Page 77

75

Ésaïe 16

5 Mon cœur gémit au sujet de Moab : ses fugitifs sont déjà à Tsoar et à Eglath-Chelichiya on gravit en pleurant la montée de Louhith. Sur le chemin d’Horonaïm, on pousse des cris de détresse. 6 Car les eaux de Nimrim ont cessé de couler et l’herbe est desséchée, le gazon est détruit. Toute verdure a disparua. 7  Aussi emportent-ils ce qu’ils ont pu sauver et leurs objets précieux au-delà du torrent des Saules. 8 Car la clameur a fait le tour de la frontière de Moab ; les lamentations sont entendues à Eglaïm et jusqu’à BéerElimb. 9 En effet, les eaux de Dimon sont rougies par le sang. Oui, j’infligerai à Dimon un surcroît de malheur et un lion fondrac sur tous les survivants restés dans le pays.

La fin des oppresseurs

16

Que les réfugiés de Moab fassent parvenir leur tribut jusqu’à Jérusalem : « Envoyez des agneauxd au maître du pays, depuis Sélae par le désert jusqu’au mont de Sion ». 2 Comme des oiseaux fugitifs chassés hors de leur nid, telles seront les filles de Moab près des gués de l’Arnonf : 3 « Prends notre cause en mains, supplieront-elles, donne-nous un conseil, couvre-nous en plein jour, étends sur nous ta protection comme la nuit étend son ombre, cache les exilés, ne trahis point les fugitifs ! 4 Que les rescapés de Moab soient accueillis chez toi ; sois pour eux un refuge contre le destructeur car, un jour, l’invasion aura pris fin et la dévastation aura cessé et tous les oppresseurs auront disparu du pays. 5 Il régnera un roi descendant de David ; son trône sera ferme car il gouvernera le peuple avec amour et avec loyauté ; il poursuivra le droit et se passionnera pour tout ce qui est juste ». 6 (Le peuple de Juda dira :) « Nous connaissons Moab et nous savons qu’il est très orgueilleux et qu’il est arrogant, se vantant avec morgue, mais ses discours hautains n’ont aucun fondement ». 7 Aussi les Moabites auront des raisons de gémir sur le sort de Moab. Oui, que tous se lamentent ! Pleurez et gémissez, et soyez consternés, car il n’y aura plus de gâteaux de raising à Qir-Haréseth ! 8 Car les champs de Hechbôn ont été dévastés, les maîtres des nations ont brisé tous les ceps des vignes de Sibma qui s’étendaient jusqu’à la ville de Yazer et qui allaient se perdre jusque dans le désert, et dont les rejetons se répandaient au loin, au-delà de la merh. 9 Et maintenant, je pleure, je pleure avec Yazer, les vignes de Sibma. J’arrose de mes larmes Hechbôn, Elealé, car sur votre moisson et sur votre vendange ont retenti des crisi. 10 La joie et l’allégresse ont disparu des vignes et de tous les vergers : il n’y a a b c d e f g h i

Dans cette oasis au sud-est de la mer Morte, l’ennemi a détruit les canaux, les habitants ont fui et n’entretiennent plus l’irrigation, donc la sécheresse sévit (cf. 2 Rois 3 : 25). Deux villes situées aux frontières opposées de Moab ; le cri de douleur passera donc à travers tout le pays. Le lion vient rôder sur les terres abandonnées, il symbolise l’intervention de Dieu contre ses ennemis (cf. 2  Rois 17 : 26 ; Amos 1 : 2 ; 3 : 8). D’après 2 Rois 3 : 4-5, les Moabites devaient payer un tribut de 100 000 agneaux et 100 000 béliers avec leur laine. Ce tribut est signe et symbole de soumission. Le Rocher, une localité proche de Juda mentionnée en Juges 1 : 36 (et non la future Pétra de 2 Rois 14 : 7). Fleuve principal de Moab qui constituait aussi sa frontière nord. Probablement des gâteaux faits avec des raisins pressés qui symbolisaient la fertilité du pays. Peut-être étaient-ils offerts à leurs dieux (cf. Osée 3 : 1 ; 2 Sam. 6 : 19 ; 1 Chr. 16 : 3). Le vin, production principale de Moab, était exporté au-delà de la mer (ici, sans doute la mer Morte). Non pas les cris de joie des moissonneurs ni ceux des vendangeurs, mais des cris de guerre (cf. Jér. 51 : 14).

Profile for BLF Éditions

Prophétie vivante • Alfred Kuen  

Extrait

Prophétie vivante • Alfred Kuen  

Extrait

Profile for blfeurope