Page 38

INTERVIEW

Pour cela, il est nécessaire notamment de transformer la gare de Lausanne. Un chantier à 660 millions de francs qui fait aujourd’hui partie des priorités des CFF et du Conseil fédéral, ce dernier ayant proposé, début 2011, de modifier la loi sur de développement de l’infrastructure ferroviaire (ZEB) pour réaffecter un milliard de francs au nœud ferroviaire de Lausanne!

L’un des gros défis du canton de Vaud est de faire face à l’augmentation de sa population… Résoudre la crise du logement fait-il partie de cette «communauté d’intérêt»? Oui, de manière indirecte. En effet, nos projets d’agglomérations, fondés sur les pronostics démographiques de la Confédération, visent précisément à accueillir les habitants et les emplois attendus à l’horizon 2030 dans cette région extrêmement dynamique, qu’il s’agisse des projets vaudois - au premier rang desquels figure le projet d’agglomération Lausanne-Morges (PALM) - ou du projet d’agglomération franco-valdo-genevois (PAFVG). Ces projets ont au moins deux points en commun: ils misent sur une mobilité durable essentiellement basée sur le développement des transports publics et ils ambitionnent de rééquilibrer le ratio entre emplois et logements pour stopper l’explosion des déplacements pendulaires et l’étalement de l’urbanisation.

François Marthaler, lors de l’inauguration d’un nouveau matériel roulant sur le RER Vaud Photo © CFF

L’accord vise à préparer le futur de la région lémanique… Est-ce que cet avenir passe par une fusion entre Vaud et Genève? (rires). A l’époque, j’ai voté personnellement en faveur de l’initiative demandant cette fusion. Je continue à me sentir dans l’un des deux «quartiers» d’une même agglomération. Mais la population et la classe politique ne sont certainement pas mûrs pour réaliser un tel projet. Il serait faux d’attendre une fusion institutionnelle pour améliorer la situation. Je pense qu’il y a mille manières de promouvoir cette communauté de destin. Et l’accord stratégique conclu entre nos deux cantons en est une magnifique démonstration.

Est-il prévu que d’autres cantons ou la France voisine se joignent au projet? Les structures de coopération supra-cantonales et internationales sont nombreuses: PAFVG, Arc Jurassien, Conseil du Léman, Conférence des gouvernements de Suisse occidentale, etc. Mais je ne pense pas pour autant que la structure de la Métropole lémanique doive être élargie, au risque de s’enliser. Au contraire, il faut que cette métropole assume son rôle de locomotive de toute une région et que celle-ci reconnaisse ce leadership naturel. De ce point de vue, nous avons un retard à combler par rapport à d’autres espaces métropolitains existants, en particulier celui de Zurich. La «capitale économique» du pays est largement reconnue par les cantons qui la composent et en tirent profit. Et même au-delà. Objectivement, la Métropole lémanique tend à peser aussi lourd, mais elle n’est pas encore reconnue comme telle. 36

Photo © CFF

Photo © CFF

Profile for Bien Vivre

Bien Vivre en pays de Vaud - été 2012  

Bien Vivre en pays de Vaud - été 2012

Bien Vivre en pays de Vaud - été 2012  

Bien Vivre en pays de Vaud - été 2012