a product message image
{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade

Page 22

Le billet de Valérie Dietrich

« CE N’EST QUE LE DÉBUT » Apparemment « ce n’est que le début » et pourtant, je me sens déjà démunie. L’adolescence me dit-on, ou plus exactement la pré-adolescence ! Autrement dit l’échauffement, la mise en bouche, l’apéritif. C’est arrivé comme ça, en quelques semaines. Un nouvel établissement, un nouveau quartier. Le collège et son cortège de jeunes gens où se mêlent ce.ux.lles qui jouent à l’épervier dans la cour de récré, et ce.ux.lles qui s’embrassent discrètement derrière un pilier. Un cycle de quatre ans dans lequel on entre avec encore quelques dents de lait, et dont on ressort avec un diplôme, des choix d’orientation et un corps d’adulte. Bref, de mon point de vue de parent, un vortex temporel. Pourtant je me pensais plutôt préparée. Voire entraînée. La scolarité de ma fille n’a jamais ressemblé à un long fleuve tranquille (loin s’en faut). Sa défiance et son petit goût de la provocation nous ont valu des crises, des psys, des règles à poser, encore de nouvelles règles, des incompréhensions, quelques périodes d’accalmie mais dans l’ensemble de nombreux remous, remises en question, larmes (les siennes, les miennes) mais aussi beaucoup d’amour pour baliser ce chemin sinueux.

Ce qui change ? D’abord l’intensité de la charge. Le sentiment d’avoir face à moi une voiture bélier qui éprouve ma force pour définir les contours de la sienne. Sa façon de creuser une tranchée entre nous : « qui je suis, qui j’aime ça me regarde, c’est mon intimité ». Et, d’un point de vue tout à fait pragmatique, cette nonchalance à moissonner des mots dans le carnet de correspondance et des heures de colles… « injustement distribuées ». Mais ce qui m’affecte le plus c’est de parfois ne plus la reconnaître, savoir qui j’ai en face de moi. De ne plus avoir accès au cœur de ce petit être que j’aime le plus au monde. S’agit-il pour elle de se perdre pour se trouver ? « Ce n’est que le début » semblerait-il.

BIBOUILLE EST ÉDITÉ PAR CANDIDE 24 rue du 22 novembre - 67000 Strasbourg L'ÉQUIPE Directeur de la publication : Nicolas Schelté Rédactrice en chef : Lucie Olivier Rédaction : Lucie Olivier, Corinne Longhi, Isabelle Poutard, Laurence Caillaud, Nancy Migette et Orane Danet Idées libres : Valérie Dietrich La dictée-poème : Guy Schelté et Émilie Schelté

Responsable publicité : Laure Patry Partenariats : Isabelle Poutard Illustration du strip : Aurélien Cantou Photo de couverture : Adobe Stock Mise en page : Nina Nachez I Peau Rouge Un grand merci à Manuel Congreta ! CONTACTS : T. 03 88 61 73 54

Tous droits de reproduction réservés Impression : GYSS sur papier Offset Recycling sans chlore 90 g PROCHAINE PARUTION : Bibouille 98 mai - juin 2020 BOUCLAGE LE 10 AVRIL NOS PARTENAIRES

Publicité : laure@bibouille.net Promotion : isabelle@bibouille.net Rédaction : redaction@bibouille.net Idées libres : valerie@bibouille.net

@bibouille.magazine Magazine Bibouille 22 • Bibouille 97

© DR

Autrement dit un entraînement que je pensais être de compétition alors que mon moral a plié face à quelques bonnes bourrasques. Ce que je pensais être jusque-là un aquilon n’était en réalité qu’un zéphyr… et « ce n’est que le début » me répète-t-on.

B IB ouille •

ille L’Alsace en fam

#96

Profile for Magazine Bibouille

Bibouille #97 / mars-avril 2020  

Advertisement
Advertisement