Page 39

corps et sa vie en connaissant au maximum les ingrédients qui entrent dans la composition de notre alimentation ou les éléments qui constituent une machine. Maîtriser au maximum son temps de travail contraint, c'est atténuer la rupture entre divers phases d'activité. Aujourd'hui, la rupture est de plus en plus brutale entre temps de travail aliénant (temps soumis au capital) et temps de loisir aliéné (basé sur la surconsommation de biens et services... Temps soumis aussi au capital). D'une séparation nette entre temps de simple production soumis à des contraintes extérieures à soi et temps de simple consommation (souvent soumis à des contraintes extérieures à soi), on pourrait passer à un temps plus « complet » dans lequel l'individu pourrait réaliser plus pleinement son humanité : produire le nécessaire à sa vie en fonction de ses propres besoins en étant au maximum maître de lui-même, de sa vie. Il ne s'agit pourtant pas là d'une révolution que nous proposons, où en tout cas, pas dans les faits, mais plutôt (et c'est bien la première fois), d'un retour en arrière. En effet, nous nous plaçons en opposition par rapport au mouvement actuel qui tend à marchandiser chaque geste de la vie. Si à court terme cette tendance a pour effet de créer des emplois dont nous connaissons les effets bénéfiques dans cette situation très particulière qu'est le capitalisme, on peut se demander quelle est la limite de ce système et de cette idéologie. Serons-nous plus heureux et plus riches en donnant une valeur marchande à chaque geste que nous effectuons ? Parce qu'il est impossible de dire aujourd'hui ce qu'une société décidera de socialiser comme travail, et que cette proposition rejoint sur beaucoup de points la première, nous allons limiter son effet dans notre exercice, et lui attribuer une diminution du temps qui sera plus symbolique que réaliste. Disons, pour ne pas prendre de risque, qu'il serait alors possible de diminuer le temps de travail contraint socialisé (le plus pénible et le plus aliénant) de 10 %. On arriverait à un volume annuel de travail contraint socialisé d'environ 18 milliards d'heures. - 39 -

Travailler une heure par jour  

Il s’agit de remettre les pendules à l’heure sur la question du travail, de démontrer l’absurdité de certaines soi-disantes évidences, et de...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you