Page 79

Ésaïe 18

77

lesquels tu semais des graines étrangèresa. 11 Mais, même si le jour où tu les as plantés tu mettais tout autour une haie protectrice et si, le lendemain, tu les voyais fleurir, tu n’en verras jamais le jour de la moisson : tu n’en récolteras que peine et déception !

Le tumulte des nations 12 Écoutez,

écoutezb ! Quel grondement de peuples ! Ce sont des multitudes sans nombre qui mugissent comme mugit la mer ! Grondement des nations semblable au grondement des eaux impétueuses ! 13 Oui, les nations sont en tumulte et poussent des mugissements pareils à ceux des grandes eaux. Le Seigneur les menace aussitôt, elles fuient au loin ; elles sont dispersées comme des brins de paille par le vent des montagnesc, comme de la poussière chassée en tourbillon devant un ouragan. 14  Voici, le soir encore, ils causent la terreur. Mais avant le matin, ils ont tous disparud ! Tel sera le destin de ceux qui nous dépouillent et tel sera le sort de tous ceux qui nous pillent !

Les sarments sont coupés

18

Ô terre où retentit le bruissement des ailese, terre au-delà des fleuves traversant l’Éthiopie, 2 toi qui envoies par mer des émissaires dans des vaisseaux de joncf sur la face des eaux ! Retournez donc chez vous, rapides messagers, allez vers la nation à la taille élancée et à la peau bronzée, retournez vers le peuple que l’on redoute au loin, le peuple qui nivelle et qui écrase tout ! Rentrez dans le pays sillonné par des fleuves. 3 Vous qui peuplez le monde, habitants de la terre, regardez l’étendard quand on va le dresser au sommet des montagnes, et quand vous entendrez la trompette sonnerg, soyez très attentifs ! 4 En effet, voici ce que m’a dit l’Éternel : Je me tiendrai tranquilleh et je regarderai du haut de ma demeure, pareil à la lumière sereine du soleil, pareil à la nuée formée par la rosée au temps de la moisson. 5  Car, avant la moisson, après la floraison, quand la fleur

a b c d e

f

g h

Ou : en l’honneur des dieux étrangers. Sans doute des « jardins d’Adonis », de petits vases dans lesquels on cultivait des plantes hâtives mais éphémères en l’honneur de la divinité cananéenne du printemps (cf. 1 : 29). Le prophète se tourne soudain du côté des Assyriens dont les armées étaient composées de mercenaires de tous pays. Leur invasion est comparée à une inondation (cf. 5 : 30 ; 8 : 7-8). Les aires où l’on battait le blé se trouvaient fréquemment au sommet des collines pour bénéficier du vent (cf. 2 Sam. 24 : 18). Prophétie de la destruction de l’armée de Sennachérib (37 : 36). Ésaïe vise l’Éthiopie et la Nubie, pays caractérisés par la présence d’innombrables insectes symbolisant les masses de populations. À l’époque d’Ésaïe, c.-à-d. vers la fin du viiie siècle, des pharaons nubiens dominaient l’Égypte et cherchaient en Palestine un appui contre l’Assyrie. Ou de papyrus. Allusion aux embarcations légères fabriquées par les Égyptiens. Ésaïe demande aux ambassadeurs venus proposer une alliance de retourner dans leur pays : l’alliance de Dieu est suffisante pour repousser les Assyriens. L’étendard et la sonnerie de trompette étaient des signaux de guerre : ils annonçaient l’arrivée imminente des armées assyriennes (cf. Josué 6 : 4-5, 14). Au début, l’Éternel n’interviendra pas contre les Assyriens. Il semblera même favoriser leurs desseins comme le soleil et la rosée favorisent la croissance des plantes, mais il s’interposera avant qu’ils aient pu exécuter leurs plans (v. 5).

Profile for BLF Éditions

Prophétie vivante • Alfred Kuen  

Extrait

Prophétie vivante • Alfred Kuen  

Extrait

Profile for blfeurope