Page 89

Ésaïe 26

87 Car la colère ardente des tyrans est semblable à une pluie d’orage qui bat une muraille 5 ou comme la chaleur sur une terre aride. Mais toi, tu fais cesser la clameur des tyrans. Comme la chaleur cesse quand un nuage passe, ainsi tu as mis fin aux chansons des tyrans.

L’ultime festin 6 L’Éternel tout-puissant préparera lui-même pour toutes les nations, là, sur cette montagnea, un festin de vins vieux, de viandes succulentes toutes pleines de moelle arrosées de vins vieux et dûment clarifiés. 7 Et il déchirera là, sur cette montagne, le voile de tristesse qui couvre tous les peuplesb, le linceul étendu sur toutes les nations. 8  Il fera disparaître la mort à tout jamais. Le Seigneur, l’Éternel effacera les larmes de toutes les figures, il ôtera l’opprobre qui pèse sur son peuple à travers tout le mondec. L’Éternel a parlé ! 9  Et l’on dira en ce jour-là : « Voici, c’est notre Dieu en qui nous espérions, il nous a délivrés ! Oui, c’est en l’Éternel que nous avons placé toute notre espérance. Maintenant, jubilons et réjouissons-nous puisqu’il nous a sauvés ! ». 10  En effet, sur cette montagne, la main de l’Éternel restera étendue. (Comme une protection). Mais (l’insolent) Moabd sera foulé aux pieds comme on foule la paille dans la mare à fumier ! 11  Dans une fosse immonde, il étendra ses mains comme fait le nageur quand il est en détresse. Cependant, l’Éternel abattra son orgueil. Malgré tous ses efforts, 12  l’Éternel abattra les murs inaccessibles. Il les renversera, les jettera à terre jusque dans la poussière.

Chant de triomphe

26

En ce jour-là, on chantera cet hymne au pays de Juda :

a

b c d e

Nous avons une ville qui est bien fortifiée, Dieu fait de son salut une double muraille qui la protégerae. 2 Ouvrez les portes et laissez pénétrer la nation qui est juste, qui demeure fidèle à ses engagements ! 3 À celui qui est ferme, tu assures la paix, oui, une paix parfaite, s’il se confie en toi. 4 Placez votre confiance toujours en l’Éternel parce que l’Éternel est le rocher des siècles,

C’est-à-dire sur le Mont Sion, à Jérusalem, la cité de Dieu (en opposition avec la ville, cf. v. 2), source de lumière, de vie et de joie pour tous les peuples. Le festin est utilisé aussi dans le N.T. pour décrire cette joie que Dieu donne (Matt. 8 : 11 ; 26 : 29 ; Luc 14 : 15 ; 22 : 29-30 ; Apoc. 19 : 17). Dans le N.T., il est question du voile qui empêche de voir la gloire de Christ et de connaître Dieu (2 Cor. 3 : 13-18). Le voile peut aussi représenter le deuil. Texte appliqué par le N.T. au salut final des rachetés (cf. 1 Cor. 15 : 26, 54 ; Apoc. 7 : 16 ; 21 : 4). Moab, souvent hostile à Juda, peut être pris comme représentant les ennemis du peuple de Dieu. Évoque la nouvelle Jérusalem d’Apoc. 21 : 10-23. La double muraille évoque la sécurité du salut assuré par Dieu.

Profile for BLF Éditions

Prophétie vivante • Alfred Kuen  

Extrait

Prophétie vivante • Alfred Kuen  

Extrait

Profile for blfeurope