Page 1


L E S O mm a i re 4

6 LE ZAPPING

Novembre, les Fêtes de Biarritz

LA TRIBUNE

Un beau projet pour l’avenir

6

LE ZAPPING

8 L’ACTUALITÉ 8 C’est Noël ! 10 Le Plan de déplacements urbains 12 LE DOSSIER 12 Il était une fois…

la Côte des Basques

16 Titanen obrak 22 LA VILLE 22 Vie quotidienne

Kléber, première pierre 25 Mémoire La mercerie Charlotte 27 Rencontres Vincent Clabé-Navarre Iñaki Urtizberea

8 L’ACTUALITÉ

Des Surréalistes à Biarritz

12 LE DOSSIER La Côte des Basques

28 LA VIE ASSOCIATIVE 28 Les Goélands 29 L’agenda des associations 30 L’AGENDA

Le MET en direct de New York À l’Atabal Les matches du BOPB

33 LA VIE DES CONSEILS DE QUARTIER 35 L’EXPRESSION DES GROUPES POLITIQUES

© N. Mollo ; J.-P. Plantey ; Cabinet Zamazuzu ; DR

38 LE CARNET DÉCEMBRE 2012 N° 223 Directeur de la publication : Michel Veunac Directrice de la communication : Claire Ripert Rédactrice en chef : Anne-Marie Galé Secrétaire de rédaction : Sophie Vivé Participation rédactionnelle : D. Yustède, S. Vivé, A. Rode Behakoa : Traduction Elhe-Peyo Heguy Direction artistique, mise en page et photogravure : Marie-Céline Hondelatte, Vincent Ahetz-Etcheber Impression : Frontère Régie publicitaire : Supports Promotion (05 59 52 30 81) Couverture : Ad Lib Créations, M.-C. Hondelatte

22 LA VILLE

Kléber, première pierre

30 L’AGENDA Aida

La Mairie de Biarritz agit pour la gestion durable des forêts : ce papier est fabriqué à partir de fibres de bois certifiées en provenance de forêts gérées selon les principes de développement durable. BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

3


© Deepix

la tribune Et pourtant, rappeler que la Côte des Basques est à tout le monde paraît de bon sens. La vérité la plus élémentaire, difficilement contestable, est qu’elle doit être au profit de tous un lieu de bien-être, de plaisir, de détente, de contact avec la nature. Et pas un sanctuaire. Cela d’autant plus que notre projet de protection de ce secteur naturel, contre l’invasion automobile, n’exclut pas, bien au contraire, les surfeurs, pour qui la Côte des Basques est et restera un spot historique et privilégié. Notre idée, au-delà de la promenade, est de doter le site de quelques équipements légers d’accueil, comme par exemple une piscine d’eau de mer qui se remplit et se vide avec la marée ou des pelouses vertes ouvertes au repos ou aux jeux, pour en faire un vrai jardin naturel de bord de mer. Les surfeurs ne seront pas oubliés puisque le projet prévoit, pour une bonne part à leur attention, un second escalier plus au sud, permettant un nouvel accès à l’Océan et facilitant le retour sur le rivage.

UN BEAU projet POUR L’AVENIR

L

a valorisation et l’aménagement de la Côte des Basques sont un enjeu majeur de l’embellissement de la ville, de sa qualité de vie, de son développement touristique mais aussi de la protection de son environnement. Depuis des décennies, des efforts sont entrepris pour protéger les falaises de ce site exceptionnel, pour ouvrir au plus grand nombre sa vue vers les Pyrénées et l’Espagne, ses vagues et ses plages, pour en faire l’une des plus belles promenades de la Côte basque. Il est vrai que l’initiative, prise en d’autres temps, de construire un immeuble pour consolider la falaise, était absurde. Elle n’a heureusement pas eu la suite que voulaient lui donner les promoteurs, avec l’invraisemblable projet de construction d’une marina, de digues, de plusieurs immeubles. Aujourd’hui, l’ambition est autre : réaliser une promenade piétonne, dans un environnement paysager le plus naturel possible, depuis Belza jusqu’à Marbella, d’où seraient exclus les voitures, les deux-roues à moteur et qui accueillerait les Biarrots, leurs familles, nos visiteurs, les touristes, à marée haute et basse, par tous temps. Rien donc qui ne vienne dénaturer le site, porter atteinte à son identité, bien au contraire.

... Cette vision de la Côte des Basques est le prolongement de ce que notre municipalité a déjà réalisé ...

Ce projet d’aménagement, dont la restauration de l’Établissement des bains, a été la première étape, nous y travaillons depuis longtemps avec les Amis de la Côte des Basques, association d’amoureux du site qui nous apporte un concours précieux. Je sens bien cependant que ce projet se heurte à l’opposition de quelques-uns, à leur absence de vision prospective, à leur conviction que la Côte des Basques est une sorte de propriété « privée », la leur, un domaine réservé aux surfeurs, qu’ils pourraient utiliser, sinon exploiter, en fonction de leurs seules attentes personnelles. 4

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

Cette vision de la Côte des Basques n’est, en fait, que le prolongement de ce que notre municipalité a déjà réalisé, en supprimant le parking de plein air, sur la Grande Plage, en élargissant la promenade vers la place Sainte-Eugénie, en faisant disparaître le parking à l’entrée haute du Casino municipal, en interdisant la voiture sur la place Clemenceau et la place Bellevue, en la restreignant sur la place Sainte-Eugénie. À chaque fois, c’était la même volonté de valoriser le littoral biarrot et ses abords immédiats. À chaque fois, nous nous sommes heurtés au conservatisme de certains, craignant pour leurs avantages ou leurs habitudes. Je suis persuadé qu’à Biarritz, comme dans toutes les villes patrimoniales, la maîtrise de la circulation automobile et le développement des secteurs piétonniers s’imposeront, pour renforcer la sécurité des personnes, préserver la santé publique, favoriser la promenade des familles et des personnes âgées et enfin encourager l’existence d’espaces publics porteurs d’échange, de relation sociale, de fêtes conviviales et peut-être d’un sentiment d’appartenance communautaire. Si nous ne savons pas mettre en œuvre, au profit de nos concitoyens, les atouts spécifiques qui sont les nôtres, notamment de vivre les pieds dans l’Océan, si nous n’avons pas le courage de surmonter les immobilismes, les querelles partisanes, l’absence d’imagination, il ne faudra pas s’étonner du déclin de la ville et de sa perte de substance. C’est une responsabilité politique lourde que d’avoir à déceler, au-delà des mouvements d’opinion et des préoccupations de la vie quotidienne, les rameaux de l’avenir. Nous devons mesurer aujourd’hui les efforts considérables nécessaires pour assurer la compétitivité du tourisme biarrot. Beaucoup a certes été fait, mais beaucoup reste à faire. Tout cela pour dire que notre projet de protection et de valorisation de la Côte des Basques est un choix réfléchi, fondé techniquement, cohérent avec l’évolution actuelle du tourisme, qui correspond à nos engagements électoraux.


Supprimer la circulation sur la Côte des Basques suppose toutefois la construction d’un parking souterrain avenue Beaurivage, en tête de falaise, à la place de l’actuel parking en plein air, de 120 places. Il faut bien remplacer le stationnement de la Côte des Basques. La polémique qui en a résulté est peu compréhensible, ses motivations mêlent intérêts privés, vision étriquée, arrière-pensées politiques mais aussi sans doute insuffisance d’information de notre part. De toute façon, le problème de la circulation et du stationnement dans le quartier Beaurivage est devenu aigu. La rue d’Espagne et les rues voisines sont saturées, le carrefour d’Hélianthe est asphyxié pendant l’été, au point qu’il faut interdire le stationnement rue de Londres, pour maintenir un minimum d’écoulement de la circulation. Les trottoirs constituent un refuge facile pour les autos et un danger permanent pour les piétons. Cela ne peut pas durer, il y a obligation de prendre des mesures pour rétablir la tranquillité, la sécurité dans ce quartier. Et cela va de pair avec la recherche d’une solution au stationnement des voitures des sportifs ou des promeneurs de la Côte des Basques. Y a-t-il un danger pour la falaise à construire le futur parking de Beaurivage ? La réponse est catégoriquement non. La falaise a été consolidée par la Ville, à prix d’or (30 K€ par mètre linéaire). Nous n’avons pas réalisé ces travaux avec l’aide financière de l’État, du Conseil régional, du Conseil général et de la Communauté d’Agglomération, pour les remettre en cause aujourd’hui. Ce serait ridicule, absurde. La marne ne sera pas touchée et les sondages effectués apportent toute garantie par rapport à la faisabilité de l’ouvrage. Par ailleurs, le parking sera construit par un délégataire qui, bien entendu, prendra toute précaution pour respecter strictement le cahier des charges municipal, puisqu’il assumera la responsabilité juridique, technique et économique du parking. Y a-t-il un risque de défiguration de la falaise ? La réponse est catégoriquement non, puisque l’obligation sera imposée au délégataire de permettre la reconstitution par la Ville des jardins, avec leurs tamaris, depuis le square Jean-Baptiste Lassalle jusqu’à la Villa Lilinita. La vision du site, depuis l’avenue Beaurivage vers la mer, sera améliorée (suppression des rambardes) et la vision de la falaise depuis la plage embellie par des plantations adaptées. Pour moi, l’essentiel du questionnement sur ce beau projet, au-delà de la polémique, n’est pas là. Il concerne deux points complémentaires : le système de transports collectifs du quartier vers le centre-ville et l’aménagement des cheminements dans la falaise, soit transversalement, soit verticalement. Notre réponse, de ce point de vue, est la suivante : 1er • Quand le nouveau parking sera ouvert, la Ville mettra en place une navette gratuite desservant le quartier Espagne-Beaurivage-Milady, à partir du centre, comme elle vient de le faire pour le quartier Saint-Charles. Ce type de transport a fait ses preuves, puisque cette année encore la navette de centre-ville dépassera les 250 000 passagers et celle de la Côte des Basques les 50 000 pas-

sagers. C’est un modèle qui plaît – à juste titre – à nos concitoyens et qui a le mérite, puisqu’il est exploité par le délégataire des transports collectifs (Véolia) d’être en cohérence stricte avec les lignes régulières et payantes de l’ensemble de l’agglomération. Dans cette perspective, il y aura lieu également de prévoir les liaisons avec le quartier Kléber, dont les premières constructions commenceront d’ici la fin de l’année et avec le quartier d’Iraty, dont les activités commerciales, de services, et le pôle « jeunesse » sont en plein développement. En fait, toute une politique d’organisation des quartiers et d’échanges entre eux se construit progressivement, avec l’ambition de faire de Biarritz une ville encore plus moderne et plus agréable à vivre. 2e • Quant à l’amélioration des cheminements dans la falaise, un architecte paysager (M. Pena) est chargé d’élaborer un projet, sous le contrôle d’un Comité de Pilotage où l’Association des Amis de la Côte des Basques jouera un rôle majeur, comme elle le fait déjà pour la définition des équipements légers de bord de mer. L’objectif sera de rendre plus facile l’accès de la Côte des Basques, sans en altérer l’authenticité et le caractère naturel. La mise en place d’un ascenseur permettant de descendre jusqu’à l’Océan (et de remonter) sera réalisée par la Ville (non par le délégataire). Elle est une nécessité pour le bon fonctionnement du site et donnera lieu à la concertation et à l’expertise nécessaires pour un tel équipement. Nous n’irons pas plus vite que la musique, nous avancerons avec prudence comme nous l’avons toujours fait. J’entends déjà les cassandres habituelles : comment financer tout cela, si ce n’est en augmentant les impôts. Trois réponses simples et claires : - il n’y aura pas d’impôt local supplémentaire, nous ferons simplement appel aux partenaires financiers traditionnels, dans le cadre des contrats territoriaux à venir ; - les parkings seront financés principalement par les usagers, c’est-à-dire par les recettes du délégataire. Les offres des entreprises concernées nous éclaireront à cet égard ; - nous prendrons le temps nécessaire, c’est-à-dire nous étalerons les dépenses en fonction des possibilités financières réelles. De toute façon, la réalisation des parkings de centreville (Halles et Beaurivage) est liée au résultat – inconnu aujourd’hui – de la Délégation de Service Public, procédure qui peut entraîner des rebondissements importants dans la gestion de ce dossier. Il s’agit donc d’une œuvre de longue haleine. Nous en poserons les bases dans les deux années à venir, conscients d’ouvrir ainsi la voie à un supplément significatif d’embellissement et d’activité économique pour les Biarrots d’abord et pour la Côte basque en général. n

... notre projet de protection et de valorisation est un choix réfléchi ...

Didier BOROTRA BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

5


le zapping

1

2 Sébastien Bourlot sur Quomanche d’or (Aquitaine – Écuries de l’Oasis). Vainqueurs de l’épreuve Pro 2 Grand Prix – Prix Crédit Mutuel de la Côte Basque (hauteur 1,30 m) avec un parcours sans faute (26,63 secondes) et de l’épreuve Pro 2 Grand Prix – Prix de la ville de Biarritz (hauteur 1,35 m) avec un parcours sans faute (40,05 secondes). © Marilyne Mamane

Cinq lycéennes en bac professionnel photo, option photo sous-marine, au Lycée Saint-Étienne de Cahors, sont venues réaliser un film sur les coulisses du Musée de la Mer de Biarritz et des prises de vue dans l’Aquarium. © BERTRAND LAPÈGUE, Marion Etcheverry

4

5

Paul Daraignez a accueilli dans sa villa Le Goéland, le tournage du film de Catherine Breillat Abus de faiblesse avec Isabelle Huppert, ici à ses côtés. © PAUL DARAIGNEZ

6

6

Une nouvelle navette gratuite relie désormais le quartier Saint-Charles/ Le Phare au centre-ville. Un circuit qui complète celui du centre-ville, et celui de la Côte des Basques, en été. © Laurent Garcia

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

Deux incontournables des fêtes de la Saint-Martin : le Gala des écoles de danses e t le Repas des Biarrots. © Emmy Martens ; Nicolas Mollo

7

Le comité de Côte Basque Landes a rencontré la sélection nationale du Japon en tournée en Europe avec des joueurs professionnels de 4 clubs du TOP 14 et de la PRO D2. © Photo Bernard


le zapping

3 Le jury du Prix Boncourt a choisi Peste et choléra de Patrick Deville aux éditions du Seuil. © Isabelle Palé

8

Les 8e Assises de l’Économie maritime et du Littoral de Bayonne et Biarritz ont fédéré pendant deux jours, les acteurs politiques et économiques du monde maritime et du littoral. Parmi eux, Frédéric Cuvillier (photo), ministre délégué auprès de la ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, ainsi que le ministre de la Défense, Jean-Yves le Drian. © E. Martens, photomobile BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

7


L’ACTUALITÉ

c’est

Noël !

Biarritz s’habille de lumières, la crypte Sainte-Eugénie présente une très belle collection d’œuvres surréalistes, Olentzero descend de sa montagne, le Malandain Ballet Biarritz donne deux soirées « Magifique », les Ours Blancs convient tous les téméraires à leur traditionnel bain de fin d’année, le Musée de la Mer lance son concours de dessin, les animations battent leur plein. C’est Noël à Biarritz !

Biarritz

s’habille de lumières

Quand Biarritz s’habille de lumières, la magie de Noël opère… Du 22 décembre au 1er janvier, ce festival de l’enchantement, du poétique et du rêve revient pour 11 nuits de féerie. Rendez-vous sur les places, les esplanades, les jardins et devant les bâtiments remarquables de 18h30 à 23h30. Points d’orgue : des projections sur le Bellevue, l’Office du tourisme, l’église Sainte-Eugénie ; des installations plastiques lumineuses au Jardin public, sur l’esplanade du Casino ainsi que des installations permanentes (de l’aube au crépuscule) ; des Color Cubes sur le promenoir de la Grande Plage, du 29 décembre au 1er janvier ; des Light Painting et La Magie en Fluorescence au Parc Mazon, le 26 décembre ; des Décors Flocons sur la place Clemenceau, les rues Mazagran et Gambetta, une installation qui débutera en même temps que les illuminations de Noël de l’éclairage public la première semaine de décembre. Rens. : 05 59 22 50 50 www.biarritz-evenement.fr n 8

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

Le retour d’Olentzero Le célèbre charbonnier basque délaisse quelque temps son travail et ses forêts montagnardes pour venir annoncer à tous la bonne nouvelle : bientôt renaîtra une nouvelle année ! Olentzero sera présent le 22 décembre à la Médiathèque avec son grand sac de bonbons et de friandises qu’il distribuera aux enfants sages, à partir de 10h30. L’association Arroka l’accompagnera en musique et chansons. Pour braver le froid, avant d’arpenter les rues de la ville, un chocolat chaud sera offert aux petits et aux grands... n


Les Surréalistes

Paris 1920-1990

Du 8 décembre au 27 janvier, la Crypte Sainte-Eugénie prête ses cimaises à une très belle collection de l’artiste éditeur Georges Visat. Elle réunit 120 œuvres créées entre 1920 et 1990 et toutes inspirées par le mouvement surréaliste. Ils venaient de Belgique, d’Allemagne d’Italie, d’Espagne, de Pologne, des États-Unis ou d’Amérique latine… Paris était le phare de ces artistes qui plébiscitèrent un manifeste défini par André Breton comme un « automatisme psychique pur, par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée... » Parmi les grands noms du Surréalisme, on retient Marcel Duchamp, Man Ray, Dorothea Tanning, Roberto Matta, Max Ernst, Salvador Dali, René Magritte et bien sûr Claude Viseux… À la crypte, le visiteur pourra découvrir la célèbre Boîte alerte : missives lascives, installation de Marcel Duchamp, la sculpture porte-manteau de Man Ray ou encore celle en bois et crin, réalisée en 1936 par Max Ernst, intitulée Objet mobile recommandé aux familles. culture@biarritz.fr www.biarritz.fr n

Bain de Noël Dessine-moi

des Ours Blancs

un requin

Le Musée de la Mer Aquarium lance son concours annuel de dessin dévolu à tous les enfants de 4 à 12 ans. Les petits artistes sont libres de choisir leur technique : crayons de couleur, feutres, peinture, collages, etc. Imagination, technique, originalité seront récompensées par un jury lors de la remise des prix le mercredi 19 décembre à 17 h (goûter offert) ! Les dessins choisis seront exposés pendant les vacances de Noël au-dessus de la somptueuse galerie des cétacés. Les dessins doivent être déposés au Musée de la Mer Aquarium ou envoyés par voie postale jusqu’au 13 décembre (cachet de la poste faisant foi). Dimensions des dessins : A4 à adresser à Musée de la Mer - Concours de Dessin - Plateau de l’Atalaye - 64200 Biarritz. Préciser le nom, le prénom, l’âge de l’enfant ainsi que le n° de téléphone et l’adresse e-mail des parents au dos du dessin. Un jury sélectionnera les meilleurs dessins. Les lots seront remis dans 3 catégories : de 4 à 6 ans, de 7 à 9 ans et de 10 à 12 ans. www.museedelamer.com n

En 1929, Charles Ginger créait le club pour regrouper les premiers participants de la Coupe de Noël, course de natation. Comme les participants s’étaient jetés à l’eau en bravant le froid hivernal, ils avaient été baptisés les Ours Blancs. Le club s’est toujours donné pour objectif de développer la natation, en toutes saisons et par tous les temps. Les Ours Blancs perpétuent cette tradition : la Coupe de Noël est aujourd’hui remplacée par le Bain de Noël, qui a lieu cette année le 23 décembre à 12 h à la plage du Port-Vieux. Rens. : www.oursblancsbiarritz.com ourblancsbiarritz@gmail.com n BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

9


L’ACTUALITÉ Soirées Malandain Ballet Biarritz Pour ses spectacles de Noël, le Malandain Ballet Biarritz sera accompagné des 64 musiciens de l’Orchestre de Pau Pays de Béarn dirigé par Fayçal Karoui. Dans cet hommage au Tchaïkovski de son enfance - Casse-Noisette, La Belle au bois dormant, Le Lac des Cygnes - Thierry Malandain partage ses souvenirs de danseur avec la joie et la douleur qui vont avec. Entre rêve et réalité, les danseurs font preuve d’humour, de folie et d’enthousiasme dans une chorégraphie où clins d’œil et virtuosité se dessinent dans un même élan. Gare du Midi, jeudi 27 et vendredi 28 décembre à 20h30. www.malandainballet.com n

LES ANIMATIONS de • Aux Halles provisoires Kennedy Ouverture de 7h30 à 21h les samedi 22, dimanche 23, lundi 24, samedi 29 dimanche 30 et lundi 31 décembre. Le Marché de Noël se déroulera du 14 au 30 décembre (de 10h à 19h, sur le parvis, une vingtaine d’exposants, créateurs et artisans, sous chapiteau : déco, bijoux, artisanat local…). Crèche vivante du 14 au 24 décembre (10h-13h et 16h-19h, le matin uniquement le 24 décembre). Présence du Père Noël du 21 au 24 décembre (10h12h et 17h-19h). Animation musicale les matins.

Noël

• Dans le quartier des Halles L’Association des commerçants des Halles se mobilise et organise un concours de dessin et peinture, sur le thème Quartier des Halles de Biarritz, je t’aime. Les œuvres seront exposées du 10 au 31 décembre dans les vitrines des commerces du quartier (travail original, sur un support de 40 x 60 cm, à déposer avant le 1er décembre au 16 rue Victor Hugo (Optique Vitonatto). Présence du Père Noël du 21 au 24 décembre (10h-12h et 17h-19h). Animation musicale les après-midi.

Réunion publique de concertation

• Au quartier Saint-Charles Les samedi 22 et lundi 24 décembre, le Père Noël passera dans les boutiques pour offrir des chocolats aux enfants. Sur la place Saint-Charles, des tours à pottok et en calèche pour les enfants, atelier maquillage et tombola de Noël. • Rue Mazagran, du 22 au 24 décembre de 15h à 18h, le Père Noël ira à la rencontre des enfants pour distribuer des bonbons. Rens. : www.commerces-biarritz.fr www. biarritz.fr

sur le Plan de Déplacements Urbains (PDU) de l’Agglomération Le Plan de déplacements urbains (PDU) est un document réglementaire qui fixe à moyen terme les principes et les objectifs d’organisation des déplacements à l’échelle du périmètre des transports urbains de l’agglomération. Sept communes sont concernées : Anglet, Bayonne, Biarritz, Bidart, Boucau, Saint-Pierre-d’Irube et Tarnos. Le PDU établi en 2004 est en cours de révision, pour une présentation du document révisé en 2013. La procédure d’élaboration du PDU prévoit une réunion publique de concertation dans chacune des communes concernées : celle de Biarritz aura lieu le jeudi 6 décembre à 18 h, à la Maison des Associations. Chacun est invité à venir s’exprimer sur les sujets touchant à la mobilité et aux déplacements en ville : transports publics, stationnement, voirie, partage de l’espace public entre les différents modes de déplacement, présence du vélo… Un questionnaire d’enquête sera aussi distribué aux participants. Le recueil des points de vue exprimés contribuera à élaborer le nouveau PDU de l’agglomération. n 10

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223


Les Réveillons

BRÈVE DE MAG ///:

de la Solidarité

Biarritz partenaire de www.zenwego.com

Initiés par de petites associations, les Réveillons de la Solidarité offrent un moment de partage chaleureux et festif à 20 000 personnes fragilisées dans leur quotidien, créant un rempart contre la solitude des mères seules avec leurs enfants, des personnes âgées, des personnes S.D.F., à ces moments de fête spécialement chargés de sens. Pour sortir d’une logique d’assistanat et retrouver dignité et fierté, les personnes en difficulté participent à toutes les étapes du projet (organisation de repas, de spectacles, de goûters). Pour soutenir cette action : www.fondationdefrance.org Reveillons-de-la-solidarite n

Biarritz devient la première destination partenaire de la plateforme collaborative www.zenwego.com. L’occasion de promouvoir la destination auprès d’un public de jeunes adultes et de stimuler significativement les réservations d’hébergements et d’activités via la centrale de réservation, www. tourisme.biarritz.fr Créé en 2011, www.zenwego.com est un service novateur et gratuit qui fournit un espace collaboratif privé pour l’organisation de vacances en groupe. Il se positionne comme le premier outil en ligne de construction de voyages collaboratifs. Ainsi, les internautes organisent en ligne et à plusieurs leur voyage : choix et réservations de destinations, activités et hébergements avec des votes, commentaires et autres chat. www.zenwego.com n

The Ultimate Wave

Tahiti 3D

Appel aux

artistes

Le Musée Asiatica organise au début du mois de janvier, la 14e édition de l’exposition collective intitulée Les Artistes du Pays Basque, ouverte à tous les artistes et aux différentes expressions des Beaux-Arts (peinture, sculpture, céramique, photographie, vitraux, etc.). Le thème retenu est Rencontre avec l’Asie. Les artistes désireux de s’inscrire peuvent le faire jusqu’au 28 décembre. La remise des prix se fera au mois de mars avec des prix décernés par la Ville de Biarritz (deux fois 500 €) et par le Musée Asiatica avec certificats. Rens. : 05 59 22 78 78 - asiatica@wanadoo.fr n

Le don de sang L’auditorium de la Cité de l’Océan s’est équipé d’une technologie 3D. Il invite le public à plonger au cœur d’un nouveau film 3D saisissant ! Innovant, spectaculaire et exotique, The Ultimate Wave Tahiti 3D va séduire les petits et les grands ! Un périple sur l’île de Tahiti avec ses spots de surf et plus particulièrement les vagues « uniques » de Teahupo’o en 3D relief, aux côtés de la légende du surf, Kelly Slater et son hôtel Raimana. www.citedelocean.com n

À l’approche de Noël, les malades ont besoin de vous ! 10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour pour subvenir aux besoins des malades. L’Établissement Français du Sang compte sur des donneurs réguliers et de nouveaux donneurs pour maintenir un stock optimal sur tout le territoire. On constate tous les ans, au mois de janvier, une forte baisse des dons alors que la consommation en produits sanguins, après une période d’accalmie liée aux fêtes de fin d’année, reprend fortement. Le site de Biarritz accueille tous les volontaires au 10, rue Manuel Jaudel. Numéro vert : 08 00 74 41 00 n BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

11

© Ad Lib Créations ; O. HOUEIX ; N. Mollo ; DR

un cadeau précieux


le

dossier IL ÉTAIT UNE F

la Côte d

« il est peu de plages au monde qui puissent rivaliser de splendeur et de majesté… »

Isidore Lagarde Une saison d’été à Biarritz 1858

12 le dossier I DÉCEMBRE 2012 I BIARRITZ magazine N°223


FOIS…

des Basques L

a Côte des Basques, dite « la Côte », est, avec la Grande Plage, un des lieux les plus emblématiques de Biarritz. Elle a, depuis longtemps, ses fidèles, qui, attentifs aux horaires de la marée, aiment, quand elle est basse, profiter de cette vaste étendue de sable fin et, quand elle est haute, n’hésitent pas à se regrouper sur les marches menant à la plage. Si une belle soirée estivale s’annonce, elle est un rendez-vous traditionnel pour des piqueniques en famille ou entre amis. Depuis le rivage, le regard embrasse un large panorama délimité, d’un côté par la singulière Villa Belza perchée sur son rocher promontoire, ancien restaurant et cabaret russe des années folles, transformé, il y a une vingtaine d’années, en copropriété, et de l’autre par la chaîne des Pyrénées et la Côte ibérique qui se dessinent au loin. Entre les deux, l’Océan, dont la couleur change avec le temps, mais qui est, en toute saison, peuplé de petits personnages que l’on aperçoit, plus ou moins distinctement, en train de jouer avec les vagues. Ce sont les surfeurs. Émaillant l’immense toile marine, ils font partie du paysage de la Côte des Basques. À la fin des années 50, la houle régulière sur fond plat de la plage avait suscité les premières expériences de surf en Europe. Plus d’un demi-siècle après, la Côte des Basques demeure un « spot » privilégié des amateurs de glisse. Des écoles de surf y ont élu domicile et forment, chaque année, de nouveaux émules.

Avec la Villa Belza pour phare et la Côte cantabrique pour horizon, la baie de la Côte des Basques déploie un décor exceptionnel assorti d’une atmosphère unique, tant appréciée des inconditionnels de tous bords. Après la réhabilitation d’une partie des falaises et de l’Établissement des bains, débutera bientôt celle du site tout entier, à la faveur de jardins suspendus, d’équipements naturels et ludiques, de promenades littorales, révélant tous les attraits des lieux. La Côte des Basques possédait autrefois un Établissement des bains. En 2008, la Ville a fait démolir ce qui n’était plus qu’une ruine et reconstruire l’ancien bâtiment à l’identique, dans le plus pur style art-déco, avec sa terrasse et ses deux pergolas. Il accueille désormais un restaurant, des commerces, des consignes, des douches et des vestiaires publics, le poste de secours de la plage et le siège d’associations et d’écoles de surf. Cette reconstruction à l’identique, trait d’union entre le passé et l’avenir de la station balnéaire, était le prélude du projet d’aujourd’hui : le prolongement de la promenade de la Côte des Basques jusqu’aux plages de Marbella et Milady, un lieu paysager unique, dédié à la mobilité douce et ouvert à toutes les générations. Cette réhabilitation durable du site s’inscrit dans la politique menée depuis une vingtaine d’années pour préserver le patrimoine architectural et environnemental de Biarritz, le mettre en valeur, assurer le développement de la ville en répondant aux défis nouveaux qui attendent toute grande station balnéaire. n

le dossier I DÉCEMBRE 2012 I BIARRITZ magazine N°223 13


le

dossier

petit historique A

vant de prendre le nom de Côte des Basques, hérité des hordes de paysans basques qui venaient s’y baigner le dimanche – phénomène qui donna lieu à l’expression « dimanche des Basques » – la baie était appelée Côte de Pernauton (1857). Elle fut ensuite baptisée Côte de l’Impératrice, Grande Plage puis Côte du Moulin (vers 1861). Témoins d’une certaine idée de villégiatures et de loisirs, les premières constructions de cabines de bains apparurent vers 1845 : quatre baraques en bois, assez fragiles et construites sur pilotis comme

celles des guides baigneurs, accolées à la falaise. Elles étaient équipées d’échelles pour descendre sur la plage. Un second établissement de bains fut édifié en 1858 à l’emplacement des cabines emportées

14 le dossier I DÉCEMBRE 2012 I BIARRITZ magazine N°223

par les vagues. On y accédait par un chemin de descente en lacets. Pour le protéger des assauts de la mer, la construction d’un quai fut entreprise, ce qui n’empêcha pas le bâtiment d’être englouti par un raz de marée, le 9 janvier 1924. Lui succéda en 1925, une construction de style néo-régional, surélevée par rapport au niveau de la route. Elle comptait une centaine de cabines ainsi qu’une terrasse avec bar. Hélas, l’immeuble ne fit pas long feu – c’est le cas de le dire – puisqu’il fut ravagé par un incendie, le 28 janvier 1928. Aujourd’hui encore, demeurent en contrebas des lacets, les vestiges de son soubassement. L’hôtel Hélianthe, établi au-dessus de la Côte des Basques et propriétaire, à l’époque, de la falaise, fit construire en contrebas un dancing, le Silver Bar, inauguré le 31 juillet 1930. Racheté par la mairie en 1939, il devint le quatrième établissement des bains de la Côte des Basques. En 1959, déjà emputé d’une pergola emportée par des éboulis, il abrita le mythique Waikiki Surf Club, quartier général des premiers surfeurs. Un nouvel éboulement de la falaise, survenu en 1971, incita la municipalité à fermer définitivement les bains au public.


La genèse du surf en Europe La

plage connut aussi en 1957, les débuts du surf sur la Côte basque. L’année précédente, Peter Viertel, scénariste américain amateur de surf, avait débarqué à Biarritz à l’occasion du tournage du film Le soleil se lève aussi, tiré du roman d’Hemingway, Fiesta. Il avait fait venir sa planche de Californie. Fascinés, quatre jeunes gens qu’on surnomme aujourd’hui « Les tontons surfeurs », se lancèrent, à leur tour, à l’assaut des vagues. Ce fut le début de l’aventure.

un projet Prisée des surfeurs du monde entier,

des jeunes et des seniors aussi bien que des familles, la Côte des Basques est le cœur d’un vaste projet visant à en faire un lieu populaire de promenade, accessible à toutes les générations. Si son caractère sauvage, enclavé, difficile d’accès contribue incontestablement à son charme et à son attrait, il présente aussi un handicap. Le promeneur, ou le joggeur qui, partant du Port-Vieux, longe la plage par le boulevard du Prince de Galles, en empruntant un trottoir étroit, aboutit à un cul-de-sac. Il doit rebrousser chemin, ce qui est toujours un peu frustrant. La tentation est grande de prolonger cette promenade, ce paseo, jusqu’aux plages de Marbella et la Milady et jusqu’à la limite de Bidart, la ville voisine. Longeant le littoral, les poumons remplis par l’air marin, les promeneurs, les couples, les familles évolueraient sur un site exceptionnel avec, à l’horizon, les falaises d’Hendaye, les monts dominant le Guipuzcoa et le golfe de Biscaye. La voiture y serait quasiment bannie pour que le front de mer devienne réellement le royaume des piétons. Mais, pour atteindre cet objectif, d’importants aménagements sont nécessaires. Ils

… la tentation est grande de prolonger cette promenade, ce paseo, jusqu’aux plages de Marbella et Milady…

majeur

devront concilier les contraintes techniques et la qualité environnementale, et concerneront la partie basse et la partie haute du site, actuellement reliées par des escaliers et des cheminements creusés dans la falaise.

Le Rocher de Sisyphe Le confortement des falaises en marnes bleues de la Côte des Basques est une œuvre de longue haleine. C’est le rocher de Sisyphe des maires successifs de Biarritz. Cette consolidation a commencé dès 1860 avec l’édification d’une chaussée pour endiguer les assauts de l’Océan. Elle s’est poursuivie en 1927. D’immenses arcatures ont alors été plaquées sur la falaise pour en contenir la poussée. De nouvelles campagnes de travaux ont été conduites à l’issue de la Seconde Guerre mondiale et, entre 1984 et 1994, 400 mètres de falaises ont ainsi été renforcés. Et ces travaux ne furent pas les derniers. À l’automne 2005, débutait une nouvelle tranche de confortement des falaises de la Côte des Basques, sur 280 mètres linéaires environ. Le chantier s’est terminé à l’été 2006. Au total, depuis 1984, ce sont 20 millions d’euros qui auront été déboursés par la collectivité au fil des tranches successives des chantiers de confortement. Et il reste, approximativement, près de 15 millions d’euros pour préserver définitivement cette partie de Biarritz contre l’érosion progressive de la mer. n

le dossier I DÉCEMBRE 2012 I BIARRITZ magazine N°223 15


behakoa

TITANEN obrak E uskaldunen

Hondartzako labarrak zuzenki erasotzen dituzte itsasoak eta lurpeko ur geruzaren isurketak. Erabilgarritasun publikoko egitasmo gisa izendaturik, obralekua 1980 urteen hastapenean abian ezarria izan zen eta 2020 bukaeran amaituko da. Haren aitzinamendua, Le Surfing jatetxetik Marbella Hondartzaraino neurtu daiteke: labarren 1 200 metrotatik 600 sendotuak izan dira jadaniko. Gune ez indartuetan, itxura hondamentsua da, eta hargintza edo betoiezko obra desberdin edota eraikin batzuen erortze progresiboak gehiago azpimarratzen du egoera hau. 80 hamarkadaren hastapenean, baitezpadakoa eta premiazkoa bilakatu zen labar hauek sendotzea gerta daitezkeen arriskuak, hauen larritzea eta epe laburrean aurreikus zaitezketen ondorioak direla eta: • arriskuak jendearentzat labar oineko hondartzan ibiltzeko (ikaragarriko izaria duten harri mokorren erortzeak, edo zati osoko lur lehertzeak). • labar buruaren erortze arriskuak, bideak, sareak eta eraikinak mehatsatuz (lanjer erabaki pean zeuden zazpi eraikin eta betirako hutsaraziak izan zirenak). Biarritze Hiriak, Geologia eta Meatza Ikerketen Bulegoari sendotze eta antola-

keta ikerketa orokor bat burutuarazi dio, lanen urte anitzeko fasatze bat ahalegintzeko gisan. FEDER-ek, Estatuak, Eskualdeko Kontseiluak, Kontseilu Orokorrak eta Baiona-Angelu-Biarritzeko Hirigune Elkargoak ekarri diru lagntzei esker ditu Biarritzek sendotze lanen lehen urratsak abiatu ahal izan. Ezaugarri geologikoak eta nahasmenduak Labarra, nahasmendu ardura

gainezarrien araberako tuparri arrokez osatua da:

16 le dossier I DÉCEMBRE 2012 I BIARRITZ magazine N°223

• aldaketa termiko eta higrometrikoek oraindik larritzen dituzten erroizketak sortu lurpeko ur geruzaren isurketak eta gainazaleko uren isurketa desberdinak, • lursailen haustura eta arraildura handiek izari handiko lur lehertzeak eragiten dituzte, hauek lurpeko ur geruzetik isurtzen den uraren joan etorriek sortzen dituztelarik, • oinaren itsas higadura, 40 eta 80 cm artekoa izan dena urteka lekuen arabera 1974 eta 1982 artean.


UN TRAVAIL DE TITANS

… l’érosion du pied des falaises a atteint 40 à 80 centimètres par an selon les endroits entre 1974 et 1982… Sendotze printzipioak Hainbat aldi

bereko ekintzak beharrezkoak dira: • gainazaleko urak biltzea, eta ur geruzako uren bideratzea. Hainbat teknika obran ezarriak izan dira (putzu ubidegarri saila ubide multzo batekin batera). • labarraren oina itsas higaduraren kontra babestea. Itsasbazterrarekin berdindu ezponda batek luzapena ematen dio Prince de Galles bulebarrari, labarren hondakinetatik datozen materia nukleo batez osatua da, nukleo hau materia ubidegarrizko iragazki batek eta geoehun ez bilbatu batek babesten dute; arrokatze ofitiko oskol bat gainazaleko babes gisa kokatua da sagailoaren energia xurgatzeko. • alubioi eta tuparrien egonkortasuna segurtatzea. Teknika desberdinak obran ezarriak dira: betoi armatuzko paretak mikro pazoten gainean, tiranteen bidez ainguratu paretak, aurtiko betoiezko holtza hiltzatuak, oin lubeta… • paisaia esparru bat burutzea. Helburua da tokikotze ezin hobea gunean burutzea, eta labar gaina eta hondartzaren arteko pasabideak berriz ezartzea. Obrak eginak dira ahalik eta landarezko pendoitz gehien sortzeko estetika zaindu eta obratzeen kostuak ahal bezain apalak izan daitezen. n

Les falaises de la Côte des Basques sont attaquées de front par la mer et par l’écoulement des eaux de la nappe phréatique. Jugé projet d’utilité publique, le chantier de confortement a débuté au début des années 1980 et s’achèvera fin 2020. On peut mesurer son évolution depuis le restaurant Le Surfing jusqu’à la plage de Marbella : 600 mètres sur 1 200 de falaises ont déjà été consolidés. Dans les secteurs non confortés, l’aspect est ruiniforme, souligné par l’effondrement progressif d’ouvrages divers en maçonnerie ou en béton, voire de bâtiments. Au début des années 80, il devenait indispensable et urgent de conforter ces falaises en raison des risques encourus, de leur aggravation et des conséquences prévisibles à court terme. La Ville de Biarritz a fait réaliser par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières, une étude globale de confortement et d’aménagement, qui permettait un phasage pluriannuel des travaux. C’est grâce aux aides financières apportées par le FEDER, l’État, le Conseil régional, le Conseil général et la Communauté d’Agglomération, qu’elle a pu engager les premières tranches de travaux de confortement. La falaise se compose de marnes rocheuses soumises à des désordres fréquemment superposés : ruissellements, ravinement, failles, érosion marine. Plusieurs actions simultanées sont nécessaires : collecter les eaux de surface et canaliser les eaux de la nappe phréatique, protéger le pied de falaise contre l’érosion marine, assurer la stabilité des alluvions et des marnes, réaliser un espace paysager.

le dossier I DÉCEMBRE 2012 I BIARRITZ magazine N°223 17


le

dossier

DE BELZA

à la Milady L a Ville nourrit le projet de méta-

morphoser le boulevard du Prince de Galles en une vaste promenade attractive le long du littoral. Pour cela, il faudrait limiter au maximum la voiture et en interdire systématiquement le stationnement. Ainsi, une large allée pié-

tonne pourrait être dégagée. Des bancs la ponctueraient, permettant aux promeneurs de jouir du point de vue et de profiter pleinement du soleil, y compris l’hiver, car le cheminement est parfaitement protégé des vents du nord. Des terrasses y seraient installées. Le promeneur parviendrait ainsi à ce qu’on appelle la place des Bains. Actuellement, elle permet essentiellement aux voitures de faire demi-tour et aux hélicoptères de se poser. Traitée en belles dalles de pierre, elle mettrait en valeur l’architecture de l’Établissement des bains et le grand escalier. Au-delà de cette place, la promenade se prolongerait jusqu’aux plages de Marbella et de la Milady par un 18 le dossier I DÉCEMBRE 2012 I BIARRITZ magazine N°223

immense green, plage artificielle, plage « verte », agrémentée d’une piscine d’eau de mer à débordement et éventuellement d’autres équipements de plage. Une voie réservée aux cyclistes longerait le parapet. Un parking souterrain La partie

haute de la Côte des Basques appartient au quartier Beaurivage, qui mérite bien son nom. Ce magnifique belvédère, lieu de rendez-vous de la jeunesse et des boulistes, est partiellement occupé par un parking à ciel ouvert, très convoité, l’été, mais dont le nombre de places est insuffisant pour répondre à la demande. Pour améliorer l’accessibilité de la plage située en dessous, largement inaccessible aux voitures, il sera nécessaire de réaliser dans la falaise un parking souterrain, à deux niveaux, surmonté d’une terrasse engazonnée. Le square JeanBaptiste Lassalle y sera entièrement reconstitué à l’identique. Tous les tamaris – caractéristiques de Biarritz – seront replantés et d’autres essences y prendront place également. Au final, le belvédère sera plus vaste qu’aujourd’hui et l’Océan mieux visible depuis la route. La construction de ce parking est le corollaire de l’aménagement piétonnier de la Côte des Basques. On ne peut supprimer les places de stationnement en bas du site, sans en prévoir d’autres en haut. Un parking est, de toute façon, indispensable pour répondre aux difficultés de circulation et de stationnement qui se posent dans ce quartier Beaurivage, entrée importante de la Ville. L’été, le week-end, durant les vacances scolaires, garer sa voiture dans ce quartier relève du casse-tête et, en désespoir de cause, de nombreux automobilistes optent pour un stationnement « sauvage », créant un risque pour la sécurité des riverains.


Un funiculaire En complément, un

funiculaire ou un ascenseur panoramique, partirait de l’avenue Beaurivage pour rejoindre la place des Bains qui deviendra le cœur du site, le lieu où tous les chemins se croisent. Après avoir garé sa voiture, on pourra, également, emprunter un grand chemin, existant déjà en partie, qui mènera à la piscine d’eau de mer par une pente douce et régulière. Des cheminements horizontaux, liant les différents lieux de la falaise, créant des promenades suspendues au-dessus des vagues, seront également tracés. Un escalier central supplémentaire sera réalisé.

Les Amis de la Côte des Basques Créée il y a bientôt 10 ans par une poignée de « gars du quartier » et d’amoureux du site – dont certains, architectes, promoteurs ou retraités des métiers du bâtiment – l’association Les Amis de la Côte des Basques a pour objet d’initier un centre de réflexion et de concertation afin de rechercher toutes possibilités d’améliorer à court, moyen

… au-delà de la place des Bains, la promenade se prolongera jusqu’aux plages de Marbella et de la Milady… et long terme les équipements et les abords immédiats du site de la Côte des Basques, depuis la Villa Belza jusqu’aux limites de Marbella (y compris la falaise, les lacets, les voies de crêtes, le quai et tous les accès). Dans un esprit de dialogue et de concertation, son vœu est d’analyser avec les pouvoirs publics, tout projet d’aménagement public ou privé. Les Amis de la Côte des Basques souhaitent aussi proposer aux élus locaux ainsi qu’aux autorités compétentes, des solutions en vue de l’aménagement de la plage, organiser ou participer à toutes actions et manifestations

liées à son passé et à son avenir. Leur crédo : la faisabilité démontrée du projet par une étude sérieuse ; la réalisation sous le contrôle d’organismes compétents  ; le square J.-B.- Lassalle restitué à l’identique ou amélioré ; la création d’une esplanade paysagée sur le toit du parking : le boulevard du Prince de Galles rendu piétonnier ; un parking pour deux types d’usagers (plagistes et riverains) ; pas de stationnement payant dans les rues avoisinantes ; une concertation au niveau de l’avant-projet.

le dossier I DÉCEMBRE 2012 I BIARRITZ magazine N°223 19


le

dossier

LAISSER LA NATURE

reprendre ses droits

Le futur projet ne consiste pas seule-

ment à faciliter l’accessibilité de la Côte des Basques et de la prolonger. Il est aussi censé redonner un visage plaisant aux falaises enlaidies par les travaux de consolidation. Pour cela, un effort important de végétalisation devra être entrepris. Sans toucher au modelé de la falaise, pour ne pas en modifier les équilibres savamment construits, il ne sera pas difficile de trouver les plantations d’arbustes et d’arbres adaptées au site, c’est-à-dire capables d’affronter le vent et surtout l’agression des embruns. Murs couverts de plantes grimpantes, ou habillés d’une couverture végétalisable, talus retenus par des fascines et plantés d’arbustes ou de vivaces florifères, replats où pousse le pin… Les exemples ne manquent pas et ces plantations pourraient être conçues en collaboration avec les grands conservatoires botaniques marins de Californie, Afrique-du-Sud, Australie et NouvelleZélande, des territoires également célèbres pour leurs spots de surf. La « forêt retrouvée » de la Côte des Basques serait ainsi composée d’essences côtières du monde entier.

… il faut conjuguer avec intelligence et sensibilité cette double et puissante identité, à la fois urbaine et sauvage… 20 le dossier I DÉCEMBRE 2012 I BIARRITZ magazine N°223


le Question à …

Michel Péna, architecte paysagiste du Cabinet Péna & Peña qui a travaillé sur une ébauche d’aménagement paysager de la Côte des Basques Pour imaginer un projet de parc paysager, vous êtes-vous inspiré de lieux qui, à l’instar de Biarritz, présentent des caractéristiques identiques ?

Nous avons beaucoup parcouru les merveilleuses promenades océanes de Biarritz, créées pour certaines au XIXe siècle. C’est évidemment notre modèle absolu… Néanmoins, les pratiques ont changé. Il faut savoir donc être contemporain et le traitement de ces nouvelles promenades devra, bien entendu, l’être. À la fois dans son dessin, mais aussi dans son écologie. Ainsi, nous devrons

enrichir le milieu par des espèces autres que l’éternel tamaris (lui aussi introduit) et le gynérium, car nous savons bien que le monospécifisme est un danger pour toute végétation. Nous avons exploré les grands spots de surf californiens, pour en tirer des enseignements utiles à la Côte des Basques. Démarche motivée en premier lieu par des questions culturelles et d’autre part, par des raisons écologiques. Nous avons repéré une végétation d’une grande

richesse, évoluant dans les mêmes conditions géographiques qu’à Biarritz, face au Pacifique et plein ouest. Nous la retrouvons d’ailleurs aux environs de la Côte des Basques : pins de Monterey, par exemple, céanothes, echium, etc. Cette végétation était présente en Europe avant les glaciations, on la retrouve dans les pollens (la plupart des arbres que l’on dit spontanés aujourd’hui en Europe ont été réintroduits par l’homme depuis l’ère des Romains). Nous pensons qu’il y a nécessité de reconstituer la richesse botanique de la Côte des Basques, ce qui engendrera des ambiances paysagères variées, accueillantes et protectrices. Il s’agira de célébrer l’Océan et les horizons, toujours dominants et maîtres des lieux. Pour atteindre un tel objectif, il faudra disposer de grandes promenades suspendues, face aux éléments, accessibles à tous… et surtout conjuguer avec intelligence et sensibilité cette double et puissante identité, à la fois urbaine et sauvage.

une exposition « LA CÔTE DES BASQUES »

La Ville de Biarritz prépare une exposition dédiée à la Côte des Basques. Composée d’images d’archives et de photos inédites, de croquis, illustrations et films, elle racontera l’évolution de ce site au travers des époques et des modes, des intempéries ou autres épisodes naturels (tempêtes, éboulements, etc.), des aménagements ou projets urbains (établissements des bains, immeubles, voiries), etc. Cette promenade emmènera le visiteur de 1800 à nos jours pour (re)découvrir : • ce que la Côte des Basques a été, • ce qu’elle est aujourd’hui, • ce qu’elle pourrait devenir… Établissement des bains (niveau 2), du 26 décembre au 31 janvier (Entrée libre).

© J.-P. Plantey ; C.Pasquini ; Archives de la Ville de Biarritz ; Cabinet Péna & Peña ; Atomic photo ; E. Martens ; Photomobile ; DR

?

dossier

le dossier I DÉCEMBRE 2012 I BIARRITZ magazine N°223 21


la Ville V ie quotidienne

Le chantier du nouveau quartier Kléber est lancé. Après de longs mois de maturation, il entre aujourd’hui dans sa phase active avec le lancement des travaux de l’immeuble de bureaux. Le futur quartier d’habitation comprendra pas moins de 500 logements avec la construction, dès 2013, de 216 logements sociaux locatifs, une résidence pour étudiants, 82 logements en accession sociale à la propriété et 90 logements en accession libre. L’édification de ce nouvel ensemble urbain, composé de logements, bureaux, commerces, jardins, placettes et bâtiments publics, est sans nul doute le plus important chantier de ces deux prochaines années pour la Ville de Biarritz. Elle devra coordonner l’intervention simultanée de dix architectes, dont sept architectes différents par parcelle, un architecte conseil, un architecte urbaniste, un architecte paysagiste et trois promoteurs (social et privé). Le bal des camions et des grues est donc ouvert, avec des constructions qui vont s’échelonner par parcelle jusque fin 2014, début 2015.

Kléber

PREMIÈRE PIERRE Le pavillon Kléber réactualisé merces (environ 100 m² chacun). Les 3 étages du bâtiment reçoivent des bureaux sur une superficie divisible de 1 665 m². Ce bâtiment, aux normes d’accessibilité PMR, comporte des parties communes aux prestations soignées (sanitaires, ascenseurs, toiture végétalisée). n

Courant décembre (date à confirmer) le pavillon Kléber situé aux abords du chantier, sur le rond-point Kléber, présentera le détail des différents projets architecturaux. Ouverture : de 10h à 12h et de 14h à 18h, du lundi au samedi.

L’immeuble de bureaux Le chantier

débute par la construction du bâtiment de commerces, bureaux et services (photo cidessus). Il est élevé sur 2 niveaux de soussols permettant le stationnement de 100 véhicules. Le rez-de-chaussée accueille un espace dédié à la restauration sur près de 400 m² et 4 locaux destinés aux com-

22

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

« Espace Diorama » Mindurry Promotion. Architecte : Pablo Samaniego (Shon de 3 235 m²).


V ie quotidienne

L’hôtel social

ouvre ses portes

plan grand

L’hôtel social de Biarritz, dénommé Maison de Gilles, ouvre ses portes le lundi 13 décembre. Financé par l’ACBA, l’État, le Conseil général des PyrénéesAtlantiques et la CAF, il est géré par l’association Atherbea. Son hébergement est destiné aux sans-abri (personnes désocialisées, personnes ou familles victimes d’un « accident de la vie »). La Maison de Gilles offre une capacité de 30 places, elle est ouverte 365 jours par an et 24h sur 24h. La durée du séjour peut aller consécutivement jusqu’à 30 jours maximum. Les demandes de renouvellement se feront par l’intermédiaire du 115. Rens. : 05 59 46 25 25 - www.atherbea.fr lamaisondegilles@atherbea.fr n

froid

Les demandes d’hébergement se feront auprès du 115. Les personnes seront accueillies dès 14h30 à la Maison de Gilles. Un ticket de transport leur sera remis pour venir jusqu’à Biarritz. La maraude de la Croix-Rouge assure aussi depuis Bayonne dès 19h30 le transport des personnes qui seront hébergées vers les différents lieux d’hébergement mis à disposition par les CCAS (Biarritz, Anglet, Lahonce). Celles qui seront hébergées au foyer Atherbea, pourront s’y rendre dès l’après-midi. La durée d’hébergement dépendra de la vulnérabilité des personnes (fragilité et situation de danger), du nombre de demandes et des disponibilités. n Les lauréats du Concours des maisons fleuries 2012

Trions plus fort ! Pour toute information concernant la

collecte des déchets et la propreté urbaine, un numéro vert est à disposition : 0 800 111 899. Pour la collecte des objets encombrants, composer le : 05 59 57 00 00. BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

23


La Mercerie

mémoire

Charlotte

Adresse incontournable, au cœur du quartier des Halles, Charlotte est la mercerie la plus connue de la région…

Au début du siècle dernier, Charlotte, brodeuse de son état, tient boutique au 1er étage du 3 avenue Victor-Hugo. Elle vend aussi quelques accessoires de mercerie. Dans les années 50, elle déménage au 11 rue des Halles, en lieu et place de la Perception. C’est le fils de la fondatrice qui s’occupe du magasin avec sa femme. Roger et Marie-Jeanne Duquesne fournissent les nombreux ateliers de couture de la ville ainsi que des particuliers. Leurs deux employées s’activent au milieu des boutons, fils, aiguilles, passementeries ou embrases. À cette époque, Biarritz compte près d’une quinzaine d’ateliers de couture. Les particuliers achètent peu de vêtements de confection. Ils les réalisent eux-mêmes ou les font faire par une couturière. Chez Charlotte, on fait les plissages, les picots, les broderies à la machine, les boutons recouverts. Marie-José Hirigoyen entre en apprentissage chez Charlotte en 1963 et y apprend toutes les subtilités du métier de mercière. En 1978, lorsque les Duquesne prennent leur retraite, elle rachète le fonds de commerce. La clientèle a évolué car les ateliers de couturière sont de moins en moins nombreux à Biarritz. Ainsi, tout en poursuivant l’activité traditionnelle de la mercerie, elle reste très attentive aux tendances de la mode du moment.

Marie-José Hirigoyen, en 1968.

… la clientèle reste fidèle à ce magasin hors du temps qui propose les dernières tendances du moment… À la fin des années 80, un incendie ravage le haut de l’immeuble et détruit une partie de la marchandise ; un sinistre qui contraint la Mercerie Charlotte à rouvrir quelques mètres plus loin… Aujourd’hui, la clientèle est restée fidèle à ce magasin hors du temps qui sait si bien proposer les dernières tendances du moment. Actuellement, c’est la dentelle qui fait fureur. « Les jeunes générations n’ont pas appris la couture » remarque MarieJosé Hirigoyen, « … mais de plus en plus de jeunes sont attirées par le tricot, la couture, la broderie. Dès l’année prochaine, nous allons proposer un atelier mensuel d’initiation à la broderie… » L’actuelle propriétaire souhaite que la Mercerie Charlotte perdure et que, l’heure de la retraite venue, un successeur poursuive l’activité. « Les gens auront toujours besoin d’une boutique comme Charlotte. » n

Marie-José Hirigoyen (à droite) et son équipe

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

25


la Ville Même si une maison familiale du côté d’Urrugne lui avait fait découvrir la douceur estivale du Pays basque, rien ne prédestinait ce jeune cadre commercial de chez Rémy Cointreau à venir s’installer à Biarritz. Son implantation dans la région, il la doit à une marque qui représente bien plus qu’une simple boisson pour toute une génération : Izarra*. Vincent Clabé-Navarre s’est intéressé à cette « pépite » un peu par hasard, au détour d’une conversation avec des collègues. La marque qui faisait partie du groupe avait été laissée en sommeil profond ; il a voulu comprendre pourquoi et s’est s’intéressé à son histoire qui s’est révélée riche d’anecdotes incroyables. Séduit par ce fabuleux destin, il a choisi de relancer la marque, d’abord au Pays basque, car même si elle n’y était « plus demandée, plus consommée, plus désirée », sa notoriété y restait très forte. Avec l’appui de sa direction, l’aventure est lancée et dès 2011, le siège d’Izarra* est réinstallé à Bayonne. Commence alors l’opération de reconquête à la faveur d’un changement de mode et de

Iñaki Urtizberea, une vie à Oldarra Après 40 ans de direction du chœur d’hommes Oldarra, la passion et l’envie sont intactes chez Iñaki Urtizberea et le succès du spectacle donné au Casino

RE NCONT R ES

moment de consommation : le traditionnel digestif un peu poussiéreux devient un élément de cocktail qui se déguste à l’apéritif et en soirée. C’est ainsi une nouvelle génération, plus jeune, qui découvre ou redécouvre la liqueur basque lors de soirées et

fêtes de village. Une nouvelle stratégie qui, au vu des derniers chiffres, s’avère payante pour cette marque qui a toujours gardé une place de choix dans le cœur des Basques. n

pour les fêtes de la Saint-Martin à l’occasion de cet anniversaire le conforte dans cette idée ! Issu d’une famille de réfugiés, il intègre Oldarra avec ses frères dès 1951 et va « y faire sa vie ». Il commence par la danse et le txistu dont il deviendra professeur au conservatoire au début des années 1960, jusqu’à sa retraite en 2006. C’est auprès de Juan Eraso, le chef de chœur de

l’époque, qu’Iñaki Urtizberea apprend la technique vocale. Pendant dix ans, il travaille auprès de ce professeur émérite dont il prend la suite en 1972. Sous sa direction, le groupe de chanteurs qui ne faisait qu’accompagner les spectacles de danse, s’étoffe et devient un chœur d’hommes à part entière qui se produit aujourd’hui dans le monde entier : au Québec, en Arabie saoudite... Pour son chef de chœur, Oldarra est une « deuxième famille », il y a vraiment une entente, un esprit particulier : « On vit ensemble ». Parmi ses souvenirs les plus marquants, il évoque avec émotion le concert aux côtés de Maurice André et de l’Harmonie de Biarritz. L’avenir ? Iñaki Urtizberea qui continue à écrire de la musique ne manque pas d’idées : la dernière a germé à l’issue de la représentation du « Kabotin ». Et si chaque année pour les fêtes de la SaintMartin, Oldarra présentait une nouvelle création aux Biarrots ? Affaire à suivre…

* L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Le Concert de Noël : le chef dirigera son chœur lors du traditionnel concert de Noël en l’église Sainte-Eugénie, le dimanche 23 décembre à 18 h. Gratuit. Rens. : 05 59 22 44 66 n

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

© Cabinet Zamazuzu ; Photo Bernard ; Atomic Photo ; E. Martens ; I. Palé

Vincent Clabé-Navarre réveille la belle endormie

27


LA VIE ASSOCIATIVE Les Goélands Le club de tennis de table biarrot est célèbre pour avoir formé de jeunes champions, tels Marina Berho ou le jeune Rémi Bételu, 13 ans, Champion d’Aquitaine en individuel et Champion des PyrénéesAtlantiques 2012. Il a pour effectif 170 licenciés, une section loisir / vétéran de 25 personnes, une section OVS, un public-loisir de 20 licenciés environ et 70 jeunes de 7 ans à 18 ans, une cinquantaine de seniors ainsi qu’une école de sport le mercredi de 14h à 16h et le mardi de 17h30 à 19h (hors vacances scolaires). Parmi les équipes participant au Championnat de France, le club compte une équipe première évoluant en nationale ainsi qu’une équipe cadets garçons (moins de 13 ans) Championne d’Aquitaine 2012. Les cours se déroulent à la salle Dagorette, 16 Avenue d’Etienne. Rens. : 05 59 03 83 43.

Biarritz Sports Retraite L’association propose les activités suivantes : danses basques, sévillanes, country (débutants et confirmés) aux salles du Braou et Sévigné et également de la gymnastique en musique à la Villa Sion. Permanence le vendredi de 10h à 11h (sauf vacances scolaires) à la Villa Sion 79 bis rue d’Espagne. Rens. : bsr64@neuf.fr

Danza y Musica sin Fronteras Des cours de : guitare pour enfants, ados, adultes et retraités, cours avec ou sans solfège, avec prêt d’une guitare ; salsa cubaine, bachata et rock ; de percussions du lundi au samedi. Stages de rumba, danses afro cubaine, reggaeton, salsa et bachata. Rens. : 06 33 84 60 27 05 59 03 14 22 www.danzasinfrontera.com

Les 3A Le programme en décembre : les randonnées les mercredis 5 et 19, la balade verte le 5, un loto-Noël le 3 ; un concours de belote le 10, un repas suivi de contes de Noël le 14 ; la Fête des Aînés au Bellevue le 21, les illuminations de Noël le 26. Sans oublier : les cours de pilates, marche active, qi gong, gymnastique douce et bien-être, mutxiko, langues, initiation au bridge, informatique, danse latino, dessin, patchwork, couture, la chorale ou l’atelier déco. Les 3 A organisent également une croisière en Méditerranée du 14 au 21 avril, (programme disponible au club). Rens. : 05 59 24 15 39 28

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

ATEM L’association Tout en mouvement propose des cours d’expression primitive. Cette danse simple, dynamique et conviviale associe le mouvement, le rythme et la voix pour un travail global du corps. Elle permet de se détendre, se dépenser, s’enraciner et d’oser la voix. Porté par l’énergie du groupe, on se libère en retrouvant la confiance en soi. Accessible à tous, au 23 avenue du Golf. Rens. : 06 83 12 86 65 05 59 47 07 82

Téléthon 2012 Les Sapeurs-Pompiers d’Anglet, les Ours Blancs et le Biarritz Sauvetage Côtier participent le samedi 8 décembre à un défi natation entre deux bouées à la nage ou avec un paddle board, le but étant de parcourir un maximum de distance, à noter également la présence sans interruption dans l’eau d’un nageur de 8h à 18 h à la plage du Port-Vieux. Tous les clubs de natation, de sauvetage de la côte sont invités à les rejoindre. Les associations s’associent à cette journée Téléthon afin de récolter un maximum d’argent par le biais de dons ou d’achat de peluches. Un coin restauration tenu par l’association les Amis de Milady Plage, propose des taloas et boissons chaudes, tous les bénéfices étant reversés au Téléthon.


Energy’s Pays Basque Le club met en place un bus à l’occasion de la Tournée des Idoles au Zénith de Pau le vendredi 7 décembre (70 €/67 €) et pour des sorties aux sports d’hiver à Gourette et à la Pierre Saint-Martin à partir du 13 janvier. Un week-end est également organisé les 16 et 17 mars prochains à la montagne. Rens. : 05 59 23 50 14 / 06 82 02 51 98 www.nrjpb.com

Bourse aux jouets

La Serge Betsen Academy

L’association des parents d’élèves de l’école maternelle d’Alsace Pitxun organise le dimanche 9 décembre de 9h à 13h, sa 2e bourse aux jouets, au sein de l’établissement scolaire, rue d’Alsace. L’ensemble des fonds récoltés lors de cette vente de jouets, jeux et articles de puériculture permettra d’accompagner l’équipe enseignante dans leurs projets pédagogiques, participer à des sorties culturelles et sportives, et renouveler ou développer le matériel scolaire. Un repli en lieu couvert est assuré en cas d’intempéries. Rens. : 06 06 62 91 90 associationpitxuns@gmail.com

Organise un loto le dimanche 16 décembre à 15h à la salle de réception Serge Kampf au stade Aguilera au profit des enfants du Cameroun. Les fonds levés lors de cet événement participeront au financement de la construction du Centre Rosy à Bafia afin de permettre aux enfants de bénéficier d’une structure plus adaptée à leurs besoins. Rens. : www.sergebetsenacademy.org Contact responsable Antenne 64 : Nelly Dellamaria antenne64@sergebetsenacademy.org tél. : 06 85 83 01 96.

Les Amis de Milady Plage

Maria Pia Les adhérentes de l’atelier couture du centre social Maria Pia proposent un stage de deux jours pour réaliser la création de votre choix, jupe, tunique, tenue de fête les jeudis 13 et 20 décembre de 9h30 à 17h (sans interruption) dans ses locaux au 40 rue Pétricot. Réservation avant le lundi 10 décembre. Le Centre présente pour les fêtes de Noël un spectacle Le Grenier de mon enfance le samedi 15 décembre à 14h30 à l’Atabal, destiné à tous les publics y compris les tout-petits, entrée libre. Au programme également : des tours de calèche et de poneys pour les enfants, des jeux pour tous avec la Ludo 64, des crêpes et boissons chaudes. Rens. : 05 59 43 90 78

Loto du Lions

AGIRabcd

Le Club de Biarritz Ilbarritz Côte Basque organise son grand loto de Noël, avec plus de 7 000 € de lots, le 15 décembre à 20h30 à la salle des Ambassadeurs du Casino municipal. Cette soirée est donnée au profit des jeunes défavorisés et méritants. Rens. : 05 59 22 44 66

Le prochain stage d’initiation à l’informatique à l’Atabal, se déroulera du 15 janvier au 1er mars 2013 (les mardis et vendredis de 15h à 16h30). Au programme : prise en main de l’ordinateur, traitement de texte, enregistrement de fichiers, internet, messagerie, photos. Rens. : 05 59 43 81 53 06 80 95 57 94

Club du Gemmologue Le Club tient sa conférence mensuelle L’étoile du Sud : Jules Verne et Le Diamant le samedi 15 décembre à 10h30 à la Maison des associations. Rens. : 06 17 19 05 56 leclubdugemmologue.com

Théâtre du Versant Le traditionnel spectacle de Noël Et va la vie va est joué par les enfants, pour les enfants, et bien sûr pour les parents. Au menu Charles Dickens avec le célèbre Drôle de Noël de Monsieur Scrooge et un conte brésilien, La légende du jour et de la nuit le 16 décembre à 17h au CRTI, rue Pelletier. Entrée 6 €. Rens. : 05 59 23 02 30

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

© L. Garcia ; DR

L’association convie les enfants à venir goûter en compagnie du Père Noël le dimanche 16 décembre à 15h30 au local de surf du BASCS à la Milady. Un stand coloriage et maquillage les y attend. Rens. : 06 49 36 44 96 http://miladyplage.jimdo.com

29


L’AGENDA !

The Metropolitan Opera en direct de New York Sur grand écran en HD, à la Gare du Midi, retransmissions d’opéras sous-titrées en français, et 4 retransmissions en différé au cinéma Le Royal : Aida, Les Troyens, Rigoletto, Parsifal, Francesca Da Rimini… Donizetti, Verdi, Mozart, Berlioz, Wagner… éclectisme et qualité sont au rendez-vous de cette cinquième édition. Tarifs : 19 € /14 € (hors frais de location). Gratuit jusqu’à 18 ans. Possibilité d’abonnement. Rens. : 05 59 22 44 66 www.biarritz.fr

Opération Prestige

sous l’angle scientifique À l’occasion des 10 ans du naufrage du Prestige, le Musée de la Mer Aquarium présente jusqu’au 15 décembre Le Prestige et la réplique du monde marin, une exposition sur l’impact de la marée noire sur la faune et la flore – les oiseaux marins, les cétacés et l’écosystème de l’estran rocheux. La Cité de l’Océan propose, jusqu’au 6 janvier Opération Prestige : l’intervention du Nautile et autres suivis scientifiques, une exposition sur la mission et les caractéristiques du Nautile d’Ifremer, le sous-marin qui a plongé à plus de 3 500 mètres de profondeur pour colmater l’épave avec la maquette du bathyscaphe mythique, des textes et des vidéos pour bien comprendre son rôle et une présentation des techniques de pompages et les dérives du fioul (prévisions et observations), les techniques de récupération, le traitement de l’épave, etc. Rens. : 05 59 22 33 34 / 05 59 22 75 40

À l’Atabal En décembre : le jeudi 6 Café-Concert de Nephalokia + Hypno5e ;   le vendredi 7 Concert de Zenzile+ Sakya  ; le vendredi 14 Vernissage exposition Charles Jaulerry + Yannick Fournie + Patrice Bueno et Apéro-Concert de Loaï ; le samedi 15 Après-midi spectacle de Noël du Centre Social Maria Pia et Soirée Integrazio Batzordea avec le Concert de Esne Beltza. Rens. : 05 59 41 73 20 www.atabal-biarritz.fr

Le Royal

la Médiathèque Terres de rugby Exposition retraçant l’histoire et la vie des clubs du Sud-Ouest du 4 décembre au 26 janvier ; Rencontre littéraire avec Denis Tillinac, romancier attaché à la terre et au rugby. Il évoquera Rugby blues, œuvre dans laquelle il célèbre les noces du rugby et de la littérature ; Concert BD une performance esthétique et musicale, le 20 décembre à 18h. Le dessinateur Jean Harambat sera accompagné par les cuivres du conservatoire Maurice Ravel ; Conférence Petite philosophie du rugby par Thierry Tahon le 29 décembre à 15h. Programme complet disponible sur www.mediatheque-biarritz.fr 30

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

en Décembre

Rencontre avec l’association des Russisants de la Côte Basque autour de l’adaptation de l’œuvre de Tolstoï Anna Karénine de Joe Wright le 6 à 18h ; avant-première familiale le 9 à 15h40 Ernest et Célestine, petit bijou à découvrir en famille et à 18h Tous cobayes  ? Rencontre avec Jean-Paul Jaud, réalisateur du film ; Soirée Alex de la Iglesia le 11 avec à 20h10 Un jour de chance en avantpremière et la Balada triste à 22h10. Rens. : www.royal-biarritz.com


Il s’agit d’un premier roman dont l’action se passe à Biarritz. Des prémices de la passion à l’épreuve, le parcours de son héroïne bouleverse, avec pour rivale redoutable la mer… Éditions Laureli Léo Scheer. 18 € /// Marilyn, la filmographie d’Arnaud Stahl. L’auteur, domicilié à Biarritz, retrace la carrière de l’actrice au travers de ses 29 films. Marilyn Monroe, cinquante ans après sa disparition, continue de nous subjuguer avec la même intensité. Aux éditions Grimal. 16 €.

danser

avec nous ? Malandain Ballet Biarritz offre la possibilité à des élèves d’écoles de danse de niveau moyen et supérieur, de participer à ses ateliers les 20 et 21 décembre de 19h à 21h ; les 22 et 23 décembre entre 10h et 16h ; les 27 et 28 décembre entre 14h et 18h45. Ces master classes / ateliers permettront aux élèves d’approcher la technique et l’esprit du chorégraphe Thierry Malandain. Rens. : 05 59 24 67 19

Les conférences de l’utlb Au programme en décembre : Soldats de Napoléon aux Amériques par le Général Jean-Claude Lorblanches le jeudi 6 et La merveilleuse Epopée du Ramayana, Mythe né des veda de l’Inde ancienne par Jean-Paul Lamarque, conférencier. Participation non-adhérents 5 €, Maison des Associations, 16h15. Rens. : 05 59 41 29 82 utlb@free.fr

les matches du BOPB Les prochains rendez-vous du BOPB : le 22 décembre Stade Français Vs Biarritz à 18h30 ; les 28, 29 ou 30 décembre Mont-de-Marsan Vs Biarritz ; le 4, 5 ou 6 janvier Biarritz Vs Agen ; le 25 janvier Stade Toulousain Vs Biarritz. Rens. : 05 59 01 64 64 www.bo-pb.com [3]

Expositions

L’AGENDA !

Voulez-vous lecture Les Pieds nus de Marie Simon.

Le Surréalisme à Paris (19201990) [1] Du 8 décembre au 27 janvier. Des œuvres d’artistes célèbres (Man Ray, Max Ernst, Hans Bellmer, Roberto Matta…) sur le thème du surréalisme à Paris. Ouvert [1] tous les jours de 14h à 18h, sauf le mardi. Entrée libre. À la crypte Sainte-Eugénie. Rens. : 05 59 41 57 50 /// Les empereurs Moghols et les derniers des Maharajas [2] jusqu’au 31 décembre L’image que l’on garde de l’Inde aujourd’hui est imprégnée par les fastes de ces empereurs Moghols et des derniers des Maharajas. Au Musée Asiatica, entrée libre. Rens. : 05 59 22 78 78 /// Requins d’ici et d’ailleurs [3] jusqu’au 31 décembre présentantation des spécificités des requins du golfe de Gascogne et des autres continents. Prix entrée du Musée de la Mer Aquarium de Biarritz. [2] Rens. : 05 59 22 33 34 /// Laisse de mer, source de vie jusqu’au 31 décembre Exposition photographique réalisée par Lucie Papin et Jean-Charles Trainaud. sur la laisse de mer qui, composée d’algues arrachées aux fonds marins par le mouvement des vagues, vient s’échouer sur la plage avec la marée et est indispensable à la vie de nos plages… Au Musée de la Mer, tarif d’entrée au musée. Rens. 05 59 22 33 34 www.museedelamer. com /// L’océan, le climat et nous jusqu’au 31 décembre. Confronté à la beauté et à la menace des océans, le visiteur navigue dans un flot d’images, de mises en scènes, de dispositifs ludiques et interactifs et prend conscience du lien étroit qui unit climat et océans. Exposition temporaire, proposée en partenariat avec la Cité des Sciences. À la Cité de l’océan, tarif d’entrée à la Cité. Rens. 05 59 22 33 34 www.citedelocean.com /// Tonio Modio Jusqu’au 8 décembre. Exposition de photos de Tonio Modio et des ateliers du Département Image de la Médiathèque. À l’Atabal, entrée libre. Rens. : 05 59 41 20 73 www.atabalbiarritz.fr /// Charles Jaullery, peintre, Yannick Fournie, peintre et Patrice Bueno, sculpteur Du 14 décembre au 9 février. Entrée libre. À l’Atabal. Rens. : 05 59 41 20 73 www.atabal-biarritz.fr BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

31


L’AGENDA !

Café-concert Nephalokia + Hypno5e L’Atabal, allée du Moura. 21h. Entrée libre. Théâtre Le Mariage de Figaro de Beaumarchais, comédie classique revisitée. Gare du Midi à 20h30, de 8 à 30 €.

Animation [2] Mutxikoak, sauts basques et Kantalasai, chants basques. Casino municipal, à 10h30, (repli assuré à la Gare du Midi en cas de pluie). Thé dansant Yves et son ensemble À la salle des Ambassadeurs du Casino municipal, de 15h à 18h, entrée 9 € (boisson et pâtisserie offertes). Concert Brit Floyd. Le meilleur hommage rendu aux Pink Floyd avec leur tournée A foot in the door. À la Gare du Midi. 19h. 56/45 €.

Vendredi 7 décembre

Mardi 11 décembre

Mardi 4 décembre

Humour Olivier de Benoist Une valeur montante des nouveaux humoristes. À la Gare du Midi, à 20h30, 34 €. Jeudi 6 décembre

Concert Zenzile + Sakya À l’Atabal, à 21h, 16 €. Samedi 8 décembre

Théâtre La Femme du Boulanger Difficile de résister à Pagnol et à son univers, avec Michel Galabru, dans son plus grand rôle. À la Gare du Midi, 20h30, 45/50 €. Projection Planète Océan de YannArthus Bertrand à la Cité de l’Océan, à 15h et 18h. Entrée libre. Rens. : 05 59 22 33 34 Les 8 et 9 décembre Musique [1] Dessine-moi une chan-

son par les Ateliers Chanson de Pierre Abeberry. Conte musical pour enfants. Au Colisée, à 17h, 4/8 €.

Dimanche 9 décembre

Equitation Concours Hunter Club, première étape du Challenge d’hiver au Club Hippique d’Ilbarritz. [3]

Ciné-Concert Le Philharmonique de Prague livre un concert éblouissant, véritable hommage aux grands compositeurs.Gare du Midi, 20h30. 50/45 €. Vendredi 14 décembre

Apéro-concert Loaï L’Atabal, allée du Moura. 21h. Entrée libre. Concert Patrick Fiori, avec en première partie Tommy. Gare du Midi, 20h30. 40 €. Samedi 15 décembre

Patrimoine À la découverte de l’histoire de Biarritz et de son patrimoine architectural. Visite guidée de la place Sainte-Eugénie au Port des Pêcheurs. Départ à 10h, durée 2h, 5 €. Organisé par le Musée historique. Opéra Aida Retransmission sous-titrée en français en direct du Metropolitan Opera. Gare du Midi, 18h. Projection film Planète Océan de Yann Arthus Bertrand à la Cité de l’Océan, à 15h et à 18h. Entrée libre. Rens. : 05 59 22 33 34. Dimanche 16 décembre Danse [3] Celtics Legends 10e anni-

versaire de la compagnie : Irish Music, Live, Irish Dance. Gare du Midi, à 17h30. 50/45 €.

Mardi 1er janvier

Mercredi 19 décembre

Concert avec chanteurs et ballet Féérie Viennoise Gare du Midi, 17h.

Théâtre Les Bonobos Comédie de Laurent Baffie. Gare du Midi, 20h30. 50/45 €.

Samedi 5 janvier

Opéra Les Troyens Retransmission sous-titrée en français en direct du Metropolitan Opera. Gare du Midi, 18h.

Jeudi 20 décembre

Musique Concert de Bandes dessinées avec le dessinateur Jean Harambat et les cuivres du Conservatoire Maurice Ravel. La Médiathèque, 18h, entrée libre.

Samedi 12 janvier

Danse-flamenco Ballet espagnol de Murcia, une innovante et splendide chorégraphie. Gare du Midi, 20h30.

Vendredi 21 décembre

Théâtre De l’autre côté du rideau Atelier adulte du Rideau Rouge. Le Colisée, 20h30, entrée libre.

Noël vacances enfants Les 26, 27 et 28 décembre et les

Du 22 décembre au 1er janvier

2, 3 et 4 janvier des ateliers manuels sont organisés au Musée Asiatica afin de stimuler la créativité des enfants, à partir de 6 ans, du mardi au vendredi de 14h30 à 16h30, 5 €.

Biarritz s’habille de lumières. (Voir l’actualité) Samedi 22 décembre

Théâtre L’aube du crépuscule/ Arkaitza par Izarrak Haizean. Comédie préhistorique et fantastique d’après une idée originale d’Eyhande Abeberry. Le Colisée, 21h, 5/10 €.

Du 24 décembre au 4 janvier Atelier « moulage » [5] (à partir de 5 ans) bonhommes de neige et Père-Noël vous attendent à Planète Musée du Chocolat pour venir fêter Noël… Du lundi au vendredi, de 15h à 17h, atelier toutes les 30 minutes, sans réservation, 5 € (entrée du musée non comprise).

Jeudi 27 décembre

Concert Mozart Avec le Kammer Philharmonia du Pays Basque. Hôtel du Palais, 19h30. 40/30 €.

Pour tous renseignements ou réservations s’adresser à Biarritz Tourisme au 05 59 22 44 66

Les 27 et 28 décembre Danse [4] Magifique par le Malandain

Ballet Biarritz à la Gare du Midi. (Voir l’actualité)

Dessine moi une Chanson

Lundi 31 décembre

Opérette Viva Offenbach, avec des extraits des plus célèbres opéras bouffe d’Offenbach. Gare du Midi, 20h. 57/52 €.

Conte music

[2]

al pour enfan

Abebe ts de Pierre

rry

[1] anche 9 Samedi 8 et Dim à 17h 12 20 re Décemb à Biarritz Théâtre du Colisée

8€ t 4€ Adulte Entrée Enfan

ISMENDY caux : J-Ph HAR Arrangements musi tine BONIFAIT (Pied Flex) Chris Chorégraphie : (Rideau Rouge) és par V.MAHE Comédiens : Dirig Muriel TOULET : ns Production Dessi line SIBRA dirigé par Caro Chœur d’enfants de Tarnos Ecole de Musique

[5] 32

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

-Réservations Renseignements 04 05 59 24 65 rritz.com nbia atelierschanso biarritz@neuf.fr ateliers-chanson-

© L. Garcia ; Photo Bernard ; DR

[4]


la Vie des

Tous les conseillers de notre quartier ont inauguré la nouvelle navette, qui dessert le quartier St Charles – le Phare – Larochefoucauld, le 19 novembre sur la placette SaintCharles. Michel Veunac, qui a écouté nos propositions et a œuvré pour la mise en place de cette navette attendue depuis trois ans... a tenu à être des nôtres. Nous sommes heureux de voir nos efforts récompensés et de faire la preuve que le courant passe des habitants vers la municipalité... même si cela demande temps et persévérance. Nous avons aussi le plaisir de nous voir accorder une salle pour nos permanences accessible toute l’année. Ce sera rue Pellot et nous espérons l’inaugurer lors de notre permanence du vendredi 11 janvier 2013. Nous remercions vivement le lycée André-Malraux et ses dirigeants pour nous avoir accueillis dans de très bonnes conditions pendant trois ans. Malheureusement, nous ne pouvions pas y accéder pendant les vacances scolaires, ce qui nous a obligés à demander une salle indépendante. Merci à Monsieur le Maire. Le quartier, un peu négligé cet été, doit être à nouveau remis dans un état de propreté satisfaisant pour ses habitants qui en souffrent, et pour les nombreux touristes ou stagiaires qui viennent y séjourner pour une semaine ou deux et s’étonnent.

Nous invitons nos concitoyens à venir s’exprimer lors de notre dernière permanence de l’année le vendredi 7 décembre de 17h15 à 19h15 au lycée André-Malraux, salle L1. Très heureuses Fêtes de fin d’année à tous ! contact.stcharles@orange.fr

RÉPUBLIQUE, SAINT-MARTIN, LAHOUZE, LARREPUNTE, CHELITZ Vous vous demandez peut-être : « À QUOI SERVENT LES CONSEILS DE QUARTIER ? » Voici quelques exemples de réalisations concrètes : • Propreté urbaine : installation de bornes de propreté quartier Lahouze-Brésil-Martias ; emplacement approprié de containers collectifs av. République et impasse Grammont, déplacement benne à déchets verts du Parc Mazon… • Sécurité : sensibilisation des seniors aux agressions par ruse (réunion avec Police nationale) ; réfection marquage au sol de passages piétons ; sensibilisation de la Police au respect des stationnements dangereux, « handicapés », aux véhicules ventouses, installation de panneaux d’interdiction de circulation aux 2 roues et obligation chiens tenus en laisse au Parc Mazon. • Travaux de voirie : remise à niveau de plaques d’égouts, réfection et nettoyage des avaloirs, réfection de trottoirs et chaussées… • Enfouissement des réseaux aériens : le dossier avance bien : partenariat constructif avec les services de la Ville et 3 Conseils de quartier (Braou, Milady et le nôtre). • Transports interurbains : déplacement arrêt de bus dangereux Av. Foch, rétablissement ligne 14 (av. Verdun) ; modification horaire ligne 8 pour l’interconnexion avec le bus A1 ; etc. Vos suggestions et demandes sont transmises aux services municipaux concernés. N’hésitez pas à utiliser les boîtes aux lettres et à venir nous rencontrer lors de nos permanences (4e lundi du mois) à Maria Pia de 17h à 18h30. DEVENEZ ACTEUR DE VOTRE QUARTIER ! conseils-de-quartier-biarritz.fr Courrier : Maison des Associations Mail : conseilquartier.rsmll@gmail.com

… les conseillers de notre quartier ont inauguré la nouvelle navette, qui dessert le quartier Saint-Charles… © L. Garcia

Saint-Charles, Le Phare, Larochefoucauld

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

33


l’expression des groupes politiques majoritÉ municipale, les biarrots rassemblés Une occasion manquée pour le Pays basque et pour le département

La démarche initiée par le Conseil des élus du Pays basque sur une collectivité à statut particulier a fait long feu. Associant élus et représentants de la société civile, elle s’inscrivait pourtant pleinement dans le cadre de l’acte III sur la décentralisation pour lequel le gouvernement avait demandé aux territoires français de faire preuve d’imagination et de proposer des expérimentations. Chez nous, ce travail a été mené pendant plusieurs mois. Son objectif était de chercher la meilleure efficacité des politiques publiques destinées à notre territoire confronté à des spécificités difficilement prises en compte depuis la lointaine capitale régionale. Quelles compétences auraient gagné à être gérées depuis Bayonne plutôt que depuis Pau ou Bordeaux, à partir de quelles ressources et pour quelle plus-value pour nos administrés, telle fut la démarche innovante menée par le Conseil des élus. Malheureusement ces propositions nouvelles n’auront pas survécu à un ministre de l’Intérieur hostile, faisant preuve d’une vraie méconnaissance des réalités et des attentes du Pays basque français. Certes, ce débat ne faisait pas l’unanimité et l’inquiétude d’une partition des PyrénéesAtlantiques ou celle de la création d’un échelon supplémentaire au « millefeuille français » étaient légitimes. Pour autant cette initiative avait le mérite de poser la question de l’efficience de l’action publique et du choix des meilleures structures pour la mettre en œuvre. De même, elle permettait à un grand nombre d’élus de s’interroger sur les dynamiques à mettre en place pour faire évoluer un territoire qui a beaucoup d’atouts mais également de nombreux défis à relever. Manuel Valls en a décidé autrement en mettant un terme aux discussions. Il a même indiqué qu’il ne souhaitait plus de débats sur le sujet. C’est donc une occasion manquée pour le Pays basque qui aurait pu se doter de nouveaux outils plus efficaces. Je ne suis pas sûr que nos concitoyens sortent gagnants de ce coup de force. Max Brisson, premier adjoint au maire

VERS l’éco-mobilité

La mise en service d’une nouvelle navette gratuite desservant le quartier Saint-Charles, après celle du centre-ville dont on connaît le succès, est une nouvelle démonstration de la volonté municipale d’offrir une alternative à l’usage de la voiture. La mobilité, on le sait, est devenue un sujet majeur des politiques urbaines. Toutes les villes aujourd’hui, grandes ou moyennes, cherchent à limiter la présence excessive de la voiture en encourageant la pratique d’autres modes de déplacement, plus écologiques et moins polluants : transports publics, auto partagée, vélo, marche à pied. Biarritz s’est engagée dans cette voie et la poursuivra dans les années à venir. C’est cette volonté qui anime le projet d’aménagement du plateau des Halles rénovées et celui de la Côte des Basques. Le premier, avec son parking enterré, offrira autour des Halles un espace public plus aéré, moins engorgé par la circulation des voitures ou leur stationnement en surface, ouvert à la déambulation piétonne qui est un atout pour l’activité commerciale. Quant à l’aménagement de la Côte des Basques, il s’agit d’une valorisation paysagère très respectueuse de l’identité du lieu, qui libérera de la voiture ce site remarquable dont l’accès public ne deviendra possible qu’en navette, à vélo ou à pied. Au cours des deux décennies écoulées, c’est un même effort qui a été poursuivi pour rendre aux déplacements doux et non motorisés l’espace public du littoral et celui du centre-ville. Tour à tour les parkings de surface de la Grande Plage, du parvis du Casino municipal, de la place Clemenceau et de la place Bellevue ont disparu et, dans ces mêmes lieux, la circulation automobile a été fortement limitée ou interdite. Avec le plateau piétonnier des Halles et la promenade de la Côte des Basques, qui demain se prolongera jusqu’à Milady, Ilbarritz et au-delà, c’est le même projet de favoriser l’écomobilité dans notre ville et de valoriser ses sites naturels qui est toujours à l’œuvre. Michel Veunac, adjoint au maire

Parking de la Côte des Basques : ne pas confondre débat et caricature

Le projet de parking de Beaurivage fait débat. Rien d’extraordinaire en démocratie. Par contre il serait utile que débat ne se confonde pas avec caricature. Dire que la majorité municipale voudrait détruire la Côte des basques n’a guère de sens. Nous sommes tous attachés à ce lieu. Beaucoup de Biarrots, dont moi-même, en sommes des pratiquants assidus. Ce numéro de Biarritz Magazine montre l’objectif : en faire un endroit encore plus beau, dégagé des voitures, dédié aux mobilités douces, au sport et au loisir. Aucune volonté de destruction là-dedans ! La falaise ne sera pas modifiée. À cet endroit, elle est déjà consolidée. Les travaux enlèveront la couche alluvionnaire instable située en haut de la falaise, seule susceptible de poser problème. Ils permettront de capter et drainer plus en amont les eaux de ruissellement. La falaise ne sera donc pas affaiblie. On peut trouver cet équipement surdimensionné ; mais c’est notre caractère de ville touristique qui le veut : nous approchons des 100 000 habitants l’été. Nos réseaux (eau, assainissement), nos services (ramassage des ordures ménagères) ou nos équipements (parkings) doivent être conçus en conséquence. Pour réduire la circulation et piétonniser le cœur de ville, il faut combiner parkings, navettes et circulations douces. L’expérience de villes comme La Rochelle ou Saint-Sébastien montre que les parkings à vocation touristique ou commerciale (ce sera le cas de celui des Halles) doivent être près du cœur de ville. Les parkings excentrés étant surtout adaptés aux trajets domicile-travail. Sachons raison garder : nous sommes au début d’une longue procédure. Si les études à venir montraient le moindre problème technique, nous en tiendrons compte ! De même que si le projet nécessitait des ressources municipales pour être réalisé, nous ne donnerions pas suite à la consultation et trouverions d’autres moyens de réaliser nos projets. Guy Lafite, adjoint au maire

La LGV compromise

Coup de tonnerre dans le ciel de la LGV : le Conseil d’Agglomération Côte Basque Adour, qui s’est réuni le 26 septembre, a suspendu son financement à la LGV. On sait que notre intercommunalité s’est engagée le 18 décembre 2010 à participer à hauteur de 65 M€ (valeur 2006) dont 26 millions pour la réalisation du tronçon Tours – Bordeaux, le reste allant à la ligne Bordeaux – Frontière. L’agglomération a déjà réglé les deux premiers acomptes en 2011, pour un montant de 2 457 M€ et 0.140 M€. Le troisième appel de fonds, reçu à Bayonne le 16 juillet 2012 pour 3.544 M€, n’a pas été honoré. Pourquoi un tel revirement ? L’heure est au scepticisme pour la majorité communautaire, qui contre le vote négatif de 5 conseillers (2 écologistes, 1 communiste et les 2 abertzale de Biarritz autrement) avait opté d’enthousiasme pour cette balafre du Pays basque. La crise financière et les budgets de rigueur du nouveau gouvernement ramènent aujourd’hui à plus de sagesse. La déclaration du ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, revisitant le schéma national des infrastructures et celui du ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, ont entamé les certitudes1. Bref, l’ACBA porte ainsi un coup fatal à la convention de financement et à la réalisation de la ligne ferroviaire Sud-Europe-Atlantique qui engagent pourtant l’État et 55 collectivités territoriales du Grand Sud-Ouest. Lorsqu’on sait que l’agglo a programmé par ailleurs, à juste titre, à hauteur de 140 M€ la création de lignes « Chronoplus » en site propre, on ne peut que louer ce retournement politique. Il y a heureusement une alternative à la LGV portée par les trois intercommunalités du Pays basque traversées par ce projet : la modernisation à moindre coût de l’actuelle ligne SNCF en assurant les riverains d’une isolation phonique. Faut-il aussi rappeler que la LGV passant chez nous ne doit en aucun cas relier les capitales européennes à Madrid, mais doit simplement déboucher à Hendaye sur le Y basque mettant en réseau, à la vitesse moyenne de 180 km/heure, Saint-Sébastien, Bilbao et Vitoria. Félicitonsnous de la sage décision de notre conseil communautaire. 1 « le gouvernement n’aura pas d’autre choix que d’abandonner des projets de TGV pour un gain de temps marginal ».

Maialen Etcheverry, Michel Poueyts, Jean-Michel Sorraits, Jakes Abeberry BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

35


l’expression des groupes politiques Groupe indépendant M. Arostéguy et D. Servy Des fêtes moroses

Depuis qu’elles ont quitté le jardin public il y a quelques années, les fêtes de Biarritz n’ont jamais retrouvé la convivialité qui permettaient à tous les biarrots de se retrouver dans un même espace au cœur de leur ville. Quelques spectacles de qualité, le sympathique gala des écoles de danse et des associations, une belle messe à St Martin, le déjeuner des biarrots, surtout attractif pour nos ainés, mais rien, absolument rien pour regrouper petits et grands, jeunes et séniors. Regardons ce que font les quartiers Bibi Beaurivage et St Charles. Les biarrots aiment à s’y retrouver, se croiser et des animations autour de nos traditions drainent toujours plus d’habitants. L’époque est à la sinistrose, alors nos fêtes doivent être une respiration, un partage d’instants de convivialité. Notre responsabilité d’élus n’est elle pas aussi de proposer et d’organiser des animations de qualité. Nous ne cessons de dénoncer le besoin d’améliorer les manifestations « populaires » à Biarritz. Les fêtes de Noël arrivent à grands pas. Les illuminations de « Biarritz en lumières » sont certes magnifiques, mais ne remplacent pas des animations conviviales pour les biarrots AVANT les congés de fin d’année. Nos concitoyens ont souvent l’impression que tout est fait pour les touristes et peu pour eux. Les familles biarrotes nous disent qu’elles aimeraient les week end de décembre trouver le centre ville animé et attractif pour eux et leurs enfants ou petits enfants. Nos voisines de l’agglo ont bien compris comment attirer cette population. En ces temps de crise, nous ne suggérons pas de dépenser plus pour animer la ville mais de dépenser mieux ou différemment. Une vraie réflexion s’impose. A quelques jours des fêtes de Noël et de fin d’année, nos pensées vont en priorité vers toutes les personnes qui seront seules ou dans la peine et la souffrance. Nous vous souhaitons à tous de très belles fêtes centrées sur l’essentiel : la convivialité et le partage. Au plaisir de vous retrouver en 2013. Maider AROSTEGUY www.biarritz-demain.com

GROUPE DE L’UNION DE LA DROITE ET DU CENTRE POUR BIARRITZ Patrick DESTIZON, Karine DUBOURG, Éric FOUCHER

Le chantier de la digue de Gamaritz très retardé !

Le 27 janvier dernier le conseil municipal a voté à l’unanimité la réalisation des travaux de confortement de la digue de Gamaritz pour un montant de 1 550 000 €. En effet cette digue qui protège le port des pécheurs est très endommagée et pourrait bien céder lors d’une tempête un peu plus violente que les autres avec les conséquences que l’on imagine. Le cabinet INGEROP a été chargé de réaliser une étude préalable visant à définir les travaux nécessaires 36

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

et de préparer un dossier de consultation, le cabinet GEOCIAM s’occupant de la partie environnementale. Ces deux cabinets retenus par le groupe majoritaire préconisait « de reconstituer en béton l’assise de la digue maçonnée, point faible de la structure actuelle constituée par un rocher friable, et à injecter du coulis dans le corps de digue fissurée ». Dans un premier temps nous avons été étonnés que la ville choisisse un nouvel intervenant plutôt que la société ANTEA (ex BRGM) qui intervient d’ordinaire sur ce type de dossier mais c’était là le choix du maire et de ses adjoints. Les travaux devaient commencer durant le mois de septembre. Nous sommes maintenant en décembre et il n’y a toujours rien en vue ! Interrogé par notre groupe lors du conseil municipal du 14 septembre, le maire a reconnu qu’aucune entreprise n’avait accepté de réaliser ce chantier difficile dans des conditions acceptables au prix fixé. De toute évidence le cabinet INGEROP a sous estimé très largement le montant des travaux nécessaires au confortement de la digue de Gamaritz. En attendant une prise de décision qui tarde à venir, il ne reste plus qu’à espérer que la digue résiste aux tempêtes de cet hiver ! Patrick DESTIZON

Fête de Biarritz : les forains en colère !

Depuis des lustres il est de tradition à Biarritz qu’une fête foraine s’installe pour trois semaines à l’occasion des fêtes de la Saint Martin pour la plus grande joie des enfants et des moins jeunes. Installés autrefois sur la grande plage, les forains depuis quelques années avaient pris l’habitude de prendre leurs quartiers sur le parking de l’hippodrome des fleurs. Mais cette année du fait de l’installation des Halles provisoires avenue Kennedy, cet emplacement n’était pas disponible. Or la Mairie a non seulement oublié de prévenir les forains mais a refusé dans un second temps toute solution de remplacement lorsque les forains se sont inquiétés en juin du silence de la municipalité. Ceux-ci ont alors bloqué la ville le samedi 3 novembre avec leurs camions. Suite à l’intervention du préfet et sous la menace d’un recours des forains devant le tribunal administratif pour entrave à la liberté du commerce, le groupe majoritaire a finalement autorisé après une dure négociation une implantation sur un terrain à coté de l’ancien Karting du quartier La Négresse mais seulement durant trois jours les 9, 10 et 11 novembre. Cette attitude traduit d’une part une grande désinvolture à l’égard des commerçants ambulants, profession pourtant parfaitement respectable, et d’autre part un manque évident d’intérêt pour les distractions des petits biarrots privés cette année de leurs manèges ! Patrick DESTIZON Site internet : www.udecbiarritz.fr / Mail : udecbiarritz@live.fr Permanences sur RDV : samedi matin de 10 à 12h

RASSEMBLEMENT POUR LE RENOUVEAU DE BIARRITZ Stationnement payant en vue…

Le Square BEAURIVAGE et la buvette des 100 marches, inclus dans le périmètre du futur parking, vont disparaître. Ce parking sera vide 10 mois sur douze. Qui


l’expression des groupes politiques serait assez fou pour s’y garer en payant si c’est gratuit tout autour ? Le stationnement sera donc rendu payant alentour pour rentabiliser l’opération. Ce parking, qui ne créera que 200 places supplémentaires, est justifié pour résorber un trafic de 1500 véhicules/heure. De qui se moque-t-on ? Le coût en sera très cher, avec un ascenseur pour aller à la plage et un jardin à recréer. L’investissement sera à notre charge car il est prévu des subventions de la mairie. Impossible de financer cet ouvrage non rentable par l’emprunt vu l’endettement. La mairie, même si elle jure le contraire, devra rendre payant le stationnement : rue d’Espagne, rue Harispe, av. Joffre, rue St-Jean, rue de l’Océan, rue Loustau, rue Paul Bert, av. de la République, etc... On appelle ça le périmètre de protection... du parking ! Jean-Benoît SAINT-CRICQ http://www.jbsaintcricq.fr

BIARRITZ À CŒUR ÉLUS DE LA GAUCHE UNIE LA VILLE CONDAMNEE

Les Biarrots ont été bénéficiaires d’une baisse du prix de l’eau de 18 % en 2009. Ceci était dû à mon recours auprès du tribunal de Pau, dénonçant l’illégalité des tarifs réduits que s’accordait la ville et faisait aussi bénéficier les golfs. Par jugement de ce 13/11/2012 la Cour Administrative d’Appel de Bordeaux vient de me donner raison : « Annulation du jugement du 11 oct. 2011 du TA de Pau et de la délibération du conseil municipal de Biarritz du 19 déc. 2008 en ce qu’elle décide des tarifs de l’eau pour la période du 1er janv. Au 30 sept. 2009 en ce qui concerne les tarifs accordés aux services municipaux et pour le golf. Annulation dans cette mesure de l’art 3 et de l’avenant n°15 du conseil municipal. Rejet des conclusions présentées par la commune de Biarritz et la société Lyonnaise des Eaux France.» Mon équipe et moi-même, considérions injuste que la ville accorde un prix réduit pour l’arrosage des golfs, et les services municipaux, pénalisant ainsi les autres consommateurs. Par cet arrêt, justice vient d’être rendue. Galéry Gourret-Houssein Conseiller municipal PS courriel : galery.gourret@wanadoo.fr / blog : www.biarritzacoeur.com

FRONT DE GAUCHE 11 Novembre : une Commémoration troublante

J’ai été pris d’un sentiment de malaise au moment où, devant le monument aux Morts érigé après la guerre de 1914/1918, lecture fut faite d’un message rendant hommage à tous les morts pour la France. Cette volonté, émanant d’un ex-Président qui s’est évertué à réécrire l’Histoire, aurait du être remise en cause par le nouveau. En effet tous les conflits au cours desquels, civils et militaires ont perdu la vie, n’ont pas la même portée historique et humaine ; ils ne sont pas morts pour les mêmes causes, les mêmes raisons. Ce message intègre donc les conflits pour la défense du territoire national, les guerres coloniales et les expéditions punitives d’un terrorisme international initiées par les USA.

Pour notre coin de France c’est – si nous laissons faire – le début de l’oubli pour, entre des milliers d’autres, les 953 tués, blessés ou disparus, sur 1937 (en 3 jours, la Marne) Basques, Béarnais, Landais du 249e Régiment d’Infanterie de Bayonne. Bernard Ithurbide berithur@yahoo.fr - PCF64.org

ELKARTU BIARRITZ CITOYEN SOLIDAIRE Une collectivité plus sociale et plus solidaire

L’économie sociale et solidaire (ESS) est une réponse au besoin de créer de l’activité et de l’emploi prés des bassins de vie. Les communes ou les intercommunalités ont un rôle capital dans cette dynamique. Structures créées par des chômeurs, services de proximité auprès des personnes âgées, des familles ou bien encore des personnes victimes de handicap, entreprises de la filière bio mais aussi entreprises déployant leurs activités dans les domaines culturel, sportif, médicosocial… les facettes de l’ESS sont multiples. Depuis peu les entreprises de ce secteur se lancent dans la réhabilitation de logements, dans la construction qui fait appel à des matériaux naturels, dans la production collective d’énergies douces et durables. L’ESS innove dans des activités risquées mais utiles, où d’ordinaire les capitaux privés et les banques ne pénètrent pas sans garanties très contraignantes. De plus elle a le mérite et la force de mobiliser de l’épargne locale pour financer des projets locaux. L’épargne et l’investissement solidaire local vont ainsi se développer dans une spirale vertueuse. L’ESS c’est aussi une riposte aux annonces de licenciements massifs qui nous tombent dessus quotidiennement. C’est une manière de décider localement en toute transparence dans une vraie démocratie économique. Les élus locaux peuvent donc être décisifs dans la promotion de cette nouvelle économie qui apporte emplois, qualités de vie et solidarité. L’ESS en chiffre • 2,26 millions de personnes sont employées par l’ESS pour un CA annuel de 367 milliards €. • 215 000 entreprises sont concernées et financées. • 25 milliards amenés par les collectivités publiques. • 78 % des entreprises de l’ESS sont constituées sous forme d’associations. • 1 emploi sur 5 créé aujourd’hui l’est dans le domaine de l’ESS. Le gouvernement annonce que la Banque publique d’investissement financera les entreprises de l’ESS et le ministre délégué souhaite que les emplois d’avenir leur soient « réservés en priorité ». Une loi devrait permettre une meilleure reconnaissance des acteurs de l’ESS. Gageons que sur le terrain à Biarritz, dans l’agglo et en Pays Basque nous saurons nous emparer avec réussite de cette opportunité créatrice des emplois si nécessaires. Peio Claverie et Régine Daguerre

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

37


le carnet 1

2

Félicitations à…

Cécile Martin et Philippe Nalpas, qui se sont unis le 20 octobre [1]

Bienvenue à…

Haize Veunac, née le 11 octobre [2]

Naissances…

Pour s’abonner Le magazine municipal est distribué gratuitement à travers Biarritz. Les personnes qui le désirent peuvent souscrire un abonnement à l’aide de ce coupon. Nom ..................................................................... Prénom .................................................................................... Adresse ....................................................................................................................................................................... Code postal ............................. Ville .................................................................................................................... Souscrit un abonnement d’un an (11 numéros) pour la somme de 17 €. Ci-joint : r chèque bancaire (à l’ordre du Trésor Public) r réabonnement

Biarritz magazine Service information-communication • Tél. 05 59 41 54 34 biarritz.magazine@biarritz.fr • Hôtel de Ville BP 58 • 64202 Biarritz Cedex 38

BIARRITZ magazine I DÉCEMBRE 2012 I N°223

Mariages… OCOTBRE : WITKOWSKI Stéphane et GRANADE Mirentxu NALPAS Philippe et MARTIN Cécile MONTEAU Grégoire et MERMILLOD-ANSELME Eugénie

Décès… JUIN : PARDES Yvonne (103 ans) OCTOBRE : COLET Pierre (97 ans) MENESES Thérèse (90 ans) SOUTIF Robert (86 ans) HAROTÇARENE Marceline (75 ans) LAFFONTAS Jeanne (87 ans) PRADIER Bernard (81 ans) LABETOULLE Henriette (88 ans) MONGE Marie-Jésus (87 ans) DOYEN Catherine (54 ans) GESTIN Martine (60 ans) CHAGNON André (81 ans) BONICEL Simonne (94 ans) EPHERRE-IRIART Maurice (83 ans) OSPITAL Mireille (74 ans) NOVEMBRE : COMBEAU Pierre (84 ans)

© DR

OCTOBRE : DOMERCQ Amaia ROUX Maï-Anna MORON DUCHESNE Juliette BOLLOT Axel DUPLAA Axel ROULLAND Maïa POMIERS LACHKAR Eneko MNEMONIDE Graziela COSCULLUELA Julia BAILLARDRAN Lovely CLARE Gracie-Rose VEUNAC Haize


Biarritz Magazine 223  

Biarritz Magazine 223

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you