Issuu on Google+


........... Notre deuxième sélection parmi 650 romans !

V

oici une nouvelle sélection de romans parus essentiellement en Septembre. Au programme, les livres chroniqués dans la presse mais aussi nos propres découvertes. Et bien sûr les

incontournables Emmanuel Carrère et Éric Reinhardt.

Rendez-vous le samedi 5 novembre à 10h30 à la Médiathèque Arthur Rimbaud pour découvrir notre dernière sélection… et revenir sur les lauréats des Prix littéraires (Le Prix Goncourt sera décerné le 2 novembre, le Prix Médicis le 4 novembre).

Bonne lecture !


........... sommaire ...........

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire


...........

les incontournables

p. 4

la presse en parle

p. 6

fictions & Histoire

p. 8

nos découvertes

p. 12

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire


........... les incontournables ........... Le système Victoria Éric Reinhardt, Éditions Stock Tout les oppose. Lui, David Kolski, marié, deux enfants, directeur de travaux sur un chantier de construction de la tour Uranus à Nanterre, homme de gauche, rêveur, sensible, idéaliste. Elle, Victoria de Winter, femme de pouvoir, femme de droite, libérale, DRH dans un grand groupe industriel international. Ce qui les réunit : des pulsions sexuelles qui les amènent à se retrouver dans des hôtels de luxe entre Paris et Londres. Après « l’enchantement » du premier regard et des rencontres orchestrées par la femme maîtresse autoritaire, arrive le temps des reproches et de la jalousie chez cet homme impuissant à ériger cette tour dans le temps imparti, pris dans un système financier qui le dépasse alors que cette femme, malgré « les tensions qu’elle subissait » conserve des privilèges liés au pouvoir. Après les réjouissances arrive le temps des déconfitures. La Belle au Bois dormant ne se réveillera jamais et le Prince charmeur n’aura plus que ses yeux pour pleurer. Eric Reinhardt nous parle d’un monde capitaliste mondialisé, incarné par cette femme qui finit par envahir l’espace et le temps d’un homme se mettant hors de la réalité pour vivre ses fantasmes. Il se fera rattraper par cette réalité qui va les dévaster tous les deux. Servi par une prose volubile, ce roman pointe un système qui a ses limites. Monumental. les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire

.. .

Lu par Barbara

6


........... Limonov Emmanuel Carrère, Éditions P.O.L. Emmanuel Carrère nous peint une fresque biographique et épique d’Edouard Limonov, ce jeune voyou ukrainien, devenu entre autres poète, écrivain de l’underground à Moscou, clochard, maître d’hôtel d’un milliardaire à New-York, mercenaire dans les Balkans, chef d’un parti de jeunes desperados nationalistes à Moscou… L’auteur entretient un rapport d’attirance-répulsion envers Limonov et hésita longtemps à écrire à son sujet. Mais au delà du personnage, c’est la vision de l’auteur sur la Russie des soixante dernières années qui le pousse à écrire cette biographie. Cet être paradoxal et excessif vit et raconte sa vie comme un héros de roman. Rien ne nous est épargné de la personnalité violente, obscène, ultra nationaliste de Limonov. Mais derrière cela, il y a aussi ses fragilités et son humanité…. Lu par Marianne, Monique et Antoine

.. . 7

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire


........... la presse en parle ........... Les revenants Laura Kasischke, Éditions Bourgois Craig Clements-Rabbitts, coupable d’avoir provoqué l’accident qui a coûté la vie à Nicole Werner, une jeune et belle étudiante promise à un avenir radieux, revient sur le campus de l’Université Godwin Honors Hall un an après le drame. Le passé se mêle au présent et Nicole hante toujours les lieux. Cette vision fantomatique de la défunte estelle une conséquence des traumatismes liés à cet accident, est-elle due à « une stimulation exacerbée de l’imagination » ou existe-t-il une vérité plus terrifiante ? Ce roman se lit d’une traite. Laura Kasischke excelle à nous tenir en haleine dans ce monde des apparences, dans ce monde des morts et des vivants. Le lecteur se faufile à travers les pages avec empressement et effroi. Tous les personnages sont importants, pas de seconds rôles, juste des personnages pris dans un système qui les dépasse jusqu’à l’inéluctable. Lu par Barbara

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire

.. . 8


........... Des vies d’oiseaux Véronique Ovaldé, Éditions de l’Olivier Des personnages tels des oiseaux en cage ou des oiseaux migrateurs… Une mère, Vida, dont la vie s’étiole dans sa magnifique villa-cage dorée sur la colline Dollar. Sa fille, Paloma a fui la maison avec le beau jardinier et joue depuis avec son amant les « coucous » dans les luxueuses demeures des alentours. Un flic mélancolique et solitaire encore hanté par son ex-femme, chargé de mener l’enquête sur ces insaisissables squatteurs… Véronique Ovaldé nous conte, avec une imagination toujours plus fertile, deux belles histoires d’amour et d’émancipation. Une histoire de retour aux sources, au lieu de l’enfance qui est nécessaire pour se retrouver, affronter ses peurs, et oser prendre un nouvel envol… Un très beau récit, emprunt de gravité sous une plume légère, d’une grande finesse psychologique dans ce style cru et poétique propre à l’auteure. Lu par Marianne

.. . 9

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire


........... fictions & Histoire ...........

U

n thème récurrent depuis plusieurs années dans la fiction française : celui de la grande Histoire. Certains auteurs, comme Sorj Chalandon et Dominique Sigaud, choisissent un personnage historique pour en faire un personnage de fiction (c’est le cas aussi d’Emmanuel Carrère avec son Limonov). Quant au premier roman d’Alexis Jenni, il réécrit cinquante ans d’Histoire militaire française au regard des guerres coloniales…

Retour à Killybegs Sorj Chalandon, Grasset Trois ans après Mon traître, Sorj Chalandon revient sur cette trahison qui l’a tant marquée. Journaliste brillant, prix Albert Londres en 1988, Sorj Chalandon fut aussi un homme impliqué dans le combat de L’IRA. Dans ce combat, il y découvrit son Irlande et ses héros, qui furent ses amis. Le plus grand de tous, Denis Donaldson, Tyrone Meehan dans son roman, en rendant publique sa collaboration avec les services britanniques en 2005, trahit plus que l’IRA, il trahit l’amitié de Sorj Chalandon. Mon traître fut le roman qui lui permis de crier sa fidélité et son incompréhension. Cette fois, l’auteur change de point de vue et nous montre la vie, l’engagement et la faute de Tyrone Meehan. Au cœur du récit, poignant, où l’émotion affleure constamment, se trouve une explication plausible à sa trahison. les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire

.. . 10


........... Le sujet, l’implication de l’auteur, et la force de son style, précis et ramassé, où chaque phrase fait mouche, emportent le lecteur jusqu’à la dernière ligne. Un texte qu’on ne peut lâcher ! Lu par Antoine

Les fantômes de Belfast Stuart Neville, Editions Rivages Gerry Fegan, ex-membre de l’IRA, est de retour dans les rues de Belfast depuis sa sortie de prison. En proie à des cauchemars et à des cris qui le hantent depuis cet épisode sanglant qui a marqué l’Irlande, il se noie dans l’alcool. Mais « les douze suiveurs » ne le laissent pas en paix et pour survivre, il doit affronter les démons du passé. Ce roman d’une grande noirceur fait partie de la sélection France Culture/Télérama 2011 et est signé par un auteur irlandais du nord dont c’est le premier roman. L’histoire récente de l’Irlande nous est racontée. L’Accord de Paix de 1998 pour l’Irlande du Nord a mis fin aux conflits mais les tensions persistent. Ce roman violent traite de la culpabilité, de la mémoire, de l’oubli : peut-on faire table rase du passé ? Lu par Barbara

.. . 11

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire


........... fictions & Histoire ........... L’art français de la guerre (premier roman) Alexis Jenni, Éditions Gallimard À travers la trajectoire de Victorien Salagnon, jeune maquisard en 1943, puis apprenti soldat en Indochine, et finalement para expérimenté en Algérie, Alexis Jenni explore vingt ans de guerre française. Du statut de héros d’une France de nouveau libre, ces soldats, en continuant de se battre cette fois pour l’Empire colonial français, deviennent à la fin des événements d’Algérie, des salauds honnis de tous. C’est cette transformation que Jenni nous raconte, en suivant la trajectoire de Salagnon, militaire souvent en retrait, plus à sa peinture qu’aux fracas des armes. Ce roman total est avant tout un roman sur la France, sur notre société contemporaine structurée par ces années de guerre coloniale. Un texte qui nous parle d’identité, de transmission et qui demande à ce qu’on réécrive le roman national. Un récit ambitieux, foisonnant, au propos politique, porté par une écriture riche et flamboyante. Les images qui parsèment le texte, comme les personnages et la construction du récit contribuent à envouter et à interroger le lecteur. Un premier roman époustouflant ! Lu par Antoine

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire

.. . 12


........... Franz Stangl et moi Dominique Sigaud, Éditions Stock Franz Stangl et né en Autriche en 1908, la même année que Herbert von Karajan, Oskar Schindler et Szymon Wiesenthal. Il fut un bon policier autrichien, professionnel et efficace. Puis il rentra dans la Gestapo, et en bon gestionnaire, il termina sa carrière comme commandant de Sobibor, puis de Treblinka en 1942. Arrêté au Brésil en 1967, il fut jugé en Allemagne en 1970. C’est pendant une série d’entretiens avec une journaliste, alors qu’il est incarcéré, que Franz Stangl reconnut sa culpabilité. Il meurt en 1971. Dominique Sigaud imagine la dernière nuit de Stangl, après cet aveu exceptionnel et s’interroge sur la responsabilité, sur le mal, sur l’héritage de la Shoah. Cet homme, un X de la machinerie nazie, qui fut un bon père de famille, va au fil de ce court texte, devenir Un. Singularité de l’homme, singularité de cette période, que Sigaud renomme Werra, ancien mot francisque signifiant dévoration. Un texte fort, qui montre la nécessité, encore maintenant, de parler du génocide des juifs et des tziganes d’Europe. Lu par Antoine

.. . 13

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire


........... nos découvertes ........... Solliciano Ingrid Thobois, Éditions Zulma Une belle œuvre à découvrir aux éditions Zulma, auxquelles nous consacrons un café littéraire le 10 décembre… Marco Conti est incarcéré dans la prison de Sollicciano, en Toscane, pour avoir tué sa petite amie un brin volage. Seule vient le voir Norma-Jean, une femme étonnante mariée avec son ancien psychanalyste. Marco était l’élève de Norma-Jean, professeur de philosophie sur la capitale. Il écrit en prison, seule activité qui semble le remettre à flot. Se nouent au parloir des sentiments ambigus, NormaJean ne dévoile sa véritable facette que bribes après bribes et au fil d’un puzzle psychologique qui n’en finit pas de nous étonner. Une troisième œuvre bien ciselée et d’une belle écriture. A lire avec délice… Lu par Alexandra

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire

.. . 14


........... Le Turquetto Metin Arditi, Actes Sud Le célèbre tableau « L’homme au gant » conservé au Louvre et attribué au Titien a-t-il bien été peint par le maître

?

Ne

serait-il

pas

plutôt

l’œuvre

du

« Turquetto », élève prodige du peintre ? Metin Arditti nous conte l’histoire d’un jeune homme juif de Constantinople qui doit s’exiler à Venise et cacher ses origines pour réaliser son rêve de devenir peintre. Mais alors que tout semble lui réussir, une idylle va naître entre le peintre et une jeune juive du ghetto. Lorsque celle-ci est assassinée, l’univers de l’artiste bascule et le mène à faire acte de résistance par sa peinture… Metin Arditti est fondateur de la fondation « Les instruments de la Paix-Genève » qui favorise l’éducation musicale des enfants de Palestine et d’Israël . Dès lors, on ne s’étonnera pas que son récit dénonce l’intolérance religieuse et glorifie la création artistique avec un style rythmé, coloré où tous les sens sont conviés dans une gamme de sentiments qui va du plus doux au plus cruel. Lu par Marianne

.. . 15

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire


........... nos découvertes ........... Room Emma Donoghue, Éditions Stock (La Cosmopolite) Un enfant de cinq ans parle. C’est son anniversaire. Il n’a pas de bougies. Mais il a tous ses amis autour de lui. Monsieur Tapis, Madame Lucarne, Petit Dressing, Grand Labyrinthe…et surtout sa maman et Madame Télé qui l’emmènent sur plusieurs planètes, celles des contes et des dessins animés. Le petit Jack noue une relation fusionnelle avec sa maman. Ce soir, il attend le cadeau du dimanche soir, celui de Grand méchant Nick, qu’il n’entr’aperçoit qu’à travers les fenêtres de Petit Dressing… Inutile d’en dire plus au risque de dévoiler le secret de l’intrigue…Un conte qui mêle horreur et magie et aussi une ode magnifique à l’amour maternel. L’auteur, irlandaise immigrée au Canada, signe son septième roman, finaliste du Booker Prize. Saluons le formidable travail sur la langue, qui retranscrit les pensées d’un petit enfant. Sublime ! Lu par Sylvie

Le lent sourire Caterina Bonvicini, Éditions Gallimard Caterina Bonvicini, remarquée en 2010 pour son excellent Équilibre des requins, signe un nouveau roman très émouvant. Un groupe d’amis trentenaires est frappé par la maladie de l’une d’elle, Lisa, à qui on diagnostique une tumeur au cerveau. Clara la narratrice - et meilleure les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire

.. . 16


........... amie de Lisa - nous raconte une histoire de deuil, mais aussi une formidable histoire d’amitié puisque Clara, Marco, Danièle, Sandra et Veronica, une petite bande très unie depuis le lycée va accompagner Lisa jusqu’aux derniers instants. Les moments douloureux, mais joyeux aussi parfois, et les réminiscences nombreuses des heures insouciantes de la jeunesse concourent à insuffler à ce livre, par delà la mort, un élan vital et une émotion qui en font sa force. Lu par Catherine

Persécution Alessandro Piperno, Éditions Liana Levi Leo Pontecorvo, illustre professeur de pédiatrie reconnu et aimé des siens apprend un jour par la télévision qu’on l’accuse d’avoir tenté de séduire la petite amie de son fils, âgée de 12 ans. L’homme puissant redevient alors le petit garçon qu’il n’a, au fond, jamais cessé d’être, dominé par les femmes parfaites à tous égards qu’ont été sa mère et son épouse Rachel. Au lieu de faire front et de se défendre de ces accusations, Leo se retire et se mure dans le silence devenant le témoin de sa propre descente aux enfers, une descente aux enfers qu’il analyse avec un regard clinique et impitoyable. Remarquable étude psychologique servie par son écriture mais aussi charge féroce et brillante contre une société où médias et biens pensants s’engouffrent dans les apparences parfois les plus trompeuses. Très bon roman de la rentrée littéraire sélectionné pour les Prix Medicis et Femina. Lu par Catherine

.. . 17

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire


........... nos découvertes ........... Famille modèle Eric Puchner, Editions Albin Michel Été 1985. Californie. La famille Ziller, Warren le père, Camille la mère, leurs trois enfants – Dustin l’aîné, Lyle la fille de 16 ans et Jonas 11 ans, sans oublier le chien Mister Leonard- vivent confortablement dans une belle maison de la résidence privée surveillée Herradura Estates. Mais la vie de cette famille unie en apparence va basculer lorsque le père va avouer ce qu’il a mis en jeu. Un premier roman au titre ironique pour cet auteur américain qui parle de la descente aux enfers de cette famille américaine, attirée par l’eldorado californien, par le « toujours plus ». Des personnages qui se dévoilent dans leurs qualités et leurs défauts, souvent attachants voire émouvants parfois. La rentrée littéraire 2011 se fait en famille pour le pire et le meilleur. Lu par Barbara

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire

.. . 18


........... Rendez-vous le Samedi 5 novembre à 10h30 à la médiathèque Arthur Rimbaud pour le 3e rendezvous "Café Rentrée littéraire"….

L'occasion de revenir sur les Prix littéraires 2011 et de découvrir ….

La femme du tigre de Téa Obrecht Les vieux fous de Mathieu Belezi Cheyenn de François Emmanuel Rue Darwin de Boualem Sansal Sunset Park de Paul Auster et bien d'autres choses encore (….)

.. . 19

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire


........... vos notes ...........

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire


...........

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire


........... vos notes ...........

les médiathèques d’Antony

sélection 2011

rentrée littéraire



Rentrée littéraire Octobre 2011