais ont poussé les Rossoneri dans les orties (1-0). Et par deux fois, ce semblant de hold-up a eu lieu en terre adverse. À la maison, les deux Olympiques français n’auront donc aucune excuse s’ils n’osent se comporter en tauliers. Quand la folie devient contagieuse et gagne tous les rangs d’une équipe, tout devient possible. Même un succès contre deux poids lourds du foot, à la carte de visite, au compte en banque et à la profondeur de banc sans équivalents. L’an passé, Lyon s’était élevé au niveau du Real pour le botter hors de la C1. Pendant que Bordeaux faisait son chemin. Le printemps n’en fut que plus beau. On remet ça ?

DIRECT SPORT, 31-32, quai de Dion-Bouton, 92800 PUTEAUX Journal édité par - Tél. : 01 46 96 31 00 - Fax : 01 46 96 40 94 DIRECT SOIR, SA au capital de 15 000 000 euros - 485 374 128 RCS NANTERRE Président du conseil d’administration : Jean-Christophe Thiery Actionnaire principal : BOLLORÉ MÉDIA Directeur général, directeur de la publication : Serge Nedjar Rédacteur en chef adjoint : Guillaume Zeller Rédacteur en chef adjoint photo : Jean-Bernard Maurel Publicité : BOLLORÉ INTERMÉDIA - Président : Gaël Blanchard, tél. : 01 46 96 48 41 - Direction commerciale : Sophie Vatelot, tél. : 01 46 96 48 41, fax : 01 46 96 40 45, email : bolloreintermedia@ bollore.net Directeur de la distribution : Patrick Lépinay, tél. : 01 46 96 31 94 Diffusion : Intervalles, 8, place Boulnois, 75017 Paris. Tél. : 01 42 52 75 38 Imprimé par ROTOFRANCE, Lognes (77) et SA LA PROVENCE « Centre Méditerranéen de Press » No ISSN : 1771-2092 ; dépôt légal : février 2011. , 12, rue d’Oradour-surContenu éditorial réalisé par Glane, 75015 Paris. Contact : 01 71 19 36 41. Directeur général : François Pesenti. Directeur adjoint de la rédaction : Christophe Couvrat. Rédacteurs en chef : Marc Ambrosiano, Jean-François Pérès. Rédacteur en chef de Direct Sport : Gérald Mathieu. Rédaction : journalistes et reporters de RMC Sport. Ont également collaboré à ce numéro : Jérôme Thomas, Geoffroy Bresson, Vincent Guillot, Silvère Beau. , 40, rue de Chabrol, 75010 Réalisation graphique : Paris. Contact : 01 80 88 53 16 - notabene@nbpresse. Directeur général : Pascal Larché. Chef de studio : Vincent Boiteux. Directrice photo et développement : Nathalie Larché. Secrétaire de rédaction : Stéphane Chaumet. Rédacteur graphique : Pierre Lucas.

NIKE

RETROUVEZ DIRECT SPORT NO 6 EN LIGNE SUR

www.direct8.fr et www.lenews dusport.fr

JOURNÉE PORTES OUVERTES

RONNIE SE FAIT PLAISIR

FABRICE COFFRINI/AFP

Oublié, le zéro pointé des JO de Vancouver ! Hier, à GarmischPartenkirchen, Tessa Worley s’est engouffrée dans la brèche ouverte, la veille, par les Tricolores dans l’épreuve par équipes (à laquelle elle participait), pour décrocher le bronze en Géant. Une grosse performance, après une première manche complètement ratée. De bon augure avant les trois derniers jours de compétition de ces Championnats du monde, qui auront mis bien du temps à démarrer pour la France.

BLOQUEZ VOS DATES ! SCOOP QUAND RAYMOND DOMENECH RELIT SA COPIE On connaît les dates des grands rendezvous qui marqueront les JO 2012 de Londres. La finale du 100 m, avec Bolt en vedette, aura lieu le 5 août. Et le record du monde pourrait trembler, puisque seuls deux tours sont programmés avant, contre trois par le passé. Autre finale à ne pas manquer : celle du 200 m nage libre, le 30 juillet, avec peut-être Phelps, Thorpe et… Agnel. La finale messieurs de tennis se tiendra le 4 août, à Wimbledon, et celle du foot, le 11 août, à Wembley. On en salive d’avance.

Raymond Domenech a brisé le silence, cette semaine, dans L’Express. Quelques indiscrétions rapportent que la rencontre entre l’ancien sélectionneur des Bleus et les journalistes de l’hebdomadaire a d’abord été tendue. Avant de se détendre quelque peu. Ses conseillers lui avaient vivement interdit d’évoquer la FFF trop directement, en raison du litige qui l’oppose à la Fédération. Enfin, l’interview a été relue par l’avocat de Domenech et l’intéressé, de manière totalement assumée. De sources concordantes, seuls quelques mots auraient été modifiés.

RENE VAN BAKEL/AFP

I`

Nikola Karabatic a confié, dans les colonnes de Gala, aimer les belles fringues siglées Dior, DSquared, Dolce&Gabbana. « Le souci avec Gucci, c’est que tout est trop petit ! » Pas facile la vie d’une armoire à glace.

GUILLAUME GAFFIOT / VISUAL PRESS AGENCY

< GÉRALD MATHIEU, RÉDACTEUR EN CHEF > (redactiondirectsport@gmail.com)

LES GOÛTS DE LUXE DE KARABATIC

De retour au pays, Ronaldinho a rapidement trouvé une villa de rêve de 3 500 m2, avec deux courts de tennis, un terrain de foot, une piscine, une salle de gym, un bar et une grande pièce pour faire la fiesta. Valeur d’achat : 9 M€.

LOEB APRÈS CHABAL Alors que Sébastien Chabal vient tout juste de faire son entrée au musée Grévin, Sébastien Loeb est le prochain sportif à figurer sur la liste.

KUBICA BÉNI DES DIEUX Gravement blessé lors d’un rallye, le pilote polonais de F1 Robert Kubica s’est vu remettre une goutte de sang et un morceau d’étoffe d’une des soutanes de Jean Paul II.

GENTLEMAN BECKHAM David Beckham himself s’est arrêté sur l’A10 anglaise, pour aider un conducteur à pousser son véhicule tombé en panne. La classe, so simply.

HORS-JEU • NIKOLA KARABATIC A ÉTÉ REÇU AU MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION. • RAYMOND DOMENECH A ASSISTÉ AU MATCH DU TOURNOI DES VI NATIONS IRLANDE-FRANCE. • ZINÉDINE ZIDANE ET LAURENT BLANC ONT CROISÉ JEAN RENO, ELLE MACPHERSON, KEVIN SPACEY ET CATE BLANCHETT AU SALON DE LA HAUTE HORLOGERIE, À GENÈVE. • MANNY PACQUIAO A ÉTÉ REÇU À LA MAISON BLANCHE PAR BARACK OBAMA.• THOMAS VOECKLER VA ÊTRE PAPA EN JUILLET, POUR LA SECONDE FOIS.• FLORENT AMODIO ÉCOUTE LES BLACK EYED PEAS ET USHER. • TAÏG KHRIS A SURFÉ UNE DUNE DE SABLE À ABU DHABI. • JOSE LUIS ZAPATERO A SOUTENU ALBERTO CONTADOR SUR TWITTER. • FRANÇOIS BERLÉAND A ASSISTÉ AU TOURNOI GDF SUEZ. Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


04

J’AI AIMÉ

CONSULTANT DE

LA GROSSE KRONIK ÀÀ47 47ans, ans,Pierre PierreMénès Ménèsest estune unefigure figuredu dupaysage paysagefootballistique footballistiquefrançais. français.Ancien Ancien reporter reporterààL’Équipe, L’Équipe,cette cetteintarissable intarissablegrande grandegueule gueuleofficie officieaujourd’hui aujourd’huien enqualité qualité d’expert d’expertpour pourleleCanal CanalFootball FootballClub. Club.Chaque Chaquevendredi, vendredi,retrouvez retrouvezsa sa««Grosse Grossekronik kronik»» dans dansles lescolonnes colonnesde deDirect DirectSport. Sport.

Arsenal a su saisir sa chance, en pratiquant un football à la fois discipliné et rapide. Des contres certes, mais joués dans l’esprit du style Gunners, comme le but de la victoire d’Arshavin (photo, à droite), sur un ballon « attendri » par Nasri. On attend, du coup, avec une réelle impatience, le retour au Nou Camp. Et très franchement, guetter un match avec gourmandise, ça devient si rare…

IMAGO / PANORAMIC

L

rencontre entre Arsenal et le Barça. Le genre de truc pour terminer sa soirée super-déçu. Mais le spectacle proposé par les deux équipes a été d’une qualité exceptionnelle, au niveau du rythme et de la qualité technique globale. Bien sûr, le Barça a largement dominé la rencontre et aurait dû s’imposer facilement. Mais à l’Emirates, Messi était humain, et le petit prodige argentin a tout raté. Pour une fois.

J’AI PAS AIMÉ

FRANCK FIFE/AFP

RAYMOND IS BACK

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011

< ON AURAIT TOUS AIMÉ SAVOIR, PAR EXEMPLE, SI LES JOUEURS SUSPENDUS PAR LA FFF ÉTAIENT BEL ET BIEN LES MENEURS… >

A

près huit mois de silence, Raymond le terrible, Raymond le méchant, Raymond l’étrangleur, bref, Raymond Domenech a fait son retour dans les médias. Dans L’Express – drôle d’idée, mais bon – et pour une interview globalement sans intérêt, mis à part son mea culpa. Sans intérêt, parce que RD reste en orbite et ne pointe pas du doigt les vrais responsables de l’affaire du bus. Un terme général suffit à boucler l’affaire, mais ça ne suffi t pas. On aurait tous aimé savoir, par exemple, si les joueurs suspendus par la FFF étaient bel et bien

LA NON-SURPRISE TOTTENHAM Pour ceux qui ne regardent jamais les championnats étrangers, la victoire de Tottenham à San Siro a pu constituer une surprise. Mais les Spurs sont costauds, et surtout ils ont de grands joueurs. Van der Vaart, Lennon, Modric. Crouch (photo) est même un très grand joueur, puisque, du haut de son double mètre, il a marqué son septième but en Ligue des champions. Le Milan est passé pour une équipe de vieux, ce qu’il est d’ailleurs.

DU FOOT À L’ÉTAT PUR a notion de beau jeu est finalement assez impalpable. C’est quoi une équipe qui a un style ? Qui a la volonté de pratiquer un football offensif ? Parfois, certains entraîneurs – les bétonneurs en tout genre, en fait – vous expliquent sérieusement que le beau jeu, ça n’existe pas, ça ne sert à rien. Ben voyons. Mercredi soir, on attendait monts et merveilles de la

OLIVIER MORIN/AFP

JEAN BRICE LEMAL SAMAD

DE PIERRE MÉNÈS

les meneurs. Mais non, on fait dans le nébuleux. Et du coup, ça ne sert pas à grand-chose. Ah si !, quand même, ça a servi à plein de monde et même à Roselyne Bachelot, qui a profité des événements pour se refaire la cerise. Pour paraphraser une série américaine c’est « tout le monde fracasse Raymond ». Au fond, c’est assez banal. Mais l’ancien sélectionneur bleu avait là une occasion de pointer ceux qu’il estime responsables. Ils ne l’ont pas saisie, lui et son très étrange conseiller en communication. Tant pis.

LA PELOUSE DE LILLE Je suis comme ça, j’ai des obsessions. L’état de nos pelouses me consterne. Le cas le plus épineux reste celui de Lille, notre meilleure équipe, celle qui pratique le plus joli football. La pelouse nordiste se dégrade, sans que cela semble émouvoir personne. Il y a un véritable problème et tout le monde sait comment le résoudre. En investissant 200 000 euros dans un système de lampes chauffantes. Plutôt que de faire n’importe quoi, la Ligue devrait obliger tous les clubs pros à faire cet investissement.


TCHEKY KARYO

XAVIER GALLAIS CHRISTOPHER STILLS CORRADO INVERNIZZI MICHEL FAU JOHAN LEYSEN FREDERIQUE TIRMONT

CASTING GERARD MOULEVRIER IMAGE ANTOINE MONOD DECORS MAAMAR ECH CHEIKH COSTUMES CATHERINE RIGAULT SCRIPTE DONATIENNE DE GOROSTARZU REGISSEUR GENERAL ISABELLE GAUTIER MONTAGE CLAIRE FIESCHI SON GUILLAUME LEBRAZ OLIVIER WALCZAK EMMANUEL CROSET PRODUCTEUR EXECUTIF THIERRY MUSCAT 1ER ASSISTANT REALISATEUR JEAN-LOUIS FREMONT UNE COPRODUCTION ALTER FILMS STUDIOCANAL FRANCE 2 CINEMA RHONE ALPES CINEMA AVEC LA PARTICIPATION DE FRANCE TELEVISIONS DE CANAL+ ET DE CINECINEMA ET EN ASSOCIATION AVEC LA BANQUE POSTALE IMAGE 4 BANDE ORIGINALE DISPONIBLE CHEZ AIM/MILAN MUSIC

WWW.STUDIOCANAL.COM

LE 23 FÉVRIER

PHOTO ÉTIENNE GEORGE

ALAIN TERZIAN PRÉSENTE


BUSINESS

EN BREF

06

Real Madrid FC Barcelone Manchester United Bayern Munich Arsenal Chelsea Milan AC FC Liverpool Inter Milan Juventus Turin Manchester City Tottenham Hambourg SV Olympique lyonnais Olympique de Marseille Schalke 04 Atlético de Madrid AS Roma VFB Stuttgart Aston Villa

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

438,6 398,1 349,8 323 274,1 255,9 235,8 225,3 224,8 205 152,8 146,3 146,2 146,1 141,1 139,8 124,5 122,7 114,8 109,4

*

* En millions d'euros

3 QUESTIONS À...

SOPHIE MORESSÉE-PICHOT “LES VALEURS DU JUDO CORRESPONDENT À CELLES DE NOTRE GROUPE”

HEAD

FRANÇOISE MARSELLA

Sophie MoresséePichot, vous êtes directrice de la communication de LCL (Le Crédit Lyonnais). Peut-on dire qu’entre LCL et le judo, c’est une histoire d’amour qui dure depuis vingtcinq ans ? Oui, c’est une sorte de relation de fidélité que l’on entretient avec le judo, comme avec nos clients. Les valeurs du judo, respect et fidélité, et le code moral de ce sport, correspondent à ceux de notre groupe.

CARTON (PRESQUE) PLEIN POUR HEAD La célèbre marque autrichienne de skis réalise actuellement un énorme carton aux Championnats du monde de ski. Après sept épreuves individuelles, 95,2 % des places de chaque podium ont été trustées par des skieurs sous contrat avec Head ! Seul le Canadien Erik Gay, sous contrat avec Atomic, échappe à cette razzia. Parmi les skieurs médaillés à Garmisch-Partenkirchen et ambassadeurs de Head figurent les « speedoholics » (terme donné par la marque aux as de la vitesse), tels Elisabeth Görgl (championne du monde de Super-G et descente) et Lindsey Vonn (médaillée d’argent en descente, photo). Mais aussi Svindal et Innerhofer, respectivement couverts d’or en super-combiné et Super-G.

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011

Le Tour de France est une belle fête estivale, et nous fêterons cet été nos 30 ans de partenariat. Les deux engagements se rapprochent par leur fidélité.

Comment va se matérialiser votre partenariat à l’occasion des prochains Championnats du monde de judo (en août) ? On sera nettement visibles, même si notre programme de relations publiques sera allégé par rapport au tournoi de Bercy, début février. Nous sommes fiers d’être associés à ce grand événement lourd de conséquences, à un an On associe, par réflexe, des JO. Nous souhaitons LCL au maillot jaune du que nos athlètes de l’équipe Tour de France. Est-ce de France continuent de un handicap dans votre lutter au plus haut niveau et engagement pour le judo ? espérons entendre souvent Non, c’est assez la Marseillaise pendant complémentaire. Nous la compétition. • < PROPOS RECUEILLIS sommes attachés tout PAR JÉRÔME THOMAS > autant aux deux disciplines.

Pour la saison 2009-2010, et pour la 6e fois d’affilée, le Real Madrid décroche la palme du club le plus riche du monde, devant son ennemi juré, le FC Barcelone, selon l’étude annuelle du cabinet Deloitte. Entre la billetterie (129,1 M€), les droits télé (158,7) et les revenus commerciaux (150,8), la « Maison Blanche » dégage un revenu global de 438,6 M€. Un chiffre à relativiser au vu des sommes colossales déboursées par le club Merengue, à l’été 2009, pour recruter Cristiano Ronaldo (94 M€), Kaká (67 M€) ou encore Benzema (35 M€). Et, pour la première fois, les revenus des vingt clubs les plus aisés de la planète, tous européens, dépassent les 4 milliards d’euros cumulés ! Côté tricolore, l’OL et l’OM se talonnent aux 14e et 15e rangs du classement.

CHIFFRES 158 000 €

C’est la belle opération financière réalisée, en quelques semaines, par David Beckham, sur ebay, en vendant sa Porsche 911. Au bout de 45 enchères, un anonyme est devenu l’acquéreur du bolide, acheté par le « Spice Boy » il y a trois ans pour… 72 millions d’euros.

150 000 €

C’est ce que devra débourser le Losc pour refaire sa pelouse. Louée pour sa qualité il y a peu, elle s’est transformée en véritable champ de patates, indigne du spectacle proposé par son équipe. À titre de comparaison, la nouvelle pelouse du Parc des Princes, inaugurée lors de PSG-Lens le week-end dernier, a coûté 120 000 € au club de la capitale.

35 000 C’est, selon Laurence Parisot, le nombre minimum d’emplois qui seront créés, si Annecy remporte l’organisation des Jeux olympiques d’hiver 2018. La présidente du Medef, lors de sa conférence de presse mensuelle, s’est dite persuadée que la France serait « capable de porter collectivement de grands projets »…

ANTHONY DEVLIN/ABACA

LES CLUBS DE FOOT LES PLUS RICHES AU MONDE ROGER FEDERER, C’EST DU (TRÈS) LOURD Selon le bimensuel helvète Bilan, Roger Federer est à la tête d’une fortune estimée entre 250 et 300 M€, ce qui en fait l’un des 300 hommes les plus riches de Suisse. Pourtant, ses gains en tournoi n’atteignent que 45 M€ depuis ses débuts sur le circuit professionnel. C’est son attractivité marketing qui a enrichi ce pactole, gonflé par 46 M€ de revenus sur l’année 2010.

BILLETS POUR L’EURO 2012 : LE JUSTE PRIX On connaît le prix des places pour assister aux rencontres de l’Euro 2012 de football, en Ukraine et Pologne. Pour suivre un match de poules en tribunes, 30 € suffiront pour les places les moins chères. Le 1er juin, à Kiev, jour de la finale, il faudra débourser 50 € pour un ticket en catégorie 3, alors qu’une place en catégorie 1 vaudra 600 €. Rendez-vous le 1er mars, sur le site internet de l’UEFA, pour vous procurer les précieux sésames.

ROLAND-GARROS RESTE À PARIS Susceptible d’être délocalisé, à partir de 2016, à Versailles, Marne-laVallée ou Gonesse, le tournoi de Roland-Garros restera porte d’Auteuil. La Fédération française de tennis a retenu le projet de la mairie de Paris, qui prévoit une extension de 5 hectares des infrastructures existantes, et surtout un coût… deux fois inférieur à celui des autres.


Lundi à 20h40 Présenté par Jean-Marc Morandini Chaque mois, Présumé Innocent enquête sur les faits divers qui ont fait l’actualité. - LAËTITIA : ENQUÊTE SUR UN TERRIBLE DRAME Laëtitia, 18 ans, disparaît dans la nuit du 18 au 19 janvier à Bernerie-en-Retz, près de Pornic. Tony Meilhon, un homme de 31 ans, est interpellé et mis en examen pour «enlèvement suivi de mort». Les équipes de Présumé innocent reviennent sur ce terrible drame pour tenter de comprendre ce qu’il s’est réellement passé. TNT (CANAL 8), CANALSAT (CANAL 35), NUMERICABLE (CANAL 8), ADSL (CANAL 8), TÉLÉPHONIE 3G

Retrouvez toutes les vidéos sur DIRECT8.FR


L’ITW CASH

08

LOUIS SAHA

“CHEZ LES BLEUS, C’EST BEL ET BIEN FINI L’ÉPOQUE DE ZIZOU !”

C JOURNALISTE SUR À 42 ans, Alexandre Delpérier est le Monsieur Sport de Direct 8. Journaliste tout-terrain et multimédia, il est réputé pour son franc-parler et ses entretiens sans concession. Désormais, vous retrouverez son interview cash chaque vendredi dans les colonnes de Direct Sport.

ON A LA CARRIÈRE QU’ON MÉRITE. SI JE NE SUIS PLUS À MANCHESTER UNITED, C’EST PARCE QU’IL Y A EU TOUTES CES BLESSURES. JE FAISAIS DU SIX-SIX : SIX MOIS À JOUER ET SIX MOIS À ME SOIGNER. LOUIS SAHA

RETROUVEZ LE BLOG D’ALEXANDRE DELPÉRIER SUR DIRECT8.FR Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011

Avant ce pépin, votre quadruplé du week-end précédent, avec Everton, face à Blackpool, avait beaucoup fait parler ! Quatre buts dans un seul match, je ne l’avais jamais fait. C’est très sympa à vivre, il y a une immense satisfaction personnelle. Ne pas participer à la Ligue des champions, est-ce dur à avaler ? Oui, car c’est le top et c’est toujours un immense privilège de la disputer. Être devant sa télé, c’est frustrant. Mais en même temps, on a la carrière qu’on mérite. Si je ne suis plus à Manchester United, c’est parce qu’il y a eu toutes ces blessures. Je faisais du six-six : six mois à jouer et six mois à me soigner. Et à un moment, ça a créé des tensions avec le coach et les supporters. Un mot sur le fantastique Arsenal-Barcelone de mercredi ? Quel match ! Quelle qualité ! Je comprends mieux pourquoi le foot est le sport numéro 1. Ça allait d’un but à l’autre. Et il y avait tout dans ce match : technique, vitesse et confiance. Selon vous, un joueur a-t-il survolé les débats ? Xavi ! Il est impressionnant dans sa distribution et extraordinaire de facilité. Et puis, il y a aussi Fabregas et Messi, qui sont tellement au-dessus. Les Bleus, vous y croyez encore ? Je suis toujours cette équipe, que ce soit comme joueur ou comme supporter.

BRADLEY KANARIS/GETTY

PAR ALEXANDRE DELPÉRIER

omment ça va ? Malheureusement, je suis encore blessé. Un petit pépin aux « ischios » dans l’euphorie du moment, et ça tombe mal… À chaque fois que je me sens bien, c’est là que je me blesse. Comme d’habitude.

Que pensez-vous de la « nouvelle » équipe de France ? Il y a des victoires et une nouvelle génération qui prend le taureau par les cornes. On retrouve une équipe de France qui joue sur ses qualités. On avait perdu tout ça ? Oui, il y avait une angoisse, car on changeait de génération. Et puis, il y a eu la cassure de l’Afrique du Sud, mais cela a permis de repartir sur une page blanche. Il y a aussi l’apport de Laurent Blanc… C’était nécessaire. Comme en club, un changement d’entraîneur amène un choc psychologique, une nouvelle compétition s’instaure. Chacun veut gagner sa place. Et les résultats ? Ce sont les résultats qui amènent les critiques. Or, il n’y en a plus. Le coach veut modeler une équipe à son image, il aime la gagne et il a su donner confiance aux jeunes très vite. C’est tout à son honneur. L’autre changement, c’est qu’aujourd’hui, nul

International français, Louis Saha, 32 ans, évolue actuellement à Everton.

n’est indispensable. Elle est bel et bien finie l’époque de Zizou ! Raymond Domenech a parlé de « sales gosses inconscients » ! Chacun doit assumer ses responsabilités, mais c’est le sélectionneur qui les avait appelés, alors… C’est bizarre de reparler de ça. Peut-être est-ce à cause du procès à venir (entre Domenech et la FFF, ndlr). En tout cas, pour moi, c’est du passé. Tout cela a servi de tremplin pour rebondir, alors pourquoi en reparler maintenant ? Un mot sur Domenech ? Il m’a permis de vivre de grandes choses, donc je veux garder le positif. Et puis, il faut savoir accepter ses amis avec leurs défauts. Mais s’ils en ont trop, il faut aussi savoir s’en séparer ! Qui sera champion de France ? Difficile de répondre, tout peut changer en deux week-ends. Mais j’aimerais bien, pour Paris et Kombouaré, que ce soit le PSG ! •


À LA UNE Miralem Pjanic, héros de la quali cation lyonnaise, l’an passé, contre le Real.

10

ON REMET Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


FOOTBALL

< EN SIX CONFRONTATIONS, L’OL NE S’EST JAMAIS INCLINÉ FACE AU GÉANT MADRILÈNE. >

Les deux clubs français rescapés de la Ligue des champions s’attaquent à du très lourd, la semaine prochaine, en 8es de finale. Mardi, Lyon reçoit le Real Madrid, tandis que le lendemain, Manchester United se déplace à Marseille. Bête noire de l’ogre madrilène, l’OL a un gros coup à jouer. Mais le Real cherchera à laver l’affront de la saison passée… TEXTE > MARC BENOIST PHOTOS > OLIVIER ANDRIVON / ICON SPORT

ardi prochain, le stade de Gerland abritera une fois de plus une soirée dont il a le secret. Le grand Real Madrid, avec à sa tête José Mourinho et, dans ses rangs, l’ancien enfant prodige de l’OL, Karim Benzema, sera de sortie pour un 8e de finale aller déjà décisif. De ce résultat devrait découler beaucoup de choses au sein de ces deux institutions de la scène européenne, même si un échec aura plus de répercussions sur le Real, l’un des candidats à la victoire finale, que sur Lyon. Analyse d’un match devenu un classique de la Ligue des champions, et qui a souvent souri à Lyon, ces dernières années.

M LYON-REAL

ÇA ?

LYON, UNE ÉQUIPE À RÉACTION Sous l’ère Puel, l’OL a pris pour habitude d’alterner les hauts et les bas. Depuis le début de la saison, c’est encore le cas, avec une dimension dramatique encore plus importante. Les défaites concédées face à SaintÉtienne (7e journée de L1, le 25 septembre), à Benfica (C1, le 2 novembre), Schalke (le 24 novembre) ou plus récemment à Valenciennes (21e journée, le 29 janvier) ont, sans nul doute, fait énormément de bruit. La manière a souvent été mise à mal, tout comme la méthodologie de travail de Claude Puel. Jean-Michel Aulas a dû monter au créneau pour

remettre ses troupes sur les bons rails, à plusieurs reprises. Globalement, l’équipe a su trouver les ressources nécessaires pour rebondir lors de chaque grand rendez-vous. Le dernier en date, « importantissime », à Saint-Étienne, a certainement relancé un peu plus la machine lyonnaise. « Cette victoire a fait beaucoup de bien aux joueurs, à l’entraîneur et au président » note Kim Källström, milieu off ensif lyonnais. Reste à savoir si l’unité, toujours précaire au sein du vestiaire rhodanien, ne s’effritera pas face au monstre madrilène. Claude Puel sera attendu sur sa stratégie, tout comme José Mourinho, qui avait éliminé Lyon avec le FC Porto en 2004, année où il a conquis la Ligue des champions. Le duel tactique et surtout psychologique entre les deux hommes sera l’une des clés de la rencontre.

LYON, BÊTE NOIRE DU REAL Y a-t-il un eff et Real à Lyon ? Toujours est-il qu’en six confrontations, l’OL ne s’est jamais incliné face au géant madrilène. Mieux, à Gerland, le Real n’a jamais marqué le moindre but. L’OL part certainement avec un avantage psychologique. Mais le Real actuel n’a plus à rien à voir avec celui de la saison dernière. Surtout, José Mourinho a remplacé sur le banc l’obscur Manuel Pellegrini, remettant de l’ordre dans la

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


À LA UNE

maison madrilène. « Ils défendent mieux et jouent mieux en équipe. C’est la patte Mourinho, confirme Kim Källström. C’est une équipe qui travaille, qui est généreuse. Le Real est encore meilleur cette année que la saison dernière. Ce sera encore plus difficile. On est capable de les battre. On va essayer de le faire encore. Mais le Real est largement favori. » Même sentiment pour Yoann Gourcuff, qui retrouve peu à peu de bonnes sensations, même s’il reste loin de son meilleur niveau. « Ça va être très difficile. Quand on regarde leur équipe, il y a de la grosse qualité avec des joueurs de classe mondiale. C’est ce qui fait la beauté du foot. C’est pour cela que ça va être une double confrontation compliquée, car jouer contre de tels joueurs, ce n’est jamais évident. »

UN MATCH CHARNIÈRE L’an passé, l’exploit en Ligue des champions avait boosté les Lyonnais et sauvé quelque peu leur saison. Cette année, la donne est la même, avec un poil de pression en plus. Un nouvel exploit donnerait du crédit à

l’action très mouvementée, ces derniers mois, de Claude Puel, aux commandes de l’équipe. En plein cœur de l’automne, son sort à la tête de l’OL n’a tenu qu’à un fil. Surtout, il ne tenait qu’au fait que Jean-Michel Aulas ne trouve le successeur idoine. Chose qui n’est jamais facile en cours de saison. D’ailleurs, il ne l’a pas trouvé, malgré quelques tentatives. Bien que sous pression, Puel a su relancer la machine, à l’instar de ce qu’il avait fait la saison dernière en assouplissant sa méthode. Mais en interne, rien n’est réglé pour autant. Les divergences demeurent. À un an de la fin de son contrat, Claude Puel n’est pas encore certain d’aller au bout de son engagement. Surtout si l’OL venait à ne pas remporter de trophée en 2011, pour la troisième année de suite. Les noms de Didier Deschamps et d’Éric Gerets reviennent à la surface. JeanMichel Aulas va se donner le temps avant de trancher. Mais à l’heure des bilans, il est clair que le résultat obtenu face au Real aura son influence. •

MANUEL BLONDEAU / ICON SPORT

12

BENZEMA : “QUE LE MEILLEUR GAGNE !” lessé depuis le week-end dernier et forfait, demain, face à Levante, Karim Benzema ignore toujours s’il retrouvera Gerland et ses anciens coéquipiers, mardi prochain, en Ligue des champions. En attendant d’être éventuellement rétabli, l’international français a accepté, pour RMC, d’évoquer ce match qui lui tient à cœur.

B THOMAS PICTURES / ICON SPORT

Êtes-vous impatient de retrouver l’Olympique lyonnais ? L’année dernière, j’ai eu la chance de jouer mais on a perdu. Ça va être spécial pour moi. J’ai grandi à Lyon et j’ai encore tous mes amis là-bas. Que le meilleur gagne. Même si ce sont mes amis en face, je vais tout faire pour gagner. J’en ai parlé en équipe de France avec Hugo Lloris et Anthony Réveillère…

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011

Comment supportez-vous l’attente dont vous êtes l’objet ? Je le vis bien. J’ai 23 ans. Je joue à Madrid et en équipe de France. Mais parfois, on est un peu méchant avec moi.

Les critiques ne vous font pas douter… Je ne craque pas. C’est ma force mentale. Ça dérange plus ma famille. Moi, je me concentre et je sais quand je ne suis pas bon. J’ai commencé jeune, mais je ne savais pas qu’il y avait tout ça autour du terrain. Si je rate une occasion ou que je me fais mal comprendre, ça sort partout. Quand je vais commencer à mettre un but par match, ça ne sera plus comme ça. Quel va être votre avenir au Real Madrid ? J’ai quatre mois pour mettre des buts, pour faire gagner mon équipe. C’est ce qui me motive tous les matins à l’entraînement. Pour l’instant, je ne pense pas à partir. Je positive quoi qu’il arrive. Après, on verra d’ici au mois de juin. Quels sont vos rapports avec Zidane, qui fait partie du staff du Real Madrid ? On s’est rapprochés et on le fait de plus en plus. Il est derrière moi. On parle souvent ensemble. Ça me fait très plaisir, parce qu’il a été un très grand joueur.


FOOTBALL

IKER CASILLAS

LE GOAL VOLANT

Capitaine du Real et de la Selección championne du monde, Iker Casillas est un monument de l’autre côté des Pyrénées. Déjà vainqueur à deux reprises de la Ligue des champions, le portier se montre très prudent quant aux chances madrilènes.

PROPOS RECUEILLIS PAR >D.R. À MADRID (AVEC V. GUILLOT) PHOTO > GRAHAN HUGHES FOR REEBOK

ue vous inspire la première moitié de saison du Real ? Elle a été très très bonne… C’était comme un nouveau départ pour tout le monde, avec l’arrivée de monsieur Mourinho et des nouveaux joueurs. Évidemment, il nous a fallu un peu de temps pour que tout se mette en place. Mais je suis vraiment convaincu que nous avons toutes les cartes en main pour bien finir la saison.

Q

Quelles sont vos chances de gagner la Liga ? C’est difficile à dire. Tout peut arriver, nous allons tout donner, mais ça s’annonce difficile. Nous avons un entraîneur exceptionnel et un supergroupe de joueurs, et nous ferons notre maximum pour nous rapprocher de la victoire en championnat. Et la Ligue des champions ? C’est très difficile de faire des pronostics. La Ligue des champions regorge d’excellentes équipes et de joueurs hors pair. Nous avons bien commencé la campagne, mais nous sommes bien conscients que rien n’est encore garanti en ce qui concerne la qualification pour le tableau final.

Vous dites cela parce que vous allez de nouveau croiser Lyon, qui vous a éliminé, l’an passé, au même stade de la compétition ? Bien sûr. Pour parvenir à l’étape suivante, il faudra donc s’en remettre au facteur chance… À titre personnel, votre vie a-t-elle changé depuis votre victoire en Coupe du monde ? Non, ma vie est toujours la même. J’aime toujours mener une vie normale, passer du temps avec mes amis et ma famille, et, bien sûr… jouer au foot ! C’est toujours très agréable de rencontrer des personnes qui me félicitent pour la Coupe du monde, et les supporters espagnols que je croise à Madrid, comme durant les matchs à l’extérieur, sont vraiment géniaux.

< POUR ALLER EN QUART, IL FAUDRA S’EN REMETTRE AU FACTEUR CHANCE… >

Sept mois se sont écoulés depuis votre succès en Afrique du sud. Avec du recul, quels sont les souvenirs les plus forts que vous avez en tête ? Lorsque j’y repense maintenant, tout me paraît un peu flou. Même si le tournoi a eu lieu il y a quelques mois seulement, j’ai l’impression que cela fait déjà deux ou trois ans ! Ce fut la plus incroyable des expériences que de participer à cette première Coupe du monde en Afrique et de la remporter ! Et je ne vous parle pas du trophée que j’ai brandi en tant que capitaine de mon pays. Ça m’a procuré une sensation inégalable ! Avez-vous eu du mal à vous motiver après ce succès historique ? Pas du tout. Chacun d’entre nous était habité d’une grande confiance, mais cela ne nous a pas empêchés de continuer à bien jouer. Comme le confirme votre parcours en éliminatoires de l’Euro 2012… Nous sommes dans un groupe difficile, mais nous avons obtenu trois bons résultats, contre le Liechtenstein (4-0, ndlr), la Lituanie (3-1) et l’Écosse (3-2). Nous sommes donc bien positionnés (actuellement en tête du Groupe I).

Avec 117 capes, vous n’êtes pas loin d’égaler les 126 sélections en équipe nationale d’Andoni Zubizarreta. Comment vivez-vous l’éventualité de devenir le joueur espagnol le plus sélectionné de tous les temps ? Je me refuse à trop y penser. « Zubi » est sans doute le plus grand gardien de but que l’Espagne ait connu. L’égaler serait donc quelque chose d’exceptionnel ! •

CV IKER CASILLAS FERNANDEZ 29 ans – Né le 20 mai 1981, à Móstoles (Espagne) 1,85 m – 79 kg PALMARÈS Avec la sélection espagnole : Coupe du monde 10 ; Euro 08. Avec le Real Madrid : Ligue des champions 00 et 02 ; Coupe intercontinentale 02 ; Supercoupe d’Europe 00 ; Liga 01, 03, 07 et 08 ; Supercoupe d’Espagne 01, 03 et 08. 1er match avec le Real en 99-00

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


À LA UNE 14

WAYNE ROONEY

FATAL BAZOOKA De retour au premier plan après un long passage à vide, Wayne Rooney est l’homme en forme de Manchester United. Auteur d’un but d’anthologie, le week-end dernier, « Schreck » sera le diable rouge à surveiller face à l’OM, mercredi, en Ligue des champions. TEXTES > GÉRALD MATHIEU PHOTO > ACTION IMAGES/JASON CAIRNDUFF/DPPI

lus tard, quand Wayne Rooney aura enflé comme une barrique et coulera des jours heureux, à vider des pintes de bière all day long et sans modération, nul doute qu’on le bassinera encore et encore avec ce but. Ce but énorme, monumental, venu d’ailleurs. Ce goal qu’on tente l’été venu sur les plages, histoire de flamber auprès de la gent féminine, et que l’intéressé n’était parvenu à inscrire qu’une seule fois dans sa vie. Une autre vie, puisqu’il avait réussi pareille prouesse dans… sa cour d’école de Croxteth, banlieue désœuvrée et malfamée de l’est de Liverpool ! Samedi, face à Manchester City, ce diable (rouge) de Rooney est donc

P

sorti de sa boîte pour marquer une bicyclette que n’auraient pas reniée, en leur temps, Jean-Pierre Papin, Van Basten, Amara Simba ou encore Éric Cantona, son prédécesseur au titre de bad boy de MU. « C’est un but incroyable, s’est enflammé sir Alex Ferguson. Je n’avais jamais vu ça. C’est le plus beau but que j’aie vu à Old Trafford durant toute ma carrière ici. » Soit un quart de siècle. C’est dire.

QUELQUES GRAMMES DE FINESSE Et même Roberto Mancini, coach meurtri par cette défaite (1-2) contre l’ennemi honni, admettait l’évidence : « Quand un joueur fantastique comme Rooney inscrit un tel but, vous ne pouvez que l’applaudir. »

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011

D’un coup de patte génial, « Schreck » est devenu un peu moins vilain, et bien plus gracieux. Lui, le buteur en force, qui fait rarement dans la dentelle. « Wayne avait déjà inscrit un but semblable contre Newcastle, il y a quelques années, avec la même férocité, nuance sir Alex. Mais en terme d’exécution, je n’avais jamais vu ça. » Avec ce chef-d’œuvre, Rooney a donc ajouté quelques grammes de finesse dans son registre de brute. « Quand vous listez toutes les qualités que doit posséder un attaquant, pour moi, Wayne les a toutes, insiste son coéquipier Dimitri Berbatov. C’est le numéro un. » Si la machine à scorer était grippée depuis le début de la saison (1 seul but entre le 28 août et le 1er janvier !), elle semble avoir retrouvé l’étendue de ses capacités depuis deux mois, même si son compteur n’affiche que 5 buts en Premier League. C’est donc armé d’une redoutable confiance que le bestiau s’apprête à débarquer sur la Canebière. Pas forcément une très bonne nouvelle, même au pays de « JPP ». •

LES MARSEILLAIS SONT PRÉVENUS Le but d’anthologie inscrit samedi par Wayne Rooney, face à Manchester City, n’a, bien évidemment, pas échappé aux Marseillais. Charles Kaboré a confié l’avoir visionné « plus de dix fois » ! Avant d’ajouter : « C’est le but de l’année ! Rooney est très fort. Il a beaucoup de qualités, il joue dans l’un des plus grands clubs du monde. Ce but est à son image. » De son côté, Édouard Cissé s’avoue « content de jouer ce huitième de finale de Ligue des champions. C’était un des objectifs de la saison. Manchester est un prétendant à la victoire finale. Ce sera très compliqué. Il faudra jouer en se faisant plaisir pour emmagasiner de l’expérience ».


Le premier JT où les Français ont la parole ! Ce nouveau rendez-vous de l’info allie actualité et interactivité. Chaque soir, sur le plateau du Nouveau Journal, trois Français débattent avec l’invité du jour, sous l’arbitrage de Clélie Mathias.

Ne soyez plus spectateur, devenez acteur de l’information !

TNT (CANAL 8), CANALSAT (CANAL 35), NUMERICABLE (CANAL 8), ADSL (CANAL 8), TÉLÉPHONIE 3G

Retrouvez toutes les vidéos sur DIRECT8.FR


TÊTE D’AFFICHE 16

CHRISTOPHE LEMAI « L’Éclair blanc» est de retour ! Après un hiver studieux, passé à répéter ses gammes et à s’entraîner d’arrache-pied, Christophe Lemaitre tentera de se qualifier, ce week-end, pour les Championnats d’Europe de Bercy, après deux premières sorties moyennes. Émoussé il y a peu par un stage en Floride, le triple champion d’Europe avoue avoir retrouvé la forme. PROPOS RECUEILLIS PAR > GÉRALD MATHIEU PHOTOS > PHILIPPE MILLEREAU / DPPI

et hiver vous vous êtes beaucoup entraîné, notamment le mois dernier où vous êtes parti quinze jours en stage à Miami. Avez-vous digéré ce stage ? Pendant le stage, j’ai très bien encaissé les séances. Je me suis dit que j’étais prêt, mais en réalité, je ne l’étais pas du tout. Et puis, le voyage et le décalage horaire m’ont épuisé. J’étais extrêmement fatigué.

C

Dans quel état de forme vous trouvez-vous à la veille des Championnats de France en salle ? Je commence à aller mieux. Je retrouve de bonnes sensations, ainsi que la forme que j’ai l’habitude d’avoir. Pour les « France », je serai au point. À quel moment ce stage devrait-il commencer à porter ses fruits ? On commencera à voir le début des

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011

eff ets à Bercy (pour les Championnats d’Europe, du 4 au 6 mars, ndlr) mais surtout plus tard, lors de ma rentrée estivale. Dans quel domaine ce travail intensif devrait-il payer ? Au niveau de la technique de course et de mes temps de réaction. Mais surtout au niveau de l’endurance et de la résistance, car j’ai fait beaucoup de travail aérobie et des sprints longs. Ça me sera bénéfique pour enchaîner des courses de haut niveau tout au long de la saison. Sans oublier la puissance et la musculation. Quels souvenirs gardez-vous de ce stage aux États-Unis, qui était une première pour vous ? Ça restera une super-expérience. Et c’était la première fois que je m’entraînais en tee-shirt au mois de janvier !

On vous sait orgueilleux… Avez-vous digéré vos deux sorties moyennes à Stuttgart (6’’67 sur 60 m) et Liévin (Pas-de-Calais, 6’’69) ? À Stuttgart, je l’ai plus ou moins accepté, car c’était ma course de rentrée. Mais à Liévin, j’étais hyperdéçu. Je pensais faire mieux devant le public français, à la maison. Justement, sentez-vous, depuis le début de l’année, une attente supérieure de ce public à votre égard ? En terme de popularité, j’ai clairement remarqué que les gens me soutiennent davantage. C’est très plaisant. Je sais que j’ai des gens derrière moi. Quand je serai à Bercy, je ne serai donc pas tout seul à courir ! Ce soutien vous stimule-t-il, ou vous met-il un peu plus de pression ? Je suis réceptif à tout cela. Ça me fait


ATHLÉTISME LEMAITRE PLUS FORT QUE TOUTES LES STARS DU SPRINT MONDIAL, AU MÊME ÂGE Francis OBIKWELU à 20 ans

Christophe LEMAITRE à 20 ans

Carl LEWIS à 20 ans

10'' 10''03

10''27 10''01 9''97

5

3

1

Usain BOLT à 20 ans

2

4

Portugal États-Unis France États-Unis Jamaïque Ancien recordman du monde (9''79) Actuel recordman d'Europe (9''86) Actuel recordman de France (9''97) Ancien recordman du monde (9''86) Actuel recordman du monde (9''58)

RICK RICKMAN/NEWSPORT/CORBIS - ALBERTO ESTÈVEZ/EFE/CORBIS - BETTMANN/CORBIS - UMA/PCN/PCN/CORBIS - ICONSPORT

Maurice GREENE à 20 ans

TRE REMET LES GAZ plaisir d’être soutenu par le public français. Mais avant une course, je ne calcule plus rien. À Bercy, en tout cas, vous serez la star la plus attendue ! La star ? Non, pas spécialement. Après, faire des « Europe » chez soi, ce n’est pas rien. Au niveau du moral, ce ne sera pas négligeable. Il y aura une ambiance exceptionnelle. J’ai toujours rêvé de faire un championnat international devant mon public, au moins une fois dans ma carrière. Ce sera donc l’occasion rêvée. Au quotidien, cette popularité vous nuit-elle ? Non, je le vis très bien. À Aix-les-Bains (Savoie), on ne vient pas non plus spécialement me voir. On me laisse tranquille. Ceci dit, ça ne m’embête pas qu’on vienne me voir pour parler !

Pour courir à Bercy, vous devrez réaliser les minima aux Championnats de France, après lesquels vous courez toujours. Un cas de figure inhabituel pour vous, non ? C’est la première fois que ça m’arrive. Après, je n’ai pas de raison de m’inquiéter. Les minima, je pense les faire. Mais moi, d’abord, c’est le titre de champion de France qui m’intéresse. Le chrono, ça passe au second plan. Le championnat et les médailles, d’abord. Les minima, ensuite. Appréciez-vous les compétitions en salle ? Je préfère faire les compétitions en extérieur, mais j’aime aussi l’indoor, parce que c’est l’occasion de faire des compétitions. Comme j’adore courir – et même si ce ne sont que des 60 m –, ça ne me dérange pas d’en faire. C’est ça le plus important.

Votre record personnel sur 60 m est de 6’’55. Pensez-vous qu’il est à votre portée ? Honnêtement, ça devrait être un peu compliqué parce que la saison en salle est courte. Mais bon, je le répète, mon objectif, ce ne sont pas forcément les chronos, mais plutôt les médailles et les titres. Les chronos, j’ai toutes les années à venir pour les faire descendre. Aux Championnats d’Europe de Bercy, justement, quelle couleur de métal viserez-vous ? Ce sera au minimum un podium. Pas forcément la plus haute marche, car on ne peut pas dire que c’est ma spécialité non plus. Après, si je suis champion d’Europe, je serai très satisfait de moi, parce que je ne m’attends vraiment pas à ce type de performance-là. •

AUBIÈRE, DERNIÈRE CHANCE AVANT BERCY Les Championnats de France indoor, qui se tiennent ce week-end à Aubière (Puy-de-Dôme), seront de la plus haute importance pour les athlètes tricolores. C’est en effet à l’issue de ces deux jours de compétition que sera dévoilée la composition de l’équipe de France, engagée aux Championnats d’Europe en salle de Paris-Bercy (4 au 6 mars). À ce jour, 33 athlètes ont réussi les minima, parmi lesquels Lavillenie, Tamgho, Baala, Djhone, Mesnil, Soumaré… mais toujours pas Christophe Lemaitre, qui reste à 2 centièmes du précieux sésame (6’’67 lors de sa rentrée à Stuttgart, contre 6’’65 requis).

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


INCONTOURNABLE 18

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


BASKET

ALL-STAR GAME

LA PISTE AUX ETOILES À l’occasion du 60e All-Star Game, la cité des Anges accueille une constellation de stars, la crème de la crème du basket. Les meilleurs joueurs des Conférences Est et Ouest de la NBA se retrouvent au Staples Center, où évoluent habituellement Lakers et Clippers, les deux clubs de la ville. Coup de projecteur sur cet événement unique du sport américain. TEXTES > JÉRÔME THOMAS PHOTO > JNBAE JUAN O’CAMPO/NBAE VIA GETTY IMAGES/AFP

ette année, le All-Star Game, qui s’installe à Los Angeles, aura une saveur particulière, à quelques jours d’un autre événement de grande ampleur : la 83e cérémonie des Oscars ! Pour Jacques Monclar, membre de la Dream Team RMC Sport, c’est certes, le rassemblement annuel des meilleurs joueurs de basket et de tout le business de la NBA, mais aussi une répétition générale très people, à une semaine du rendez-vous incontournable du cinéma hollywoodien. Et en matière de spectacle, on peut compter sur les Californiens pour nous servir un spectacle très « show ». Immersion au cœur de l’événement NBA.

C

LA BALLE AUX INTERNAUTES Les joueurs titulaires de chaque équipe sont désignés par le vote des internautes, effectué sur le site officiel de la NBA, et c’est aux entraîneurs de choisir ceux qui composeront les bancs. À l’Ouest, Chris Paul (La Nouvelle-Orléans), Kevin Durant (Oklaho-

ma City), Carmelo Anthony (Denver), Kobe Bryant (Los Angeles Lakers), plébiscité, et Yao Ming (Houston) ont eu les faveurs du public. Mais le Chinois, blessé, laisse sa place à Kevin Love (Minnesota) au poste d’intérieur. À l’Est, Derrick Rose (Chicago), Dwyane Wade (Miami), Lebron James (Miami), Amar’e Stoudemire (New York) et Dwight Howard (Orlando) constitueront le 5 majeur. Parmi les remplaçants, on retrouve quatre joueurs des Celtics (Allen, Pierce, Garnett et Rondo), faisant de Boston la franchise la mieux représentée du All-Star Game.

NO FRENCHIES Tony Parker, seul Français All-Star (2006, 2007 et 2009), n’a pas eu cette fois les faveurs des coachs, malgré le début de saison fracassant de San Antonio, meilleure équipe de la NBA. « Tony aurait pu y être, parce qu’il joue comme un All-Star, affirme Jacques Monclar. Mais il n’y a que douze places. Il y a toujours des couillons dans l’histoire ! Ce coup-ci, c’est Tony,

mais une sélection reste moins importante que de gagner des titres en club ». En guise de consolation, il sera bien présent à L.A., mais pour participer au concours des meneurs. Quant à Joakim Noah, sa blessure au pouce l’a écarté des votes, alors qu’il pouvait légitimement briguer sa première sélection. « On peut penser qu’il n’aurait pas été loin cette année, pense Monclar. Ce sera pour une autre fois. Il a encore du temps pour rentrer dans le gotha du basket mondial. »

PREMIÈRES ET RECORDS En plus de Kevin Love, deux nouvelles têtes apparaîtront dans la cour des grands ce week-end : Russell Westbrook (Oklahoma City) et Blake Griffin (Los Angeles Clippers, voir encadré), dernier rookie, depuis Yao Ming en 2003, à être sélectionné pour disputer directement le match des étoiles. Ces jeunes premiers seront épaulés par Kevin Garnett qui, lui, découvrait le All-Star Game en… 1997. À bientôt 35 ans, l’un des « papys » des Boston Celtics va disputer son 14e All-Star consécutif, égalant le record de Karl Malone, Shaquille O’Neal et Jerry West. Encore un petit effort pour se hisser au niveau des 18 participations de Karim Abdul-Jabbar, entre 1970 et 1989. Le dernier record marquant en date est tout autre. Il appartient au All-Star Game de l’an passé, à Dallas, auquel avaient assisté 108 713 spectateurs, dans un Cowboys Stadium flambant neuf en fusion !

L’ANECDOTE À chaque millésime, ses petites histoires. Si Jacques Monclar devait retenir un fait marquant de l’histoire du All-Star Game, il faudrait remonter en 1992, à Orlando. « C’est le dernier des onze All-Star de Magic Johnson. Il a défié à peu près tous les joueurs en un contre un. Dès qu’il sautait en l’air, dans n’importe quelle position, ça tombait dedans. À la fin, il a reçu une magnifique ovation du public et de tous les joueurs. Ce moment avait une dimension émotionnelle, car peu de temps avant, Magic avait publiquement annoncé sa séropositivité et pris sa retraite. » •

GRIFFIN, LE PRODIGE QUI CRÈVE L’ÉCRAN À peine 22 ans et déjà All-Star ! Pour sa première apparition, l’ailier des Los Angeles Clippers, Blake Griffin, aura le privilège de faire le show à la maison. Surnommé « The Beast » (2,08 m, 115 kg ) et auteur de stats impressionnantes, il sera le seul joueur évoluant dans une équipe non potentiellement qualifiée pour les playoffs. Outre le match entre les Conférences, Griffin participera au concours de dunks, mais devrait néanmoins faire l’impasse sur le Rookie Game de samedi. À suivre de très près…

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


TÊTE D’AFFICHE 20 < SOIT CONTADOR EST BLANC, SOIT IL EST NOIR. MAIS IL NE PEUT PAS ÊTRE GRIS. > BERNARD HINAULT

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


CYCLISME

CONTADOR

PAS ENCORE TIRÉ

’D AFFAIRE L’affaire Contador vient de livrer son premier acte. Contrôlé positif à un anabolisant, le triple vainqueur du Tour de France a finalement été blanchi par sa fédération. Mais si l’Espagnol a repris illico la compétition, le dossier ne devrait pas rester clos. Les instances internationales ont désormais trente jours pour faire appel. Pour un très probable nouvel acte.

TEXTES > STÉPHANE ATTARD (AVEC LA RÉDACTION DE RMC SPORT) PHOTO > TIM DE WAELE/DPPI

amais, dans l’histoire du sport, un sportif n’avait été remis en selle aussi rapidement, dès le lendemain de son blanchiment. Après cinq mois interminables d’attente et de suspension préventive, Alberto Contador, contrôlé positif au clenbutérol lors du dernier Tour de France, a donc été lavé de tout soupçon par la Fédération espagnole de cyclisme (RFEC)… qui avait elle-même préconisé un an de suspension, quelques jours plus tôt ! Faut-il s’en réjouir, et féliciter les instances ibériques d’avoir rattrapé, par les bretelles de son cuissard, un innocent dopé à son insu ? Ou faut-il plutôt s’indigner contre une décision qui va polluer l’ambiance au sein du peloton, et décrédibiliser – un peu plus encore, malgré tant d’efforts – l’image du cyclisme ? Quoi qu’il en soit, l’affaire est loin d’être pliée. Le triple vainqueur du Tour de France a remis la machine en route, mercredi, à l’occasion du Tour d’Algarve (Portugal), mais elle pourrait de nouveau dérailler

J

ces prochaines semaines. Depuis mardi, l’Union cycliste internationale (UCI) et l’Agence mondiale antidopage disposent de trente jours pour faire appel de la décision de la RFEC et se pourvoir devant le Tribunal du sport international, seule instance habilitée à dédouaner définitivement le coureur de Saxo-Bank SunGard. Ou, au contraire, à lui infliger le tarif maison de deux ans de suspension.

DOSSIER BOUCLÉ AVANT LE TOUR ? Pat McQuaid, président de l’UCI, attend « de recevoir le dossier complet afin de l’étudier et voir ce qui s’y cache vraiment », avant d’éventuellement contre-attaquer. Et de souligner, avec force : « Je ferai tout pour que l’affaire soit définitivement close avant le départ du prochain Tour de France. Il en va de la crédibilité et des règles en vigueur. » « Soit Contador est blanc, soit il est noir, mais il ne peut pas être gris, poursuit le quintuple vainqueur du Tour de France, Bernard Hinault.

La question qui se pose est assez simple : ou bien Contador est positif et il prend deux ans, ou il ne l’est pas et il n’a rien. En tout cas, tout ça devrait être réglé depuis longtemps ! » Pour justifier sa décision, la Fédération espagnole a estimé que la présence de clenbutérol (anabolisant d’origine vétérinaire, notamment détourné pour doper les chevaux) dans l’organisme de son meilleur coureur ne pouvait « être due à un dopage volontaire, car la quantité infime détectée est absolument inefficace pour améliorer le rendement ». De plus, les thèses de « l’absorption de compléments vitaminés, de microdoses », ainsi que celle d’une autotransfusion sanguine, ont été écartées. D’où cette conclusion : « Le résultat positif détecté est la conséquence de la consommation de viande contaminée », l’argument massue de Contador depuis le début. Professeur de biophysique à l’université de Montpellier, le Dr Michel Audran a son explication quant aux traces de clenbutérol retrouvées dans le sang de l’Espagnol. « Il s’agit simplement de résidus. Moi, ce que j’en déduis, c’est qu’il s’est contaminé, c’est sûr, mais vraisemblablement pas avec de la viande. La thèse de la transfusion sanguine émise par la presse me semble plus viable. On a trouvé des traces de plastique dans ses urines, ce qui validerait cette thèse de la transfusion. Cela reste une hypothèse, mais il ne faut pas oublier que le jour où les

traces ont été décelées, il venait de franchir le Tourmalet (le 21 juillet) et qu’il devait le refaire seulement deux jours après. Une transfusion sanguine, ça aide beaucoup à ce moment-là. »

« UNE ÉTAPE INTERMÉDIAIRE » Pour Marc Madiot, le manager de la Française des jeux, comme pour la plupart des acteurs du peloton, l’affaire ne devrait donc pas en rester là. « On est en présence d’un cas de dopage positif. Il y a des procédures à suivre. Je pense que ce n’est qu’une étape intermédiaire. La suite va être intéressante. En tout cas, cela ne m’amuse pas. Je trouve cela pathétique… » •

CONTADOR PLAIDE POUR UN CHANGEMENT À l’issue de son premier jour de course depuis la levée de sa suspension, sur le Tour d’Algarve, l’Espagnol est revenu sur sa situation : « C’était un grand jour pour moi aujourd’hui. Et même s’il a plu, j’en ai profité comme jamais. J’ai vécu des mois très difficiles où il a été impossible de dormir. Maintenant, j’ai été blanchi. Ma situation doit être un exemple pour que les règles changent le plus rapidement possible, parce que, sinon, il y aura de plus en plus d’injustices. »

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


TÊTE D’AFFICHE 22

< J’EN AI RAREMENT VU PASSER DES JOUEURS COMME ÇA. IL A TOUJOURS LA MÊME FACILITÉ, COMME CHEZ LES JUNIORS. > MICHEL MARFAING, STADE TOULOUSAIN

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


RUGBY

VALEUR MONTANTE

MEDARD ET D’ESSAIS Meilleur marqueur d’essais du Top 14, Maxime Médard est la nouvelle star du XV de France. Gueule d’ange, regard ravageur, le Toulousain vient d’enchaîner deux prestations très convaincantes dans le Tournoi des VI Nations, avant d’affronter l’Angleterre à Twickenham, la semaine prochaine. TEXTE > CHRISTOPHE COUVRAT PHOTO > NIKE

’image est frappante. Elle ne concerne pas uniquement les rouflaquettes. Il y a chez Maxime Médard du Gallois, estampillé Edwards ou Davies. Sans trop se tromper. Définitivement seventies. Au cœur d’une époque abreuvée de nostalgiques du french flair – « Le french flair est dépassé », dixit Sébastien Chabal à l’issue des test-matchs de novembre – Médard redonne ses lettres de noblesse à la marque de fabrique historique du rugby français. Celui des frères Boniface ou plus récemment de Sella, Lafond ou Blanco. Dépositaire. Pur produit de la formation toulousaine, Médard affiche ses certitudes cette saison. Contrairement à l’année dernière où le retour de Clément Poitrenaud, à l’arrière, l’avait relégué sur le banc. Ce qui n’empêche pas les deux compères d’être proches et de former un duo complice, parfois élargi à Vincent Clerc, le nouveau gendre de Guy Novès. Éjecté du groupe France, Médard a donc suivi en simple spectateur le Grand Chelem du XV de France réalisé l’an passé. Une cicatrice à peine refermée, d’autant que Malzieu, Rougerie, Andreu et Fall se succèdent et reniflent la ligne de touche sans convain-

L

cre. « Ce que j’ai vécu l’an dernier m’a fait grandir, » assure-t-il. Un an sans jouer sous le maillot du XV de France. La récompense revient en novembre dernier, face aux Fidji.

ET MÉDARD MARQUE... LES ESPRITS Médard aime les grands rendez-vous. À Dunedin (Nouvelle-Zélande), en juin 2009, pour une de ses premières sélections en équipe de France, il intercepte un ballon de Luke McAlister trop faiblement dosé vers Joe Rokocoko. La suite ? Une course folle de 60 mètres au cœur de la défense Black et un essai qui permet aux Bleus de s’imposer pour la première fois depuis quinze ans en NouvelleZélande (27-22). Un an plus tard, le Biarritz Olympique plie en finale de la Coupe d’Europe (21-19). Médard ne marque pas. Sauf les esprits. Novès l’a bien compris. 13 essais en 17 matchs de Top 14 disputés cette saison, le phénomène est lancé, malgré un déficit de taille et de puissance (1,80 m, 89 kg). Formé au club et totalement intégré à la fameuse génération dorée du Stade toulousain (Michalak, Clerc, Jauzion, etc.), le natif de Blagnac garde la tête sur les épaules. Alain, son père, veille au grain, au cas où : « Maxime a tou-

jours eu un ballon entre les mains », glisse l’ancien troisième ligne de Blagnac. Le grand-père de Maxime a aussi joué au rugby. Son destin est tracé : « Je serai rugbyman professionnel », souffle Médard, ado de 15 ans dans les jupons familiaux. Depuis, la progression est fulgurante. Direction le Stade toulousain et son centre de formation ultra-performant. Michel Marfaing, ancienne gazelle rouge et noire, désormais patron des jeunes pousses du Stade, témoigne : « J’en ai rarement vu passer des joueurs comme ça. Il a toujours la même facilité, comme chez les juniors ». Médard est un garçon bien. Sous tous rapports. Il sait d’où il vient et n’hésite pas à rendre visite aux gamins de l’école de rugby de Blagnac. Dominique Balési, un des éducateurs, a assisté au retour de l’enfant prodige au dernier goûter de Noël : « Ils l’ont reconnu tout de suite. C’était un moment magique pour eux. » Gamin, lui ne reconnaît que son ballon de rugby. Il ne le quitte jamais et s’en sert de doudou.

2011 SERA SON ANNÉE Suite logique. Champion de France cadets, puis Juniors Crabos (– 19 ans), Médard intègre l’équipe première dès sa première saison chez les grands. En 2008, le Brennus orne ses bras. Première cape dans la foulée. Le reste, on connaît. Son père toujours : « Après France-Ecosse, il a été élu homme du match. Pour moi, c’était plutôt Dusautoir. » Les deux s’amusent à décortiquer les matchs du rejeton. Ensemble, toujours. Aujourd’hui, Marc Lièvremont a compris une chose. L’année 2011 sera sans doute celle de Médard.

Mais à quel poste ? Depuis sa première sélection en 2008, face aux Pumas, Médard a joué huit fois à l’arrière et six fois à l’aile. Et quand on lui pose la question, la réponse fuse : « Peu importe où je joue, je me sens bien. » Émile Ntamack a bien connu Maxime Médard. Une première fois en tant que coach du Stade toulousain, puis flanqué du coq des moins de 20 ans. Si Lièvremont n’a pas eu besoin de l’avis de son entraîneur des lignes arrière, l’ancien trois-quart aile du XV de France ne tarit pas d’éloges au sujet de son protégé : « Il a un talent incroyable. Il sera une des valeurs sûres de la Coupe du monde », affirme Ntamack aux médias britanniques. À huit jours du « crunch » entre l’Angleterre et la France, les sujets de Sa Majesté ont compris : le danger vient de l’aile. Rouflaquettes au vent. •

CV MAXIME MÉDARD 24 ans – Né le 16 novembre 1986, à Toulouse (Haute-Garonne) 1,80 m – 89 kg Poste : arrière PALMARÈS : H-Cup 2005 (finaliste 2010) ; champion de France 2008 (finaliste 2006) ; champion du monde des – 21 ans 2006. Sélections nationales : 17 (38 points, 7 essais, 1 drop). 1re sélection : le 8 novembre 2008, face à l’Argentine. Top 14 saison 2010-2011 : 13 essais en 17 matchs.

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


EXTRÊME 24

GUILLAUME NÉRY

TOUJOURS

PLUS PROFOND Il est l’un des hommes capables de plonger le plus profond dans le monde, à la seule force de ses bras. Guillaume Néry est cinq fois recordman du monde d’apnée poids constant. Le Français peut rester huit minutes sous l’eau sans respirer et diviser par deux sa fréquence cardiaque. Voici les secrets de son entraînement. TEXTE > GEOFFROY BRESSON PHOTO > BLUE NERY

imanche 13 février, entre Les Rousses et Mouthe, dans le Jura. Un concurrent pas tout à fait comme les autres s’immisce au cœur du peloton de la Transjurassienne, l’une des plus grandes épreuves de ski de fond du monde. À côté des spécialistes, Guillaume Néry, ex-numéro un mondial d’apnée poids constant, boucle lui aussi les 42 km de ce parcours, tracé là-haut dans la montagne. Son sport de prédilection est pourtant tout le contraire d’une discipline d’altitude. Objectif : descendre le plus profond dans l’océan, à la seule force de ses muscles. En

D Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011

juin dernier, au large des Bahamas, le Français a aligné son cinquième record du monde. Une plongée à 115 mètres sous le niveau de la mer, dans un environnement bien différent de celui qu’il retrouve, ces jours-ci, dans le Jura. « C’est ma première participation, détaille-t-il. Je termine 811e sur 3 200 inscrits (il boucle les 42 km du parcours en 2 h 41, ndlr). C’est plutôt pas mal pour quelqu’un qui fait du ski de fond depuis trois ans… » Si le prince du milieu sous-marin a choisi de prendre un peu de hauteur durant l’hiver, c’est qu’il n’a rien trouvé de mieux pour préparer ses records.

« C’est devenu le pilier de ma préparation durant cette période, admet-il. On plonge très peu en février, l’eau est trop froide. Alors je concentre la majorité de mon temps sur le physique. Je fais de la natation, bien sûr. Mais le ski de fond, c’est génial, ça fait bosser tous les muscles. Et ça permet d’abaisser mon rythme cardiaque. »

DES CAPACITÉS HORS NORME Une caractéristique pour laquelle ce Français de 28 ans développe des capacités hors norme. Sous l’eau, il est capable de diviser par deux sa fréquence cardiaque. Son rythme


APNÉE Téléchargez l’application Direct Flash sur votre iPhone.

au repos est de 42 pulsations par minute. À – 100 mètres, elle peut parfois descendre à 20 l’espace de quelques secondes. « Je ne prends aucun risque. Et ce n’est pas une qualité innée. Il s’agit d’un réflexe naturel développé avec l’entraînement, pour résister à la pression de l’eau. » Dans un sport encore jeune et dans lequel « rien n’est établi », Guillaume Néry continue de découvrir les différentes méthodes d’entraînement pour descendre toujours plus profond dans l’océan. Ses capacités lui permettent aujourd’hui de se maintenir en apnée pendant huit minutes sous

l’eau, quand il reste immobile. « Bien sûr, le temps se raccourcit quand je me déplace, prévient-il. Comme dans les autres sports, c’est la répétition des efforts qui me permet de développer toutes ces qualités. » Cet été, fort de sa préparation hivernale, le Français va donc tenter de battre le record du monde actuel, 117 mètres. « J’ai la sensation de pouvoir descendre encore beaucoup plus bas. Mais je ne me fixe pas d’objectif, simplement parce que le corps n’a pas de limite. La seule barrière est dans la tête. » Plus vite, plus fort… et surtout plus profond. •

CV GUILLAUME NÉRY 28 ans – Né le 11 juillet 1982, à Nice (Alpes-Maritimes) Champion du monde d’apnée par équipe à Sharm El Sheikh (Égypte) en 2008 ; 5 fois recordman du monde d’apnée poids constant : - 87 mètres à Nice, en 2002 - 96 mètres à La Réunion, en 2004 - 109 mètres à Nice, en 2006 - 113 mètres à Nice, en 2008 - 115 mètres aux Bahamas, en 2010

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


TOP MODEL 26

< TOUT A DÉJÀ ÉTÉ ÉCRIT SUR BAR REFAELI – ET PAS RAFAELI – TOP MODEL DE 25 ANS, RÉPARTIS SUR 1,74 M. > Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


3e MI-TEMPS

BAR REFAELI

CHAPEAU MADEMOISELLE Il aura suffi d’une photo et de quelques lignes sur un dossier de presse pour que nos pieds passent du sable chaud à la tiédeur d’une eau claire. Car il y a vacances et vacances et celles d’hiver, loin de la mer, laissent parfois un goût amer. Explications.

Téléchargez l’application Direct Flash sur votre iPhone.

TEXTE > STÉPHANE CHAUMET PHOTOS > GREG KADEL/PASSIONATA

ive les vacances, mais pas forcément à la montagne ! Je m’explique. Puisque tout a déjà été écrit sur Bar Refaeli – et pas Rafaeli, top model israélien de 25 ans répartis sur 1,74 m, compagne d’un certain Leonardo, dont on nous dit qu’il n’est pas une tortue Ninja mais un acteur, etc. –, intéressons-nous, une fois n’est pas coutume, au dossier de presse de la marque qui l’emploie. Sachez donc que ladite marque, Passionata, lance cet été une ligne de lingerie invisible et sexy, Delight, à glisser sous les vêtements les plus légers (les modèles présentés ici, vous l’aurez compris, n’en font pas partie). Pas de coutures, bretelles multipositions, bonnets de A à E (fichtre !)… et « une palette de couleurs sensuelles qui mettent en beauté les peaux ensoleillées »…

V

Ah ! Voilà où je voulais en venir. Bien sûr, il y a les vacances d’hiver, que certains n’hésitent pas à passer, de leur plein gré, dans quelque recoin montagneux plus ou moins enneigé. Ceux-là vous diront – sans trop aborder l’aspect financier, qui atteint lui aussi des sommets – air pur des montagnes d’où gros bénéfice pour la santé, sport du matin au soir, saine fatigue à l’heure du chocolat chaud, sans oublier la raclette et le repos, « bien mérité » cela va de soi.

L’ENFER DU DÉCOR On peut aisément les croire, jusqu’au jour où l’on décide de les imiter. Passons, comme ils le font, sur le coût des transports, des locations diverses (trois lits superposés dans 10 m2, du matériel qui fait mal aux pieds…), sans

oublier celui de la nourriture, qui prend également de l’altitude. Que reste-t-il ? Un lever parfois plus matinal que le reste de l’année (voire beaucoup plus pour les acharnés qui pratiquent les glaciers en été), des files d’attente façon couloirs du métro le matin à la même heure et l’encombrement du domaine skiable qui va de pair, une fatigue qui n’a rien à envier à celle du géant Atlas, la promiscuité, etc. Et la météo ? Il y aura des béats pour vous affirmer qu’il faisait un soleil de plomb dans la journée et qu’il neigeait la nuit, comme au pays des Bisounours. Ne les croyez pas. À l’usage, je peux vous affirmer qu’il peut faire très froid, très « brouillardeux », très venteux et très neigeux pendant six jours et sept nuits, des hivers d’affilée ! Et que si

maman n’avait pas eu la bonne idée de rester dans la plaine, c’est dans ses bras que vous iriez pleurer.

LA PLAGE, C’EST MAL ! Les mêmes chafouins vous étourdiront de reproches quand, l’espace d’une semblable semaine, votre choix se portera sur des plages… de farniente. Oh sots que nous sommes, gaspillant notre temps à « buller » à moitié nus, le dernier Ellory à la main ! Oh les belles feignasses, endormies à l’ombre d’un palmier bienfaiteur, quelque boisson (sans alcool) à portée de main ! Oh les pervers occupés à loucher sur cette « peau ensoleillée » qu’évoque Passionata ! Ils ont raison : on ne dira jamais assez le charme d’une voisine de télésiège en combinaison fluo des pieds à la tête et la goutte au nez ! •

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


TRIBUNE VIP 28

M POKORA

LE FOOT A

PLEIN TUBE Ami de Djibril Cissé et fan de l’OM, M Pokora est un inconditionnel du ballon rond. Aujourd’hui chanteur de R’n’B, l’interprète français de l’année 2011 (selon le palmarès contesté des derniers NRJ Music Awards) aurait préféré devenir footballeur pro, si le destin et quelques centimètres en avaient décidé autrement… PROPOS RECUEILLIS PAR > LA RÉDACTION DE RMC SPORT PHOTO > FÉLIX LARHER

E

Vous avez même bien failli devenir professionnel ? À l’âge de 15 ans, un recruteur de Sedan est effectivement venu me chercher pour faire un bout d’essai. Je suis resté trois jours au centre de formation. Ça ne s’est pas super-bien passé, car lors du match-test face aux – 17 ans nationaux de Sedan, on m’a fait évoluer latéral droit les trois quarts du match, alors que j’étais milieu droit. J’ai pris un coup derrière la tête, et ensuite, j’ai un peu lâché l’aff aire, dégoûté. Et comme « Popstars » est arrivé super-vite derrière, je n’ai pas eu le temps de cogiter. Qu’est-ce qui vous manquait ? Techniquement, ça allait. C’est surtout physiquement qu’il me manquait quelque chose. Avec deux-trois

années d’entraînement en plus, je pense que j’aurais pu avoir ce bagage qui me faisait défaut. Et puis, il me manquait quelques centimètres à l’époque. Je ne faisais que 1,70 m. C’est ce qui m’a porté préjudice. À choisir, auriez-vous préféré devenir footballeur pro ? Mon premier amour reste le foot. La musique a toujours été présente dans ma vie, mais le foot reste clairement devant. Que pensez-vous de la L1 cette saison ? Ça me plaît ! Il y a une vraie lutte, c’est super-serré derrière les premières places. Même si je suis plus pro-OM que PSG, j’avoue que c’est bien de retrouver Paris à ce niveaulà, parce que ça nous permet d’assister à de belles affiches. Quant à Lille,

< MON PREMIER AMOUR RESTE LE FOOT, DEVANT LA MUSIQUE. >

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011

ils ne font que confirmer leur bonne saison de l’an passé.

CV

Qui est votre favori pour le titre ? Pour moi, ceux qui ont la plus grosse force de frappe offensive, c’est Lille. Ils ont impressionné depuis le début de la saison. Avec l’expérience de l’an passé et le recrutement de Sow en pointe, je les vois bien aller au bout. Et puis, ce ne serait pas volé au vu du spectacle offert. Un dernier mot sur le club de votre cœur, l’OM, qui reçoit, la semaine prochaine, Manchester United en Ligue des champions et qui vient de retrouver le podium de la L1… Face à MU, ce sera costaud, mais c’est déjà bien d’avoir passé le stade des poules. En L1, la première partie de saison a été en dents de scie. Mine de rien, il y a eu beaucoup de changements en attaque. On ne remplace pas comme ça, du jour au lendemain, un gars comme Niang. L’alchimie n’a pas non plus été immédiate entre « DD » Gignac et Rémy. Mais sur les derniers matchs, l’OM a retrouvé la maîtrise du ballon. Et le réalisme était enfin au rendez-vous. •

MATTHIEU TOTA, DIT M POKORA

2011 EMI MUSIC FRANCE

ntre le foot et vous, c’est une longue histoire d’amour… Je baigne dans le foot depuis tout petit, car mon père, André Tota, a été pro entre 1970 et 1980 à Metz, Bordeaux, Toulouse et Troyes. De mon côté, j’ai commencé le foot à 6 ans, avant d’arrêter à 17 ans, en DH, quand j’ai remporté « Popstars ».

25 ans – Né le 26 septembre 1985, à Strasbourg (Bas-Rhin). DISCOGRAPHIE 2003 : Mon étoile (avec le groupe Linkup) 2004 : M Pokora 2006 : Player 2008 : Mp3 2010 : Mise à jour 2011 : Updated (sortie le 14 mars)


AGENDA

À SUIVRE

ZOOM SUR

COUPE DU MONDE D’ESCRIME Toutes les armes sont de sortie, ce week-end. Dans le cadre du Trophée Luxardo, Padoue (Ita.) accueille l’épreuve de Coupe du monde individuelle et par équipes seniors hommes. Les fleurettistes masculins se défieront, eux, à La Corogne (Esp.), tandis que les épéistes croiseront le fer lors du Tournoi international de Berlin.

1er GRAND PRIX D’ASIE DE TIR À L’ARC De retour de stage en Australie, les meilleurs archers du Pôle France élite de l’Insep – parmi lesquels la médaillée olympique, Bérengère Schuh – disputent, du 18 au 22 février, le 1er Grand Prix d’Asie de la saison, à Bangkok (Thaï.). Au total, 234 archers de 27 nations sont engagés dans cette compétition.

TOUR DU HAUT-VAR

Avec six succès en huit rencontres, la franchise tricolore Paris United, dirigée par Brahim Asloum, caracole en tête de la conférence européenne des World Series of Boxing. Une position de pointe, qui lui permet d’entrevoir les demi-finales mondiales. TEXTES > GÉRALD MATHIEU PHOTO > A BIBARD/FEP/PANORAMIC

aris United, Moscow Kremlin Bears, Dolce & Gabbana Milano Thunder, Istanbulls, Los Angeles Matadors, Memphis Force, Mexico City Guerreros, Miami Gallos, Astana Arlans, Baku Fires, Beijing Dragons, Pohang Poseidons. Derrière ces formations à l’appellation parfois un tantinet risible, se cachent en réalité de redoutables franchises de boxe, engagées dans les Word Series of Boxing. Lancées en novembre dernier, les WSB bouleversent l’univers du noble art. Dans leur concept, d’abord, puisque douze franchises ont été créées à l’image de ce qui se fait en NBA. Douze formations de 10 à 20 boxeurs, réparties sur trois continents (Europe, Asie, Amérique).

P

Dans leur format, ensuite, puisque ces teams s’affrontent lors de confrontations aller-retour (pour des combats en 5 rounds de 3 minutes), qui ne concernent que cinq catégories de poids, remodelées pour l’occasion : coqs (54 kg), légers (61 kg), moyens (73 kg), mi-lourds (85 kg) et lourds (– 91 kg). Dans leur dessein, enfin, car de précieuses qualifications olympiques sont en jeu.

YOKA, UN NOM À SUIVRE Après huit rencontres, le Paris United de Brahim Asloum – qui reçoit ce soir Istanbulls, au Palais des sports de Levallois (92) – est en tête de la Conférence européenne avec

six succès. « Nous sommes premiers, bien positionnés, mais nous n’avons aucune marge d’erreur », insiste l’ancien champion du monde WBA des poids mi-mouches, aujourd’hui âgé de 32 ans. « La première place pour les playoffs (seul le premier de chaque conférence se qualifie pour les demi-finales, ndlr) se jouera entre nous et Milan. Ça se présente bien, mais il faudra être attentifs jusqu’au bout. » À quatre rencontres de la fin de la « première phase », qui s’achève le 18 mars, Paris United est donc en passe de réussir son pari. Mais individuellement, trois gros talents ont bluffé Asloum : Ludovic Groguhe (85 kg), « au potentiel hors norme » ; Tony Yoka (+ 91 kg), « une des futures stars mondiales des poids lourds, avec des qualités intrinsèques énormes » ; et Nordine Oubaali, sélectionné olympique en 2008, à Pékin. « Au départ, les détracteurs des WSB disaient que ce n’était pas un sport d’équipe, mais je vous assure que les gars boxent pour eux, mais aussi pour l’équipe », se félicite l’ex« Petit Prince des rings », en fin connaisseur. •

PATRICK PICHON/DPPI

WORLD SERIES OF BOXING : PARIS UNITED TRACE SA ROUTE

Qui succédera à Cédric Le Mevel, lauréat l’an passé du Tour du Haut-Var ? Pour cette 43e édition, David Moncoutié (Cofidis), 35 ans, vainqueur le week-end dernier du Tour méditerranéen, fait figure de favori. Au programme, deux étapes : La Croix-Valmer - Grimaud (168 km), samedi. Et une boucle de 207 km, le lendemain, avec départ et arrivée jugés à Draguignan.

COUPE DU MONDE DE CYCLISME SUR PISTE Le vélodrome de Manchester (Ang.) reçoit, du 18 au 20 février, la 4e et dernière manche de la saison de Coupe du monde de cyclisme sur piste. Quatorze pistards défendront les chances françaises. À commencer par Grégory Baugé, Michael D’Almeida (photo), Kévin Sireau, François Pervis, Sandie Clair et Clara Sanchez.

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


AGENDA 30

VENDREDI 18 FÉVRIER 14h45 SNOOKER Open du pays de Galles, à Newport 16h40 FOOTBALL Ligue Europa/Les rencontres de la soirée de jeudi 17h00 TENNIS Tournoi WTA de Dubai/1/4 de finale 18h00 MAGAZINE « Veille de match » 19h40 ÉMISSION « Les Spécimens » 20h10 HANDBALL D1/14e j./Paris-Dunkerque, salle Pierre-deCoubertin

À NE PAS MANQUER

20h25 BASKET Pro A/18e j./Limoges-Poitiers, au Palais des sports de Beaublanc 20h25 FOOTBALL Bundesliga/23e journée/NürembergFrancfort 20h45 FOOTBALL L1/24e journée/Lyon-Nancy, au stade Gerland 21h45 FOOTBALL « Barça show »/Gijon-Barça et Arsenal-Barça 22h15 TENNIS Tournoi ATP de Marseille/1/4 de finale 23h00 CYCLISME Tour d’Algarve (Por.)/Résumé de la 3e étape 01h00 HOCKEY SUR GLACE NHL/New Jersey Devils/New York Rangers

TOP 14 DE RUGBY BRIVE-STADE FRANÇAIS En ouverture de la 19e journée du Top 14, le Stade français se déplace en Corrèze pour y affronter l’avant-dernier de la classe, Brive. Vainqueurs de Biarritz le week-end dernier, les Parisiens tenteront de poursuivre leur remontée vers les six premières places du Championnat, qualificatives pour les playoffs. Dans leur stade AmédéeDomenech, les Brivistes voudront confirmer leur prestation encourageante du week-end dernier, face à Toulon (16-22). Un 5e succès cette saison leur offrirait une bouffée d’oxygène dans la course au maintien.

N. LE GOUIC / FEP / PANORAMIC

12h30 BOXE « ESPN Big Fights »/Thomas Hearns 14h00 TENNIS Tournoi ATP de Marseille/1/4 de finale

20h35 Brive-Stade français

ZOOM SUR LES CHAMPIONNATS DU MONDE DE SKI ’échec des Bleus en vitesse n’a pas laissé insensibles Carole Montillet et Luc Alphand, tous deux anciens vainqueurs à Garmisch-Partenkirchen et aujourd’hui consultants pour France Télévisions. Luc Alphand a rangé ses skis en 1997. Qu’il a échangés illico contre un micro : « J’ai fait toutes les campagnes depuis Nagano 98 et je suis super-content d’être toujours dans ce milieu », sourit-il. En cabine ou dans l’aire de départ, il apporte sa connaissance des courbes et

DIMANCHE 20 FÉVRIER 09H00 LUGE Coupe du monde/Finale/1re manche dames, à Sigulda (Let.) 13h30 FOOTBALL Championnat d’Écosse/27e j./CelticRangers 14h00 TENNIS Tournoi ATP de Marseille/Finale 14h20 FOOTBALL Serie A/26e j./Lecce-Juventus Turin 14h55 FOOTBALL Serie A/26e j./Chievo Verone-Milan AC 16h15 TENNIS Tournoi WTA de Dubai/Finale 16h55 HANDBALL Ligue des Champions masculine / Hambourg (All.)-Montpellier 17h00 FOOTBALL Ligue 1/24e j./Deux matchs

17h00 FOOTBALL Liga/24e j./Villareal-Malaga 17h30 ÉMISSION « Stade 2 » 20h00 SNOOKER Open du pays de Galles/Finale, à Newport 20h15 MOTO Night of the Jumps/1re manche, à Turin (Ita.) 20h40 FOOTBALL Liga/24e j./FC Barcelone-Athletic Bilbao, au Nou Camp 22h50 GOLF Circuit européen/Masters de New Delhi/ 4e journée 23h15 ÉMISSION « L’Équipe du dimanche » 23h45 ÉMISSION « After Foot » (Brisbois-Courbis-Riolo)

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011

elle s’en acquitte parfaitement depuis cinq ans. Après une première semaine noire pour les Bleus, elle a très vite retrouvé le sourire et l’espoir, après la médaille de bronze décrochée hier par Tessa Worley, dans l’épreuve du géant. Et les trois derniers jours de compétition pourraient être dans la même veine avec l’entrée en lice des géantistes et des slalomeurs. Tout le week-end sur Mais aussi sur

À NE PAS MANQUER 24e JOURNÉE DE L1 TOULOUSE-RENNES

PASCAL ALLEE / DPPI

GEPA / PANORAMIC

L

des personnes : « On connaît tout le monde. Les techniciens, la moitié des coachs qui sont d’anciens coureurs… Chaque fois que je reviens, je me régale. » Carole Montillet était au bord de la piste et des larmes, dimanche dernier, après une descente totalement manquée par les Bleues. « Les filles sont des amies. Alors, je sais dans quel état elles sont », explique la championne olympique 2002. Si elle confie qu’il « est difficile d’expliquer aux gens ce qui nous paraît tellement banal »,

Surprenant 2e du championnat derrière Lille, le Stade rennais de Frédéric Antonetti (photo) cherchera à aligner une troisième victoire d’affilée, après les succès glanés à domicile face au PSG et Nice. le « Téfécé » tâchera, lui, d’éviter de concéder un 4e revers à domicile cette saison et de relancer la machine, après avoir chuté chez le leader lillois, dimanche dernier. L’homme à suivre côté breton, c’est le tout jeune (21 ans) milieu de terrain Yacine Brahimi, bourreau du Paris SG il y a quinze jours. 21h00 Toulouse-Rennes


TÉLÉ-RADIO

SAMEDI 19 FÉVRIER 13h25 FOOTBALL Coupe d’Angleterre/4e tour retour/ Chelsea-Everton 14h00 TENNIS Tournoi ATP de Marseille/1/2 finale 16h15 TENNIS Tournoi WTA de Dubai/1/2 finale 16h25 RUGBY Top 14/19e j./Toulouse-Biarritz 16h35 AUTO Trophée Andros/7e manche, à Lans-enVercors (Isère) 18h10 FOOTBALL Coupe d’Angleterre/4e tour retour/ Manchester United-Crawley Town 19h00 FOOTBALL Ligue 1/24e j./Six matchs

À NE PAS MANQUER 19h55 BASKET Pro A/18e j./Gravelines-Orléans 20h00 BASKET NBA/All Star Game/Entraînement et interviews 20h35 RUGBY Top 14/19e j./Agen-Toulon 21h00 FOOTBALL Ligue 1/24e j./Lorient-Bordeaux 21h45 ATHLÉTISME World Indoor Meetings/Grand Prix de Birmingham 22h30 FOOTBALL Liga/24e j./Real Madrid-Levante 23h00 ÉMISSION « Jour de foot », présenté par Messaoud Benterki 23h45 MAGAZINE « After foot » (Brisbois-Courbis-Riolo)

LIGUE DES CHAMPIONS DE HAND

CHAMBÉRY-KIEL Pour cette 8e journée de Ligue des champions, le leader du championnat, Chambéry, aura la tâche compliquée face à Kiel et ses Français Thierry Omeyer (photo, de dos), Jérôme Fernandez et Daniel Narcisse. Le club du nord de l’Allemagne, tenant du titre, ne s’est incliné qu’une seule fois depuis le début de la compétition, face au FC Barcelone. Un succès des hommes de Philippe Gardent aurait un petit goût d’exploit face au deuxième de la Bundesliga… À Bertrand Roiné et Xavier Barachet de faire briller le phare de la Savoie !

PICTURE ALLIANCE / DPPI

13h00 SKI FREESTYLE Coupe du Monde, à Minsk (Bié.)

20h35 Chambéry-Kiel

ZOOM SUR “BROKEN ARROW” ET “U-571” SUR irect 8 entre en guerre, jeudi prochain. Façon de parler, bien évidemment, puisque la chaîne propose deux longs métrages aux accents belliqueux. Premier coup de semonce, à 20 h 40, avec Broken Arrow, de John Woo, avec John Travolta et Christian Slater (photo). Le capitaine Riley Hale, pilote d’essai dans l’armée américaine, est en admiration devant le major Vic Deakins, avec lequel il fait équipe. Sa ferveur est stoppée net le jour

CORBIS

D

où, en mission ultrasecrète à bord d’un bombardier furtif B-3, qui transporte deux missiles à ogives nucléaires opérationnels, Deakins le menace d’un pistolet et l’éjecte de l’appareil. Action, plan diabolique et répliques imparables seront au rendez-vous ! Suite des hostilités à 22 h 30, avec U-571, de Jonathan Mostow, avec Bill Paxton et Harvey Keitel. En 1942, les États-Unis viennent d’entrer en guerre contre les forces de l’Axe. Le capitaine Dahlgren

SUR VENDREDI 18 FÉVRIER

CHRISTIAN PONDELLA/RED BULL CONTENT POOL

“M80”, LE MAGAZINE DES SPORTS EXTRÊMES Prenez une bonne dose d’adrénaline avec Direct Star ! Les magazines les plus époustouflants vous plongent dans l’univers sensationnel des sports extrêmes. Les illuminés, accros au freestyle et aux défis les plus inattendus, repoussent leurs limites ainsi que les éléments aux quatre coins du globe. Émotion et frissons garantis pour le plus grand plaisir des yeux !

06h00 FITNESS – GYM DIRECT Présenté par Sandrine Arcizet

SAMEDI 19 FÉVRIER 06h00 FITNESS – GYM DIRECT Présenté par Sandrine Arcizet

18h40 AUTO – DIRECT AUTO Présenté par Grégory Galliffi

03h45 POKER - DIRECT POKER Présenté par Alexandre Delpérier

DIMANCHE 20 FÉVRIER 06h00 FITNESS – GYM DIRECT Présenté par Sandrine Arcizet

13h30 LA MINUTE DE VÉRITÉ Présenté par Lionel Rosso/Les JO Munich 72

23H05

SAMEDI 19 FÉVRIER

00h10 POKER – DIRECT POKER Spéciale Vanessa Rousso

commande le S-33, un sous-marin archaïque mais redoutable. À son bord se trouvent les lieutenants Andrew Tyler et Emmett, l’enseigne de vaisseau Klough, Wassner et d’autres hommes d’équipage, engagés dans une mission décisive. Le S-33 va être maquillé en sous-marin allemand, l’un des célèbres U-Boote qui patrouillent au fond de l’océan. La réussite de leur mission va dépendre désormais de leur solidarité, de leur rapidité et de leur courage.

RADIO : À NE PAS MANQUER

RMC SUR TOUS LES FRONTS En clôture des Championnats du monde de ski à Garmisch-Partenkirchen, « L’Intégrale sport » sera sur place pour faire vivre, en direct, les performances des slalomeurs tricolores. Après l’or par équipe et le bronze de Worley, l’équipe de France comptera samedi sur Sandrine Aubert et Nastasia Noens, chez les dames, et Jean-Baptiste Grange, chez les hommes, le lendemain, pour espérer améliorer ce bilan. À suivre également, la 24e journée de la L1 de football, et notamment Marseille - Saint-Étienne, samedi à 19 heures, dernière répétition nationale des hommes de Didier Deschamps avant de recevoir Manchester United, en Ligue des Champions.

Direct Sport n°6 • Vendredi 18 février 2011


Les APPLICATIONs MOBILEs de LA POSTE avec les applications mobileS de la poste, vous pouvez, n'importe ou' et a' tout moment, de votre smaRtphone ou votre tablette tactile : - calculer le cout et suivre vos envois en temps re'el en france et a' l'international, ' - ge'olocaliser le bureau de poste le plus proche et consulter ses horaires d'ouverture, - suivre l'actualite' des produits et services de la poste. ET C'EST PAS TOUT...


Direct Sport 6  

LIGUE DES CHAMPIONS LYON - REAL MARSEILLE - MANCHESTER DIRECT SPORT - GRATUIT N O 6 / VENDREDI 18 FÉVRIER 2011 - NE PAS JETER SUR LA VOIE PU...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you