Page 1

Décembre 2019

Alcaline V eeuuvveess

o ll ii n n ee d d ee m ma a ii g gr r eet t , ss o o pa pa r r ii ss ii a an n b bo om mb b C aarro ma a ll ii n n+ g go o eet tzz ) L’ a ap p ot ot h h ii c ca a ii r r ee ff r ro om m n n eew w yo yo r rk k c c ii t ty y (m d eess ss o ou u ss c ch h ii c css d d ee lla a ll ii n ng g ee r r ii ee , ff r r ee n nc ch h c cu u lt ltu ur r ee L eess d Ysseeuult lt , lla a b bo om mb b ee m mo on n ta ta n nt t ee m m ii ss ee à à n nu u n c ch ha am m pa pag gn n ee , p pr r ee m m ii èè r r eess b bu u ss ii n n eess ss d da am m eess d d ee ff r ra an nc c ee ee n st r ro o A st

2020, ll ee c ch ha an ng g ee m m ee n nt t c c ’ eest st m ma a ii n nt t ee n na an nt t 2020

!


Directeur de rédaction Antoine Brillant antoine@bmbmag.com Directrice artistique Sophie Bergamaschi sophie@bmbmag.com Rédactrice en chef Alexandra Martin Baudry alexandra@bmbmag.com Production images et vidéos Studio Paradise now Photographes Alizée Lutz – Erizée Studio Gilles Berquet Georgina Millet Charlotte Schousboe Nicolas Mingalon Guillaume Vincent Morgane Maurice

· M A G

Maquette Guillaume Vincent Sophie Bergamaschi Secrétaire de rédaction Teddy Clade Réalité augmentée E mage in 3D Impression Rotimpress Carrer del Pla de l’Estany, 5-10, 17181 Aiguaviva Diffusion

Hôtels de luxe, thalassos, SPA Liste à retrouver sur notre site LABOMBE - BMB

91 rue Faubourg Saint-Denis 75010 Paris

Traduction Agence ARTEXT Contributeurs Alizée Lutz Georgina Millet Gilles Berquet Carine Loeillet Marion Minet Leah Phillpot Fanny Bouquet Hélène Plateau David Gallienne Remerciements Louise Molinaro Rama Barr y Aubade Sarah Chaikhoun Nancy D.D Dani Marino Yseult Léa Marisol Céline de Beaucaron Anna Kind Notre équipe & nos collaborateurs Nos agences de presse par tenaires Tomboy Lab

contact@bmbmag.com www.bmbmag.com Mentions légales : ISSN / 978-2-9561191-5-9 / Dépôt legal à parution. Ne pas jeter sur la voie publique / do not litter

© Matt Seymour

M B

Rédaction Antoine Brillant Alexandra Martin Baudry Sophie Bergamaschi Hortense Pinto Pauline Fons Arièle Bonte Elisa Seydi-Paul


Back to BASICS Po u r a cco m p a g n e r ce t te t r a n s i t i o n d e f i n d ’a n n é e , ve r s u n e to u te n o u ve l l e e n co r e p l e i n e d e p r o m e s s e s , n o u s avo n s c h o i s i p o u r ce n u m é r o d e L A B O M B E M a g a z i n e d e r e v i s i te r n o s b a s i c s , a n c r a g e s o l i d e e t s u b t i l e d e n ot r e a d n c u l t u r e l , p o u r m i e u x l e s u b l i m e r, a l l e r d e l ’av a n t e t f a i r e p e a u n e u ve ! B a s i q u e , co m m e l a ve r s i o n o r i g i n a l e d e l a P a r i s i e n n e , i m a g e m y t h i q u e d e l ’é l é g a n ce a te m p o r e l l e , b o u r g e o i s e - b o h è m e , s i b i e n i n c a r n é e par le mannequin Caroline de Maigret. B a s i c s , co m m e ce s e s s e n t i e l s h o m m e - f e m m e , « m u s t h ave » d e n o s d r e s s i n g s p o u r p a s s e r l ’h i ve r chic et au chaud. B a s i q u e , co m m e l e r e to u r a u x s o u r ce s , ave c l ’h i s to i r e d e l a l i n g e r i e f r a n ç a i s e , l e r é c i t d e s ve u ve s e n C h a m p a g n e , p r e m i è r e s b u s i n e s s wo m e n ve n u e s c a s s e r l e s co d e s d u g r a n d p a t r i a r c a t o u b i e n co m m e l e r i t u e l d e ce s f ê te s d e f i n d ’a n n é e e n f a m i l l e , to u j o u r s p l u s o u m o i n s r é u s s i e s . M a i s a u s s i , r e to u r s u r l e s r è g l e s « d e b a s e s » d u co u p l e p o s a n t l e s l i m i te s d e l a f i d é l i té . B a s i q u e , co m m e l a n o u ve l l e p i e r r e p o s é e s u r l ’é d i f i ce d e n ot r e b e l l e ave n t u r e e n d e ve n i r, B a s i c H a p py N e w Ye a r ! We w i s h yo u t h e b e s t ,

T i c , t a c … E n j oy *

An t o i n e , Al e x a n d ra , S o p h i e B M B Te a m

M B · M A G


N U M ÉRO

e n réalité aug me ntée V I DÉO S , M A K I NG - OF, C ON S E I L S , E XC LUS …

Réalisé en partenariat avec l’entreprise digitale E MAGE IN 3D, plusieurs pages du magazine peuvent être scannées pour découvrir vidéos, making-of, exclus (dès l’apparition du sablier les pages sont alors en réalité augmentée).

M B · M A G

1

TÉLÉCHARGEZ L’A P P L I C AT I O N C O M PAG N O N DI S P ON I B L E G R AT U I T E M E N T SUR IOS ET ANDROID.

2

P O I N T E Z VO T R E S M A RT PH ON E S U R L’ U N E D E S PAG E S O U L E S A B L I E R A P PA R A Î T.

3

VIVEZ UNE EXPÉR IENCE A N I M ÉE E XCLUSI V E ET DECOU V R EZ ENCOR E PLUS DE CONTENU.

LABOMBE Fait pour une femme qui compte.


SOMMAIRE Nº 1 / DEC 2 019

4 . AT T R AC T I V E f a s h i o n , e n i g m at i c p a r i s i a n c a r o li n e d e m ai g r e t, l a b o m b e m a d e i n pa r is f r e n c h c u lt u r e , l e s d e s s o u s c h i c s d e l a l i n g e r i e clair - obscur, joaillerie

&

luxe

envie de shopper w o m e n i n s p i r at i o n

32 . SEL F -A S SU R ED b e a u t y, m a k e u p f o c u s n ot e s d e cœ u r be auty presents

(m a l i n

+

g o e t z ) l’ a p o t h i c a i r e f r o m n y c

happy new me ! h i p h o p yo g a , h u m b le e t wa r r i o r

5 2 . WA N D E R E R veuve s en cham pagn e , d eu i l & b usi n e ss a r t d e l a ta b l e d a v i d g a l l i e n n e , n o v a m o n ta n t e a f fa i r e s d e fa m i l l e y s e u lt

,

la bombe mise à nu

#babybomb ,

paris

94. OR IGINAL s u n t h e r a p y , l’ h i v e r a u s o l e i l n e w r u l e s , l e m i c r o c h e at i n g d é c o u v e r t e , l’ i n t u i t i o n à l a c a r t e a s t r o 2020 , l e c h a n g e m e n t c ’e s t n o w !

M B · M A G


at t r ac t ive 4

Adject if Q u i , co m m e l ’a i m a n t , à l a f o r ce d ’a t t i r e r, qui séduit.

M B

Photographe Alizée Lutz Réalisation Érizée Studio Style Alizée Lutz Mua Sarah Chaikhoun
 Modèle Louise Molinaro Modèle Rama Barry


5 M B


6

M B

FA S H ION / At t r a c t ive


7 M B


8

M B

FA S H ION / At t r a c t ive


É n i g m at i q u e Réputation chic - iconique à travers le monde entier, Reine sur l’échiquier des plus grandes Maisons de Luxe auxquelles elle assure le plus beau retour sur investissement, La Parisienne suscite depuis toujours secret, envie, admiration et convoitises. Associée à l’élégance pure avec un naturel à couper le souffle, jamais égalée, elle est aussi un cliché international… Toujours un peu la même et définitivement une autre. Mais qui au fond, se cache derrière ce joli minois de Parisienne ? Toutes les femmes.

9 M B


F AF SAH SH I OI O N N/ /L aP oB rotm r abi et

10 M B

« La mode ne m’intéresse pas. J’aime les histoires qu’elle raconte, le style des gens, la photo, mais la mode en elle-même, non » © Georgina Millet - thegmillet.com - Channel show, Paris.


PORTRAIT

CAROLINE DE MAIGRET

LA BOMBE made in Paris Stylée, chic et singulière, avec sa frange longue et f loue souvent copiée, Caroline de Maigret est sans doute la plus internationale des parisiennes. Portrait d’une bobo chic, qui fait rayonner le style de la capitale à travers le monde entier. TEXTE Elisa Seydi-Paul

annequin, productrice, auteure, Caroline de Maigret est une touche-à-tout talentueuse qui se définit elle-même comme « une femme active que l’on photographie ». Avec plus de 800 000 followers sur Instagram, la smart et nonchalante brindille qui incarne « le » bobo-chic parisien, est avant tout une grande icône de la mode française, qui a su s’imposer dans l’univers « réfrigéré » de la mode, avec un savant dosage d’élégance et de désinvolture, juste comme on aime.

carrière, jouer la carte de « l’énigmatique séduisante » avec un naturel époustouflant. Le fait est qu’elle porte en elle un secret bien gardé, ce fameux « je ne sais quoi » impalpable que les autres mannequins n’ont pas, qui captive sans jamais s’afficher. Cette french-touch bien à elle, est d’ailleurs devenu l’atout « crush » majeur qui l’a propulsée, comme un éclair, sur les podiums des défilés des plus grandes maisons de couture : Chanel, Dior, Louis Vuitton, Balenciaga… Juste un rêve éveillé. En parallèle, elle fait la une des couvertures de magazines de mode internationaux les plus en vue.

Issue de l’aristocratie bourguignonne, d’un père ancien vice-président du Conseil de Paris et d’une mère championne de natation, noble polonaise, Caroline est née dans le très huppé 9-2, à Neuilly-surSeine. Elle se destinait à suivre des études de Lettres Modernes à la Sorbonne, avant d’être repérée par un dénicheur de mannequins, à l’âge de 18 ans. Il faut dire qu’avec son mètre 80 ( ou presque) et son allure racée, c’était gagné d’avance pour le casting : silhouette gracieuse et longiligne, coupe de cheveux wavy-grungy décoiffée à la française, des traits de visage symétriques et anguleux... Sans jamais forcer le trait, Caroline de Maigret a su, tout au long de sa

Avec son style « chic and cool » de bobo parisienne, Caroline est l’image-même de l’ « effortless à l’esprit rock », celle qui casse les codes et brouille les pistes. Choisie par Karl Lagerfeld himself, pour incarner la campagne du célébrissime sac Gabrielle, elle devient à 41 ans ambassadrice de la maison Chanel en 2016. Le Kaiser disait d’elle « Caroline est une héritière de Saint Germain-des-Près, avec son côté parisien et intellectuel, sans jamais être mondaine ». L’élégance innée. Artiste multiple, plus intello que poseuse, elle partage sa vie avec le musicien Yarol Poupaud avec qui elle a un fils Anton - en hommage littéraire à Anton Tchekhov.

Elle est partout, incontournable et discrète à la fois.

11 M B


FA S H ION / Por t r a it

« On lui sait gré d’être un modèle imparfait, de véhiculer cette idée d’assumer qui l’on est... » “We know that she’s comfortable with being an imperfect role model, with conveying the idea of accepting who you are...”

12 M B

Ils expriment ensemble leur passion pour le rock en créant le label Bonus Track Records, et deviennent découvreurs de talents. En 2014, elle fait l’actrice et passe devant la camera d’Olivier Assayas dans le film « Sils Maria », présenté au Festival de Cannes. Au-delà de l’image trendy cool, il y a chez elle une femme, de conviction, militante engagée, marraine de la faculté de médecine Paris Descartes pour le programme « Sauver la vie pour la recherche », mais aussi de l’association « No More Plastic Kids », qui sensibilise à la pollution plastique des océans. Avec ses amies Anne Berest, Audrey Diwan et Sophie Mas, elle a co-signé l’ouvrage de référence « How to be a Parisian, wherever you are : love, style and bad habits », paru en septembre 2014. Le guide de la coolitude à la Parisienne cartonne. Fière de ce succès, elle vient d’ailleurs d’écrire « Older but Better, but Older » un nouveau guide plein d’humour, avec des conseils sur l’amour, la séduction, la mode et le travail, la famille et l’acceptation de ses imperfections. On lui sait gré d’être un modèle imparfait, de véhiculer l’idée d’assumer qui l’on est : c’est ça finalement, la vraie bobo chic attitude ! Muse aux visages multiples définitivement « made in Paris », on peut croiser Caroline aussi bien Rive Gauche, au détour d’un corner du Bon Marché ou bien Rive droite à la terrasse du café Mansart, dans le 9e arrondissement, à Pigalle, le quartier où elle a élu domicile. On est parisienne ou on ne l’est pas… + d’infos : Older but Better, but Older, par Caroline de Maigret et Sophie Mas, paru édition Doubleday, disponible en janvier 2020. + for more info : Older but Better, but Older, by Caroline de Maigret and Sophie Mas, published by Doubleday, available in January 2020.


PORTRAIT C A R O LI N E D E M AI G R E T

THE PARISIAN Stylish, chic and very much her own woman, sporting her often-copied long and choppy fringe, Caroline de Maigret is without doubt the most international of Parisiennes. Portrait of a bobo chic icon who spreads the French capital’s inimitable style right across the world. TEXT Elisa Seydi-Paul

Model, producer, author,

breaks the rules and blurs the lines. Chosen by Karl

Caroline de Maigret is a

Lagerfeld himself as the face of the iconic Gabrielle bag,

talented Jill-of-all-trades

in 2016, aged 41, she was appointed as ambassador

who describes herself as

for Chanel. The “Kaiser” described her thus: “Caroline

“an active woman who

is heir to Saint Germain-des-Près, with her Parisian

is photographed.” With

and intellectual nature, without ever being a socialite.”

over 800,000 followers on

Innate elegance. A multi-faceted artist and unaffected

Instagram, this smart, composed and willowy woman

intellectual, she shares her life with musician Yarol

who embodies the Parisian bobo is first and foremost a

Poupaud. They have a son, Anton, named in a literary

French fashion icon who has established herself in the

homage to Anton Chekhov. Together they created the

“cold” world of fashion with her skilful mix of elegance

Bonus Track Records music label to express their passion

and nonchalance, just how we like it.

for rock and have become talent scouts. In 2014, she tried

A member of the Burgundy aristocracy, her father a

her hand as an actor, appearing in Olivier Assayas’ film

former vice-president of the Paris City Council and her

Sils Maria, shown at the Cannes Festival. But as well as

mother a champion swimmer and Polish noblewoman,

her status as a cool and trendy style icon, she is also a

Caroline was born in the prestigious 9-2 area, in Neuilly-

woman of conviction, a committed activist and patron

sur-Seine. She studied Modern Literature at the Sorbonne

of the “Sauver la vie pour la recherche” programme run

before being spotted by a model scout when she was 18. It

by the faculty of medicine at Paris Descartes university,

has to be said that at 1.80 metres tall with sophisticated

as well as for a non-profit organisation called No More

looks, casting sessions were a shoo-in, thanks to a

Plastic Kids, which works to raise awareness about

graceful and slender figure, wavy-grungy haircut tousled

plastic pollution of the oceans. With her pals Anne Berest,

in the best French style and balanced, angular facial

Audrey Diwan and Sophie Mas, she co-authored the uber-

features. Without ever overdoing it and with breath-

cool style bible “How to be a Parisian, wherever you are:

taking artlessness, Caroline de Maigret has succeeded

love, style and bad habits”, published in September 2014.

in playing the “mysterious charmer” card throughout

Their guide to being a stylish Parisienne was a runaway

her career. The fact is that she possesses a well-guarded

hit. Encouraged by its success, she has recently completed

secret, the famous and indefinable “je ne sais quoi” that

“Older but Better, but Older”, a new tongue-in-cheek

the other models don’t have, which captivates everyone

guide packed with tips about love, seduction, fashion

without ever revealing itself. This very distinctive French

and work, family and accepting your imperfections. We

touch of hers became a major crush factor that has

know that she’s comfortable with being an imperfect role

propelled her straight onto the catwalk for the world’s

model, with conveying the idea of accepting who you are:

top couture houses, including Chanel, Dior, Louis Vuitton

at the end of the day, that’s the real bobo chic attitude !

and Balenciaga. A waking dream. She also appears on the

An unequivocally Parisian muse with multiple facets,

covers of best-selling international fashion magazines.

you might catch Caroline on the south bank, at a counter

She is everywhere, a central yet discreet figure. With

in Bon Marché or on the right bank on the terrace of Café

her chic, downbeat Parisian bobo style, Caroline is the

Mansart, in the 9th arrondissement in Pigalle, her local

epitome of an “effortless rock ‘n roll attitude” which

neighbourhood. You’re either Parisienne or you aren’t…

13 M B


F A S H FI O AS NH/I O F rNe n/ cLha cBuol tmubr e

© Gilless Berquet Galerie Bertrand Grimont 42-43 rue de montmorency 75003, Paris

AU BA DE

14 M B


FRENCH CULTURE

Les dessous chics de la LINGERIE Hyper féminine, la lingerie a depuis toujours éveillé les plus grands fantasmes. Coton, soie ou lycra, elle porte en elle un léger et séduisant parfum de « scandale » illustre marque créée dans les années 30. Son évolution de formes et de matières est intimement liée à l’image de la femme dans la société. Flashback historico-sexy sur 7 décennies de lingerie, ce fleuron chicissime « à la française ».

15

TEXTE Arièle Bonte

M B

Elle est sophistiquée, coquine, preppy, discrète, casual, osée, vulgaire… La lingerie a ce quelque chose de magique : elle est le reflet intime de nos personnalités plus ou moins cachées. Des dernières pages de La Redoute que l’on feuilletait ado, en se projetant un peu jalouse sur ces fessiers top galbés, au string « générationnel » affiché par le jean taille basse, nulle d’entre nous n’a oublié les campagnes publicitaires XXL Aubade, qui ont fait frissonner l’ego des machos mais aussi titiller les plus féministes. La lingerie fine n’a jamais laissé personne indifférent.


F A S H FI O AS NH/I O F rNe n/ cLha cBuol tmubr e

1945. Hold Tight !

Résistantes nées, les femmes tiennent bon. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les Françaises obtiennent le droit de vote après des années de lutte. La parution du « Deuxième Sexe » de Simone de Beauvoir fait l’effet d’une bombe. Pourtant, malgré ces grandes avancées dans les mondes politique et intellectuel, les dessous des femmes restent hypra codifiés, contraignants et exagérément serrés : « Le sein à cette époque se porte haut, la taille est de guêpe et la jupe corolle », rapporte le site de « La Lingerie Française ». Une manière de montrer que le combat sociétal, au coeur de l’intime et des ménages français, est encore loin d’être gagné… © Aubade

1950 - 1960. Les débuts de la lingerie plaisir.

16 M B

Pourtant, une dizaine d’années plus tard, les moeurs ont déjà changé. Pensez confort et légèreté avec l’apparition de la matière lycra et de la woow « nuisette », chemise de nuit baby-doll. C’est aussi une période clé où se déclinent (enfin !) les bonnets de soutiens-gorge en plusieurs tailles. Inventée par des hommes pour des femmes, la lingerie devient durant les années 50, le terrain de jeu de plusieurs créatrices. Parmi elles, l’illustre Simone Pérèle, avant-gardiste audacieuse. On lui doit le premier soutien-gorge à pinces en lycra. Son slogan ? « La femme est indépendante, elle achète de la lingerie pour elle-même afin de se faire plaisir avant d’être sensuelle pour l’autre ». Impensable à l’époque ! La lingerie-plaisir, c’est aussi le crédo d’Aubade, la maison française créée en 1958 par Claude Pasquier. La marque s’adresse aussi bien aux femmes qu’aux hommes qui deviennent les premiers clients en lingerie féminine. Une révolution pour le marché !

1970. (Presque) Topless !

On raconte qu’aux États-Unis, des soutiens-gorge brûlent dans des manifestations pour le mouvement de libération des femmes. Si cette histoire a depuis été corrigée, le basique accessoire reste un ennemi pour les féministes, qui voient en lui l’emblême de l’oppression du patriarcat. Les Femen en 2008 ont clairement repris le symbole. L’empreinte sociologique du mouvement de libération de la femme demeure dans les ateliers, les modèles de lingerie changent. Les corps se dénudent, la lingerie se fait de plus en plus discrète, voire, transparente. Grrrr, un pas de plus est franchi ! © Lejaby, 1972

© Simone Perele - Archive Lingerie Française, 1950


© Gilless Berquet

L EJA BY

17 M B

1980 - 1990. De la lingerie sophistiquée à l’ampliforme

De courte durée, cette tendance fit rapidement place à une vague plus audacieuse et plus raffinée. Les décennies qui suivent, les vitrines des grands magasins parisiens se voient accueillir caracos, strings, guêpières et porte-jarretelles. Les femmes exhibent leurs courbes et leurs atouts. C’est ensuite l’ère du corps sculpté par les sous-vêtements. L’apparition du Wonderbra (littéralement le « soutien-gorge miracle ») met exagérément en valeur les décolletés push-up. Période d’explosion des mythiques campagnes de publicités Aubade. Aujourd’hui encore, les réseaux sociaux favorisent cette tendance et des insta-stars telles que les soeurs Kardashian-Jenner ont remis sur le devant de la scène des modèles que l’on croyait à jamais enterrés, comme le corset ou la guêpière.

2000-2020. La lingerie pour toutes ?

Parallèlement, de nouvelles marques adoptent les discours portés par la seconde vague féministe, avec une lingerie pour « tous les corps ». Campagnes de communication qui mettent à l’honneur des corps ronds jusqu’alors ignorés faisant alors évoluer celles de leurs aînées (Chantelle, Maison Lejaby). La lingerie serait-elle enfin devenue une arme d’émancipation définitive ?


© Gilless Berquet

18

M B PA S SIONATA

FA S H ION / Fre nc h c u lt u re


© Gilless Berquet

QUESTIONS À

Catherine Ormen, historienne de la mode, auteure de « Lingerie française XIXe -XXIe siècle » (Plon)

1. La lingerie a-t-elle toujours été une arme de séduction massive ? Je ne sais pas si on peut dire qu’elle a été une arme de séduction, mais oui, elle façonnait le corps de la femme selon une esthétique de la séduction. Cette orientation a débuté dans les années 50, au moment de l’arrivée de la publicité, de l’industrialisation des marques et de l’émergence de la société de consommation. L’arrivée du nylon a également permis à la couleur de se répandre comme le noir, mais aussi le rouge : deux couleurs de la séduction par excellence !

2. Que raconte aujourd’hui l’évolution des matières et des formes ? Depuis une quinzaine d’années, on observe une diversification des modèles, des lignes et des collections qui répondent aux attentes des consommatrices. On voit de tout : de l’extrême confort pour le sport, avec une lingerie très technique, à des modèles très élaborés et sophistiqués. On n’a jamais eu autant de possibilités, selon les envies et morphologies, avec une très grande liberté dans la façon d’envisager la lingerie. Ce qui n’était pas le cas avant, où il n’y avait qu’une seule même optique et la même tendance !

3. Aujourd’hui on peut observer le retour d’une lingerie un peu plus couvrante. Pourquoi ? Il y a plusieurs explications sociologiques : les influences religieuses, le besoin de cacher sa peau des risques liés au soleil, la notion de confort, une montée de la pudeur qu’on ne connaissait pas dans les années 80 où les corps étaient plus exposés, l’envie d’une lingerie qui met moins le corps de la femme en avant quand il est nu… parce qu’habillée, cela ne change pas grand chose finalement !

19 M B


20 M B

Photographe Nicolas Mingalon Styliste joaillerie Carine LĹ“illet


21 M B


FA S H ION / C l a i r- ob s c u r

22 M B

P i a g e t - B r a c e l e t s Po s s e s s i o n e n o r r o s e e t d i a m a nt s , o r g r i s e t d i a m a nt s .


23 M B

C a r t i e r - B a g u e s C l a s h p e t i t , m oye n e t g r a n d m o d è l e e n o r r o s e , ave c e t s a n s d i a m a nt s .


FA S H ION / C l a i r- ob s c u r

24 M B

L o u i s Vu i t t o n - M a n c h e t t e B B l o s s o m e n o r j au n e e t d i a m a nt s .


C h a u m e t - C o l l i e r s o u p l e B e My L ove e n o r b l a n c e t d i a m a nt s .

25 M B


SHOPPING

1

26 M B

GIR L Fr iend 1 • Pantalon Camille - M U S I E R - 160 € // 2 • Sweat - B U R B E R R Y - 470 € 3• Montre Vintage - C A S I O - 149 € 
// 4 • Carré Dreams - I K A - 230 € 5 • Boots - F U R L A - 320 € // 6 • Manteau - W E I L L - 785 € 
7 • Veste Parisienne et alors ! - R E C C - 140 € // 8 • Sac KLIMT - L O U V R E U S E - 450 € 9 • Pochette gourmette - S P E C I F I C - 275 € 1 0 • Édition limitée Colonia Artiste - 180 ml - ACQUA DI PARMA - 175 € 1 1 • Poncho Clara & Kate - A B S O L U T C A S H M E R E - 255 € & 209 € 1 2 • Escarpin Vakena - S A N M A R I N A - 89 €

11


3

2

4

6 5

9

27 M B

11

8 7

12 10


SHOPPING

1 2

3 4

5

28

6

M B

9

7 8


10

BOY fr iend 1 • Parfum - B U L G A R Y M A N - 110 € 
// 2 • Casquette - N E W E R A - 28 € 3 • Sweat - N E W E R A - 72 € // 4 • Doudoune - H H - 80 
€ 5 • DNA - R I S E O F H U M A N - 220 € // 6 • Sac - V A L E N T I N O - 990 € 7 • Banane - K A N K E N - 54,95 € // 8 • Montre - A W A K E - 229 € 9 • T-shirt - A . P . C - 70
€ // 1 0 • Sweat - B U R B E R R Y - 470 €

29 M B


FA S H ION / I n s pi r at ion

Women

Inspiration

Elles sont belles, libres, généreuses, ingénieuses, talentueuses... Zoom sur des femmes qui ont marqué et marqueront leur passage, en laissant, l’air de rien, dans leur sillage une empreinte, un message, l’esquisse d’un modèle à suivre. Elles sont quatre facettes, et toutes numéros unes, icônes kaléidoscopiques de LaBombe. TEXTE : Alexandra Martin Baudry

1// Crazy Destin

30 M B

©yousramohsen

LAÏLA LIBERTY, de son vrai nom Yousra Mohsen, est une plantureuse brunette de 20 ans seulement, première danseuse moyen-orientale à rejoindre la revue parisienne légendaire du Crazy Horse. Formée en danse classique et contemporaine jazz à Caracalla, au Liban, la toute jeune femme est entrée à l’Académie Internationale de la Danse à Paris il y a 3 ans. Après quelques premiers pas au Casino de Paris, elle rejoint la troupe du Crazy Horse. Affrontant les désaccords de son entourage familial et le mépris sur les réseaux sociaux, avec insultes et menaces de violence à la clé, la jeune danseuse ne se laisse pas intimider, en assumant pleinement le pseudonyme que le cabaret a choisi pour elle, symbole de sa liberté d’expression. Avec ses choix artistiques tabous voire non autorisés dans sa culture, elle souhaite même donner l’exemple au mouvement de libération de la jeunesse libanaise. Atout majeur du Crazy Horse qui souhaite mettre en avant la diversité des femmes, Laïla Liberty n’a pas fini de faire parler d’elle. C’est tout ce qu’on lui souhaite. Yallah !

2// La noble cause du Nobel ESTHER DUFLO. À 47 ans, cette française professeure américaine au MIT (Massachussetts Institute of Technology) vient de se voir couronnée cette année d’un prix Nobel d’économie pour « la mise en œuvre d’une nouvelle approche pour combattre la pauvreté ». Loin des modèles académiques, la chercheuse fait partie d’un courant dit « expérimental », théories résolument pratiques en lien avec la preuve sur le terrain. La brillante lauréate a réalisé la majeure partie de sa carrière universitaire aux USA. Normalienne, elle a aussi une maîtrise d’histoire, un DEA d’économie (EHESS), une agrégation de sciences économiques et sociales, et un doctorat américain dirigé par l’économiste Abhijit Banerjee… Co-nobélisé et accessoirement son époux depuis 2015 ! En France, depuis 2018, Esther Duflo est entrée au Conseil scientifique de l’Education nationale. La preuve, s’il y en fallait une, que l’on peut être une femme de tête et de cœur.


©barrereandsimon

3/ Céline Pham Top cheffe talentueuse, la jeune trentenaire CÉLINE PHAM a choisi d’être Food Director itinérante, en développant cette idée géniale et définitivement générationnelle du lieu éphémère en opposition au restaurant fixe ; comme ce fut le cas dernièrement avec Tontine, en 2019. Libre et indépendante, la jeune femme aime faire parler ses racines vietnamiennes au coeur d’une gastronomie française classique. Avec sa société « Phamily », elle cuisine à la demande et où bon lui chante. En recherche perpétuelle d’équilibre et de cuisine « juste », elle a cofondé en 2016 « Restaurer » pour lutter contre le gaspillage alimentaire et multiplier les dons alimentaires. Itinérance ciblée, elle a résidé au Carroussel à Londres, aux Fulgurances à Paris et Rockwell & Sons de Melbourne. Chemin faisant, Céline Pham se fait un nom, le succès l’attend au tournant où qu’elle aille. Bon vent !

In s pirante s , e n gagée s , libre s ...

4// Sakina M’sa, en mode libre Dans le petit monde de la mode, SAKINA M’SA fait figure de grande dame. Du haut de son petit mètre cinquante, cette styliste atypique est sur tous les fronts. Sans bla-bla, elle milite pour une mode durable et responsable en récupèrant (coup de génie absolu), les chutes d’étoffe des maisons de Haute-Couture. La créatrice franco-comorienne a choisi pour son atelier un nom engagé : Front de mode, pour tous ceux qui travaillent le poing levé. Nichée dans le 18e arrondissement de Paris, elle milite pour faire la paix dans les quartiers oubliés ou dits sensibles. Elle dessine des t-shirts comme « Goutte d’or, j’adore », ou « Barbès mon amour ». Connue et reconnue, en 2010, elle a reçu le prix de la fondation Kering pour la dignité des femmes. Régulièrement depuis 2012, Sakina fait défiler les détenues de Fleury-Merogis pour une « fashion-week en prison ». La mode n’a jamais été un terrain de jeu aussi libre et ouvert. Quelle femme ! We love you Sakina !

31 M B


self-assured Adject if

32

D o n t l a co n f i a n ce e s t i n a l té r a b l e , q u i s' i m p o s e ave c f o r ce .

M B

Photographe Guillaume Vincent Production images Studio Paradise Now Réalisation BMB Studio Mua Sarah Chaikhoun Modèle Nancy D.D


33 M B


BE AU T Y / S el f- a s su re d

34 M B

HAIR : STYLE MASTERS REVLON - Gel tenue et brillance - Pâte forte sculptante HAIR : REVLON - Brillance & lissante Style Master SKIN : HUYGENS - La crème visage anti-âge BASE : CHARLOTTE TILBURY - Magic foundation & concealer / MUFE - Poudre HD libre FENTY BEAUTY - Match Stix, Suede / KAT VON D - Fond de teint en poudre LAURA MERCIER - Poudre libre irisée / NARS - Blush liquide Dolce Vita EYES : HUDA BEAUTY - Palette Rose Gold / MUFE - ME304, Star lit glitter dorée, Paillettes 
 LIPS : FENTY - Gloss bomb diamond milk, match stix confetti / KAT VON D - Liquid Lipstick, Bahaus


WU Z

35 M B


DY NA ST I E

36

M B

BE AU T Y / S el f- a s su re d


37 M B

BOUGIE CUIR D'IRIS MAISON REBATCHI - 75€


BE AU T Y / Not e s de c o eu r

38 M B

PALETTE 4 COULEURS VISAGE & YEUX RED LIGHTS - GIVENCHY - 57€


SPLENDIDA TUBÉREUSE MYSTIQUE BVLGARI - 135€

39 M B


BE AU T Y / Not e s de c o eu r

40 © Andre benz

M B

Méditation Identifiez une image réelle ou imaginaire qui évoque pour vous le calme, le bien-être, la paix. Connectez-vous instantanément à cette image lorsque votre petite voix intérieure vous chuchote « je ne vais pas y arriver », « je stresse ». Un moyen ef ficace pour sor tir de la spirale négative, dans une situation où l’on doute de soi. À quel moment ? Dès que l’on manque de confiance en soi, comme pour se donner du courage, avant une réunion impor tante, un entretien, par exemple, ou tout simplement pour vous apaiser. TEXTE Fanny Bouquet - Sophrologue


41 M B

ACQUA DI PARMA Vaniglia / Leather / Ambra Signatures of the sun 100 ml - 198 € acquadiparma.com


SHOPPING

1

2

3

42 M B

BEAUTY PRESENTS 1 • Lift éclatant - OENOBIOL - 49,90€
 2 • Moroccan Rose Otto Body Duo - REN - 45€ 3 • Masque - ELIXIR ROYAL - 24,90€ 4 • Soin fluide dynamisant de jeunesse - L’OCCITANE- 54€ 5 • CC Dull Correct - 45ml - ERBORIAN - 39,90€
 6 • CC Crème - 45ml - ERBORIAN - 39,90€ 7 • Crème ancienne Face Oil Elixir - FRESH - 270€
 8 • Sérum yeux - COSMYDOR - 72€ 9 • Baume à lèvres - PAULA’S CHOICE - 15€ 10 • Sérum visage oléo-régénérant - 15ml - MAISON FLAMEL - 152€ 11 • Coffret Royal Caviar - NATURA SIBERICA - 34,90€ 12 • Sérum éclaircissant - TAAJ - 37,90€
 13 • Crème hydratante - BERNARD CASSIERE - 30€

4


5

6

7

8

43 9 M B

10

12 11 13


44

M B

BE AU T Y / Renc ont re


RENCONTRE

S U CC E S S B E AU T Y S TO RY

(MALIN +GOETZ ) la formule magique.

45

L’incontournable apothicaire new generation, implanté à Chelsea au cœur de New York - mais aussi à L.A, Hongkong et ses 600 points de vente partout dans le monde - multiplie ses corners à Paris. Après Nose et Conrad, la marque new-yorkaise fait son entrée aux nouvelles Galeries Lafayette des ChampsÉlysées. L’occasion d’une rencontre avec l’un des deux esthètes créateurs. Tout aussi Malin que Matthew, Andrew Goetz nous livre les secrets de cette jolie marque éponyme montante. On surlike ! INTERVIEW Alexandra Martin Baudry

M B


BE AU T Y / Renc ont re

46 M B

Ancien de chez Vitra, designer suisse, c’est vous qui avez créé le packaging de (Malin + Goetz) ? Andrew Goetz : Oui, exactement ! L’aventure a commencé en 2004, alors que Matthew, mon compagnon, spécialiste en cosmétique, travaillait chez Barneys et Kielh's. Nous avons décidé de créer ensemble une gamme de produits visage, corps et cheveux unisexe, basique et efficace. C' est un parfait mélange entre innovation et tradition, avec de vraies recettes d’apothicaire. Nous avons gardé cette idée de formule chimique dans notre nom, et sur le packaging des produits aussi, comme une charte de simplicité et de transparence. Visage, corps, cheveux, la gamme s’étend aux parfums et bougies, jusqu’où pensez-vous aller ? Nous sommes spécialisés dans le soin de la peau et nous continuerons à développer ce domaine. Le reste, c’est un Rester une marque unisexe, bonus pour le plaisir. Nous avons c’est important pour vous ? un laboratoire de recherche à Absolument ! C’est notre marque « L e s pro du it s s ont Brooklyn et nous réfléchissons de fabrique. Tout est trop c onç u s en fonc t ion fragmenté « homme ou femme » sans cesse aux nouveaux produits qui collent aux demandes. aujourd’hui et en cosmétique, il de s t y p e s de p e au Seulement, nous souhaitons le faut bien l'avouer, c’est beaucoup pa s de s s exe s . » faire différemment. Par exemple, de marketing ! Nous sommes je n’aime pas en cosmétique cette tous biologiquement les mêmes. notion d’« anti-âge » : c’est un peu Quand vous allez au restaurant mentir, on ne peut pas aller vous ne prenez pas un menu pour contre le temps, on peut seulement aider à ralentir le homme ou pour femme mais selon votre goût ! Là, processus de vieillissement. Notre idée est d’avoir des c’est pareil, les produits sont conçus en fonction des essentiels aux formulations très simples et aux types de peau et non des sexes. actions réelles pour accompagner le quotidien de chacun. Quand allez-vous enfin ouvrir une boutique C’est pour cela aussi que nous avons choisi de créer (Malin + Goetz) en France ? des produits mixtes. C’est actuellement en projet ! Nous avons beaucoup d’ambition pour la marque en France, notamment. (Malin + Goetz) a 15 ans aux USA, il est temps que les français nous découvrent. On ne peut pas être dans la Capitale de la Mode et de la Beauté sans avoir une boutique ! Le Marais serait idéalement notre choix d'emplacement numéro 1. Mais nous allons prendre le temps de trouver « le » bon endroit. Patience, ce sera pour 2021. Notre devise avec Matthew, c’est « travailler dur mais toujours y trouver du plaisir ». Le projet parisien en ce sens est une belle promesse ! malinandgoetz.com


Bonsoir

Beauté

2

1

6 3

47 5

4

1• Faux cils Lash Show #101 - MAKE UP FOR EVER - 17,50€ / 2• Coffret Hot Lips 2 Wardrobe - CHARLOTTE TILBURY - 245€
/ 3• Palette Lolita Par Vida - KAT VON D BEAUTY - 49,50€ /
4• Mascara Perfect Pro - DHC - 20€
/ 5• Prisme libre n°10, édition limitée - GIVENCHY PARFUMS - 56,50€
 6• Clean Primer - REN - 45€

M B


BE AU T Y / Bien- êt re

PAUSE

HAPPY NEW ME ! Beauty Bien-être TEXTE Alexandra Martin Baudry

Look at my face !

Le rajeunissement facial at home : Et si on se faisait une petite micro-dermabrasion ? Une quoi ? Un mot un peu barbare certes, pour un équivalent plus doux et plus safe que le vrai peeling pratiqué en cabinet dermato. L’idée ici est de procéder chez soi à un gommage de la couche superficielle de la peau pour accélérer le renouvellement cellulaire et s’offrir un mini lift. Dans la série des kits à domicile, on a testé le système de micro-polissage de chez Langé et son applicateur électrique pour une promesse de « rajeunissement facial ». Sans miracle, mention honorable pour ce kit qui n’agresse pas la peau du visage, et offre, c’est vrai, un bel éclat.

48 M B

So fresh la detox ! Les qualités purifiantes du charbon, comme l’argile, sont les meilleurs alliés pour une détox efficace et naturelle. Nettoyer en profondeur pour désincruster les pores de la peau, réveiller, dégriser et dépolluer l’épiderme oui ! Mais en douceur et ça n'est pas toujours le cas. On opte ici pour un soin nettoyant « menthe noire », mousse oncteuse aux extraits de charbon actif, arbre à thé, argile rhassoul pour laver les impuretés et redonner un coup de boost lumineux au teint, avec une sensation fraiche et mentholée.

BlackMint, gel nettoyant, Odacité, 40 €

Les + : une peau plus lumineuse, quelques ridules et petits défauts gommés, sensation de peau neuve, un peu « liftée ». Les - : les vibrations un peu fortes de l’appareil, rend la peau sèche après utilisation, ne convient pas aux peaux fines, totalement inutile pour les moins de 30 ans. Kit de rajeunissement facial, Langé, 72 €


Soins relaxant du corps En mode institut soins Les bienfaits de la méthode nippone du Kobido, (lifting facial manuel) ne sont plus à prouver. Détendre en profondeur les muscles du visage et du corps, déstresse et lisse les rides et autres sillons marqués par le temps. Drainage, pressions, pincements, vibrations… La peau s’en retrouve raffermie, repulpée, rajeunie et naturellement illuminée sans aucun produit ! Anti-aging 100% naturel, résultat garanti. À s’offrir comme un rituel beauté régulièrement. Institut Olfa Perbal, 17 rue Fantin Latour 75016 Paris / Soin signature Full face fitness 75 € la séance de 60 mn

49

Vitamine-moi tout de suite ! Coup double, on passe l’hiver avec une jolie peau effet bonne mine et un corps en pleine forme, sans miasmes, pour affronter la nouvelle année. On s’offre une cure de Vitamine C liposomale, mieux ciblée qu’une orange pressée, la formulation de ces sachets gels assurent une absorption optimale par les cellules de l’organisme. Gwyneth Paltrow, Suki Waterhous, Kourtney Kardashian et même Justin Bieber ont adopté cette cure depuis des années dans leur routine beauté ! On aime la compo irréprochable sans OGM, sans gluten, sans sucres ajoutés. La marque américaine vient de débarquer en France. Altrient vitamine C, 47 € la boite de 30 sachets gel, Comptez deux boites pour une cure complète.

M B

My babe must care for me ! C’est le cadeau idéal à se faire offrir en cette saison, pour se chouchouter le temps d’une parenthèse enchantée. On opte sans hésiter pour une « detox de Sibérie » avec un « phyto-sauna », aux herbes essentielles réalisée dans un pur tonneau de cèdre sibérien. On passe au gommage, avec l'élimination des toxines et cellules mortes, pour finir le voyage avec un massage doux anti-stress. Le bien-être prend tout son sens. Soin Signature Détox de Sibérie, 185€ les 90 minutes, Vernissage Institut, 35 avenue de la Motte Piquet 75007 Paris Vernissage-paris.com


BE AU T Y / Bien- êt re

Dani Marino (à droite) accompagnée de son associée Kitesy Martin.

50

© Elephant Paname

M B


HIP HOP YOGA

H U M B L E E T WA R R I O R

Une américaine

À PARIS

Cette jeune American Girl a mis au point des cours de yoga dynamiques aux sons hip hop. Une expérience créative et sensorielle qui revisite l’image tradi du yoga. Namaste ! TEXTE Alexandra Martin Baudry

oureuse de longue distance, adepte de semi-marathons et de cross country, cette pure NewYorkaise, de 34 ans est arrivée à Paris, il y a près de 15 ans pour ne plus en repartir. C’est à Paris justement qu’elle a « rencontré » le yoga pour la première fois, après une blessure au genou qui l’a forcée à quitter le milieu de la course. Dans un genre très rigoureux, mêlant force mentale et physique, les séances de yoga Bikram qu’elle suit, un peu au hasard, sont vite devenues un rituel de déstresse après ses journées de travail très « busy ». Car quand elle n’est pas sur le tapis, Dani Marino est fashion consultante.

Elle est résolument addicted à la mode, au yoga et au hip hop. Il y a quelques années, à l’occasion d’un retour à New York, elle découvre la nouvelle tendance US : « le hip-hop yoga ». Une révélation. L’idée fait son chemin… En attendant que le projet prenne forme, la jeune américaine suit une double formation de yoga, initiale puis avancée : celle de Patrick Frapeau, l’Ashtangi de la place de Paris, puis du pionnier du yoga Vinyasa, Gérard Arnaud. Plutôt que d’être prof de yoga, Dani veut créer un vrai concept, une expérience sensorielle à vivre. Le hasard fait bien les choses, elle rencontre dans la foulée Kitesy Martin avec qui elle partage ses 3 passions. Rapidement, leur amitié les associe pour créer « Humble Warriors ».

Identité visuelle en noir et blanc, chic et travaillée, stratégie marketing au top. Pas un studio approprié mais 5 lieux emblématiques dans tout Paris pour venir y faire l’expérience d’un cours de hip hop yoga de 60 minutes dans le noir, éclairé à la bougie… « Humble Warriors » épouse en tout la posture du guerrier humble : fier et sage. L’idée ici, c’est de twister l’image du yoga traditionnel et de surprendre en invitant à vivre un moment unique. Et ça se tente ! Entrainés dans l’obscurité par le rythme des playlists qui s’enchainent, on entre dans le flow des séries de yoga Vinyasa comme dans une danse un peu hypnotique. On découvre ici, grâce à l’obscurité, le plaisir d’être là pour soi, sans ego mis en scène ni excès de performance. Les playlists c’est Dani, fan de nouveaux sons, qui s’y colle chaque semaine, avec une oreille attentive pour appliquer le rythme aux postures et à la respiration. Près de deux après leur création en janvier 2018, « Humble Warrior » compte désormais 5 professeurs, en plus de Kitesy et Dani, et a dejà développé sa propre marque de vêtements de yoga et de tapis. On kiffe ce yoga tonique et urbain, à l’esprit tribu hip-hop open, qui ne cherche pas à se la jouer « fusion de concepts », et qui fait du bruit pour créer une certaine forme de silence intérieur à la sortie. Humble et warrior. humble-warrior.com

51 M B


w a n d e r e r
 52

Adject if Esprit bohême, vagabondage, q u i n’e s t r e te n u p a r r i e n .

M B


Š Morganie Maurice - Kew Gardens, Londres.

53 M B


M B

© Photo by Priscilla Du Preez on unsplash

LIFESTYLE / Histoire de femmes

54

HISTOIRES DE FEMMES

Veuves en CHAMPAGNE D U D EU I L AU B U S I N E SS

Mais quel est donc ce mystère des veuves travailleuses ? Pourquoi la Champagne est-elle un terrain de jeu si propice aux endeuillées actives? Depuis des décennies, qui se comptent désormais en siècles, sous l’austère jupon du deuil se cache une force entrepreunariale démente, qui a fait naître les premières « Executive Women » en France, à une époque où l’émancipation était un vain mot. Immersion dans l’histoire de la bulle dorée où se cache une belle affaire de femmes. TEXTE Arièle Bonte


Manoir de Verzy © Veuve Clicquot

ternellement veuves, les femmes puissantes de Champagne sont des figures incontournables du luxe et de la réussite « à la française ». Qu’il s’agisse de l’illustre Veuve Clicquot-Ponsardin qu’on ne présente plus, ou des non moins célèbres Veuves Pommery, Bollinger, Henriot, Laurent-Perrier… Toutes ces dames ont prêté - ad vitam eternam - leur nom d’épouse à des maisons historiques, qui figurent parmi les plus prestigieuses du paysage des vins à bulles. Ces maisons leur ont permis une émancipation économique pourtant impensable à cette époque, tout comme elles se sont affranchies de la domination masculine dans un domaine où on ne les attendait pas.

55 M B

Mais comment ont-elles réussi à imposer leur vision féminine ? Comment ont-elles pu faire exister leur ambition quand toutes dépendaient de leur père, frère, oncle et, une fois mariée… de leur mari ?

Cela tient sans doute à la tradition du milieu qui veut qu’une exploitation de vigne aille au premier enfant, peu importe son sexe. Mais aussi à la législation du pays où le statut de veuve permettait à l’épouse d’être considérée comme « la continuation juridique » de son mari, ainsi que le précise l’historienne Fabienne Moreau, responsable du patrimoine au sein des Maisons de Champagne du groupe LVMH. « À ce titre, elle pouvait signer des chèques, tenir une comptabilité et être cheffe d’entreprise, ce qui n’était autrement pas possible pour une femme ».


56

M B Crayères Veuve Clicquot © Veuve Clicquot

LIFESTYLE / Histoire de femmes


La jeune femme n’a que 27 ans lorsque son époux décède. Elle reprend l’entreprise qu’elle dirige de mains de « maîtresse », pendant six décennies jusqu’à sa mort en 1866. Cela force un peu le respect, tout de même ! Le premier millésime en Champagne ? C’est elle ! Le premier champagne rosé ? Elle aussi ! Les guerres déchirent l’Europe ? Pas de problème pour la Veuve Cliquot, qui réussit alors à faire rayonner ses bouteilles de Champagne sur les étales des marchés étrangers. Aujourd’hui, on dirait d’elle que c’est une killeuse, et à en voir son imposant portrait de plus près personne n’oserait dire le contraire ! Le mouvement est alors lancé. L’audace et la réussite de la Veuve Cliquot inspirent d’autres femmes à emboiter le pas dans les vignes. La première d’entre elles, Apolline Henriot, a perdu son époux la même année que Barde Cliquot et crée aussi sa maison Veuve Henriot Aîné. Suivra également La Veuve Louise Pommery, devenue elle aussi l’une des grandes figures du champagne, notamment grâce à son vin pétillant brut, le premier du genre. Grâce à sa détermination et son sens du business, la production est passée de 50.000 bouteilles en 1850 à plus de 2 millions à la fin du XIXe ! Une prouesse qui a permis à la maison Veuve Pommery de s’inscrire au panthéon des maisons de champagne. Au cours des décennies suivantes, les veuves envahissent les vignobles, prêtes à révolutionner elles aussi le métier et à inscrire leur famille dans l’histoire. Chez Veuve Devaux, trois veuves se succéderont ainsi à la tête de l’entreprise entre 1846 et 1951. Adèle Perrier prendra elle aussi les rênes de la maison fondée par son époux, Eugène Laurent, à la suite de son décès, la baptisant alors Veuve Laurent-Perrier. Cette même maison sera ensuite rachetée en 1925 par une autre veuve, Marie-Louise de Nonancourt.

Portrait de Madame Clicquot et sa petite fille © Veuve Clicquot

La première à s’être imposée dans ce monde unilatéralement testostéroné est Barbe Cliquot, qui a donné son nom à la fameuse Maison Veuve Cliquot-Ponsardin, une marque qu’elle n’a pourtant pas fondée !

Autre célébrité dans ce monde de veuves, Élisabeth Bollinger, dite Lily. Elle reprend la présidence de la maison Bollinger durant trois décennies, après la mort de son époux, en 1941. C’est à elle que revient le mérite d’avoir inscrit l’entreprise familiale, dans la tradition des maisons de champagne les plus reconnues à l‘international.

57

Et aujourd’hui ?

La révolution féministe étant passée par là, les femmes n’ont plus besoin de faire valoir leur statut de « veuve » ou d’attendre de l’être pour exercer un métier, diriger une entreprise et pourquoi pas, briller en société. Chez Jean Baillette-Prudhomme Champagne, l’épouse et les trois filles du fondateur ont repris la direction et revendiquent aujourd’hui que leur Champagne est désormais une histoire de femmes. Quant à Carol Duval-Leroy, le terme de « veuve » est laissé de côté au profit de celui de « femme ». Mère de trois garçons, le terrain pour sa descendance est déjà tout tracé. La direction de l’entreprise familiale repassera entre des mains masculines. La région restera habitée pour des siècles encore par l’âme de ces veuves emblématiques dont le succès, comme un clin d’œil historique, nous montre bien que nous aussi « on en a » et avec un sens inné pour les affaires. Cheers les Veuves, Champagne !

M B


L I F E S T Y L E / Wom e n ’s s t or y

WOMEN’S STORY

Champagne, FR O M G R I E F TO B U SI N E SS

What is the secret of Champagne’s hard-working widows ? Why is the region such a hotbed of entrepreneurial widowed women ? For many decades, which now add up to several centuries, beneath the widows’ prim garb lay an unbridled empire-building power that forged France’s first executive women at a time when emancipation was a far-off dream. What is the story behind the sparkling bubbles and the inspirational women who lent them their names? TEXT Arièle Bonte

58 M B

orever widows, Champagne’s allpowerful women are bywords for the luxury sector and emblems of inimitably French success. From the redoubtable Veuve ClicquotPonsardin, famed worldwide, to the no less renowned Veuves Pommery, Bollinger, Henriot and Laurent-Perrier, every one of these women has given, for all time, their married name to historic houses, some of them the most prestigious in the sparkling wine world. The champagne houses were instruments of these women’s economic emancipation, unimaginable in those days, as was their emancipation from male domination in a business where they took everybody by surprise.

But how did they manage to impose their female vision? How did they manage to unleash their ambitions in an age when everything was conditioned by a father, brother, uncle and, upon marriage, a husband? The roots surely lie in the local tradition that held that a vineyard should pass to the first-born child, no matter their sex. But also the law gave widows a status

that enabled the surviving spouse to be treated as her husband’s “legal continuation”, as explained by the historian Fabienne Moreau, LVMH Group’s Head of Heritage for Champagne Houses. “This meant that widows could sign cheques, manage accounts and lead a business, roles that were inaccessible to them simply as women.” The first to carve a name for herself in this heavily testosterone-fueled world was Barbe Cliquot, who lent her name to the famous Maison Veuve CliquotPonsardin, a house that she didn’t even found!

The young Barbe was only 27 when she was widowed. She took over the business that she ran with a woman’s sure touch for six decades until her death in 1866. A feat that really does deserve respect. The first vintage champagne? That was her! The first pink champagne? Her again! Europe was wracked by war? Not a problem for the Veuve Cliquot, who nonetheless managed to make sure that her bottles of champagne were available in markets across the world. In today’s terms we might say that she had a killer touch, and a closer look at her fearsome portrait suggests that the description is apt.


Crayères Veuve Clicquot © Veuve Clicquot

She thus set the movement in motion. The Veuve Cliquot’s boldness and success inspired other women to follow in her footsteps and venture into the vineyards. The first of them, Apolline Henriot, lost her husband the same year as Barde Cliquot and went on to found her own house, Veuve Henriot Aîné. Next came Louise Pommery, who also became one of the key figures in the champagne world, thanks in particular to her brut sparkling wine, the first of its kind. Her determination and business sense meant that production climbed from 50,000 bottles in 1850 to over two million by the end of the 19th century! An exploit that sealed the reputation of the Veuve Pommery house. During the following decades, the widows dominated the vineyards, eager to revolutionise the industry and write their names in history. Veuve Devaux was headed successively by three widows between 1846 and 1951. Adèle Perrier also took over the reins of the house created by her husband, Eugène Laurent, after his death, renaming it Veuve Laurent-Perrier. The same house was taken over in 1925 by another widow, Marie-Louise de Nonancourt. Élisabeth Bollinger, known as Lily, was another celebrity in the world of wine widows. She took charge

of the Bollinger house for three decades following the death of her husband in 1941. The achievement of turning a family business into one of the most bestknown champagne houses internationally was hers and hers alone.

And today? Now that the feminist revolution has left its mark on Champagne, the women there no longer have to depend on their status as widows, or wait to become widows, to work in the business, manage a company and, if they feel like it, sparkle in society. At Jean Baillette-Prudhomme Champagne, the founder’s wife and three daughters have taken over the running of the business and assert that their Champagne is all about women. As for Carol Duval-Leroy, the term “widow” has been replaced by “woman”. As a mother to three boys, the future is already laid out: the family business will eventually be back in men’s hands. But the region will remain inhabited for many centuries to come by the souls of these iconic widows, whose success, like a twinkle in the eye of history, shows us that we too have got what it takes, including a natural business sense. Cheers to the champagne widows!

59 M B


LIFESTYLE / Décoration

60 M B

Chr ist mas Time chez

BORGO

D E L L E T O V A G L I E


61 M B

Photographe Guillaume Vincent Production images Studio Paradise Now Réalisation BMB Studio Composition florale set de table Flowered by « Flowerbomb » - Thierry Feret - floweredby.com


62

M B

LIFESTYLE / Décoration


63 M B


64

M B

LIFESTYLE / Décoration


65 M B

Borgo Delle Tovaglie 4 Rue du Grand PrieurĂŠ, 75011 Paris borgodelletovaglie.com


66

M B

LIFESTYLE / Food


À TABLE !

Plus que jamais c’est la période de l’année pour se retrouver autour d’une bonne table. Dernières adresses et fraiches ambiances pour cette nouvelle édition avec le partage de nos coups de cœurs. C’est cadeau !

Focus sur une cuisine made in France. TEXTE Antoine Brillant

Le Roxie © RomainRicard

67 M B


LIFESTYLE / Food

SORTIR ICI !

68 M B

Chez Vous © Clara Amouraben

1// CHEZ VOUS C’est l’endroit « feel good », proche de la rue des Martyrs dans le 9e de Paris. Ouvert depuis 10 ans, « Chez Vous » vient d’être repris par Majd Masri. On aime le concept de coloc’ gourmande alliant la créativité, l’esprit « entre nous », les produits de saison, et le vin naturel ! La déco est comme le concept : des jeux de société, des livres à dispo, des affiches un peu partout, une belle ambiance chaleureuse, comme à la maison. Le coup de cœur ? Sans conteste : les Falafels maison. Trop bon !

1.

15 rue Choron, 75009 Paris 01.42.81.00.71

2// JOIA Cocon chic du 2e arrondissement de Paris, c’est la célèbre cheffe étoilée Hélène Darroze, à qui l’on doit cette belle adresse. Canapés de velours, tapis orientaux, ambiance chaleureuse et lumineuse, on y découvre une cuisine bistronomique du sud-ouest élégante : que ce soit le poulet jaune des Landes ou les moules de bouchot de tonton Claude, les assiettes sont soignées, et d’une qualité irréprochable. On finit, évidemment, par le divin mille-crêpes au thé matcha. Waaa, une pure, Joia ! 39 rue des Jeuneurs, 75002 Paris 01.40.20.06.06

2.


3// GALLOPIN

Le Gallopin © Alma

Gallopin, depuis 1876, et rôtisserie Gallopin depuis 2019. Deux histoires, deux époques réunies sous deux cuisines. C’est pour les fêtes de fin d’année que le directeur Paolo Abate et le chef Mathieu Scherrer, nous invitent à leur table pour déguster un seul et même produit cuisiné à la façon Gallopin et à la Rôtisserie Gallopin. Plaisir intense pour la poularde de 130 jours, à la vapeur de champagne et sauce suprême ! Yummy! Du 15 novembre au 31 décembre 2019. 40 rue Notre Dame des Victoires, 75002 Paris 01.42.36.45.38

3.

Coq Rico ©Agence Ollie

4// COQ RICO Adresse chic et discrète de la Capitale, nichée en haut de la Butte, tout proche de la dernière maison de notre légendaire Dalida, c’est le repère incontestable des amoureux de la volaille. Durant le mois de décembre, le restaurant propose à sa carte La Volaille de Fête : la Dinde Rouge des Ardennes proposée avec plusieurs accompagnements. À déguster au restaurant ou directement chez soi (réservation 24h à l’avance) en suivant les précieuses astuces du chef Antoine Westermann ! Joli moment volatile en perspective !

69

4.

M B

98 rue Lepic, 75018 Paris 01.42.59.82.89

Le Roxie © RomainRicard

5// ROXIE

5.

C’est le nouveau restaurant rouge drapé du 8e arrondissement de Paris. Mi-restaurant, mi-cabaret, Roxie s’est ouvert, il y a moins d’un an. Clin d’oeil à la célèbre Roxie Hart, de la comédie musicale américaine « Chicago », ce nouveau lieu sulfureux met en avant la gastronomie française et ses produits maison avec un show musical hypnotisant, digne des soirées (interdites) d’antan. L’idéal, c’est de commencer par la burrata, de continuer sur le thon mi-cuit pour finir par une gourmandise signée Yann Couvreur. Allez, assez parlé, on réserve ? 23 rue de Ponthieu, 75008 Paris 01.53.75.31.00


LIFESTYLE / Food

70 M B

Le Jardin des Plumes 1, rue du milieu, 27620 Giverny 02.32.54.26.35 © Olivier Marie


© Julie Limont

À SUIVRE

DAVID GALLIENNE Super nova montante Près de Paris, dans le célèbre village des impressionnistes à Giverny, Éric Guérin, créateur de la maison intimiste « le Jardin des Plumes », a confié les rennes de ses cuisines à un jeune chef prometteur, David Gallienne, qui a fait ses classes dans les plus belles brigades des tables normandes étoilées. Portrait d’un millénial brillantissime, qui suit sa bonne étoile dans l’univers culinaire. TEXTE Antoine Brillant

ouriant et spontané, ce jeune trentenaire étoilé incarne le travail bien fait et l’ambition assumée de la jeunesse actuelle. Sa cuisine est son empreinte, sa région natale, sa source première et l’influence de ses voyages comme une « cherry on the cake ». Cet artiste cuisinier crée et dessine tous ses plats avant de les réaliser.

En 2018, il lance, « Picorette », food-truck décliné du Jardin des Plumes, avec lequel il sillonne les routes de la région normande et propose des produits de qualité toujours « fait maison » suivant la saisonnalité. De plus, il s’associe à l’Hôtel restaurant La Musardière, fraichement rénové et pour lequel il créé une nouvelle carte signature, en chef conseil de l’établissement. Wow !

Il aime les rencontres inédites et se plait à mélanger de nombreuses épices, se joue des saveurs sucrées-salées qu’il mêle aux produits locaux de sa Normandie. En pur créatif, la répétition l’ennuie, il ne reproduit jamais les mêmes choses, mais revendique la douceur et l’onctuosité dans chacune de ses assiettes. Challenge réussi ! Mais insatiable de nouveautés, David ne s’arrête pas là.

Belle demeure du XXe siècle, construite par l’un des architectes de notre illustre Gustave Eiffel, le style y est novateur, entre contemporain et art déco. Objets chinés en voyage ou en balade familiale, l’ambiance y est bucolique, dépaysante et assure une plénitude totale.

Le restaurant du Jardin des Plumes

Aux fourneaux ! On suit David ?

71 M B


LIFESTYLE / Food

72 M B

© Olivier Marie


FOOD DAV I D G A L L I E N N E

La recette DU CHEF RECETTE POUR 4 PERSONNES

- 2 pigeons ou 1 dos de chevreuil ou 500g de filet de bœuf - 1 lobe de foie gras - 1 pain d'épice - 200g de chapelure brune - 2 oeufs battus - 2 poires - 1 litre de vin rouge

- 20g de sucre - 10g de fécule - 1 anis étoilé - 1 bâton de cannelle - 100g de fond de veau - 1 botte de salsifis - 1 citron jaune - 1 c à soupe de farine

73 M B

1- Marquer vivement de chaque face les suprêmes de pigeon/dos de chevreuil ou filet de boeuf à l'huile d'olive puis retirer aussitôt du feu pour stopper la cuisson. Faire de même avec le foie gras, taillé en escalope. 2- Dans un papier film, rouler le foie gras sur la viande et serrer pour d’obtenir la forme d'un saucisson. Cette préparation peut se faire la veille, c'est encore mieux, et si c'est le cas, n'oubliez pas de la réserver au réfrigérateur. 3- Mixer le pain d'épices et la chapelure puis paner à l'anglaise le saucisson de pigeon/chevreuil ou boeuf au foie gras : passer le tout dans la farine puis l'oeuf battu et ensuite dans la chapelure. Puis frire 5 minutes à 170°C. 4- Éplucher les salsifis et les cuire dans un blanc (eau citronnée + farine). Une fois cuits, les rouler dans le jus de veau pour les glacer. 5- Réduire le vin rouge de moitié, saler, poivrer, sucrer et lier avec de la fécule puis infuser la cannelle et l'anis étoilé. Passer au chinois et servir en saucière. 6- Tailler les quartiers de poires préalablement épluchées et snacker à la poêle. 7- Couper le saucisson de pigeon/chevreuil ou boeuf en 2 morceaux, servir avec les salsifis et les quartiers de poires snackés puis la sauce lie de vin.


FIERO L A NOUVELLE FIERTÉ DE MARTINI ! Voilà plus de 30 ans que Martini n’avait pas imaginé la création d’une nouvelle boisson ! Pour cette nouvelle et fière mouture, Fiero, la marque a mis au point une recette aux arômes naturels, haute en saveurs et en couleur. Respectueuse des traditions, Martini s’est tourné vers son pays voisin l’Espagne, pour ses oranges, le tout assemblé en Italie, pour un spiritueux consommable en cocktail résolument très sanguin. Ci piace ! On aime ce subtil équilibre entre amertume légère et intensité fruitée. Salute ! *Martini Fiero, 1L – 20,50€ *L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

74 M B


1.

2.

3.

75

4. 5.

6.

CHEERS !* 1. Coffret art russe - ART RUSSE SAINT ÉMILION GRAND CRU - à partir de 270€ selon le millésime
 2. Liqueur - SAINT GERMAIN - à partir de 32€ 3. Côtes de Provence - Rosé millésime 2018 CHÂTEAU MINUTY 281 - 280 € 4. Coffret Cognac Fine Champagne XO REMY MARTIN - 190€ 5. Champagne rosé millésime 2012 HENRIOT - 77,50€ 6. Champagne La Grande Dame 2008 VEUVE CLICQUOT - 115€
 *L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

M B


L I F E S T Y L E / É t at d ’e s p r it

76 M B

Affaires de Famille N O Ë L , P O U R L E M E I L L EU R E T P O U R L E PI R E


ÉTAT D’ESPRIT

Aaahhhh, la magie de Noël ! Cela n’aura échappé à personne, les fêtes de fin d’année, ce huis-clos au casting archi-connu et aux abords chaleureux, est toujours plus ou moins un peu explosif. Magie oui, en effet, quand un mot suffit parfois à transformer ces retrouvailles idéales autour du sapin en véritable arène romaine ! Passé le moment « béni» du vrai plaisir d’être ensemble, ça commence à déraper à l’heure de la bûche glacée et les vieux démons ressurgissent. Secrets, rancoeurs, jalousies… L’agacement et les règlements de comptes ne sont jamais très loin. Tour d’horizon et témoignages sur cette question sensible des Noëls en famille. Entre plaisir et obligation, we wish you a Merry Christmas ! TEXTE Arièle Bonte

Orlane, 27 ans, Ile de France « On porte un masque sans partager l’instant » Cette photographe qui vit en région parisienne évoque une famille « divisée », où les clans s’opposent et parfois même se détestent, sans détour. D’un côté, les parents et la petite soeur, de l’autre, les grands-parents maternels. Ajouté à cela, une récente séparation parentale et une belle-famille demandeuse : les choix, comme les névroses de chacun, se multiplient et la jeune femme se sent tiraillée de tous les côtés. « Ce qui me gène dans les fêtes de famille, ce sont les non-dits, on porte un masque, on fait comme si tout était beau, sans vraiment échanger », explique la jeune femme qui a pris la décision, l’année dernière, de vivre les choses à sa façon. « Noël dernier, ma mère est tombée malade et s’est retrouvée seule à l’hôpital. Je l’ai emmenée au restaurant et j’ai ensuite passé la soirée avec mon copain. On a commandé des sushis, regardé des films et au lit à 22 heures ! Eh bien, c’était l’un des meilleurs réveillons de ma vie ! »

Anaïs, 28 ans, Lyon « Marre de rejouer la même scène du Noël raté chaque année » « Je déteste l’hiver, le froid, et encore plus les fêtes de fin d’année ». Anaïs, 28 ans, n’est pas la seule à redouter le réveillon de famille. Cette lyonnaise a, comme une certaine partie d’entre nous, une histoire familiale « compliquée », elle aussi appréhende ce moment des festivités devenu désormais une contrainte, entre un père nostalgique, solitaire et une mère absente et déprimée. « Ma mère nous a toujours gâché les fêtes à partir du moment où la famille a commencé à se morceler », se souvient-elle. « Chantage affectif, menaces en tout genre, elle préparait tout, puis elle disparaissait se réfugier dans son lit… Ambiance ! ». Résultat : « Noël a toujours été pour mon père un moment où on ne peut plus communiquer avec lui, tellement il se coupe du monde et ma mère de toute façon n’est pas là ». Pour ce nouveau coup d’envoi des fêtes de fin d’année, Anaïs se demande si elle va, encore une fois, devoir jouer les figurantes dans cette scène du réveillon de Noël tant redouté.

77 M B


© Cordula Treml

L I F E S T Y L E / É t at d ’e s p r it

Et si la simplicité était la solution d’un bon réveillon ? C’est ce que préconise Isabelle Duvernois, psychologue, spécialiste de la famille, qui insiste sur l’importance de « soulager ses attentes » lorsqu’approchent les fêtes de fin d’année. « Le tout-doit-bien-se-passer-parce-qu’onse-retrouve » peut exacerber les phénomènes, créer une tension, des exigences et des attentes, explique-t-elle. « Comme chacun sait, la famille c’est compliqué ! S’il y a des problèmes familiaux, les fêtes ne sont pas l’occasion de les faire disparaître, c’est un leurre dans lequel les gens tombent trop facilement !». Ajouté à cela la dimension nostalgique des Noëls de l’enfance et le cocktail peut s’avérer encore plus dynamité. « Les problématiques familiales évoluent avec le temps, elles se construisent depuis l’enfance, et peuvent donc s’enkyster et prendre de l’ampleur. Retourner dans la maison familiale réactive des images du passé, renvoie à une période de la vie où tout le monde était réuni sous le même toit ». Mais le regard d’adulte a pris le pas, ce qu’on ne voyait pas enfant devient clair et limpide, voire difficile à supporter. + d’infos : Isabelle Duvernois - psychologue spécialiste de la famille Cabinet Pluralis, Paris, 9e / duvernoispsychologue.fr

78 M B

Juliette, 47 ans, Paris, « À quel moment peut-on appeler ça des vacances ? » « On ne fêtait pas vraiment Noël quand j’étais petite, raconte Juliette. Pas de souvenir particulier, juste un cadeau au pied du sapin le matin du 25 décembre. Une période de vacances scolaires, passées au chaud avec des bouquins ou des films un peu culculs à la télé… rien d’extraordinaire.» Quatre décennies plus tard, le constat est plus amer. « Il y a une frénésie autour de cette fête très commerciale, et je m’en suis vraiment aperçue quand j’ai eu des enfants. À cette période, tout le monde débarquait pour voir les petits ouvrir les cadeaux apportés par les uns et les autres. Forcément, il fallait le repas et les décorations qui allaient avec », se lamente Juliette qui s’est souvent retrouvée de corvée de cuisine et autres joyeusetés. « Paie ta charge mentale ! À quel moment on peut appeler ça des vacances ? » Aujourd’hui, Juliette a trouvé sa parade personnelle : « Poser mes congés, prendre ma famille sous le bras et… partir ». L’année dernière, elle a commencé timidement par Disneyland Paris mais cette année, avec sa famille, elle sera loin : cap sur les Antilles !

Anaïs voudrait, elle aussi, pouvoir opter pour ce joli délit de fuite assumé. « Cette année, j’ai décidé de ne pas aller chez mes parents mais de passer les fêtes avec mes deux soeurs. C’est déjà une révolution. Je ne suis pas sûre d’assumer », souffle-t-elle un peu inquiète. Il faut faire au mieux au vu des circonstances, sans rien s’imposer. Quant aux conflits familiaux, tenter de les résoudre autour d’une dinde aux marrons, c’est peine perdue ! Mieux vaut faire profil bas, prendre ce qu’il y à vivre et traverser le moment sereinement en attendant le jour d’après. On passera bien l’hiver. Noël finit toujours par passer… avant de revenir.


GU I DE DE SU RV I E :

en pr at ique , ç a don ne quoi ?

1- Mantra, grigri ou bracelet en labradorite (oui, c’est « la » pierre anti-mauvaises

énergies) : trouvez le truc symbolique auquel vous raccrocher le temps du dîner. Une armure invisible réconfortante et, qui sait, efficace ?

2- Une remarque sexiste ? Raciste ? Mieux, les deux à la fois ? Filez aux toilettes, fermez les yeux, prenez trois grandes inspirations. Retrouvez votre zen pour la suite, c’est pas terminé !

3- Mieux vaut en rire ! Notez toutes les phrases déplacées, clichés, provocs ou drôles, prononcées pendant ces retrouvailles familiales. Une manière de prendre de la distance et de relativiser, une fois votre cocon retrouvé ! 4- Stratégie de base : choisissez votre allié(e). Votre frère, sa petite copine, l’épouse du cousin éloigné… scellez avec cette personne un pacte pour faire diversion en cas de situation compliquée. 5- Mettez de l’eau dans votre verre de vin moelleux : ces retrouvailles

« obligées » ont lieu une fois par an. Vous serez vite rentrée et il reste douze mois avant le prochain Noël...

6- Lâchez cette énième coupe de champagne ! Vous n’avez pas besoin de (trop) boire au risque de vous emporter, de vous montrer émêchée et de vous énerver encore plus rapidement.

7- Improvisez-vous photographe ou DJ de la journée. Vous aurez de quoi vous occuper tout en fuyant les conversations les plus pénibles et risquées.

8- Prenez des initiatives, posez des questions aux plus vieux de l’assemblée sur

leurs souvenirs d’enfance et leurs Noël préférés. Vous pourriez découvrir de jolies histoires trop longtemps ignorées.

9- Pause. Allez prendre l’air, même s’il fait froid. Recueillez-vous devant la cheminée. Isolez-vous dans une pièce, le temps d’une petite sieste. Retrouvez le silence pour faire le vide et… mieux revenir. 10- Notez trois faits pour lesquels vous éprouvez de la gratitude après ce noël en famille. Une manière d’instiller du positif dans votre vie et celle de vos proches.

79 M B


LIFESTYLE / Musique

RÉVÉL ATION

R E N D E Z- VO U S M U S I C A L

YSEULT

la bombe mise à nu Artiste sensuelle, désinvolte, engagée qui n’ a « rien à prouver », du haut de ses 25 ans et de son mètre 78, Yseult à tout pour plaire et faire exploser sa carrière. En préparation de son deuxième album prévu pour le printemps 2020, rencontre solaire, un soir d’hiver avec « La » bombe à suivre. INTERVIEW Alexandra Martin Baudry

80 M B

Quelle est la figure féminine qui te porte et t’inspire le plus dans ta vie ? Celle qui m’a portée justement ! Clairement, c’est ma mère. Plus j’avance dans la vie, plus je pense à tout ce qu’elle a fait. Élever les enfants, travailler, plaire à son mari, garder sa féminité au top quoi qu’il advienne… Quand j’étais plus jeune, je ne voyais pas que c’était un effort au quotidien. Mais être une femme, c’est costaud ! On vit dans un monde bancal plein de contradictions, c’est dur de faire sa place. L’image de la femme exemplaire pour moi, ce serait celle qui est totalement mise à nu, qui n’en à rien à foutre, qui refuse qu’on la fasse taire et s’exprime dans tout ce qu’elle a de plus féminin, animal et raffiné ! Tu es une artiste indépendante, engagée et en même temps tu revendiques une part de variété dans ce que tu fais. Pourquoi ? Si je pense à un modèle artistique qui me va bien, ça peut paraître inattendu, mais ce serait Mylène Farmer ! Pas pour sa musique mais pour son univers visuel toujours hyper chiadé, sa façon de gérer sa carrière entre musique pop et artiste rare. J’adore. Je viens d’une famille qui n’a pas roulé sur l’or. Alors cracher dans la soupe parce que je suis en label indé, me la jouer musique « spé » pour happy few, j’aurais pu. Seulement quand je suis en concert et que je vois mon public, ils ont 20, 30 et plus, ils sont de toutes les couleurs… Ma musique touche tout le monde. C’est comme ce truc populaire de la Nouvelle Star, j’en ai pas honte, je l’ai fait il y a 6 ans et ça a été un vrai tremplin. J’ai perdu en finale, aujourd’hui je pense que c’est une chance, même si franchement j’ai pris cher à un moment…


« L a fem me exempla i re pou r moi , c e s er a it c el le qu i e s t tot a lement m i s e à nu . . . »

81 M B


LIFESTYLE / Musique

82 M B

Justement, ce creux de la vague après la fin de ton contrat avec Polydor, comment tu l’as géré? C’était pas le fun, c’est clair. J’ai dû travailler dans un supermarché pour payer mon loyer, etc. Mais je n’ai pas besoin d’un entourage pour me booster, j’ai une force d’esprit de fou pour me pousser au bord du précipice toute seule. Depuis toujours ! Ce métier, c’est une jungle mais j’ai une envie de réussir de dingue ! Je tiens ça de mon éducation : pour survivre, faut avoir les crocs. Aujourd’hui, je bosse pour moi avant tout, car personne ne le fera à ma place. Pas de compromis, je resterai indépendante de bout en bout pour créer ma liberté.

Si tu avais encore plus de moyens au niveau artistique, tu ferais quoi ? Je ferais des clips hyper écrits et mis en scène chaque semaine ! En fait, j’aimerais être D.A ! Je participe de A à Z à mes clips. Le visuel, c’est ma génération. Je suis à l’affût de tout ce qui se fait dans les vêtements, les textures, les tendances, c’est d’ailleurs ce qui m’amène à rencontrer de plus en plus de créatifs dans la musique et la mode. Je viens de signer avec une nouvelle agence de mannequinat, IMM. J’adore être mannequin, ça me fait trop kiffer ! Le côté afro, corps atypique de grosse, tout ça… Y a plus trop de message en vrai, mon corps s’est normalisé, je vois plein d’autres figures qui persévèrent artistiquement avec des corps, comme le mien.

Qu’est ce qui fait que tu reviens en force en ce moment : le bon timing ? J’ai tellement à dire ! Mais c’est une demande du public aussi. On en a tous marre des artistes qui mentent et manquent de personnalité. On veut des gens vrais, qui sont eux-mêmes. Le fait d’arriver avec mon côté brut et à nu, ça répond à un besoin de nouvelles références. « On en a tou s ma r re On a pas de Lizzo nous en France de s a r t i s te s qu i ! FKA Twigs, c’est un modèle de femme super forte par exemple, ment ent e t ma nquent mais c’est une référence de p er s on na l ité . On américaine. Je suis dans cette veut de s g en s v r a i s , quête de vérité et de sincérité qu i s ont eu x-même s . » aussi. On attend avec impatience ton second album, en préparation. Après les singles « Noir » et « Rouge» si tu avais une 3e couleur ce serait laquelle ? Ce serait le blanc pour incarner ma liberté et une certaine pureté mais je ne veux pas repartir dans un truc cyclique évident. J’écris sur autre chose. Tout se fait naturellement en fait. Ziggy se met au piano, j’ai mon carnet, mon stylo et je me mets en immersion totale. En ce moment, je canalise mon écriture. Le premier jet est abrupt, le deuxième plus précis et je réécris jusqu’à ce que ce soit « aligné », cohérent. Je crois que je suis en train de devenir une femme (Rires)!

Et si finalement, tu étais en train d’engager une nouvelle génération de jeunes femmes libres et engagées ? Je ne suis pas la seule, regarde Lous, Tilia, Claire Laffut… Elles font passer leur message par leur image. Mais j’ai des choses à partager, c’est clair. Le nouvel album est axé sur l’introspection, l’« inner » comme on dit en anglais. Mais, un intérieur collectif qui parle à tout le monde, où chacun peut se reconnaître et se demander : « Qui es tu, en fait ? » Engagée, je le suis par nature. Depuis deux ans par exemple, je lutte contre la violence faite aux femmes. C’est important pour moi. J’ai créé une page « Me touche Ap » sur Insta, où qui veut vient témoigner.

Yseult, musicalement là, tu es prête à exploser ? Carrément ! Je sais que ça va être long encore et qu’il va falloir beaucoup travailler. Mais honnêtement, il serait temps « because I deserve that shit ».* (Rires) (*) parce que je le mérite vraiment.

Yseult - EP Rouge et Noir disponibles sur toutes les plateformes (Naïve) En concert : 15 décembre 2019 : Lyon 1er février 2020 : Magny-le-Hongre 13 Février 2020 : Strasbourg 18 novembre 2020 : au Trianon à Paris


© Benjamin Parker

Révei l lez vo s s ens Réveillez vos sens avec la musique qui vous plait ! Choisissez une musique, peu impor te le style, du moment que vous l’aimez… Fermez les yeux, inspirez profondément en gonflant le ventre et la poitrine, puis souf flez, avec une expiration profonde. Entrez dans votre bulle et écoutez cette musique, simplement avec une grande attention, les sons, les instruments, la voix peut-être, puis observez vos sensations physiques, peut-être des frissons, des vibrations, du relâchement, de la détente, une envie de bouger, de danser, une émotion. Observez vos sensations. Vivez les intensément, profondément ! À quel moment ? À tout moment, pour se détendre et se reconnecter à soi. TEXTE Fanny Bouquet - Sophrologue

83 M B


LIFESTYLE / Musique

D E L A M U S I Q U E DA N S L E S O R E I L L E S

GOOD VIBES Merci Musique ! Loin du brouhaha de nos vies bien remplies, et avant de retrouver celui du cercle familial, la fin d’année c’est aussi la période des longs trajets en métro, voiture, train, avion… Besoin d’une déconnection totale, pour ressentir les bonnes vibrations résonner dans notre corps et notre esprit. Pour avoir du bon son, on fait une escale sur les nouveautés. Arrêt sur 3 casques qui promettent une belle immersion. TEXTE Antoine Brillant

CASQUE MAJOR III VOICE - MARSHALL

84 M B

Le classique-moderne réinventé. La marque emblématique et sooo pro, MARSHALL, mise et s’amuse du renouveau. Pour son dernier petit bijou, elle s’associe avec l’assistant Google : on écoute, on gère son planning, on appelle son entourage… sans même regarder son smartphone, rien que ça ! Combo parfaite entre haute qualité et une vie 3.0 ! Le son y est toujours légéndaire et les basses poussées : fonctionnalité téléphone, conception pliable, ajustement ergonomique. On signe les yeux fermés ! À shopper sur marshallheadphones.com, 169€

CASQUE SOLO PRO - BEATS BY DRE C’est le nouveau casque pointu de la marque BEATS BY DRE. Pour ce nouveau Wow, la marque abat la nouvelle carte de l’ultra-personnalisation avec le contrôle du son à travers différents modes d’écoute : réduction du bruit, transparence ou économie d’énergie. Libre à vous de choisir ce qui vous convient. De plus, Beats coche ( une fois de plus ) la case du design intemporel, de la praticité avec son pliage, du connecté avec son contrôle vocal, et ses commandes intégrées au casque. On aime et nous ne sommes pas les seuls, même Pharrel surkiffe ! À shopper sur beatsbydre.com, 299,95€ CASQUE CRUSHER ANC - SKULLCANDY C’est la grande nouveauté de chez SKULLCANDY. Un son aux dimensions plus profondes, la punchline accroche mais la vérité y est encore plus juste ! Une fois passé le test audio via l’appli de la marque, personnalisation et préférences d’écoute sont au rendez-vous. Moins de bruit pour un son plus pur, grâce à ses basses sensorielles et ses nouveaux haut-parleurs brevetés qui offrent une expérience explosive. On en veut encore et encore ! À shopper sur skullcandy.fr, 299,99 €


Listen to MY MUSIC POMME,

Derrière ce visage angélique, se cache une voix de velours qui nous envoûte à n’en plus finir. Ses textes inspirants et inspirés n’ont d’égal que la personnalité hors du commun de cette fille bourrée de talents. À suivre et à écouter sans modération. Les Failles, Polydor

THE PIROUETTES,

L’électro-pop à la française est bien représentée et n’a pas de soucis à se faire. Largement assurée par The Pirouettes, ce couple sur scène comme en privé, nous emporte avec des pop-songs édulcorées et légères, laissant présager de bonnes soirées solo ou entre copines. Il y a un petit côté revival 80 dans le texte « Story love song », qui n’est fait pas pour déplaire ! Monopolis, Kidderminster Records

CLAIRE LAFFUT,

Plus qu’un joli minois, la jeune fille de 25 ans est du genre pluridisciplinaire accomplie. Femme à tout faire, artistepeintre, mannequin, chanteuse, directrice artistique … La jolie belge Claire Laffut nous dévoile ici avec « Mojo » une pop aux sonorités délicieusement rétro, accompagnée d’une voix douce et mélancolique. On craque pour le charme naturel de l’intrigante brunette ! Mojo, Universal

TONES & I,

Vous n’avez pas pu passer à côté du morceau « Dance Monkey » et encore moins de son interprète Tones & I. Cette jeune australienne, à la voix reconnaissable entre mille nous embarque avec ses morceaux groovy. On découvre avec plaisir son EP « The Kids Are Coming » totalement self-made, qui nous prouve ce que l’on pensait déjà : Tones & I n’a pas fini de nous faire enflammer le dancefloor . Let’s Dance ! Dance monkey, Elektra Records

RILÈS,

En écoutant son flow so USA, rien ne pourrait laisser penser que derrière ce rap résolument très chill, il y a un petit frenchy from Rouen ! Ce mec -orchestre, sait tout faire : il écrit, produit et enregistre tout, selfmade-man en puissance ! On aime ces sons très actuels ou Rilès slame avec une voix grave hypnotisante. On entrerait presque en transe ! Son dernier album « Welcome in the jungle » contient pas moins de 18 tracks. À écouter d’urgence : « Thank God » dont le clip est une nouvelle fois quali ! Thanx Rilès ! Welcome to the jungle, Digipack Republic Records

85 M B


LIFESTYLE / Culture

« Les Testaments ». Suite tant attendue de « La servante écarlate », furieux roman dystopique écrit par Margaret Atwood. Pour celles qui vivraient en autarcie, sans connaître la série TV incontournable « The Handmaid’s Tale » - directement inspiré de la saga - voilà l’histoire de femmes qui sont asservies et répertoriées en différentes castes, dans une société devenue flippante et stérile. Le second volet est aussi réussi que son prédécesseur, un récit dans lequel on se projette dangereusement. Asservissement puis rébellion, les femmes tendent à faire entendre leur voix, ce qui n’est plus vraiment de la science-fiction , hein ! 22,90 € - Pavillons, Robert Laffont

86 M B

« La loi 2030 » Roman d’anticipation écrit par Élodie Manthé. Un ouvrage qui invite à la réflexion et nous confronte à notre rapport (là aussi asservissant) avec la technologie, pour voir jusqu’ où peut aller notre dépendance. Dans la même veine que la série netflixée « Black Mirror », l’auteure nous montre de quelle façon les fake news, autres nouvelles prémâchées sont devenues notre pain quotidien, parfois relayées par milliers ou likées sans même que l’on ait pris le temps d’en lire le contenu. Une info qui va vite, trop vite, sans être foncièrement analysée, au grand dam de la société. De quoi nourrir notre réflexion pour poster intelligemment sur nos réseaux sociaux. 20 € - Éditions L.C.

« La fabrique de poupées » Thriller fantastique écrit par Elizabeth Macneal, dont l’intrigue se situe au cœur de l’Angleterre victorienne. Lors de l’Exposition Universelle de Londres en 1850, deux badauds se croisent. Iris, modeste employée dans un magasin de poupées, et Silas, taxidermiste amateur de macabres curiosités, qui souhaite exposer ses œuvres. L’un d’eux va devenir complètement obsédé par l’autre, et on ne parle pas ici d’une simple amourette sur fond de léger stalking. À lire le soir au coin du feu. Crépitant ! 22 € - Presses de la cité

Coup double ici, si l’on peut dire, avec les romans « Un coup d’un soir » et « Dans le lit de Marin », deux volets d’une même histoire d’amour contemporaine, comme il en existe tant, par Mathieu Bermann. Dans le premier tome, Marin et le narrateur, deux garçons qui ne se connaissent pas et vivent à des centaines de kilomètres, se retrouvent pour passer la nuit ensemble. Une nuit seulement. Assouvissement d’un désir charnel entre un novice célibataire et un homme marié. Vous ne lâcherez le livre qu’à la dernière page. Haletant ! 20,90 € – Éditions P.O.L


Laissez-vous happer par la chasse à « La Panthère des neiges », récit de voyage et d’aventures relaté par Sylvain Tesson qui, en 2018, est invité par le photographe animalier Vincent Munier à observer les derniers spécimens de la panthère des neiges, aux confins du Tibet. Les girls, c’est simple : c’est comme si on y était, si d’aventure le frimas parisien était remplacé par des tempêtes de neige. Paysages magnifiques, histoire de longue haleine, et un récit ponctué de réflexions sur les conséquences désastreuses de l’activité humaine sur le règne animal. Grrrrr, on adore ! 18 € - Gallimard

87 M B

Marc Martin signe l’ouvrage « Les tasses, toilettes publiques - affaires privées », un livre doublé d’une exposition sur les secrets des vespasiennes de Paris. Autrement dit, les urinoirs publics pour hommes. Retour au siècle dernier où « les tasses », outre leur fonction originelle, représentaient un endroit de liberté pour les homosexuels, ou bien servaient de lieu de rendez-vous durant la Résistance. L’artiste s’est entouré d’auteurs, d’historiens, de dessinateurs ou encore de sociologues, afin de faire parler au maximum ces vespasiennes, qui ont tant d’histoires et de secrets à livrer. 58 € - Éditions Agua

Victoria Mas a bien mené sa pré-enquête journalistique avant d’écrire ce roman historique « Le bal des folles ». Au XIX siècle, chaque année, se tient un étrange bal où les femmes, épileptiques, alors étiquetées folles ou hystériques, sont déguisées. Ce bal est en réalité l’une des dernières expérimentations du fameux Dr Charcot, désireux de faire des malades de l’Hôpital de la Salpêtrière, à Paris, des femmes comme les autres. L’intrigue se déroule à une époque où les connaissances psychiatriques sont encore balbutiantes, et où les femmes sont enfermées à tort ou à raison. Un roman électrisant et édifiant. 18,90 € - Albin Michel


#BabyBOMB

LIFESTYLE / Capitale

88 M B

Photographie Charlotte Schousboe Assistante photographe Léa Marisol Stylisme Marion Minet Mua / Hair Céline de Beaucaron Modèle Anna Kind, Agence Mademoiselle


Teinturier « POUYANNE » 57 Boulevard Haussmann, 75008 Paris

89 M B


90

M B

LIFESTYLE / Capitale


« LE GREFFULHE » 29 rue des Mathurins, 75008 Paris

91 M B


Chocolatier « DEBAUVE ET GALLAIS », 30 Rue des Saints Pères, 75007 Paris

92

M B

LIFESTYLE / Capitale


93 M B


original 94

a d j e c t i f e t n o m
 L’u n i q u e e t l ’a u t h e n t i q u e ve r s i o n , q u i é m a n e d e s o n a u te u r.



M B


© Hôtel Raffles, Singapour

95 M B


T R AV E L / S u n T h e r a p y

SUN THERAPY

Passer l’hiver au SOLEIL 96 M B

Trois destinations « sea, sun and sun » pour décompresser après les fêtes de fin d’année, prendre des rasades de vitamine D, faire un pied de nez à la grisaille et au froid parisien. 1, 2, 3 Partez ! À vos valises, il est temps d’aller dénouer nos chakras au soleil ! TEXTE Pauline Fons

Comme bien souvent, on a surjoué les bons samaritains durant ces fêtes de fin d’année pour faire plaisir à nos proches. On a tiré sur la corde, on s’est oublié(e)… STOP ! Il est grand temps de penser à nous désormais. Après avoir supporté, avec plus ou moins de patience, l’injonction de s’amuser au premier de l’an, après avoir essuyé le rhume, la crise de foie, et autres crises dans le cercle familial : « Treat yourself », c’est bien mérité ! Pour se rebooster, quoi de plus agréable qu’une « Sun-therapy », thérapie par le soleil, pour vraiment commencer cette nouvelle année du bon pied ? Prendre une bonne dose de soleil le temps d’une échappée belle, c’est bon pour la santé ! Le soleil influe sur la dopamine, qui elle-même joue sur la motivation, la productivité et la concentration. Un facteur non négligeable pour un retour efficace au bureau ! Plus d’hésitation possible, un break s’impose avant d’affronter encore ces longs mois du père Frimas. Go, go, go… And let the sun shines in !


97 M B

Natasha © Styleinyou photographie - Morgane Maurice - Richmond Théâtre, Londres.


Singapour

T R AV E L / S u n T h e r a p y

98 M B

Direction l’A sie. Cap sur Singapour, au large du sud de la Malaisie. Ville ultra moderne et hypra bétonnée dans notre imaginaire. Mais cassons les préjugés, comme à Marina Bay, où Singapour regorge de quartiers à taille humaine et colorés. Pour se la couler douce : Les Gardens by the Bay sont un vaste jardin comprenant un parc floral plein de surprises. La nature y est luxuriante et les installations lumineuses, les décors et les allées sont magiques, de jour comme de nuit. Gardens by the Bay - 18 Marina Gardens Dr, Singapore 018953

Pour s’amuser : Le Singapour branché est un bar caché, (vraiment bien planqué), derrière une boutique trompeuse : tantôt coiffeur, tantôt boutique, tantôt barbier. Pour entrer dans le bar, donnez le mot de passe ou bien faites rire l’hôtesse à l’entrée avec une petite blague, et le tour est joué ! Vous débarquerez alors dans un endroit cosy et inattendu où les cocktails sont à tomber à la renverse. Vous prendrez bien un « To pea or not to pea » au sirop de petits pois ? 1:1.618 x Leong Tailor 47 Keong Saik Road, Singapour +65 8353 6999

GARDENS BY THE BAY

18 Marina Gardens Dr, Singapour 018953 © Victor nDK


Pour dormir : Pour un vrai repos réparateur, exit les lieux bruyants et tumultueux et bienvenue dans le quartier de Geylang, coloré et légèrement éloigné du centre-ville. Parfait pour se loger ! L’hôtel le Raffles y est légendaire : du nom du fondateur britannique de la ville (Thomas Stamford Raffles), cet hôtel à l’architecture coloniale a déjà accueilli Joseph Conrad ou Rudyard Kipling. La Classe à Singap’ !

Pour bien manger : Pour goûter aux spécialités locales, comme le Chili Crab ou le Nasi Lemak (délicieux riz au lait de coco malais), direction le Wild Rocket. Le chef, Willin Low offre une cuisine singapourienne d’exception. Le lieu est tout en bois, les assiettes sont magnifiques, un régal pour les pupilles autant que les papilles . Wild rocket. 10 a Upper Wilige Road. Singapour 228119

HÔTEL RAFFLES 1 Beach Rd, Singapour 189673

Pour se cultiver : Le quartier arabe, notamment les rues comme Haji Lane, sont trendy très colorées, et donnent envie de déambuler, entre boutiques de luxe, temples hindous, thé à la menthe et narguilé… Cafés, vêtements sur mesure, bijoux, sans oublier la belle mosquée dorée Sultan ; l’endroit est multiculturel, on se sent très loin et c’est grisant.

Haji Lane, Singapour © Bna Igniacio

99 M B


Pour se la couler douce :

100 M B

La plage de Lime Cay est située tout près de la côte du continent, près de l’aéroport international Norman Manley. L'endroit est juste paradisiaque : eau bleue-verte et chaude, banc de sable blanc ; c’est simple, on se croirait dans une carte postale !

k ingston

T R AV E L / S u n T h e r a p y

Allez hop ! On fait son backpack pour la mythique Jamaïque et sa capitale, Kingston, où le soleil réchauffe le cœur et les corps. Ici, il n’ y a pas que le reggae qui détend, tout est fait pour être relax, les pieds en éventails. Voici quelques adresses pour en profiter au max.

Pour s’amuser :

Pour bien manger :

L’essence de la Jamaïque, c’est tout de même un peu le rhum, et Kingston est l’endroit parfait pour une tournée des grands ducs qui peut durer la nuit entière. En outre, vous ne pouvez pas passer à côté : chaque semaine a lieu une fête où tout le monde chante et danse du soca, du dancehall et du reggae. Ambiance assurée !

Terra Nova, c’est toutes les saveurs de la Jamaïque dans un cadre d’époque, chaleureux, élégant, digne des anciennes célébrités hollywoodiennes. Le restaurant est couplé d’un hôtel, pour un séjour, à coup sûr, mémorable. 17 Waterloo Rd, Kingston, Jamaïque


Pour dormir : Arrêt à l’hôtel Strawberry Hill, qui offre une vue imprenable sur les collines de la chaîne des montagnes bleues. Les logements semblables aux maisons coloniales jamaïcaines, toutes en bois, modestement décorées mais cosy, donne ce petit goût de bout du monde un peu sauvage. Island Outpost Crooked River - Jamaïque

101 STRAWBERRY HILL Island Outpost, Crooked River 00000, Jamaïque

Pour se cultiver : À 3 minutes de Terra Nova, impossible de faire l’impasse sur le Musée Bob Marley ! Au programme : reggae et vie de l'artiste, visite de sa maison, et projection d'un film de 20 minutes sur la vie du King of Reggae. 56 Hope Road, Kingston, Jamaïque


M B


Rio de

JANEIRO

© Fabion Roque

102

M B

T R AV E L / S u n T h e r a p y


Deuxième plus grande ville du Brésil, après São Paulo, Rio de Janeiro regorge de plages légendaires et d’endroits hauts en couleur. Un seul souci : ne plus jamais avoir envie de rentrer !

En mode Koh-Lanta, on sort des sentiers battus, direction la forêt tropicale de Tijuca, qui s’étend sur 3200 hectares. On peut y admirer (de loin) des singes, des toucans, des cascades incroyables dont la Cascatinha Taunay, la plus grande de Rio. Le mieux c’est encore de suivre un guide local pour profiter de cette immersion, sans se poser de questions.

Pour s’amuser : Le carnaval de Rio est, bien entendu, une expérience à vivre, c’est de loin l’une des festivités les plus incroyables au monde, avec des millions de participants. 4 jours de fête absolus qui se dérouleront cette année du 21 au 26 février 2020. Défilés exubérants aux rythmes brasilero endiablés, à ne manquer sous aucun prétexte.

Pour dormir : Cap vers le quartier bohême de la ville, Santa Teresa. Vue inoubliable sur la baie de Rio, rues pavées, boutiques et ateliers d’artistes, vous pourrez y accéder via le tramway historique de Bondinho. Les nuits y sont tellement sereines et réparatrices.

© Vanderley Goncalves

Pour se la couler douce :

Pour se cultiver : Avis aux amateurs d’art : la Fabrica Bhering est un lieu insolite. Ancienne fabrique de chocolat, elle est désormais reconvertie en espace dédié aux arts (photographes, écrivains, artisans, illustrateurs, etc...). À côté des ateliers, boutiques et salles d’expo, on y trouve encore quelques machines du temps de l’usine. R. Orestes, 28 - Santo Cristo, Rio de Janeiro - RJ, 20220-070, Brésil

Pour bien manger : Le très populaire Aprazível, situé dans le quartier de Santa Teresa, offre une vue incroyable et des mets (comme des mots) d’exception : « Moqueca » ragoût de fruits de mer, « Palmito Assado » coeur de palmier rôti... Les tables sont au cœur des arbres et de la végétation luxuriante. On croit rêver ! R. Aprazível, 62 - Santa Teresa, Rio de Janeiro RJ, 20241-270, Brésil

103 M B


T R AV E L / P h é n o m è n e

PHÉNOMÈNE

NEW Rules LA FIN DU DILEMME QU’ON AIME F L I R T E R N ’ E S T PA S T R O M PE R !

M B

TEXTE Arièle Bonte

« L’amour dure trois ans » « Il suffit de l’expérimenter pour l’adopter » : assénait Frédéric Beigbeder dans son roman éponyme « L’amour dure trois ans » en 1997, posant une épée de Damoclès au-dessus de tous les couples confortablement installés. Pas de bol, cela fait justement plus ou moins trois ans que vous êtes embarquée dans la vie à deux et que les papillons virevoltant des débuts semblent s’être un peu envolés, à moins qu’ils ne soient tapis dans une longue hibernation. Mais tout ça, c’était avant cette rencontre inattendue avec un séduisant bellâtre, croisé au détour d’une soirée mondaine, il y a peu ! Il vous a fait du gringue malgré votre bague de fiançailles. Flattée, sans réfléchir, vous êtes entrée

dans le « game », avec un plaisir non dissimilé, et, oui, avez retrouvé le temps d’un cocktail ou deux, ce petit « vertige » d’être séduite par un inconnu… L’envie de le revoir et de jouer encore un peu sont clairement là, tout comme la culpabilité, une fois rentrée chez vous, en vous retrouvant dans les bras de votre moitié. « Le flirt est le péché des honnêtes femmes et l’honnêteté des pécheresses », selon l’essayiste Paul Bourget. Une autre manière de dire que le flirt serait plus banal qu’on voudrait bien se l’avouer. Une situation des plus ordinaires, qui voudrait être réprimée par la morale mais, ô combien, plaisante pour celles qui osent s’y aventurer.

© Joshua Ness

104

Dans la série des néologismes qui traduisent une réalité ancestrale, voici que le « micro-cheating » fait son apparition (un peu f loue) dans la sémantique actuelle, pour évoquer une relative forme d’infidélité dans le couple bien installé. Aventure émotionnelle, en rien sexuelle : f lirter est-ce vraiment tromper ? Pour toutes celles et ceux qui aiment plaire et s’amuser un peu, nous, on prend le parti de répondre : « bien sûr que non ! ». Et, en réalité, cela ne choquera personne. Cela dépend surtout des règles du couple et des limites qu’on se pose. Enquête.


L’héritage de nos traditions judéochrétiennes Mais avant d’aller plus loin dans le vertige émotionnel, qu’entend-on par «flirter » ? S’agit-il comme le suggère le Larousse, « d’avoir des relations amoureuses plus ou moins platoniques et passagères avec quelqu’un »? « Plus ou moins », on en rit encore, quelle blague de french lover ! Concrètement : sommes-nous toujours dans le flirt lorsque l’on a échangé nos 06 et que l’on a accepté un RDV avec le bel inconnu ? Quand on retire sa bague de fiançailles sur le chemin qui nous mène au restaurant ? Et lorsque nos lèvres goûtent celles de ce ou cette partenaire éphémère ?

réaliser que ces petites recherches d’attention n’ont qu’une utilité : booster notre égo. Elles ne remettent pas forcément en cause la solidité du couple et s’inscrivent davantage dans une quête personnelle. D’accord, ce serait un peu gonflé de dire que flirter serait un outil de développement personnel… Mais c’est une façon d’apprendre à se connaître. Jouer avec le feu sans se brûler les ailes. Retrouver le goût de la séduction sans obligation, tout en cultivant une certaine élégance. On est loin ici des copines singles qui enchaînent les plans Q foireux sur Tinder ou des coups d’un soir qui manquent franchement de subtilité, face aux regards nourris de sous-entendus, aux baisers volés et hésitants.

Hum... Il est d’autant plus difficile de répondre à ces questions quand on sait que la plupart des hommes et des femmes se révèlent être le plus souvent incapables de reconnaître une situation de flirt, selon une étude de l’Université du Kansas publiée en juin 2014. Ajouté à cela, la morale des uns et l’héritage de nos traditions judéo-chrétiennes, nous voilà bien perplexes, car le couple est perçu comme un tout indissociable où l’un appartient à l’autre et plus Plutôt que d’aller « carrément » voir ailleurs le temps couramment la femme à l’homme. Or, le monde a d’une soirée, certains couples choisissent de voir bien changé, les femmes ont le droit elles aussi, de la vérité en face et réinstaurent du flirt dans leur jouir de leur corps librement. Le flirt n’est ni plus ni relation. C’est ce qu’a noté Brandi Frisby, chercheuse moins qu‘une expérience personnelle, qui s’inscrit à l’Université de Kentucky, lors d’une étude publiée dans le jardin secret que tout à chacun peut cultiver. en 2012. En interrogeant 164 couples mariés, elle Effleurer la peau d’un étranger, écrire des textos juste s’est rendu compte que la plupart un peu audacieux, retrouver le goût d’entre eux flirtait pour entretenir de se préparer avant un rendezla flamme, créer un monde privé vous, savourer le plaisir de se sentir « Libre à vous en avec leur moitié et favoriser la désirée, désirable et séduisante… communication. Des bons points réalité de délimiter n’est en rien une affaire de couple. pour la longévité d’une relation, la frontière entre le Soulagée ?! auxquels on pourrait encore ajouter f lirt et l’infidélité... » une autre solution : la mise en place Libre à vous en réalité de délimiter la d’un petit arrangement. frontière entre le flirt et l’infidélité. Dans la saison 3 de « Stranger Things » L’exemple est futuriste mais à l’image par exemple, le personnage de Karen Wheeler, est de nos vies ultra-connectées : dans la dernière saison celui d’une mère de famille qui s’ennuie ferme dans de « Black Mirror », un homme et son épouse se son couple, comme dans sa petite ville paumée des rendent compte qu’ils ont besoin d’entretenir leur États-Unis. Belle endormie, consciente de ses atouts, jardin secret respectif. L’une aime flirter avec des elle n’hésite pas à aguicher le jeune imprévisible hommes dans des bars tandis que l’autre s’adonne à maître-nageur de la piscine municipale. Les deux des relations sexuelles virtuelles via un jeu en réalité personnages se donnent rendez-vous. Karen est augmentée. Petits arrangements ou pas, en tout cas, toute excitée. Mais sur le palier de la porte d’entrée, si le flirt permet de se sentir bien dans ses baskets et elle aperçoit son mari et leur bébé… Et finalement, elle de raviver la flamme du couple en perte de vitesse… décide de ne pas se rendre au rendez-vous, rassurée dans l’amour qu’elle porte à son mari et sa famille. L’ultime question pour mettre fin au dilemme serait Qu’on y aille ou pas, le flirt peut aussi servir à cela ; plutôt : Pourquoi se priver ?

Flirter avec sa moitié : la clé de la longévité ?

105 M B


T R AV E L / P h e n o m e n o n

PHENOMENON

Rules 106 M B

The latest in a series of neologisms that translate age-old realities, micro-cheating has emerged – in somewhat blurry form – in contemporary semantics. It refers to a limited form of infidelity within a settled couple. A purely emotional escapade with nothing sexual about it, is flirting really cheating? On behalf of everyone who enjoys arousing desire and having a bit of fun, we say «no, of course not!» And the truth is, that’s not going to shock anyone. Above all, it depends on the rules within a couple and the boundaries set. Investigation. TEXT Arièle Bonte

«Love lasts three years,» declared Frédéric Beigbeder in his novel of the same name, published in 1997, thus dangling a sword of Damocles over the heads of all happily settled couples. That’s bad news when you’ve just more or less reached the three-year mark in your relationship and the fluttering butterflies that accompanied the early stages have flown away, or at least, are tucked away enjoying a long period of hibernation. But that was before your recent unexpected encounter with a gorgeous man at a social gathering. He began to sweet talk you, despite your engagement ring. Flattered, without thinking, you joined in the game enthusiastically, and yes, for the time it took to down

a cocktail or two, you rediscovered the heady pleasure of being seduced by someone you don’t know. The urge to see him again and carrying on playing the game was indisputably there, as was the guilt once you were home and in the arms of your other half again. “Flirting is the sin of the virtuous and the virtue of the sinful,” according to essayist Paul Bourget. Another way of saying that flirting is more commonplace that we’d like to admit. A really very ordinary situation which the prevailing moral code would like to repress, but which is so wonderfully enjoyable for anyone who dares to take that path.

© Pikwizard

TH E E N D O F A PE T PR E D I C A M E NT FLI RTI N G I SN ’ T C H E ATI N G !


The legacy of our Judeo-Christian traditions But before venturing any further into the emotional whirl, what exactly do we mean by flirting? Does it entail, as the French Larousse dictionary says, “having a more or less platonic and fleeting loving relationship with someone “? “More or less”: a real French lover joke! In concrete terms: are we still flirting when we’ve swapped numbers and agreed to meet up with the handsome stranger? When we take off our engagement ring on the way to the restaurant? And when our lips taste the lips of our transient partner? These questions are particularly difficult to answer given the fact that most men and women are usually incapable of recognising a flirtatious situation, according to a study by the University of Kansas published in June 2014. When you add different people’s morals and our Judeo-Christian traditions into the mix, we’ve ended up pretty confused, since the couple is seen as an indivisible whole where one person belongs to the other – in the collective consciousness, the woman usually belongs to the man. However, the world has changed and now women too have the right to do what they want with their bodies. Flirting is no more and no less than a personal experience, part of the secret garden everyone has the right to cultivate. Stroking a stranger’s skin, writing slightly saucy text messages, reliving the fun of getting ready for a date, savouring the pleasure of feeling desired, desirable and seductive...none of these things are to do with a couple. Do you feel better now?! The fact is that you are free to define the boundary between flirting and cheating. In season three of Stranger Things, for example, the Karen Wheeler character is a mother and wife who is bored with her relationship and life in a dead-end little American town. A sleeping beauty who is aware of her charms, she doesn’t think twice about enticing the young and unpredictable lifeguard at the town swimming pool. The two characters arrange to meet. Karen is very excited. But on the doorstep, she sees her husband and their baby. And she ends up deciding not to go on the date, reassured by the love she feels for her husband and family. Because this is another role flirting can play. Realising that this minor form of attention-seeking only has one purpose: boosting our ego. It does not necessarily challenge the solidity of our relationship and is thus part and parcel of a personal quest. Okay, so it would be a bit over the top to say that flirting is similar to

personal development. But it is a way of getting to know ourselves. Playing with fire without getting our wings burned. Rediscovering the fun of playing the game of seduction with no strings attached while cultivating a certain degree of elegance. And this is nothing like what happens to our single girlfriends as they rack up a series of bad experiences on Tinder or one-night stands, which frankly don’t offer the subtlety of exchanging meaningful looks, of shy, stolen kisses.

Flirting with your other half: the key to a lasting relationship? Rather than deciding to go off with someone else for an evening, some couples prefer to look the truth in the face and reintroduce flirting into their relationship. As observed by Brandi Frisby, a researcher at the University of Kentucky, during a study published in 2012. After questioning 164 married couples, she realised that most of them flirted with each other to keep the flame alight, create a private world with their other half and encourage communication. It’s a good idea for ensuring a lasting relationship. Another one is agreeing to a little arrangement. One example that is futuristic but that reflects our ultra-connected lives is provided by the latest season of Black Mirror, where a man and his wife realise that they each need to nurture their own secret garden. One of them likes to flirt with men in bars while the other has virtual sex via an augmented reality game. Whether you’ve got little arrangements in place or not, flirting makes you feel good about yourself and rekindle passion in a relationship where it’s waning. So, the ultimate question should be: why not?

« Flirting is the sin of the virtuous and the virtue of the sinful... »

107 M B


T R AV E L / D é c o u ve r t e

DÉCOUVERTE

108 M B

CO N N A I S TO I , TO I - M Ê M E

L’int uit ion INTERVIEW Alexandra Martin Baudry

© Guillaume Vincent

À LA CARTE


Sara Pilati est naturopathe, « de mère en fille ». Inspirée par les outils de connaissance de soi, elle a créé les Cartes d’Or, un jeu de cartes pour inspirer et transformer notre quotidien en laissant parler notre voix intérieure. Pourquoi faire ? Nous guider, nous donner du courage, éclairer nos doutes et nos peurs en devenant acteur de nos vies. Lumière sur ces cartes miroirs de nos âmes… Comment t’es venue l’idée de créer ce jeu de Concrètement comment fonctionnent les cartes d’introspection ? Cartes d’Or ? Sara Pilati : C’est avant tout un hommage à notre Les cartes Inspirations, au nombre de 36, retracent intuition, cette fameuse petite voix intérieure qui les différentes étapes de la conception à la réalisation pour moi est immense ! En tant que naturopathe, j’ai d’un projet. Elles sont accompagnées d’un livret qui une tendance naturelle à l’écouter. Je m’auto-scanne explicite chacune. On tire une carte inspiration chaque matin : dans quelle forme je suis, quelles sont « au hasard » on sait à quelle étape de la création nous mes envies… Cela guide mon quotidien. L’idée de sommes. C’est un soutien, même si la carte indique mettre au point des cartes pour sonder notre intérieur un obstacle ou une difficulté. C’est un jeu solitaire, m’est venue comme l’intuition qu’il y avait un chemin on tire les cartes face à soi-même, quand on en direct vers la réalisation de nos inspirations; sans ressent le besoin : une émotion, avoir à passer par le flux du mental, un doute, une tristesse… Il y a au nos névroses, nos parties sombres, total 108 cartes comme les malas “Les cartes délivrent nos peurs… qui nous empêchent d’une prière. Le reste du jeu, ce des messages de passer à l’action. La suite est sont 72 cartes « Alchimie », étape doux et puissants arrivée simplement et rapidement, de transformation pour passer à tout était clair. Quand on passe à la pour se reconnecter l’action. On en tire deux, qui sont réalisation d’un projet il faut savoir les deux premiers pas vers des à soi-même.” se mettre dans un état de silence et actions à mener. de confiance en soi. Pourquoi des cartes ? La mystique autour des oracles est forte, comme le Yi King,… Les cartes ont quelque chose de très intime, dans le rapport à l’objet d’abord, et dans l’idée même où l’on s’engage avec le hasard et l’intuition. Mais ces cartes ne sont pas divinatoires comme peuvent l’être le tarot de Marseille, ou le Yi King chinois justement. Elles délivrent des messages doux et puissants pour se reconnecter à soi-même. Elles s’adressent à tous ceux qui sont sensibles au changement, à leur révolution intérieure, et à tout ce qui peut contribuer à embellir nos vies.

As-tu créé ce jeu pour que l’on apprenne à mieux s’écouter soi-même ? Oui, en quelque sorte, c’est aussi un outil de développement personnel. Mon travail de naturopathe est d’accompagner un temps mes patients mais surtout de les guider vers l’autonomie. C’est le même principe ici avec ce jeu. Ces cartes ont été créées pour devenir autonomes, en apprenant à se libérer de nos ressentis souvent noués, cachés, enfouis… On laisse ainsi place à plus de clarté et de force en soi. Progressivement, on lâche les cartes et on apprend à mieux se servir de notre intuition. C’est un guide pour la vie ! Cartes d’Or, Sara Pilati, Éditions Le Souffle d’Or (32 €) disponible en libraire.

109 M B


T R AV E L / A s t r o c h r o n i q u e

ASTRO

2020

Le changeme nt c’e st mainte nant ! PLU TO N CO N J O I N T S AT U R N E , U N E A L L I A N C E E X PLO S I V E P O U R E N F I N I R AV EC L E S S C H É M A S D U PA SS É TEXTE Leah Philpott - Astro-thérapeute

“ L’HISTOIRE NE SE RÉPÈTE PAS, MAIS SES RENDEZ-VOUS SE RESSEMBLENT ”

110 M B

… Quoi de plus opportun que ces lucides paroles de l’académicien Gabriel de Broglie pour illustrer ce qui se joue au travers du temps des hommes, à la fois perpétuellement semblables et inexorablement changeants ? C’est ce que vient de nous apprendre l’astrologie mondiale et historique : celle qui parle des grands cycles collectifs, des questions auxquelles la société dans son ensemble se trouve confrontée, et non plus seulement les individus. Car, oui, ce qui se meut dans le macrocosme du système solaire agit directement, et mystérieusement, sur nos consciences individuelles, dans les événements de nos vies, et parfois seulement dans les replis de notre agitation intérieure. Mais il est rare que les mouvements des planètes dites “lentes”, comme Saturne et Pluton, n’influent pas ensemble sur les thèmes individuels et sur le monde dans son ensemble. Comme une saine piqûre de rappel faite à tous, sur cette même Terre, sous ce même Ciel, pour le meilleur et pour le pire… Or, en terme de mouvement planétaire, 2020 commencera en grande fanfare ! Une conjonction exacte entre Saturne et Pluton le 12 janvier 2020 viendra parfaire une danse intime entre ces deux planètes, qui avaient commencé à flirter, depuis mai dernier, sans jamais se rencontrer tout à fait. Seulement voilà, janvier 2020 sonne les noces de ces deux astres, puissants archétypes de changement structurel, et de surcroît dans le signe éminemment social du Capricorne !


Cette rencontre porte en germe, ne nous le cachons pas, une énergie potentiellement éruptive, qui devrait travailler le tissu social durant deux bonnes années, à intensité variable. Le statu quo social, économique, environnemental, représenté par Saturne (d’ailleurs chez lui, dans le très traditionnel signe du Capricorne) vient rencontrer le Grand Alchimiste, qu’est Pluton. Le rôle de ce dernier est de mettre à l’épreuve la solidité, morale et structurelle, de l’ordre établi, des figures d’autorité, et le cas échéant, de venir les saper un peu dans leurs fondements honnêtes. On pense au système bancaire, aux gouvernements, aux institutions, mais aussi à des organisations, officielles ou officieuses, plus ou moins légales, dont la validité sera testée par exemple. Nulle crainte cependant, il ne s’agit pas de greffer ses peurs sur de telles observations mais seulement d’en avoir conscience, tant à l’échelle personnelle que collective, oui, de grands changements sont à l’oeuvre et sont nécessaires ! Qui viendrait objecter sur le fait qu’il y a urgence à opérer une juste répartition des richesses dans un monde de plus en plus trouble sur le plan de l’éthique financière, où les abus et la cupidité forcent chaque jour plus large le fossé entre les riches et les pauvres ? Qui contesterait que des décisions, des lois, des sanctions, des restructurations de grande envergure doivent impérativement être adoptées à propos de l’environnement, et par là, de la survie de l’humain ? Car n’oublions pas le but premier de ce bouleversement : il exige de nous de faire des choix qui permettront une refonte totale du système, et cette conjonction se trouvant sous le signe du Capricorne, il est crucial que ces changements soient implantés et matérialisés dans le monde réel et ne demeurent pas au stade de doux idéaux. Mais il n’y a pas trop de risque sur ce point car dans cette conjonction, la radicalité est à la mesure du besoin de transformation que réclame notre époque.

111 M B

Ceci étant, pour rendre cet aspect plus accessible à l’échelle individuelle, méditons les enjeux de cette période : celui du pouvoir, de la résilience et de la capacité à se réinventer. Que chacun et chacune se demande : comment est-ce que j’utilise ma puissance ? Pour construire, ou pour déconstruire ? Comment est-ce que je la canalise ? Mon rapport à l’argent m’aliène-t-il ou me donnet-il les possibilités de donner vie à des projets qui ont un sens ? À quel point suis-je attachée aux structures du passé dans ma vie, aux schémas caduques, utiles en leur temps, mais devenus un frein à mon évolution aujourd’hui ?” La plus grande honnêteté dans vos réponses serait la bienvenue, car grâce à elle, vous accompagnerez votre propre transformation au diapason de celle du monde. We’re all in this together ! philpott-astrocoach.com - @astrologystreet


© Dina GH

112 M B

Se remplir de vitalité Fermez les yeux, inspirez profondément en gonflant le ventre et la poitrine, puis souf flez en expirant. Imaginez à présent, boire, lentement une potion magique comme celle d’Astérix par exemple. Et imaginez cette potion magique se déposer dans chaque par tie de votre corps. D’abord votre visage, puis votre cou, vos épaules, vos bras, vos mains. Ensuite dans tout votre dos, puis votre poitrine, votre ventre, votre bassin. Et enfin dans vos jambes jusqu’au bout de vos or teils… Prenez quelques instants pour prendre conscience de votre corps rempli de force, de vitalité, d’énergie. À quel moment ? Dès que vous sentez un petit coup de mou, fatiguée, en per te d’énergie. TEXTE Fanny Bouquet - Sophrologue


H.THEORIA - 90 rue La Fayette 75009 PARIS - France contact@htheoria.com - www.htheoria.com

Profile for LABOMBE MAGAZINE

LABOMBE MAGAZINE  

Magazine Luxe, Lifestyle, mode, voyage, beauté

LABOMBE MAGAZINE  

Magazine Luxe, Lifestyle, mode, voyage, beauté

Profile for bmbmag
Advertisement