Page 38

profit que leur vente permet de réaliser) aurait des effets bénéfiques sur les conditions de travail, il reste que le travail contraint restera en partie pénible et aliénant. Diminuer le travail contraint socialisé, c'est tout d'abord en transformer une partie en travail privé. Pourquoi ? Parce que cette transformation permettrait de partager le travail pénible et permettrait à chacun de se réapproprier une partie du temps consacré aux besoins primaires. Ainsi, la charge physique et mentale serait moins lourde puisque concrètement diminuée. Mais aussi car elle serait alors supportée par l'individu (ou le groupe d'individus) qui pourrait en maîtriser (au moins partiellement) les tenants et les aboutissants. Prenons l'exemple du pain. Alors que l'ouvrier de l'usine agro-alimentaire est soumis au rythme et à la pénibilité de la machine, et que le boulanger est contraint à des horaires chargés pour assurer sa production, on pourrait imaginer qu'en dotant chaque foyer d'un four spécialisé, on puisse diminuer d'autant le travail contraint de notre ouvrier et de notre boulanger. Ce dernier pourrait en plus se consacrer à un travail plus spécifique : celui de l'art culinaire, par exemple (pâtisseries...). Bien sûr, pour que chaque foyer soit équipé de fours spécialisés, il faut qu'un système de production de ces machines soit mis en place. Ici donc, un travail socialisé semblerait nécessaire pour profiter des gains de productivité. Mais il serait quand même possible de « privatiser » une partie au moins de la production de ces machines en rendant par exemple leur entretien accessible au plus grand nombre. Cette proposition va de pair avec celle concernant la durabilité des biens. Rendre les machines réparables, c'est-àdire permettre à chacun de réparer au maximum ses propres machines (dans la mesure où cela reste relativement simple), c'est diminuer le temps de travail concret socialisé, c'est-à-dire celui consacré ici à la réparation des machines des autres, pressé par des impératifs qui ne sont pas ceux du travailleur (puisque ce sont ceux du « client »). De plus, maîtriser sa production (ici de pain), c'est se réapproprier son - 38 -

Travailler une heure par jour  

Il s’agit de remettre les pendules à l’heure sur la question du travail, de démontrer l’absurdité de certaines soi-disantes évidences, et de...

Travailler une heure par jour  

Il s’agit de remettre les pendules à l’heure sur la question du travail, de démontrer l’absurdité de certaines soi-disantes évidences, et de...

Advertisement