Page 33

31

Table des Introduction matières

8. Diagramme chronologique Au xe s., du temps de David et de Salomon, l’Égypte et l’Assyrie, toutes deux affaiblies, équilibrent leurs puissances respectives dans une tension constante. Israël utilise leur rivalité pour consolider sa puissance et étendre ses frontières. David et Salomon jugulent les Philistins et font alliance avec les Phéniciens pour se lancer dans de vastes entreprises commerciales. Le schisme (931) compromet cette prospérité : la guerre entre les deux royaumes les affaiblit tous deux, le pharaon Chichaq en profite pour envahir la Palestine. Le ixe s., voit grandir la puissance assyrienne et celle de la Syrie. C’est l’époque où Salmanassar III d’Assyrie assure la suprématie de son pays sur tout le Moyen-Orient. En 853, il bat la coalition des rois araméens (Syrie, Israël, etc.) à Qarqar. C’est le début de l’activité des prophètes : Élie, Élisée, Abdias, Joël. Au début du viiie s., l’Assyrie et la Syrie se combattent mutuellement. Les rois d’Israël en profitent pour étendre leur pouvoir : Jéhu bat les Syriens (2 Rois 13 : 10-25), Jéroboam II étend sa suzeraineté sur les deux royaumes araméens (Damas et Hamath à 200 km plus au nord : 2 Rois 14 : 25-28). Avec l’aide du roi Joas de Juda, il chasse les Syriens du territoire transjordanien de Galaad (2 Rois 13 : 25 ; 14 : 25). L’Assyrie, bien que minée par des luttes intestines, consolide peu à peu sa puissance extérieure. C’est l’époque où Jonas est envoyé à Ninive pour l’avertir du jugement suspendu au-dessus de sa tête. Dans la seconde moitié du viiie s., il y a une concentration d’événements et d’interventions prophétiques. Dans le royaume du nord, après le long règne prospère de Jéroboam II (793–753), six rois se succèdent en une trentaine d’années : Zacharie et Challoum n’occupent le trône que quelques mois, Menahem et Peqahya règnent en même temps que Péqah. Après le règne d’Osée (732–722), le roi d’Assyrie met fin à l’existence nationale du royaume du nord. Dans le royaume de Juda à la même époque, Ozias (Azaria) devenu lépreux doit laisser le trône à son fils Yotam qui, de son côté, régnera plus tard avec Ahaz. Au point de vue extérieur, c’est l’apogée du roi assyrien Tiglath-Pilézer III (743–727) et de Retsin de Damas (750–732). Dans ces temps troublés, Dieu envoie ses prophètes : après Amos (entre 765 et 750) et Osée (286–724) dans le royaume du nord, Ésaïe (à partir de 739), en Juda et Michée (745–715) dans les deux royaumes. Dans la première moitié du viie s., peu d’événements marquants : l’Assyrie consolide sa puissance avec des rois comme Sennachérib, Esar Haddon et Assourbanipal. Elle affirme sa prépondérance sur tous les peuples du Croissant fertile – y compris l’Égypte. En Juda, c’est le long et néfaste règne de Manassé (en corégence de 695 à 686 avec Ézéchias, puis tout seul jusqu’en 642). La voix des prophètes est muette. À partir de la seconde moitié du viie s., par contre, nous assistons de nouveau à une concentration de l’activité prophétique en même temps qu’à une ébullition sur le plan politique. Sous le bon roi Josias, nous trouvons simultanément Nahoum (650–612), Sophonie (626–625), Habaquq (609–608) et Jérémie (à partir de 627). C’est l’époque qui précède immédiatement la grande catastrophe qui va fondre sur le peuple de Juda : Dieu voulait avertir

Profile for BLF Éditions

Prophétie vivante • Alfred Kuen  

Extrait

Prophétie vivante • Alfred Kuen  

Extrait

Profile for blfeurope