Page 1

Marseille Polaroid 2013

L’instant’année capitale CLAIRE HALLÉ


« Marseille est une ville selon mon cœur. C’est aujourd’hui la seule des capitales antiques qui ne vous écrase pas avec les monuments de son passé. Elle a l’air bon enfant et rigolarde. Elle est sale et mal foutue. Mais c’est néanmoins une des villes les plus mystérieuses du monde et des plus difficiles à déchiffrer. » Blaise Cendrars


J

e suis arrivée à Marseille au tout début de l’année 2013 pour y vivre. Cette ville qui attise tant les ­­­passions m’attirait. Bien sûr pour sa lumière - venant de Paris ça n’étonnera personne, pour son site naturel hors du commun et pour sa localisation ­­stratégique au centre du Sud de la France... Mais pas seulement. J’avais le sentiment que Marseille était une ville qui me correspondait. Je n’y avais pourtant jusque-là passé que quelques WE et en avais bien sur entendu le pire comme le meilleur. Mais cela faisait déjà en soit deux bonnes raisons d’aller en juger par moi-même : à ­­l’envie de changement s’ajoutaient l’excitation de la découverte et l’attrait - pour l’urbaniste que je suis d’une ville complexe et en pleine mutation, qui allait être en 2013 sous le feu des projecteurs à l’occasion de l’année de la culture ! Nouvelle vie, nouveau job, nouveau départ. Perdre ses repères pour mieux en prendre de nouveaux. Laisser la ville et ses habitants vous surprendre et vous ­ap­­ privoiser. Passé le temps de l’installation, Marseille a bien tenu ses promesses, le quotidien offrant son lot de découvertes. Comme j’avais depuis quelques années pris l’habitude de le faire en voyage, j’ai cherché un moyen de garder une trace - matérielle, personnelle et sensible - de toutes ces «premières fois». Le Polaroid

m’est ­rapidement ­apparu comme un média idéal, pour son côté ­imprévisible et spontané bien sûr, mais aussi pour l’interaction qu’il crée avec les gens. L’idée était de constituer une série de photographies instantanées au fil de mes balades, découvertes et déambulations à Marseille et dans les environs, et de profiter de l’engouement lié à Marseille-Provence 2013 pour les partager en ligne et lors ­d’expositions. Le projet « Marseille­ Polaroid2013 » était né. Finalement, découvrir Marseille allait être comme un voyage au quotidien. Après avoir trop s­ouvent couru pour découvrir des lieux en quelques jours seulement, quel luxe d’avoir cette fois le temps… Le temps de partir à la découverte des 111 quartiers de cette ville étendue - 4ème plus grande de France m ­ étropolitaine avec ses 240 km² - formée historiquement par le regroupement de petits noyaux villageois au départ isolés, et peu à peu reliés entre eux de gré ou de force avec l’avancée de l’urbanisation et la nécessité de construire suffisamment de logements pour ­accueillir les vagues d’immigration successives... Le temps de parcourir un à un ces lieux aux noms plus ou moins familiers. Ces noms chantants, qui font à eux seuls ­voyager et raisonnent dans les conversations comme autant de repères d’une cartographie ­mentale collective : la Côte Bleue, l’Estaque, les Goudes, la Pointe Rouge, la Corniche, le Roucas Blanc, Endoume, le Vallon des Auffes, le Frioul, la Belle de Mai…


Gare Saint-Charles


Cours d’Estienne d’Orves


Belsunce


Grand Port Maritime


Vieux-Port


Aix-en-Provence


Terrasses du Port


Stade VĂŠlodrome

Marseille Polaroid