Issuu on Google+

JOURNAL ETUDIANT VOL

1

/

NO.2

JANVIER 1970


LE FILON

Page 2 / Jaavie i970

DCputé do Bonaventuredepuis 1956

to c/ian t

ecu

Ce qui semble certain, c’est quo cc parti est façon Un change:

QUAND ON PARLE DU LOUP

hanmes a I ui fle Ce ne seta pi tin changemen tCrleur du parti. n’influençant Ic parti lui-rneme qu’en théorie. Ii no tient maintenant qua vous do juger.

( Le Parti Liberal) Parair-il quo las iibéranx c1ole’

us

c’ef u

la SL

se

rherche,: (chaai r L* ra to

sible tie vi. Jean C .esago le 17 Janvier; u chef qul aft fait ses preuves, qrn n’ent.ratne Ia prVtn’ cc dans an “voyage’ sans retcur et qui soiL €fl plus do ca premier ministre iacessamment! “Iedership” Ii11 est vrai quo Ia campagne here! a dSbutC depiis lorigter:ps. rais k ehoix

des délCguCs pour encore tr nflumcé pe:drr cc court dClai. i.e peupk néijn Ciirt-ui:h-i qui les mènera an pouvoir Ie plu; cBsment uu autiernenl dir Ce to c-lmkur.c’ “voie-getter n’esr au-un concours do popia:icC entre ql.tre

honm:es qui cssaien do dCn:outrer quo Ia sftuation politique QuebCcoise lea ta-ioriso, uins quo to patti lui-mCrnc. Ce scat dns candidats qui cherchent a s’identifier a 1cm path plutñt qu’a ptCsenter do nouvelles idée.s. F.n fail, Ic part ii” béral est. dens son ét actuel. uit parti ‘essoufiié’’ par tons ie; dirts oiur.ir rour transformer a politique gCnéraie an Québec avant cur fa,te at par Is perLe d’bommes ,mportants p:vr dCcide do ..:ciirin:uer dans a eux. Done Ic metre vOIC pour queiques arne’s, oxciLiant cPtix qul ‘aaient des idees trop ortliodoxes: citcs 1. René Lévosque,M. eric Kieraris, quart teironve Ottawa et M. Yves Michaud dCputé indCpendant, M, Psol GCrin-Lajuic. Resrent Robert Buuyasaa, Pion-r’ Laporie, Clan’ de Wagner, Gerard-I). L Cvesque, TCxôrne Choquel-‘icupt e du pa oldtit dw’s a Ut .s convai,’cus quo cein-ci eiira Ic crier meal. cc 4p0 to Q iatrc a tntre ex St ac one er Wagner snri’ tons preserkrlbles au poiliL de qrzoi ttertrert vue thécrique tons ‘avocats Ce Los iiberaux, son’ tons jeunes cc qui imorte beaucoup surtout loraquon a de l’arnbition. Mais los connaissons-nous assez then?

Prenoas L Claude Wagner,

re fbi

1US

Pot assi. et sor o-Fa & au pros cit parti, ii s’ecctipe des probèmes do ‘‘pain et barrlanguc’’. II fit sonen re’, do constitution et de tree a lAssembiCe Nationalo aux elections corn” plémentaires do 1964; H était ministre do Ia jusrice dana le gouvernemerit tie M, Lesage et nous rnnnai.ssons sos dCclarat ions am Ia pègre. Ford,e & ;a po;ice. Bre::. ci:’cn the-Dna :1 sarisfait peir.ememt a’Jx c’xigelic-s, e paTti so méfie ut. c a ic Us!, tie sos reacunns possihies er fa’eur

de

dii i ndependrce car 1 s ear, dea eleve veren c-.,nTre Iarrnedes‘on cne’.. Au sujer Ic M. Rober r Hourassa,

rassasi de ,rç Ic consc.nmate:ir a duirs mervefHeux. ii est las, blasé ci prciha’oe fair dif merit avHe do quelnue chose ic taut

O

A $6 airs, BoUtassa eritreprend sa cam pagne sous Ic theme de “LHomrne do Ia situa tion”, sassurant runs’ uric bonito place flux e lections, II fit sos prmiers p05 dans Ia pobtique aux eIctrions gCnérales us 1’66. On le connut par SOS cor.rérences. ses d,scns oris sur lea consequenyes economques cc l’,ndependarce di, Quebec. S’achant qI son ‘eune age flourrait goner sa no mioaton pussihlc, Bourassa atrire I’altert:on SUF a discipline dii patti, sur Ia bonne administrtion des fonds publics et sur s liens étrotts avec I’Cquipe liberate d’Ottawa, Tiendrait-il bun dana Los moments difficiles et pressants? C’est cc quo so demandent plusicurs militants. Au sujet de M. Pierre Laporte. IL est to so 0111 50’ 3 e Ce cor am crc Ia popula 0r. Ir senbie etre egal a Bourassa d Pie re Ldporte da’s S ci ti tipi C lOs ccci on cela. Aiix elections conpléno:itaires do 191 ii Craft ninistre aux aftaires mucpaes er culturelles II eat connu depuis 3 arts par ses tournCcs d’organisation. Au sujet de M. Gerard-D Lavois, -

,

-

---

Dorninus Vobiscum Sit! Katherine Gagnon Black Lake .te C La page n,hC Dep::s a /4’,

SA’VEZ—VOtJS QIJE j

ore

guerTe

a

lCrent, Pourquoi so rCjouir du grille-pain do is Gene ral Electric qui permet dobtenir automatiquenient neat degrés diffCrert.s do brunissae do toast, u no aurre corDpagnLe qui vient de so:tir une bros so a dent diectrique pour no point se fatiguer Ic pc.ignet? ---

M. F. B. Weise écrivait Avec son dana Ia revue ‘Advertising Age’: Lorsque ‘an compare los automobiles, lea appareils rnCnaers et les postes do télCvision do 1956 avec cetix do cette arinéc, on est obiigé da se demander pnur quoi Von a ConsaCre des millions de dollars pour des detiIs d’appare:ce extéricures né1igeant net tn-orE Ia ou red. a I t cc ces 1ens franc-patter,

.—.

“,.

i,€ g i’d -agns ne Fnrre fit en 1960 Ic bilan des dix dernières anrCcs ecnulees neur ses ccteurs qul se recriitent pafmi les hommes d’af faires or financiers dAmCrique ii declare que los annCcs 50 n’avaient pas appoae de surprises, II no tronvait qu’un soul produit nouveau ot intC ressant: los pilules tranquilisantes, Los fabri cants n’ont pas guru uric sonIc innovation corn ‘

a:--. ;l:.:: ‘.: s: des mt4es I910, iaraciio des an

ni s.!e

ccx

:‘ ““

-.

nets 20, le réfrigérateur mCcanique en 1925. Ia machine a layer or. 1930. Pair conditionne ci Ia TV en 1940.

PETIT EXPOSE ACTUEL Americ Amorisa greatest ‘juke P... -

AmCrique

...

Are:ica

t 0 W1

is

Canada... Quels sont a double sells: Vietnam,

U.S.A

von,

tog

‘‘sapins’’? tes,farces

Ségrégation

\‘o] lunaire, ResponsabiIi:es... Los paisteries lost cux rCussies sort sonverit los Dics cones qui len n’ont jamais Ctee cruelles. (petit exemple: le Canada, barbirriri quo a Ia langue.) --

(ft

Quol jell do hasard populaire! Jon d’Cchec? Qui oserait piétendre?... Sur an fond noir do mort, carrelC rouge sang, des pions humains so tas sent, sécrs,sent ou reculent.

2 Ent itt, gens do a terre. prenons-nous paisir a no pas rCaliser notre propre condition? Assez de suspension do vies! Asse2 do rneurtres, do suicides rebourst Mais qu’irnporte proclarner; los sourds n’entendront jamais Ia musique... ‘Cs aveugles ne verront jarnais

Ic soleil...i! Nous.. gens du peuplo, nuns. gui rious aissons r.ou’,anner’ Ic dos, serons-nous aptes a capter encore lesperance?... -

Questions? Questions? Multiplication do questions Ou sorit donc cachCes Los rCponses? Sinon en nous rnérnes, -(si nous sommes encore nous-tnCmes...) Lesprjt des

hoinmos, comme un bateau sans

équipage, derive.

-

-

den ye.

-‘

derive...


-

Janvier 1970

LEt FILON

ii-:’-

AuOL’rdhui phnomdnes irnpori cr

);c- a’: rexpar. inc

- —S.:

--

.--•‘

r

z-

son

ansiyser.

Le premier phdnorac-ne est c nracté.risd par I dus{riaiisatcln et to cvelr,neCpent dos technv. cue: de prctiuction, C ‘est Ic :.h.’1 aj’r—de Ia cletd irdus:re e.,rases p ra tee. bus et des lins hi cii part icul Lrts -in :o e dssc•r-; queHes ee sIn -5r,c Le 5cr-c-n: o.entV.ie qu est te ohdnorod.-. câé de las cxriétd indtu..xt riot I ne mondial Ic is remse en question do cette so— clété irdustrielle. braise en q es.tj.on pin s’esl n,anjestee dens los nkilieIIx i xrhants ncrr.bre de pars -rjioux 4ux-H i’s . ns. ma,ds, 3 :n,a :cn,k .

C:TnCe C;uL.’:, bins Is 5(0. . pm c.i man iv- it lxi to p er-C -

:10

r::

qx.detr.

a,:,:.,

nu-.tr-epos-e stxr Is a Is:e pta h lit é e t t: o a-prend. ho.: aleu-r-; ou’eiie :.:: tmoi s fac.teuri; IiSti

CSh 4:

r-( :I:._E’

-

.:.

CXI-.-;

--ri

Ciito[fl!

.

en

.C.: ‘rnoient a: nnposem pi:otex :,riat rarals-. Ce qua d. I.CI: vs t dme 4::’ es t 14 ue p.m aqi.Cr€xnent intd.rde, as. xc CS.: moxaaov d

::E’.:;a re

.,eeCe

Jesse 0:: atoitee. Si pieses t ,L-;n 0 ml S Ia rdmsso.

Cxi

.

Cl

-

caiTis.

Hm—r.a-_n

--F

.::C5i.t-t.’-

.S-.:.::U

-c-nb-Ta

r Dans Ce Jirric. -c.-. “air up Syrr:pOrnO e v{ent Ce Ia ICm.LSJ Sac idtd must r jet le . Q tie lie a st <re t* xn ad ic qua Ia soojétd., nxaadie qFrelie refrt:dc gnostiquer peut—étrc- ar (:rxaIr, dvo ter w,e reat:! ‘a::-. ds Or I! faurir_, ¶sc;:, 2* u i-.r- : _-_ \‘re. d so .:nno_rr C;n: C,:: ‘I - ---r .e:-— a G.E. GE P T Sc oEFre des sacxrs iH se Set.. valeurs quielie essu ie do Itri waver vant do I ‘école cnnnnc- moveS::- et en. os siIeur-: qui pourra ietird ear(,t.ir: :x-xsnj:n :ljtt’ <I.:: tra. Cf bii garsrirr lana,..

11

i,rtt

riles doxvent dtrc’ CanaL. tab :an dii :? xandang’ :Ie r:a:az, -m fl’:. o

lie

do P-augmen oul est hr. valour valour I:* dolt ê..

:ati5 ensue

Vie, 1;.

--

-

--:5:-c _t---:

U

-

en p1cm le enrs ue vie qul zairnent’ Regar dots un Deu 0 rêle que Ion bait jouer a i ±emm clans es cotTiqlerciaux ce nest <ion de jrès revs lorisant d’ailleurs. 1€ sexe es inc gprcellente technique at sürernent Is plus employee dens Ic domaine puhlicitah-e. thins los films, Ion associe Ia snification de l’a”iour a cello dii &xe; las re’ :es les romars è trente snus qLj ‘‘prennent’ iDieu gait comme ii s’en vend sur le marché) metran! en evidence Ic sc-xe. La femme-objer. cc qui na ,as ne grande ;-areur co point do cue educe hop mats, ;emarquoris aussi qiFe cog mnyens do faire do I’argerit ne sont p-as souvent remis en quest ion paYee que ça rapporte, parce que C ‘est

rentable, t FC r ohm rche peg a sat:s ust tie T I .1 soci.ta4 artm fairc los h-esrir:s ionda’nentaux d sos :;itrnbres ole SC SF Or3CCJp€ euère de a dispririon des us car :05: pius oayan: dcl crCer des be S (‘ills, do se aervir do Mao pour lancer a “mode Mao’’, it faut quo los gerl.s consomment. Los err créer des besoins ireprises oat tout avantoge choir l.a population, des bosoms artificiels qui no on1 udie arc -Sspratcrts las plus pro r’e%- air rous ces ohiers cui ph ‘hor., me en a ‘a on-or is n arché a: r jo; cc n :1 v a’arrl it de ‘-ieu ur san ar opr 0 flOil GO 5CC OF erat afin do sat is Is .rc des hesn gas arti ide Is. C. ‘€rst memo et surtout dens los i.oisirs quo l’exploitatior: des gens Sc math fest a Ie pl us I’ iriforina t ion e t a public ité s oat et c’esr ainsi quils ré des “gros all i:ervic€P5 esprars. Cetre siét r-optc, e):e,djne caniouflC -mit so di, ii,—n:oc;aCru’e re Ccc :ecw—aques DOUr inc cv:-e-d:c’1a grr.t. eihr ic :Ie et ur plus grande rentabtiltA at. rhorrrne, ronsidere comn,e !IIOyen, est asservi CIiS tee hrd que s “La socidtd indmmstrtelle est use soctéld close; -

--

SarV

.1/leSS 0:,

.

•l

.:i tra’,, desnm_’-aatm ..-.:.is. :.2.nn,e est: qu’il :0 <ta.r

,i,ii.Sfl

at its

4::: :1

at

no 1-a.

-

..

-

. dan’. a.- r.,.:-* CT lit:;’ niue. - C:...c:arc- i, rcs :-:-r—: perrec o I;.;. rc:ar:hz;F ‘:,::-uU 5,:.:,:. vr. tr. des ixcijyités j:ar: par exempic, S ViverIt. denc.hesxaehenccrs Vets iOSCUOriCS SIP-:. a do a hr.naines (Ca n’est coic quo ru-.ng vivc-t-r. Ce gle-r:a Joxpetrk ‘‘Los) ‘ sur.ne

Page 3

-

-

-

/

est

-

L.c,rri soul. ef.fe:

out

’ type 1 cl.. le conCt

::‘aarki S

.

(N.. :

-

501

Pp

<atact:::::rCd:

tr,ta litaize

t&Irante,

Cot ::;

n,ettant au

pas loutes teat

:iqu 5 es,,tsrrc n-ri cc e pL:Matcse Heröert)

C \Jt

--

André Tbr iorge C.E.G.E.P, .y

4

fR€R€ .iC

çc’..

i.Iqi.l*p.:*:..;

-

-

RxcioI

:j’ui4-rI•Lu --

cCrur.:x;;l

ic: I

-.0

N

-nan,-,

matCrielles, face aux désirs de pouvoir et do vi chesses. sais-tu mon frère qui hi as? Sais-tu qua e: istes? Sas-tu d o, to viens cc pouvoir des prit? A quoi es-ru destine? Tu as fol en Dieu? elmer tes frères? A— quol tea Tacharnes-tia souffrances terrestres to conduiront—elles? Jus qu’ii qirand cx steras-tu sans hut? Et quel est ‘or, hut Er sse tt c-hairs. ecarte-les at ance la,recce pahssade: regarde

lear perme’ e nt de d éc ouv r ii Jo s vale :s- de re. spe ct et d ‘amour de a no rs on -c hum xi joe- C ‘OS I. P.. -.aut qu, lois que in,c’itahe s prorn:-h Cot a sorf etc- Ijsz.:e .;E c2t:r:.9 Ire so reCall .-o tx—r;ze oa:i:-- i-5.,C1 ::ie,e e h; r.ce:-:- e c ., c—.:-: pa r:x:s te-s I::OeSS €0: n ._:I cons-cience et des •-.a icurs Ian (r: nines C ‘t cet étudiant q u voud mit quo I sernent et a rdalisxC ton C-ic i. personee hnaaaine so;eat mine fir, 15 fr., oursu’;e par P. -

do tout bamnie Ixat!or’.sarr,eruxc,nnel los or:chaind d:p-,s cat ennrenage c-s:t do pm h- los époste ‘Ut pe-ur-1—l 1105t I C/.i.:lis tIC -

aCSl’,. r-l ii:xportanc.a.:

flatre

-

x:,ues

re/eu-

-:•

-:-

---r

St

Pt:.tijent

do

:Cr:r-nace. out me caaracr&atique ..:..l,e ban iSinll4 n:ar :1 f—:

.5 Tue

•u::-L-

r:’est .Cppi(xu<’Pa- PerIS;rI quit faut revaloriser ‘a perru_’ii.ne hurr:r:irje, c’esi utoplque do coosidérer i’or,ar,e on’ronaxne tIP r!ao;en 00 t,rO(IICti 1. lanai n,a.,nsri’u:leclas:r.e doe:-.-;s -arm dareerit c-’ -e -u- :.:r ::ar : ire ure in en sc-h di: S rr-L qiY. !..h,rte (-0? Nous poLI/or,s en ra:h-arit dir ,:es do et té mndustrielle re pondre a cette questIon Es t—c:e <ane j a soc indutriefle a pour hot de periaettre ,ersc,nrci et COReL ti?I ::nai flax.”- mdons di :-:a:5 -r.ieuxe:re.ceciJ tec;:-:( ic plan .;zt:rIe Ct SU! 10 iSa rat tue Ct r;)I.P.’ n.ca::

los valeurv huraaxner.

: .::eLQrc. prara

CU:

-

CInIIK

-

Cec:i et1: .[a CorIsequence irauraedaate

.,..

,-:i:r--:

c-

0E’s : 0 1

.

:

,rd At I I Cu U’ t)’ail EsI’oru:irur Uat:eI ieeta:eI : spirituel et. Inca: ret esprit -.:ie ConCuireruce de Is e-ocié.clans I a::. 401110 ,I’drlnratirarx par 55 1,::. P Ire: •Nc-t or :,

:--—

.

a-s-k

.v

-

-,

-

los h:xirs.; es QIIFS .hurc€xres, tea s,,,n r<jxija..:, aIm niycmau de poteur do C:ex:maf,Ilstre.. Pa soras xi 10 pub.tarritc et i. monte las Lc:t. ZiSa’t;’ polar e.idortuiir et tec:hi:-.rques Hoot rdcIa ar’e <Ia P-:.--scxns it 0 _li::

-

-a

,‘:,.

-.

-‘.,.

.U-ax:

-.,.

:2:-

r;C:irem

nuhenu


rage 4/ janvier miu

PROILI Article I Ici, ii tie faudrait pas Be montrer unilinguiste dire que Ce point Tout 7 monde saccorde pout discuter et parler dans sa langue natate et Ce clans Le pays oI flest tie. Or ii arri ve qu’il y a des gens all Québec qul ont pour lan gue maternelle l’anglais. 11 faut leg respecter, Ce sont des Québécois comme nous. Cependant je suis contre tin [talien ou un Canadien-français qui vient nous romancer en anglais. Ca ii faut l’interdire. Dire que ‘SeUl (Xe français), I.e. fan (oj dans les (extes do ci ot décrets’ fe suis con tre! Us natif anglais au Québec a le droit de se faire parler ou écrire en anglais. Article II

2—Non seuLenent des incerprétes, n-.ais des tn bunaux anglais. [lest entendu, guy si dun cd té Ia langue est le français et de lautre en anglais. Ia langue de Ia Cour sera en fran çais et que lAnglais sera oblige d avoir un interprete Article Vt

Real Patty

STGTDT DE UI LBQ6UE fBDDCA[ AU flUEB[C

Artice III

2— Enrièrenent pour. Ct sans csnrnentaire. Le Québec est SI en frança:s. quon rous donne des étiquettes en français. [ci. i nest pas dii tout CJestioT’ des minonrés ‘

3—. 100% daccord, et de plus, que nous les Qué bécois-Irançais, on aient LES MEMES SALAI RES QUE LES ANGLAIS ET MEME PLUS, parce que les compagnies nous vendront les produits pfus chers si on demandent des éti quetteg en français. Arcie V 1— C’est le bon sens qui pane; ncr de plus logi que 2— [ci [es écoles privees et anRtalses serarent exernpées. Quand a Ia connaissance du fran çais, Xc type en question irait passer ses exa mens Ccrits et oraux dans une école française, pour étre bien sñr qu’il na pas des notes souffles et connait très bien Ic français. AricIc V a’: quand tCne 1_li est indispensable quil des tribusaux en anglais. La cha,:e Ges crolts de honrre cest pus fait pour les chiens. Je vois mal rn pun Québécois-angla:s essayer de comprendre quelque chase. .

Je ne eux ruiBerrerit composer ici ni message de Noel. car je sais que, comrne 55 MajestC, je n’ai pas Ic talent pour le faire. tiepuis longtemps, dans le monde artistique beaucoup de célébrites mettent tout en oeuvre pour prornouvoir Ic mouvement do paix commence par Gandhi. Kennedy et Xe Pasteur Martin Luther King. lls ont pris dog moyens aussi différents qu’origtnaux, John Lerinor. et Yoke One avec leur ‘bed-in ny ott pas contribue direcement. mars sensation ont telle. je crois que les ournaux ner.t fan echo de eurs exploits qu’on pout dire ciii’s hires: de grands retteurs en scèse du non vement pacifiste. Los ‘‘hippies’’. par 0 coeLIr, les vénitabtes, nonE pour doctrine que Ia paix. Elle leur procure Ia joie dune vie agréable, car Ia haine étant chassée, beaucoup do maux sent guCris. Pour Ic jour de Noel, ii y aura one tréve en ce qui concerne Ia guerre au Viet-Nan qui ne dure ra matheureusement qu’une ournéc, tais cc de vrait-elle pas s’Cterr.iser cette rrève et séten dre a toute Ia terre? entrer dans chaque recur et

3_ Aucune personne tic pout Se VOF refuser Un empioi dans Le Québec parce qu’elle re parle que le français. Aucun emoloi gui implique dos rela tions avec Ic public ne pout ètre obtenu ou Exer cé clans ces donaines, pendant plus de dix-huit mois, sans Ia connaissance du français écrit et parlé. Article IV

Cette francisation des Anglais au Québec de ‘ira so faire sun uric péniode de cinq ans, après son entrée en vigueur II ne fain pas trop forcer es choses; ces: pas des Quebécois mciié an giais moit ié françars au ii naus faut. c est des français; Un point cest tout. Pour cola, uric pé node de cinq ans Cs: isdispersable Si on opte tour trois ass. cest force los choses.

Absohurrent et entièrement OUf, saul pour les municipalités ñ plus des 2/3 anglsises. Quand uric municipalite est a demie francophone, Ia langue do l’administration dolt étre Ic français, Le. Ia langue du Québec. Cependant. quand uric municipalite est cu 2.3 anglaise, je suis dac ccrd pour que l’adnzinistratios scit ar.glaise. H se faut cas trop extrémiste. car ces gens, paierr des taxes cornrne sous et ont quand tène Xe droit do so faire respecter.

1—La langue de travail doit ètre Is langue de Ia riajorité des travailleurs de lusine. Si nous avons 80% des gens do cette usine parlant trançais et que leg patrons patIent seulement anglais, que ceux-ci appronnent le français’

QUEBEC NO 1 1— L langue denseignernent de toutes les ma tiènes, dans toutes es institutions d’enseigne tent publiques et dans ceties subvenionrées par iflat es: Ic franças, exception faile de ‘er.sei gnernent dune langue seconde. Ce changemuent seffect ucra progressivement. d’annCe en année, du préscolaire a iup*ersitaire inclusivement, et dans es meifleurs délais. 2— Toute institution privée nest subventionnée que dans Ia mesure oü lenseignement est donné en français. 3— Aucun diplômo, ou certificat quelconque, sanctionnant des etudes primaires, secondaires, ccll&iaes ou universitaires. ne u! Ctre dCce: né Cu reconnu par I’Etat, ou les Corporations dC tenant des pouvoirs de ‘Stat a cette fin, a ricing cue Ic candida: He ustifie dune connaissance de a langue frarçaise. tarn ernie quo pa:ée, selon les critéres dCtenminCs par Ic ministCne do lEducation, applicables uniformémerit a toutes les ecoles du Québec. Article V

Article 1 Le fraiçais est Ia langue of[icieile da Québec, seul ±1 fat foi clans les extes des lois et dCcrets. Article II Le franças est Ia langue de i>admintsrration pu blique, a rous les niveaux, tant dans I’adminis tration publique proprement gouvernementale que dans cello des onganisnies publics constitués par Ia legislation québécoise. Article Ill 1—Dons le secteur cle i’entnepnise privée comme dans Ic secteur de l’entreprise publique. Ia lan gue de travail a tous les iiveaux est le frarçais. Ainsi dazs les usises. bureaux e: autres Neux do rrava , ‘adminis:rution, Jes cornmus:carions, internes, Ia négociation collective et leg con trats de travail, ainsi que tous les textes qui los accompagnent ou en dCcoulent, Se font en fran çais. 11 est entendu par ailleurs que les rapports strictement privés entre personnes peuvent avoir lieu en toute autre langue.

1—La langue des Tribunaux du Québec est le français. 2— Toute persor.ne tie pouvar’.t s’exprirner dans Is langue efficielle. ou ne Ia conprenant pas. a droit a an ir.:erprète devant leg Tribunatix, con formCment aux Conventions internationales pro tégeant leg Droits de Ihamme. Article VI L’Etat oeuv,e semuble nécs a

peut prévoir des étapes pour Ia misc en dL Ia prCse:ite 0:. sons re-serve quo Pen de ces euapes nexcéde point (mis an compter do son entrée en vigueur.

2— Dmis e conrrerce et jes affaires. toute raison sociale est française Tout affichage est rCdigC Cr. françiis; tout produrt fabriqué e: mis en “en :e au Québec est é’.iqeté en françazs; tout pro duit fabriquC l’tranger et mis en Verite all Qué bec est Ctiqueté prioritatrement en francais.

v deneure:’ Avec tots les novens technicoes que [homme possède. Ia mtsère et (a pauvretC pourrarent-elles être erirayCes de Ia terre! disait Kennedy peu avant sa mort. Et Ce qu’il a cit est pour ma part vrai. C’est Xe cocur de Ihomme gui duit changer pour tout changer. Qui sont les res ponsables de Ia guerre au l3iaffra? Leg NigCriens.. Los Biaffrais.., ou les dirigeants de leur pays

NDn certes pas. cc sort ftc’s grandes cotpagnies pé:roliières capitalistes que nous connaissoss tous. Silos prefèrenr laisser sentretuer ces peu pies plutol que de réduire lean chiffre daffaire dun pourcertage si mime soit-il. Elies von memo jusquè venir cr1 aide aux Ngériens en lout fournissant des aries. Que faut-il en, conclure, nous qui vivons dans Ic luxe? Consentirions-nous nous serrer Ia cein ture? Et a cheque fois que Ia haino s’installera en nous, Ia repousserons-nous pour laisser en trer Ia paix si bienfaisante a l’humanité2 Marie Lacroix Black Lake

VEI1DREDI Le vendredi soir, quo faire? Arpenter ‘a rue Notre-Dame en tout sens. Flàner dans les magasins en Se faisant surveil len connie si on était des voleurs. La discotheque pour quelqu’un qui aime ça et gui a de l’argent cost pas pire: qa ‘‘swing’’... dit-on centains en sortent sourds dautres aveugles Le hockey auar.d ii yen -a, on vs là pourquoi? Pour rencontrer du nonde, pour jasen aver des copains. ou pour regarden Ia jouto Ou on pout alier dans one cetaine ‘‘pool noon’ dépenser tout norre argent. S Lu peux ailer


Janvier 1970

LE FILON

Le cinema est Vune des deux actirrcjs récrea trices auxqneiles Los jeunes ihetfordots peuvent s’adonner duran les soirs de fin do semaine, l’autre CLint les soirCes dansantes. [mprssion mint comme loisirs nest-ce pus? Ainsi Ia yule de Thetford est dotCc de deux salies cinema qui Ce plus en plus, la fois se font concurren ce et so disi inguent par Ic genre do flints qu’on y présente. En dar.s

Sin

nate

50t

depuis quo Ciné

eu.

1 v

a ‘ ::on

tin

oisirs est entrC 3L.

c :r;.Th

galie, a dii des 0:5 anChorer a qua: 4 fEms nertant a nsi fin sort cup: re

eses

P a s [a fin Ce sernaine un autre film du gen

!

feasc’.;

-

on nous presen[e-

dabuser de Ia faiblesse des gels que do les nourrir de cc genre de fih-ns. Maiheureusement, de plus en plus Ic Pgaile s’v adonne. Pourquoi?..

a

dare, nais Ic cinema P1‘‘etC dernier, est decenu sotic On ne Re prdcceilpo ur,r’. rae machine r::Uuerce quo ces f::r.s vtuve:r ova,: ze ur es IC;: les ‘1--. at cc cu: C trs:e zest S. Cost bien dommage

su- out depus

A la dernière assembiCe gdndrale qui cut lieu le 12 dCcembre 69, nous avons cii l’occasion do voir un président d’assemblCe M. Jacques Eel leau qui ne conmaissait pas son rble, qul halcuil lait et qul ndtat p05 capable Ce se c,n1ri5le,

-

-

-

-

305 eurtes rn DCUZ -Crue Ce ‘to song rs films son: :‘ctes pttlr es iS ass e asez-’)n-i deia COmpare 110 programme

Cr1 me

CinC-Loisirs voulnil avoir ia -o’x tea a prC ser.:e: a lu popuatfon fa:ts Ic b do Latire a: pOur 1 am erie :0 .30 :a,:I Cere-id Ci;.e Iris ir du ;n-,’iu: avers a ‘2 :J’ abten tr des ho:: tM-i 0 On poLl4aIt oir ctxq DU SPr na;•et pc;r tin ben film

pius

Ce CL rne-Lo5s irs

aver ar :roarar,r

P ga

Quo

se

-execurif

scat-iLs

des

its-::s

r:er

nuours ahsen:s Costment

rai:

Ce

--an ces Dr 0505:: ,or.s I ogxcues (‘ raT m0s’ ‘). mars tuven: Ctr& risen: en arpicarion fure qui so 1 -

aras C

PuraiLs-:

-

‘e.d-sunf Los mex:es Cpasse-: -L a Scot las do us des narionne;tes Comment reair dc-van site sate ctde Car ment rerxLr’r hire , des 4tudiar:s :ouotirs i’ccn torts stats

-

-

Page 7

SUITE ET REPETITIOfl

Va espdrant voir dii nouveau et on en res Ceocurd et ainsi de suite. Je crois qua sest

gaI,

effel ie

tCt .,os p15 des

/

IS s.

de parrlcIpJ!lOn?

Pendant cc, ernps, c’est -a--dire d’s- I’ a utomne 68 au printemps 69, los propriCtaires (iii Cinema gal Ic. en ont pr ofité e t aiec raison, p our offri r des films de qu !itC at de renom: ‘‘Dr Givagc. Come with the w,nd The Graduate) To sr with ove Grand PrN I..ifllompris Ce Marc-H Ca:n:as’’. films ttCs ir]tCressunts et parfois Cou’:utifo aurr: sii-,.an c. s,rfe;:j us or-ta CiU.iCarca,= isie.tr- Cs.’ vtv,Lr:. Er cite: de2u1a c——. r-T!e ‘i 1. 1 die Cu Boi’i,cur La Fla-i-te ue s-:,if-s i3n-r and Ctde, Se:I€edani In [mit, C ie at .‘LlEe

o POX I

filuxs sont--ils pour ceia moms boos au Ciis rs q u an Pi ga lie? Ri en an con tmai re. Va an cinema auj curd hui? La pills grande xe est gee Ce moms de 20 anti

(‘es donc dire quo eS tunes ont soil Ce cind s rocherchent des iir.is rntdressanls et .,sur desfisa’s’ .Jc,nc:a e r

dri:

cr:: des riuttlac o

eEaLreau:J -

.,,

attirent

es

-,

L- dc-v

Sr

t

so-en

nealie tie 0

Cu .1

at 0’-:

i’jove U

or

tine

uie on p-us let:. erc ciréchiles

tu—

eu’

nc-sr eric ourager

-

Ut

:a:-,’ec. des- de, Ic mei Ce:flCi0i a c:.aneemdesoluictie.

ces:

Ce son: •ie cot-re: C fSrx: esetseue -rns La nii: q:,--::t--’cfl’r. tre aitert i:”. ti -ious 3:sse U roar ere at non pas des Ims ‘jaitne’ C! tnnle Va ICrie’ qui non ménte pus d’histo:ce Cr £r:):Wre Cain

ccc: e Ic di;:scr. Suons denc francs ci icus •:oidons Cu hen ci ni cui eccourageons es bans films, si foils VOU ions du cinema de tronstènie ordre, encourageors les. films do ‘‘ciii”. -

Lorsqu ‘on v a voi r in film conurle Va O on est mu par Trot re avid ltd d.c sons at otis fortes of lorsçu’on en

!nr

ran

!?(ft.:

you

cist ot:cerue

Accouchez nobles gens... Faites qucique cho Oil hien fermeg-la. Si vous n’Ctes pas satisfait de cc que lexdcu Hf est, croyez-:ous qua lexdcutif pout létre de cc qua vous Ctes’ Rdagissez agissea et Climinez his fauteurs de troubles. SC

Que pense-vnirs de votre r&aclion face aux plus grandes ,jpiiies? Un vote eM demandd, nfl ore CM pus pc: :e pus -e&u narteLl: Je rae npétir. Iixiir:ez ces tautturs Ce treubes Elimiuez ces gxreuards qui ne four que ca et cr1 so::t trap aches sour laisser leurs cartes (brid ge.c.u leurs discussions ci: petirs groupes fcr rrS C: qui rta:ureI:eri:ert no ion: tier Làchez vus crrtes, [âchez ios ponies dtscus slons dhvpocrites en Ce léches, cessez Ce gueu 1cr et d’intervenfr inutilement aux assemblCes gCnerales dans e but do tout briser en pnouvez a tolis que Vous Ctes des hommes dignes de Ce nom et non pas des conservateilrs on des admni riistrateuts QUO :‘ous critiquez Si bi.en htort. et I tray or a. Jacques Bellean

s-i c•ali r’au.e deja ticli:iie e trdv-ondant Fiddle tine fonle deniaritle Ce Ia parr do sos i.ecteurs is jora ma le F i Ion public encore -anus cede pa— CL OWL. I rut on tine r raniche dii texte hal: rt PLAIhTE D’UNE CONSOMMATRICE’’. Cot Cent ‘a pour but quo de sans ib ii isa r La pc.pu hati no a ux divers Ri ts gui pie men t. piac. cia us La so— ci Ct C C’ auj ourd hui Sri CC qu C olIn: Cl tirt Ta c cr1 S om; rnation. II no faut Conc Sr voir ctrux:, axricleci’,ty formation gdntirale

se L•u px:s g.randevoittu clxi.ias cx):x. lo.•.- dornaines s:u’ele a; ici Ce prevent [Qua not:s co,Iicrr e,:,CL;iation c:ontre toute a:t :oc: Cord ella pournilU Ctt-a Curie. Ce texte S had revue a tiss i aux rhind ian’s q u i 5 ont pa riots les plus julius-nc aMes et Ic s pre••• m jers a Cfle trorpes. Les rCsuirats ci-dessous mel:! ionnCs omit &te tirds’J’enquCtes ins-flees au Can::rln et crux Ltats—Uni-a. Ce texte nengage en .me ost publiC id dans su rio” Ic Filon at Ic Li

0

t ‘SAVIEZ—VOiitl So’s :0:-re j cuciques ri-a!i 5 brutales:

oUnLi.:.rxiC

ill cc

‘Et

2Z°fZZJ

.rCsea ,-a-;.: ic:ersii dun s sis di lIdren s A Ccr 1.- :,. x,es Cr his pniau: de eservir

Or:

U.

:es

Les e ports p: cr,de, c 1€- Its fern. :..es rate rat faciie:.ient ur.e ctenxe pour in peL S sO ua:s &Les ne mertzont tins pLus Ce $C.2S Ins laze sa vonnette. PiUrqLiQI? Parce que Ic a,,: on ic pro met que Ce [ci rendre propres, rano 5 qrre [a crè me promo r do les rendre belles. (Dixpuis C hail prorwttre Ia bean leurs, los saocs Sc sont mis té ausi bieri que In propretC.) Les experts aiou ‘‘ tent: ‘‘Les feromes achètent uric proniesse. Los ce Ia vendent ne pati di.cosmétiques fabricants Nous n’achetons lanoline, ma’s de l’espoir plus des oranges, mais de Ia v:n lilC. Nous n ‘a chetons pas s’mplement uric astornoUlle. mis Cu presU go. —

, -,

Un rns:auL de recneruhr dcsvLa Li Ut grC-u— des pe Ce gens 5:5 emscurtai.:-r:tde !‘a ‘eat societas do pr:. Tous TeporidaXent cisc io Cccad C. rains Ic Hrii:t en criant presquc La 1:0 C cestiox :eun pc-sr pose: tai: qu Sn vs des personnes fi?urast sat a Hate des emti:urteas dune cor-ipagnie locale de ‘el —-

-

-

Linstitut do Recherche Ce In CSJULOLK cut Ia preuve flagrante do lirréalisme do a consomma on tenta i’expCdence suivante: trice, lorsque

.

:.


Page 8

/ Janvier

LE FILON

1970

TIT RWPE LE QUEBEC’ H étair uris lois un Petit Québec, Soci pete s’ap pelait Louis. air,t pie tons las membres do sa famitle, lesquels on avait numérotés pour no pas so tromper, sa mere Anne do Bretagne, d’oh Ia naissance du futur conflit entre belle-mere et beau-fils. Petit Québec aura pins tard un tuteur qul, comme César, Cicéron et Néron, aimera met tre son nez m pet, partout. Donc, vint Un jour o it (attait éduquer Pe:it Qaébec. Sos parents. aprés de jangLes discus sions, décidérent de l’envoyer an Canada; H ne faudrait pas nra puisq Ia reine d’Angleterre a fait faire l’éducation de son (jig en Australie, chez los kangourous. o, ii a sürement appris a sauter comma un dipomate, La Petit Québec flit amené aL Canada, chez leg sauvages et las barbares, par son (tête Jacques Cattier, en 1534. Au debut it fut rn peu perdu, au milieu do ces peuplades au langage étrange, I’ngtais. Le Pe tit Québec, fur pris en pension chez une do sos tames, touteg venues évangéliser los Iroquois pour Ia sauvegarde do tents tes (Dieu soit . taMe, dis-je, qul portait Ia nom e Breta 1 loié’ gne. comme sa belle-mere, et gui devrais être as sez imp-asante pjisque. dans ces écrits, it nous pane de Grande-Bretagne. On apprend. encore pa’ rrtrs écr,ts, quo Ic Petit Québec nétait pas bo.i élCve. II hit souvent dissipé pendant cs de nonibreuses reprE ccu:s, Ce qui donna lieu sailtes de Ia part de rande tante Bretagne, Ia queUe est plus appréciée sons le surnom de Great Bristain. Ii taut avouer quo Ia surveillance

paternelie avail cessé depuis longtemps ci quo. de Ce bit, Ic Petit Québec cherchatt a gagner son iridépendance. A l’flge de 333 mis, soit en 1867, ii subit une mauvaise influence de Ia part do ses compagnons do classe. En effet, lots dun voyage Ia met, plus prScisement Charlottetown, avec certains de sos amis, it fut entrainé a Ia débauche; cc fair ost facilemert comprehensible St ‘on tient compe des lois de Ihérédité et do son age. Des ors, Iui et sos amis Iornièren: in pane. ‘‘La GANG des dix’, coctrunément appelé chez-nous sous le ron do Confédéra:ion Ce fur Il révolntinn

Tante Grande-Bretagne,

qui commençait a en avoir déjà plein los bras do sos propres enfants, Sans parler do Ia chicane do famille, entre Louis et elle, pour les pa -ux

do castors, prix de Ia pension du Petit Québec, décida do tout laisser tomber et dabandonner son neveu aux vicissitudes do Ia vie anglaise El vs sans-d::e flue Ia Petit Quéc. ayan rom 5OC tout lien (am: hal. Se réfugia chez ha ‘Gang des dix’. Parce qi,’il était nouveau Ct que de plus. assez different des autres. il e fut pas tout de suite accepté par e groupe. On ui fit payer plus dimsôi pL.s do axes 0’ i dut sub:r maintes railleries. Pu

None Petit Québec fut oblige do Se cherclier un emploi. Ii fut dabord bedeau (What’s a bedeau?)

dans Ia paroisse dtawa sous légide du bon curé Duplessis. Ce dernier Ia protégea des maw vais cammonistes et mi donna tine nouvelle éco nomie basée stir l’électricité et los ressources naturelles. Son fidèle protecteur mourut pourtant et Petit Québec dut subir plusleurs employcurs moms intéressés qui s’cuprent bien plus des peupiades anglaises quo do sa sauté, Ln de ses parents, cousin lointain des Lou,s. nomrné Charles cc parait-il, for: apprécié en son pays. viM Wi aprter Ia liberzé. Petit Québec refusa l’aide at renvova de Gaule en Gaule, cc fut là une mitre grave erreur. Petit Qèbec, saul ne peu: rCagir contre Jes tendar.ces vicieuses usieurs sapins, dont 1 anglaises. II Se tit passer p le plus recent, porte Ic numCro 63. II ne faut pas croire quits sont places dans t’ordre puisque Ion a déjà vu le bill 85. Le Petit Québec seat maintenant trouvé des amis, des vrai. qui veulent aider. Certains so sont donnés un méme nom, formé do sos initiales P.Q. (Petit Qiébec). Petit Québec conpre aussi beaucot sur Ia basso société, los étudiants. Ainsi, peut-ézre. pourront-ils, ensemble, faire en ftn viv:e to veritable Québec te quit est. Marc-André Doyie C,E.G,E.P. de Thetford.


Le Filon (janvier 1970)