Page 1

BIARRITZ magazine N°192 JANVIER 2009 2010 N°191 décembre

L’ACTUALITÉ LE FIPA, 5 JOURS DE TélÉvision idÉale LE DOSSIER KLéber, un nouveau quartier dans la ville

bonne annÉe !


sommaire 4 LA TRIBUNE 7 LE ZAPPING 2009

L’ACTUALITÉ 8 Le Fipa 9 Biarritz garde le cap

LE DOSSIER

8

10 Kléber, un nouveau quartier dans la ville 18 Egiazko biarriztar auzotegi bat

LA VILLE 20 Vie quotidienne Modernisation de la gare de la Négresse 25 Rencontres Philippine Colas Imanol Harinordoquy

25

LA VIE ASSOCIATIVE 26 Association des donneurs de voix Arroka fête Sainte-Agathe 32

L'AGENDA 28 Les sorties du mois Izia à l'Atabal Éco'Vie à la Halle d'Iraty

COURRIER

BIARRITZ magazine

Janvier | n° 192

N°192 JANvIer 2009 2010 N°191 décembre

L’AcTUALITé Le FIPA, 5 JOUrS de TéLévISION IdéALe Le dOSSIer KébLer, UN NOUveAU qUArTIer dANS LA vILLe

Directeur de la publication Michel Veunac Directrice de la communication Claire Lartigau Rédactrice en chef Anne-Marie Galé Participation rédactionnelle : A. Rode, S. Vivé, D. Yustède, M. Esteban. Réalisation API® : Maquette : Vincent Ahetz-Etcheber Impression SAI – BP 90 041 64201 Biarritz CEDEX – 05 59 43 80 30 Publicité API – C. Vitart – 05 59 52 84 00 ISSN : 0998-0687 Couverture : Photomobile Montage et retouches : ProfilKolor.

bONNe ANNée ! BtzMag_192_COUV.indd 1

10

23/12/09 11:58:58

Merci de nous contacter : Service information-communication Hôtel de Ville 64200 Biarritz Tél. 05 59 41 54 34 Fax. 05 59 41 59 61 biarritz.magazine@biarritz.fr

www.biarritz.fr

31 L’EXPRESSION DES GROUPES POLITIQUES 34 LE CARNET

Photos : © Photo Bernard, DR, Cabinet Samazuzu


la tribune

La peur des lendemains

A

u moment où pointe à l’horizon l’année 2010, je suis tenté de jeter un petit coup d’œil derrière nous, pour revisiter rapidement l’année passée et en tirer peut-être quelques vœux pour l’année nouvelle. Bien sûr, la crise a été au cœur de nos principaux soucis, à tous. Elle a d’abord amené la crainte de l’effondrement des structures financières, rapidement et efficacement jugulé par l’aide massive des gouvernements, au prix de déficits budgétaires considérables. Elle s’est ensuite traduite par une croissance substantielle du chômage qui a accentué la pauvreté dans notre pays et créé un vrai problème de solidarité.

Tous les pays ont connu ce terrible choc. La France par suite de sa protection sociale avancée et de la place de l’Etat dans son système économique, a été un peu plus épargnée que ses proches voisins et l’Europe en général. Mais ce n’est pas une consolation. L’opinion a, en tout cas, pressenti à travers des débats publics intenses qu’un équilibre économique nouveau allait inéluctablement émerger, mettant en cause bien des certitudes anciennes. La politique française de réformes a amplifié les interrogations de beaucoup, sur les droits sociaux, les retraites, les services publics, la délocalisation des emplois industriels, la restructuration de l’administration nationale et le regroupement des collectivités territoriales. Chacun voit bien que rien ne sera plus comme avant, que des droits acquis seront diminués ou supprimés, qu’à la recherche de la stabilité et du progrès social permanent va succéder un climat de précarité générale, de changements fréquents, le tout accentué par l’harmonisation européenne et internationale des politiques fiscales, sociales et budgétaires. La tendance, par rapport aux situations individuelles, est hélas orientée vers le bas.

“Chacun voit bien que rien ne sera plus comme avant.”

2009 à été, de ce point de vue, celle de l’inquiétude sinon de l’angoisse plus que celle de la dépression économique. Dans ces conditions, le débat sur l’identité nationale, bizarrement lancé par le Ministre de l’immigration a tourné, comme on pouvait s’y attendre, vers la stigmatisation de l’immigration et vers une réflexion sur la compatibilité des valeurs de la République avec l’Islam. On peut certes, légitimement dénoncer l’inopportunité d’un tel débat, en période préélectorale. Le dérapage était inéluctable, car il est de l’intérêt des extrêmes. Mais après tout, en des temps meilleurs, pourquoi ne pas discuter de ce qui est une question récurrente dans le débat politique français, celle de la redéfinition du pacte social et des valeurs fondamentales de la République ? J’ai été personnellement frappé de l’absence, dans cet échange animé principalement par le gouvernement et ses Préfets, des voix des intellectuels, des sociologues, des philosophes, des historiens, des écrivains, des poètes, de ceux qui font la richesse et la profondeur de la pensée humaine. La politique d’immigration n’est plus nationale depuis déjà longtemps. Elle est européenne. Désormais les populations européennes – quelle qu’en soit l’origine – circulent entre les pays membres, librement ou presque. Et nos concitoyens voient se construire, année après année, sans toujours bien analyser les enjeux, un monde nouveau, multiculturel, inspiré par des histoires et des cultures différentes, fondé sur l’acceptation de la diversité. ***

***

Cette réalité est quelque fois difficile à comprendre, à assimiler, même si elle ne pose aucun problème réel par rapport à l’approche laïque, égalitaire, respectueuse des différences, en un mot intégrationniste, qui est celle de notre République. Il n’empêche que le changement social qui en résulte est profond, probablement mal accepté par un certain nombre, et nécessite un effort mutuel de tolérance et d’ouverture vers les autres, plus délicate à susciter en période de grave crise économique et de forte tentation de repli sur soi. Le « non » au référendum européen en est une preuve évidente. La coopération internationale, l’intégration politique, l’unification des législations sont les facteurs d’un changement qui interroge plus qu’il n’est porteur de clarté et d’espérance.

Il est naturel, dès lors, que nos compatriotes doutent, s’inquiètent, contestent car leur statut personnel et celui de leur famille est directement en cause. L’année

Il me semble que le débat de Copenhague sur le réchauffement de la planète et l’exigence d’un accord sur les émissions de gaz carbonique révèlent des ten-

4 BIARRITZ magazine | JANVIER 2010 N°192


sions de même nature, mais la contradiction est là au niveau international, entre les pauvres et les riches, les puissances dominantes et les puissances émergentes. Personne ne peut douter de l’obligation de changer progressivement les habitudes individuelles et collectives de consommation. La protection de la nature et de l’environnement en général l’exige, même si de toute évidence, les paramètres qui commandent les changements climatiques ne sont pas exclusivement d’origine humaine. La réalité est que les défis lourds auxquels sont confrontés l’homme et la planète sont contradictoires et aboutissent à des choix de priorité très différents, suivant les pays. La démographie galopante de certains continents, le besoin de nourriture face à la famine et à la mort des enfants, la production d’eau et d’énergie nécessaires à la vie, à l’agriculture, à l’industrie, au développement global ont leur prix qui s’accompagne de contraintes incontournables, sur le terrain. Derrière l’affrontement des pays à Copenhague et leur incapacité à se mettre d’accord sur ce qu’on peut considérer comme des mesures de bon sens, il y a le désir de certains d’atteindre un niveau de vie supérieur et la peur d’autres de perdre une partie de ce qu’ils ont. L’égoïsme et l’absence de vision d’avenir sont au cœur de la résistance au changement. *** N’en est-il pas de même dans notre bonne ville de Biarritz ? J’ai subi sereinement, sans état d’âme, les attaques, souvent vives, contre les grands projets de la municipalité pourtant absolument nécessaires à la compétitivité, à l’attractivité, au dynamisme de notre station. Je savais qu’au-delà de quelques attitudes médiocres, il y avait chez beaucoup d’opposants et de sceptiques une inquiétude par rapport au coût, à l’intérêt, à l’opportunité d’investissements incompris, porteurs d’une volonté de changement, jugée inutile. Nous avons, probablement, une certaine part de responsabilité dans l’incompréhension de nos concitoyens, même si l’information est toujours délicate, sur un projet en cours de définition et de construction. Mais au fond des choses, ce qui est en cause c’est l’idée simple que Biarritz n’a pas besoin d’évoluer, qu’elle est belle, connue, bien équipée, et qu’elle doit rester telle qu’elle est, telle que l’histoire et le travail des générations passées l’ont construite. Cette manière de voir n’est pas nouvelle. Elle est le fruit d’un passé heureux qu’on regrette, qu’on voudrait revoir, d’une époque où la concurrence n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui. Le vieillissement de la population, avec l’accroissement de l’espérance de vie, l’augmentation du nombre des retraités, le développement des résidences secondaires destinées au repos et au loisir, suscitent mécaniquement un certain immobilisme, un désir que les choses bougent le moins possible. Mais est-ce compatible avec les attentes des jeunes, pour un emploi, un logement, un meilleur

respect de la nature, une relation différente au travail, à l’argent, à la culture, aux loisirs ? L’ensemble de ces évènements importants de l’année 2010, de ces situations, de ces comportements que je viens d’évoquer, ont un point commun : la peur de l’avenir tel qu’il se dessine. Le phénomène ne touche pas seulement la France, mais la quasi-totalité du monde, avec une différence notable toutefois : nous avons du retard dans les réformes à entreprendre, pour moderniser notre pays et ce retard conduit à une accumulation de transformations, qui perturbent plus encore la société française, un peu trop bousculée par les temps qui courent. Tout est question de rythme et de mesure. ***

“L’adaptation aux mutations rapides, passe par la formation permanente, qui permettra de comprendre et de maîtriser les situations nouvelles.”

Contrairement à ce qu’on dit souvent, la France n’est pas particulièrement conservatrice, en tout cas pas plus que d’autres peuples à l’histoire comparable. La concurrence entre les tenants de l’ordre et ceux du mouvement, l’alternance, ont fait notre vie publique, au cours du dernier siècle. Rien n’a changé de ce point de vue. L’ordre et le mouvement, la stabilité et le progrès ne sont pas toujours là où on le croit, entre une droite et une gauche qui seraient définitivement dissociées. Ce qui caractérise notre époque, c’est la rapidité de l’évolution dans tous les domaines. Elle a de quoi troubler, faire peur. L’adaptation aux mutations rapides, passe par la formation permanente qui seule, permettra de comprendre et de maîtriser les situations nouvelles et par les principes moraux qui apportent le cadre commun de l’action, de la justice, du respect des autres et des libertés.

Si j’avais à formuler des souhaits pour les années à venir, à la lumière de celles qui viennent de s’écouler, ce serait que les responsables politiques donnent la priorité de leurs initiatives, à l’éducation des jeunes, fondement d’une société d’égalité, d’entreprise et de liberté vraie. Ce serait aussi qu’ils restaurent par leur exemple personnel et par l’application rigoureuse de la loi, à tous sans exception, le respect des valeurs humanistes et républicaines qu’a su faire émerger, d’une façon spécifique, notre histoire. Au-delà de ces quelques réflexions générales, écrites sincèrement et sans prétention, j’adresse à chacun d’entre vous, mes vœux sincères et amicaux d’une bonne santé et je vous souhaite beaucoup de réussite et de bonheur, pour l’année nouvelle. Didier Borotra, sénateur maire Photos : © Deepix

JANVIER 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 5


le zapping de 2009

1. C’est au cours d’une grande soirée publique accueillant plus de 1200 personnes que le sénateur maire Didier Borotra, entouré de scientifiques et d’experts, a présenté le projet Biarritz Océan. © Photomobile 2. Les président des six nouveaux conseils de quartier lancés en mars. Les conseils se sont mis immédiatement au travail. Un nouveau pas vers la participation citoyenne. © Photo Bernard

1

3. En janvier au Fipa, Emmanuelle Béart préside avec charme les jurys 2009. © Pierre Bachelot

2

3

4

5

6 4. Biarritz sous la neige, au début du mois de janvier… © I. Palé 5. Le matin du 24 janvier la tempête Klaus déferle sur Biarritz et la côte aquitaine. © F. Branquart 6. Le Virgin Radio Tour a fait escale à l’Atabal avec la délicieuse Olivia Ruiz. © L. Garcia 6 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192


7. Première édition en juillet du Big Festival, un nouveau rendez-vous estival de musiques actuelles. © Photomobile 8. En juillet, Jennifer Smith est sacrée championne du Roxy Jam Biarritz 2009. © L. Mazurel / Roxy.

7

8

9. Cet automne, Steven Holl, l’architecte de la cité de l’Océan était en visite sur le chantier en compagnie de Xavier Leibar (architecte associé au projet) et du scénographe Yves Ollier. © Photomobile 10. Le Festival de Biarritz, cinéma et cultures d’Amérique latine accueillait en septembre les actrices Emma de Caunes et Lio. 11. Derby basque : victoire du BOPB sur son voisin bayonnais en septembre sur la pelouse d’Anoeta. © Photo Bernard

9

10

12. La fréquentation liée au tourisme d’affaires se porte bien : ici Carole Bouquet en marraine du congrès mondial des Relais et Châteaux qui s’est tenu en novembre. © E. Dudan 13. Au cours du premier rendezvous de Biarritz en forme en octobre, quelques 2000 scolaires et membres d’associations ont pu évaluer leur aptitude physique. © Photo Bernard

11

12

13

14

14. Le Rip Curl Music Festival : à la fin de l’été, un rendez-vous musical désormais pérenne au service de la protection de l’environnement. © Kévin Métallier

Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 7


l’actualité

Zoom sur…

Olivier Mille qui succède à Caroline Huppert à la présidence du Fipa. Ce producteur réalisateur a enseigné le cinéma et la littérature à l’Université de Bâle, réalisé une vingtaine de films documentaires et produit plus de cent films (documentaires, fictions TV, long-métrages) pour les principales chaînes françaises.

Le Fipa, cinq jours de télévision idéale Le 23e festival international des productions audiovisuelles se déroule du 26 au 31 janvier. Avec plus de 130 programmes, 5 sections compétitives (fictions, séries et feuilletons, documentaires de création et essais, grands reportages et faits de société, musique et spectacles), un marché sélectif du Fipatel (plus de 250 programmes consultables sur un serveur numérique), le Fipa est le festival de télévision le plus important au monde. Il propose aussi des tables rondes, des rencontres professionnelles, 460 programmes sélectionnés avec la participation de 26 pays. Tous les ans quelques 400 étudiants français et étrangers, sont présents sur le festival et, parmi eux , les élèves du BTS audiovisuel. Cette année, les élèves de formation initiale réaliseront des reportages et enregistreront une conférence débat (multi caméra). Les stagiaires de formation continue qui passent le BTS en alternance, vont élaborer dans le cadre de leur examen de fin d'année, un produit professionnel qui est une simulation d'émission sur le Fipa. Ils vont aussi travailler sur la partie vidéo multi caméra des cérémonies d'ouverture et de fermeture. 8 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192

Teresa Cavina qui assure désormais la direction artistique du festival à la suite de PierreHenri Deleau. Après dix ans passés au Festival de Locarno comme directrice de la programmation, puis comme codirectrice, Teresa Cavina avait pris les rênes de la direction artistique du festival du Film de Rome avant celles du Fipa. Camile Dufau, qui a choisi le Fipa comme terrain d'études pour son master en ingénierie de projets culturels (Regards sur le Fipa, de la parution des œuvres audiovisuelles à l'éducation à l'image, ambition et réalité du Fipa) et qui donnera une conférence au cours du festival.


Lee Ann dans la cour des grandes

Lee Ann Curren intègre le circuit d’élite du surf professionnel féminin ASP Women’s World Tour 2010. La surfeuse biarrote du Team Roxy fait son entrée dans le top mondial en intégrant le WT, la prochaine saison. Après Marie-Pierre Abgrall et Caroline Sarran, elle est, à 20 ans, la 3e Française figurant dans le circuit d’élite du surf féminin. À suivre…

L’hôtel du Palais au Comité Colbert

Mobilité à l’étude

Le Scot (Schéma de cohérence territoriale) du Pays basque, en partenariat avec des collectivités locales du Pays basque et du Sud des Landes, lance une enquête auprès de 3 440 ménages. Baptisée Ménages-déplacements, elle va analyser les habitudes de déplacement des populations locales, dans le but d’adapter à leurs besoins, les transports mis à leur disposition. Quelques 150 enquêteurs sillonnent la région pour renseigner les questionnaires dont les conclusions seront révélées au public au cours du second semestre 2010. Rens. : 05 59 74 02 57 [contact@scotab.fr].

L’Ocean thunder saison 2

Suite à la première édition très réussie de 2008 à laquelle avaient participé des équipes de tous les continents, l’Ocean Thunder revient à Biarritz en septembre 2010. La Grande Plage accueillera cette année encore des compétiteurs de très haut niveau et les chaînes Sky et Eurosport diffuseront l’événement dans le monde entier. Du grand spectacle en perspective !

Après avoir obtenu sa 5e étoile en septembre, l’Hôtel du Palais vient d’intégrer le prestigieux Comité Colbert. L’établissement rejoint ainsi le George V, le Bristol et le Ritz parmi les 70 illustres entreprises membres du comité. Avec sa première place dans la catégorie des Hôtels Resorts d’Europe, décernée par le magazine Condé Nast Traveler en novembre, le palace garde le cap malgré la crise.

Biarritz en boîte Pour mieux séduire ses visiteurs, Biarritz se met en boîte avec la biarritzbox qui vient de voir le jour dans la gamme des coffrets cadeaux de loisirs et de tourisme. Ce produit imaginé par la société Baskinbox, regroupe 18 prestataires (hôtels, restaurants, activités de loisirs, etc) et est le premier à être entièrement dédié à une ville. Le principe est simple : choisir sa formule ; réserver ses prestations ; payer avec sa carte bancaire Rens. : [biarritzbox.fr] [baskinbox.fr].

Brève de mag >>>> Biarritz garde le cap En 2009 Biarritz s’est démarquée par rapport au niveau national. La ville a enregistré un taux d’occupation de 56,25 % sur les 9 premiers mois de l’année, soit un recul de 3,25% par rapport à 2008. Un bilan positif quand on le compare à celui de la France qui a affiché un recul de 3,50 %. De plus, si à Biarritz, la fréquentation étrangère a diminué de 3,3 %, celle du territoire national a chuté de 11,10 %. Les internautes français et étrangers sont de plus en plus nombreux à visiter le site de réservation en ligne : [biarritz-reservation.com]. Le nombre de transactions a augmenté de 59 % et leur montant est passé à 682 784 € en 2009 soit une hausse de 54,54 %. En terme de tourisme d’affaires, alors qu’au niveau national, les manifestations sont plus courtes et attirent moins de participants, les congressistes viennent plus nombreux à Biarritz soit une augmentation de 11 % pour 2009 et restent plus longtemps (+ 10 %). Avec l’ouverture de la Halle d’Iraty, la ville anticipe sur la demande du marché foires et salons avec 12 à 15 salons confirmés pour 2010, sachant que l’objectif était d’accueillir 10 salons la première année. Photos : © Beauty Success, Photomobile, M.Guéneau, Roxy, DR Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 9


le dossier

KLÉBER,

un nouveau quartier dans la ville

Pour répondre à une forte demande de logements locatifs, la Ville lance la construction d’un nouveau quartier sur le site de Kléber. À deux pas du centre ville, les quatre hectares jadis occupés par le centre technique municipal et l’ancienne caserne des pompiers vont être aménagés, à la faveur d’un urbanisme convivial et maîtrisé : logements sociaux et en accession libre à la propriété, équipements publics, commerces, bureaux, etc, s’organiseront autour de places et de jardins. Mixte et innovant, Kléber s’impose comme le quartier de demain.

NAISSANCE D’UN QUARTIER Avec 25 000 logements pour 1 250 hectares, Biarritz connaît une forte densité urbaine. La ville est assujettie, dans son développement, à des contraintes réglementaires strictes relatives à la loi du littoral, aux courbes de bruit de l’aéroport, à la zone Natura 2000, à la présence de l’autoroute et de la ligne ferroviaire Paris-Madrid ainsi qu’à la Zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP) qui compte plus de mille immeubles protégés. Il en résulte un potentiel de construction très faible. Dans ces conditions, le site de Kléber et les terrains Courasson (implantés en surplomb 10 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192


du boulevard d’Augusta) ont été retenus pour la réalisation d’un nouveau quartier. Cette zone accueillait autrefois la caserne des pompiers et le Centre Technique Municipal qui vient d’intégrer ses nouveaux locaux de la zone Maysonnabe. Kléber, avec un parc important de logements nouveaux et toutes les fonctions urbaines correspondantes, devrait répondre à l’attente de la population biarrote et notamment des jeunes, sur le plan des logements sociaux.

L'élaboration d’un plan d’urbanisme Avec la création de la Zac* Kléber, la Ville a chargé le cabinet d’architectes Samazuzu de Saint-Sébastien, le bureau d’étude technique Ingérop d’Anglet, le cabinet d’architecture paysagère Abéradère de Biarritz, la société de conseil en environnement Nobatek d’Anglet, et le bureau d’étude bordelais Anton-Olano spécialisé dans l’éclairage urbain, de définir la composition des espaces publics et les aménagements urbains selon une charte des espaces publics. Ainsi, le quartier Kléber a été conçu autour de trois grands principes d’urbanisme : une qualité exemplaire en matière environnementale, notamment au niveau des consommations d’eau, d’énergie et du choix des matériaux de construction ; la mise en place de circulations douces et de circuits de navettes reliant les parkings de délestage d’Iraty et Floquet ; l’aménagement d’une liaison avec le centre ville, par le boulevard de Cascaïs - spécialement réaménagé - créant une nouvelle entrée de ville. *zone d’aménagement concerté

Les orientations Le quartier Kléber, grâce au choix de la mixité sociale et fontionnelle, à la présence d’équipements collectifs et au traitement des espaces publics, doit apporter un souffle nouveau à la ville, selon un principe d’aménagement qui répond à cinq orientations fortes : - la construction d’un nombre important de logements locatifs sociaux, de logements en accession libre à la propriété et en accession sociale, - la répartition harmonieuse de ces logements autour de places publiques et jardins, - l’aménagement qualitatif des places et de la voirie dans l’esprit d’un traitement urbain de centre ville assurant l’intégration du futur quartier dans le tissu urbain existant, - la réalisation de différents équipements publics pour répondre aux besoins de la ville et favoriser un échange de population entre ses quartiers, - la création de commerces et de bureaux permettant une activité économique sur le quartier. Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 11


le dossier MixitÉ et convivialitÉ QUESTIONS À … Questions à… Juan Pablo Samaniego architecte urbaniste du cabinet Samazuzu de Saint-Sébastien, concepteur du projet d’urbanisme du quartier Kléber. Présentation du plan d'urbanisme de la Zac Kléber au sénateur Maire Didier Borotra et aux éluspar l'architecte J. P. Samaniego.

Biarritz magazine : Comment avez-vous imaginé le futur quartier Kléber ? Juan Pablo Samaniego : “Le quartier Kléber se situe sur un ancien terrain industriel, isolé pendant des années par les anciennes voies ferrées, le cimetière et le BAB, et occupé par l’ancien centre technique municipal. L’un des enjeux de ce projet est de reconquérir le triangle occupé par le CTM, d’imposer son désenclavement tant d’un point de vue physique que social, de créer une centralité et de relier le quartier de manière naturelle. Le projet d’aménagement urbain s’appuie sur la géographie et l’orientation du site, le genius loci, du quartier. Le quartier est orienté vers le sud-ouest. Choix d'urbanisme : un bout de ville, un morceau de quartier vivant, qui vit toute l’année et tout au long de la journée. Le quartier favorisera une vraie vie sociale, des échanges, de la convivialité. Il ne sera pas exclu de la ville. 12 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192

Mixité, mixité, mixité. Mixité d’usages : Kléber accuiellera des logements, commerces, bureaux et équipements publics avec des espaces publics de qualité. Mixité des logements : sociaux, en accession à la propriété, privés, on ne veut plus faire des quartiers ghetto avec un urbanisme trop rigide. Mixité d’images : l’idée d’avoir plusieurs architectes autour des prescriptions architecturales de la Zac, incite à la diversité. Il faut donner une identité forte à ce quartier, une identité contemporaine, faire un choix de modernité, mais pas celui d’une ville quelconque, il s’agit d’un morceau de Biarritz. Nous avons récupéré l’idée de la lumière dans les rues de Biarritz, émaillée par l’ombre des arbres et des jardins. Le quartier sera ainsi végétalisé, on a proposé d’insérer les bâtiments dans un jardin qui occupe une partie importante des espaces publics.” Btz mag : Quelles valeurs « durables » avez-vous intégrées à votre projet ? J.P. S. : “ L’étude d’urbanisme a été réalisée selon des choix de bons sens et de technologie qui permettent de faire des économies énergétiques. Selon un des principes de base d’urbanisme, l’orientation générale du quartier s’ouvre vers le sud-ouest pour garantir le bon ensoleillement de toutes les façades. Nous avons entrepris une démarche AEU (approche environnementale de l'urbanisme), réalisée par l’ingénierie environnementale Nobatek, afin de faciliter l’intégration des politiques environnementales dans le projet. Le projet d’urbanisation de la Zac a été ana-


Siège du FIK réalisé par le cabinet Samazuzu, parc technologique de Miramon à Saint-Sébastien.

lysé selon différentes thématiques durables : bruit, énergie, eau, matériaux, déchets et déplacements. L’analyse de ces thématiques a permis d’optimiser les mesures environnementales : l’exposition aux bruits et l’ensoleillement des façades et des espaces publics ; la limitation de l’imperméabilisation du sol pour favoriser les infiltrations ; la récupération des eaux de pluie pour l’arrosage ; les besoins énergétiques de la ZAC et les possibilités d’utilisation d’énergies renouvelables ; l’utilisation des matériaux innovants durables : d’origine naturelle, issus de recyclage, participant à la gestion écologique des eaux pluviales, limitant l’effet îlot de chaleur, permettant de réduire la pollution, les émissions CO2 et la consommation énergétique en réduisant l’entretien et la maintenance ; favoriser les déplacements alternatifs à la voiture : transports en commun, liaisons cyclables et piétonnes.” Btz mag : À quoi ressemble le quartier idéal, la ville de demain ? J.P. S. : “ La ville de demain se construira sur la base d’une densification douce de la ville actuelle. Nous ne pouvons pas élargir nos villes infiniment. Pour préserver des valeurs naturelles et les paysages de campagne, il faudra densifier nos villes sans peur de développer une vraie urbanité. Une ville plus dense se traduit en économie d’énergie : moins de déplacements, des transports en commun en site propre, des espaces piétons, des liaisons cyclables et des espaces mixtes. Il faudra approfondir le concept d’une architecture simple et efficace en économie et récupération d’énergie. Il faudra travailler les

espaces publics pour tous, qualitatifs, conviviaux, pour développer une vraie vie sociale. Il y a un but qu'il ne faut pas oublier, la mixité sociale et d’usages. On ne veut plus répéter certaines erreurs du passé et construire des quartiers ghetto. Il est vital que la mixité sociale soit réelle, que nos villes reflètent la société qui l’habite : mixte, plurielle. Mais aussi une mixité d’usages, nous ne devrions pas construire des quartiers dortoirs ou des quartiers financiers, mais des villes qui vivent toute la journée, dans lesquelles les logements, les bureaux, les commerces et les équipements publics cohabitent. Les villes ne sont pas achevées, il faut travailler avec toutes les possibilités techniques actuelles, encourager une architecture contemporaine tout en protégeant notre patrimoine. Une densification douce nous oblige à réfléchir sur la tension que suscitent patrimoine et modernité. Mieux vaut éviter les pastiches, les fausses imitations. Préserver le patrimoine ou une culture locale déterminée signifie aussi construire à la faveur d’une architecture contemporaine. Il faut respecter l’ancien : le patrimoine, le paysage, la topographie, mais s’exprimer dans un langage contemporain. Dans la ville de demain il faudra aussi introduire la nature à toutes les échelles. Il faudra travailler des espaces publics paysagés, mais aussi introduire la masse végétale dans l’architecture : façades et toitures végétalisées. Dans cette densification urbaine, il semble nécessaire d’intégrer des espaces extérieurs privatifs dans les logements, pour aboutir à l’archétype d’une résidence individuelle (jardin, patio, pièce extérieure complémentaire).” Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 13


le dossier Visite guidée Les aménagements de la Zac Kléber sont conçus sur un principe d’habitat qui associe valeurs sociales et environnementales, calquées sur les besoins des futurs riverains et sur l’intégration du futur quartier à la ville. La superficie du quartier totalise 40 000 m2. La hauteur des bâtiments va de R+5 à R+2 et R+1. Deux vastes places de 1 400 m2 et 1 700 m2 vont être aménagées, la première devant la crèche, la seconde à l’entrée du quartier, en lieu et place de l’ancien giratoire. Deux branches principales du triangle Kléber sont maintenues à savoir le boulevard du BAB et Les illustrations ci-dessous figurent un plan d’urbanisme qui traduit les volumes et hauteurs de la Zac Kléber. Ces recommandations servent de cadre à la mise en place du projet et en assurent la cohérence architecturale. Elles laissent à chaque architecte d’opération la liberté de dessiner les immeubles selon son propre vocabulaire architectural.

la bretelle du Sabaou. Le boulevard d’Augusta dans sa configuration actuelle disparaît, puisqu’il fait l’objet de la construction d’un front bâti de maisons de ville en accession sociale à la propriété. Le quartier comptera 200 logements sociaux locatifs* (20 200m2), 95 logements en accession libre (8  400m2) et 83 logements en accession sociale* (5 400m2), soit au total une estimation de 378 logements représentant strictement 34 000 m2. * Les dossiers sont à adresser à M. le Maire, cité administrative, av. Édouard VII , 64200 Biarritz

ZAC Kléber Équipe maîtrise d’œuvre Architecte mandataire : Samazuzu architectes Ingénierie tout corps d’état : Ingérop Architecte paysagiste : David Abéradère Ingénierie environnementale : Nobatek

L’entrée du quartier débouche sur une vaste place bordée par des équipements mixtes - infrastructures publiques, bureaux, commerces, etc, qui créent un nouveau pôle de vie.

14 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192


Les destructions de l’ancienne caserne des pompiers et du centre technique municipal sont achevées. Le coup d’envoi des constructions est programmé pour le printemps 2010, le quartier devrait être livré courant 2014.

Une crèche d'un agrément de 40 places s'ouvre sur une place arborée.

Le nouveau quartier se veut innovant. Il illustre un urbanisme maîtrisé et convivial.

Divers commerces et une brasserie s'organisent autour de la place principale.

Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 15


le dossier UN QUARTIER VERT, RÉSOLUMENT CONTEMPORAIN Kléber sera un quartier paysager lumineux. Pour assurer l’intégration du bâti dans un cadre attractif, les logements s’organiseront au milieu de places et jardins. Les concepteurs ont pensé la végétation en fonction de la qualité de la lumière si particulière à Biarritz. Ils ont créé des respirations naturelles et un rempart végétal et paysager. Ainsi, le quartier est protégé des voies rapides- côté boulevard du BAB et de la bretelle du Sabaou par une végétation prolongeant la façade naturelle de l’entrée de ville. Des coulées vertes suivent la topographie des lieux notamment face au cimetière de Sabaou. Le maillage des liaisons piétonnes est dense. Des cheminements sont intégrés dans les zones vertes et dans l’espace urbain.

Btz mag : Quel est le rôle de l'architecte-paysagiste ? David Abéradère : “ Le métier d’architecte-paysagiste se situe entre l’environnement et l’architecture. Son champ d’action est large puisqu’il intervient sur des paysages à différentes échelles, plus ou moins sensibles. L’architecte-paysagiste doit avoir les facultés d’analyse et d’interprétation du paysage (lisibilité, sensibilité, capacité d’évolution du paysage), de manière à aider à la prise de décisions : protection, réhabilitation, réparation, entretien, aménagement, conservation… Il doit aussi pouvoir faire évoluer ses projets en comprenant les aspects économiques, sociaux et environnementaux. Il a son rôle dans l’évaluation d’actions publiques ayant des conséquences sur la nature et la

Un habitat dans un cadre attractif

QUESTIONS À … David Abéradère architecte paysagiste

qualité des paysages, et plus largement sur le cadre de vie. Btz mag : À Kléber, comment avez-vous pensé les aménagements extérieurs ? D. A. : “ L’objectif est d’atteindre une qualité paysagère globale qui accompagne et valorise le projet urbain, tout en répondant à bon nombre de contraintes : préserver des vues et en valoriser d’autres, prendre en compte la proximité de bâtiments ou de voies de circulation dans les techniques de plantations, créer un cadre particulier autour des habitations et des ambiances propices aux cheminements, gérer l'eau par la récupération des eaux de pluie, choisir des essences végétales adaptées aux conditions locales, contribuer à l’embellissement du lieu tout en limitant les besoins en entretien; opter pour des techniques et des matériaux qui tendent vers le développement durable… Depuis le boulevard du BAB, on entre sur Biarritz par la Zac Kléber : elle est une vitrine, un lieu identifié de qualité que s’approprieront les habitants du quartier. La bretelle du Sabaou : l’occasion nous est donnée de rééquilibrer de manière qualitative le traitement paysager des abords de 16 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192


arbustifs et des sujets arborés avec des avantages certains : il limitera l’installation des herbes indésirables et évitera l’utilisation des herbicides (pollution de l’eau), il retiendra l’eau en été, il maintiendra la terre souple et évitera la formation d’une croûte sur les massifs, il se transformera en humus. Des solutions d’arrosage de certains massifs par récupération des eaux pluviales dans une fosse enterrée sont possibles. Le boulevard d’Augusta et l’avenue Kléber : la trame arborée proposée est plus urbaine avec des essences végétales au port maîtrisé et de qualité homogène. Les pyrus chanticleer et les magnolias grandiflora sont disponibles en fortes tailles et résistants en milieu urbain. L’alignement de ces arbres tiges sert de fil conducteur à la traversée de la Zac. Par ailleurs, ils sont un clin d’œil à la place Clemenceau. la voie, en créant un espace tampon qualitatif entre le cimetière et le nouveau quartier. La porte d’entrée sur la ville devient végétale. La trame végétale proposée est de qualité homogène, avec des arbres d’alignements de haute-tige, associant liquidambars, gleditsias, frênes et magnolias pyramidaux. Situées en léger retrait de la bretelle du Sabaou, des promenades traversent des ‘coulées vertes’ : le confort acoustique est ainsi privilégié en limitant les nuisances sonores du trafic automobile. Les coulées vertes : le jardin est composé de trames végétales arborées et arbustives qui accompagnent les cheminements et desservent de manière lisible les accès aux bâtiments, et favorisent la découverte de lieux spécifiques. Ils permettent au piéton de trouver sa place (à l'écart du bruit et de la circulation). Ils créent un lien entre tous ces espaces à vocations différentes dont le potentiel est enfin valorisé. Un cadre particulier est recréé autour des bâtiments, les espaces traversés s'affirment, avec des lieux que s’approprient les habitants : places et placettes, cheminements accessibles aux handicapés... Des surfaces libres de plantations sont préservées avec des pelouses accessibles par les habitants du quartier. Une gamme végétale ‘durable’ adaptée au site : la gamme végétale utilisée combine à la fois arbres de haute-tige, graminées ornementales et essences arbustives persistantes. La trame arborée est champêtre avec des chênes, des liriodendrons, des érables mais aussi quelques ginkgos et magnolias fastigiés. Les graminées ornementales présentent un intérêt décoratif à l’année, elles sont économes en eau, adaptées à toute condition de sol et demandent un minimum d’entretien. Les essences arbustives viennent s’associer aux graminées avec leur touche colorée, leur forme géométrique. Le projet ne prévoit pas d’arrosage des espaces verts par l’eau potable. De façon générale, les plantations seront choisies pour leur adaptation au climat local, et leur faible besoin en eau. Un paillage au sol sera prévu au pied des massifs

Un parti pris architectural contemporain La Ville de Biarritz a élaboré un plan d’urbanisme avec l’équipe de maîtrise d’œuvre et fixé des recommandations strictes relatives aux principes architecturaux du futur quartier. Tout projet d’espace public doit prendre en considération le territoire et l’histoire. Cependant, cette attitude respectueuse ne doit pas figer le style architectural de la ville, système complexe et vivant, que chaque époque construit et renouvelle. Dans cette optique, le projet doit clairement porter la marque des temps présents à travers des options contemporaines et innovantes aptes à dialoguer avec l’histoire des lieux. Diversité, contraste, mixité sociale et fonctionnelle doivent trouver leur expression dans l’architecture des nouveaux programmes où le style contemporain s’impose sans compromis avec le néo-régional qui serait en total décalage dans ce site. Ainsi le projet défend l’idée d’une architecture non pastiche avec des formes urbaines adaptées à un mode de vie, un climat, un lieu. Une architecture résolument contemporaine favorisant l’abolition des frontières entre domaine public et domaine privé, affirmant le caractère mixte du programme. Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 17


dosiera

Egiazko biarriztar auzotegi bat Biarritzeko auzotegi berri bat da aurten jalgiko. Eta hiria bera osatuko. Hiri berri bat, 60 hamarkada oroitarazten duena, arkitektoen kontzeptuak kanpainetan lerrokatzen zirenen garaia. Baina garai haiek bukatu dira, arkitektoentzat “eskolen” nozioak bukatuak diren bezala. “Iraganeko gauzak dira” dio, irriño batekin Jan Pablo Samaniegok.

Samazuzu bulegoaren baitan, Juan Pablo Samaniegok ongi azpimarratzen du arkitektura eta hirigintzan aritzen dela, beti loturik egon behar duten bi diziplina, haren aburuz. Bartzelona, New York eta Londresen segitu dituen ikasketetaz bi gauza atxiki ditu : hiriaren zientzia bat eta ziurtamena honek ez duela gehiago kanpaina inbaditu behar. Kanpaina zaintzeko onena, hiria eta haren bizi koadroa zaintzea da. Eta hiria trinkotzeaz, “trinkotze ezti” baten ideia bururatu zaio. Horrela du Kleber-ek hiria osatzen. Edo « auzotegi baztertu batetik hiri zati bat » laster eraikia izanen da, berak dionaz. Mende batez tren bideak bazterturik, 10 Nazionalaren bazterrean, Kleber auzotegia Biarritzetik bereizia den hirukia da. Donostiar honentzat hiri berri bat aldarrikatzeko garaia etorri da. Lehenik “Biarriztar auzotegi bat” izanen den hiri bat dio. Berak “biziki heterogeneotzat” duen nortasun bat, baina hau gustukoa du. Biarriztar nortasunaren baitan, “argi berezi bat” ikusten du, berdetasuna eta auzotegi berri hau “lorategi bat bezala” asmatzen du. Hiri heterogeneoan, eraikinen nahasketa printzipioak aplikatzen ahal ditu : “Gure asmoa da eraikin bakoitza arkitekto ezberdin batek asma dezan”. Printzipio hau “irudiaren nahasketa” horretatik lehenik abiatzen den nahasketaren filosofia zabalago batetan sartzen du. Multzo mono arkitekturalen aurkako oposizio bat, ondarea eta modernitatea bizikidetza antolatu batetan uztartzeko. Juan Pablo Samaniegoren aburuz, biharko hiriak “beti mestizaia” izan behar du. “Trinkotu, bai, baina irizpide hauen arabera !” erraten digu.

Kleber eskualdearen hiri antolaketa gidatzen duen arkitektoa, “banlieues”-en belaunaldikoa da, eta auzotegi baten bizirako beharrak ahantzi zituen bizitegi funtzional baten lehen ikasgaietakoa. Arkitektoa baina ez urbanista. Donostiako

Zamatete plaza, Pasaian 18 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192


Mestizaia eta Arlo guziei aplikatzen den mestizaia, iduriz, baina ongi kudeatua dena bizi eremua, zirkulazio eztiak, energia ekonomiak pentsatzeko. Arkitektura, sozialak edo pribatuak izanen diren etxebizitzen nahasketa, bulegoak edo etxebizitzak, zerbitzuak edo dantza eskola bat, egiazko hiri bat eta auzotegi berde eta paisaiez osatua. “Multzo urbanoen arrunt kontrakoa” laburbiltzen du, landaredia “arkitekturan ere” sartuko duela hitz emanez. Herri bat kasik, trinkotze printzipio hau “autoa hartzea saihesteko” pentsatua da ere. Beste buruhauste bat ere : nola egin eremu berdeak areagotu eta zaintzeko ? “Arazoa da Frantzian, dio irribarretsu, denek baratze bat nahi dutela !”. Garai hauetan, Donostian, Miramongo teknologi parkearen bihotzean bi eraikin zabalen eraikuntza proiektua eramaten ari den arkitektoak dio : « Bakoitzari haren esparrua eman behar zaio, oreka bat aurkituz, terraza, patio bat, baratze ttipi batekin».

Horrela doa berak lau hektarea hauetan defenditzen duen trinkotze eztia, Kleber berria “egun osoan eta urte osoan biziaraztea” hitz emanez, gaur egun duen biziaren izarian osatuz. Haren gogoeta, aldi honetan eraikiko ez dituen etxe bizitzetaraino doa, berak baitio engoitik “eremu malguak” asmatu behar direla, internet eta etxetik egiten den lanarengatik “ganbara bulegoa bilaka daiteke eta saloina ganbara”. Kanpoan, malgutasun berak karrika egunean zehar bestelakatuko du, bulego, aurreikusia den haurtzaindegiaren gisako eraikin publiko, elkarte, zerbitzuei esker : “Jendea egunaz etorrarazteko”. Auzotegia hego-mendebaldera emana izanki, iparreko fatxada ilun eta tristerik ez da eraikiko eta “eguzkitze eder bat lortuko da auzotegi osorako”. “Hirigintzaren mailan, hau da egin dezakegun guzia” dio laburbilduz. Abentura honetan, Juan Pablo Samaniegok haren printzipioak askatasun osoz biziarazi ahal izan ditu, osoki berrasmatu behar zen auzotegi batetik abiatuz. Beste desafio batzuk ditu aitzinean, behar bada Angelun Larrochefoucauld auzotegiaren arraberritzeko, hautagaitza aurkeztu duelako horretarako. Bestalde ere, Pasaiako portuaren birsailkatze xantier erraldoian lan egiten du, bertan bizia birsortzeko. Hitz ematen du Biarritzen “egiazko nahasketa bat eta egiazko biarriztar auzotegi bat” kausitua izanen duela.

HIZTEGIA LEXIQUE aldarrikatu : proclamer trinkotze eztia : densification douce bereiz : séparé mestizaia : mixité

multzo : ensemble landaredi : flore saihestu : éviter areagotu : augmenter esparrua : lieu biziaren izaria : mode de vie

Une densification douce Résumé de l’article en basque C’est un nouveau quartier qui commencera à se dessiner cette année sur la Zac de Kléber. Ou plutôt, “un morceau de ville” confie Juan Pablo Samaniego qui pilote ce projet urbain innovant. De ses études à Barcelone, New York et Londres, ce jeune architecte et urbaniste qui ne conçoit pas l’un sans l’autre, a retenu une science de la ville et la certitude que celle-ci devait cesser de galoper dans les campagnes. Il en a déduit l’idée d’une nécessité de densifier la ville tout en y développant “un cadre de vie agréable”. À Biarritz, c’est encore cette “densification douce” qu’il défend, comme tous les projets portés par ce cabinet de Saint-Sébastien, Samazuzu. Avec la volonté supplémentaire d’ériger “un vrai quartier biarrot”. Une identité liée “à une lumière spécifique”, dit-il, et à des espaces qu’il veut recréer dans ce quartier en le concevant “comme un jardin”, à la faveur d’une belle exposition sudouest. Une identité également “très hétérogène” sur le plan architectural, qui tombe sous le sens de ses principes de “mixité”. Dans ce registre, il en va de “la mixité de l’image” en prônant “un architecte différent pour chaque bâtiment”, comme de la mixité des habitants, des logements ou des fonctions attribuées au quar tier. Pour Juan Pablo Samaniego, la ville de demain doit “toujours être un métissage”. Dans ce quartier longtemps isolé de la voie ferrée et de la Nationale 10, il s’agira de créer des liens avec le centre-ville, notamment au travers du transport collectif et en favorisant une circulation douce. Mais aussi bâtir ces quatre hectares comme une ville “auto-suffisante afin d’éviter de prendre la voiture”. Mixité donc, entre logements sociaux et privés, bureaux et habitations, commerces et services de proximité, bâtiments et espaces verts. Une façon de “faire vivre le quartier toute la journée et toute l’année” assure le jeune architecte. Photos : © I. Palé, cabinet Samazuzu, Photo Bernard, DR.

Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 19


la ville

Vie quotidienne

Modernisation de la gare de la négresse Environ 500 000 personnes par an fréquentent la gare de Biarritz, qui jusqu’à ce jour était équipée d’un souterrain avec escalier, peu adapté à la circulation des voyageurs, qu’il s’agisse de personnes âgées, à mobilité réduite ou même de touristes valides mais encombrés de bagages. Afin d’améliorer l’accès des voyageurs, il a été décidé de construire un nouveau passage souterrain avec ascenseurs. Ces aménagements s’inscrivent dans la politique de modernisation de la ligne existante entre Bordeaux et Hendaye. Un souterrain d’une longueur de 17, 60 m a été réalisé sous les voies ferrées maintenues en exploitation, grâce à la pose de trois tabliers auxiliaires métalliques (mis en place sous les voies ferrées en novembre 2008) de 50 tonnes chacun et 25 m de portée. Les tabliers auxiliaires seront déposés en février 2010 pour l’achèvement complet des travaux. Après la dépose des tabliers auxiliaires, les abris de quai seront prolongés pour le confort des voyageurs. Des bandes d’éveil seront installées sur les quais. Deux ascenseurs - un sur chaque quai - d’une capacité de 13 personnes (1000 kg) donnent accès au souterrain. 20 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192

Inauguration du nouveau souterrain en présence du sénateur maire D. Borotra

Coût des travaux 3 070 k € dont 2 330 k€ financés par le Syndicat mixte des transports en commun de l’Agglomération de Bayonne et 740 k€ par Réseau ferré de France.

Calendrier des travaux Début des travaux : octobre 2008 Mise en service provisoire : 30 novembre 2009 Mise en service définitive : 31 mars 2010

Organisation du chantier Maîtrise d’ouvrage : Réseau ferré de France Maîtrise d’ouvrage déléguée : SNCF Maîtrise d’œuvre : SNCF Entreprise principale : GTM sud-ouest


VIE QUOTIDIENNE

Des bénévoles pour le CCAS

Des mémotris pour mieux trier

Le Centre Communal d'Action Sociale recherche de nouveaux bénévoles pour soutenir les personnes âgées les plus isolées. Leur rôle est de rompre l'isolement par leur présence réconfortante, et de faciliter ou maintenir le lien social. Leur action est complémentaire des interventions des autres intervenants (aide à domicile, infirmière, assistante sociale). Une formation correspondante est organisée pour faciliter ce soutien. Inscriptions avant le 31 janvier auprès de MarieFrance Badiola-Buet, coordinatrice du Réseau de bénévoles. Rens. : 05 59 24 94 40/ 06 70 74 03 55.

Où jeter ma bouteille d’huile plastique ? Mon baril de lessive en carton ? Mon vieux canapé ? Afin de donner les clés du tri sélectif, la Communauté d’Agglomération de Bayonne Anglet Biarritz a édité un mémotri ménage diffusé dans les 70 000 foyers de l’agglomération. Son but ? Rappeler les consignes de tri de manière à améliorer la qualité du tri et en limiter les erreurs. Lesquelles se soldent au final par un refus de tri en déchetterie, au coût trois fois plus important qu’un produit bien trié. Un second mémotri est lui, destiné aux professionnels du BAB. Rens. : 05 59 57 00 00 [agglo-bab.fr].

DANS LA VILLE

Elgarri, depuis 10 ans au service de la solidarité Créée en 1999 et reconnue d’utilité publique en juin 2009, cette association a la particularité de gérer deux actions : l’épicerie sociale (aide alimentaire) ouverte en octobre 1999 et Zuekin, le point accueil jour pour les plus démunis, qui a rejoint l’association en 2006. Aujourd’hui, l’épicerie sociale compte 550 familles biarrotes inscrites en situation de précarité, seules 26 familles étaient enregistrées en 1999. Zuekin, lors de son ouverture, accueillait 556 personnes sur une période de 6 mois, mais aujourd’hui totalise 3 192 passages sur 10 mois. On note donc une nette augmentation des personnes concernées par ces deux services. L’activité de l’épicerie sociale est gérée par une conseillère en économie sociale et familiale, par une trentaine de bénévoles et trois salariés dont deux permanents qui ont en charge la gestion logistique du magasin, situé 6, avenue Pasteur. À Zuekin, l’accueil et l’accompagnement se font sous la responsabilité d’une assistante sociale et de bénévoles qui assurent les permanences du lundi au vendredi de 14 h à 17 h, au 14 avenue de la République. Rens. : Épicerie sociale : 05 59 23 31 08 / Zuekin : 05 59 24 95 19.

Trésorerie de Biarritz À compter du lundi 4 janvier, un Service des Impôts des Particuliers est mis en place à Biarritz. Il vise à simplifier profondément les démarches des usagers, en leur permettant de s’adresser à un seul service pour toutes les questions relatives à l'impôt (calcul et paiement). Ce nouveau service, qui résulte du regroupement de l'actuel Centre des Impôts et de la Trésorerie de Biarritz, se situe à l'adresse suivante : Centre des Finances Publiques - Service des Impôts des Particuliers - 17 av., Charles Floquet - BP 27- 64201 Biarritz Cedex. Horaires d'ouverture au public : 8 h 45-12 h/ 13 h 30-16 h 15. Rens. : 05 59 41 37 00 / 05 59 22 04 05.

On danse à Villa Expo Après avoir été délogées par le lancement des travaux d’aménagement du futur quartier Kléber, les écoles de danse Studio K, Maritzuli Konpainia et Symbiose et danse sont désormais hébergées dans les anciens locaux de Villa Expo, spécialement aménagés en studio de danse.

Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 21


Concours de dessin Le Musée de la Mer organise un concours de dessin destiné aux enfants de 4 à 12 ans dont le thème est : Dessine-moi une affiche qui présente le musée de la mer. Les dessins sont à déposer au musée jusqu'au 10 janvier. L’imagination et l’expression artistique des enfants seront récompensées par de nombreux lots et 3 prix (1er, 2e et 3e prix) qui seront attribués aux meilleurs dessins dans chacune des 3 catégories suivantes : de 4 à 6 ans, de 7 à 9 ans et de 10 à 12 ans. La remise des prix se déroulera le mercredi 3 février à 17 h 30 et les dessins seront exposés au Musée de la Mer du 4 février au 14 mars. Dimensions du dessin : Attention !!! Format de dessin unique : A4 Portrait. Les dessins sont à déposer au Musée de la Mer ou à envoyer par la poste avant le 10 janvier (cachet de la poste faisant foi) : Musée de la Mer - Concours de dessin - Plateau de l’Atalaye - 64200 Biarritz. Pour la validité du dessin, mentionner obligatoirement au dos du dessin : les nom, prénom et âge de l’enfant ; le n° de tél. ; l’adresse postale et l’email (option). Rens. : 05 59 22 33 34 [museedelamer.com].

Planet it’s up to you à Copenhague Daniel Carmantrand a créé l’association Planet it’s up to you pour éduquer et éveiller les consciences sur les problèmes liés à la protection de l’environnement. Il informe petits et grands au cours de débats qu’il organise autour de la projection de films traitant de problèmes écologiques. Planet it’s up to you qui prendra le statut de fondation au mois d’avril, était présente à Copenhague lors du dernier sommet de l’ONU sur le climat, l’occasion de mesurer de près l’actualité et d’établir de nouvelles connexions [planetitsuptoyou@yahoo.fr].

Dans les commerces Du 6 janvier au 9 février, ce sont les soldes d’hiver

Welcome congressistes ! Tous les ans, Biarritz Tourisme accueille plus de 100 manifestations professionnelles regroupant 26 000 touristes d’affaire, dont les 2/3 sont d’envergure nationale et internationale. Présente à Biarritz en moyenne 2 jours et demi, la clientèle de ces congrès dépenserait en moyenne près de 340€ / jour. Aussi, Vincent Dubecq, adjoint délégué au Tourisme et au Développement économique a souhaité la rapprocher des hôteliers, restaurateurs et commerçants de la ville. Chaque congressiste se verra remettre en même temps que le badge d’accueil, un pass réduction comportant l’ensemble des prestataires partenaires de l’opération. Les réductions sont valables toute l’année, sauf sur la période du 14 juillet au 20 août. Pour participer à cette opération, contacter le Service économique avant le 15 janvier, au 05 59 41 59 82.

Ouverture le dimanche En vertu de la loi parue l’été dernier, visant à adapter les dérogations au principe du repos dominical dans les communes touristiques, les commerces de détail employant du personnel salarié peuvent désormais ouvrir les dimanches, sans demande d’autorisation administrative. Ce principe s’applique pour tous les dimanches de l’année sauf dans deux cas : pour les commerces de détail alimentaires, la dérogation s’applique les dimanches jusqu’à 13h sans démarche particulière, au-delà de cet horaire, les commerçants doivent adresser au maire une demande d’autorisation pour 5 dimanches par an (au maximum) ; la dérogation ne s’applique pas pour les activités encadrées par une convention collective plus contraignante (par exemple pas plus de 5 dimanches par an pour les concessionnaires automobile…) ou par des arrêtés préfectoraux de fermeture.

LA VIE DES CONSEILS DE QUARTIER République, Larrepunte, Saint-Martin, Lahouze L’équipe d’animation du conseil de quartier est à votre écoute et vous invite à lui transmettre les questions de la vie quotidienne qui vous préoccupent dans votre quartier. Par courrier ou par mail : Hervé Boissier, président du conseil de quartier République, Larrepunte, Saint-Martin, Lahouze - Maison des associations, 2, rue Darrichon – 64200 Biarritz. [hboissier.conseil-quartier@laposte.net]. Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 23


la ville RENCONTRES Philippine Colas, Mademoiselle Environnement Depuis le 23 novembre dernier, Philippine Colas est la chargée de mission Agenda 21 de la Mairie de Biarritz. Un nouveau visage pour un nouveau poste. À 24 ans à peine, cette jeune biarrote a déjà une certaine expérience, acquise tout au long d’un parcours atypique. Étonnamment, c’est dans une école de commerce qu’elle choisit de mener ses études supérieures. Du commerce certes, mais en s’appliquant à lui donner une touche sociale et environnementale avec des stages dans des ONG, en Argentine et au Mexique, où elle aide des entreprises locales à se développer. Un master en stratégie de développement durable détermine finalement son avenir professionnel et lui permet d’accéder à ce nouveau poste à la mairie, après un stage à la Lyonnaise des Eaux. Sa première mission sera de déployer, avec le cabinet Geociam, le plan d’actions de l’Agenda 21 élaboré en partie grâce aux réponses des questionnaires distribués en novembre. Plus globalement, son rôle est de sensibiliser le personnel communal mais aussi la population biarrote au développement durable. Elle se veut aussi à leur écoute : elle a installé des boîtes à idées dans l’Hôtel de Ville destinées à recueillir les questions ou propositions de chacun. Un vaste programme qui ne semble pas effrayer cette jeune femme débordante d’énergie et d’enthousiasme. [agenda21@biarritz.fr]

Imanol Harinordoquy, l’incontournable Imanol Harinordoquy a reçu l’Oscar Midi Olympique du mois d’octobre, une nouvelle récompense pour un joueur hors du commun. Si, sportivement, il avoue qu’au bout de 10 ans de professionnalisme, il ne courait plus vraiment après un tel titre, c’est humainement que cette distinction revêt un caractère tout particulier pour lui. En effet, elle lui a permis de réunir au Casino municipa l tous ses proches, amis, famille, coéquipiers, partenaires…venus de Biarritz bien sûr mais aussi de Saint-JeanPied-de-Port. Un vrai moment d’émotion. Regonflé à bloc, il est prêt à rechausser les crampons après de trop longues semaines d’arrêt dues à sa blessure. Ses objectifs sont clairs : avec le BO, finir dans les 6 premiers du Top 14, même s’il sait qu’il va falloir cravacher et en Coupe d’Europe, préparer sereinement le quart de finale. Il ne cache pas non plus son envie de retrouver l’équipe de France pour le tournoi des 6 Nations. Biarritz Magazine lui souhaite bonne chance pour la reprise et espère le voir encore plusieurs saisons porter haut les couleurs du Biarritz Olympique.

Photos : © I. Palé, Photomobile, Photo Bernard, Atomic Photos, DR.

Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 25


la vie associative

Association des donneurs de voix

La bibliothèque sonore propose aux aveugles et aux déficients visuels, le prêt gratuit d’ouvrages enregistrés sur cassettes, CD et MP3. Permanences les lundis et jeudis de 14 h à 16 h, Villa Sion, 79 bis, rue d’Espagne.

Kunming

L’association pratique et enseigne le Daoyin Qi Gong, gymnastique traditionnelle chinoise de santé, depuis 20 ans à Biarritz. Les stages d'automne de l'association se sont terminés le 8 novembre. Les huit stages ont réuni 155 élèves qui ont généré 409 inscriptions. Kunming ne prend plus de nouvelles adhésions avant un nouveau stage d'initiation qui aura lieu les samedi 30 et dimanche 31 janvier, soit 9 h de cours. Rens : tél: 05 59 22 35 47 [contact@kunming.fr] [kunming.fr].

Rens. au 05 59 43 76 84 [bsbiarritz@sfr.fr].

Week-end Studieux

Au Casino municipal, deux stages de Philosophie et de Français sont organisés les 13 et 14 Février par l’association PEEP et l’équipe pédagogique de « Week-end BAC » D’une durée de deux après-midi, ils s’adressent aux lycéens de Première et de Terminale de la Région, souhaitant acquérir les techniques et méthodes de travail. Prix adhérent PEEP : 60 € et tarif non adhérent PEEP : 83 €. Rens. : 05 59 03 51 50 le lundi de 14 h à 16 h ou au 05 59 22 20 81 ou 06 60 61 61 95.

Arroka fête sainte-Agathe

Dans les années 30, en Biscaye, le soir de la Sainte Agathe, jeunes et moins jeunes, vêtus de « xamarote » (veste de pêcheurs) collectaient des subsides, de maison en maison, en faveur des plus démunis. En échange, ils honoraient de leurs chants les généreux donateurs. A Biarritz, dans les années 50, un groupe constitué de réfugiés de la guerre civile et de jeunes Biarrots redonna vie à cette manifestation au profit de la culture et de la langue basque. Depuis plus de 20 ans, les membres de l'association ARROKA perpétuent cette tradition. Vous pourrez les croiser dans les rues de Biarritz accompagnés de « bertsulari », vendredi 5 et samedi 6 février [arroka.org]. 26 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192


Biarritz Accueil

Ski avec Biarritz Vacances Loisirs

Michel Moroy a été élu au poste de Président de Biarritz Accueil par le dernier Conseil d’Administration. Tout en pérennisant les activités existantes, il souhaite mettre en place de nouveaux projets confortant la convivialité tels que l’organisation de loto, videgrenier et autres événementiels tout en s’appuyant sur le volontariat des membres de l’association ainsi que sur un partenariat associatif. Deux nouvelles activités vont être également créées : poker et chants basques Rens. : 06 77 71 61 41.

Danses de caractère à l’USB

Du nouveau à l’USB avec l’ouverture de classes de danses de caractères pour enfants, ados et adultes. Ces danses russes, arméniennes, ukrainiennes ou orientales sont dirigées par Nazeli Baguirova, professeur de danse et chorégraphe, diplômée de l’Université de Gyumrie en Arménie. Les cours sont dispensés le samedi, de 11 h 30 à 12 h 45 pour les adultes et de 12 h 45 à 14 h pour les enfants, dans les installations de l’Union sportive de Biarritz, allée des Passereaux.

L’Association organise un camp de ski (ski alpin et snowboard) pour les jeunes de 10 à 17 ans du dimanche 21 février au samedi 27 février. L’hébergement est situé à Béost (près de Laruns) et l’encadrement est assuré par des animateurs de l’association. Prix du séjour, y compris remontées mécaniques : 320 €, carte de membre actif à souscrire en plus : 10 €. Rens : 05 47 29 94 91.

Biarritz Olympique Rink Hockey

Championnat de France 1re division (N1) St Omer 2 - 2 BO : la section de Rink Hockey du BO a réussi une bonne opération en débloquant son compteur à l'extérieur ! En effet, les Biarrots ont enflammé la piste de St Brieuc, dans un match où les deux équipes ont développé un jeu de haut niveau. Le BO.RH a joué les grosses équipes du championnat dès les premières journées de cette accession. L'apprentissage a été rude, mais il s'agit maintenant d'appliquer les acquisitions du haut niveau lors de la réception des équipes de deuxième partie de tableau. Le prochain match de N1 Biarritz OL - CS Noisy-Le-Grand aura lieu le Samedi 9 Janvier au gymnase de Notary à 20 h. 30. Rappel : carte d'abonnement année 2010 à Notary : 25 € - Entrée match : 3 €

Rens : 05 59 03 29 29.

Le Samedi 13 Février prochain, le Biarritz Côte Basque Bridge organise son tournoi annuel au profit d’une association d’aide aux enfants autistes. Rendezvous au 50, rue Iduski Eder à 14 h 30

Écrire sans faute… ou sans fautes ?

Rens. : 05 59 22 31 16.

Vous êtes invités à participer à la galette des Rois le vendredi 15 janvier au Bistrot Biarrot (derrière la mairie). Vous pouvez vous inscrire auprès de Rose-Marie Garcia au 05 59 41 04 39.

Lundi 1er : loto de la chandeleur - mercredi 3 : randonnée groupes bleu et jaune - jeudi 4 : atelier mémoire - lundi 8 : concours de belote - mercredi 10 : randonnée groupes bleu et jaune /marche groupe vert jeudi 11 : atelier cuisine – lundi 15 : concours de tarot mercredi 17 : randonnée groupes bleu et jaune - jeudi 18 : vide grenier salle 3a square Ixelles - vendredi 19 : vide grenier salle 3a square Ixelles – lundi 22 : sortie ciné, et discussion autour d'un chocolat - mercredi 24 : randonnée groupes bleu et jaune /marche groupe vert. Rens. : 05 59 24 15 39 [3A@biarritz.fr].

Biarritz Côte Basque Bridge

Aux anciens de l’école Jules-Ferry

Les 3 A en février

Danza y musica sin fronteras

Nouveaux cours pour tous à partir du 5 janvier. Cours de guitare avec le Brésilien Edio, cours de tango avec Fermin, cours de salsa, merengue et bachata avec Fermin et Cristina et cours de danse africaine. Pour s’initier ou se perfectionner dans une ambiance décontractée. Cours et stages pour tous. Rens. : 06 33 84 60 27 [danzasinfrontera.com]. Photos : © DR

Des sessions de remise à niveau en orthographe sont proposées, dès janvier, aux AEL : ces cours s’adressent aux lycéens et aux adultes, professionnels ou non. Ils sont organisés en petits groupes ou en individuel. À l’issue de cette formation, le participant saura identifier et corriger les fautes les plus courantes non traitées par le correcteur d’orthographe, grâce à des astuces facilement mémorisables et à une méthode active et dynamique. Rens. : 06 54 24 64 03. Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 27


l’agenda Izia à l’Atabal Fille de Jacques Higelin et véritable phénomène sur scène, Izia, à 20 ans, figure parmi les plus belles voix du paysage rock français. Héritière des goûts musicaux éclectiques du père, elle a fait à 17 ans la première partie d'Iggy Pop & The Stooges au Palais des Sport. Au printemps dernier elle signe son 1er album éponyme... Cet été, outre le Big Festival à Biarritz, elle est à l'affiche des plus grands festivals (Vieilles Charrues, Francofolies, Paléo de Nyon). Il faut dire que sa voix fait preuve d'une maîtrise qui fait immédiatement oublier son âge, rock et puissante, quelque part entre Janis Joplin et Pj Harvey. Sur scène, la jeune chanteuse divulgue une énergie passionnée, offrant un son dur, fort, émouvant et sans concession. Le 30 janvier à l’Atabal à 21 h. Une production La Dinamo, 18 €. Beat Assailant : cuivres, cordes, chœurs, percussions, DJ, trompettes, sax, choristes, la troupe de 12 musiciens offre un groove imparable ! Le 13 février à 21 h, 14 et 18 € Le Bal des Enragés : voici la crème de l’underground français, réuni pour un show hors norme : Tagada Jones, Lolofora, Dammy de la Phaze, Vx de Punish Yourself et Parabellum pour couronner le tout ! Le 18 février à 21 h, 14 et 18 €. Rens. : 05 59 41 73 20[atabal-biarritz.fr].

Théâtre des Chimères Les Enfants d’Arcadie un diptyque pour l’humanité est une libre adaptation de Macbeth de Shakespeare intitulée L’histoire de Mabêt et de Rouge noir et ignorant d’Edward Bond, dans une mise en scène de Jean-Marie Broucaret. Une plongée au cœur de l’humain dans ce qu’il a de plus sombre et de plus lumineux, sa passion de détruire et son énergie à reconstruire, son goût irraisonné du pouvoir et ses aspirations à la justice. Aux Découvertes les samedi 23 janvier à 20 h 30 et dimanche 24 janvier à 17 h, 10 € et 8 €. Rens. : 05 59 41 18 19 [theatre-des-chimeres.com].

Le Festival des Jeux de Biarritz a 10 ans Depuis sa création, ce festival a pris de plus en plus sa place dans la cour des grands festivals des jeux que sont ceux d'Aix-les-Bains, Cannes, Vichy et Avignon. Il réunit plus de mille joueurs qui viennent des quatre coins de la France et de l’étranger. Que ce soit pour le bridge ou pour le scrabble, tous les niveaux de joueurs (du champion à la plus petite série de classement) se rencontrent dans la plus grande convivialité. Le Festival de Scrabble se joue au Bellevue du 13 au 21 février, le Festival de Bridge se tient au Casino municipal (salle des Ambassadeurs) du 15 au 21 février. Un Patton (tournoi par équipe) réservé aux cadets (moins de 18 ans) est organisé les 20 et 21 février. Rens. : [biarritz-hiver.com].

28 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192


l’agenda Lundi 5 janvier

Cinéma Rencontre avec l’association Sakya Thukje Ling autour du film Milarepa : la voie du bonheur. Troisième film du Bhoutan après La coupe et oyageurs et magiciens. Le Royal, 21 h.

Rens. : 05 59 24 45 62 [royal-biarritz.com].

Mercredi 6 janvier

Conférence La Nature de l'Esprit, selon la vision bouddhiste. Présentée par S.E. Gyana Vajra, fils cadet de S.S. Sakya Trizin - L'artiste Céline Arrossagaray exposera quelques tableaux dans le hall. Le Colisée, 19 h 30, 8 et 5 €.

Rens : 06 14 02 45 53

Vendredi 8 janvier

Cinéma Une vie toute neuve.

Projection du film d’Ounie Lecomte suivie d’une rencontre avec la réalisatrice. Une belle découverte du Festival de Cannes 2009 ! Le Royal, 21 h.

Rens. : 05 59 24 45 62 [royal-biarritz.com].

Musique Concert PEYO. Auteur,

compositeur et interprète originaire du Pays Basque. Le Colisée, 21 h, 10 € et 7€ Rens. : 06 10 26 74 97 [myspace.com/peyozik].

Samedi 9 janvier

Théâtre Moissons Théâtrales 2010 par les ateliers Adultes du Théâtre du Rideau Rouge. Le Colisée, 20 h 30. Entrée libre. Rens. : 05 59 23 97 07 Musique En croisière à la Belle Époque. Dîner-concert en compagnie de l'Ensemble de l'ORBCB Accordes. com, de Gilles Ramade (Baryton), Anne-Marie de Couissy (soprano), Frédéric Mazzotti (ténor) et la complicité du Théâtre du Versant dans un programme des années 30 et d'airs d'opérette. Casino municipal, 20 h, 30 à 45 €. Rens. : 05 59 31 21 70.

Musique Les 100 Violons tziganes de Budapest. Cette formation symphonique hongroise est une véritable légende vivante. Gare du Midi, 20 h 30, 47 et 42 €. Rens.: 05 59 22 44 66 / 05 59 59 23 79

Samedi 16 janvier

Danse Du sirop dans l'eau. Groupe

Noces. Jeune public (dés 3 ans). À la manière d’un collage surréaliste, ce spectacle mêle danse, manipulations d’objets et projections d’images. Le Colisée, 17 h, de 12 à 15 €

Rens. : 05 59 23 97 07

Opéra Carmen de Georges Bizet opéra du Met (voir détail).

Mercredi 20 janvier

Opéra Don Giovanni. L’un des opéras les plus célèbres de Mozart, Solistes et Chœur de l’Opéra de Chambre de Varsovie. Direction K. Bumann. Gare du Midi, 20 h 30, 47 et 42 € Rens. : 05 59 22 44 66 [entractes-organisations.com].

Jeudi 21 janvier

Théâtre Le Jardin des Lumières par le Théâtre du Versant. Avec Fabien Lupinelli. Mise en scène Gaël Rabas "Les Lumières ont-elles combattu efficacement l'esclavage ?" CRTI 14 h, 10 € / 6 €.

Le premier salon de la vie écologique au Pays Basque a ouvert ses portes en janvier 2009 à Bayonne. Il a accueilli durant 3 jours une centaine d’exposants, 70 conférences et ateliers et plus de 4 000 visiteurs. L’édition 2010 vise à se développer et se déroulera donc dans un nouvel espace dédié, la Halle d’Iraty de

Rens.: 05 59 23 02 30 [theatre-du-versant.com].

Biarritz (site central de 5 400 m2 situé entre autoroute, centre-ville et aéroport

vendredi 22 janvier

espace de 600 m2 sera entièrement consacré à la restauration bio. Ce salon s’or-

du BAB). Cette année, pour une ambiance plus familiale et chaleureuse, un ganisera autour de 5 pôles d’exposition distincts : l’éco-habitat, l’alimentation bio, l’espace santé et bien-être, l’espace développement durable, et enfin le pôle loisirs verts. La portée pédagogique du salon reste une priorité avec encore de nombreux ateliers et conférences pour apprendre aux petits comme aux grands « à vivre mieux, à consommer différemment, à mieux respecter la vie pour devenir éco-citoyen ». Rens. : 05 58 41 82 56 [salonecovie.com].

L’Université du Temps Libre Conférences de l’UTLB : 12 janvier à 14h30 Salvador Dali, un génie intemporel

Jeudi 14 janvier

par Francis Boule - 14 janvier à 16 h 15 Célèbres oubliés et retrouvés : Georges De La Tour et Johannes Vermeer par Claude Lechemia, ancien président de l’U.T.L.B - 21 janvier à 16 h 15 Recherche et développement en France par André

Théâtre Le Diable rouge d’Antoine Rault avec Claude Rich en cardinal Mazarin. Gare du Midi, 20 h 30, 50 et 45 €.

Rens. : 05 59 22 44 66 / 05 59 59 23 79 [entractes-organisations.com].

Fabre, ingénieur au CNRS - 28 janvier à 16 h 15 Les théâtres gréco-romains de l’antiquité : architecture et acoustique par Jean-Paul Lamarque, conférencier – 4 février à 16 h 15 Le Naturel, la Nature de Pline à aujourd'hui par Jean-Pierre Forestier, biophysicien et apprenti philosophe. Maison des Associations, tarif 5 € pour les non-adhérents. Rens. : 05 59 41 29 82 [utlb.over-blog.com].

Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 29


vos expositions Rencontre avec l’Asie

Du 7 janvier au 5 mars, une exposition d’artistes du Pays Basque qui perpétue cette voie d'échanges de la culture et de l'art entre Orient et Occident. Musée d’Art Oriental Asiatica - Entrée libre. Du lundi au vendredi de 10 h 30 à 18 h 30 et le samedi, dimanche de 14 h à 19 h, les jours fériés de 14 h à 18 h. Rens.: 05 59 22 78 78

Callithèmes

Jusqu’au 30 janvier la Médiathèque expose la calligraphie abstraite de Jean-Luc Nieto utilisant les techniques mixtes de l’encre et du pastel. Entrée libre. Rens. : 05 59 22 28 86.

Céline Mirailh

expose à l’Atabal jusqu’au 30 janvier. Rens. : 05 59 41 73 20 [atabal-biarritz.fr].

Hommage à Pierre Espil

Du 5 au 28 février. Cela fait 10 ans que Pierre Espil nous a quittés. Homme de lettres, ami des artistes, critique de théâtre de la Côte Basque. Hommage d’amis artistes. CRTI, 10 h à 18 h .Entrée libre.

Dimanche 24 janvier

à la médiathéque

(voir détail) Musique Angélique Marjory. Concert de la jeune révélation de la chanson française à l’étranger. Le Colisée, 15 h, 15 € et 12 €.

5 janvier à 10 h 30 : Sélection d'ouvrages qui invitent à la réf lexion. 6 janvier à 15 h : Lectures latino-américaines autour de l’art. 9 janvier de 10 h à 11 h 30 : Animations en famille pour les 6-7 ans. À 15 h : The Pillow book de Peter Greenaway, projection où l'amour et la mort se mêlent en une calligraphie absolue. 9 et 15 janvier à 15 h : Echanges de lectures en français. 15 janvier à 15 h et 16 janvier à 10 h 30 : Ciné Latino Je suis unique de Fernando Botera. 16 janvier à 10 h 30 : Conte en langue basque pour les enfants à partir de 3 ans. À 15 h - L'arabesque s'élance en fulgurance vertige de la danse : une performance poéticocalligraphique 20 janvier à 10 h 30 – Lecture à haute voix à partir de 3 ans. 23 janvier à 14 h 30 – Le club de lecture en langue basque. À 16 h Conférence en langue basque : le dernier roman du bertsulari Xabier Amuriza. Du 27 au 30 janvier de 10 h à 18 h : Fipa des regards lucides, indépendants, exigeants, des approches sensibles et révélatrices du monde actuel, sélectionnés dans la production internationale de l'année écoulée. 28 et 30 janvier à 10h30 : Fipa rencontre presse / public avec les réalisateurs en compétition. 30 janvier de 10 h à 11 h 30 Animations en famille pour les 3-4 ans. Rens. : 05 59 22 28 86. [mediatheque@biarritz.fr]

Théâtre Les enfants d'Arcadie

Rens. : 05 59 22 44 66

Mercredi 27 janvier

Rens. : 05 59 23 02 30 [theatre-du-versant.com].

Vos lectures

Surf Collection est un ouvrage signé Alain Gardinier et Gérard Decoster, aux éditions Aubanel, qui retrace une histoire de la Surf Culture à travers 1000 objets.

Rugby Derby basque Aviron

bayonnais / BOPB. Stade Jean Dauger, horaire à déterminer.

Rens. : 05 59 01 61 46 [bo-pb.com].

Samedi 30 janvier Izia en concert (voir détail).

Jeudi 4 février

Théâtre Les Bodin's. Les 40 dernières de Bienvenue à la capitale avec Vincent Dubois et Jean-Christian Fraiscinet. Gare du Midi, 20 h 30, 33 Rens. : 05 59 22 44 66.

Vendredi 5 février

Théâtre Hippias Majeur par la Compagnie des Amis de Platon adaptation théâtrale du dialogue de Platon consacré au Beau, à l'Esthétique. Le Colisée, 10 h et 14 h 30, 15 €, 12 €, 10 €. Rens. : 06 62 39 44 71

Théâtre Bonté divine ! Les Dieux du théâtre sont ici généreux ...et le public leur rend grâce ! Avec Roland Giraud, Saïd Amadis, Jean-Loup Horwitz... Une pièce de Frédéric Lenoir. Gare du Midi, 20 h 30, 50 et 45 €. Rens.: 05 59 59 23 79 / 05 59 22 44 66 [entractes-organisations.com]

Les opéras du Met Les passionnés ou néophytes peuvent suivre à la Gare du Midi, en direct du Metropolitan Opera de New-York et sur grand écran en HD, les opéras de la nouvelle saison du Met dans un confort et une qualité d’écoute exceptionnelles. Le 16 janvier, Carmen de Bizet ; le 6 février, Simon Boccanegra de Verdi ; le 1er mai, Armida de Rossini. Tarif : 18 €, réduit : 12 €, abonnement 4 opéras : 60 €, gratuit jusqu’à 18 ans. Rens. : Service des Affaires culturelles : 05 59 41 57 50 -[biarritz.fr]. Loc. : 05 59 22 44 66.

30 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192

Photos : © Photo Bernard, DR.


l’expression

des groupes politiques Groupe de la majorité municipale « Les Biarrots rassemblés »

2010, une année importante pour Biarritz

L

e groupe de la majorité municipale souhaite à toutes les Biarrotes et à tous les Biarrots une bonne année 2010. Pour beaucoup de nos concitoyens la vie est difficile, pour d’autres un événement douloureux est venu les frapper : c’est vers eux que vont d’abord nos pensées et nos vœux. Dans une conjoncture maussade, qui espérons-le s’éclaircira dans les prochains mois, la communauté biarrote doit restée soudée et solidaire. Les plus fragiles d’entre nous doivent être entendus et aidés. Nous y veillerons. L’année 2010 verra à Biarritz la progression de trois grands chantiers importants pour l’avenir de notre Ville, et donc pour les Biarrots. Celui du nouveau quartier Kléber d’abord, avec la construction de plus de 350 logements dont 280 logements sociaux, avec des équipements publics dont une crèche de 40 places et 600 m 2 de locaux associatifs. Ce nouveau quartier apportera une réponse, certes incomplète et partielle, à une préoccupation qui doit rester prioritaire à l’avenir : loger les Biarrots, et en particulier les jeunes ménages, dans leur Ville. Le deuxième chantier important qui s’achèvera début 2010 est celui de la Halle économique d’Iraty. Elle recevra son premier salon fin Janvier, et dix autres grandes manifestations y sont déjà programmées pour l’année qui vient. La Halle permettra d’accueillir des salons, des foires et des congrès d’une jauge de 2500 personnes et plus, permettant à Biarritz de prendre place sur un marché qui lui était jusque là inaccessible. Avec d’importantes retombées économiques attendues. Enfin, le grand projet d’avenir Biarritz Océan va se concrétiser en 2010 et nous aurons de nombreuses occasions de le présenter plus précisément aux Biarrots. Dès le début de l’année, le maire tiendra plusieurs réunions publiques à ce sujet. Biarritz Océan, on le sait, c’est l’addition du Musée de la Mer enrichi de nouveaux et magnifiques aquariums et de la Cité de l’Océan, où les visiteurs pourront vivre une rencontre inoubliable avec l'écosystème océanique. Le tout formant un nouveau pôle touristique attractif et, plus encore, un nouveau moteur de développement économique et scientifique. Nous croyons très fort en ce grand projet, nous sommes convaincus qu’il est une chance pour l’avenir de Biarritz et des Biarrots. Une nouvelle fois, bonne et heureuse année à toutes et à tous. Le groupe de la majorité municipale « Les Biarrots rassemblés »

La réforme fiscale : quelles conséquences pour les communes ?

L

’Assemblée vient de voter la réforme de la taxe professionnelle (TP). Après une longue bataille parlementaire, les propositions initiales du gouvernement ont été nettement infléchies. La question n’était pas de savoir s’il fallait réformer la TP. Le processus est engagé depuis longtemps notamment par la réforme Strauss-Kahn qui a supprimé la partie de cette taxe basée sur la masse salariale. La question était plutôt comment achever cette réforme. Sur ce point les contestations sont venues de tous côtés. Les interventions de Jean-Pierre Raffarin comme d’Alain Juppé ont clairement montré que les propositions gouvernementales étaient très discutables. Et de plus, qu’il aurait été plus cohérent de commencer par redéfinir les compétences de chaque niveau de collectivité avant de parler réforme fiscale. Ce n’est pas le choix qui a été effectué. La Loi dans la version initiale remplaçait la TP par un impôt foncier sur les entreprises et un impôt sur la valeur ajoutée, mais elle affectait ce dernier aux seuls départements et régions. Ce faisant, le lien entre développement économique et secteur communal était rompu. Or ce lien, affirmé par les réformes de l’intercommunalité de 1992 et 1999, est bien réel : ce sont les communes et l’intercommunalité qui, avec l’appui des régions, ont compétence en matière de développement économique : création de zones d’activités, de technopoles, aides à l’implantation d’entreprises etc. Ne leur affecter qu’une fiscalité sur les ménages était illogique. Les amendements parlementaires ont partiellement corrigé cette erreur : le bloc communal percevra 26,5% de la nouvelle contribution sur la valeur ajoutée. Malgré le compromis trouvé avec le gouvernement, la réforme de la TP telle qu’elle a été votée aura des conséquences lourdes. Pour les agglomérations ayant un tissu industriel particulièrement important, les nouveaux impôts ne suffiront pas à remplacer l’ancienne TP. Elles recevront donc une dotation. Mais celle-ci sera figée : elles perdront donc sur ce plan le bénéfice de leur dynamisme économique. De plus comme on ne peut que constater qu’avec le temps l’Etat, à la recherche d’économies, a tendance à réduire les dotations, une épée de Damoclés pèsera sur ces agglomérations. En effet cette dotation peut représenter dans certains cas plus de 50% de l’ancienne TP (Dunkerque ; Aix) et atteint couramment autour de 20%. Il y a un paradoxe à prôner la montée en puissance des « Métropoles » dans le projet de Loi sur l’organisation territoriale et à fragiliser les ressources fiscales de ces mêmes Métropoles dans la Loi sur la réforme de la TP ! Pour la CABAB, le remplacement de la TP ne nécessite pas de dotation. Par contre, elle reste concernée par le mécanisme général de la réforme : notre TP sera remplacée pour moitié par les nouvelles

Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 31


contributions des entreprises et pour l’autre moitié par un impôt sur les ménages, la taxe d’habitation, auparavant perçue par les départements. La CABAB verra donc elle aussi fortement diminuer le dynamisme de ses ressources fiscales. Certes une gestion rigoureuse peut permettre de dégager des marges de manœuvre. Mais les ressources supplémentaires éventuellement nécessaires à une politique de développement ambitieuse ne reposeront dorénavant pour l’essentiel que sur les impôts ménages. Les élus locaux ont le souci de gérer avec rigueur et prudence les fonds publics. Mais la quasi-totalité des associations d’élus expriment leur inquiétude en cette période de crise en voyant leurs ressources reposer de plus en plus sur les ménages alors que les besoins sociaux augmentent, notamment en faveur des plus défavorisés, et que leur action en matière de développement économique contribue largement au dynamisme et à la compétitivité des entreprises. Guy Lafite adjoint au maire

Groupe indépendant « Maider arosteguy et denise servy »

2010 : sortie de crise ?

N

ous voici arrivés à la période des bilans et de la trêve des confiseurs et ce, dans un contexte économique national et européen dégradé. Qu’en est -il pour notre ville ? Le projet de construction de logements sociaux Kleber est désormais en marche : permettra – t-il aux familles de revenir peupler Biarritz qui a perdu près de 3000 habitants ? Biarritz Océan est lui aussi en marche. Nous nous battrons pour que ce projet soit le début d’un « Océanopôle », véritable centre d’emplois qualifiés autour de la recherche et de l’innovation sur le thème de l’océan. Les travaux de mise en place de l’Agenda 21 viennent de commencer. A l’heure où le sommet de Copenhague se termine, il est urgent de travailler collectivement à des solutions de fond pour que chaque citoyen prenne conscience de sa responsabilité et des changements nécessaires de ses comportements au quotidien. Les chiffres du tourisme, malgré un excellent mois d’août, sont moroses, à la baisse, avec des perspectives très médiocres pour le début 2010. C’est dans ces périodes qu’on peut vérifier la performance et le professionnalisme des équipes en place, leur capacité à innover et à se remettre en question. A notre niveau et avec nos moyens personnels, nous avons créé le site et webtv : www.biarritz-demain, dans lequel nous suivons toute l’activité sociale, culturelle, sportive de la ville. Nous avons mis en lumière des personnalités telles que Dimitri, le photographe, Samuel Dougados, le Faiseur de rêves, ou des endroits tels que les Serres de la Milady qui sont malheureusement condamnées à disparaitre, le Polo Club de Biarritz, la Boîte Noire, et plus récemment l’Association Symbiose et Danse qui s’active dans l’insertion des Handicapés par la danse. En 2010, nous continuerons à être présentes sur le terrain, à défendre vos intérêts, chers Biarrots et à travailler dans une opposition qui construit votre avenir. Nous vous souhaitons à tous et toutes une merveilleuse année 2010. Maider AROSTEGUY Denise SERVY www.biarritz-demain.com

32 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192

Groupe « union de la droite et du centre pour Biarritz » Patrick DESTIZON – Karine DUBOURG – Éric FOUCHER Patrick DESTIZON, Karine DUBOURG et Éric FOUCHER vous présentent leurs vœux les plus chaleureux de bonheur et de santé pour 2010 pour vous et les vôtres.

Vœux sur l’identité nationale !

L

e lundi 14 décembre un débat sur l’identité nationale était organisé à la CCI de Bayonne par le préfet des Pyrénées Atlantiques à la demande du Président de la République Nicolas SARKOZY qui l’a souhaité dans tous les arrondissements du pays. Quelle ne fut pas ma stupéfaction de constater que j’étais le seul conseiller municipal de Biarritz présent ! Notre ami Claude CHABERT est d’ailleurs intervenu dans le débat. Certes nous sommes adhérents de l’UMP mais où étaient les membres de la majorité qui se réclament aussi de cette famille politique ? Auraient-ils eu peur de ce débat ? Il ne suffit pas de se réclamer de l’UMP lorsqu’on y a un intérêt électoral personnel, il faut aussi savoir répondre présent lorsque le Président le demande, même si ce débat est délicat dans un arrondissement où l’identité basque est forte. Mais le courage politique était d’expliquer que les identités nationale et régionales ne s’excluent pas mais se renforcent mutuellement !

Patrick DESTIZON

Retour aux sources !!

E

n cette période de fêtes de fin d’année et afin d’oublier quelques instants la cité de l’Océan, le groupe de l’UDEC va s’attarder sur les anciens thermes salins de Biarritz. Alimentés par les eaux minérales naturelles chlorurées sodiques (salées) de Briscous (à 18 km) aux propriétés physico-chimiques comparables à celles de Salies-de-Béarn, ces thermes se situaient à 500 mètres de la grande Plage. L’établissement au style mauresque avait été édifié sur les terrains de l’ancien domaine impérial entre l’avenue de la Reine Nathalie et l’avenue de la Reine Victoria pour ouvrir ses portes en 1893. Il comportait une centaine de baignoires et 6 salles de douches pour une fréquentation d’environ 1200 curistes dans les années 30. L’Académie Nationale de Médecine, toujours compétente à ce jour dans l’agrément des eaux minérales naturelles donnait une concentration en chlorure de sodium de 295 g/L. Par comparaison, l’eau de mer n’en contient que 35g/L ! Une eau exceptionnelle aux propriétés thérapeutiques encore plus remarquables puisqu’elle était indiquée dans les affections gynécologiques, les troubles du développement chez l’enfant, l’anémie et autres. Alors qu’en est-il aujourd’hui ? L’établissement thermal a cessé de fonctionner en 1936 car la canalisation passant sous la nationale 10 a été rompue engendrant ainsi des contaminations bactériologiques. La source de Briscous, quant à elle, a vu son autorisation d’exploiter, révoquée en 1969 car elle n’avait pas été utilisée depuis plus de 5 ans. Tout a presque disparu si ce n’est les salines qui produisent des quantités modestes de sel. Aussi, ne serait-il pas opportun de s’occuper de ce qui existe déjà plutôt que de développer des projets au coût pharaonique qui n’attireront ni les universitaires ni les chercheurs à Biarritz ? Biarritz n’a pas cette vocation, elle a bien d’autres atouts, utilisons les !!!

K arine DUBOURG

www.udecbiarritz.fr - udecbiarritz@hotmail.fr Permanences sur RDV : samedi matin de 10 heures à 12 heures.


Groupe « Rassemblement pour le Renouveau de Biarritz »

Chers Amis Biarrots,

M

es colistiers et moi vous présentons nos meilleurs vœux pour cette année nouvelle. Nous vous souhaitons santé et bonheur. Pour la prospérité, nous ne nous faisons guère d’illusions. Nous aurons donc une pensée pour ceux qui sont les premières victimes de la crise et qui vivent dans la précarité. Nos vœux accompagnent aussi tous les bénévoles des associations que nous avons rencontré en allant à la rencontre des Biarrots et qui font un admirable travail sans lequel il serait, désormais, impossible à notre société de fonctionner normalement. Nous tenons donc à assurer les associations que, comme l’an passé, nous serons vigilants sur le sort qui leur sera réservé lors du vote des subventions et que nous monterons au créneau pour les défendre. Il serait choquant qu’une fois de plus, les plus démunis fassent les frais de dépenses inconsidérées et que ceux qui les servent voient leurs moyens amputés. Il est des priorités qu’il faut savoir respecter. Nous serons donc près de vous tout au long de cette année 2010. Bien cordialement à vous tous.

J.-B. Saint-Cricq

www.jbsaint-criq.fr

Groupe « Biarritz À cŒur Élus de la gauche unie »

Chers amis Biarrots

P

ermettez-moi de vous présenter avec toute mon équipe de « BIARRITZACOEUR » mes meilleurs vœux pour 2010. Cette période est difficile pour beaucoup d’entre nous et je suis inquiet de certaines décisions qui confondent l’intérêt public avec des projets de prestige comme la « Cité du Surf et de l’Océan » estimé à 82 millions euros, projet ruineux pour une ville déjà très endettée. En regard de ce chiffre, nombre de Biarrots ont besoin d’un logement, nombre en mal d’insertion et d’emploi, nombre de nos rues à entretenir ou sécuriser. Il me semble que l’argent des contribuables doit servir en priorité au soutien de ceux qui souffrent et à tenir nos engagements envers les personnes âgées et handicapées, et à notre jeunesse. Pour ma part, je serai à votre écoute et très heureux de vous rencontrer lors de mes permanences, chaque jeudi de 11h à 12h, à la Mairie, pour une politique au service de tous. Dans quelques semaines, nous voterons pour les élections régionales, élu socialiste, j’appelle les Biarrots à voter pour notre liste afin de combattre les injustices.

Galéry Gourret-Houssein

courriel : galery.gourret@wanadoo.fr blog : www.biarritzacoeur.com

Groupe « parti socialiste de Biarritz »

Il est permis de rêver…

L

e PS biarrot adresse ses meilleurs vœux de bonheur, santé et prospérité à tous les citoyens et leur souhaite de vivre une année 2010 dans une ville où le concept de solidarité prenne tout son sens.

Nous souhaitons que l’équipe municipale dirigeante soit plus à l’écoute des besoins des Biarrots : respect du quota de logements sociaux (la ZAC Kléber n’y suffira pas), rénovation des quartiers où ne portent pas les regards des touristes, réflexion autour du plan de circulation, extension du circuit des navettes gratuites et augmentation de leur fréquence, retour à la gratuité du stationnement en hiver, en un mot tout ce qui contribue à la douceur et au plaisir de vivre dans une ville plutôt qu’une autre, sous l’égide d’une municipalité qui aura plus à cœur de faciliter la vie de ses concitoyens qu’à cultiver une vitrine où s’égrènent dorénavant comme un inventaire à la Prévert les projets futiles et dispendieux, du Foro à Biarritz Océan.

Françoise Viollier psbiarritz.secretariat@orange.fr Tél. : 05 59 23 73 37

Groupe « elkartu – Biarritz citoyen solidaire » ET « PARTI SOCIALISTE DE BIARRITZ »

Construire, mais pour qui ?

L

a spéculation foncière qui déstructure tellement le marché local de l’immobilier résulte en grande partie d’un décalage entre une trop forte demande extérieure et une offre de logements tout à fait insuffisante. Il semble donc très hasardeux et même irresponsable de souhaiter une relance de la demande sans auparavant se donner les moyens de créer les conditions sine qua none pour que l’offre soit à la hauteur. Le cas contraire c’est repartir dans le cycle spéculatif qui ne satisfait personne et en tous cas surement pas la demande locale pour un logement décent, demande légitime et non spéculative. Car l’offre reste globalement bien trop faible pour inverser la spéculation. A Biarritz depuis combien de temps aucun logement dit social n’a-t il été construit ou rénové pour être proposé sur le marché ? Mais si l’offre demeure bien trop faible d’un point de vue quantitatif, elle l’est hélas aussi sous l’angle du qualitatif. Car on si on construit c’est le plus souvent du logement appelé à devenir résidence secondaire au détriment des besoins en logement sociaux pourtant parfaitement recensés et identifiés. Pourtant le logement c’est de l’aménagement du territoire qui dépasse largement les compétences et les frontières communales. La création d’une LGV doublant les voies existantes, outre les dégâts sur l’environnement, les nuisances sonores, c’est la tentation pour des investisseurs dotés de moyens financiers importants et très extérieurs à nos communes et à notre territoire. C’est un appel d’air pour des résidences secondaires mettant « l’océan à 3 heures du bureau »… La première finalité de l’aménagement durable d’un territoire n’est ce pas d’assurer de bonnes conditions d’installation et de vie aux populations résidentes ? Les logiques de villégiatures comme ce développement excessif des infrastructures rejeté par la population ajouté à la mono-économie touristique représentée par la Cité du Surf génèrent des déséquilibres sociaux et suscitent incompréhensions et mal être. Pourquoi donc les décideurs n’écoutent ils jamais l’opinion publique ??

Régine Daguerre & Peio Claverie

elkartu@hotmail.fr http://biarritz.citoyen.solidaire.over-blog.com Janvier 2010 N°192 | BIARRITZ magazine 33


Naissances

le carnet

NOVEMBRE Luna MAZ ■ Pierre PAUMIER ■ Iratze AURNAGUE - - IRIBARREN ■ Rayan KICHOUHI ■ Tomas SEGURE ■ Heol LESTIDEAU DECEMBRE Keddy REMILI - - REMY

Décès

NOVEMBRE Robert LAPOUBLADE (1922) ■ Renée BROUTIN (1923) ■ Marthe LOSTE (1925) ■ Jean-Louis VILLEDARY (1943) ■ Odette PIGEON (1922) ■ Simonne MARTIN (1926) ■ Reine BOUILLET (1914) ■ Jean ESLOUS-MAHEROU (1926) Décembre  Gérard MOUSSET (1918) ■ Denise DARRIBAT (1915) ■ Jean MOUTON (1923) ■ Nemesio GOMEZ (1914) ■ André TEIXEIRA DE MESQUIT (1918)

BONNE RETRAITE à… Marie-Christine Irigoyen, conservateur de la Médiathèque de Biarritz

Pour s’abonner Le magazine municipal est distribué gratuitement à travers Biarritz. Les personnes qui le désirent peuvent souscrire un abonnement à l’aide de ce coupon.

Marie-Christine Irigoyen, première directrice de la Médiathèque de Biarritz a quitté ses fonctions fin novembre, l’heure de la retraite ayant sonné. C’est à la Médiathèque de Creil en région parisienne qu’elle avait débuté sa carrière avant de la terminer dans notre ville. Dès son arrivée à Biarritz en 2004, Marie-Christine Irigoyen a préparé l’ouverture du nouvel équipement culturel, inauguré le 18 juin 2005. Depuis cette date elle a, sans relâche, œuvré pour donner une âme à ce superbe établissement qui compte aujourd’hui 118 000 documents et 10 000 lecteurs inscrits. Elle s’est attachée à faire de la Médiathèque un lieu de vie avec des conférences, expositions, animations, faisant partager au plus grand nombre son amour de la lecture.

Nom…................................................. Prénom…............................................. Adresse................................................ ............................................................. ............................................................. Code postal….......... Ville…................... souscrit un abonnement d’un an (11 numéros) pour la somme de 17 €. Ci-joint :  chèque bancaire (à l’ordre du Trésor Public)  réabonnement Biarritz magazine Service information-communication Hôtel de Ville BP 58 64202 Biarritz cedex Photos : © Atomic Photo. 34 BIARRITZ magazine | Janvier 2010 N°192

Biarritz Magazine 192  

Le magazine de la Ville de Biarritz du mois de janvier 2010

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you