Page 1

intérieurs

n

design

Hôtels

intérieurs

n

design

n

extérieurs

n

architecture

CHF 7.– 2/2015

n

2/2015

Club Med à Val Thorens Sofitel à Vienne Catalunya Golf Resort

n

extérieurs

n

architecture

Présentation d’architecte Renato Salvi, Sion

Wellness Hostel 4000, Saas Fee Salles de bains tendances 2015


Un vrai chasseur sait reconnaître sa proie. Le nouveau CLA Shooting Brake pour CHF 289.–/mois.* Le nouveau CLA Shooting Brake réunit le meilleur de deux mondes – la sportivité d’un coupé et l’espace généreux d’un break. Grâce à ses faibles émissions de CO2, il est également écologique. Choisissez entre traction avant et transmission intégrale 4MATIC et profitez de nos conditions de flotte avantageuses. Votre partenaire Mercedes-Benz se fera un plaisir de vous soumettre une offre personnelle. www.mercedes-benz.ch/fleet CLA 180 Shooting Brake CHF Votre avantage prix CHF Prix de vente au comptant CHF

CHF 289.–/mois*

Une marque Daimler

Leasing à 2,9% à partir de

41 200.– 8224.– 32 976.–

* CLA 180 Shooting Brake, 1595 cm3, prix de vente au comptant: CHF 32 976.– (prix catalogue de CHF 41 200.– moins avantage prix de 13%, moins rabais flotte de 8%). 5,5 l/100 km, 128 g CO2/km (moyenne de toutes les voitures neuves vendues: 144 g CO2/km), catégorie de rendement énergétique: C. Exemple de leasing: durée: 48 mois, kilométrage: 10 000 km/an, taux annuel effectif: 2,94%, 1er versement plus élevé: CHF 7850.–, versement mensuel à partir du 2e mois: CHF 289.–. Hors assurance des mensualités PPI. Une offre de Mercedes-Benz Financial Services Schweiz AG. Assurance casco complète obligatoire. L’octroi d’un crédit est interdit s’il est susceptible d’entraîner le surendettement du preneur de leasing. Le rabais flotte de 8% se base sur une taille de parc totale de 1 à 7 véhicules. Cette offre n’est valable que dans le cas d’une utilisation commerciale. La durée minimale est fixée à 6 mois. Offre valable jusqu’au 30.06.2015. Immatriculation jusqu’au 30.09.2015. Modèle illustré avec options: CLA 180 Shooting Brake «OrangeArt Edition», CHF 43 638.–: peinture métallisée, pack d’équipements «OrangeArt Edition», Intelligent Light System, PARKTRONIC, toit panoramique. Tous les prix s’entendent TVA de 8% incluse. Sous réserve de modifications. Recommandation de prix sans engagement.


ÉDITORIAL

2-15

Coupoles

DESIGN ET ARCHITECTURE Les hôtels, lieux de rencontre et parfois de solitude, reflètent notre société. Ils sont les représentants de leur époque, qu’ils nous transmettent par leurs architectures. Les hôtels sont aussi sources de fantaisie, selon ce qui s’y passe. Ce thème a souvent été utilisé dans les livres et les films. Tout cela se retrouve dans leurs intérieurs souvent mis en scène par des architectes et des designers géniaux. Les hôtels sont donc le thème de ce numéro d’Idea qui s’interroge sur les objectifs visés par l’architecte vedette Jean Nouvel avec son hôtel Sofitel à Vienne, dont les murs sont noirs, gris et blancs avec des plafonds décorés de vidéos multicolores. Est­ce un miroir de notre temps? Et sommes­nous vraiment prêts à y vivre? De même pour la designer Sophie Jacqmin, qui a donné une nouvelle âme au Club Med de Val Thorens. Les hôtels design sont tendance, fort bien. Et il paraît qu’ils reflètent notre société contemporaine. Mais certains excès soulèvent parfois la question du simple bon sens humain, comme l’a fait Gottfried Knapp dans notre chronique. Les hôtels, comme beaucoup d’autres chefs d’œuvre architectonique, sont également une question de patrimoine. Comment va­t­on les sauvegarder pour les générations futures? Dans notre portrait d’archi­ tecte, Renato Salvi, aujourd’hui architecte de la ville de Sion, se pose justement cette question et aborde des réflexions qui vont au­delà du travail quotidien de l’architecte. En espérant que ces thèmes sauront éveiller votre intérêt, je vous souhaite une lecture ébouriffante de découvertes. Votre

Grilles anti-chutes

Désenfumage

Couvercles en polyester

ISBA AG Industriestrasse 15 4222 Zwingen Tel. +41 61 761 33 44 Fax +41 61 761 33 60 info@isba.ch www.isba.ch


Comment marier élégance et haute sécurité...

SAS de sécurité unipersonnels Pour un contrôle d’accès de haute sécurité destiné à des ouvrages de prestige tels que l’horlogerie, laboratoires, aéroport, data center...

RIEDER Systems SA Route du Verney 13 - 1070 Puidoux Tél. 0848 848 650 - SAV 0848 848 640 sebastien@riedersystems.ch

www.riedersystems.ch

www.alineaedition.ch

. Sécurité anti-effraction jusqu’à WK4 . Pare-balle jusqu’à FB4 et BR4 . Coupe-feu jusqu’à EI120


www.alineaedition.ch

SOMMAIRE

SOMMAIRE

IDEA 2-15

3

13

2-15

Page de titre

Club Med à Val Thorens

ACTUALITÉ éditorial scène / agenda la page du gpa

1 4 10

Les architectes du Studio Arch et l’architecte d’intérieur Sophie Jacqmin avaient une obligation à remplir pour le nouveau Village du Club Med à Val Thorens – c’était de surprendre! Et le résultat est à la hauteur. Le Village se distingue des autre immeubles de la station. (voir page 20)

Renato Salvi

Le parcours de Renato Salvi se lit comme un roman. Après le succès de son style d’architecture nova­ teur et plein de sensibilité, il en­ treprend de transmettre son ex­ périence à la nouvelle génération..

PORTRAIT D’ARCHITECTES

13 – projet: lieu pour les musiques actuelles 14 – entretien: «l’architecture éveille mes sens» 16 – présentation: Renato Salvi

HÔTELS ET LOISIR le Club Med épate à Val Thorens entretien: sportif et décalé une intégration soignée dans le paysage Hôtel des arts au superlatif «nous vivons de l’individualité» chronique: prendre son bain dans le salon pagayer entre les vignes

42

20 26 28 42 46 48 54 Hôtel des arts au superlatif

WELLNESS/SALLES DE BAINS un concept judicieux une Oasis pour tous le sens

CONCLUSION energie: de l’air frais et sain energie: le silence est un mot magique produits prévision

54

32 36

50 52 60 64

Le Sofitel de Vienne, conçu par Jean Nouvel et décoré par des ar­ tistes de renom comme Pipilotti Rist, est l’hôtel­phare de Sofitel en Europe pour son architecture in­ térieure exceptionnelle. Environ­ né par une histoire en mouve­ ment, ce somptueux bâtiment contemporain survole la capitale autrichienne..

Pagayer entre les vignes

D’innombrables terrasses de vignes s’étagent sur les pentes de la vallée du Douro. Dans le petit village de Pocinho, les traces d’une activité passée sont encore apparentes: pont de chemin de fer, cheminées, poteaux élec­ triques et une digue, vestiges d’un siècle industriel. Aujourd’hui, on y construit un nouveau centre nautique..


4

IDEA 2-15

ACTUALITÉ

Scène Lancement du «best architects» pour toute l’Europe L’appel à candidature pour le «best architects 16 Award» est ouvert. Jusqu’au 22 mai 2015, les architectes et bureaux d’architectes peuvent soumettre leurs projets réalisés sous http://bestarchitects.de. Pour la première fois, la participation est possible pour tous les pays européens. Les plus rapides bénéficieront d’un rabais d’early bird sur leur taxe d’inscription, soit jusqu’au 10 avril 2015. Depuis 10 ans, le best architects Award distingue des projets d’architecture ex-

ceptionnelle. Le nombre de participants étant en augmentation constante et en raison de la grande qualité des travaux soumis, le Award est devenu un événement majeur de la scène architecturale. Le jury renommé, représenté par les prof. Pia Durisch, prof. Muck Petzet et Christian Waldner, désigne les meilleurs projets de l’espace européen dans les catégories logement, bâtiments administratifs, bâtiments industriels, bâtiments publics, autres bâtiments et architecture d’intérieur.

World Architecture Festival Le plus important festival d’architecture lance son appel à candidature. Le World Architecture Festival Awards a été lancé la semaine dernière à Londres. La distinction va être célébrée lors du WAF à Singapour en novembre, trois jours de présentations intensives et d’évaluations directes suivront. Les architectes et designers sont invités à soumettre leur candidature pour l’édition 2015 dès maintenant. On attend plus de 750 candidatures, dont environ la moitié sera répartie en 30 catégories. Le délai pour la soumission des projets se terminera fin mai 2015, la répartition en catégories aura lieu début juin. Le jury se compose de Sir Peter Cook, Sou Fujimoto, Kerry Hill, Manuelle Gautrand, Benedetta Tagliabue et Charles Jencks. En supplément

aux distinctions principales, des prix récompensant des projets de taille réduite, l’utilisation du bois et l’emploi des couleurs seront décernés par un jury spécial. Pour plus d’infos, voir www.worldarchitecturefestival.com

Europan 13: la ville évolutive La treizième session du concours EUROPAN, destinée aux architectes suisses et européens diplômés de moins de 40 ans, a été lancée le 2 mars 2015. Les projets

devront prendre en compte les rythmes et les cycles de vie des espaces urbains pour qu’ils s’adaptent aux changements sans perdre leur originalité.

Calendrier: Inscriptions dès maintenant Rendu des projet: 30 juin 2015 Proclamation des résultats: 4.12.2015 Rendez-vous sur www.europan-europe.eu


ACTUALITÉ

IDEA 2-15

Prix Wakker 2015 Sauvegarde de l’identité du bâti

Patrimoine suisse décerne le Prix Wakker 2015 à la commune de Bregaglia. Cette vallée grisonne a su reconnaître les atouts que sont une architecture de qualité et un paysage intact. Des stratégies élaborées au niveau de la commune, une sensibilisation de la population et des expertises pour certains objets permettent, avec des moyens limités, de préserver l’identité des bâtiments et favorisent une architecture contemporaine de qualité. Le débat sur l’avenir de la construction en Suisse est dominé actuellement par le slogan récurrent de la «densification». Dans ce cadre, on oublie que de nombreuses régions sont confrontées à l’exode de leur population et au démantèlement de leurs infrastructures.

En décernant le Prix Wakker 2015 à la commune de Bregaglia, Patrimoine suisse distingue une vallée périphérique de la Suisse qui puise sa force dans son héritage architectural afin de mener un développement original. La volonté de préserver une identité propre conduit à des approches inédites et innovantes face aux défis que sont la construction de résidences secondaires, l’exode ou le dépeuplement des centres des villages. La fusion des cinq communes de la vallée en 2010 a offert l’opportunité de développer une stratégie globale afin d’identifier les points forts et de formuler de nouveaux objectifs apportant une plus-value pour toute la vallée. C’est ainsi que ce site intact, qui intègre en une symbiose unique du paysage et de l'

habitat a été reconnu comme un atout précieux – pas seulement pour le tourisme mais aussi pour la qualité de vie et de résidence. La remise officielle du prix aura lieu le 22 août 2015 à l’occasion d’une manifestation publique. www.heimatschutz.ch/ prix Wakker

Camouflage archaïque Le projet «Antoine» du bureau genevois «A» a conquis les réseaux sociaux fin 2014. Pour quelle raison? Est-ce simplement l’idée amusante de donner la forme d’un bloc erratique à un petit refuge? La grotte comme abri ancestral? Ou bien cette architecture du camouflage répond-elle à un besoin sociétal? La nostalgie d’une simplicité archaïque et de la possibilité de se soustraire à la vue d’un monde devenu toujours plus complexe? En tout cas, le bureau «A» renouvelle l’esprit du refuge. Depuis des siècles, les montagnes et leur conquête ont suscité la fascination et la peur. Des penseur et des poètes y ont écrit, de Francesco Petrarque à

Charles-Ferdinand Ramuz et jusqu’aux auteurs contemporains.

Le projet «Antoine» du jeune bureau d’architecture genevois «A» se réfère directement au personnage principal de «Derborence» de Charles-Ferdinand Ramuz. Dans ce roman, Ramuz décrit l’éboulement qui se produisit sur l’alpage de Lizerne en 1714. Antoine survit

pendent sept semaines sous les roches effondrées avant de se libérer et de pouvoir revenir au village. «Antoine» est donc un tribut aux forces élémentaires de la nature et à l’écrivain vaudois. Ce refuge, dans un environnement alpin, contient pourtant tout ce dont l’homme a besoin en terme de minimum vital architectonique: un foyer, un lit, une table, une chaise et une fenêtre.

5


6

IDEA 2-15

ACTUALITÉ

Pavillon en bois Un partenariat public-privé a permis le lancement en août dernier de la construction du bâtiment Under One Roof. Conçu par l’architecte japonais Kengo Kuma, il rassemblera sous un toit unique trois espaces dédiés aux interactions entre sciences, arts et société. La première pierre symbolique du projet Under One Roof a été posée 6 mois après le début d’un chantier qui devrait s’achever en automne 2016. Le bâtiment en construction, dont le coût total s’élèvera à39 millions de francs, est fi-

nancé pour près de la moitié (18 millions) par la Confédération. Le solde provient du mécénat, avec la participation de la marque horlogère Rolex, de la Fondation Gandur pour l’Art et d’un groupe de partenaires associés au Montreux Jazz Digital Project. Longiligne et spectaculaire, le bâtiment, toujours désigné par son nom de projet (Under One Roof ), est conçu par l’archi-

tecte japonais Kengo Kuma et construit par l’entreprise générale Marti Construction SA. Le cœur de l’EPFL sera désormais animé d’une nouvelle dynamique, articulée autour des trois espaces qu’il rassemblera sous un toit de près de 250 mètres de long. Tous ont en commun leur ambition de faire dialoguer la science, les arts et la société, sous des formes qui leur seront propres.

Le design africain Points de références des transitions

Le musée Vitra Design expose le design africain tout au long de l’année 2015 à travers une exposition dans la «Gallery» présentant l’architecture de différents pays. La Gallery du Vitra Design Museum est un espace relativement restreint dans le pavillon jouxtant l’entrée du fournisseur de meubles Vitra. L’exposition est centrée sur un projet de recherches et de documentation de plusieurs années, réalisé par une équipe autour de l’architecte Manuel Herz et du photographe Iwan Baan. Des photos de petit format sont accrochées sur les parois du local, avec des esquisses et des documents de présentation dans une vitrine élégante.

Les photos sur les parois sont regroupées par pays: Kenya, Côte d’Ivoire, Zambie, Ghana et Sénégal. Il s’agit de points de références qui se sont créés entre 1955 et 1975 : des parlements, des églises, des universités, des hôtels, mais aussi des bâtiments de bureaux, des logements ou des installation de loisirs. L’équipe de projet de l’exposition voit dans ces immeubles des monuments qui donnent une expression à la nouvelle conscience de ces pays. L’architecture s’inspire, dans la plupart des cas, d’influences étrangères au cercle culturel local.

incontournable pour les architectes, les architectes d’intérieurs, les bureaux d’ingénieurs et les planificateurs. Plus de 130 fournisseurs venus de tous les

domaines de la construction se sont déjà annoncés pour participer à cette exposition. Pour la première fois, l’Association des architectes d’intérieurs a accepté de s’y joindre comme partenaire de coopération. En 2015, le thème principal sera le bois & l’architecture. Le bois matériau connaît un renouveau dans l’architecture contemporaine et sera omniprésent dans les conférences d’architectes renommés et pour un show spécial de la plateforme de matériel raumProbe.

www.design-museum.de, www.bau-auslese.ch

Architect@work La 3e édition de l’exposition «architect@ work» aura lieu du 6 au 7 mai 2015 lors de la Foire de Zurich qui sera, une fois encore, le théâtre d’un des événements

www.architectatwork.ch


IDEA 2-15

7

Une oeuvre d’art pour l’université à Sheffield Les panneaux Rockpanel composent stade initial de création des plans, et le l’époustouflante pièce maîtresse d’une bureau d’architectes HLM a imposé la façade de trois étages avec des motifs création d’un bardage rapporté cagravés - une commande spéciale desti- pable de la mettre en évidence tout en née à orner le nouveau bâtiment ‘Heart préservant la durabilité de l’ouvrage. of the Campus’ de l’université Hallam Prescrits en teinte gris terre d’ombre et gris pierre, les panneaux de 10 mm de Sheffield. Les thématiques explorées par l’œuvre d’épaisseur ont été usinés à la comde l’artiste Christopher Tipping trans- mande numérique par l’entreprise spéparaissent au gré des tracés dyna- cialisée The Cutting Room, jusqu’à miques et des esquisses linéaires gra- rendre visible la laine de roche comprivées dans le décor des panneaux Rock- mée du fond de gorge, 2 mm en retrait. panel. L’ensemble évoque la coutellerie Sous l’effet des intempéries, la teinte historique de la ville, d’où sortait une du matériau de base est désormais argenterie fine, en recourant à diverses passée du jaune-vert pâle à un brun techniques associées à cette tradition marron foncé chaleureux, une nuance comme la gravure et le repoussage, qui qui met superbement en valeur cette suggèrent le savoir-faire de l’artisan et œuvre d’art particulièrement stylée. les matériaux exotiques fréquemment Tous les panneaux de façade Rockpanel employés par la fabrique, comme le sont fabriqués à partir d’une roche dubois de rose brésilien ou encore les rable (le basalte) et sont à la fois très légers et extrêmement robustes. ramures de cerfs. Les images constituées de couches su- www.rockpanel.com perposées composent un thème récurrent qui se répète à la fois sur les pans vitrés et en façade. L’œuvre a été intégrée au mur ouest du projet dès le

Le classique du design – pas question de me contenter de moins. www.forster-cuisines.ch


8

IDEA 2-15

ACTUALITÉ

Un projet d’hôtel fou A la gare de Scuol, on va réaliser un projet d’hôtel nouveau, unique et un peu fou. Pourtant, avant de construire l’hôtel, il reste encore quelques obstacles. Les plans pour l’hôtel-B à Scuol existent depuis un certain temps déjà. Ce qui manquait uniquement, c’était un investisseur. Maintenant, les initiateurs peuvent compter sur le soutien des exploitants du restaurant CHilly-Hub à Ramosch et de l’entreprise de meubles Yask SA dont le siège est à Sent. Dans un communiqué, l’hôtel C Scuol SA, prési-

dé par Jurg Arquint, écrit qu’ils seraient déjà en train de travailler sur des plans concrets pour un concept d’hôtel complètement nouveau et unique. Le bâtiment de l’hôtel planifié se présentera proche de la nature, compatible avec l’environnement mais aussi un peu culotté. Toutes les procédures – de la réservation au check in/out et jusqu’à la commande – se dérouleront en ligne. Dans l’hôtel, il y aura un bar au concept de Wine-and-Dine qui a déjà fait ses preuves dans le restaurant CHilly-Hub.

Andermatt: deuxième hôtel au printemps Dans le Swiss Alps Resort d’ Andermatt, les travaux de construction d’un deuxième hôtel de 180 chambres, d’un bâtiment de 96 appartements et d’une piscine couverte commenceront au printemps.

Lumières et perspectives élégantes Le bâtiment d’études de l’école hôtelière du Parc Belvoir à Zurich, inauguré dernièrement, établit de nouveaux critères. Le projet de Peter Märkli se caractérise entre autres par une symbiose réussie entre architecture et diffusion de la lumière. Environ 300 étudiants seront formés et préparés à leur profession dans l’hôtellerie dans la nouvelle construction de la Seestrasse à Zurich. La nouvelle construction est conçue comme un hôtel, y compris les locaux d’enseignement et les revêtements de parois, isolées contre le bruit, qui servent aussi de panneaux d’affichage. Situés au bord de la parcelle entre la Seestrasse et le parc Bel-

voir, les deux étages inférieurs ne sont visibles que depuis le parc et forment un socle large sur lequel reposent trois étages. Des applications en pierre naturelle foncée donnent une structure au corps gris clair et lui confère une apparence noble, à l’instar des villas bourgeoises du quartier alentour. L’architecture élégante est mise en scène par un concept d’éclairage haut de gamme et sophistiqué. Des luminaires développés par le spécialiste d’éclairage suisse Reflexion (www.reflexion.ch) pour le domaine du séminaire et du restaurant soulignent l’individualité et le caractère unique du bâtiment.

La deuxième étape du complexe touristique de l’investisseur égyptien Samih Sawiris comprend un ensemble hôtelier en pierre naturelle et bois d’environ 180 chambres et suites, une piscine de 25 mètres, des espaces de fitness et de wellness ouverts au public. Un deuxième bâtiment de 96 appartements privés sera construit à côté de l’hôtel. Le complexe devrait finalement compter six hôtels, 490 appartements et 42 bâtiments, environ 25 villas, des salles de congrès, une halle de nage ainsi qu’un terrain de golf de 18 trous. Jusqu’à maintenant, 457 Mio CHF ont été investis.


IDEA 2-15

Cours SIA Présentation des normes SIA 385/1 et 385/2

Introduction à la direction de bureaux des architectes et des ingénieurs

6 mai 2015, Lausanne, 17h00 – 19h00 Code: IEESerie03-15, Information et inscription : www.sia.ch/form

9 juin 2015 (3 jours), Lausanne, 9h00 – 17h30 Code UFF04-15, Information et inscription: www.sia.ch/form

La gestion du client

7 mai 2015, Lausanne, 13h30 – 17h30 Code: GC01-15, Information et inscription: www.sia.ch/form

Sensibilisation à la dynamique des groupes

12 mai 2015, Lausanne, 16h00 – 19h00 Code DG02-15, Information et inscription: www.sia.ch/form

Les nouveautés de la norme SIA 180

27 mai 2015, Lausanne, 17h00 – 19h00 Code IEESerie04-15, Information et inscription : www.sia.ch/form

Présentation les normes SIA 382/1 et 382/2

3 juin 2015, Lausanne, 17h00 – 19h00 Code IEESerie05-15, Information et inscription: www.sia.ch/form

Productivité et créativité en déplacement. Station de travail mobile HP ZBook 14 G2

HP Z Turbo Drive

2 fois plus rapide que SSD

Conçu pour les professionnels avec Intel Inside®

Processeur Intel® Core™ i7-5600U

Dual Storage

sur 2 disques durs en même temps

jusqu’à 16 Go de RAM

Acheter maintenant: www.mobile-workstation.ch/mib La technologie Multi-Core est conçue pour améliorer les performances de certains produits logiciels. Tous les utilisateurs et logiciels ne bénéficient pas nécessairement de l’utilisation de cette technologie. Système d’exploitation 64 bits requis. Les performances varient selon les configurations matérielles et logicielles. La numérotation d’Intel n’indique pas une mesure de performance supérieure. Ultrabook, Celeron, Celeron Inside, Core Inside, Intel, le logo Intel, Intel Atom, Intel Atom Inside, Intel Core, Intel Inside, le logo Intel Inside, Intel vPro, Itanium, Itanium Inside, Pentium, Pentium Inside, vPro Inside, Xeon, Xeon Phi et Xeon Inside sont des marques de la société Intel Corporation aux Etats-Unis et dans d’autres pays. Toutes les autres marques sont des marques de commerce de leurs propriétaires respectifs.

9


IDEA 2-15

a 10

gp

PAGE GPA: GROUPEMENT PROFESSIONNEL DES ARCHITECTES

Groupement Professionnel des Ar chitectes

Le principe de technicité Dans le précédent article de mars 2014, il est fait référence aux quatre principes qui forment le noyau de cette philosophie ouverte à savoir, les principes de révisibilité, de technicité, de solidarité et de structuralité. Attardons-nous sur le PRINCIPE DE TECHNICITE qui, intéresse tout particulièrement notre profession.

Mais au préalable il semble utile de s’intéresser à un article de Gonseth intitulé: «Remarque sur la fondation des valeurs», et de retenir ce qu’il signifie pour l’interdisciplinarité, parce que c’est une incitation au dialogue. <Plutôt que d’élaborer un édifice de valeurs en partant d’une seule composante fondatrice, il convient de discerner ce qui est à l’origine d’une éthique ni figée et ni flottante, à savoir l’acte valorisant par excellence qui consiste à dire <oui, à la vie> et à inscrire dans les faits et gestes de l’existence cet acquiescement très élémentaire. Il n’y a pas de promesse faite à chaque être humain de pouvoir assumer un <projet de durer> en commun, s’il n’y a pas pour tous une volonté inébranlable de se parler, de se concerter quitte à s’affronter parfois.>

Quand le couple JE-TU s’affirme, l’un et cherches sur le <fond de l’expérimental’autre sont instaurés dans leur dignité. tion>. Ce technicien est revêtu de Cette remarque est lourde de consé- prérogatives éminentes. Car, c’est en faiquence: si un seul sur Terre est exclu du sant jouer pleinement son rôle au PRINdialogue, c’est l’humanité dans sa glo- CIPE DE TECHNICITE qu’on parvient à balité qui porte les stigmates de cette discerner si oui ou non tel constat, en mise à l’écart scandaleuse. Il faut le ré- situation initiale problématique, mérite péter ce qui est à retenir, c’est l’incita- – après mise à l’épreuve – d’être maintetion au dialogue! nu, modifié légèrement, rectifié fondaIl est temps d’aborder le pilier du PRIN- mentalement. CIPE DE TECHNICITE. Il convient tout On voit poindre à l’horizon l’idée <D’INSd’abord de souligner qu’il y a technicien TANCE DE LEGITIMITE et D’INSTANCE DE et technicien. En mathématiques, le DERNIER RECOURS> qui décident, en technicien n’est autre que <l’axiomati- connaissance de cause, s’il est nécescien>; celui-ci témoigne d’une TECH- saire en telle matière de réviser certaines NIQUE MENTALE, que peu de chercheurs façons de voir, de dire et d’agir. parviennent à maîtriser parfaitement. Gonseth attache une très grande imporLe théoricien engage son activité princi- tance à la mise en liaison de ce qui se pale sur le <fond de l’énonciation>, tan- passe sur le <FRONT DE L’ENONCIATION> dis que le technicien mène ses re- et sur le <FRONT DE L’EXPERIMENTATION>, en d’autres termes aux jeux conjugués de la théorie et de la pratique. Il n’en reste pas moins qu’on ne peut négliger la relation entre langage et activité, le rôle de la sémantique, toutes choses qui explicitent l’importance des <contextes précisants> où le PRINCIPE DE TECHNICITE se vérifie constamment. De même, on ne peut passer sous silence la malléabilité des mots courants et sur l’engagement de ceux-ci dans des contextes spécifiés où le technicien parvient à lever certaines ambiguités de langage sans avoir recours à une doctrine des définitions strictes. L’ouverture à l’expérience est une école agressive si bien que le <dialogue> véritable exige l’<écoute>, tout en sachant que les partenaires du dialogue sont astreints, en tout temps, à admettre le PRINCIPE DE REVISIBILITE, car tout référentiel commun est dynamique, c’est une idée-force en constante évolution. mars 2015, ugo fovanna


baignoires receveurs et fonds de

douche lavabos systèmes whirl

Schmidlin HOME OVAL SHAPE Baignoire en pose libre en acier émaillé

IDEA_3-2011_schmidlin.indd 1

Wilhelm Schmidlin SA 6414 Oberarth www.schmidlin.ch

08.06.2011 14:51:20

Une performance exceptionnelle

brillant

écologique

économe

Échangez maintenant votre ancien lave-vaisselle contre un modèle Bonus Éco* et profitez-en à triple titre ! Maintenant chez votre partenaire Miele. Pour en savoir plus consultez www.miele.ch

* G3505, G16700, G26705, G16300, G26305, G3565, G16582, G26587, G26365

Échangez maintenant votre lave-vaisselle !


Sei Stil. Découvrez votre style – dans le plus vaste centre commercial suisse de la construction, de l’habitat, du design et de la qualité de vie. Sur plus de 20’000 m 2 . Sur l’A1 à Rothrist.

Tirage au sort d‘été, août 2015: STEP-IN-PURE solution combinée bain-douche

Tirage au sort de fin d‘année, décembre 2015: Sauna INIPI B Super Compact

„Aimer“ et gagner!

win.bringhen.ch

Venez participer à notre grand jeu-concours: chaque mois des prix immédiats attrayants, plus 2 principaux tirages au sort! BRINGHEN AG | Visp | www.bringhen.ch BRINGHEN SA | Sierre | www.bringhen.ch SANIBAT SA | Sion | www.sanibat.ch SANVAL SA | Martigny | www.sanval.ch SANEO BY BRINGHEN SA | Lonay | www.saneo.ch

SANEO BY ARTE MATTO SÀRL | Carouge | www.saneo.ch SANEO BY BRINGHEN SA | Corminboeuf | www.saneo.ch BRINGHEN AG | Düdingen | www.bringhen.ch SANTAG AG | Thun | www.santag.ch CREASAN AG | Volketswil | www.creasan.ch


PORTRAIT D’ARCHITECTE: PRÉSENTATION

IDEA 2-15

13

Une architecture sensible et novatrice Le parcours de Renato Salvi se lit comme un roman. Après le succès de son style d’architecture novateur et plein de sensibilité, il entreprend de transmettre son expérience à la nouvelle génération.

Né à la Chaux-de-Fonds en 1956 et fils d’immigrés italiens, Renato Salvi a côtoyé les métiers de la construction dès son enfance. Il lui arrivait d’apporter le panier-repas à son père sur le chantier, où celui-ci travaillait en continu, comme par exemple à la construction du réservoir d’eau. Après le gymnase, il entre à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich où il obtient son diplôme d’architecture en 1981. Il part ensuite pour Rome suivre les cours de restauration en monuments historiques à la Sapienza, avec l’idée d’y rester. Durant ces cinq années, il travaille en parallèle dans l’atelier de Madame F. Ruchat et devient, en 1985, son assistant pendant deux ans à l’ETH

de Zurich avant de remporter ensemble le concours de l’autoroute La Transjurane. Leur collaboration, sur un premier tronçon (Delémont–Porrentruy) durera de 1988 à 1998. Il assumera ensuite seul le dessin de l’autoroute, qui sera terminée en 2016. Après dix ans essentiellement dédiés aux chantiers de l’autoroute, l’architecte entame la production d’une série de bâtiments qui se verront publiés (dans Idea également) et primés à de nombreuses reprises (Premier prix d’architecture suisse l’A16, nomination à la Distinction Romande d’Architecture, Prix Best Architects, nomination au World Architecture Festival.) «Le paysage magnifique me permettra de réaliser par la

suite des objets dans des sites incroyablement beaux. Le Jura aura été une terre d’accueil». Ses réalisations apportent une vision novatrice de l’architecture dans le Jura. Suite à l’enseignement qu’il dispense auprès du professeur Vincent Mangeat de 1997 à 1999 à l’école Polytechnique de Lausanne, Renato Salvi est nommé professeur invité à la chaire Cluster de l’Université de Barcelone de 1999 à 2000. Il participe alors à de nombreux jury de concours en Suisse et en 2011, le Gta de l’EPFZ consacre une exposition. Être nommé architecte de la ville de Sion en avril 2011 lui permet d’oeuvrer pour le développement de la région: par le biais des concours, par des mandats à de jeunes bureaux d’architecture, par le lancement d’études parallèles pour le développement de la ville, etc. Il engage pleinement la transmission de son expérience au service de la cité sédunoise.

Contact: Renato Salvi Architecte de la ville de Sion 23, Rue de Lausanne 1950 Sion Tél. 027 324 17 12 www.sion.ch www.salvi-arch.ch


14

IDEA 2-15

PORTRAIT D’ARCHITECTE: PROJETS

Lieu pour les musiques actuelles à Sion En 2011, la ville de Sion, sous l’impulsion de Renato Salvi, avait lancé un concours afin de réaliser un lieu pour les jeunes musiciens sédunois. Les lauréats en furent Claude Fabrizzi et Laurent Savioz avec un projet très avant-gardiste: la salle de concert et les locaux de répétition sont intégrés dans des conteneurs marins qui cloisonnent les espaces intérieurs et donnent son identité et sa patine à une ancienne halle industrielle.


PORTRAIT D’ARCHITECTE: PROJETS

Les diverses forces à l’œuvre dans la réalisation du projet – les autorités sédunoises, le bureau d’architectes Savioz-Fabrizzi, la Fondation Béa pour Jeunes Artistes et l’association Pro Forma en charge de la gestion artistique et administrative – ont tous contribué à ce projet, de la salle de concert aux locaux de répétition. «Au début, nous avons procédé à la mise en conformité parasismique afin de rigidifier l’ensemble du complexe. Ensuite, nous avons disposé les conteneurs dans la salle», expliquait l’architecte Claude Fabrizzi, lauréat avec son collègue Laurent Savioz.

présentation est adaptable en fonction des activités qui s’y déroulent et des ambiances souhaitées. Un ajout de salles supplémentaires est possible, en complément aux locaux de répétition demandés dans le programme.

IDEA 2-15

15

Concrètement, le projet est composé de deux espaces distincts. Le premier accueille cinq à sept locaux pour des groupes de musique. Le reste de la halle est composé d’une salle de concert et d’une scène.

Voici leur description du projet:

En 1956 un transporteur routier américain invente le container. Aujourd’hui le transport par container concerne 80% de la valeur totale des marchandises transportées. Environ 1,6 million de containers sont construits chaque année. En 2010 plus de 18 millions de containers participent au transport à travers le monde. Dans le cadre du projet d’espace des musiques actuelles, nous proposons de réutiliser des containers usagés pour:

– l’économie de la proposition avec un concept simple, de dimension standardisée (20 pieds = 14 m2) disponible en série. – la flexibilité d’utilisation qu’offre un élément qui peut être additionné, déplacé, aménagé, etc ... – l’exécution rapide des locaux, facilitée par la modularité du système. – la résistance des matériaux de construction permettant une utilisation intensive et la lutte contre le vandalisme. – l’identité visuelle communiquée à travers une image simple et parlante pour ce nouveau pôle alternatif de la culture. – le container permet une grande flexibilité d’aménagement de l’espace des musiques actuelles. La surface de re-

Avant d’être architecte de la ville de Sion, Renato Salvi a consacré une partie de son travail à l’autoroute Transjurane, qui s’intègre à merveille dans son environnement. Le béton utilisé a été fabriqué à partir de la roche extraite des tunnels.


16

IDEA 2-15

PORTRAIT D’ARCHITECTE: WALK AND TALK

«L’architecture éveille tous mes sens…» «Être architecte et italien, c’est être enraciné dans l’architecture», dit Renato Salvi, dans l’entretien avec Idea. Dans cette rétrospective sur son travail, il nous révèle ses pensées, ses réflexions et sa passion. Et il nous emmène vers sa nouvelle vocation comme architecte de la ville de Sion. Idea: Quand avez-vous su que vous étudieriez l’architecture? Etait-ce déjà un rêve d’enfance? Renato Salvi: Dans mon monde d’im­ migrés, il n’y avait pas de livres, pas de rêves en soi. Le rêve, c’était d’abord une situation économique meilleure. Puis, après les études, les envies évoluent – la situation économique ne prime plus, mais c’est le savoir, le voyage, la culture, la littérature, une ouverture sur le monde que l’on désire. J’admirais mon père maçon qui, de ses grandes et belles mains, édifiait des murs, les cré­ pissait, bétonnait, se déplaçait en équi­ libriste sur les échafaudages en bois . . . Construire, c’est devenu le rêve! J’ai tra­ vaillé sur les chantiers pendant dix ans tous les étés. Le métier d’architecte s’est imposé sans trop savoir ce qu’il impliquait, je l’ai vu avant tout comme un métier d’artisan, et non pas comme un métier d’intellec­ tuel dans un premier temps. Être archi­ tecte et italien, c’est être enraciné dans l’architecture, à défaut de l’être dans un lieu. Que signifie l’architecture pour vous? Quels sont les éléments essentiels d’une bonne architecture? L’architecture pour moi est fondamen­ talement liée à ma vie, je ne pourrais pas imaginer ne pas être architecte. Ce n’est pas un métier, mais une façon d’être. Ce vaste domaine n’en finit pas de m’enrichir. Dans ma vie, c’est une partie de moi essentielle, elle éveille tous mes sens, ma conscience au beau, non seulement en ce qui concerne le bâti, mais aussi le paysage, la peinture, l’élégance de la tournure d’une phrase. Quand on est jeune, on a une vision claire de ce qu’est une bonne architec­

ture. Plus âgé, on réfléchit davantage à la manière de réaliser différemment les choses. L’intégration dans le site est es­ sentielle. Dans le Jura il y a des endroits magnifiques, et il était primordial de ne pas les abîmer. D’autre part il faut savoir si une construction et le paysage se complètent. Dans le cas de l’auto­ route c’était une interrogation fonda­ mentale, aussi parce que son impact est immense. Une bonne architecture est aussi faite de l’équilibre des masses en présence, de leurs proportions, d’une capacité à émouvoir, à accueillir, à surprendre, d’une certaine poésie. Elle est fonda­

« On ne peut pas construire le futur si on n’a pas un regard vers le passé.» mentale pour moi. Une inventivité, un côté audacieux sont aussi indispen­ sables pour un architecte. On n’ent­ reprend rien, sans convaincre, sans croire en soi, sans oser bousculer des idées préconçues. Refuser tout ce qui limite, tout ce qui empêche une cer­ taine générosité des sens. Donner à ressentir, c’est important. Sinon les ob­ jets sont très aseptisés. Être architecte, c’est aussi une éthique. Aujourd’hui je suis assez fier de ne pas avoir fait une architecture «alimentaire», je me suis toujours préoccupé d’obtenir une cer­ taine qualité. Comment intégrez-vous l’environnement social et culturel dans vos réalisations? C’est un point important, qui explique

pourquoi mes réalisations sont si diffé­ rentes. Pour un client très discret, sa propriété est quasi invisible de la route, construite en retrait et sans fenêtre de ce côté­ci, elle protège sa vie intime, son désir de «couper», le soir venu, avec le quotidien. Pour un autre client, la montagne d’en face devait être effacée de sa vue, toute la maison va tenir compte de cet étran­ ge désir. Pour Caritas, la transformation d’un an­ cien bâtiment s’est faite par ses occu­ pants dans un enthousiasme chaoti­ que et si riche en événements que le lieu une fois terminé a déjà une patine avant d’avoir été habité . . . Je pense que l’écoute aura été l’une de mes princi­ pales préoccupations. Le client est-il roi? Ou pensez-vous qu’il incombe à l’architecte de le former? J’ai construit pour des privés tardive­ ment, vers la quarantaine. La principale raison qui les amenait à mon atelier était une sorte de fraîcheur qu’ils avaient décelée dans mes construc­ tions. Souvent, ils se sont laissés em­ porter au­delà de ce qu’ils réussissaient à imaginer; je les en remercie encore. Il y avait une sorte d’écoute et une confi­ ance réciproque. Effectivement, mes maisons sont très différentes, en fonc­ tion des clients. Vivre dans le Jura, région périphérique, m’a aussi forcé à quelques compromis. Ce n’est donc pas une for­ mation du client au sens premier, mais un cheminement que j’ai fait avec lui. Une fois, la relation a été pénible, jusqu’à l’impossible. Le côté matériel a pris le dessus, les clients n’ont jamais pris le temps de se glisser dans les es­ paces projetés, de se mettre à les appri­ voiser, à les habiter, de privilégier «l’im­


PORTRAIT D’ARCHITECTE: WALK AND TALK

matériel». Et pourtant c’est une des plus belles maisons que j’ai construite. Il m’est aussi arrivé d’être assis dans le même restaurant que Botta et je l’ai en­ tendu dire qu’il se sentait enfermé dans ses réalisations parce qu’on attendait de lui qu’il fasse du «Botta». A côté du client privé il y a la clientèle des entités publiques, avec qui il faut apprendre à élaborer une culture com­ mune qui permette une compréhension mutuelle et une ouverture du dialogue. Quelle atmosphère aimez-vous créer dans vos réalisations? Celle de la maison de mes grands­ parents, où le gravier crissait sous nos pas, où les roses formaient une

tonnelle, où la pénombre faisait luire les parquets, où la cire embaumait l’air, où l’espace était silencieux. C’est étonnant, mais on retrouve tout ou partie de ces ambiances dans chacune de mes villas. Pour moi, il faut d’abord qu’elle soit accueillante, je n’apprécie pas l’archi­ tecture de musée, où l’on n’ose rien bouger, rien ajouter. Parce que je pense que fondamentalement l’architecture est au service de la vie. Quand ce n’est pas le cas, l’objet peut être beau, mais il est dépourvu de cette qualité de vie. Il faut aussi veiller à créer des objets qui ne s’opposent pas entre eux, mais qu’ils partagent un langage, quelles que soi­ ent leurs nuances esthétiques.

IDEA 2-15

17

Quelles sont vos priorités lors de l’élaboration d’un projet? Pas une priorité, mais une multitude de priorités. Plus un projet est riche de points de vue différents, plus il est amené à maturité. Il est important de ne pas se précipiter. Il faut prendre le temps d’aller sur le site, pour en sentir l’atmosphère. Pour l’autoroute, j’ai pas­ sé un nombre incroyable d’heures dans la nature pour regarder et dessiner les courbes d’une colline . . . Pour le lycée de Porrentruy, ancien séminaire, j’ai recherché une atmos­ phère d’austérité. J’ai adoré les quatre entrées qui ont été créées. Elle sont devenues l’emblème d’une école démo­ cratique.


18

IDEA 2-15

PORTRAIT D’ARCHITECTE: WALK AND TALK

Furer, Girardet, Perraudin, Schmid, Bonvin, Darbellay. Grâce à eux, une qualité de vie est présente dans la ville. Et si aujourd’hui, on ne protège pas ces bâtiments, ce serait la perte inesti­ mable de cette ambiance de quartier ou de ces années. Quand je suis arrivé, il n’y avait pas encore d’inventaire du patrimoine.

La question est la définition des enjeux fondamentaux du programme. Ensuite, il faut imaginer ce que l’on veut y met­ tre, et aussi inventer quelque chose de nouveau, mais sans forcément cher­ cher à se distinguer. Le cimetière de Sion, un endroit magnifique, ensoleillé, quelques arbres superbes, mais toutes les messes sont célébrées à l’intérieur d’une chapelle! Un jour, j’aurais envie que ma dernière messe soit dite sous le soleil, en fait dans ce paysage. Est­ce qu’on est vraiment obligé d’enfermer les gens pour cette dernière messe? Voilà, c’est ce genre de choses qui m’in­ téressent avant de dessiner. Et finalement, il y a aussi l’aspect finan­ cier qu’il faut respecter. Vous avez eu beaucoup de succès en tant qu’architecte, alors pourquoi quitter votre bureau ainsi que le Jura, pour devenir architecte de la Ville de Sion? Oui, vous avez raison. Un livre et une exposition à l’ETHZ ont consacré mon parcours, le travail de mon atelier et de mes fidèles collaborateurs. Je ne m’y attendais pas et l’émotion a été immense. Si je vous disais que c’est pour ne pas devoir faire des compromis, me croi­ riez­vous? Avant tout pour le besoin de me mettre au service d’une commu­ nauté, de redistribuer une expérience longue de trente ans, de contribuer à la qualité des espaces et des construc­ tions qui font une ville.

Vous vous occupez également du patri­ moine de l’architecture à Sion. Les ar­ chitectes du passé avaient­ils plus de liberté ou étaient­ils plus contraints dans les réalisations de bâtiments en phase avec leur époque? La reconnais­ sance du patrimoine est essentielle, il dit les rêves, les techniques, les préoc­ cupations d’antan. Jean Nouvel parle très souvent de son rapport à l’histoire pour aller vers le futur: «la conscience de l’histoire implique, en se servant de tout ce qui a été repéré, d’aller dans l’inconnu et, à son tour, de l’explorer». L’électricité comme invention récente est à peine entrée dans le patrimoine des hommes. Il va développer toute une réflexion sur ce thème dans ses ré­ alisations. Comment seront restaurés ses bâtiments? La technologie des sources lumineuses changeant en per­ manence. A mon niveau, c’est la recon­ naissance de l’intelligence, de la perti­ nence d’une construction, en accord avec son temps. Luigi Moretti, un architecte romain, en construisant le «Girasole» dans les an­ nées cinquante et ne trouvant pas de restes archéologiques, les invente dans un sursaut bluffant! Ici le patrimoine est inexistant, on peut donc même l’in­ venter! On ne peut pas construire le futur si on n’a pas un regard sur le passé. A Sion, dans les années 50, il y avait une di­ zaine de magnifiques bureaux d’archi­ tectes: Praz, Morisod, Suter, Kyburz,

Quels sont vos matériaux de prédilection pour vos réalisations? C’est difficile de répondre. C’est plutôt la manière dont les matériaux réa­ gissent à la lumière et au soleil qui affleurent à leur surface, comment la pluie les marque, comment le vent les balaye ou comment le silence les habite. Je pense surtout à l’ancienne maison de Delémont du début du XVIe siècle. Tous les matériaux pour sa res­ tauration ont tenu compte de ces élé­ ments naturels. Il y a dans ma génération des architectes qui ont utilisé les matériaux de manière inattendue pour les détourner. En ce qui me concerne, j’ai préféré un certain clas­ sicisme. Mon père est maçon, alors j’ai préféré utiliser les matériaux lourds, les briques, le béton. Le béton pour l’auto­ route, fait avec la roche extraite des tun­ nels. Je trouvais cela assez fascinant, comme au Moyen Age. Le matériau n’était pas produit en Chine ou ailleurs, mais juste à côté. La vérité de la matière m’intéresse. Quand j’ai fait mes études, le béton était banni, on construisait en brique, en bois, construire en béton était donc un défi pour moi. Quels seraient vos projets à court, moyen et long terme? Rester ici, ce choix de Sion est ma der­ nière ligne droite professionnelle, en huit ans, j’ai le temps de faire quelque chose. Continuer d’œuvrer pour la ville. Après viendra le temps de la peinture, de la sculpture, sans oublier qu’on est architecte. n Textes: Marianne Kürsteiner Photos: Holger Jacob


SIMPLEMENT PLUS PROCHE ACOUSTIQUE INTÉRIEURE Industrie Bureaux et salles de conférence Cafés et restaurants Ecoles et crèches Bâtiments publics Habitat privé

Davide Capobianco Technicien de service

EARA SA • 1607 Palézieux • www.eara.ch • Tél./Fax : 021 908 08 58/50

L'entretien d'ascenseurs, c'est mon truc ! Chez moi et mes collègues, vous tombez pile si vous voulez confier la maintenance et la modernisation à un partenaire sûr. Car ce qui nous distingue, c‘est notre fiabilité et notre compétence multimarque.

Graphic Work

Parlons-en! Tout simplement.


20

IDEA 2-15

CLUB MED À VAL THORENS/FR

Le Club Med épate à Val Thorens Les architectes du Studio Arch et l’architecte d’intérieur Sophie Jacqmin avaient une obligation à remplir pour le nouveau Village du Club Med à Val Thorens – c’était de surprendre! Et le résultat est à la hauteur. Le Village dans la pente profite d’une situation ensoleillée et se distingue des autres immeubles de la station.

La région de Val Thorens en Savoie n’est pas vraiment réputée pour son archi­ tecture. En effet, la zone agricole de la vallée de Belleville a été développée à la fin des années 60 comme base de l’un des plus grands domaines skiable, les trois Vallées. De hauts bâtiments (un crime architectonique) ont alors pro­ liféré dans les stations de ski créées «ex nihilo» autour de cette vallée. Val Tho­ rens (2 300 m d’altitude) s’y est ajouté en 1973. Aujourd’hui encore, malgré les tentatives pour donner à cette sta­ tion un air de village montagnard, les séquelles du laisser aller architectural des dernières décennies restent visi­ bles. C’est aussi le cas pour le bâtiment que le Club Med a occupé pendant une vingtaine d’années. Vu la place limitée, l’infrastructure insuffisante et la nouvelle philoso­ phie du Club Med, un nouveau village dans le village a été projeté, qui devait tout surpasser. Le Studio Arch, basé en Savoie, et spé­ cialisé dans les projets en milieu mon­ tagnard, a relevé le défi, dont le mot d’ordre était: surprendre. D’abord, la station où devait être construit le com­ plexe se situait directement sur une piste de ski traversant le village. La ré­ ponse des architectes: la piste se dé­ roule sous l’immeuble. Avec un accès direct au local de ski, les skieurs peu­ vent donc chausser leurs skis et par tir directement skier. L’architecture du nouveau Village Club Med est inspirée par l’environnement dont il profite au coeur de la plus haute station d’Europe, à 2 300 mètres d’alti­ tude. La luminosité est omniprésente et le Village dispose d’un panorama in­


CLUB MED À VAL THORENS/FR

A gauche: le mur d’escalade dans le lounge s’intègre harmonieusement avec le mobilier.

IDEA 2-15

21


22

IDEA 2-15

CLUB MED À VAL THORENS/FR

comparable sur le «Grand Cirque Blanc»: grandes baies vitrées et verriè­ res, trois terrasses exposées sud­ouest, et balcons dans la majorité des chambres avec une vue dégagée sur la montagne … tout est fait pour profiter de ce paysage. Les matériaux utilisés – bois, pierre, acier et verre – sont sublimés et évo­ quent les éléments dans toute leur force. Jouant sur les transparences, l’ar­ chitecture intérieure allie authenticité et dynamisme: les espaces à vivre sont rehaussés de couleurs vives et acidu­ lées. Exposé plein sud, le Village dispose également d’un panorama qui invite à la contemplation. En phase avec l’univers jeune et con­ temporain de la station, il se veut chic et informel. Son concept, axé sur le sport et l’énergie, combine les sen­ sations fortes, avec une ambiance fes­ tive et chaleureuse. L’architecture de Studio Arch, en phase avec la décoration intérieure signée Sophie Jacqmin, allie harmonieuse­ ment esprit local et tendance. Elle réin­ terprète de façon moderne les codes traditionnels de la montagne avec des espaces communs chaleureux. «L’idée était de proposer une vision un peu décalée, scénographique et dyna­ mique, qui parle des valeurs de la mon­

« Les matèraux utilisés sont sublimés et évoquent les éléments dans toute leur force.»


IDEA 2-15

Depuis les chambres sâ&#x20AC;&#x2122;expose une vue magnifique sur les montagnes.

23


24

IDEA 2-15

CLUB MED À VAL THORENS/FR

La piste se déroule sous l’immeuble. Avec un accès direct au local de ski.

Coupe longitudinale.


IDEA 2-15

Vu de l’extérieur, les chalets communiquent avec les bâtiments de cette station d’hiver.

25

tagne et exprime le sensationnel de ce Village, pour créer la surprise», ditelle. «Les émotions et les sensations sont différentes dans chacune des pièces du nouveau Village Val Thorens Sensations.» Le nouveau Village Club Med 4 Tridents Val Thorens Sensations propose donc depuis décembre 2014 des séjours dans un cadre remarquable. D’ores et déjà considéré comme le fleuron de l’offre neige Club Med, ce Village dispose de 384 chambres raffinées, spacieuses, lumineuses et high-tech. Le Village comble les vacanciers à la recherche de confort, de design et d’ambiance festive. D’un standing encore plus élevé, les Suites et Junior Suites offrent des services privilégiés sur mesure. Une offre glisse et hors glisse très variée s’adapte aux envies et invite à vivre la montagne autrement. Un nouveau concept de restauration autour de la découverte gourmande et locale complète ce plaisir. Val Thorens Sensations propose une expérience 100% connectée. Une application smartphone permet de vivre pleinement son séjour: inscriptions aux cours de glisse, programme d’activités, météo, état du domaine skiable, etc. Elle permet également de se géolocaliser dans le Village et de profiter de nombreuses fonctionnalités comme, par exemple, un réseau social interne pour trouver son partenaire de ski. n Texte: Marianne Kürsteiner Photos: Club Med


26

IDEA 2-15

CLUB MED À VAL THORENS: ENTRETIEN

Sportif et décalé Entretien avec le responsable du masterplan, Claude Carret, et avec l’architecte d’intérieur Sophie Jacqmin Architecture

Comment les architectes ont-ils traité le fait que le Village du Club Med s’étende à travers une piste de ski? L’autorisation des autorités a-t-elle été difficile à obtenir? Claude Carret: Paradoxalement, on dit souvent que la France est un exemple de pesanteur administrative, mais Val Thorens plaide pour le contraire. Après le dossier UTN, qui détaille l’intérêt économique et surtout l’équilibre fina­ ncier du projet, il s’est passé trois ans, et 18 mois de travaux, ce n’est pas beaucoup. Nous n’avons pas rencontré de problème majeur. J’essaie, pour tous les projets, de travailler largement en amont avec les administrations ou avec les pompiers. En leur permettant de connaître les dossiers avant qu’ils n’ar­ rivent effectivement sur leurs bureaux, cela apporte beaucoup de fluidité. En ce qui concerne la piste, c’était plus compliqué, parce que la première con­ trainte, c’était le programme, les 400 chambres. Donc, il fallait tenir compte de la piste, de la route, du télésiège, du voisinage, des bâtiments au­dessus. Et puis surtout, le bâtiment entre le nive­ au de la réception et le dernier étage de chambres devait mesurer moins de 27 mètres de haut, pour ne pas dépasser ce qu’on appelle en France les IGH, les immeubles de grandes hauteurs. D’où effectivement ce relatif étalement dans la pente. Il fallait sortir le premier bâtiment sur quatre niveaux, réussir à franchir la piste, soit par le dessous ou par le dessus d’ailleurs. Une partie des surfaces sont construites en dessous, où se trouvent tous les locaux des ser­ vices généraux. Nous avons construit un socle dans une pente à 45 degrés, pour recevoir les quatre chalets. J’ai travaillé en Suisse aussi, les Suisses tra­ vaillent avec des bredans, c’est à dire des fondations qui s’élèvent dans la pente en formant de grandes mar­ ches d’escaliers. Avez-vous eu des contraintes également par rapport à l’image du village? CC: le problème était d’intégrer 400 chambres à 800 lits, parce que c’est à

partir de cette échelle là que cela de­ vient rentable pour le club. Ensuite, il faut remplir les chambres. Plus le nombre de chambres est élevé, plus les surfaces augmentent pour le spa, pour les restaurants, les salles de repos, toute l’infrastructure, les locaux pu­ blics, donc pour obtenir l’équilibre idéal. Concernant l’efficacité énergétique du bâtiment, les architectes ont-ils choisi un chauffage écologique? Lequel? CC: Tous nos Villages Club Med d’au­ jourd’hui sont THPE, Très Haute Perfor­ mance Energétique. Le chauffage est électrique, on ne peut pas mettre de pompes à chaleur ici parce que nous sommes sur un sol de moraine. Des panneaux solaires ont été installés sur le bâtiment GO qui est juste en des­ sous. L’isolation est renforcée, et un lo­ giciel spécifique, GTB Gestion Tech­

nique du Bâtiment, pilote le chauffage en fonction des paramètres donnés par les sondes de température installées à l’extérieur et à l’intérieur du bâtiment. De l’extérieur, les maisons ressemblent un peu aux maisons alentour, était-ce votre intention? CC: C’était une contrainte administra­ tive. En Suisse, vous avez le plan de quartier, chez nous, le POS, le plan d’oc­ cupation des sols, détermine effective­ ment ce que nous avons le droit de construire, les types de façades et de toitures. Par exemple, nous devions faire des toits à deux pans. Sophie Jacqmin: Val Thorens est en alti­ tude, dans une montagne un peu pelée. La première fois que j’y suis venue, je ne connaissais pas. J’ai été surprise car cela ne correspondait pas au cliché des petits chalets dans la montagne. C’est

« J’ai souhaité retravailler les codes de la montagne en imaginant des paysages allégoriques suscitant différentes émotions.»


CLUB MED À VAL THORENS: ENTRETIEN

un paysage assez extrême, et le club souhaitait faire un village dynamique, pour les sports extrêmes. Le territoire un peu urbain, un peu far-west en montagne en arrivant, correspondait bien avec l’histoire qui finalement est assez nerveuse. Le prétexte de la vitalité fonctionnait bien avec l’urbanité de montagne. Avez-vous intégré ce paramètre dans la décoration intérieure? Peut-on percevoir la piste, dans le concept, par exemple? SJ: Oui, on la perçoit. Ou plutôt, on la pratique avant de l’apercevoir de la passerelle au niveau 4, parce qu’on passe par dessus. Au quatrième étage, le blanc est aussi relié à la piste. Cet étage est l’interprétation du glacier, les façades sont soulignées par des fils de lumière qui évoluent pour créer des ambiances de couleur, selon les événements. Du 4e étage donc, on aperçoit la piste et elle est prolongée à l’intérieur. J’ai plutôt essayé de travailler sur des codes de sensations, de paysages de montagne, avec des émotions liées à des paysages allégoriques que j’ai créés à chaque niveau. Chaque étage possède un paysage, des scénarios différents. Une ligne dorsale relie tous les plateaux, dans toutes les parties communes. Le rez-de-chaussée donne le

ton: le niveau de la réception est intemporel à l’entrée, cela pose un peu tout ce que j’ai voulu décrire ensuite dans le Village. L’atrium a seize mètres de hauteur, un lustre dans le lounge, que j’ai transformé en forêt de bouleaux, en travaillant dans la verticalité, pour éviter que cela ne devienne une salle de sport. C’est un Village très sportif, mais le sport ne doit pas trop s’imposer. J’ai essayé de trouver des astuces pour m’inspirer de la nature et les appliquer à des utilisations décalées, comme le mur d’escalade.

Intérieur

Dans cet univers jeune et contemporain, le style se veut chic et informel. Quelle clientèle aimeriez-vous séduire avec le nouveau complexe? SJ: Des couples de 45 ans, avec des adolescents, il y a un club enfant, mais c’est plutôt une station pour adultes, des jeunes sportifs. C’est pour cela que j’ai traité l’hébergement dans une ambiance plus sensuelle, inspirée de la nature: les têtes des lits sont comme des nœuds dans le bois, avec la lumière autour, c’est élégant, et en même temps doux et sensuel. Les espaces sont ouverts vers la salle de bain comme c’est la tendance maintenant.

IDEA 2-15

27

Aviez-vous dessiné d’autres Villages du Club Med auparavant? SJ: J’ai travaillé pour plusieurs Club Med, comme le Voilier. Egalement à la rénovation d’un village au Sénégal. On y avait d’autres codes inspirés par le tissage et l’artisanat, tout comme à l’hôtel Djerba en Tunisie. A chaque projet j’ai cherché à traduire l’offre du village, sa philosophie. A Val Thorens, il y a plus de techno parce que c’est un village d’adulte. J’interprète aussi le territoire géographique, culturel, mais sans le traduire littéralement avec des traits folkloriques, dont je me méfie. Je travaille avec des artisans locaux et j’interprète toujours. Votre intention était d’allier l’esprit local avec les tendances modernes et de réinterpréter les codes de la montagne. Comment avez-vous intégré l’esprit local? SJ: Je n’ai pas réinterprété, mais donné une nouvelle proposition. Pas sur les codes décoratifs montagnards, mais j’ai détourné les réflexes, et je me suis plutôt concentrée sur une interprétation de l’émotion de la montagne. Et je pense que tous les gens qui font de la montagne partagent cette émotion. J’ai saisi un autre angle, une autre approche, et un autre regard sur les codes, et toujours très liés à la nature. Ce qui ne m’a pas empêchée de travailler avec du bois et un peu de pierre au sol dans les spas, quelques cheminées quand même, mais électriques. Le résultat est décalé, loin du refuge dans la montagne, mais il reste convivial. Quelles ont été les difficultés, générées par l’envergure de ce projet, et que vous avez dû résoudre pendant les travaux? SJ: La contrainte du temps. Nous étions encore en train de concevoir les plans, qu’il fallait faire très vite. Nous n’avions pas le temps de revenir en arrière. Il fallait donner les réponses tout de suite.

« Il fallait tenir compte de la piste, de la route, du télésiège, du voisinage et des bâtiments au-dessus.»

Vous avez réalisé l’aménagement intérieur des 384 chambres, se ressemblentelles toutes? Comment les chambres se distinguent-elles? SJ: C’est le concept du Club Med. Toutes les chambres sont identiques, les chambres de luxe plus riches en décoration. Au sein de l’enveloppe architecturale, nous avons donc différencié les standards des chambres du Club Med par le biais des agencements. . n

Entretien: Marianne Kürsteiner Photos: Club Med


28

IDEA 2-15

PGA CATALUNYA RESORT, CATALOGNE, E

Depuis le parcours de golf, les différents logements qui s’intègrent dans le resort sont peu visibles.

Une intégration soignée dans le paysage Salué comme le meilleur «European Golf Development» par l’International Property Awards, le PGA Catalunya Resort propose une offre immobilière variée: des parcelles généreuses avec des vues spectaculaires, des maisons au design contemporain, de confortables villas jumelées et des appartements modernes situés en bordure des allées du parcours de golf. Tous ces logements ont pour dénominateur commun la volonté de conjuguer modernité, confort et intégration dans le paysage.


PGA CATALUNYA RESORT, CATALOGNE, E

Le PGA Catalunya Resort, entouré de 300 hectares de forêt, est un projet soucieux de s’intégrer dans l’environ­ nement naturel. L’objectif était d’har­ moniser les logements privés, les ter­ rains de golf et le paysage. Les différents projets de logements portent la signature d’architectes ca­ talans comme Danian et Francisco Ribas, Lagula Arquitectos, Carlos Ferra­ ter, Josep Camps et Olga Felip, ainsi que celles de cabinets internationaux comme De Blacam & Meagher ou Richard Hywel Evans. Il s’agit d’une combinaison entre emplacements pri­ vilégiés, parcours de golf et logements exclusifs. Les directives données aux architectes étaient de construire des villas différentes obéissant à des règles architectoniques communes, telles qu’avoir un style contemporain, aéré et

IDEA 2-15

contrasté. Les villas devaient s’harmo­ niser entre elles à l’intérieur du com­ plexe, être ouvertes sur le paysage et le terrain de golf, tout en assurant une intimité maximale.

La Vinya, la Selva et la Balca

Se découpant dans le paysage, trois zones résidentielles offrent une vaste gamme de logements. Les plus grands terrains, de plus de 2 000 m2, destinés aux villas jusqu’à 400 m2 de surface, se trouvent dans le secteur de la Vinya, le long des allées 8 et 9 du Tour Course. Dans le secteur de la Selva, situé en bordure du Stadium Course, les ter­ rains à partir de 1 000 m2 constituent un emplacement pour les villas avant­ gardistes de 250 m2. C’est aussi à La Selva que se situent les confortables

29


30

IDEA 2-15

PGA CATALUNYA RESORT, CATALOGNE, E

villas jumelées avec jardin privatif et zone partagées, équipées d’une piscine. Finalement la Balca, une nouvelle zone, accueille 14 villas avec vue sur le lac, le Tour Course et la forêt de pins au-delà.

Deux villas de même style tout en étant différentes

Les deux villas présentées en démonstration permettent d’apprécier les choix des architectes ayant travaillé pour ce complexe. Reste la question des occupants de ces villas : à qui sontelles destinées? Aux passionnés de golf qui souhaiteraient investir dans l’immobilier? L’initiateur du projet, Denis O’Brien en est convaincu. Il a investi une partie de sa fortune dans ce complexe, ce qui se voit dans l’infrastructure environnante. Le parcours de golf est soigné et bien fréquenté durant toute l’année. Villa Lagula à La Vinya: conçue par le cabinet d’architecture Lagula, cette villa évoque un style de vie sophistiqué. Se fondant dans le paysage environnant, elle conjugue modernité, tradition et lignes épurées pour une expérience méditerranéenne. L’étage supérieur accueille une cuisine Bulthaup haut de gamme ainsi qu’un espace séjour salle à manger aux dimensions généreuses qui conduit vers une vaste terrasse. Les quatre chambres, situées au rez-de-chaussée, disposent toutes d’une salle de bain particulière. Au travers de grandes baies vitrées coulissantes, les chambres

Villa Lagula à La Vinya.


IDEA 2-15

Villa Olga Felip à Sifera.

s’ouvrent directement sur une terrasse principale, avec cuisine extérieure et une piscine à débordement qui s’in­ tègre dans le paysage. Villa Olga Felip à Sifera: cette villa avant­gardiste a été conçue par les ar­ chitectes Josep Camps et Olga Felip. Le bois et le verre prédominent claire­ ment. Une bordure horizontale blanche en béton forme un cadre pour la struc­ ture séparée en trois sections par des piliers en bois. Dans le but de profiter du paysage environnant, le périmètre de la maison est entouré d’une terrasse couverte, conçue comme un grand mi­ rador qui permet de jouir de la vue tout en régulant les conditions atmosphé­ riques extérieures. L’espace séjour est très lumineux. Les grandes baies vitré­ es panoramiques créent une ambiance accueillante et ensoleillée, dans le pro­ longement du hall d’entrée vitré. Tout l’espace de la maison s’étend sur un seul niveau, la zone de jour est séparée des chambres.

Deux distinctions simultanées

Lauréate successivement du YAYA (Young Architect of the Year Award), puis du prix AJ Emerging Women ar­ chitects, Olga Felip qui travaille à Gérone est sans conteste la plus jeune architecte à recevoir ces distinctions simultanément. Les architectes Olga Felip et et Josp Camps ont exprimé avec cet objet, la quintessence du luxe par un espa­ ce rectiligne avec une échappée prodigieuse sur le golf. Des clairevoies ou grilles verticales dessinées comme un tableau géométrique sont l’une des signatures caractéristiques de leurs créations. n Texte: Marianne Kürsteiner Photos: PGA

31


32

IDEA 2-15

WELLNESS-HOSTEL-4 000, SAAS FEE/VS

Un concept judicieux Avec l’ouverture du «WellnessHostel 4000» à Saas-Fee, les Auberges de Jeunesse Suisses acquièrent une résonance internationale. Au début, cette nouvelle concurrence dérangeait les habitants de Saas-Fee. Mais depuis, ils ont heureusement changé d’avis.

La commune valaisanne de Saas Fee défie les forces de la nature dans une situation exposée et unique. Environné de nombreux sommets à 4 000 m et, autrefois voisin de l’Allalin, le «glacier rebelle», le village alpin se veut rustique et sophistiqué à la fois. Le noyau ancien du village est rustique. Les remontées mécaniques et la plateforme de parking répondent aux exigences les plus modernes du tourisme d’hiver, mais n’embellissent pas vraiment le paysage. Exactement à l’interface entre l’entrée «moderne» et l’immersion dans le village idyllique se trouve le nouveau «wellnessHostel 4 000» des architectes Steinmann & Schmid de Bâle. En plus, la nouvelle Auberge de Jeunesse est directement reliée au centre de wellness et fitness ouvert au public. Cette réorientation a contribué à ce que le nouvel hôtel des Auberges de Jeunesse Suisse fasse les gros titres de la presse internationale. La bourgeoisie de Saas Fee est ravie et espère une poussée d’adrénaline pour doper l’attractivité du village.

tal du bardage en épicéa. La construction en bois de cinq étages avec ses fenêtres asymétriques repose sur un socle en pierre par analogie aux raccards (ou granges) riches de tradition avec leurs dalles de pierre et les constructions simples en poutres assemblées. La peinture gris argenté adapte dans un ductus moderne les poteaux patinés brun foncé du raccard (ou de la grange) et entre dans un jeu avec les matériaux: le bois s’approche

Le nouveau «wellnessHostel 4000» se trouve à l’interface entre l’entrée moderne et l’immersion dans le village idyllique.

Noble ascèse

Le coeur du village de Saas Fee n’offre que peu de vues panoramiques sur les montagnes alentour. Avec la situation intelligente de l’Auberge de jeunesse, les architectes Steinmann & Schmid ont développé une place accessible au public entre l’Hostel et la piscine existante sous la forme d’une terrasse étroite de laquelle s’ouvre une vue sur l’impressionnante gorge du Fee et sur la chaîne de la vallée de Saas avec le Fletschhorn et le Weissmies. Les architectes ont cherché volontairement le dialogue avec l’image du village dans le cube polygonal et l’étalement horizon-

Rez-dechaussée avec le lobby et l’escalier de liaison vers le domaine wellness.

0

1

2

3


WELLNESS-HOSTEL-4 000, SAAS FEE/VS

IDEA 2-15

33


34

IDEA 2-15

WELLNESS-HOSTEL-4 000, SAAS FEE/VS

La partie wellness et fitness est ouverte au public.


IDEA 2-15

du béton et de la pierre naturelle. Le bâ­ timent se marie avec l’environnement avec toutefois un contraste marqué.

Accents colorés

Les 51 chambres de différentes tailles comprennent 168 lits. Elles sont meub­ lées de manière fonctionnelle et simple. Les surfaces sobres et les couleurs ac­ centuées des parois donnent aux pièces une certaine noblesse. Dans chaque sé­ jour se trouve une paroi en papier peint dessiné par «Matrix Bâle» lui­même. Les autres murs ont reçu un crépi fin laissé au naturel. Tandis que la surface et la disposition des chambres dans les étages supérieurs ont été organisées d’une manière particulièrement écono­ miques, les locaux à usage commun du rez­de­chaussée dispensent une sen­ sation d’espace généreux. Les hôtes de l’Hostel, comme ceux de Wellness, sont reçus au long comptoir en bois de la réception qui se prolonge, à droite, jusqu’au libre­service du restaurant.

«Reduced to the max»

Le concept, révisé à plusieurs reprises, a conduit à une concentration consé­ quente du programme d’espace. Le «wellness­Hostel 4 000» propose un maximum de fonctions en consom­ mant le minimum de ressources. La construction et la technique du chauffage ont emprunté aux innova­ tions les plus récentes: L’Hostel est le premier bâtiment d’hébergement en

« Les architectes ont cherché le dialogue avec l’image du village.»

35

Suisse de cinq étages en bois. Et le ré­ seau de chaleur de proximité solaire initié spécialement pour ce projet est novateur. Afin de satisfaire aux normes réglementaires pour une construction en bois à plusieurs étages, on a utilisé des éléments en bois robustes. Les pla­ fonds ont été exécutés en construction massive mixte bois béton. La façade est habillée de lambris de bois d’épicéa. n

Textes: Christina Horisberger/Marianne Kürsteiner Photos: Ruedi Walti

L’ouverture est dans la conception: Ceci se montre aussi dans le lobby généreux.


36

IDEA 2-15

SALLES DE BAINS

Une oasis pour tous les sens Aussi dans l’habitat privé, les salles de bains se marient de plus en plus avec les chambres à coucher, en particulier en ce qui concerne les baignoires. Sur les pages suivantes, nous vous présentons les nouvelles tendances. Pièces de maître

En collaboration avec le célèbre de­ signer Arik Levy, Kaldewei étoffe sa col­ lection haut de gamme avec un nou­ veau modèle de baignoire et son lavabo assorti. L’ensemble constitué de la bai­ gnoire «Meisterstück Emerso» et du lavabo «Meisterstück Emerso» séduit par ses exceptionnels éléments de sty­ le: la baignoire­îlot entièrement émail­ lée est dotée d’un rebord légèrement ascendant, que le regard caresse com­ me un ruban de soie qui s’enroule sur

lui­même. Le lavabo assorti représente son pendant inversé, avec un rebord lé­ gèrement plongeant vers l’intérieur. www.kaldewei.ch


SALLES DE BAINS

IDEA 2-15

37

La liberté redéfinie

Bekon-Koralle introduit sur le marché de la douche une nouveauté dans le domaine des solutions Walk-in: la série X80 Free. Son verre de sécurité en feuille simple ESG ouvre aux architectes, planificateurs et maîtres d’ouvrage une nouvelle dimension de la liberté conceptuelle. Ce système de douche particulièrement stable, allie un design sans charnière et une transparence absolue, en un seul élément. www.koralle.ch

Aménagements médicaux

Habillage de mur

Spa by Formex – habillage de mur – offre une liberté presque sans limites pour concevoir une salle de bains de rêve – que ce soit dans la douche, derrière le lavabo ou comme revêtement mural complet. Ce produit est particulièrement intéressant pour la rénovation puisque les panneaux peuvent être posés sans complication sur les supports existants tels que les plâtres, les crépis ou les carrelages. Spa by Formex n’est pas uniquement décoratif, mais également résistant à l’eau et facile à entretenir. Il existe, au choix, en divers décors: modernes Uni, Fantaisie et Bois. www.formex.ch

Dans tous les aménagements médicaux, les toilettes publiques et les installations spéciales, les aides au déplacement sont non seulement utiles, mais aussi prescrites par la loi. La gamme «Rodan» comprend un grand choix d’accessoires sanitaires en acier inox. Très conviviaux, ces produits garantissent un maximum de fonctionnalité et un design élégant. Les matériaux utilisés pour les surfaces ne nécessitent qu’un minimum d’entretien, permettant ainsi un nettoyage rapide et particulièrement hygiénique. www.franke.com


38

IDEA 2-15

SALLES DE BAINS

Une vision claire

Lorsque l’on s’apprête devant le miroir de sa salle de bain, le matin pour af­ fronter la journée ou le soir en prévi­ sion d’une sortie, deux choses sont es­ sentielles: le visage doit être très bien éclairé et les accessoires nécessaires doivent se trouver à portée de main. Keramik Laufen répond parfaitement à ces besoins grâce à Frame 25, un sys­ tème modulaire bien pensé à base de miroirs et d’armoires de toilette. Frame 25, ainsi se nomme le nouveau concept modulaire des miroirs de Keramik Laufen. La gamme comporte des mi­ roirs de onze tailles. Les formats 450 x 825 mm et 550 x 825 mm sont do­ tés de lampes LED disposées horizonta­ lement. En largeur 600 mm à 1 800 mm, les miroirs ont une hauteur standard de 700 mm. Sur ces derniers, il est pos­ sible de positionner les lampes LED en transparence soit horizontalement, soit verticalement, par exemple en re­ trait par rapport au bord. Sur demande, les miroirs peuvent être confectionnés sur mesure en atelier. www.laufen.ch

Revêtement mural en verre

Swissdouche Creative peut être monté sur tous les types de surfaces. Sa sur­ face opaque permet également de re­ couvrir des carreaux ou de cacher d’an­ ciens revêtements muraux, facilitant ainsi considérablement l’assainisse­ ment des salles de bain. Ce revêtement mural en verre peut être installé par­ tout dans une salle de bain ou mettre en évidence certains éléments tels qu’une paroi de douche ou un lavabo. www.glastroesch.ch

Sauna en noyer et aulne

Brevetée par Küng pour son design, la façade vitrée bombée et sans profilé du sauna «Ovola» en fait une véritable in­ novation sur le marché. Ce léger renfle­ ment se retrouve de façon discrète dans la partie supérieure du cadre, ain­ si que sur les banquettes et la garniture en trois parties du poêle, à l’arrière du sauna. Les arrondis contrastent délibé­ rément avec les angles coupés à l’on­ glet, les lambris horizontaux et les arêtes des composants en acier. Reflé­ tant la tendance actuelle des bois fon­ cés, Ovola est entièrement en noyer et en aulne. www.kuengsauna.ch

Lavabo d'angle

Utiliser le moindre recoin d’une pièce exiguë? Grâce à Schmidlin Orbis Corner, les toilettes pour invités, même de tail­ le réduite, peuvent être dotées d’un la­ vabo aux dimensions généreuses. Cette solution d’angle harmonieuse est un bel exemple de design classique. En option avec trous pour la robinetterie ou un distributeur de savon. Disponi­ ble dans les couleurs brillantes et mates émaillées. www.schmidlin.ch


IDEA 2-15

39

Inspiration asiatique

Un concept moderne intemporel doit­il absolument être puriste pour convain­ cre? Pas nécessairement – comme le montre le nouveau concept Asia Spa. Pour ce concept, les designers et con­ cepteurs se sont certes inspirés du design classique asiatique, mais tout en élaborant des ébauches tout à fait originales et uniques qui portent la sig­ nature authentique de Klafs. Cela se voit surtout à l’habillage extérieur: dé­ veloppé spécialement pour ce nouveau concept, il intègre de manière ciblée un élément de style classique du design asiatique – l’articulation étroite à l’ho­ rizontale et plus ouverte à la verticale. La mise en œuvre concrète sous forme de vastes plaques avec structures en relief dans les tons chocolat est toute­ fois une interprétation du thème tout à fait unique et moderne. www.klafs.ch

Le sauna dans la «douche»

Avec des dimensions de 120 x 120 cm, le sauna Inipi B offre tout le confort d’un espace de bien­être pour une per­ sonne. Le concept du sauna s’inspire des «huttes à sudation» des Lako­ tas, une tribu d’indiens d’Amérique du Nord, qui faisaient chauffer dans un feu des pierres recouvertes de plan ­ tes odorantes avant de les placer dans la tente. Sur Inipi B, la symbolique de la pierre se retrouve dans son mo­ dule de commande, qui permet de régler à la convenance de l’utilisateur la température du sauna, la durée de fonctionnement du poêle et la pen­ dule numérique. www.duravit.ch

Profilé ultra mince

La nouvelle gamme de parois de douche Annea donne un profil individuel à la salle de bain: d’un rayonnement élé­ gant et moderne, pratique et facile d’entretien dans l’utilisation quotidien­ ne, la nouvelle série offre tous les avan­ tages que l’on peut attendre aujour­ d’hui d’une paroi de douche. Des maté­ riaux de qualité comme du verre Sécurit simple vitrage de 6 mm ainsi que des profilés en aluminium à la finition poli­ brillant soulignent son élégante op­ tique. A l’intérieur avec des charnières affleurantes au verre ainsi que le traite­ ment anti­traces de série. www.bringhen.ch


40

IDEA 2-15

SALLES DE BAINS

Design sans barrière

Fidèle à ce concept, ErgoSystem pour personnes à mobilité réduite répond aux exigences des maîtres d’ouvrage et des exploitants les plus divers, trou­ vant ainsi sa place dans les maisons de retraite, les établissements hospitali­ ers, les hôtels de première classe, tout comme dans les édifices privés ou pu­ blics. FSB est d’avis que la «liberté exempte de barrières pour personnes à mobilité réduite» ne doit pas être acquise au détriment de l’aspect esthé­ tique. ErgoSystem est donc l’expres­ sion d’un mariage réussi entre esthétis­ me et fonctionnalité. www.fsb.de

Sobriété et pureté

La douchette à main est le complément idéal de la douche de tête Vola Série Ronde. Elles sont toutes les deux issues du même langage de conception et ap­ partiennent à la Série Ronde. La forme circulaire et l’anneau étroit qui, de pro­ fil, attire le regard, constituent les prin­ cipaux éléments de design de la Série Ronde. La fonction d’élément clé de la pomme de douche est soulignée par le bras fin et cylindrique qui s’étire der­ rière en la dépassant. www.vola.ch

Douceur et propreté

La vapeur est vieille comme le monde et fait aujourd’hui tourner les appa­ reils ménagers les plus modernes. Le repassage, en particulier, fait partie des activités auxquelles nous renonce­ rions sans le moindre regret. La bonne nouvelle: en tant que propriétaire d’un lave­linge Adora signé V­ZUG, vous pourriez presque dire adieu à votre fer à repasser. Grâce à la création de va­ peur directement dans le tam­ bour, le programme Dé­ froissage vapeur, d’une durée de 18 minutes, dé­ froisse le linge si efficace­ ment que le repassage en devient superflu dans la plupart des cas. Et cela fonctionne aussi bien avec le linge humide qu’avec les vêtements déjà secs. www.vzug.ch


IDEA 2-15

Tout simplement propre

La nouvelle évacuation de douche Geberit CleanLine allie les avantages optiques d’un écoulement de douche avec une étonnante simplicité de montage et de nettoyage. L’écoulement de douche Geberit CleanLine est construit en deux par ties. Un profilé collecteur en acier inoxydable constitue la partie visible. Dessous se trouve le corps d’évacuation central, qui se pose aussi facilement qu’un écoulement de sol traditionnel. Une feuille d’étanchéité injectée directement en usine dans le corps d’évacuation empêche les erreurs de montage et assure une étanchéité parfaite. www.geberit.ch

Des sanitaires extravagants

Depuis fin février, après deux mois de rénovation, l’Hôtel Arte Convention Centre a rouvert ses portes. Pour vous loger, optez parmi les catégories Style, Comfort Style ou Arte Style: chacune des 79 chambres de cet hôtel 4 étoiles brille d’un nouvel éclat et offre à ses clients une ambiance unique. L’art fait partie intégrante de la configuration spatiale comme du concept créatif. Seuls les matériaux les plus nobles ont été utilisés pour l’aménagement des chambres. Les élégants produits sanitaires de Franke ajoutent une véritable touche esthétique. Les vasques à

poser, spécialement conçues pour les chambres de ce projet, ont été fabriquées en granit. Dans les espaces handicapés, le choix s’est porté sur la céramique. Toutes les robinetteries pour lavabo proviennent de la maison KWC, une filiale de Franke. www.franke.com

41


42

IDEA 2-15

SOFITEL VIENNE STEPHANSDOM, VIENNE, A

Hôtel des arts au superlatif Le «Sofitel» de Vienne, conçu par Jean Nouvel et décoré par des artistes de renom comme Pipilotti Rist, est l’hôtel-phare de «Sofitel» en Europe pour son architecture intérieure exceptionnelle. Environné par une histoire en mouvement, ce somptueux bâtiment contemporain survole la capitale autrichienne. Jean Nouvel, est­il architecte ou artiste? Il est français, c’est sûr, et à l’origine des quelques bâtiments parmi les plus spec­ taculaires du monde: l’Institut du monde arabe à Paris, la tour Agbar de Barcelone, «The Hotel» à Lucerne, la tour Dentsu à Tokyo … Il est, de, plus l’architecte chargé de la conception de la succursale du Musée Louvre à Abu Dhabi. «Je suis très fier d’avoir pu réaliser cet hôtel au centre de Vienne, car dans une ville aussi chargée d’histoire, l’archi­ tecture offre à mon avis la possibilité de continuer le jeu que d’autres ont commencé il y a quelques siècles ou quelques années.»

Hôtel des superlatifs

C’est un bâtiment élégant de 18 étages qui semble reposer sur les cinq pre­ miers étages, dans lequel – grâce aux vitrages verticaux complétés par deux surfaces inclinées – on peut voir loin et

être vu. L’hôtel paraît en conversation avec la ville. Il s’ouvre. C’est ce que Jean Nouvel souhaitait: «J’ai voulu créer un dialogue avec les sens et la sensualité.» Sur cette forme singulière et fière, la lu­ mière et ses reflets jouent un rôle majeur. Les façades élégantes, chacune d’une couleur particulière, reprennent aussi les couleurs des chambres: gris pour la façade du sud, noir pour l’ouest et blanc pour le nord. Les hôtes vien­ nois ou de passage découvriront les dif­ férentes facettes du bâtiment par une radieuse journée de juillet, un morne matin d’hiver ou au soleil couchant. Au sommet de l’immeuble, les façades se transforment en baies vitrées der­ rière lesquelles se trouvent le restau­ rant de l’hôtel. Il offre une vue splen­ dide sur les toitures de Vienne et leurs silhouettes devant l’horizon. Il a en out­ re la réputation d’être le rendez­vous gastronomique de Vienne.


SOFITEL VIENNE STEPHANSDOM, VIENNE, A

A l’intérieur, on s’aperçoit vite qu’il règ­ ne la même harmonie qu’à l’extérieur. Les 182 chambres, dont 26 suites, sont à disposition. Déclinées en trois styles, les chambres présentent une continui­ té avec les façades. Orientées vers le nord, elles sont entièrement blanches, côté sud tout en gris et trois chambres en direction de l’ouest sont même com­ plètement noires – du sol jusqu’au pla­ fond, y compris les meubles. Il n’y a pas de chambres vers l’est. La salle à man­ ger de la suite présidentielle au 18e étage se montre également très ten­ dance: tout en noir.

Les plafonds de Pipilotti Rist

Sur les premiers cinq étages, on trouve les endroits publics de l’hôtel. Le foyer, la véranda, l’atrium, les salles de confé­ rence et la partie wellness (piscine, sauna, fitness). Pour l’hôtel, entière­ ment dédié à l’art contemporain, Jean Nouvel a engagé des artistes en vogue. Pipilotti Rist, artiste vidéaste suisse est l’une d’entre eux. Elle a reçu pour man­ dat la décoration de cinq plafonds dans l’hôtel, utilisant une technique qui dif­ fuse un effet coloré et vivant. Au 5e étage, elle a créé par ailleurs, un kaléi­ doscope original par un jeu raffiné de miroirs. L’artiste suisse a entre autres, décoré le plafond du restaurant avec des lumières LED spécialement déve­ loppées pour ce projet. En plus de la lu­ mière et des couleurs, la nature joue un rôle important au Sofitel Vienne Ste­ phansdom: le français Patrick Blanc a créé un mur végétalisé de 600 m2 qui apporte une complétude aux vastes es­ paces et aux verrières. Jean Nouvel s’est inspiré du fameux ar­ tiste Friedensreich Hundertwasser, cé­ lèbre avant tout pour son œuvre gra­ phique, ses constructions et son artisa­ nat. Il a réinterprété ses œuvres dans les chambres où chacune présente des tableaux différents. Les étudiants de la Haute Ecole d’Art de Vienne pouvaient contribuer à la décoration des cham­ bres avec des images vidéo et de la mu­ sique synchronisées.

«L’hôtel est

un élément de l’architecture de la ville

»

Un nouvel emblème architectonique pour Vienne

Le «Sofitel» est situé près de la vieille ville et de la cathédrale Saint­Etienne, chef d’oeuvre de style gothique, sur la rive du canal du Danube. Au bord du fleuve, la vie culturelle, gastronomique et artistique de Vienne palpite. On trouve ainsi d’un côté la cathédra­ le avec sa tour de 136 mètres, et de l’autre côté le chef­d’œuvre d’architec­ ture contemporaine de 75 mètres en verre, acier et béton, tous deux témoins de leurs époques. Le «Sofitel Vienne Stephansdom» est sans conteste un nouvel emblème architectonique.

IDEA 2-15

43


44

IDEA 2-15

SOFITEL VIENNE STEPHANSDOM, VIENNE, A

Idea: Jean Nouvel, est-ce que le fait de pouvoir réaliser cet hôtel a influencé vos intentions et vos idées?

Jean Nouvel: Je voyage beaucoup et je passe la moitié de mon temps dans des hôtels. Personnellement, je crois qu’un hôtel est un élément de la ville, ainsi il ne doit pas seulement prendre, mais devrait aussi donner. Il doit enrichir la ville. Autrefois, les Grands­hôtels étaient des lieux de rencontres sociales et culturelles dans des bâtiments mo­ numentaux que l’on apercevait de loin. Depuis la fenêtre de la chambre d’hô­ tel, on voyait toute la ville. Cette relation entre la vie urbaine et l’hôtellerie n’existe plus aujourd’hui. Je voulais pourtant la poser au centre de mon projet à Vienne pour qu’on puisse voir la ville depuis chaque endroit dans l’hôtel, l’admirer, la sentir et la respirer! C’est pourquoi il y a ces façades en verre, le design des fenêtres des cham­ bres, les murs extérieurs vitrés du res­ taurant à l’étage supérieur, l’atrium … la transparence est omniprésente. Est-ce qu’on se sent intimidé par le patrimoine architectural de Vienne, lorsque l’on construit ici, sur le Danube? Certes! Même si je connaissais déjà Vienne, puisque j’y ai travaillé deux fois, c’est toujours une ville impres­ sionnante pour moi, dans laquelle tout est visible. On a un dialogue perma­ nent avec l’histoire – et tous les monu­ ments rappellent le passé architecto­ nique important. Mais on doit assumer son époque et travailler avec elle, et je veux que cet hôtel soit un témoin de mon époque. Ainsi le dialogue sera perpétué au cours des siècles. Quel impact aimeriez-vous conférer à ce bâtiment? Je suis un architecte qui se base sur des esquisses conceptuelles; le bâtiment est grand, massif, imposant. C’est une pièce d’architecture urbaine qui pourra servir de repère d’orientation à Vienne. C’est une sorte de portail d’entrée dans la ville, au canal du Danube sur le che­ min vers la cathédrale Saint­Etienne, et avec deux caractéristiques majeures: l’ancrage dans son époque et le dia­ logue avec la cité. La cathédrale Saint-Etienne semble jouer un rôle particulier. Exactement. Il s’agit d’un dialogue entre le passé et le présent, le discours avec la cathédrale par dessus une cer­

taine distance. De l’extérieur et dans l’obscurité, on remarque la trace de couleur que diffuse la fresque énorme du plafond du restaurant à l’étage supérieur. Cette partie est complète­ ment vitrée pour pouvoir voir la ville et en être vu. L’un des plafonds inté­ rieurs et l’angle de l’inclinaison d’une face du bâtiment évoquent les lignes géométriques de la cathédrale. Ces deux effets associent les contextes culturels et formels. Comment définissez-vous le thème architectonique de l’hôtel? J’aime parler de la nature du bâti­ ment, avec ses murs argentés, blancs, gris et noirs. Je les qualifierais de «quasi néant». Le noir et le blanc sont inexpressifs. Cette verticalité monochrome sera compensée par les surfaces horizon­ tales qui sont expressives et imagées. L’artiste que j’ai invitée, Pipilotti Rist, a conçu et peint cinq plafonds dans des couleurs vivantes. Grâce à un subtil éclairage nocturne, ils créent une im­ pression de mouvement. Les couleurs donnent une structure à l’intérieur du bâtiment, on sent l’architecture à l’intérieur comme à l’extérieur. Il n’y a pas de décorateurs ou de dessina­ teurs d’intérieur, mais un architecte et des artistes. Vous avez déclaré que l’hôtel était un rendez-vous pour des artistes…

Absolument! Ils ont contribué avec moi à faire de cet hôtel un lieu unique, une vraie découverte, un lieu où l’on aime retourner, qu’on aime redécouvrir, bref: un hôtel avec un ancrage. Surtout, l’hôtel sera plus qu’un bâti­ ment fonctionnel. Dans les chambres, des étudiants en art de Vienne ont tra­ duit leurs inspirations en vidéo et en musique. C’est un travail unique, et chaque chambre est une pièce origi­ nale. Le même état d’esprit anime la paroi végétale de Patrick Blanc: ici, un artiste s’est magistralement approprié un espace vertical. n

Texte: Hans Amrein/Nicole Perrenoud Photos: màd

L’architecte Jean Nouvel sur son hôtel des arts à Vienne


idea 184x131_Opmaak 1 19/03/15 17:42 Pagina 1

architect meets innovations

L'ÉVÉNEMENT EXCLUSIF RÉSERVÉ AUX ARCHITECTES ARCHITECTES D'INTÉRIEUR ET AUTRES PROFESSIONNELS DE LA PRESCRIPTION

Messe Zürich

ARCHITECT 6 -7 mai 2015 @WORK 3ième édition - 11:00-20:00 SWITZERLAND

ÉVÉNEMENT EXCLUSIF présentant plus que 500 innovations sélectionnées par un comité technique AMBIANCE FEUTRÉE et stylée pour des prises de contacts agréables THÈME 2015: BOIS ET ARCHITECTURE < Matériauthèque VOLLHOLZ par raumPROBE < EXPOSITION DES PROJETS sélectionnée par swiss-architects.com < INTERVENTIONS par Stylepark @ATW_INTL #ATWCH WWW.ARCHITECTATWORK.CH Sponsor principale

Avec la collaboration de

Partenaires média

Sponsors

BELGIUM

THE NETHERLANDS

ARCHITECT @WORK

ARCHITECT @WORK

ARCHITECT @WORK

ARCHITECT @WORK

ARCHITECT @WORK

ARCHITECT @WORK

GERMANY

AUSTRIA

LUXEMBOURG

SWITZERLAND

ARCHITECT @WORK

ARCHITECT @WORK

ARCHITECT @WORK

ARCHITECT @WORK

FRANCE

ITALY

UNITED KINGDOM

DENMARK

www.wschneider.com

Schneider_INS_PaliLine_184x121mm.indd 1

07.02.14 10:00


46

IDEA 2-15

LES HÔTELS DESIGN

«Nous vivons de l’individualité» Claus Sendlinger est mondialement connu comme pionnier et expert en matière d’hôtels design. En 1993, il a fondé le groupe «Design Hotels», qui appartient aujourd’hui au groupe américain Starwood. Aujourd’hui, l’organisation du marketing englobe plus de 200 hôtels design dans 50 pays.

Idea: Claus Sendlinger, presque tout est design aujourd’hui. Eclairez-nous: Qu’est ce qu’un hotel design? Y a-t-il une définition précise? Claus Sendlinger: Les hôtels design sont plus qu’un simple lieu où dormir. Nous promettons des expériences hôtelières. Chacun de nos hôtels est unique ainsi que les gens derrière ces hôtels. Ces personnalités passionnées, créatives et polyvalentes ont animé leur vision. Les hôtes qui viennent dans nos hôtels ont une communauté d’affinités pour le design, partageant les mêmes objectifs et qui privilégient l’originalité et l’authenticité. Ce qui est important, c’est d’avoir le bon concept pour les hôtes dans le bon environnement. Et ce qui compte aussi, c’est d’avoir un bon service, avant, pendant et après le voyage.

Vous avez fondé en 1993, les «Design Hotels». Pourquoi fédérer une telle association d’hôtels? Quand j’avais à peine 20 ans, j’ai fondé ma propre agence de voyage et d’événement et j’ai organisé des événements dans le monde entier avec des musiciens, des DJs, des artistes et d’autres créatifs. Ces personnes étaient à la recherche d’un hôtel où les gens partageant les mêmes idées pouvaient se rencontrer. Croyez-moi, à cette époque, c’était très difficile à trouver! A ce moment, j’ai décidé de regrouper sous une même enseigne de tels hôtels orientés vers le Life-style et de les nommer Hôtels Design. Aujourd’hui, vous représentez plus de 200 hôtels privés dans environ 50 pays. Qui peut devenir membre de «Design Ho-

tels»? Quels sont les critères d’adhésion? Nous évaluons les personnes à l’origine du projet et vérifions que leurs idées correspondent aux nôtres. Une chaise de design dans le lobby ne suffit pas à faire un membre de Design Hotels. Bien plus, un hôtel doit avoir un concept clair et global. Architecture, design, service, gastronomie et beaucoup d’autres facteurs dits «immatériels» doivent s’agencer comme les pièces d’un puzzle et donner une image cohérente. Les collaborateurs et les hôtes jouent naturellement un rôle important puisque ce sont eux qui donnent une âme à l’hôtel. Tous nos hôtels membres se distinguent en plus par un rapport fort et personnels avec leur environnement. La classification d’après les étoiles et les standards de l’hôtel sont moins importants pour nous.


LES HÔTELS DESIGN

De quels avantages profitent vos membres? Que leur offrez-vous concrètement? Comme membre de Design Hotels ils ont accès à notre réseau mondial. Qu’il s’agisse d’un hôtel de 20 ou de 200 chambres, nous leur offrons toujours des solutions sur mesure pour chaque maison. Le design ne comprend pas seulement l’hôtellerie, mais encore la gastronomie. Que doit offrir un vrai restaurant design? Existe-t-il même des aliments design? La question qui prime sur tout est: qu’est-ce qui fait une bonne cuisine dans un hôtel design? Pour moi ce sont des ingrédients régionaux, un concept global cohérent et la signature individuelle du cuisinier.

J’ai constaté que quelques hôtels de design sont froids, plutôt impersonnels et pas vraiment confortables. Le design paraît souvent abstrait, mal défini, un phénomène de mode, c’est à dire une tendance. Nous regardons toujours le concept global d’un hôtel – et l’intérieur n’en représente qu’une partie. Il est vrai que certains hôtels sont perçus comme abstraits, le «Hillside Su» en Turquie par exemple. Mais nous avons pourtant aussi des hôtels comme le «Crosby Street Hotel» à New York dans notre portfolio, dont le design n’est pas abstrait du tout. A quoi l’hôtel de 2030 devra-t-il ressembler? Quelles sont les attentes des clients? Qu’est-ce qui va être pertinent? Les hôtels doivent raconter des histoires! Ils doivent intégrer les hôtes dans leur histoire. Un hôtel ne doit plus simplement être un lieu pour dormir, mais doit donner à ses hôtes des expériences.

Quelques hôteliers sont d’avis que le thème Design ne serait qu’une tendance à court terme. Qu’en dites vous? Pour nous, le design n’est pas envisagé comme en termes de tendance! Beaucoup d’hôtelier n’ont compris que dans ces dernières dix années le potentiel Où se situe la Suisse en terme de design d’un bon établissement design. Ils sont et d’architecture? Peut-on y trouver des gérés par des hôteliers qui ont comme hôtels modèles avec un caractère exemobjectif de faire vivre des expériences à plaire? leurs hôtes. Ceci est en opposition aux Oh oui, il y a beaucoup d’exemples. Du grandes chaînes d’hôtels qui veulent «The Hotel» à Lucerne jusqu’au «The vendre le plus de nuitées. C’est pour- Dolder Grand» à Zurich. L’architecte vequoi nous voyons une forte croissance dette français Jean Nouvel a réalisé une construction fascinante avec The Hotel, dans le long terme.

IDEA 2-15

de sa discrète façade en grès jusqu’aux impressionnantes décorations des plafonds tirées de 25 séquences de films différents. Magnifique! n

47


48

IDEA 2-15

CHRONIQUE RUBRIK

Prendre son bain dans le salon! Le publiciste et critique d’art Gottfried Knapp (71) règle ses comptes sans ménagement avec les hôtels design. Son constat: autrefois, il y avait un lit et une salle de bain, des Grands Hôtels glamour et des pensions sympas. Mais entre les deux, on trouve maintenant les hôtels design qui nous maltraitent. Et tout n’est pas design dans les hôtels design! La cabine de toilette en verre – on a fi­ nalement osé l’inventer, cette cabine dans laquelle personne n’est plus ja­ mais vraiment seul. Un designer l’a créée, l’industrie du verre l’a réalisée, et dans le restaurant d’un hôtel design à Hambourg, elle a été installée. Sa porte en verre légèrement satiné commence largement au­dessus du sol et ne mon­ te pas bien haut. Les gaillards de haute taille et les petits enfants à quatre pat­ tes pourront savoir sans problème, en regardant par le haut ou par le bas, si la cabine est occupée. Pour le reste de la population ce sera plus difficile. Parce que le designer, visionnaire et audaci­ eux, a dédaigné les équipements futi­ les comme les poignées ou les afficha­

ges rouge/vert. Mais ces détails techni­ ques sont secondaires en regard de la particularité ultime de ces portes de cabine: le verre semi­transparent qui à la fois donne à voir et en même temps nous en prive. Tout ce qui occupe la per­ sonne directement derrière la vitre peut être vu de l’extérieur en détail, mais dans le flou. Elle ne disparaît dans le brouillard qu’au moment où elle s’as­ sied sur la toilette, se transformant en silhouette grise. Dès qu’elle se lève, elle est à nouveau dans le champ de vision et reconnaissable.

Le design comme levier essentiel

Les protagonistes de la scène sont conscients que le marché du design ne

peut être florissant à long terme que s’il offre constamment de nouvelles sensations. L’homme ne se laisse sur­ prendre par une alternance oblique que la première fois qu’il la voit, dès la deuxième il la trouve ennuyeuse.

Les pièces d’eau sans portes

Naturellement, le designer d’hôtel ex­ clut de son environnement tout ce qui pourrait déranger son concept esthéti­ que: avant tout les éléments aussi dé­ testables que les surfaces de dépose pour les nécessaires de toilette ou ces vilains crochets où l’on pourrait suspen­ dre quelque chose. Une autre nouveauté des hôtels de de­ sign: les pièces d’eau qui ne sont plus séparées de la chambre à coucher par des portes, mais intégrées dans l’habi­ tat, où les hôtes peuvent s’observer lors de leurs rituels intimes d’hygiène et les odeurs se répandre sur les lits.

Des sarcophages design comme baignoires

Dans les chambres de presque tous les hôtels design, une baignoire monstru­ euse informe et haute, sorte de sarco­ phage pharaonien en pierre, a pris place directement à côté du lit. Posée sur le parquet ou sur le sol en pierre si polie que l’idée seule de devoir sortir mouillé sur cette surface lisse cause déjà des fractures osseuses. Les rideaux de douche n’étant naturellement pas prévus ici, une position allongée confortable impossible dans ces bacs à arêtes vives aux parois fort verticales, et les pommes de douche réduites à un mince tuyau, on se demande bien com­ ment profiter de son bain dans ces au­ tels d’eau. n Textes: Cartoon:

Gottfried Knapp Hippolyte Cupillard


Rigips

®

Pour que prendre un bain reste un plaisir. Système pour salle d’eau Rigips® Aquaroc

Des cloisons et plafonds qui supportent des taux d’humidité élevés. Les enfants barbotent, les adultes se prélassent dans le bain de vapeur – les cloisons et plafonds Rigips® Aquaroc offrent alors une bonne protection contre les éclaboussures, la condensation et les influences chimiques. Ce nouveau système complet permet de miser sur la sécurité aussi dans les grandes cuisines, les sites industriels, l’industrie alimentaire ou les installations chimiques. Demandez-nous conseil. www.rigips.ch Rigips SA, Gewerbepark, 5506 Mägenwil, Suisse, Tél. +41 62 887 44 44, Fax +41 62 887 44 45

LE BIEN-ÊTRE A UN NOM. Nous réalisons des saunas, bains de vapeur et espaces bien-être offrant un excellent rapport qualité/prix pour des projets immobiliers tous segments confondus. Chez KLAFS, l’amour du détail s’exprime, depuis plus de quatre-vingts ans, du design à la réalisation. Nous sommes par ailleurs garants d’innovation technique et de qualité hors pair. Le bien-être débute avant même la remise des clés: vous pouvez faire toute confiance à l’excellence de notre service suisse pour vos clients et vous-même. Laissez-vous inspirer par nos surfaces d’exposition et demandez notre catalogue ou un entretien conseil, gratuit également et sans engagement, au 00800 66 64 55 54 ou en ligne.

1820 Montreux | www.klafs.ch


50

IDEA 2-15

ENERGIE: L’AÉRATION MINERGIE

De l’air frais et sain dans les logements L’aération du logement par injection et extraction automatique de l’air constitue une des caractéristiques centrales de presque tous les bâtiments Minergie. Bien que ce système ait fait ses preuves, il est régulièrement critiqué. Les raisons mentionnées sont souvent en relation avec des erreurs de construction ou de planification.

Le durcissement des prescriptions en matière de construction en vue d’une meilleure efficacité énergétique et d’une baisse des nuisances sonores a entraîné une bien meilleure isolation des bâtiments par rapport au passé. Une maison moderne garde la chaleur en hiver, mais aussi l’humidité. Les ventilateurs d’extraction sont con­ nus depuis fort longtemps dans la cui­ sine et la salle de bain; ils sont généra­ lement connectés aux interrupteurs de lumière. L’air aspiré est compensé par de l’air provenant de petites ouvertures sous les fenêtres du salon ou des chambres. Cependant, ce système ces­ se déjà de fonctionner même par faible vent, car celui­ci crée plus de pression que le ventilateur d’extraction, apporte trop d’air dans certaines chambres ou au contraire l’aspire sur l’autre côté de la maison. Certaines pièces sont donc trop aérée et d’autres pas assez. Lorsque le vent souffle ou que la hotte de la cuisine est actionnée, l’air pénètre dans le loge­ ment par les conduites d’évacuation des salles de bain, même lorsque le ventilateur est en marche, car le vent et/ou la hotte sont plus puissants que le ventilateur. L’aération douce ne souffre pas de ce problème, car un ven­ tilateur en contrôle le volume. En outre l’aération douce offre des con­ ditions d’hygiène bien meilleures que les installations d’extraction d’air. En général l’aération douce fonctionne en permanence et propulse de l’air frais dans les chambres par des conduites ne servant qu’à cela. L’évacuation d’air élimine également les mauvaises odeurs et les polluants des locaux, y compris le CO2.

Quel taux d'humidité?

Aération douce et climatisation sont fréquemment confondues, mais il exis­ te des différences fondamentales: tan­ dis que les installations de climatisa­ tion, tombées en discrédit en raison du syndrome des bâtiments malsains, font recirculer l’air plusieurs fois, le système d’aération douce évacue l’air extrait de la cuisine et de la salle de bain vers l‘ex­ térieur. La climatisation humidifie en outre l’air pulsé, au contraire des instal­ lations d’aération qui se contentent de distribuer l’air extérieur filtré. On arrive ainsi à la critique la plus fréquente à l’encontre de l’aération douce: l’air est trop sec. Cet inconvénient est lié aux caractéristiques physiques de l’air, qui peut absorber davantage d’eau par haute température que par basse tem­ pérature. Les personnes qui aèrent en

ouvrant les fenêtres en hiver font elles aussi diminuer automatiquement le taux d’humidité à l’intérieur. Pour aug­ menter celui­ci, il convient d’installer des humidificateurs. Pour un climat d’intérieur sain et con­ fortable, l’Office fédéral de la santé re­ commande un taux d’humidité de l’air compris entre 30 et 50%. «De l’air trop sec» est cependant souvent une ques­ tion de perception: l’être humain n’est pas en mesure de distinguer entre 30, 40 et 50% d’humidité relative. La sensa­ tion de sécheresse est également liée à la présence de poussières et de subs­ tances irritantes. A partir d’une humidité relative de 50%, les acariens se multiplient. Ces minus­ cules araignées, présentes dans tous les logements, se nourrissent entre autres des squames de la peau humai­


ENERGIE: L’AÉRATION MINERGIE

ne et animale. Ils vivent dans les lits, les meubles rembourrés et les tapis, de même que dans les cages des animaux. Les acariens sont inoffensifs et ne transmettent pas de maladies, mais leurs déjections contiennent des allergènes importants. Environ 9% de la population adulte et 12% des enfants y sont déjà sensibilisés et peuvent en conséquence développer une réaction allergique. Lorsque l’humidité baisse à 45%, les acariens ne peuvent plus se reproduire. Les moisissures aiment elles aussi l’air humide: avec une humidité relative de 50 à 60% durant plusieurs jours ou semaines, des moisissures peuvent se développer sur les parois externes ou à d’autres endroits frais.

Problèmes d’aération dus à des erreurs de planification

La qualité de l’aération douce dépend de sa planification, sa construction et son entretien. Des installations de trop grande taille, un tracé lacunaire ou erroné du flux d’air à travers le logement,

un mauvais emplacement des bouches d’entrée et de sortie d’air, des conduites endommagées ou obstruées durant la construction ou encore un entretien insuffisant entraînent des problèmes d’exploitation. Une installation d’aération douce correctement conçue, construite et entretenue, assure un apport d’air frais permanent dans le bâtiment – silencieux, sans courant d’air, sans mauvaises odeurs et sans sécheresse excessive. Elle augmente le confort d’habitation et contribue au bienêtre des habitants.

Cinq conseils pour augmenter le taux d’humidité de l’air

Lorsque le taux d’humidité de l’air dans la pièce est inférieur à 30%, les mesures suivantes contribuent à l’augmenter: – Réduction de l’apport d’air extérieur en hiver. – Diminution de la température ambiante. – Ouvrir la porte de la salle de bain après la douche pour répartir l’humidité dans le logement.

IDEA 2-15

51

– Placer davantage de plantes d’appartement, par ex. les plantes papyrus, hydrophiles. – Remplacer l’échangeur thermique dans l’appareil d’aération par un échangeur d’humidité, qui outre la chaleur, transmet 60% de l‘humidité de l’air extrait à l’air pulsé. n

Texte et photos: Minergie romande


52

IDEA 2-15

ENERGIE: TENDANCES

Le silence est un mot magique Le nombre des pompes à chaleur installées dans les jardins a beaucoup augmenté ces dernières années. Bien qu’en général plus silencieux que les chauffages traditionnels, ils peuvent être source de conflitsentre voisins. Une raison pour les fournisseurs de concentrer les efforts de recherches sur le silence des appareils. Une pompe à chaleur aussi silencieuse qu’un frigo

Avec son Aerotop S destinée à l’installation à l’intérieur, Elco lance une nouvelle pompe à chaleur air-eau de fabrication suisse pour les constructions neuves et l’assainissement. Son niveau de puissance acoustique est de 46 dB(A), voire 48 dB(A) dans le local où elle est installée. Avec son niveau sonore comparable à celui d’un réfrigérateur et son degré de rendement allant jusqu’à 4,0 (COP), l’Aerotop S est l’une des pompes à chaleur air/eau les plus silencieuses et les plus efficaces pour l’installation à l’intérieur.

En ce qui concerne l’installation à l’extérieur, les mesures effectuées au Centre de tests des pompes à chaleur de Buchs SG indiquent qu’elle figure aussi parmi les meilleures de sa catégorie. Pour ce qui est de son niveau sonore, l’AEROTOP S devient ainsi la nouvelle référence pour les pompes à chaleur air/eau. Les éléments principaux qui contribuent à sa haute efficacité sont la technologie d’inversion, la surface optimale de l’évaporateur et du condensateur ainsi que les pompes de circulation à haute efficacité, installées de série. www.elco.ch

Efficace et compacte

Domotec a développé avec GasCompactUnit une installation solaire conforme aux toutes dernières connaissances relatives aux techniques de la chaleur et de la combustion, en matière d’exploitation de l’énergie solaire ainsi que de l’hygiène de l’eau. GasCompactUnit se compose d’une chaudière à condensation à haut rendement et d’un accumulateur d’eau chaude hygiénique. De l’alliance rigoureuse et cohérente de ces fonctions est née une installation qui ne laisse absolument rien à désirer, tant en ce qui concerne le gain de place que sur le plan de l’exploitation de l’énergie. Son encombrement est minime et, prémontée, elle franchit chaque porte. Cette centrale de chauffage se distingue par une puissance maximale allant jusqu’à 5-25 kW. Pour ce qui est de l’eau chaude sanitaire, l’unité GCU satisfait également aux plus hautes exigences, car l’eau est réchauffée dans un échangeur tubulaire en acier chromé, continuellement renouvelée et remplacée. En option et aussi en vue d’une mise en service ultérieure, des collecteurs solaires offrent une possibilité supplémentaire pour réchauffer l’eau. Le système Solaris peut aussi bien être installé dans des constructions nouvelles que dans des maisons mono-familiales existantes. www.domotec.ch


ENERGIE: TENDANCES

IDEA 2-15

Systèmes climatiques

KST réalise des systèmes de plafonds chauffants et rafraîchissants à la pointe de la technologie. Ces systèmes qui peuvent rafraîchir, chauffer, ventiler et influencer positivement l’acoustique de la pièce, sont faits sur mesure pour chaque situation, chaque pièce, afin d’assurer un confort thermique et acoustique avec un «rafraîchissement silencieux». Se basant sur l’eau et/ou l‘air, les différents systèmes de plafonds froids sont utilisés entre des bureaux, des foyers, des auditoires ou des musées. Les architectes les utilisent également comme éléments décoratifs. www.kstag.ch

Systèmes de ventilation Le groupe double flux encastrable

décentralisé pour des locaux individuels avec un débit max. de 550 m³/h n’appartient plus aux désirs insatisfaits de la technique d’aération : les appareils WRGW 250 et 550 de Benzing répondent à presque tous les besoins et sont des solutions pour restaurants, fumoirs, salles d’attente, vestiaires, salles de fitness et piscines. Les appareils compacts apportent de l’air frais filtré dans la pièce et en même temps rejettent l’air vicié pour obtenir une atmosphère saine, hygiénique et agréable, sans avoir besoin d’ouvrir les fenêtres. Le top modèle WRGW 550 EV offre un confort maximal avec clapets électriques et batterie de réchauffage de 2000 watt – le premier appareil de cette classe de puissance avec un système de réchauffage. www.benzing-ls.de

Puissante et compatible

Dimplex / Star Unity lancent avec la nouvelle génération des pompes à chaleur de nouveaux critères dans le design et la fonctionnalité – de type compact pour des installations simples ou de type universel pour des variantes individuelles. Les multiples combinaisons des composants permettent de trouver des solutions spécifiques et homogènes pour chaque client. Le maître de l’ouvrage peut selon l’emplacement et les possibilités choisir entre 3 systèmes : Pompe à chaleur air/eau, eau glycolée/eau et eau-eau. www.starunity.ch

Aération durable

Avec X-Casa, Trox Hesco (Suisse) commercialise un système d’aération confortable durable et économique assurant l’aération contrôlée des logements. Les appareils silencieux intégrés garantissent un confort très silencieux et les filtres pour particules fines montés en série chargés de nettoyer l’air extérieur font de X-Casa un partenaire surtout pour les personnes allergiques. Les commandes via l’écran tactile et le Smartphone assurent des utilisations pratiques et intuitives à un niveau de technique ultra-moderne. X-CASA propose les avantages suivants: • Fonctionnement peu bruyant grâce aux silencieux intégrés • Système idéal pour les personnes allergiques grâce aux filtres de particules fines de poussières de catégorie F7 intégrés • Parfait pour le montage mural et au sol • Un échangeur thermique de grande taille et des aérateurs efficaces assurent un niveau d’économies énergétiques important. • Utilisation intuitive via l’écran tactile, votre Smartphone (iOS, Android) et votre tablette • Adaptation du volume aux besoins, grâce à un capteur d’humidité ou CO2 (seulement 300 unités) www.troxhesco.ch

53


54

IDEA 2-15

POCINHO CENTRE NAUTIQUE, VILA NOVA DE FOZ CÔA, P

Pagayer entre les vignes D’innombrables terrasses de vignes s’étagent sur les pentes de la vallée du Douro. Dans le petit village de Pocinho, les traces d’une activité passée sont encore apparentes: pont de chemin de fer, cheminées, poteaux électriques et une digue, vestiges d’un siècle industriel. Aujourd’hui, on y construit un nouveau centre nautique. Il devrait emmener le village dans le troisième millénaire – comme lieu d’entraînement pour sportifs de haut niveau.


POCINHO CENTRE NAUTIQUE, VILA NOVA DE FOZ CÔA, P

IDEA 2-15

55

Coupe à travers les chambres à coucher.

Le village de Pocinho appartient à l’arrondissement de Vila Nova de Foz Coa. Il est situé près de la digue Barragem do Pocinho, qui retient le Douro. L’endroit semble endormi et le délabrement de quelques maisons montre qu’il a connu des temps meilleurs. La gare classée monument historique est aujourd’hui la station terminus de la Linha do Douro qui vient de Porto. Le tronçon de ligne jusqu’à Duas Igrejas a été fermé en raison du risque d’effondrement: ni les trains, ni les piétons ne sont admis sur le pont du chemin de fer qui traverse le fleuve. Mais le lieu offre des atouts sur lesquels se fonde le futur de Pocinho: la vallée renferme d’importants vestiges d’art paléolithique, ce qui en fait une des plus anciennes régions viticoles du monde. D’innombrables terrasses de vignes, d’amandiers et d’oliviers s’égrènent sur les pentes arides aux roches schisteuses. En 2001, la vallée a été inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. D’autre part, des équipes de rameurs canadiens et russes ont découvert la digue comme lieu d’entraînement. Ils y ont loué d’anciennes maisons d’ouvriers cheminots. La commune a pris alors conscience du potentiel pour le sport nautique et a décidé d’en faire un lieu d’entraînement pour les athlètes olympiques. Dans un premier temps, il était prévu que les maisons anciennes soient rénovées par l’architecte Alvaro Fernandes Andrade et le bureau spacialAR-TE. Mais avant que la réalisation ne débute, la commune, la société d’électricité,

l’Etat et l’association nationale des rameurs se sont réunis pour concevoir le projet d’une construction neuve et ambitieuse, pour 2008. Et celle-ci a concrétisé – malgré un budget limité de 7 mio d’euros – un bel élan au sens propre et au sens figuré: architecturalement en raison de sa vaste surface presque uniquement sur un étage et politiquement parlant.

Construire en symbiose avec le paysage culturel

Les architectes de «L’école de Porto» sont réputés depuis les années 1950 pour leur régionalisme critique. Le projet d’Alvaro Siza et Fernando Tavora par exemple a mêlé des strates temporelles différentes, spécifiques du lieu. Andrade a poursuivi de manière similaire avec le centre nautique – sa première commande à grande échelle. Il a appréhendé la topographie des installations humaines et les schémas typiques de la vallée du Douro, puis il les a restitués architecturalement: les terrasses, les grands groupes de bâtiments blancs des domaines viticoles et les cheminements au creux des ravins, qui coupent le terrain en autant d’escaliers et de rampes raides. Il a combiné ces éléments en une nouvelle unité à la structure contemporaine avec des plis d’origami. Le programme est important et le bâtiment relativement grand: 8000 m 2, y compris 84 chambres à coucher pour 130 sportifs. Un nouvel agrandissement à 11 000 m2 est déjà prévu. Les


56

IDEA 2-15

POCINHO CENTRE NAUTIQUE, VILA NOVA DE FOZ CÔA, P

La nouvelle construction à un étage s’étire comme un serpent sur le vaste terrain.

architectes ont réparti le bâtiment en trois zones: les espaces de séjour en haut sur la pente, les espaces pour l’entraînement en bas du terrain et une large voie de circulation surélevée de 20 m environ à l’ouest. Les chambres sont enfouies dans le centre «protégé» de la surface et reliées au couloir de circulation. Toutes les unités sont situées parallèlement à la pente pour ne pas avoir trop de différences de niveau. Un escalier roulant dans le couloir de circulation permet aux fauteuils pour handicapés d’emprunter l’installation.

Relaxation avec vue panoramique

Les volumes des clusters d’habitation et d’entraînement ont des formes expressives anguleuses. Deux longs volumes aux allures d’origami sont positionnés parallèlement à la pente. Leurs volumétries sont développées selon les exigences du programme et mises en valeur par la topographie de leur situation. Elles sont exécutées avec une structure en acier. Des tôles en acier blanc forment la couche extérieure homogène de l’enveloppe. La partie habitation est localisée à l’endroit le plus haut. Les rares fenêtres sont larges et précisément positionnées. Le foyer, la réception, la bibliothèque, la salle de conférence et l’administration sont également situés dans cette partie. Le mur extérieur au sud et

« Entre les murs de la partie séjour et nuit s’est formé une cour avec des emplacements.»


IDEA 2-15

un mur de soutènement de l’aile d’ha­ bitation forment une cour allongée. Depuis le restaurant et le lounge, la vue sur la vallée et le lac est splendide.

Rêver dans le sein de la terre

Les logements sont enterrés dans la pente. Leurs murs extérieurs ressemb­ lent à des murs de soutènement en ar­ doise, et leurs (futures) toitures enga­ zonnées ne se distingueront guère des terrains agricoles de la vallée. L’enga­ zonnement de la toiture aura comme fonction l’isolation du bâtiment. Tout le complexe est orienté vers le nord. Les chambres sont petites mais meublées intelligemment. Les plafonds et les parois extérieures sont en béton

57

apparent. Même les portes sont pla­ quées de fines plaques de béton. Comme les ouvertures longitudinales n’apportent que peu de lumière à l’in­ térieur des chambres, les architectes ont incrusté des vasistas supplémen­ taires reflétant la lumière sur les parois au nord, illuminant les chambres et ré­ chauffant les murs. En été, quand il fait chaud, les vasistas peuvent être om­ brés de l’extérieur, et dans la nuit, les athlètes peuvent observer les étoiles depuis leur lit.

Concentration sur l’entraînement

Le centre sportif ferme l’installation du côté de la vallée. Ici, les fenêtres sont orientées en direction du sud et vers


58

IDEA 2-15

POCINHO CENTRE NAUTIQUE, VILA NOVA DE FOZ CÔA, P

l’intérieur pour ne pas distraire les sportifs et garantir la concentration lors de l’entraînement. La piscine d’entraînement, les garde-robes et les chambres de thérapie seront placées au nord. Les appareils pour le fitness seront installés dans le hall au sud.

Inachevé

Il était prévu que les premiers sportifs seraient logés dans ce centre dès 2011/2012 et pourraient s’entraîner sur le lac pour les jeux olympiques de Londres. Mais en 2014, le centre est toujours en cours de construction: la piscine en est encore au gros œuvre, les appontements flottants et les hangars à bateaux sur le lac manquent complètement. Alvaro Fernandes Andrade s'est impliqué de la planification jusqu’à l’exécution, il n’a pourtant pas encore été récompensé entièrement. Jusqu’à la finition de l’infrastructure sportive, l’installation pourrait être louée aux touristes. La construction serait en tous cas bien adaptée comme lieu d’accueil pour les randonneurs dans la vallée Douro. n

Texte: Jørg Himmelreich / Marianne Kürsteiner Photos: Fernando Guerra / Sergio Guerra

Un des trois corridors pliés dans la partie séjour.


Pompes à chaleur Energie solaire Chaleur électrique Wärme nach Wunsch Chauffage à choix Star Unity AG CH-2054 Chézard Tél. 032 853 86 03 Fax 032 853 86 04

Chaleur naturelle

star@starunity.ch www.starunity.ch

Personnalisation sans frontière Elements est un système de poêle-cheminée à construction modulaire. Avec une chambre de combustion et deux modules de base différents, de nombreuses combinaisons personnalisées vous sont proposées et réaliseront pratiquement tous vos souhaits. Découvrez notre nouveauté le poêle-cheminée modèle Elements comme beaucoup d’autres poêles chez nous dans notre exposition à Boudry.

Tiba SA | Route du Vignoble 1, 2017 Boudry | www.tiba.ch

www.

.ch

Visitez-nous sur www.idea.ch


60

IDEA 2-15

PRODUITS

Tendances du printemps 2015 Une maison ne se fabrique pas que sur le plan d’un architecte. Pour en garantir la qualité et la réalisation, nous avons recours aux produits et services de multiples fournisseurs. Nous vous présentons, dans ces pages, de nouveaux produits ou services ainsi que des objets ayant fait leur preuve. Les entreprises en Suisse et à l’étranger vous accompagnent ainsi dans la réalisation de vos constructions. N’hésitez pas à les contacter pour recevoir de la documentation plus détaillée.

PRODUIT DU MOIS «Data Centre Solution» La société Swisscom exploite un des centres de calcul les plus modernes et les plus efficaces d’Europe dans le Business Park à Berne-Wankdorf. Tous les liens en fibres optiques ont été réalisés en utilisant les câbles et composants des systèmes préfabriqués de Datwyler. Après deux ans de construction, le centre de calcul dans lequel la société Swisscom a investi environ 60 millions de Francs Suisses a été ouvert en Septembre 2014 et a débuté pleinement ses activités à la fin de cette même année. Implanté sur quatre étages avec une superficie développée et appropriée de 4000 mètres carrés, le centre de calcul héberge actuellement environ 5000 serveurs avec environ 10000 systèmes de clients. Il fait partie des quelques centres de calcul en Europe ayant une certification Tier-IV pour la disponibilité optimale des données et systèmes. Dans les racks on a installé environ 3000 tiroirs de module FO-DCS avec six LC-Quads chacun et 850 plaques frontales MTP. Ils sont liés les uns aux autres avec plus de 1200 câbles MTP avec 24 et 48 fibres. La longueur totale des fibres s’élève à 2273 kilomètres, qui correspondent à la distance de Berne à Moscou. S’y ajoutent d’autres composants de systèmes tels que des câbles Fanout spéciaux ainsi que beaucoup de supports de modules de construction, baquets et accessoires. www.cabling.datwyler.com


PRODUITS

IDEA 2-15

61

Puissant, silencieux, compact Garniture électronique courte

Gilgen Door Systems vient d’élargir sa gamme de produits. La dénomination du nouveau mécanisme d’entraînement pour portes battantes FD 20-F évoque «Fire» et donc la protection contre les incendies et la sécurité. Le modèle FD 20-F réunit confort et sécurité. Au quotidien, les portes battantes automatiques s’ouvrent sans effort et sans contact. En cas d’urgence, une voie de fuite et de sauvetage sûre est disponible, tandis que la fermeture coupe-feu résistante empêche la propagation de l’incendie. En cas d’incendie, ce système permet de fermer automatiquement et immédiatement les portes à l’aide d’un ressort, même s’il y a une coupure de courant. Les portes à deux battants se ferment en combinaison avec un régulateur mécanique de la séquence de fermeture. Le mécanisme d’entraînement assure également le désenfumage: dans les systèmes d’évacuation de fumées et de chaleur, la porte ouvre sans courant grâce à la fonction «Inverse» homologuée. L’intégration du mécanisme d’entraînement FD 20-F de Gilgen est recommandée partout où la sécurité revêt une importance particulière et où il y a des personnes à protéger, comme p. ex. dans les hôpitaux, les établissements de soins, mais aussi dans les immeubles de bureaux et les hôtels. Les portes coupe-feu d’un poids max. de 250 kg et avec des dimensions max. correspondant à EN 6 (950 – 1400 mm) ne présentent aucun problème pour le mécanisme d’entraînement FD 20-F.

La nouvelle garniture électronique courte se définit par son niveau de performance élevé, son installation simple et son design élégant La XS4 Mini a été entièrement repensée et bénéficie de nombreuses innovations techniques, y compris un processeur beaucoup plus rapide et une mémoire quatre fois supérieure. Ce qui frappe tout de suite le regard, c’est son nouveau design qui annonce une nouvelle ère dans l’esthétisme des gammes de produits de SALTO centrée sur l’utilisateur. Avec sa taille compacte, elle établit également un nouveau standard en termes de simplicité d’installation: il suffit de retirer la poignée et la rosace de la porte existante et d’installer la nouvelle garniture XS4 Mini. Sans aucun câblage, sans percement supplémentaire, sans équipement supplémentaire ou rénovation majeure. En utilisant les trous de la fixation de la rosace existante(DIN), elle est également adaptée pour une utilisation avec les portes coupefeu, sans perdre leurs certifications. Depuis le côté intérieur, les portes équipées de la garniture XS4 Mini peuvent toujours être ouvertes et elles répondent ainsi aux normes EN 179/1125. La XS4 Mini s’intègre complètement dans le SALTO Virtual Network (SVN, réseau virtuel SALTO avec technologie de lecture/écriture patentée) et le SALTO Wireless Network (réseau On-line par ondes) qui opèrent avec diverses technologies RFID y compris la NFC qu’on retrouve dans la dernière génération des téléphones portables.

www.gilgendoorsystems.ch

www.saltosystems.com

asseyez-vous... Demandez le nouveau catalogue de jeux, avec engins en bois, métal ou matières synthétiques et mobilier urbain. Plus d’informations sur: www.buerliag.com

Bürli Spiel- und Sportgeräte AG CH-6212 St. Erhard LU Tel. 041 925 14 00, info@buerliag.com


62

IDEA 2-15

PRODUITS

Espace généreux Le Foodcenter Gorenje NRS 9182 CXB est un réfrigérateur et congélateur combiné aux conditions de réfrigération idéales qui permettent de conserver plus longtemps la fraîcheur, le croquant et la teneur en vitamines des aliments. Un écran LED permet de commander électroniquement le modèle Side by Side qui propose une capacité utile de 512 litres. Les fonctions d’alarme lorsque la porte du compartiment frigorifique est ouverte trop longtemps ou lorsque la température augmente dans le congélateur, sont très pratiques, ainsi que la machine à glaçons et à eau dans la porte du compartiment congélation. Des fonctions intelligentes, telles le système MultiFlow-360° permettant de maintenir une température constante dans chaque compartiment, allié au système ionAir pour un microclimat idéal et le système AdaptCool avec fonction mémoire commandé par capteur, permettant une réfrigération permanente, assurent une température intérieure constante et créent un environnement idéal pour la conservation des aliments de toutes sortes. www.sibirgroup.ch

Protection incendie La cloison pare-feu Irrgeher sert à délimiter et à empêcher la propagation d’un incendie au niveau des façades ventilées suspendues (FVS). La grille coupe-feu en aluminium perméable à l’air est, sur le côté supérieur du profilé, munie de part et d’autre d’un revêtement expansible qui réagit quand la température dépasse 150 °C et ferme l’entrée d’air ou la fente de ventilation à l’aide d’une mousse non combustible imperméable à l’air. La cloison pare-feu est disponible en deux variantes de montage: 1. Montage standard: avec un profilé de fixation adapté à la largeur de la couche isolante. La fixation s’effectue sur la paroi extérieure/façade principale (avec séparation thermique) 2. Montage direct sur paroi (par ex. en cas d’isolation sous parement). La cloison pare-feu IRRGEHER doit être fixée à hauteur de l’appui des fenêtres et, de plus, en fonction de la structure de la façade, sur toute la périphérie à chaque deuxième étage. Le schéma ci-dessous montre le mode de pose sur l’ossature porteuse dans le cas de façades ventilées suspendues. www.feuerschutz.ch


IDEA 2-15

Contrôle des portes Le système JBM access de Mobatime prend en charge le contrôle des portes, des sas, des ascenseurs, et de toutes les ouvertures en général. Son rôle est de vérifier les droits d’accès des collaborateurs pour chacune des portes de l’entreprise en fonction de plages horaires et des jours de la semaine et de l’année. Ce système assure également la surveillance des portes et fenêtres en temps réel grâce à un monitoring permanent. Son concept entièrement IP et PoE permet l’implantation de solutions sophistiquées et sécurisées pour un coût très compétitif. Chaque concentrateur et chaque Box au niveau des portes, dispose d’une autonomie de décision, ce qui garantit le bon fonctionnement du système quel que soit l’état du réseau. Une technologique de pointe et un concept parfaitement étudié simplifient beaucoup la mise en œuvre et la maintenance d’un système de contrôle d’accès, même très étendu. www.mobatime.ch

Chaleur et vapeur Le Combi-Steam MSLQ allie la chaleur conventionnelle et la vapeur, en tirant profit de la rapidité imbattable du micro-ondes. PowerPlus, voici le nom de cette fonction qui vous facilitera la vie. Cuisiner sainement à la «vitesse grand V». Avec le Combi-Steamer, vous disposez d’un excellent four, à la fois performant et bénéficiant d’un visuel attrayant. Il cuit en mode four ou à la vapeur et régénère vos mets. Mais quand le temps presse, rien de plus simple que de glisser l’assiette dans un micro-ondes. Par exemple le soir, après une épuisante journée de travail. Ou à la fin d’une journée d’école ou de jardin d’enfants, quand les rejetons rentrent à la maison avec une faim de loup. Ou encore lorsque des amis débarquent de manière impromptue. Les ingénieurs du spécialiste suisse de l’électroménager V-Zug prennent en compte ce genre de situation. Depuis plus de 100 ans, leur ambition est de trouver des solutions adéquates. C’est pour cela qu’ils ont rendu le Combi-Steamer encore plus rapide. Il conserve son efficacité proverbiale, tout en gagnant en rapidité.

63

Le système de distribution d‘air invisible spécialement conçu pour la rénovation

„Les appareils KWL d‘Helios avec récupérateur d‘énérgie - grâce à RenoPipe la possibilité de les installer dans des locaux habités devient réalité. „2 en 1“ Incroyable! Il s’agit du premier système de distribution d’air totalement invisible. RenoPipe d’Helios est la solution astucieuse qui allie canal de ventilation et habillage parfait. Par ce système „2 en 1“ les caches de finition les faux plafonds onéreux, les travaux de finition laborieux et encore les conduits inesthétiques font partie du passé. Les pièces sont en polystyrène expansé (PSE). La pose est rapide et facile: il suffit de clipser les éléments les uns aux autres. De plus, chaque composant peut être peint sur place. Les appartements restent ainsi habités sans aucun souci durant les travaux. Le système de distribution d’air RenoPipe complète idéalement les appareils de ventilation KWL® d’Helios et garanti ainsi une qualité d’air irréprochable dans tous les logements à moindre coût, de manière rapide et efficace. Comment cela fonctionne-t-il? Demandez notre documentation.

www.vzug.ch

Helios Ventilatoren AG

Tannstrasse 4 8112 Otelfingen Tel. 044 735 36 36 Fax 044 735 36 37 info@helios.ch www.helios.ch


64

IDEA 2-15

PRÉVISION RUBRIK

Prévision idea

3/2015

Maisons individuelles L’atelier d’architecture Nicoucar + Steininger exerce à Genève et à Chateaux-d’Oex avec comme objectif une interprétation nouvelle des éléments traditionnels de montagne. En effet, la réussite de ce projet tient au fait qu’il s’agit d’une architecture résolument contemporaine dans le respect des règlementations de la région.

Répertoire

des

7 19 12 61 19 4.PC 19 63 9 1 51

AFG Cuisines SA, Arbon AS Acenseurs SA, Wettswil Bringhen Group, Visp Bürli équipements de jeux et de sport SA, St. Erhard Eara SA, Palézieux Geberit Vertriebs SA, Jona Hauser Feuerschutz SA, Aarau Helios Ventilatoren SA, Urdorf Hewlett-Packard (Suisse) GmbH, Dübendorf ISBA SA, Zwingen Franz Kaldewei GmbH + Co.KG, D-Ahlen

insertions 49 45 2.PC 11 2 49 11 45 59 12 59

Klafs SA, Baar Kortrijk Xpo, Kortrijk BE Mercedes-Benz Suisse SA, Schlieren Miele SA, Crissier Rieder Systems SA, Puidoux Rigips SA, Mägenwil Schmidlin SA, Oberarth Schneider & Cie. SA, Langnau am Albis Star Unity SA, Au Stilhaus, Rothrist Tiba SA, Boudry

Impressum 18ème

Portrait d’architecte Lacroix Chessex de Genève fêtent les 10 ans de leur bureau d’architectes. Une raison de plus pour se ren dre chez eux.

année

Editions B+L Verlags AG, Steinwiesenstrasse 3, 8952 Schlieren Téléphone 044 733 39 99, Fax 044 733 39 89 info@blverlag.ch, www.blverlag.ch Editeur Peter Boll PDG Patrick Schmid PDO Philipp Bitzer Rédaction Marianne Kürsteiner, chef de rédaction, marianne.kuersteiner@blverlag.ch Nicole Perrenoud Patrick Clémençon

Régie des annonces: Suisse alémanique (NP 3000 - 9999) Sabina Guggenbühl, sabina.guggenbuehl@blverlag.ch Régie des annonces: Suisse romande (NP 1000 - 2999) HP media SA, Avenue de Chamonix 7, 1207 Genève Téléphone 022 786 70 00, Fax 022 786 70 13 www.hpmedia.ch Moussy Pourny, moussy@hpmedia.ch Alexandre Antonny, alexandre@hpmedia.ch Antoine Egli, directeur, a.egli@hpmedia.ch Administration Denise Bucher, denise.bucher@blverlag.ch Graphisme Miro Peloso, miro.peloso@blverlag.ch Lectorat Nicole Perrenoud Photographes Holger Jacob, Thomas Jantscher, Hippolyte Cupillard (cartoons) Impression AVD GOLDACH AG, Sulzstrasse 10-12, 9403 Goldach Téléphone 071 844 94 44, Fax 71 844 95 55, www.avd.ch Prix Abonnement annuel (6 numéros): Suisse : CHF 34.– Etranger: plus frais de port; Numéro à la pièce : CHF 7.–

Cuisines En plus de l’entretien avec les arrières petitsfils des fondateurs de la maison Miele, dr. Reinhard Zinkann et dr. Markus Miele, les cuisines joueront un rôle prédominant dans ce prochain numéro.

Certifié en tant que publication de qualité par l’association MEDIAS SUISSE

Certifié par la REMP / FRP 2014 Total tirage diffusé: 6 454 Ex. Dont vendu: 1 611 Ex.

La revue idea est l’organe de communication du GPA et du GAN. Tous droits réservés. La reproduction d’articles n’est autorisée qu’avec l’accord écrit de la rédaction et l’indication exacte de la source. Les publications signées du nom de l’auteur – respectivement d’initiales – traduisent les vues de l’auteur et pas forcément l’opinion de la rédaction. Nous ne pouvons pas répondre aux manuscrits et images envoyés sans invitation.


intérieur

design

extérieur

architecture

6 × IDEA (1 AN) VALEUR DE CHF 34.– 12 × IDEA (2 ANS) VALEUR DE CHF 54.– La revue pour la planification et la conception dans le secteur de la construction, des rénovations, transformations et de l‘aménagement intérieur. • facebook.com / idea.romandie

Vous passez votre commande par idea.ch/abo

Oui, je fais emploi de cette offre et vous passe la commande pour:   

Un abonnement d‘un an au magazine idea (6 éditions) pour le prix de CHF 34.– Un abonnement de 2 ans au magazine idea (12 éditions) pour le prix de CHF 54.– Oui, je désire connaître le magazine idea et vous commande 1 édition gratuite. (inclus la taxe sur la valeur ajoutée TVA, à l’étranger plus les frais de port.)

Firme Nom

Prénom

No./rue

Code postal/lieu

Téléphone

E-Mail

Date

Signature IDR 2_2015

Envoyez-nous s.v.p. le coupon ou un fax à: B+L Verlags AG, Steinwiesenstrasse 3, 8952 Schlieren, Fax 044 733 39 89


Ecoulements de douche Geberit CleanLine

Simplement propres. yer: o t t e àn Facile

Les nouveaux écoulements de douche Geberit CleanLine répondent aux exigences les plus élevées en matière de design et d'hygiène. L'eau s'écoule parfaitement sur la surface ouverte – les dépôts cachés appartiennent au passé. Grâce au recouvrement amovible, le filtre à cheveux au centre de l'écoulement de douche peut aisément être retiré pour être rincé. Simplement propres – simplement beaux. → www.geberit.ch/fr/cleanline

able x rinç u e v e à ch filtre

idea 02 2015  
idea 02 2015