Page 11

Cut & Keep

Checklist

Mes porcs sont malades : de quoi s‘agit-il ? Partie 5 : Prolapsus rectal

Même s’il peut sembler banal, le prolapsus rectal peut avoir de graves conséquences sur la santé de l’animal. Ce phénomène peut empêcher l’évacuation des métabolites produits lors de la digestion, entraîner des douleurs et favoriser les morsures entre animaux, pouvant se solder par une infection, voire une bactériémie. En l’absence de traitement, une nécrose peut apparaître.

L

e rectum, partie terminale de l’intestin, possède une capacité d’absorption non sélective importante, ce qui signifie qu’en l’absence d’élimination régulière, de nombreuses toxines peuvent intégrer la circulation sanguine et entraîner une intoxication, des troubles hépatiques et une gêne. Le prolapsus rectal peut avoir plusieurs causes, la plus fréquente étant la constipation avec des selles difficiles à évacuer qui adhèrent à la paroi intestinale. Les efforts de poussée entraînent une extériorisation du segment terminal du rectum par l’anus. De la même manière, ce phénomène peut apparaître lorsque les porcs toussent car la brusque augmentation de la pression interne peut provoquer une protrusion. Il peut également être observé en cas de surpopulation, lorsque les animaux se marchent sur le ventre les uns des autres. Les diarrhées classiques, comme celles observées en cas d’entérocolite, et les vers intestinaux peuvent également entraîner un prolapsus. L’une des causes plus spécifiques est le rétrécissement du sphincter anal, également appelé ténesme. Parmi les causes moins connues, citons la présence de salmonelles deux mois après une diarrhée et l’inflammation locale de la dernière partie de l’appareil urogénital (vaginite, uréthrite, etc.). Il existe également des facteurs responsables du relâchement de la structure rectale qui ne parvient plus à rester in situ, le plus fréquent étant l’âge. Chez les jeunes animaux, ce relâchement peut être dû à des mycotoxines comme la zéaralénone par exemple, qui comme les phyto-œstrogènes, peuvent entraîner une tuméfaction. La conduite à tenir la plus fréquente consiste à isoler l’animal afin d’éviter les morsures et attendre que le segment extériorisé se nécrose et tombe. Cependant, il est fréquent d’observer simultanément une baisse de la consommation alimentaire, une constipation et une bactériémie souvent associées à une perte de poids importante. Le traitement chirurgical, avec exérèse et suture en cordon de bourse, requiert un savoir-faire particulier, est onéreux et ne permet pas toujours une guérison complète. Il est par conséquent préférable de se concentrer sur la prévention, en veillant à ce que les animaux aient suffisamment d’eau, en leur offrant une alimentation dont la qualité et la teneur en fibres soient adaptées à la phase de production et en traitant rapidement tout épisode de fièvre. Les mesures de prévention, de traitement des affections des systèmes digestif et urogénital, et de lutte contre les agents toxiques figurent dans le tableau ci-contre.

Un magazine de BIOMIN

Points à contrôler

Solutions

Cause possible : MYCOTOXINES • Vulvovaginite, prolapsus vaginal et/ou rectal

• Éviter le développement de moisissures

• Problèmes de reproduction ; mortinatalité, déformation des pattes, portées peu nombreuses

• Acheter des matières premières saines • Utiliser Mycofix®

• Contamination du lait de la truie Cause possible : CONDUITE D’ÉLEVAGE • Consommation d’eau/constipation

• Vérifier le débit d’eau par minute et la pression, ainsi que l’efficacité des abreuvoirs

• Surpopulation • Toux

• Augmenter l’espace disponible

• Transport

• Vérifier la teneur en fibres de l’alimentation, éviter tout changement brutal d’alimentation

• Saisonnalité • Section/morsure de la queue • Changement brutal d’alimentation, selles molles, ingestion de copeaux de bois Cause possible : PATHOGÈNES • ELISA

• En fonction de l’étiologie

• PCR • Coproscopie par technique de flottation Cause possible : ÂGE • Nombre moyen de truies

• Taux de renouvellement

• Nombre de mise-bas Cause possible : GÉNÉTIQUE • Contrôler l’effet d’hétérosis • Éviter la surconsommation/la suralimentation/l’excès d’alimentation

• Aborder le sujet avec votre fournisseur de semence ou de reproducteurs

Cause possible : NUTRITION • Vérifier la teneur en fibres et les sources de fibres de l’alimentation • Quantité d’orge trop importante (ß-glucanase) • Granulométrie • Contrôler la consommation alimentaire • Teneur élevée en sodium ou en potassium

• Contrôler la formulation de l’alimentation et la granulométrie

Les références bibliographiques sont disponibles sur demande.

Pour toute information complémentaire, rendez-vous sur www.mycotoxins.info CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ : ce tableau fournit des conseils généraux sur des problèmes qui touchent principalement les porcs et qui peuvent être liés à la présence de mycotoxines dans l’alimentation. Ces maladies et problèmes porcins incluent ceux présentés dans ce tableau, sans pour autant s’y limiter. BIOMIN ne saurait en aucun cas être tenu responsable des dommages directs ou indirects résultant de l’utilisation de ce tableau ou des informations qu’il contient. Veuillez consulter votre vétérinaire avant de mettre en pratique les solutions proposées dans ce tableau.

9

Profile for BIOMIN

Science & Solutions #32 Porcs (Français)  

Dans ce numéro: Les dangers cachés des lipopolysaccharides, Plus de lait chez la truie pour de meilleures performances chez le porcelet, Mes...

Science & Solutions #32 Porcs (Français)  

Dans ce numéro: Les dangers cachés des lipopolysaccharides, Plus de lait chez la truie pour de meilleures performances chez le porcelet, Mes...

Profile for biomin