Page 16

Prophétie vivante

14

œuvre » (2 Tim. 3 : 16-17, Parole vivante). Dans ce programme de formation divin, les écrits des prophètes tiennent une place importante : « Leur compréhension est indispensable pour saisir le sens complet du Nouveau Testament. […] Une foi fondée sur les desseins de Dieu, tels qu’ils nous sont révélés par les prophètes, sera solide parce que basée sur un fondement inébranlable » (G. Howleya). C’est pourquoi nous conclurons avec P. de Benoit : « Lisez les prophètes : vous serez abondamment récompensés. Votre vie sera enrichie, votre sentier s’illuminera. Leurs avertissements, leurs exhortations sont encore de saison. Votre foi sera fortifiée en constatant combien de leurs prédictions se sont déjà accomplies. Les autres, celles qui attendent encore leur accomplissement, éclairent l’avenir et nous aident à comprendre les grands desseins du Dieu vivant. Lisez-les attentivement et avec suite. Lisez-les en priantb ».

Comment lire les prophètes ? Un genre littéraire unique Les écrits des prophètes bibliques constituent un genre unique dans la littérature mondiale. Leur forme et leur fond n’ont de parallèle nulle part dans les textes antiques. « Même les incroyants ne ménagent pas leur admiration pour ce que les prophètes ont apporté au patrimoine de l’humanitéc ». Renan disait : « Si la Grèce a exalté la raison, si Rome a fait progresser le droit, Jérusalem a assuré l’avènement de la conscience et de la justice ». Sa formule a souvent été reprise. De leur côté, les réformateurs sociaux et politiques revendiquent les prophètes comme leurs précurseurs. Karl Marx lui-même en a fait les pères du socialisme. Mais leur souci premier n’était ni social ni moral : ils étaient avant tout des « champions de Dieu » qui voulaient amener le peuple à obéir à la volonté divine. Dans n’importe quel domaine : moral, social, politique, Dieu a son mot à dire, il a un « dessein » (Amos 3 : 7), un « conseil » (Ésaïe 19 : 12) auquel les hommes ont à se soumettre. C’est pourquoi la formule qui revient le plus souvent dans leurs écrits est : « Voici ce que déclare l’Éternel ».

Des porte-parole de Dieu Les prophètes ne sont que ses porte-parole. Le mot « prophétiser » vient de prophanai qui signifie : « parler pour (un autre) ». Le mot hébreu nabi a une signification analogue. Ainsi, Aaron était le « prophète » de Moïse, c.-à-d. son porte-parole (Exode 7 : 1-2). Ils sont des

a b c

Ibid., p. 128. Pierre de Benoît, Trésor des prophètes, Saint-Légier (Suisse) : Perle, 1984, préface. Louis Monloubou, Introduction critique à l’Ancien Testament, vol. 2, Paris : Desclée, 1973, p. 355.

Profile for BLF Éditions

Prophétie vivante • Alfred Kuen  

Extrait

Prophétie vivante • Alfred Kuen  

Extrait

Profile for blfeurope