Page 31

marketing affectées aux produits pharmaceutiques ont triplé en l’espace d’une décennie pour atteindre 30 milliards de dollars par an [en 2006] (…) une somme équivalente à celle consacrée à leurs dépenses de recherche et développement. » Ces sommes considérables, encore une fois, auraient pu être consacrées à d'autres projets, ou bien auraient pu ne pas être dépensées du tout. Surtout s'agissant de pharmacie, on peut se demander quelle est l'utilité réelle de telles campagnes de publicité, si ce n'est la croissance et le profit. On touche ici l'aberration du système capitaliste : alors qu'un produit existe et répond à de réels besoins humains, des sommes considérables sont dépensées non pas pour diffuser cette nouveauté à tous ceux qui en auraient besoin, mais pour la vendre à ceux qui ont les moyens de la payer, même s'ils n'en ont pas toujours besoin. Ce sont ces mêmes industries pharmaceutiques qui vont dépenser une énergie incroyable (frais de justice, communication,...) pour empêcher ceux qui ne peuvent payer de se procurer sous forme de médicaments génériques les produits qu'elles ont découverts. Un système dans lequel le profit prédomine sur l'utilité, c'est-à-dire dans lequel l'argent a plus d'importance que la vie humaine, est un système qui marche sur la tête, qui ne tourne pas rond. En 2005, selon le Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, les entreprises manufacturières françaises (hors producteurs d'énergie) ont dépensé 18,2 milliards d'euros en frais de marketing en 2005, avec près de 10 milliards pour les seuls industriels de l'agro-alimentaire. Pour comparaison, l'ensemble des entreprises françaises ont, la même année, versé 10,5 milliards d'euros au bénéfice de la formation continue des salarié(e)s21. Enfin, le marketing, parce qu'il repose encore beaucoup sur des supports matériels, est source de nombreux gaspillages de matières premières, de temps et d'énergie. 21 Source : Dares - 31 -

Travailler une heure par jour  

Il s’agit de remettre les pendules à l’heure sur la question du travail, de démontrer l’absurdité de certaines soi-disantes évidences, et de...

Advertisement