Issuu on Google+

A]L]B]~R1r

(J]H[A~N

A

Y

MON GUIGNOL LYONNAIS

,

ou la FEE MAL

tEBE

P'J[]É<]CE

EN

".

,

UN

.RCTE

.,-

,, . ,

,

"

, , '-, .

-.

,

'

;

,,'

, ,. '

-~

."

,-

. ,

..

_."' ....

--

.

M> , I . te ,

BlBU

OTEG AMA

,TA

r. . . . . r!,nresbr.. ie ... t...

In_boa, dt reprodDclioD.

"!I, r ...... " S..... lo Non", ot I'U.R.S.S.

ti

d'.ualyse. rmr,és;

Max ORGERET.

Eat.w LYOII


REBECCA ou la FÉE MALYSSE ]?](]E:ClEJ

lIIuslralions de COCARD

EN

"U;'<Ii

ACTE

D'ALBERT CHAMAY

PERSONNAGES GUIGNOL, en costume traditionnel : veste de drap marron a boutons dorés. GNAFRON, en costume traditionnel: veste griseo cravate voyante. tablier de cuir. RÉBECCA, vieille paysanne. manteau capuchon ; elle a les cheveux blancs. JAVOTTE, jeune et jolie bergere. un brin coquette. ACCESSOIRES: Un fagot. un panier, un serpent, une trique. DÉCOR: Un ¡'ond de forét. Coulisses d'arbres et taillis. Frises de oerdure.

a

SOENE I RÉBECCA (entre, portant un fagot de branehages sees) Bonté! que ce fagot de bois mort est lourd porter I (Elle le dépose sur la bande du théátre.) jadis. je ne sentais pas la fatigue ...• je trottais menu comme une souns ... Ce souvenir me reporte d'un bon demi-siecle en arriere .... ¡'avais quinze ans. j' étais une jolie petite gardeuse. de chevres, toujours gaie. toujours aimable ! Les campagnards me surnommaient « Rébecca la Noisette ». cause de mes yeux marrons, A c't'heure, je suis vieille. laide et ratatinée. et les jeunes gens du pays se disent entrO eux, en me voyant passer: C' est cette « vieille noix de Rébecca! ». Ah! les bons usages se perdent. et le respect pour la vieillesse ne sera bientot plus qu' une légende!

a

a

SCENE II RÉBECCA, jAvoTTE (entrant en chantant) JAVOTTE (Air eonnu.) 11 pleut. il pleut. bergere. Rentre tes blancs moutons Allons sous la ehaumiere Bergere. vite allons ... Tiens! c'est la mere Rébeeea !... Bien le bonjour. RÉBECCA Ah! Ah! c'est toi, javotte? Oil sont done tes moutons, bergere? Max ORGERfoT. Editeur, 72, Pa..age de l'Argue. LYON¡í"

Toas hoia de représeJItalion. de frdlldion, de repro~lldion el d' allllyse. r~s~rYés puar 1'115 P1J', YcOlDpris la Suede, la~(Irr!!e eII'U.ll.S.S.


-- 2 jAVOTTE

A la bergerie. L 'air es! humide, alors le pere Grosjean, mon maltre, m'a ordonné de rentrer les betes. Cest si délicat, les moutons, surtout quand on vient de les tondre .. . un rien les enrhume ... , les fait tousser. .. et étemuer eomme ~a : A .. . a ... atchum! Pauvres moutons , avec leurs patles, ils ne peuvent pas se moucher. RÉBECCA

Et puis, íls n' ont pas de mouchoirs de poche! f\ 'lais toi, Ja votte. toi qui ne crains pas les rhumes, que viens-tu

chercher dan. la ¡arel aux serpents? jWCTTE

Oe$ tit urs ~ Des bautons d'or surtout! j'en al vu cetle nui! dans mo:-_ reve, RÉBECCA

En vérité I II faut me le conter, ce reve ... , je sais tres bien les interpréter, en expliquer le sens et en tirer des pronostics. Je suis un peu soreiere, bien que je n'assiste pas au sabbat, a califourchon sur un vieux bala; ... , alors, raconte. jAVOTTE

Imaginez-vous que, dans mon reve, je me trouvais dans cette foret, cornme a présent. je venais de cueillir des boutons d' or, et, comme j' attachais ma gerbe avec un roseau Rexible, je vois paraltre dev,mt mes yeux un beau jeune homme , vetu d'un costume "marron, eouleur feuilles mortes. RÉBEcCA

Un jeune homme couleur feuilles martes? jAVOTTE

Oh I non! II était blanc et rose, lui. C esl son habit qui avait la teinte des feuilles mortes, et, chose curieuse, sa veste était sans boutons. RÉBECCA

Et son gilet non plus, sans doute? JAVOTTE

Son gilet non plus. Alors, je me suis approchée de lui (Mon Dieu, comme e' est bete, les reves !) et je lui ai épinglé des Reurs, des boutons d'or, pour remplacer les boutons manquants! RÉBECCA

Et Ion reve a fini la? JAVOTTE

Non, mere Rébeeca. Le jeune homme m'a remereiée et, en échange du service que je lui ai rendu, il m'a promis de m'épouser. Cesl lout! RÉBECCA

e'est peu ... et e'esl beaucoup. Viens jusqu'a ma cabane, je le ferai un jeu de larols, et nouS auronS l' explication de ton reve. jAVOTTE

Moi, aller chez la fée Malysse? Oh! non! non 1 j' aurais trop peur !


-3-

RÉBECCA (étonnée)

La fée Malysse? jAVOTTE

C'est ainsi qu'on vous désigne dans toute la eontrée, RÉBECCA (rianl) Hi! Hi! Hi 1 Ce titre m'honore et me flatte! La fée Malysse .. , e' est malieieux 1 Et moi qui me ligurais qu 'on m'appelait la vieille noix, , ¡'aime mleux c;a. Mais pourquoi ne veux-tu pas venir ehez moi? jAVOTTE

A cause de votre gros hibou. RÉBECCA

1I est doux comme un agneau, C'est mon seul ami. ].\VOTTE

Et vos ehauves-souris qui dorment la tete en bas, pendues au pla. fond! RÉBECCA

La nuit, elles veilIent sur mon sommeil en détruisant les mous· tiques, AlIons, viens, javotte, et dissipe tes inquiétudes, nous allons tirer ton horoseope. jAVOTTE

Eh bien! je vous suis, mais e' est bien pour vous faire plaisir. (Elles sorlent.) SCENE GUIGNOL, GNAFRON

III (avec un panier)

GUIGNOL

Oh! malS avance done, traine-grolles, t' es ben si tant molasson? GNAFRON

a

Avance done! Avance done! t'en parles ton aise, Guignol , v'la trois heures que j' avance, je suis tout déclaveté, je flageole sur mes ponteaux, je sens que je vas m' aeaeabozoner sur la mousse ! Sans compter que c'est toujours chacun-mon-tour charrier le pamer,

a


r -

4 -

GUIGNOL

Belle vaye f 11 est vide. GNAFRON (posan! son panier sur la bande) 11 est vide! c' est ben ta jugeotte et ton cceur que sont vides, et ya que ta mauvaise foi qui est pleine ... d'évidence.

GUG.'OL

Oh ! la ganache ! <;:a qui faut

s entendre di re tout de meme !

GNAFRON

Parrr'faitement, mossieu! a c'matin, te m'as dit comme ~a: Gnafron, on va t' aller faire les provisions de collagne, tous les deusses, et apres on chiquera ensemble. L'as-tu dit ou ras-tu t'y pas dit~ GUIGNOL

Je rai dit, et je m'en dédis paso GNAFRON

l' ai

cru benoltement qu' on allait partir en se lentibardanant du coté du marché du quai Saint-Antoine, et je te suis, mon panier au bras . . , GUIGNOL

Tu pouvais pas rien le porter avec tes jambes. GNAFRON

Au' lieur d'aller au marché, nous nous enquillons dans un taranway, pis dans une autre, pis encore dans une autre , et chaque fois que le recepteur disait: T out le monde ont son billet? , tu répondais en ne répondant rien. GUIGNOL

Bah! quand on est chomeur, c' est un devoir de resquiller. GNAFRON

Enfin, nous arrivons

a.

terminaison. GUIGNOL

A terminus. On dit pas

a terminaison. GNAFRON

a

a

Pourquoi? Te dis pas : Je vas Vernaisus, te dis ben: je vas Vernaison. Ah f puis m'agace paso Une fois a terminaisus , je croyais qu' on était arrivé ... mais d'avec


5

DE

THIMORÉ

raí joué au pocker, avec un étranger, un espagnol, Don Gomez Santagio. Toute ma fortune a été engloutie en une nuit ... dans l' espoir de me rattraper, j' ai joué ce chateau, le seul bien qui me restait... GUIGNOL

Et vous avez pardu? DE THIMORÉ

(accablé)

Et j'ai perdu! GUIGNOL

Eh ben, voulez-vous que je vous dise, bargeoiú Vous mériteriez que je vous donne une bonne volée de coups de martinet, jusqu'a ce que la peau des reins elle en éclate. DE THIMORÉ

J' ai

pnere.

invoqué la Puissance céleste... Elle est restée sourde a ma GUIGNOL

Et alors, ne sachant plus comment vous dépatrouiller de la, vous avez tourné volre panaire a l'envers, el vous avez essayé d'évoquasser le Diable pour qu' i vous envoye des écus d' or. DE THIMORÉ

Cest Don Gomez Santiago qui m'a mis cette idée en tete. GUIGNOL

I croit done aux divinités infernables, ce hidalgo?

DE

THIMORÉ

S'jJ y eroit? Maís cornme beaucoup de ses eompatriotes! 11 doit venir aujourd'hui ... e'est un homme terrible ... il espere que I'Enfer m aura pour\'u de la somme nécessaire a pa\'er ma dette d'honneur. GllGSOL

[] pourra se fouiller , sil a de poches! DE TH"IORÉ

Oui, mais alors, il faudra que je lui aecorde ma fille en manaQ'e . 11 prétend l' aimer depuis qu' il ]' a vue dans un ha! I GUIGNOL

Ah ben, jJ es! culotté, le fran gin! Ecoutez, Bargeois. Vous avez voulu me jeter dihiors eomme une équeville, mais je vous en veux pas pour <;a, j' ai pas de raneune. A preuve, e' est que je vas essayer de vous sortir de la melasse . DE THIMORÉ

La lutte est impossible ... il vaudrait peut-etre mieux faire une derniere tentative aupres des puissances diaboliques, cornme la nuit der.,

ntere. GUIGNOL

F aire bruler de soufre , se frotter le dos avec de phosphore? Danser le ehibreli a cheval sur des manches a balai avee des pots de machin en guise de casques? Crier : a moi, Satan, Lucifer, Berzébucle, Croquignar le diable?


1

-6 -

DE

THIMORÉ

Nous réussirions peut-etre aujourd'hui, ou nous avons échoué hiero GUIGNOL

Bétise, bétise que tout cela, Bargeois ! Eh pis, le diable est peut-etre ben en train de changer de canes:on et de chaussettes pour veni vous voir proprement. On sait pas ! On sait pasl

DE

THIMORÉ

En attendant, e'est Don Gomez de Santiago gui va vemr. Oh I celui-la ne manquera pas au rendez-yous. GUIG\OL

Eh ben, ~ui la, faudra le receyoir e houettement , lui z'y donner \O' meilleur bardanier de la plus belle chambre. DE THI)IORÉ

Comment, tu veux? ... G¡;IG1\OL

Parfaitement I ...\llez donner de z'ordres a la CUlsme pour qu'on lasse fricas.er de choses fines: de \xeu!' de veau, de z'aloyau, de frican deau . des boyaux , exces terreaux. Déyalisez la cave : maconnais, beaujolais, porto, bordeaux. F aites faire des allégumes : raviolis, espaguetti, macaronis, excéteri. I\ ¡eltez aussi de poulailIes, de volailles el des caisses en cailles. Enfin, qu'il y ait de tout, de tout, de lout, et surtout n'oubliez pas les petites raves et les cure-dents au dessert !. OUé ! ollé ! aUez ! allez !

DE

THIMORÉ

Je suis completement abroti ! GUIGNOL

Vous n'ez pas besoin d'y z'y dire, c;a se voit z'assez! malS allez doncl (1/ le pousse dehor•. ) SCENE

IJI

GUIGNOL

Eh ben, en voila un palrigot, tout de meme! Faut ben veni au chateau du Pont d'Enfer pour VOlr des choses pareilles I Le pere Thimoré, que n' a l' esprit comme son nom , a fait des ganacheries que sont pas de pardonner a son age ! AlIons, mon petit Guignol, si te veux pas voir dégouliner des lar- . mes dans les chenus quinquets de ta petite patronne, si te veux la voir en blanche satinette, d' avec un voile de tulle sur le museau, un cognon de Ileurs dérangées sur le citron, se bambanner au bras de son Odile en habit queue de pie, s' agit de trouver dans ta bolte a maliees un ban plan pour remettre toutes les affaires en place. Et pourquoi done que je réussirais pas ~ C' est pas plus difficile que de jouer aux dames. Et a ce jeu-la, je gagne toujours.


--- 7

SCENE IV GUIGNOL, AMÉLlA, puis ODlLE AMÉLlA (Entran!) Guignol ! GuignoI! II se passe au ehateau des ehoses si singulieres que j' en suis toute bouleversée 1 GUIGNOL C' est pas croyable ! Et quo; dOlle qui se passe qu; vous boulevarse tant que "a ? AMÉLlA Mon pere a fait préparer la ehambre basse eomme si nous devions recevoir un hóte de marque. GUIGNOL Comme le Surtan du Maroe? AMÉLIA A l'offiee, c' est un vrai branle-bas ; Justine, AnneUe, Toinon, sont sur les dents. C' est qui travaille le plus ... on plume des volailles, on saigne des lapins. on éeosse, on racle, on épluche des légumes. Le jardinier cueille des fruits et des fleurs, sa femme confectionne des tartes et des flans. Mon Dieu ! que signifie cela? le sais-tu, toi, Guignol?

a

GUIGNOL Oui, mameselle ... tout <;a, c'est pour eélébrer vos finan<;ailles. AMÉLlA Quelle surprise! quel bonheur! Alors, Guignol, mon pere sait qu 'Odile va venir, et il consent notre union? GUIGNOL Non!

a

Non? GUIGNOL Le pro mis que votre pipa vous a choisi, i s'appelle pas Odile. C'est le ségnor Don Gomez de Sant-Iagio - ollé! ollé I morta la vaqu ... a I (i! chante) Toréador, en ga-a-a-arde ... tin, tin, tino tin ... AMÉLlA Quelle horreur ! Je n' en veux pas ! GUIGNOL Moi non plus, j'en veux pas ... pour vous -

je le répudique 1

AMÉLlA Que je suis malheureuse ! mon pere veut me sacrifier ! (elle pleurc) ODlLE (entrant) Ma chere cousine! ma petite Amélia ! ... mais, tu pleurcs? AMÉ.L1A (se jetant dans ses bras) Odile! Odile! console-moi ... j'ai trop de chagrin ... ODlLE Que t' arrive-t' il done de facheux?


GNAFRON (pleurnlchant)

Guignol ! je suis piqué a mori! je vas crevogner ! GUJGNOL

Avant de toumer de l'oeil, fais-moi ton héritier. GNAFRON

Mais je n 'ai rien 1 GUJGNOL

<;a m'étonne pas! Voila bien les amis . .. ~a pense pas a mettre de coins des picaillons dans une cachemaille pour ceux qui resten! ... quand ils s' en von!. Sans coeur, sans entrailles ! Bouh ! te me fais regret. GNAFRON

eomme c'esl canan! ce que le me dis la . Au lieur de me sogner, de me sauver, peul-elre, le m'a gonises de souises!

SCENE VII G UIGNOL, GNAFRON, RÉBECCA RÉBECCA

Pourquoi tout ce bruit? CeS eris, ce ta page? GNAFRON

(a

part)

Oh! c'te vieille! ~a doit z 'etre la mort en parsonne qui vient m'agripper! GUIGNOL

Ah! la p'tile mere, e'esl mon copain Gnafron que vient de se faire mordre par un vipere ... GNAFRON

Une serpenle grande comme tout. Sauvez-moi, pauvre vieille! RÉBECCA (a Cnafron , en rian!) Rassurez-vous, pauvre vieux, iI n' y a dans celte foret que de bien inoffensives couleuvres. Allez laver votre plaie ... , dan s quelques minutes il n 'y paraltra plus . GNAFRON

Mais, me benouiller dans l' eau ? ... dans \' eau ? n RÉBECCA

Bien sur, le ruisseau es! a cinq eents melres de la . GNAFRON

Vous croyassez pas que soa vaudrail mieux de me laver avec du vin?


')

ODlLE Si nous devons notre félicité a ce domestique , es-tu certaine , Amélia, que notre amour-propre n 'en soulfrira pas? AMÉLlA

Si Gui gnol réussit. nous ne le garderons pas comme serviteur. ODlLE Tu aurais le triste courage de le congédier? Ce serait de \' ingratitude I AMÉLlA

Mais il deviendra notre ami, notre frere. 11 ne nous quittera plus. ODlLE Ah la bonne heure! Rien que pour cette belle parole, je t' aime davantage encore I G UIGNOL (entrant de gauche) Attention, z' enfants, voila \' espagnoletos .. . je vas vous \' annoncer I A propos, tout le monde sont prévenus. Ca gaze! Soyez gais ! soyez aimables, et je réponds du dénuement I (Il sor/.) AMÉLIA (riant) N' oublie pas que tu es mon frere. ODILE (riant) Oui, ma ' sreur. GUIGNOL (entrant et annonfant) Le ségnor Don dégommé de Santiago I DON GOMEZ (entre et Guignol sort) (S' inclinant) Ségnorita AmaJia! AMÉLJA

Don Gomez, je suis charmée de vous voir . Permettez-moi de vous présenter mon frere Odile .. . DON GOMEZ Enchanté! you souis enchanté dé la favour qué vous mé faites. 56 habla espagnol, ségnor I ODlLE Oui monsieur .. . c'est-a-dire ... non, je ne parle pas espagnoJ, ou plutot, je le parle en fran<;ais , <;a m' est plus faciJe . DON GOMEZ (riant) DéJicioux, c'est délicioux, mais c'est doummage, ségnor! E t la manolita non piou? (A m Jlia fait signe que non) A h I doummage , en· core piou dommage ... AMÉLlA

Je suis confuse de ne pas parler espagnol , mais e 'est un p etit malheur puisque vous possédez a fond notre langue. DON GOMEZ

y ou m' en Ratte, porqué you \' ai Jonguament étoudiée. ODlLE Vous n' etes probabJement que de passage dans nos contrées , et


-

10-

GUIGNOL

T rop vieux ! quarallte ans et les mois de nourrice! Vous trouvez <,:a trop vieux? Eh ben, vous vous etes pas arregardée, ma vieille femme! Quel age que vous avez done? Moí?

J' aí

RÉBECCA

víngt ans. GUIGNOL

(A part.) C'est z'une folle éehappée de rasile de Bron. Dísons eomme elle. RÉBECCA

Vous ne me croyez pas? GUIGNOL

Si! Si! Oh! bien sur que si . . . Et comment que vous vous appelez? RÉBECCA

Ja\"otte. Et je su is bergere ... GL'IC'(OL (chantant) II étillt un' bergere, Et ri et ron, petit patapon,

II était un' bergere qui gardait ses moutons, tons. tons,

Qui

gardrut se5 moutons.

(On apeTfoit jaeotte qui éeoute sans se faiTe COiT de Guignol.) RÉBECCA

Dites-moi ... eroyez-vous aux fées? GUIGNOL

(A part.) Ne la contraríons pas' (Haut.) Si je crois aux fées! ah! vouí alors. Ya que les gones qui sont eaquenanots qui ne eroient pas aux fées ... RÉBECCA

Vous avez raison' Eh bien, je vais vous dire ... eette foret est sous le pouvoir de la fée Malysse, qui a le don de se transformer tour tour en /leur, en oiseau ... en reptile et qui peut reprendre a volonté sa forme naturelle, qui est eelle d'une belle dame blande habillée de nuages.

a

GUIGNOL

C' est s:a qui doit tenir chaud ... des nuages! Je voudrais bien ctre t:luageux, mOl. RÉBECCA

Un jour, la fée Malysse, pour me punir d'avoir eueilli des muguets dans son domaine, m' a transformée en vieille femme ... GUIGNOL

Ah' ben ~a, c'était pas des choses de faire. Cette fée est une fée ... rosse. RÉBECCA

Cependant, Malysse m'a promis que je redeviendrais jeune et jolie le jour ou un jeune homme consentira a m' épouser ... Voulez-vous accepter d'elre ce gar90n-11l? GUIGNOL

(a par!)

Pauvre folle! Disons que voui' Comme <,:a n' arrivera pas .. . RÉBECCA

Vous ne voulez pas, méchant garc;:on?


-

11

~

SCENE VII DE THIMORÉ -

Do~ GOMEZ GUIGI\OL

GUIGNOL

Monsieur a sonné ~ DE THIMORÉ

Guignol, vous vous tiendrez de Santiago, mon hQte illustre.

a la disposition du Ségnor Don Gomez

GUIGNOL

Ya Mein Herr I DE THIMORÉ

Vous le traiterez avec toute la déférence due

a un Grand d'Espagne.

GUIGNOL

Yes, sir I DE THIMORÉ

Vous saurez prévenir ses moindres désirs;> GUIGNOL

Si, signor I DE THIMORÉ

Contenter ses capriees ... GUIGNOL

Oua, monehu I DE THIMORÉ

Mon excellent Gomez, je vous confie aux bons soins de mon meilleur valet, un homme de tete et de ereur. GUIGNOL

C' est moi que je suis le valet de creur. DE THIMORÉ

Monsieur de Santiago, si vous voulez réparer le désordre de votre toilette, vous poudrer, vous recoiffer, Guignol est la. Quand vous serez reposé, rafrakhi, mon valet vous eonduira aupres de moi, de mes enfants, sur la terrasse du chateau d·Enfer. A tres bientot, mon futur ... gendre ... Ségnor! (11 salue el sort.) DON GOMEZ

.-

(a part)

Son foutour gendré! Gomez, tou es un heureux eouquin! SCENE VIII DON GOMEZ -

GUIGNOL

GUIGNOL

Si moussignor Dégommé désire se déerasser les pinces a suere, se décamoter les agassins, se délaver le gadin , se déméler la tignasse ou Se bílcler la ganaehe, que moussignor n' oublie pas que Guignol est a la disposition dé ousté. DON GOMEZ

No I you souis proupre des pieds

a la testa.

Gtn(;NoL .

Ah non! je sable pas l' épagneul.

Se habla espagnol?


-

12 --

SCENE IX GUIGNOL (immobile el les yeux couverl$) , jAVOTTE (derriere lui) JAVOTTE (chantant) 11 pleut, il pleut, bergere Rentre tes blancs moutons AIlons sous la chaumiere Bergere, vite allons ... GUIGNOL (se retoumant) Oh , e' était pas de bIague ! JAVO-1 fE

Hé non! Le miracle s' est accompli ... , j' ai retrouvé ma jeunesse GUIGNOL

Oh! javotte! javotte ! eomme t' es eanante ! <;:a y est ! je suis pincé, nom d' un rat ! <;:a me fait dzim boum boum badaboum dans la bredouillette. ,'dais alors ... Cest done pas de blague? <;:a existe done, les fées? jAvoTTE Chut! n'en parlon. plus. C'est un seeret que nous devons garder au plus profond de nous-meme. GUIGNOL

Eh ben, nous le garderons dans le ereux de nos pieds. Oh! ma eolombe! Nous vons se marier le plus tot possible pour etre plus vite heureux et nous irons vivre en Ly-on ma ville natatoire. Mais y me semble qu' on pourrait bien s' offrir une fricassée de museau pour caeheter nos financiailles. JAVOTTE

Avec plaisir, mon cher Guignol !

(lis s' embrassent.) SCENE X GUIGNOL, JAVOTTE, GNAFRON (avec son panier) GNAFRON

A ta santé, Guignol! (A part.) JI ne se gene pas, ce gone! GUIGNOL

Ah! te voila, Gnafron? T' as trouvé des escargots? GNAFRON

Un plein panier, petit. Mais j'ai trouvé mieux que ~a' GUIGNOL

Ah! quoi que e'est? GNAFRON

Un.brave montagnard de la plaine qui m'a payé du vin a regonHe. Mais loí, Guignol, je

VOIS

avec mes reils que t' as aussi trouvé

querque ehose , hein?

Ce~ vrai !

GUIGNOL

r ai trouvé le bonheur ! Apinche un peu eette canante,

Cest mam'zelle javotte, ma friture épouse. jAVOTTE (fai$anl la révérence) Mes respects, monsieur Gnafron.


-

13 ,, --

GNAFRON

Mam'zelle, je dépose mes hommages el mes escargols a vos pieds. GU/GNOL

C;a va, tes froma ges, on les accepte, quant aux escargots. on 'v a les faire jeuner un m ois el on les boulottera farcis le jour du repas de manage, Et la.dessus, enlonnons le re frain final!

CH<IUR (Air : 11 étail une bergerel La petile BergeTe El, Ti el ron , petit pata p on La petite Bergere Va quitter ses moutons ton-ton Va quitter ses moutons Pour se mettre en ménage El ri et ron, petit patapon, Pour se mettre en ménage Avec un gon' de Lyon ton-ton Avec un gon' de Lyon.

RIDEAU

Celle Coméáie f;l eut ~ I'e j oule

-pO!

det peuonnage, vil:lll'lt, en chongeant leJ nom!

d. GUIGNOL <1 GNAFRON .


C~TAlOGUE

No 17

AL]BE]~,]L'

CJE-3LRNAV

MON GUIGNOL L YONNAIS Pie ces simples pour la leunesse suivanl la Iradition du vérilable Guignol Lyonnais 8. L' ordonnance du docteur.

1. Le Déménagement. Guignol, Gnafron, Canezou, le

Bailli. 2. Rébecca ou la F ée Malysse. Guignol, Javotte.

Gnafron,

Rébecca.

3. Réponse payée. Guignol.

M.

Misty,

Chipard.

rvIrs

Paterson.

5. L' Ami Gro.belín. Guignol, M. Bonnet. \1. Grosbelin, Rosalie. 6. Les demieres volontés. Guignol. Gnalron, Cadet. M.

César.

7. La

le~on

Guignol, le Comte Frise a P-lat, Bouche en Or, Louison, Gna-

1O. Bécassine pour rire.

\1. Betasson, Guignol, Osear,

a Papa.

Cuignol. Gastan,

9. La Cachemaille.

fron.

un gendarme.

4. La Sa,ur

Guignol. Malassis. T utoul. Gna-

fron.

\ladelon. Gnalron.

I l. Guignol professeur. Guignol,

Pintadon,

Calixte,

Héloise.

12. La Chambre gamie. Guignol, Pinsec, Gnafron, Moumouche, le Parrain.

de solfege.

Guignol, Gnalron. Cadet.

Monologues &. dialogues en patois Lyonnais R. du MARAIS (.uite)

Albert CHANAy Au magasin a prix unique. La consolable veuve. Une aventure bien chicquette.

Gyll ASTHIER La bassine. Dans l'enscenseur. La jeunesse de la Dodan.

Le Joanny. Le tuyau de l'évier. Visite émotions.

a

R. du MARAIS (les gognandises) A la musique de Belleeour (dialogue). Au jeu de boules.

Dans la /ieelle (dialogue). Le drame de la rue des 3 massa-

eres (dialogue). Le feugneton (dialogue). Le Joanny a la peche. Le Kiki. Vous etes si chenuse (parodie).

Léon JO (les Iyonnaiseries) A la platte. Les bardanes. Cogne mou.

La Fanny. M~.lheureux

L::1 malaisée.

Mon bedon.

t-en amour.


Mon Guignol Lyonnais-Rebecca...