Issuu on Google+

René Depestre (né en 1926 à Jacmel)

Vendredi 28 mai 2010 à 16 h 30

Café littéraire « Etonnants voyageurs » Les écrivains haïtiens

A l’occasion du Festival Etonnants voyageurs, à Saint-Malo du 22 au 24 mai 2010, mettant à l’honneur les écrivains haïtiens.

René Depestre, grande figure tutélaire des lettres haïtiennes d’aujourd’hui, est connu comme le poète de la révolution et de la résistance aux dictatures, ce qui lui vaudra une vie d’exils successifs, de Haïti à Paris, en passant par Cuba, où il trouve refuge avant d’être expulsé par Fidel Castro. Il s’engage dans les grands combats tels que la décolonisation et fréquente assidûment les surréalistes et les écrivains de la négritude. Loin de se considérer comme un poète en exil, Depestre se voit plutôt comme un nomade aux racines multiples. Poète, romancier et essayiste ayant obtenu la nationalité française en 1991, il vit aujourd’hui dans un petit village de l’Aude. Son œuvre colorée et teintée d’érotisme, est fortement influencée par le réalisme merveilleux cher à Alejo Carpentier et Jacques Stephen Alexis.

Hadriana dans tous mes rêves R DEPE Ce roman obtient le Prix Renaudot en 1988 et apporte la consécration littéraire à René Depestre. Le jour de son mariage, pendant le carnaval, Hadriana meurt au moment de dire oui, enlevée par un papillon qui n'est autre que le plus grand dragueur de l'île. Elle est ainsi transformée en zombie. Dans ce récit enchanteur n’hésitant pas à mêler rites catholiques, vaudou et carnaval, Depestre nous plonge dans les traditions magiques de son île. Il rend ainsi hommage à la joie de vivre et à l'érotisme caribéens. Autres titres - Le mât de cocagne - Encore une mer à traverser - Alléluia pour une femme jardin


Frankétienne (né en 1936) Lyonel Trouillot (né en 1956 à Port-au-Prince) L’une des plus grandes figures de la littérature haïtienne. Nommé Artiste de l’UNESCO pour la Paix 2010, il figure sur la liste des candidats au prix Nobel de littérature 2010. Enseignant, chanteur, comédien, dramaturge, peintre et écrivain, il est l’un des membres fondateurs du mouvement du Spiralisme*. Un “Maldoror” noir, créateur de mots, de sons, de rythmes, comme si musique, danse, tradition orale mettaient chez lui la littérature “écrite” en transe. *Le Spiralisme est un mouvement fondé en 1965 par Frankétienne, René Philoctète et Jean-Claude Fignolé. Le but est de ne plagier rien d’autre que la vie, la spirale en mouvement., ce qui explique les ruptures dans le développement du texte et une lecture non linéaire (chansons, descriptions, narrations, absurdités, poèmes…)

Ultravocal R FRANK Premier roman de Frankétienne décrivant le vertige de l'errance sans finalité. Vatel, sorte de chevalier errant, est celui qui ose poser les questions existentielles. Il doit affronter son double négatif, Mac Abre, être de violence et de cynisme. Pour que les mots puissent abolir la frontière entre le réel et l’imaginaire et exprimer la complexité de notre perception du monde, Frankétienne les projette, les fait s’entrechoquer, s’éclater, se dissoudre dans les silences, se réinventer... Plus de linéarité réductrice du discours. La révolte gronde et se lit dans tous les sens et par tous les sens. Une œuvre-cri totalement originale. Esprit cartésien s’abstenir !

Professeur de littérature à l’Institut français d’Haïti et à l’Université Caraïbe, il poursuit parallèlement ses activités littéraires en publiant une œuvre poétique et romanesque de première importance, des poèmes composés en créole et des romans écrits en français. Intellectuel de longue date engagé sur le front de la résistance à la dictature et de la reconstruction démocratique de son pays, il signe une œuvre très noire mettant au premier plan l’anarchie politique et la pauvreté qui règne sur l’île. Il est président de l’association Etonnants Voyageurs Haïti.

Yanvalou pour Charlie R TROU Jeune avocat d’affaires, Mathurin D. Saint-Fort a voulu oublier ses origines pour se tenir désormais du meilleur côté possible de l’existence. Jusqu’au jour où fait irruption dans sa vie Charlie, un adolescent en cavale, originaire du même village. Un roman à quatre voix, une langue forte, brute, empreinte de la poésie du réel qui éveille nos consciences aux fractures de la société haïtienne. C’est aussi un voyage initiatique au cœur de la désespérance qui réaffirme le besoin de rédemption par l’attachement à la terre, « Yanvalou » signifiant « Je te salue, ô terre ».

Autres titres : - Les enfants des héros - Bicentenaire


(né à Port-au-Prince en 1953) Gary Victor (né en 1958 à Port-au-Prince) Auteur prolifique à l’imagination débordante, Gary Victor écrit uniquement de la prose, ce qui est très rare dans les lettres haïtiennes, marquées fortement par la poésie, notamment en créole. Il a publié une dizaine de romans et écrit également pour le théâtre, la télévision et le cinéma. Son œuvre est marquée par le réalisme merveilleux, courant inventé par l’écrivain Jacques Stephen Alexis dans les années 50 : une description du réel et du quotidien haïtien transcendée par les références constantes aux mythes et traditions d’Haïti. Ses récits, mêlant imaginaire, humour et critique politique, prennent la forme d’une épopée fantastique où se rencontrent personnages politiques, dieux locaux et créatures vaudou.

Clair de Manbo R VICT Hannibal Sérafin, revenu des Etats-Unis après y avoir poursuivi tous les dissidents de la diaspora haïtienne, revient dans son île natale avec la ferme intention de…se faire élire président. Il demande à un vieux pécheur de le présenter à la grande prêtresse vaudou afin qu’elle l’intronise auprès d’Agwe, le grand prêtre de la mer. Mais il est aussi courtisé par les forces des ténèbres..Les dieux s’accouplent alors aux jolies femmes et deviennent poussière de lune.. Récit jubilatoire et coloré, ce conte fantastique rend hommage aux grands mythes fondateurs d’Haïti et mêle des expressions créoles à la langue française. Satire politique, conte vaudou teinté d’érotisme, récit des origines …les portes d’entrée sont multiples. Autres titres : - Je sais quand Dieu vient se promener dans mon jardin, Vents d’ailleurs, 2004 - Saison de porcs, Mémoire d’Encrier, 2009

Dany Laferrière

Après une enfance en Haïti, Dany Laferrière part pour Montréal en 1976. Après un séjour à Miami, il retourne à Montréal. Il a reçu le prix Médicis en novembre 2009 pour L’énigme du retour . Laferrière s’est fait connaître par Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer . Le narrateur, double de l’auteur, y raconte sa vie misérable à Montréal. D’emblée, s’installe le style de l’auteur, mélange d’humour et de distance, qu’on va retrouver dans ses autres livres. Cependant avec son dernier opus, le ton change, et l’écriture devient poésie.

L’énigme du retour R LAFE Après avoir appris la mort de son père, le narrateur retourne en Haïti, pays dont il s’était exilé trente ans auparavant. Il s’y rend pour prévenir sa mère qui n’a jamais quitté Haïti alors que son mari a dû s’exiler. Il est mort à Brooklyn. Le narrateur pendant son séjour sur l’île part sur les traces de son père qu’il a très peu connu. C’est l’occasion de redécouvrir son pays natal soumis à la pauvreté et à la corruption. Composé comme un long poème, ce livre est le témoignage émouvant et poignant d’un homme habité par son pays.

Autres titres - Le Charme des après-midi sans fin - Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer - Vers le sud - Je suis un écrivain japonais


Edwige Danticat (née en 1969 à Port-au-Prince) Edwige Danticat écrit en anglais. Pourtant son nom reste attaché à sa terre natale, Haïti, où elle est née en 1969. Elevée par son oncle et sa tante elle part à douze ans aux Etats-Unis et s’installe à Brooklyn où vivent ses parents.

Adieu mon frère R DANTI Dans ce récit qui mêle autobiographie et témoignage (direct ou rapporté), Edwidge Danticat oscille sans cesse entre l'espoir et la tragédie, le désir d'être ensemble et la nécessité de s'exiler. La mort de son père au moment de la naissance de sa fille est symbolique de cette famille ballottée entre Haïti et New York. En 1973, les parents d'Edwige sont contraints de quitter Haïti sans leurs enfants. Leur petite fille de 4 ans est alors confiée à l'oncle Joseph, le pasteur. Et lorsqu'à 12 ans, elle rejoint enfin ses parents, ils sont devenus des inconnus, ou presque. Ce n'est pourtant pas sa biographie que la narratrice souhaite évoquer, mais celles de son père et de son oncle qui échappèrent à la dictature.

Pour aller plus loin… Haïti et son histoire Haïti ,Robert Cornevin, Presses universitaires de France, 1993 Haïti : la perle nue , Gérard Barthélémy et Mimi Barthélémy, Editions Vents d’ailleurs, 1998 917.294 HAI Haïti, une nation pathétique, Jean Métellus, Maisonneuve et Larose, 2003 972.94 METE Haïti : à la rencontre des artistes de la perle des Antilles, Titouan Lamazou, Nouveaux loisirs, 2003 4 ANTI HAITI

La littérature haïtienne Haïti : une traversée littéraire, Louis-Philippe Dalembert, Lyonel Trouillot, CulturesFrance, 2010 840.8 DALE Histoire et anthologie de la littérature haïtienne de l’indépendance de l’île en 1804 à nos jours.

D’autres auteurs haïtiens à découvrir… René Philoctète Louis-Philippe Dalembert

Autres titres : - La récolte douce des larmes - Le briseur de rosée

Kettly Mars Jean Métellus

Bibliothèque d’Antony Tél. : 01 40 96 17 17


Etonnants voyageurs