Page 1

BOIS-ENERGIE AGRO COMBUSTIBLES BIOGAZ BIO CARBURANTS

Numéro 0

Avril 2007

Bienvenue sur BIOENERGIE INTERNATIONAL en langue française ! C'est une immense joie pour notre équipe et notre réseau de relancer la publication d'une revue professionnelle sur les bioénergies et le bois-énergie à l'occasion du huitième salon BOIS ENERGIE, cette année à Orléans. En 2004, la conjoncture avait obligé l'ITEBE à interrompre la parution de la revue BOIS ENERGIE, laquelle paraissait depuis 1998. Depuis, l'ITEBE a élargi ses compétences à l'ensemble des bioénergies, le contexte général des bioénergies s'est fortement amélioré et vous avez été très nombreux à nous réclamer une publication. Afin de capitaliser notre expérience passée avec l'actualité et les réseaux d'information actuels, nous avons décidé de nous associer avec la désormais fameuse revue BIOENERGY INTERNATIONAL dirigée et publiée par un précurseur des bioénergies en Europe, M. Lennart LJUNGBLOM à Stockholm (photo ci-contre).

Cette revue économique et professionnelle sera ainsi publiée en parallèle des autres éditions en langues anglaise, russe et polonaise. Le version française n'est pas la traduction des autres versions, elle a sa propre ligne éditoriale, et se veut organe d'information de la profession d'expression française dans le Monde. Elle bénéficie du partenariat avec les autres équipes de Bioernergy International pour partager les sources d'information et quelques articles jugés intéressants pour les marchés francophones. 2007 est l'année du lancement, deux éditions de 32 pages verront le jour cette année au minimum, pour atteindre 4, 6 voire 8 et 12 à terme en fonction de la demande et de l'évolution du marché. Un site Internet d'information, miroir de la revue papier, fera également son apparaition dans les prochaines semaines. Bonne lecture de ce numéro zéro et abonnez vous pour recevoir les suivants et faire vivre cet outil !

6€

Nouveautés

Normes Biocombustibles

Biogaz: tour d’horizon

Biocarburants: Champagne-Ardenne et Picardie

Micro cogénération bois en Suisse

Pierre LOSTRIE, président de l'ITEBE


Marché BIOENERGIE INTERNATIONAL Numéro 0 Avril 2007 ITEBE – BP 30149 28 boulevard Gambetta 39004 Lons-le-Saunier cedex - France Tél. +33 (0)384 47 81 00 Fax : +33 (0)384 47 81 19 Email : info@bioenergieinternational.com Web: www.bioenergieinternational.com Directeur de la publication : Pierre LOSTRIE

DIBVEJ¼SF µHSBOVM¹TEFCPJT

>Li y>“  “ ÛiÀÌi iÊ

Rédacteur en chef : Frédéric DOUARD

Rédaction : Jeremy Hugues

Publicité : François Bornschein

Conception et réalisation : Imprimerie Mourier ZI Lons-le-Saunier Edité par ITEBE association loi 1901 APE 913E - ISSN en cours Numéro 0 – avril 2007 Prix: 6 euros

Page 2



#(!5&&!'%°'2!.5,³3

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com


Sommaire 4 Granulés • Puisqu’il faut changer de monde, aux arbres citoyens 5 Bûches • Valoriser les pieds de grumes 6 Salon bois-énergie 2007 à Orléans • Nouveautés • Conférences 10 Biogaz • Un tour d’horizon 11 Biocarburants • Les régions Champagne-Ardenne et Picardie 12 Normes • Déjà 27 normes publiées sur les biocombustibles 13 Cogénération • Microcogénération en Suisse • Potentialités d’utilisation rationnelle de la biomasse dans les PME africaines

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com

Du pétrole au bois avec la bio-raffinerie forestière u Canada, l'Université de Colombie Britannique possède un centre de recherche qui met au point un processus de développement de biocarburants et de composés chimiques basés sur le bois. D'un point de vue technique, les plateformes de production de biocarburants existent mais elles demandent encore à être améliorées. Il faudrait créer des "bioraffineries" qui convertiraient la biomasse en produits multiples répartis en fibres, énergie et produits chimiques divers. Le concept de "bio-raffinerie" est optimal d'un point de vue économique et environnemental en utilisant tous les composants du bois. Ainsi l'exploitation de seulement 25% du bois infecté par le dendoctrone du pin, insecte ravageur, pourrait couvrir pendant cinq à dix ans les besoins en essence de la Colombie Britannique. Les dégâts engendrés par le dendoctrone diminuent la valeur marchande de la forêt. De plus, le bois mort accumulé augmente considérablement le risque d'incendie majeur. Le développement de la bioénergie pourrait enrayer ce phénomène en justifiant le coût d'abattage et de reboisement, ceci améliorant la gestion forestière. ADIT (15/02/2007)

A

Page 3


Granulés Granulés en Haute Savoie: 195 €/tonne garantis sur trois ans e 16 mars 2007 la SARL « Les Energies du Pays » a mis en route sa nouvelle ligne de production de granulés de bois de 2000 tonnes/an sur le site de la scierie Maxit Bois en Haute Savoie. Les granulés sont fabriqués uniquement à partir de sciure produite sur place et séchée à partir des sous-produits de la même scierie. Les pellets sont livrés sous la marque « N’ERGYA » en sac ou en vrac par camion souffleur à une distance volontairement restreinte du lieu de production. Afin de développer de façon durable le marché du bois-énergie sur la région, la société « Les Energies du Pays » propose un contrat de livraison de granulés en vrac à partir de 195 euros TTC (en fonction des zones de livraison) garanti sur 3 ans. Par ailleurs Les comptoirs N’ERGYA s’approvisionnent en sacs à proximité du lieu de production où ils sont rattachés et pratiquent un tarif uniforme quelque soit le magasin. Contact : www.nergya.fr

L

Granulés biocombustibles en France

Puisqu’il faut changer de monde, aux arbres citoyens ! Titre extrait de l’album « Charango » de Yannick Noah

La filière « granulé » était jusqu’à maintenant « le parent pauvre » de la filière bois-énergie française. Elle doit faire face à de grandes organisations puissamment organisées. qui combattent le développement du granulé de bois pour ne pas voir leurs matières premières s’envoler en fumée ! domestique en novemb r e 2006.

© photographie: Pellets for Europe

l est néanmoins possible de développer la branche granulé à moyen terme, en développant l’approvisionnement pour l’ensemble des filières par l’augmentation de l’exploitation des quelques 80 000 hectares de forêt qui s’ajoutent chaque année et en utilisant d’autres ressources disponibles d’origine agricole comme par exemple : la paille, les anas de lins, les déchets de céréales, et autres plantes à haut rendement énergétiques (miscanthus, sorgo, etc.).

I

être florissant en 2005 quand ce combustible se vendait meilleur marché que le fioul mais à l’époque, l’offre était très limitée avec seulement 7 producteurs sur le territoire français. Début 2006 sous l’effet de l’énorme demande du marché italien, on a commencé à rencontrer des difficultés d’approvisionnement. Le prix du granulé a parfois augmenté de 50% en quelques mois pour atteindre la parité avec le prix du fioul

Fin 2006, les prix élevés des granulés associés à l'insécurité d’approvisionnement, à la baisse des prix du pétrole ont causé un certain mécontentement chez les utilisateurs ainsi que chez les revendeurs de poêles et chaudières. Cette situation a momentanément dissuadé certains nouveaux consommateurs potentiels de granulés et l’hiver très doux a fortement ralenti la consommation sur les équipe-

ments installés. Le résultat est que le granulé de bois a perdu 80 € la tonne en à peine 4 mois et les stocks de certains producteurs se sont accrus. Cette correction du prix du produit vers le bas, également observée en Autriche et en Italie, était inévitable et le marché va pouvoir se stabiliser à un niveau raisonnable. En 2007, la majorité des 20 producteurs de granulés se sont engagés à poursuivre sur la voie de la « charte qualité » de l’ITEBE qui remplit dès aujourd’hui les critères

de la future norme européenne sur les biocombustibles solides. Notre filière granulés de bois vient de vivre sa première petite crise économique et elle s’en remet déjà, signe qu’il faudra compter avec elle à l’avenir. Christophe GARNIER PROMILL-STOLZ Président du Club granulés de l'ITEBE

4,5 millions de tonnes

Ce recours supplémentaire à d’autres matières premières aura pour conséquence de leur donner plus de valeur sur le marché, et chacun devra en tenir compte. En attendant le contexte actuel fait fleurir les initiatives là où la matière première est à la fois de bonne qualité, disponible en quantité et où elle coûte le moins cher. Où en est le granulé de bois en France ? Le marché des granulés a commencé à

Page 4

Estimation de l’historique du marché des granulés de bois en France depuis 25 ans. ITEBE - Wels - Pellet 2007

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com


Bûches Valoriser les pieds de grumes Il existe aujourd’hui une tendance à rechercher des machines (combinés à bois de chauffage ou déchiqueteuses à plaquettes) acceptant tout diamètre de bois, car les approvisionnements en bois de 50 à 80 cm de diamètre sont de plus en plus légion, et bien souvent, les producteurs ne savent pas les exploiter. Malheureusement, lorsqu’elles existent, ces machines atteignent des budgets difficilement rentabilisables. es constructeurs se doivent de répondre à la course au gigantisme du marché et à l’augmentation de la proportion de gros diamètres dans les livraisons des exploitants. De plus en plus de pieds de grumes inexploités en scierie, d’une longueur de 1 à 3 m, pouvant représenter jusqu’à 10% du total de bois brut scié, se retrouvent sur le marché, et n’ont à peu près que la filière de trituration pour débouché. Avec les fendeuses de bois forte puissance, on peut en revanche exploiter ces pieds avec profit ; les professionnels du bois de chauffage peuvent en effet les acquérir à un prix à la tonne bien inférieur aux bois classiques de diamètre inférieur à 40 cm. En effet, avec ces machines, on réduira

L

en une poussée un diamètre de 80 cm au travers de couteaux multi-éclats immédiatement exploitables par un combiné ou un broyeur acceptant 40 cm de diamètre. Souvent pourvues d’une grue d’alimentation, ces fendeuses de gros calibre sont entraînées par prise de force du tracteur (puissance requise 60 CV) ou moteur électrique, montées la plupart du temps sur châssis agricole pour se déplacer le long des tas. La course du vérin permet le fendage de bois jusqu’à 2,50 m en général, et les fonctions de la fendeuse (course du fendeur et réglage en hauteur du couteau) sont pilotées par commandes filaires ou radiocommande aux pieds, de sorte que l’opérateur assure un cycle de travail en continu avec la grue. Jocelyn AUFFRET NIDAL

EDF rachète SUPRA Fin mars, SUPRA, fabricant d’appareils de chauffage au bois des marques Richard Le Droff et Supra, a été racheté par EDEV EnR Réparties, la filiale énergies renouvelables du groupe EDF. En acquérant 66,5% du capital de l’entreprise alsacienne, EDF renforce sa position dans le domaine du boisénergie domestique et peut tenir ses engagements vis à vis des certificats d’économie d’énergie. Supra avait réalisé 73 millions d’euros de chiffre d’affaire en 2006. Source : Le Moniteur

© photographie: NIDAL

ET

présentent au salon Bois Energie…

4,5 millions de tonnes 'Europe a consommé 4,5 millions de tonnes de granulés l’an passé dont la moitié dans des poêles et chaudières à usage individuel, alors que le marché français consommait moins de 100 000 tonnes la même année. Source : C.Garnier

L

Valorisation des grumes en bois de chauffage : Splitmaster 55 t avec grue, ouverture 1,30 m ou 2,67 m, diamètre jusqu’à 1200 mm, 2 à 12 éclats, valorisation par le combiné SPK 4000 (Ø 450 mm) NIDAL SAS – 2 rue Vauban - ZI n°2 - 68170 RIXHEIM Tél 0.389.318.585 - Fax 0.389.318.580 www.nidal.fr - e :mail : info@nidal.fr

© photographie: NIDAL

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com

Page 5


BOIS-ENERGIE Visites de chaufferies bois D E F I B O I S BERRY et ARBOCENTRE organisent des visites d’installations bois énergie dans l’Indre, le Cher, l’Indre et Loire et le Loir et Cher. Dans l’Indre vous sont proposées : Des visites de chaufferies individuelles en partenariat avec la FDCUMA et des partenaires chauffagistes de l’Indre. Installations ayant reçu un financement ADEME et Région Centre ou Crédit d’Impôt et Conseil Général de l’Indre. Jeudi 19 Avril a p r è s - m i d i , Montchevrier (Auzenaisd’enBas) chez M. FOULATIER: combustible broyat de bois. Jeudi 19 avril après-midi, Déols (Beaumont) chez M. BODIN : démonstration de broyage de bois. Jeudi 19 avril après-midi, Vicq Exemplet (Sarmade chez M. COUTURIER : combustiblebroyat de bois. Vendredi 20 avril matin Lacs (Cosnay) chez M. LEMANE : combustible granulés de bois.

A

Quoi de neuf à Orléans ?

Du 19 au 22 avril le salon Bois-Energie 2007 accueille 178 exposants

et 227 marques qui couvrent toute la filière du bois-énergie dans 15 pays différents : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la BosnieHerzégovine, le Canada, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Italie, le Luxembourg, les Pays Bas, la Roumanie, la Suède et la Suisse. Nous vous présentons ici quelques uns des produits innovants présents à Orléans. Fendeuse montée sur déchiqueteuse

12 °C pour des puissances disponibles de 35, 70 ou 105 KW. La technologie éprouvée de l’absorption nécessite 1,5 litre d’eau chaude pour produire 1 litre d’eau glacée.

Le fabricant WUST, importé en France par HANTSCH, stand ext. Z5, propose une fendeuse en option sur toute sa gamme de déchiqueteuses. Cette fendeuse de 40 tonnes de poussée et d’ouverture de un mètre permet de réduire les gros diamètres avant de les déchiqueter avec des déchiqueteuses classiques.

Sècher ses plaquettes sans hangar

Climatiser avec le bois-énergie

Page 6

Chaudières pour agro combustibles

La société D.BREHMS, stand C13, propose une bâche de marque LEST’O en polypropylène aiguilleté qui laisse sortir la vapeur d’eau et empêche la pluie de rentrer. Cette solution permet de stocker et sécher les plaquettes sans hangar. Une sous-station domestique prémontée

Le groupe japonais YAZAKI, stand F3, propose des solutions de climatisation à partir de bois-énergie. A partir de l’eau chaude produite par une chaudière bois, l’appareil produit de l’eau froide de 7 à

présente sa nouvelle sous-station CALINOV qui offre un niveau de confort optimal avec sa microréserve brevetée de 6,5 litres. L’intérêt est aussi pour l’installateur pour qui la connexion d’un particulier à un réseau de chaleur devient presque un jeu d’enfant.

La société TEPPECAL, stand C12,

La société Hargassner, stand E1, présentera sa nouvelle gammes de chaudières à agro-combustibles. Les modèles AGROFIRE permet tent par exemple de brûler des granulés et / ou de la plaquette de miscanthus dont le comportement à la combustion est très différent de celui des combustibles bois. Il a reçu le prix « Génie Energie 2007 » au salon de WELS le mois dernier.

Combiné scie fendeuse français

Le fabricant français Rabaud, stand ext. Z8, présentera entre autre son combiné scie-fendeuse FOREST CUT sur attelage 3 points. Ce combiné accepte des bois jusqu’à 4 m de longueur et 38 cm de diamètre.

La société GF Services, stand ext. Z20, propose des séchoirs à bûches fabriqués par THERMO-SYSTEM, leader mondial du séchage de boues. Ces séchoirs 25 % solaires alimentés à 75 % par chaudière automatique au bois permettent de sécher en quatre mois 2500 à 10 000 stères de bois de chauffage de qualité par an. Cheminée chaudière

Séchoir solaire/bois à bûches

La société CTM SRL, stand G21, présentera en fonctionnement sa

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com


2007 gamme de cheminées chaudières à bûches ou à granulés. Ce produit offre le charme d’un insert et le confort du chauffage central.

peut utiliser des bâtiments existants pour stocker le combustible.

alimentation automatique d’un poêle à granulé. Doppstadt fait de la plaquette

Cogénération bois

devrait intéresser les sociétés qui propose du « contracting ». Scie circulaire haute sécurité

Ventouse pour poêle à granulé

La société Poujoulat, stand H3, présentera son nouveau conduit de fumée ventouse DUALIS PGI, qui a reçu l’Avis Technique du CSTB. Cette gamme de produit permet par sa construction c o n c e n t r i q u e d’amener de l’extérieur l’air de combustion et d’extraire les fumées par le même conduit. Camion pneumatique pour bio combustibles

La société Biocombustibles, stand ext. Z11, présentera son camion de livraison qui peut pulser le bois déchiqueté ou le granulé à plus de 15 m de haut. Cette technologie est très intéressante car malgré une livraison de 1 m 3 /min et un peu plus coûteuse, elle permet de réduire les coûts de génie civil des chaufferies à plaquettes. Il n’est plus nécessaire de creuser pour construire le silo, on

La société Turboden SRL, stand E17, présentera sa gamme de turbogénérateurs pour cogénération bois de puissance allant de 400 KWél à 3 MWél. La technologie à Cycle Organique de Rankine (ORC) est plus onéreuse que les systèmes à vapeur mais autorise des faibles coûts opérationnels et de maintenance : pas de réglementation lourde des appareils sous pression.

Le fabricant allemand de broyeurs propose désormais une déchiqueteuse à couteaux, le DH 910, qui produit de la plaquette calibrée. En démonstration sur le stand Z6 de Boisynergie, fournisseur d’approvisionnements sécurisés de la forêt à la chaufferie, lcette technologie associée à une puissance de 600 CV permettent de produire plus de 100 MAP/heure.

Le fabricant POSCH représentée par la société NIDAL, stand ext. Z22, présentera Autocut 700, la nouvelle scie circulaire professionnelle à chevalet. Avec cet outil, un opérateur unique peut produire jusqu’à 8 st/h en toute sécurité grâce à une zone de coupe intégralement protégée.

d’un compresseur d’air qui nettoie et décendre le brûleur et les conduits internes de la cheminée. D’une puissance de 25 KW, elle produit l’eau chaude sanitaire instantanément grâce à un serpentin immergé en cuivre de dix mètres de long. Ce modèle dispose d’une résistance électrique (de 6 kW ou 9 kW) qui lui permet une sécurité en cas de manque de combustible.

Livrer des pellets comme du fioul

Une chaufferie prête à brancher

Silo à granulés enterré

La société Geoplast, stand C5 , présentera deux nouveaux silos à granulés . Le Géotank est un silo à vis centrale automatisé pour stockage extérieur enterré. Cette solution, prête à installer, est plus économique que les silos maçonnés et permet un gain de place intéressant. Le Géobox permet lui de valoriser facilement un grenier exigu en créant une

L’ENERGY BOX rassemble tous les composants d’une chaufferie aux granulés de bois dans une structure d’extérieur compacte de 7m 2 , esthétique et immédiatement opérationnelle. Constitué de la chaudière à granulés de bois Pellematic® (8 à 32 kW), la structure comprend aussi le tout nouveau silo textile FleXILO Plus. Livrée complète et p r é - m o n t é e , L’ENERGY BOX est immédiatement raccordable. Ce produit

T R A N S M A N U T, stand ext. Z19, constructeur de carrosseries destinées à la livraison de l’alimentation animale, a développé une carrosserie spécifique destinée à la livraison de granulés de bois. Tout comme les camions de livraison de fioul domestique, ce véhicule délivre un ticket de pesée homologuée à la vente. Décendrage à air comprimé, eau chaude instantanée La société AIRMET, stand C7, présentera UNO, sa nouvelle chaudière à granulé équipée

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com

Grâce au partenariat noué avec Poujoulat et Beirens, leader européen des conduits de cheminées, pour la conception et l’installation du système d’extraction de fumée du salon Bois Énergie 2007, 25 appareils de chauffage au bois pourront être présentés en fonctionnement durant le salon.

Visites de chaufferies collectives avec la Société ELYO CENTRE OUEST et les partenaires de la filière bois. Ces installations ont reçu une aide financière de l’Europe, l’ADEME, et de La Région Centre. La Châtre Laulière Habitat 2036 : jeudi 19 avril de 14h à 16h30 Le Poinçonnet, Commune du Poinçonnet : jeudi 19 avril de 9h à 12h Argenton S/Creuse, OPAC de l’Indre – quartier le Merle Blanc : jeudi 19 avril de 14h à 17h Châteauroux, OPAC de l’Indre – quartier Beaulieu : vendredi 20 avril de 14h à 17h Poulaines, Le bourg : vendredi 20 avril de 9h30 à 12h Départ : parking de l’Escale DEOLS à 8h30 Retour : parking de l’Escale DEOLS à 18h00 Déplacement gratuit en car pris en charge par ADEFIBOIS BERRY et accès gratuit au salon inscriptions Radio France Bleu Berry.

Jeu Concours Un jeu concoursgratuit pour les appareils de chauffage au bois exceptionels se déroule sur le Salon. BEES - Bioénergie Evénements et Services 28, boulevard G a m b e t t a , 39000 FRANCE LONS le SAUNIER Tel : +33 384 86 89 31 Fax : +33 384 43 24 03 www.bees.biz

Page 7


BOIS-ENERGIE Concours des Installateurs ourné vers les installateurs, les plombiers et les ingénieurs thermiciens, un nouveau Concours démarrera sur le Salon Bois Energie 2007 pour rechercher et récompenser les meilleures installations Bois Energie réalisées en 2006 dans toute la France. Catégories du C o n c o u r s « Chauffage au Bois » : chauffage domestique ou pour un bâtiment indépendant Appareils : poêle, cheminée ou chaudière à bois Un trophée de qualité récompensera le premier prix, le second recevra un prix d’honneur. Les 6 Finalistes : 6 sociétés ont été sélectionnées pour présenter leur projet le Vendredi 20 Avril au matin. Les présentations sont ouvertes à tous. Chaque présentation durera 15 minutes, suivies de 5 min de questions et réponse du jury, puis 5 minutes accordées à l’assistance. Programme pour les 6 finalistes (Salle : Beauce) : 09h3010h00 Syléol - Energies Renouvelables 10h0010h30 Sarl JPF 10h30-11h00 Magriau 11h00-11h30 Pause café 11h3012h00 Energie 79 12h00-12h30 Calvayrac & Fils 12:30-13:00 AGC Environnement

T

60 minutes pour découvrir les combustibles bois-énergie

Visites guidées Désormais, la lutte contre le réchauffement de notre planète compte également sur le développement du bois-énergie. Mais qu’est-ce exactement ce bois-énergie ? Le remplacement de notre mazout, du gaz ou de l’électricité signifie-t-il un retour à la bûche de bois ? Si notre bonne vieille bûche a encore de longues années devant elle, aujourd’hui il existe aussi tout un panel de combustibles bois-énergie du XXIème siècle adaptés aux différents besoins des particuliers, des collectivités et des industriels. Durant le Salon, nous vous proposons de faire connaissance avec les combustibles bois-énergie. Quatre visites guidées d’une heure sont organisées chaque jour : 60 minutes avec un guide expérimenté pour découvrir les différents combustibles et leur mode de fabrication en parcourant les stands des exposants où de nombreux matériels seront mis en démonstration. Plaquettes forestières, briquettes, granulés, connexes de scieries déchiquetés, bois recyclé broyés et notre étincelante bûche n’auront plus de secrets pour vous !

Horaires quotidiens et langue de visites guidées 10h00 : Français 14h00 : Français 12h00 : Anglais 16h00 : Français Le départ des visites guidées se fera au point de rendez-vous

Panneaux de présentation des combustibles bois-énergie Production industrielle de plaquettes

`Production de bois déchiqueté `Production de bûches

Avec le soutien de

Page 8

Une petite exposition de 8 panneaux présentant le bois-énergie et ses 6 principales formes combustibles sera installée au point info à l’intérieur et au point de rendez vous à l’extérieur.

En partenariat avec

Organisé par

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com


2007 Un programme riche et pertinent...

Concours de l’innovation

Conférences

Les exposants du salon Bois Energie ont l’occasion de concourir pour le prestigieux Grand Prix de l’Innovation qui récompense les entreprises qui présentent des technologies et/ou services nouveaux et déclencheurs pour le secteur.

Le programme des conférences BOIS ENERGIE 2007 est axé sur des sujets d’actualité et présenté autour de quatre thèmes principaux : 1/Investir dans le Bois-Energie en Europe 2/ Le Bois-Energie en pratique pour les collectivités 3/ Le Bois-Energie en Région Centre 4/ Les Bonnes Pratiques du Bois-Energie à la maison Investir dans le BoisEnergie en Europe Jeudi 19 Avril L’objectif de cette journée de conférences est de fournir une compréhension claire du contexte dans lequel se trouve le bois-énergie et les opportunités d’investissement étant liées au secteur. Les conférences sont divisées en 4 thèmes principaux : Politique et Contexte , Standards et normes , Marché & Opportunités d’Investissements et des Etudes de Cas. Les présentations seront également réalisées par l’équipe du projet 5EURES - cofinancé par la Commission Européenne - qui présentera des applications bois-énergie de Finlande, Lituanie, Allemagne, Espagne et Portugal. Un service de traductions simultanées français/anglais et anglais/français sera assuré. Les présentations seront réalisées sur les sujets suivants : - Directive européenne sur les énergies renouvelables par la DG TREN de l’UE - Développer la bioénergie, AEBIOM - Perspectives du chauffage et de la production de froid dans l’UE - Prévisions du marché des granulés de bois - Les politiques et réglementations FSC européennes pour les carburants de bois - Normes de qualité et règlementation des granulés de bois européen

Etudes de cas : - Usine de production de granulés de bois à partir de troncs - Une application industrielle de 50 MW - Les perspectives du marché de la production de froid par le bois-énergie - Les résultats du projet 5 EURES Le bois-énergie en pratique pour les collectivités Vendredi 20 Avril Le rôle des collectivités dans l’intégration des bioénergies pour le chauffage, la climatisation et la production d’électricité ne peut plus être sous-estimé dans notre environnement en perpétuel changement. L'objectif de cette journée de conférences est de fournir d'une part des études de cas et de l'autre les aspects plus pratiques concernant l’intégration du bois-énergie, les réductions d'émission, les solutions d'installation, l'approvisionnement en biocombustibles, le pour et le contre de la cocombustion, etc... C'est donc une occasion unique pour que les collectivités intéressées obtiennent des informations de qualité et discutent le pour et le contre d'un « futur bioenergies ». Un service de traductions simultanées français/anglais & anglais/français sera assuré. MATIN: L’approvisionnement des chaufferies collectives 10h00 - 10h30 : La garantie des forêts françaises pour l’approvisionnement en pla-

quettes forestières par Pierre DUCRAY & Philippe GOUPIL, UCFF - ONF Energie 10h30 - 11h00 : Les entrepreneurs de travaux forestiers, acteurs locaux pour la plaquette forestière par François PA S Q U I E R , Entrepreneurs des territoires 11h00 - 11h30 : Evolution offre biocombustibles en sous-produits de transformation et de recyclage du bois par Patrick OLLIVIER, Enerboiscoop 11h30 - 12h00 : Valorisation agronomique des cendres des chaufferies biomasse 12h00 - 12h30 : Le référentiel de qualité AFAQ pour le service de fourniture en plaquettes forestières par Lamine BADJI, ITEBE. APRES-MIDI : La production d’énergie dans une collectivité 14h00 - 14h30 La pertinence des chaufferies collectives au granulé de bois par Pierre ESCHBACH, Energie Concept 14h30 - 15h00 : La cogénération en petite puissance, exemple des chaudières à huile thermique par Andrea DUVIA,Turboden 15h00 15h30 : Caractéristiques et avantages des installations de cocombustion par Jean Claude KITA, CNIM, La Courneuve 15h30 - 16h00 : Le contrôle des émissions atmosphériques des chaufferies à biomasse 16h00 - 16h30 : Le traitement environnemental des cheminées de chaufferies collectives à bois Bereins

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com

par Gildas LEAUTE 16h30 - 17h00 : Le réseau de chaleur : mise en oeuvre, performances thermiques, longévité Logstor par Alain LINTZ 17h00 - 17h30 : Solutions préfabriquées pour les sousstations de réseaux de chaleur par Dominique SEGUY, Tepeecal Le Bois-Energie en Région Centre Vendredi 20 Avril Dans le cadre de sa Politique Energie, la région Centre organise avec l’ADEME une journée entièrement dédiée au bois-énergie en Région Centre avec 10 minutes de questions/réponses pour chaque conférence. 14h30 - 15h : Une interprofession au service de la filière régionale- Rôle et missions d’Arbocentre 15h10 - 15h50 : Réseau de chaleur : Performances, coût et développement local par Yann OREMUS, AMORCE 16h - 16h40 : L’engagement des professionnels : Qualibois Qualit’Enr par M. MATHON, SER 16h50 - 17h30 : Bois-énergies : Nouvelles réglementations et évolutions par Olivier LESNIEWSKI, COSTIC. Les Bonnes Pratiques du Bois-Energie à la Maison Ces conférences auront lieu le samedi 21 avril et le dimanche 22 avril (même programme pour les 2 jours)

Le Grand Prix de l’Innovation est devenu une récompense prestigieuse pour le marché. Les trophées du salon Bois Energie 2005 ont été décernés aux 3 catégories suivantes : - Matériels d’approvisionnement Matériels de chauffage domestique au bois Matériels de chauffage automatique et cogénération au bois Deux catégories de prix sont remises : 1- le Grand Prix de l’Innovation récompense un développement technologique majeur et 2- les Félicitations du Jury récompensent une amélioration technologique.

Page 9


Biogaz A

ur www.solagro.org, un petit calculateur basé sur cet arrêté tarifaire, permet de connaître le prix d'achat de l'électricité produite par le biogaz en fonction de la puissance et du taux de valorisation global.

S

Page 10

à chacun ses raisons Du côté de la méthanisation des déchets ménagers; le développement s’est enclenché il y a quelques années. Du côté de la « co-digestion », du biogaz agricole, et du gaz de décharge, les tarifs d’achat de l’énergie ex-biogaz, rehaussés en juillet 06 font brûler de la matière grise. Dans les industries, les stations d’épuration, on investit ou réinvestit dans la co-génération. ans le domaine des déchets ménagers, cinq usines fonctionnent après deux décennies de sommeil. Amiens a ouvert la voie en 1988. Va r e n n e s - J a r c y, Calais, Le Robert à la Martinique et Lille ont suivi depuis peu. Montpellier, ClermontFerrand, Saint Lô, Marseille et Forbach seront mises en service entre 2008-2012. D’autres collectivités Angers, Metz, Romainville, Le BlancMesnil, le département de l’Ain, … ont également fait le choix d’insérer la méthanisation dans leur politique déchets. Les raisons de cette reconnaissance, somme toute tardive ? Pour les projets récents, la nouvelle grille tarifaire n’y est pas étrangère. Mais ce développement doit beaucoup à d’autres facteurs. Primo : les collectivités ont du mal à « recycler toujours plus » tandis que les quantités ne cessent de croître. La méthanisation apparaît comme une des solutions intéressantes. Variante haut de gamme du compostage, elle concerne potentiellement deux tiers du contenu des poubelles des ménages ! Lequel est ensuite transformé pour une moitié en énergie, pour l’autre,

D

en amendement. Ça tombe bien : les énergies renouvelables ont (enfin) la cote tandis que le retour au sol de matières organiques est une nécessité mieux admise maintenant que l’amélioration des tris en amont des usines permet d’obtenir des digestats de qualité. Secundo, les technologies ont fait leur preuve. Le retour d’expérience de nombreux pays - plus de 100 usines en Europe - rassure les donneurs d’ordre, alors que l’incinération et la mise en décharge suscitent toujours défiances et polémiques. Tertio, la méthanisation est désormais reconnue pour ce qu’elle est : non pas une solution miracle à 100 %, mais une maillon tantôt substituable, tantôt complémentaire des autres technologies. La méthanisation, c’est enfin, une modularité et une souplesse qui séduisent. La future unité du Blanc-Mesnil va traiter des boues d’épuration de l’agglomération parisienne . De telles complémentarités s’étudient à la campagne, ou en zones périu r b a i n e s . Communautés de communes, Pays, Régions, engagent des études de gise-

ment et élaborent des schémas d’implantation d’unités capables de traiter en mélange, fumiers et lisiers, déchets agroalimentaires, déchets verts, boues et graisses de stations… Les motivations sont environnementales - les plans climat fleurissent mais aussi énergétiques et économiques avec la création d’activités non délocalisables. Si les nouveaux tarifs « biogaz » ajoutent à la faisabilité des projets, la prime à l’efficacité énergétique pousse à la valorisation de la chaleur. Autrement dit, à l’implantation des installations à proximité d’entreprises ou d’industries « consommatrices » ainsi qu’ à la création de petits réseaux de chaleur. Quatre projets de ce genre sont à l’étude en France, pour une soixantaine d’unités opérationnelles en Europe. A titre individuel ou dans le cadre de projets collectifs de biogaz à la ferme, les éleveurs s’interrogent eux aussi. Avec trois installations en fonctionnement, deux en rodage, la filière, balbutiante, devrait décoller. A quel rythme ? Difficile à prédire. La France n’a pas suivi la voie allemande et sa surprime à la digestion des cul-

© photographie: François Duvernay/LMCU

raison de quelques nouveaux digesteurs par an, le développement se poursuit sur les stations d’épuration urbaines. 70 stations digèrent les boues de quelques 20 millions d’équivalent habitants. Objectif des gestionnaires : réduire toujours plus les volumes de boues à évacuer. Quelques stations, à l’image de Montpellier, testent en ce sens l’hydrolyse thermique. La production d’énergie (en partie valorisée sur site) est un plus et les stations investissent ou réinvestissent dans la cogénération, pour mieux valoriser la chaleur. Avec une centaine de sites équipés d’un ou plusieurs méthanisateurs, le secteur industriel devrait rester fidèle à la méthanisation. Ici encore, la cogénération a de beaux jours devant elle. Elle devrait également se généraliser à bon nombre de centres d'enfouissement de moyenne capacité. Une vingtaine de décharges-seulement les plus importantesvalorisent aujourd’hui leur biogaz.

Un tour d’horizon français

Le plein à la station biogaz de la communauté urbaine de Lille

© photographie: SOLAGRO

Stations d’épuration, méthaniseurs industriels et décharges : cap sur la cogénération

tures énergétiques (prime NaWaRo). La priorité compte-tenu de notre « capital » de 300 millions de tonnes de lisiers et fumiers par an - est de réduire les émissions de gaz à effet de serre associés pour une large part à leur stockage à l’air libre. L’Allemagne 3500 installations, 40 000 unités en prévision en 2020, affiche d’énormes ambitions. Une stratégie qui à nos yeux n’est pas sans risque. Celui de voir l’énergiculture prendre le pas sur l’agriculture, avec des digesteurs dopés au maïs, en lieu et place de vaches et cochons. A suivre donc… Isabelle Meiffren SOLAGRO. isabelle.meiffren@sola gro.asso.fr

L’arrêté du 26 juillet 2006 en bref, c’est : -une augmentation de 50 % des tarifs d’achat de l’électricité ex-biogaz -des tarifs qui varient de 75 € / MWh pour un moteur sur gaz de décharge sans valorisation de la chaleur cogénérée, à 140 € / MWh dans le meilleur des cas (méthanisation en digesteur, moteur de moins de 150 kW, taux global de valorisation du biogaz de plus de 75 %). La prime d'efficacité énergétique, de 30 € / MWh, incitera les producteurs à utiliser correctement la chaleur cogénérée, y compris via du transport de biogaz par canalisations dédiées, pour aller chercher des débouchés à quelques kilomètres.

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com


Biocarburants Les Régions Champagne-Ardenne et Picardie

Deux régions pilotes pour le développement des biocarburants Labellisé à vocation mondiale, le Pôle de Compétitivité Industries et Agro-Ressources (IAR) ChampagneArdenne et Picardie a pour ambition de devenir la référence européenne pour les valorisations non alimentaires des agro-ressources à l’horizon 2015. Le Pôle labellise les projets de Recherche et Développement à forte compétitivité trouvant des débouchés sur les marchés des bioénergies dont les biocarburants, des agromatériaux, des biomolécules et des ingrédients alimentaires qui reposent sur le concept de raffinerie végétale. os deux régions voisines sont autant reconnues pour leur potentiel agricole avec près de 3 millions d’hectares de surface agricole, leur agro-industrie que leurs investissements privés et publics dans la recherche et développement. De nombreuses avancées ont été initiées par nos acteurs pour substituer le carbone végétal au carbone fossile.

N

Fortes d’une expérience de plus de 20 ans, les régions Champagne-Ardenne et Picardie sont des régions pilotes dans le domaine des biocarburants. Nos territoires sont le berceau des principaux acteurs agro-industriels des filières des biocarburants (bioéthanol et diester). L’usine de Venette (Compiègne) est chronologiquement la première unité française de production de diester. Des projets de construction de nouvelles unités par Diester Industrie sont en cours à Compiègne dans la Somme et à Nogent le Mériot dans l’Aube. La filière éthanol n’est pas en reste. Des unités d’une capacité de plus de

300 000 tonnes d’éthanol sont déjà opérationnelles en Picardie (à OrignySainte-Benoîte, groupe Téréos), le seront bientôt (Cristanol, à P o m a c l e Bazancourt dans la Marne) ou sont en projet (Pont-surSeine dans l’Aube, groupe Soufflet). Plus de la moitié des agréments de production accordés par le gouvernement sont détenus par les acteurs des deux régions. © photographie: IAR

Ces projets industriels s’inscrivent dans la démarche du Pôle de Compétitivité. Au niveau des biocarburants de première génération, c’est à dire les biocarburants actuels (éthanol base blé / betterave et diester base colza / tournesol), le Pôle travaille avec l’ensemble des acteurs à améliorer les bilans environnementaux et énergétiques pour optimiser chacune des filières : réduire l’utilisation d’intrants (engrais, produits phytosanitaires…), respect des équilibres avec les besoins alimentaires... Des travaux sont engagés dans ce sens tant au niveau de

l’amont agricole (approche agronomique), qu’au niveau des procédés de transformation (approche technologique). Parallèlement, des travaux de R&D sont en cours sur la valorisation des co-produits que sont notamment les pailles, les sons ou encore les pulpes. Le Pôle œuvre aussi à la diffusion de cette technologie au grand public. En 2006, dans le cadre de l’expérimentation nationale du carburant E85, le Pôle IAR a lancé une opération d’expérimentation et de démonstration de 5000 véhicules flex fuel (roulant soit au

SP 95 ou à l’E85 – carburant composé de 85% d’éthanol et 15% d’essence) en favorisant conjointement la mise en place de 50 pompes E85 sur son territoire d’ici 2008. Le Pôle travaille en concertation avec la mission « flexfuel 2010 » mise en place récemment par le ministre de l’Economie et présidée par Alain PROST. Le Pôle s’engage aussi pour les biocarburants de deuxième génération qui viendront compléter l’offre actuelle. Il s’agit d’envisager l’utilisation de plantes entières, de type « lignocellulosiques », des plantes

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com

cultivées à cet effet appelées plantes dédiées comme le sorgho ou le miscanthus. Deux voies principales se dessinent : la voie thermochimique (pyrolyse / gazéïfication) et la voie biologique (hydrolyse enzymatique / fermentation). Les Régions Champagne-Ardenne et Picardie et le Pôle IAR ont de nombreux atouts à faire valoir pour développer les carburants du futur. Francky DUCHATEAU duchateau@iarpole.com IAR

Pôle de compétitivité “ Industries et AgroRessources ” Guichet unique de l’innovation, doté d’outils de veille stratégique telle qu’une plateforme d’intelligence économique pilote, le pôle labellise les projets à forte compétitivité trouvant des débouchés sur les marchés émergents : biomolécules, biomatériaux, bioénergies et ingrédients alimentaires qui reposent sur le concept de raffinerie végétale. Ces axes stratégiques sont au coeur des enjeux du développement actuel et futur : compétitivité internationale, développement durable, protection de l’environnement, santé et sécurité des consommateurs….La démarche partenariale encouragée au travers du Pôle de Compétitivité doit faciliter l’émergence et la concrétisation de nombreux projets innovants tant au niveau français, européen, que mondial. En cela le Pôle de Compétitivité s’appuie sur plus de 600 chercheurs répartis au sein d’universités, instituts de recherche, centres techniques, écoles d’ingénieurs ainsi qu’un large tissu de PME et de grands groupes industriels. En six mois d’activité, le Pôle de Compétitivité Industries et AgroRessources a labellisé 8 wprojets pour un montant de 25 M€ de financements. www.iar-pole.com

Page 11


Normes Elyo, remporte le projet « Eole » de Turbomeca à Bordes, Pyrénées Atlantiques Elyo, Groupe SUEZ, remporte la délégation des utilités énergétiques et industrielles pour le projet « Eole » de Turbomeca, leader mondial des turbines d’hélicoptères et filiale du groupe SAFRAN, à Bordes (64) . Elyo met le bois énergie au service du projet « Eole » Afin de subvenir aux besoins de chaleur de la future usine Turbomeca, Elyo va mettre en place une chaudière biomasse de 3 MW. Premier équipement de cette envergure dans les Pyrénées Atlantiques, l’installation biomasse couvrira 85 % des besoins en chaleur du site et favorisera l’émergence d’une filière bois-énergie dans le département, ce qui permettra à la fois de préserver l’environnement en évitant le rejet à l’atmosphère de 1 500 tonnes de CO2 par an et de contribuer au dynamisme économique de la région. Le Centre Technique d’Elyo produira également du froid pour les besoins thermiques du futur bâtiment et pour alimenter une partie du process de Turbomeca. L’ensemble des installations devraient être mises en service fin 2008. Source: Elyo

Page 12

Déjà 27 normes européennes publiées sur les biocombustibles

Le long chemin de la normalisation C’est en 1998 que la première pierre de la normalisation des biocombustibles solides a été posée : l’Institut Suédois de Normalisation (SIS) a été missionné par la Commission Européenne pour définir les biocombustibles. En fait la raison était que la Commission avait commencé deux projets de normalisation des biocombustibles solides. Le SIS a ensuite contacté l’Organisation Européenne de Normalisation (CEN) et ensembles avec la Commission, ils ont mit en place un comité technique, le CEN/TC 335 Biocombustibles Solides, afin d’établir 30 nouvelles normes sur les biocombustibles solides. Aujourd’hui 27 normes ont été publiées. Larz Sjöberg braque les projecteurs sur la prochaine étape : il est temps de généraliser et transformer ces normes en ISO. e travail du comité TC 335 Biocombustibles Solides a été organisé en 5 groupes de travail : WG 1, chargé de la terminologie, les définitions et les descriptions, WG 2, chargé des caractéristiques et des classes, WG 3, chargé de l’échantillonnage, WG 4, chargé des méthodologies de tests mécaniques, WG 5, chargé de la méthodologie des tests chimiques. Chaque groupe dispose d’un bureau avec un négociateur et un secrétaire. La Suède dirige le TC 335 et le WG 4, l’Allemagne le WG 1, la Finlande, le WG 2, et les Pays-Bas les WG 3 et WG 5.

L

Un long parcours La création d’une norme prend beaucoup de temps. Le chemin commence normalement par une réunion à laquelle les experts des différents pays européens sont invités. Chaque groupe de travail nomme un chef de projet qui est responsable d’ébaucher la norme. L’ébauche est ensuite mise en circulation pour commen-

taires entre les experts du groupe. Quand le projet de norme a été validé par 75 à 80% des experts, le document est transmis au Comité Technique (TC). Les commentaires du TC sont pris en compte par le groupe de travail lors d’une réunion et une nouvelle version est rédigée. Quand tout le monde est satisfait, le document de travail est envoyé pour un vote formel aux membres du CEN. Si le projet reçoit plus de 70 % de votes positifs, il est validé et publié par le CEN. Voici la procédure normale de création d’une norme. Le mandat Les normes sur les biocombustibles solides ont été écrites sur mandat de la Commission. Quand le projet a débuté, la Commission souhaitait fortement mettre les normes sur le marché. C’est pourquoi dans un premier temps il a décidé d’établir des Caractéristiques Techniques, une forme de norme simplifiée. Ceci signifie qu’il fallait ensuite faire évoluer ces

Caractéristiques Techniques en de véritables normes européennes. Le travail a commencé à l’automne 2006 et devrait aboutir en 2010. Stimuler le développement du marché Si l’Union Européenne a poussé à la création de ces normes, c’est parce qu’elle veut développer l’usage des biocombustibles, tels que les granulés ou les plaquettes, pour pouvoir diminuer les émissions de dioxyde de carbone. En 2010 la part des énergies renouvelables doit atteindre une part de 12 % de la totalité de l’énergie consommée. Les normes européennes devraient faciliter le commerce de biocombustibles solides. Le projet de recherche BioNorm Parallèlement au travail de normalisation, la Commission travaille sur un projet nommé BioNorm. Les résultats de ce projet sont intégrés à la normalisation européenne. La première partie de BioNorm a abouti en 2004 et la seconde partie commencera ce printemps

2007. Pour plus d’informations sur BioNorm, visiter www.ie-leipzig.de/referenzen/bionorm2.htm . Intégrer les normes sur le marché Une importante tâche consiste à mettre les normes sur le marché. Du fait qu’elles vont encore évoluer au cours des trois prochaines années, les utilisateurs des normes pourront faire remonter leurs commentaires pour les améliorer. Il y a différentes façons de diffuser les nouvelles normes. L’une consiste à écrire des articles pour les revues comme Bioenergie International. Une autre est de présenter les normes lors des conférences telles que World Biomass ou World Bioenergy. Un intérêt mondial De nombreux intérêts pour les normes européennes se manifestent à l’extérieur de l’Europe. La Chine, le Canada, le Brésil etc… demandent quand les normes ISO seront prêtes. Lors de la Conférence World Bioenergy qui a eu lieu en Suède l’année dernière, des délégués

chinois ont demandé si ils pouvaient acheter les normes. Et bien entendu il est possible de les acheter à des organismes comme l’Institut Suédois de Normalisation. Mais à long terme, une harmonisation globale des normes est la meilleure solution. En Suède le SIS cherche à mettre en place un comité technique ISO pour les biocombustibles. Le futur des biocombustibles est très prometteur. Leur usage va augmenter au cours des prochaines années et le besoin de normes internationales sera alors très important. Lars Sjöberg SIS, Institut Suédois de Normalisation Secrétaire du CEN/TC 335 Biocombustibles Solides lars.sjoberg@sis.se

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com


Normes Canada – Alberta 900 000 $ pour développer les biocarburants in mars, le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire a annoncé que le gouvernement du Canada investit 900 000 dollars dans le financement de trois études de faisabilité pour la production de biocarburants. « L'investissement dans ces projets permettra aux producteurs et aux collectivités rurales de participer à une production accrue de biocarburants au Canada et d'en tirer profit, a déclaré M. James R a j o t t e . L'augmentation de l'utilisation des biocarburants constitue une bonne nouvelle tant pour cette industrie naissante que pour l'ensemble du secteur agricole et aura également comme effet la réduction des émissions de gaz à effet de serre et du smog. » Les projets financés par l'Initiative des marchés de biocarburants pour les producteurs (IMBP) sont les suivants : une étude de faisabilité sur la construction d'une usine de biodiesel dans le comté de Sturgeon, une étude préliminaire sur la construction d'une usine de production de biodiesel dans le centre de l'Alberta, une étude d'un complexe de fabrication de biocarburants à Strathmore Source : Le Bulletin des Agriculteurs

F Réf TC 335

Titre de la norme

Réf. CEN

Date de publication

14558

17/12/07

Groupe de travail WG 1: terminologie, définitions et descriptions 335 001

Biocombustibles solides - terminologie, définitions et descriptions

Groupe de travail WG 2: Caractéristiques, classes et assurance qualité des combustibles 335 002

Biocombustibles solides - caractéristiques et classes de combustibles

14961

11/04/07

335 003

Biocombustibles solides - assurance qualité des combustibles

15234

15/03/07

335 033

Biocombustibles solides - guide pour les systèmes d’assurance qualité

15569

Groupe de travail WG 3: échantillonnage et réductions des échantillons 335 008

Biocombustibles solides - échantillonnage 1ère partie : méthodes d’échantillonnage

14778-1

01/11/05

335 005

Biocombustibles solides - échantillonnage 2ème partie : méthodes pour échantillonner les matériaux particulaires transportés par camion

14778-2

01/11/05

335 006

Biocombustibles solides - échantillonnage -: méthodes pour préparer les plans et les certificats d’échantillonnage

14779

01/11/05

335 007

Biocombustibles solides - méthode pour la préparation des échantillons

14780

01/11/05

Groupe de travail WG 4 : méthodologie des tests mécaniques et physiques 335 008

Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer le pouvoir calorifique

14918

01/05/05

335 009

Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer la masse volumique

15103

30/11/05

14774 - 1

01/09/04

14774 - 2

01/09/04

14774 - 3

01/09/04

335 010 335 011 335 012

Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer l’humidité - séchage au four - 1ère partie : teneur totale en eau - méthode de référence Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer l’humidité - séchage au four - 2ème partie : teneur totale en eau - méthode simplifiée Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer l’humidité - séchage au four - 3ème partie : humidité dans un échantillon d’analyse générale

335 013

Biocombustibles solides - méthode pour déterminer le contenu des matières volatiles

15148

03/11/04

335 014

Biocombustibles solides - méthode pour déterminer le taux de cendres

14775

01/09/04

335 015

Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer le comportement des cendres à la fusion

15370 - 1

27/09/06

335 016 335 017

Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer la granulométrie - 1ère partie : méthode à tamis oscillant de 15149 - 1 mailles supérieures à 3,15 mm Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer la granulométrie - 2ème partie : méthode à tamis oscillant de 15149 - 2 mailles inférieures à 3,15 mm

01/01/06 01/01/06

Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer la granulométrie- 3ème partie : méthode à tamis rotatif

15149 - 3

335 019

Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer les impuretés

Pas Recherche non d’activité nécessaire

335 020

Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer la masse volumique des particules

335 032

Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer la granulométrie des particules désintégrées

335 018

335 022 335 023

Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer la durabilité mécanique des granulés et des briquettes 1ère partie : les granulés Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer la durabilité mécanique des granulés et des briquettes 2ème partie : les briquettes

335 034

Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer les propriétés d’agglomération

335 035

Biocombustibles solides - analyse de l’humidité, du taux de cendre et du taux de matériaux volatiles de l’échantillon d’analyse générale par des procédures instrumentales

15150

01/01/06

01/11/05

en cours 15210 - 1

01/12/05

15210 - 2

01/12/05

en cours

Groupe de travail WG 5 : méthodologies des tests chimiques 335 025

Biocombustibles solides - déterminer les teneurs en carbone, hydrogène et azote - méthode instrumentale

15104

01/08/05

335 026

Biocombustibles solides - déterminer les teneurs en soufre et en chlore

15289

01/04/06

335 027

Biocombustibles solides - méthodes pour déterminer la teneur en chlore, sodium et potassium soluble dans l’eau

15105

01/08/05

335 028

Biocombustibles solides - détermination des constituants principaux

15290

01/04/06

335 029

Biocombustibles solides - détermination des constituants secondaires

15297

01/04/06

335 030

Biocombustibles solides - calcul des analyses à partir de différentes bases

15296

01/04/06

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com

Page 13


Cogénération Un nouveau portail de coopération pour l'accès à l'énergie dans les PVD Le Riaed est un réseau international d'experts impliqués dans des projets d'accès à des services énergétiques dans les pays en développement. Le nouveau portail du Riaed est un outil neutre de mise en commun des ressources. A la façon d'un blog, il est conçu pour faciliter les contributions individuelles des experts ; chacun peut proposer une information d'actualité ou un rapport en remplissant un formulaire très simple, directement en ligne. Chaque internaute peut réagir ou commenter un article en ajoutant un commentaire très facilement. Un annuaire offre aussi l'occasion de rendre visible son expérience et/ou d'identifier une expertise précise, dans un pays ou une thématique donné. Le portail abrite enfin sept groupes de travail constitués d'experts du Sud, intéressés par un même sujet, qui ont décidé de mettre leurs moyens d'investigations en commun pour aller plus vite, plus loin sur le sujet, en profitant de l'expérience des autres. www.riaed.net

Microcogénération en Suisse

appel à partenaires L

a production combinée d’électricité et de chaleur (et/ou de froid) qui permet des rendements énergétiques supérieurs à 85% est en plein développement. La micro-cogénération biomasse est une solution aux marchés des sites isolés et des PVD. Les compresseurs spirales (ou type scroll) sont bien connus dans le marché par leur efficacité et leur robustesse. Etant donné qu’ils offrent un grand nombre d'avantages opérationnels avec des performances de loin dépassant celles des machines réciproques, leur développement technologique a été rapide et avec succès. vendus à très ture (entre 100 et une exploitation plus es unités herefficace de la chaleur large échelle au métiques sont 250ºC). La technolo(c) photographie Eneftech niveau mondial gie de Eneftech est à basse température maintenant année sont de fabriet donc à faible coût (en dessous de 300°C) fabriquées en série basée sur le principe quer 5 à 6-modules de et ceci, pour les applispécifique. Les microdes cycles organiques avec un faible coût micro-turbines NFCOcogénérateurs de Rankine (ORC). cations de petites spécifique, et ceci GEN, soit 3 modules puissances (de l’ordre Eneftech ont un bon pour applications C’est une technique de 5 kWe et 3 modules rendement, des vitesde génération d’élecde quelques kW à diverses telles que la de 30 kWe. ses de rotation adapquelques MW). Les ventilation et réfrigératricité à partir de sourunités ORC modulaitées au réseau électrition. Eneftech déveces thermiques à La société Eneftech que permettant un basse température res de Eneftech sont loppe l'approche et est à la recherche d’infabriquées à partir de couplage direct de l'expertise permettant avec l’utilisation de vestisseurs industriels, composants hermétil’alternateur et un fluides organiques qui l’utilisation de ces décidés de produire à fonctionnement silenalimentent des turbiques, robustes et de compresseurs scrolls grande échelle ce syslongue durée de vie. cieux à moindre vibraen turbines pour la nes selon le même tème révolutionnaire. tion, ne nécessitant Un autre avantage est principe que le cycle à génération d'électripratiquement pas de que ce sont des comvapeur de Rankine. cité à partir de sources www.eneftech.com posants à large diffumaintenance, Les fluides organiques de chaleur à relativeLes objectifs de cette sion, actuellement utilisés permettent ment basse tempéra-

D

Potentialités d’utilisation rationnelle de la biomasse dans les PME africaines ans le cadre de ses activités à l’international, l’ITEBE participe au projet ENEFIBIO, financé par le programme Coopener de «Energie Intelligente pour l’Europe». Ce projet est coordonné par le CRA-W (Centre wallon de Recherches agronomiques, Belgique), et formé avec l’ITEBE (Institut Technique Européen du Bois Énergie, France), ERAC a m e r o u n (Cameroun) et ENDA

D

Tiers Monde (Sénégal). Une des principales actions du projet consiste à réaliser un diagnostic des améliorations possibles au niveau de l’efficacité énergétique et de l’utilisation de bioénergie au sein de différents secteurs de PME, menant à la définition de secteurs et d’actions prioritaires. Au Cameroun, la biomasse est largement disponible et très peu valorisée. Les scieries et les menuiseries

sont intéressantes pour le développement des projets (séchage au bois, production de bûches de bois densifiés et de granulés). Les huileries (huile de palme) de plus de 1000 ha de plantation, les unités de torréfaction de café et les unités de fumage de poissons pourraient envisager des projets d’amélioration de leurs process de production d‘énergie. Au Sénégal, les rizeries industrielles ont

des problèmes de gestion de leurs déchets (balle de riz) ; leur fonctionnement est entravé par les coupures d’électricité, et le séchage pourrait leur apporter un surcroît d’activité. La valorisation énergétique de la balle de riz par cogénération est envisageable. Les fermes bovines et avicoles sont en pleine expansion et pourraient faire de la méthanisation. Les boulangeries en milieu rural et les unités de

séchage de poissons sont très intéressantes en terme d’amélioration de process et de recherche de combustibles de substitution. Neuf fiches techniques présentent les aspects techniques et économiques de l’utilisation de la biomasse énergie dans les PME des secteurs considérés. www.enefibio.com Lamine BADJI ITEBE

(c) photographie ITEBE

Page 14

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com


Abonnement Oui, je m’abonne pour 6 numéros (30 € ou 42 € hors France métropolitaine)

AGENDA 9-11 mai 2007 Conférence de l’Atlantique sur la BIOÉnergie à Saint John, NouveauBrunswick, Canada www.atlanticbioenergy.ca

NOM :....................................................................... Prénom : .................................................................. Raison sociale ......................................................... Adresse : ................................................................. .................................................................................. Code postal : ...................... Pays : ......................... Ville .......................................................................... Email :....................................................................... ..................................................................................

7-11 mai 2007 15ème conférence et salon biomasse à Berlin. www.conferencebiomass.com

Ci-joint le règlement correspondant par chèque à l’ordre de l’ITEBE (vous recevrez une facture) Je paierai à réception de facture Signature :

11-13 juin 2007 NORDIC BIOENERGY 2007 un programme de conférences à S t o c k h o l m sur les marchés et les technologies des différentes bioénergies en europe. www.nordicbioenergy2007.se

Date : A retourner par fax ou courrier à : ITEBE 28 boulevard Gambetta BP 30149 F 39004 LONS le SAUNIER Cedex France

FORMATION 2007 Les formations pour SAVOIR S.01 : Comprendre le marché des bioénergies S.02 : Devenir conseiller en bioénergies S.03 : Envisager une chaufferie biomasse S.04 : Vendre le chauffage au bois : combustibles & appareils S.05 : Devenir formateur en bioénergies S.06 : Envisager la production, la transformation de biomasse-énergie S.07 : Envisager la production et la valorisation de biogaz

Les formations pour PRESCRIRE P.01: Diagnostiquer un projet de chauffage par biomasse P.02 : Réaliser l’étude de faisabilité d'une chaufferie automatique au bois avec réseau de chaleur P.03 : Concevoir une chaufferie automatique au bois avec réseau de chaleur

P.04 : Réaliser l’étude de faisabilité d’une production de biogaz avec cogénération P.05 : Concevoir une production de biogaz avec cogénération P.06 : Proposer des solutions juridiques pour les chaufferies publiques au bois françaises

Les formations pour REALISER R.01 : Installer un poêle à bois ou une cheminée à foyer fermé R.02 : Dimensionner & poser un conduit de fumée R.03 : Réaliser une petite chaufferie à bois R.04 : Produire & vendre de la plaquette forestière R.05 : Vendre & installer des poêles & cheminées à granulés R.06 : Conduire une chaufferie biomasse R.07 : Produire & vendre du bois de chauffage R.08 : Réaliser une unité de méthanisation avec cogénération

Formations réalisées dans le cadre d’un réseau partenarial étendu

3-6 septembre 2007 FINBIO organise BIOENERGY 2007, 4 journées de salon et de conférences internationales sur les bioénergies à Jyväskyla, Finlande. http://seminaarit.oh oi.fi/default.asp?semi narID=6

6-8 décembre 2007 Enjoy Montpellier o r g a n i s e « ENERGAIA » en le premier Salon International des E n e r g i e s Renouvelables de Montpellier . w w w. e n e rg a i a expo.com

Renseignements, inscriptions : ITEBE – BP 30149 - 39004 LONS LE SAUNIER cedex - France Tél. +33 3 84 47 81 00 - Fax +33 3 84 47 81 19 – education@itebe.org Calendrier complet sur www.itebe.org

Bioenergie International N°0, 4 - 2007 / www.bioenergieinternational.com

Page 15


Prébroyage Broyage Conditionnement Granulation Refroidissement Tamisage

Le leader Français des solutions complétes pour la

granulation des bioénergies De l’expérience à la qualité standard • Plus de 30 ans d’expérience dans la fabrication de presses et broyeurs dédiés aux granulés de bois. • 500 000 tonnes de granulés de bois sont produites chaque année sur nos

Conception, réalisation ComFX 02 37 50 16 25 - Crédits photos Promill-Stolz

presses à granuler.

Route Nationale 12 28410 SERVILLE - FRANCE Tél. +33 (0)2 37 38 91 93 Fax +33 (0)2 37 43 21 84 www.promill-stolz.fr promill@promill-stolz.fr

R00 Bioenergie international avril 2007  

Premier numero de la revue bioenergie international

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you