Page 1


FOOTAISES

"L’ennui c’est que nous négligeons le football au profit de l’éducation." Groucho Marx 1


COUP D’ENVOI 24 février 2013. 10h40 - “Léon,  c’est  pour  toi”. “   Pour   moi”, la standardiste du QG ne pouvait mieux dire en me passant cet appel-là. En ligne, la cellule  des  affaires  sensibles  du  ministère  de  l’intérieur. -“Morel  ?.." Un  appel  de  l’hôtel  Bristol.  " David Beckham a disparu ". La voix est calme et posée, comme soulagée   de   me   passer   le   relais.   A   l’inverse,   je   bouillonne   instantanément  à  l’annonce  de  cette  information encore confidentielle. Je serai vite sur place, ma base est  située  Rue  de  Courcelles,  à  deux  pas  du  prestigieux  établissement.  J’y  ai  été  affecté  il  y   a 5 ans maintenant, depuis la création du service.

L’UST, comme  l’Union  Sportive  Tourquennoise,  le  club  de  foot  où  j’évoluais  gamin  mais  aussi  comme   Unité Spéciale et Transversale. Je suis un "trans" comme on dit chez nous, non sans une  certaine  ironie  qui  a  le  don  de  m’agacer.  Je   suis un flic polyvalent dédié au sacro-saint credo de la transversalité. Putes, came, fric, armes... aujourd’hui   les   maux   de   notre   société   bancale   se   télescopent,   se   chevauchent, se mélangent. Le manque de probité   des   élites   côtoie   l’absence   de   scrupules   des   grands   délinquants.   Je   traque,   je   mets   le   mal   à   mal   sans   espoir   de   le   vaincre   tout   à   fait.   J’évolue   en   immersion   au   cœur   de   ce   maelström  malsain  qu’est  le  monde  du  crime,  passant  d’un  milieu  à  un  autre,  m’imprégnant  de  mœurs   et de pratiques peu recommandables pour le besoin de mes enquêtes. Pour les mener à bien, le cabinet  du  ministre,  mon  seul  référant,  m’accorde  carte  blanche  et  moyens  quasi-illimités.

Léon n’est  pas  mon  vrai  prénom,  ça  me  vient  de caméléon,  de  ma  faculté  d’adaptation  à  chacun des environnements  que  je  suis  amené  à  côtoyer.  C’est  Jean-François  qui  le  premier  m’a  baptisé  de  cette   appellation  saurienne  qui  s’est  progressivement  transformée  en  Léon. J’aime  bien  “Léon”.  C’est  concis,  efficace, ça claque, ça me ressemble. 4 lettres, comme un nom de guerre. Jean-François  c’est  Jef,  mon  ami,  mon  frère.  Nous  formons  un  binôme  aussi  indissociable  au  boulot   qu’à   la   ville.   Pour   autant,   vous   pouvez   oublier   les   clichés   à   la   FBI,   duo   très   spécial. Jef, comme on

2


l’appelle rue   de   Courcelles   n’enquête   pas,   il   répertorie.   Jef   est   marié   depuis 20 ans maintenant à Madeleine, une adorable  épouse  qui  jamais  ne  s’est  plainte  de  notre  envahissante  amitié.  La  veille  de   cet appel téléphonique, nous étions ensemble, Jef et moi, au Parc des Princes, comme quasiment à chaque  match  depuis  1976,  année  inaugurale  du  stade.  Depuis  cette  époque,  nous  n’avons  cessé  de   fréquenter   les   travées   de   l’enceinte   mythique,   y   progressant   au   rythme   de   notre   promotion   sociale,   des tribunes populaires jusqu’aux  présidentielles  où  nous  occupons aujourd’hui  un  siège  à  l’année. Responsable  des  archives  de  l’unité,  Jef  est  la  mémoire   vivante   de  la  boutique.  Il  est   aussi  celle   du   Paris-Saint-Germain. Ce soir-là, un peu déconcertés par la  nouvelle  dimension  de  notre  club  de  cœur,  nous  assistons à la rencontre PSG-OM qui se solde par une victoire convaincante de Paris sur son rival historique. La star anglaise   David   Beckham,   aussi   à   l’aise   sur   les   podiums   de   la   fashion-week que sur le gazon de la porte  d’Auteuil,  a  fait  son  match,  selon  l’expression  consacrée.  Une  prestation  qui  lui  valu  une  ovation   de la part du public lors de sa sortie, à la 85

ème

minute.

J’ai suivi  comme  personne  la  formidable  ascension du londonien. De ses débuts à Manchester  jusqu’aux  Los  Angeles  Galaxy.  Je  connais  tout  de  sa  technique, de son style comme de son palmarès. Je ne suis pas un de ces fans mimant le joueur ou collectionnant magazines people et autographes. Je me fous de sa vie privée et de ses supposées conquêtes. Je fais   plutôt   partie   des   admirateurs   de   l’ombre,   des   éplucheurs   de   statistiques,   des   coachs   fantômes.   J’analyse,  je  dissèque  chaque  action  de  match.  Je  note  avec  minutie  depuis  15  ans  les  points  forts  et   les points faibles de mon poulain ; je calcule ses marges de progression dans chaque secteur de jeu. Je   l’ai   vu   émerger   avant   tout   le   monde,   je   connais   son   football   mieux   que   quiconque.   Je   suis   si   imprégné  par  ce  joueur  que  ses  choix,  sur  le  terrain  comme  en  dehors,  ne  m’étonnent  jamais.  Ainsi, son arrivée à Paris était pour moi programmée, comme un rendez-vous attendu. La "femme de footballeur  qui  ne  sert  à  rien",  comme  l’ont  un  temps  surnommée  les  tabloïds  britanniques,  m’attend   dans   le   hall   du   palace.   Je   m’approche   de   Victoria.   Elle   n’a   pas   l’allure   apprêtée   qu’on   lui   connaît   habituellement.  L’absence  de  ses  éternelles  lunettes  de  soleil  laisse  apparaître  des  yeux  rougis.  Elle   porte  un  jogging  satiné  plutôt  mal  ajusté  et  triture  ce  qu’on  appellerait  un  "doudou"  si  elle  n’avait  pas   bientôt 40 ans. Il  est  11  heures,  les  présentations  faites,  le  garde  du  corps  nous  escorte  jusqu’à  la  suite  de  la  spicy   family.   Victoria   s’excuse   de   ne   pas   parler   français   et   s’en   remet   à   son   traducteur   attitré   qui   me   confirme la disparition de son mari. Nous pénétrons  dans  la  suite.  Elle  est  composée  d’un  vaste  hall   desservant  avec  faste  les  autres  pièces.  Dans  l’immense  living-room, une vue incroyable sur la tour Eiffel  s’offre  à  nous.  J’imagine  que  la  proximité  du  prestigieux  édifice  concrétise  parfaitement  le  rêve parisien de Victoria. Nous nous dirigeons vers les chambres. Celles des enfants, Brooklin Joseph, Roméo James, Cruz David et Harper Seven jouxtent celle de la nurse. Elle les a emmenés au bois de Vincennes le temps de notre visite.

3


Nous démarrons   les   constatations   d’usage,   guidés   par   la   maîtresse   des   lieux.   Un   rare   privilège que j’apprécie   à   sa   juste   valeur   quand   celle-ci   m’ouvre   la   chambre   de   David.   Les   Beckham   font   donc   chambre à part. Je réprime un sourire en notant cette information   qui   pourrait   s’avérer   capitale,   si   ce   n’est   pour   l’enquête,  au  moins  pour  les  groupies  parisiennes  du  bellâtre. S’ensuivent  les  interrogatoires. Le   garde   du   corps   me   confirme   avoir   vu   la   star   quitter   l’hôtel   vers   03h   du   matin,   lui   interdisant   fermement   de   l’accompagner.   La   vidéosurveillance du Bristol montre effectivement David Beckham sortir  du  parking  de  l’hôtel  au  volant  d’une  Aston  Martin  modèle  DB7  bleue  pétrole,  à  03h  05. Inutile   de   s’éterniser,   je   laisse   aux   poulets   de   batterie   le   soin   de   relever   d’éventuels   indices   et   recommande,  sans  trop  y  croire,  la  plus  grande  discrétion  à  l’ensemble  des  proches  et  du  personnel présent ce matin-la.

4

Footaises  

Il est 10h40 ce 24 février 2013 quand le spécialiste des affaires sensibles, Léon, est appelé en urgence. David Beckham, récemment engagé au...