Issuu on Google+

Christopher Petit

À cœur ouvert


À cœur ouvert


Christopher Petit

À cœur ouvert poèmes


Ce recueil est dédié à mes parents Qui m’ont donné la vie Sans eux, je ne serais pas là Et ces poèmes non plus.


Les mots que j’ai écrits dans ce recueil se portent sur des événements clés dans ma vie, mes désirs, mes fantasmes des sentiments profonds à soi-même et par bonheur à beaucoup d’autres qui découvrent dans la poésie les pans nostalgiques déclarés de leur propre histoire. La poésie laisse s’associer des mots dont le sens peut nous échapper, des mots qui ne se décrivent pas, ne justifiant pas, ne sont même pas toujours exacts, libres de s’approprier une nouvelle langue. Au fond de moi, j’ai toujours été poète. Depuis mon enfance, j’ai commencé à écrire dès l’âge de neuf ans. Et à être encouragé par ma mère qui me présageait un avenir abouti. Aujourd’hui, c’est grâce à elle et à ses lumières que j’ai pu réussir. Je sais les liens que peuvent apporter la poésie et l’analyse dans une vie. L’une et l’autre nous

11


parlent d’amour, les larmes les joies ainsi que la souffrance. L’une et l’autre nous évoquent le rêve et le cauchemar. L’une et l’autre, la réussite ainsi que la force des mots qu’ils peuvent témoigner et changer la vie d’une personne.

12


Tristesse maternelle Souvent je pense à toi et je pleure mon chagrin Souvent je pense à toi mais mon amour est sans fin. Tu es loin de moi mais un jour, on se retrouvera enfin Et tu me prendras la main Ma tristesse est tellement grande que ce sera mon destin Pourquoi es-tu parti ? Tu m’as laissé grandir en pleurs Petit à petit je guéris la blessure de mon cœur Mais ce dénouement m’a tant fait souffrir C’est pourquoi je m’interdis de dépérir Ma tristesse est ma force absolue pour combattre la vie Ton absence renforce mon caractère Qui protège mon cœur de ces vautours La tristesse m’a permis de grandir en silence

13


Je n’aurais jamais pensé être en convalescence Depuis cinq ans déjà mon cœur pleure ton amour Quoi qu’il en soit, tu resteras ma mère Que je vénère lors de mes prières Et je sais que tu me protèges De là où tu es, sache que cela est un privilège

14

De savoir que tu me transmets tes pensées Qui éveillent ma vie et qui prennent un tout autre sens Puisque cela est la vérité On se ressemble Sang pour sang Maman, sache que je ne cesserais Jamais de t’aimer Tu es mon modèle C’est pourquoi je te resterais fidèle Malgré cet événement, j’espère que tu es fier De l’homme que je suis devenu CHRIS Je t’aime maman 29/10/2009


R êve d’été L’été nous irons à Bora Bora Avec des rêves bleus Nous serons bien, un nid de baiser nous reposera Dans chaque coin moelleux Tu fermeras l’œil pour voir ton rêve espéré Admirer les ombres de soi Tu trouveras ce que tu es venu chercher Mon cœur rempli de soie Puis tu sentiras ma joue Te caresser d’un petit baiser Comme un souffle enlacé Qui te court dans le cou Et tu me diras : je t’aime tellement En m’embrassant Et nous prendrons le temps De s’aimer tout en voyageant

15


Jusqu’à ne plus se quitter Et partager Un amour tant mérité Que j’avais tant rêvé 06/07/2007

16


Tendresse émerveillée Une tendresse émerveillée, une affection qui te secoue Subtilement en plein cœur, un instant si pur qui se dévoue De tout ton corps, s’apprivoisant ainsi des sentiments Les plus profonds de cette personne, amoureusement Mes propres idéaux provoquent une ardeur Ultra luminaissante qui te rend de plus en plus rêveur Passionnément devant cette langueur désirée Une caresse se dessine sur ton corps nu Doucement, tu sens quelques palpitations tant convoitées Par ce désir sommeillant en toi qui te tue En effet tu t’ouvres à moi corps et âme, tout en candeur

17


Une caresse se balade pendant des heures Nos deux corps enlacés S’attirent en totale harmonie Puisque tu me donnes l’envie De t’aimer, sous mille et une nuits Ou de doux baisers se poseront sur tes lèvres tant exaltées Un rythme fou endiablé t’envahit et cela me poursuit

18

Car tu vibres sous mon regard mystérieux Ainsi que sur la douce résonance de ma voix qui me rend joyeux Je te murmure un « Je t’aime » Sous la douce écriture de mon poème Qui me vaut toute cette tendresse Déclarée avec tant de souplesse 05/05/2008


Changement Comportemental Je m’aperçois qu’il serait temps de voler de ses propres ailes Sans que ma réflexion me soit infidèle Je suivrais le chemin de la lumière Éclairant mon destin lors de mes prières À ce moment-là, je pourrais qu’être fier Du chemin parcouru Qui me met en rue Sans que cela ne soit une observation Sans stupéfaction Je me rends compte que tout cela m’a fait grandir Dès cet instant présent, j’ai pu saisir Ce que signifiait le mot décision Qui me définissait avec attention À partir de cela mon caractère Ne pouvait qu’évoluer

19


A coeur ouvert