Page 1

BIARRITZ magazine N°212 NOVEMBRE tLPUTZAILA

L’ACTUALITÉ LE PLEIN DE CULTURE ! LA VILLE DES NOUVEAUTÉS À BIARRITZ OCÉAN LE DOSSIER

RÉDUCTION DES DÉCHETS : TOUS CONCERNÉS !


sommaire

2 LA TRIBUNE Au pied du mur 5 LE ZAPPING D'OCTOBRE

L’ACTUALITÉ

6 Le plein de culture 7 Une escapade marseillaise 6

LE DOSSIER

8 Réduction des déchets : tous concernés ! 16 Garapen iraunkorra eta bereizketa

LA VILLE

18 Vie quotidienne Des nouveautés à Biarritz Océan 21 Mémoire 1932 : l’avion Ville de Biarritz relie la France à la Nouvelle Calédonie

18

22 Rencontres La solidarité en partage 24 Coup de projecteur Le musée Asiatica

BIARRITZ magazine N°212 NOVEMBRE tLPUTZAILA

L’ACTUALITÉ LE PLEIN DE CULTURE ! LA VILLE DES NOUVEAUTÉS À BIARRITZ OCÉAN LE DOSSIER

RÉDUCTION DES DÉCHETS : TOUS CONCERNÉS !

COURRIER Novembre 2011 | n° 212 Directeur de la publication Michel Veunac Directrice de la communication Claire Ripert Rédactrice en chef Anne-Marie Galé Secrétaire de rédaction Sophie Vivé Participation rédactionnelle : S. Vivé, D. Yustède, A. Rode Réalisation API® : Maquette et Photogravure Vincent Ahetz-Etcheber Impression SAI BP 90 041 64201 – Biarritz CEDEX – 05 59 43 80 30 Publicité au journal : 05 59 52 84 00 ISSN : 0998-0687 Couverture : Nicolas Mollo

Merci de nous contacter : service Communication Hôtel de Ville 64200 Biarritz Tél. 05 59 41 54 34 Fax. 05 59 41 59 61 biarritz.magazine@biarritz.fr

www.biarritz.fr

26 Novembre aux 3A, Energy's Pays Basque

L’AGENDA

28 Les fêtes de la Saint-Martin Les salons de la Halle d'Iraty 32 LA VIE DES CONSEILS DE QUARTIER 33 L’EXPRESSION DES GROUPES POLITIQUES 36 LE CARNET

NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 1

Photos : © E. Martens ; N. Mollo ; DR.

8

28

LA VIE ASSOCIATIVE


la tribune AU PIED DU MUR

© Deepix

A

lors que notre pays est menacé d’une dégradation par un organisme de notation financière, alors que l’Espagne vient de subir elle-même cette dégradation, alors que se jouent à Bruxelles la défense de l’Euro et probablement l’avenir de l’Union européenne, autour du soutien de la Grèce et des autres pays en difficulté, les « affaires » continuent à pourrir le débat politique national, au point de créer un climat délétère. Sincèrement pourtant, le temps ne devrait pas être à la polémique quotidienne, aux attaques ad hominem, aux suspicions sans preuve, aux rumeurs plus ou moins fondées. Il devrait être plutôt à la recherche d’un minimum de rassemblement national pour aider à prendre immédiatement les mesures courageuses et austères, à conduire les réformes urgentes de fond (notamment fiscales) que tous les responsables non partisans, réclament et espèrent. Pour l’essentiel, si l’on exclut les tristes histoires qui tiennent à la vie personnelle de quelques-uns à Lille, New York ou ailleurs, la question posée par les « affaires » est celle de la relation entre la politique et l’argent. C’est aussi celle du respect des libertés individuelles. Que ce soit les rétrocommissions liées à la vente d’armes au Pakistan, à l’Arabie Saoudite, en Angola ou à Taïwan, que ce soit les transferts d’argent liquide depuis l’Afrique, que ce soit les révélations sur les largesses de Mme Béttencourt, tout cela conduit à des écoutes téléphoniques illégales, à des recherches sur les sources des journalistes, à des subterfuges pour détourner l’opinion, en un mot, à de vraies atteintes à la liberté d’expression, c’est-à-dire à la démocratie. Je sais bien que ces dérives ne sont pas nouvelles, que la campagne présidentielle est par nature source de violence verbale, de campagnes de désinformation, mais ce n’est pas une raison pour ignorer la présomption d’innocence et accepter le risque d’accuser sans preuve réelle, détruire l’honneur et la réputation d’hommes innocents. L’affaire Villepin, conclue par un acquittement à l’occasion de deux jugements successifs, doit faire réfléchir : le préjudice porté à l’ancien Premier

Le temps ne devrait pas être à la polémique quotidienne, aux attaques, aux suspicions sans preuve, aux rumeurs plus ou moins fondées

2 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

ministre, pendant des années, simplement pour l’abattre politiquement, ne s’effacera pas d’un coup de chiffon, même si son fort caractère lui a permis de faire face dignement. *** Je ne m’occuperais pas particulièrement de ces « affaires », aujourd’hui, si elles ne mettaient en cause lourdement trois piliers de la démocratie en France, la police, la justice et le monde politique. La police, ou en tout cas une petite partie de celle-ci, est liée à ces affaires, car bien souvent les moyens mis en œuvre pour empêcher la divulgation d’informations par la presse (intimidation, écoutes téléphoniques, procédures) ou plus gravement, les manipulations de l’opinion, sont le fait de services qui agissent aux ordres du pouvoir, en oubliant la loi qu’ils sont pourtant chargés de faire respecter. L’inculpation de Bernard Squarcini, directeur du Renseignement intérieur en est, hélas, une preuve et l’arrestation – presque au même moment – du n° 2 de la police lyonnaise, dans un dossier de corruption et de drogue, ternissent l’image d’une Police contestée de tous côtés. La police républicaine doit être neutre, objective par rapport aux « affaires » politiques, tout comme elle doit être exemplaire dans son comportement. Elle ne l’est pas, « à la marge » il est vrai, mais cela suscite une grande perplexité chez beaucoup de citoyens qui eux sont sanctionnés sans indulgence, pour de petites erreurs. Les lourdes fautes de quelques-uns, haut placés, rejaillissent sur tout un corps. C’est inquiétant pour le rapport police-citoyens. Le cas de la justice est différent. Le parquet est aux ordres du garde des Sceaux, il n’est pas anormal qu’il agisse en conséquence. Mais quand on voit des juges d’instruction en dispute avec le parquet, quand on constate l’audition d’un procureur soupçonné de comportement partial, on ne peut manquer, là encore, d’être étonné des dysfonctionnements d’une institution clé de la République. La Cour européenne de Justice a indiqué clairement que le procureur français ne pouvait être considéré comme un juge, parce qu’il n’est pas indépendant et reçoit des instructions de la Chancellerie. Je pensais, il n’y a pas si longtemps, que l’intention du président Sarkozy de supprimer le juge d’instruction et de mettre le procureur au cœur d’une enquête impartiale, comme aux États-Unis, était intéressante, à condition toutefois que le Procureur soit totalement indépendant, comme le sont les juges. La situation actuellement contestée de la justice, les interventions des procureurs pour bloquer des procédures concernant les affaires politiques et le procès DSK à New York, m’ont définitivement convaincu que ce n’était pas une bonne idée et que le juge d’instruction reste dans notre


*** La conséquence de ces « affaires » – dont de nouvelles sont hélas attendues ou annoncées pour les semaines à venir – est un affaiblissement des institutions démocratiques. Le suffrage universel est le fondement de la démocratie, mais l’accroissement de l’abstention liée à la méfiance à l’égard des élus et l’alternance systématique majorité-opposition qui finit par confondre les deux, dans un même « système » créent une distance de plus en plus grande entre les citoyens et leur représentation élective. Les mouvements de rue se multiplient pour contester les pouvoirs en place, Internet et la télévision font savoir d’une façon démultipliée, les vraies et les fausses nouvelles, font et défont les réputations. Le pouvoir est, d’une manière générale, fragilisé, son efficacité s’en trouve réduite d’autant, car il doit se démener au milieu de polémiques incessantes et accorder trop souvent la priorité à sa propre défense, au détriment de l’essentiel. La campagne de la primaire socialiste et l’accueil de ses résultats auraient pu être l’occasion d’un débat utile sur les formes nouvelles de la participation citoyenne. Au lieu de cela, ils ont donné lieu à de tristes numéros de fantaisistes. Il me semble qu’il y a une cause principale à cette déviance de la démocratie. C’est le lien de l’argent et du pouvoir. La France a su, depuis les années 19901995, mettre en place un système de financement des campagnes électorales et des partis politiques, reposant sur des subventions importantes de l’État, une limitation stricte de la participation des entreprises et des plafonds raisonnables pour les budgets de campagne. Nous avons su conjurer, de ce point de vue, les excès incroyables des campagnes électorales américaines et les échanges de « services » entre candidats et entreprises. Mais, chez nous, le problème des « conflits d’intérêt » n’est pas réglé, qui permet à des élus d’avoir des liens privilégiés avec des entreprises, leurs dirigeants et d’obtenir tout simplement des aides financières ou logistiques interdites, qui mettent en cause l’égalité des chances. Cela est possible, parce que la morale a tendance à disparaître dans la société française et que cer-

tains se laissent convaincre d’agir, en marge de l’intérêt public, à leur profit personnel ou à celui de leur parti, de leur clan. L’affaire Servier est un exemple accablant de connivence, de complicité entre responsables politiques, haute administration et dirigeants du laboratoire qui, en définitive, aura coûté la vie à des centaines de victimes. L’affaire Woerth/Bettencourt témoigne, elle aussi, de l’absence de conscience, par rapport à l’exigence d’une séparation totale public-privé. Oui la morale est aujourd’hui absente de la vie politique, toutes tendances confondues. Et cela est perçu par l’opinion. Il n’y a plus de limite dans la violence du débat, dans l’agressivité, dans le respect de l’autre, dans l’utilisation des financements occultes. La solution à ce problème n’est pas simple, mais il faut de toute façon frapper fort ceux qui trichent et contournent la loi. Cela relève simplement d’une justice équitable pour tous. L’affaiblissement institutionnel décrit ci-dessus, est un obstacle objectif à la lutte contre la crise dramatique que traverse la France. Nous sommes au pied du mur. Le pouvoir a du mal à imposer l’effort drastique nécessaire pour rééquilibrer les comptes, parce qu’il refuse l’idée d’augmenter les impôts, alors que cela paraît inéluctable. Il ne peut mobiliser la majorité des citoyens, s’il n’accepte pas d’associer limitation des dépenses et croissance des recettes. Le rejet perceptible aujourd’hui sera difficilement surmonté dans cette période de pré-campagne électorale. Le langage de vérité n’est pas le plus populaire. Le manque de justice sociale ne peut être effacé. Les agences de notation surveillent l’évolution, du haut de leur pouvoir bien exagéré et de leur compétence limitée, si on se rappelle leur incapacité passée à prévoir les conséquences de la spéculation financière.

La morale est aujourd’hui absente de la vie politique, toutes tendances confondues

pays, malgré quelques contre-exemples célèbres et douloureux, une garantie solide d’instruction impartiale à charge et à décharge. Il faut lui faire confiance et protéger sa liberté d’action. Enfin, il y a l’image malmenée du monde politique dans son ensemble, par suite des fautes coupables de quelques-uns. Étant dans la vie publique depuis plusieurs décennies, je sais d’expérience que la quasi-totalité des élus locaux ou nationaux, sont d’une parfaite intégrité. Les comportements partisans peuvent laisser croire à de la mauvaise foi, donc quelque part à une certaine malhonnêteté. C’est évidemment un risque. Mais les élus locaux vivent sous l’œil permanent de leurs concitoyens et sont d’un dévouement, d’un engagement, d’une patience exemplaires, qui méritent reconnaissance et non doute. Quant aux parlementaires, si quelques-uns mélangent leur responsabilité politique et l’intérêt privé, la très grande majorité sont en dehors de ces « magouilles » regrettables et cela d’autant plus qu’en général, leur mandat est exercé pendant un temps limité. Il n’empêche qu’au total, un réel sentiment anti-parlementaire existe dans l’opinion, exploité et développé par les partis populistes, avec une particulière efficacité en période de crise.

*** Qui profitera de tout cela ? On verra bien. Mais il est à craindre que les partis extrémistes (à droite et à gauche) seront les premiers bénéficiaires des tensions sociales, des conséquences de la stagnation prévisible et de l’inquiétude qui frappent nos concitoyens. L’élection présidentielle est un rendez-vous capital, mais elle ne peut occulter les enjeux de fond, en se résumant à l’affrontement des candidats et de leurs équipes. L’essentiel est bien connu, à savoir la réduction des déficits budgétaires et sociaux, la stabilisation de l’endettement, la mise au pas sans concession du système bancaire et financier, la prise en charge solidaire par l’Europe des dettes des pays les plus fragiles, l’émergence d’un véritable gouvernement économique européen, la relance de la croissance par l’investissement et le desserrement du crédit. Il ne faut pas se laisser impressionner par les « affaires » même si elles appellent une remise en cause de nos mœurs politiques. Elles donnent une vision déprimante de la vie publique aujourd’hui. Mais, à mon sens, elles pèseront peu dans le choix de nos concitoyens qui attendent une vraie sortie de crise et une répartition plus équitable des richesses. Les semaines à venir seront, à cet égard, décisives. Didier Borotra, Maire de Biarritz

NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 3


le zapping d'octobre

1

2

3

1 Présidé par le sémillant Ricardo Darín, le 20e Festival Biarritz Amérique latine a accueilli 30 000 spectateurs. Palmarès : Abrazo, Las Acacias de P. Giorgelli (Arg.) / Prix du Jury, Porfirio d’A. Landes (Col.) / Interp. fém., P. Galinelli Hertzog dans El Premio de P. Markovitch (Mex.) / Interp masc, R. Aldana dans Porfirio / Prix du public, Boleto al paraiso de G. Chijona (Cub.). © Journal du Pays Basque 2 Je me souviens… Oroitzen naiz… Le symbolique spectacle de Mikel Théret a réuni sur les planches du Colisée, les trois grandes figures de la danse basque : Jean Nesprias, Koldo Zabala et Philippe Oyhamburu. © Journal du Pays Basque 3 Didier Borotra clôture le 12e Foro de Biarritz à Saint-Domingue, entouré, de gauche à droite, d’Ernesto Samper ancien président de Colombie, François Bayrou, Michel Martelly président d’Haïti, Leonel Fernández président de la République dominicaine, Abdou Diouf, secrétaire général de la Francophonie, ancien président du Sénégal et Manuel Marin, ancien ministre espagnol. © DR 4 L’intervention d’Isabelle Autissier sur le Grenelle de la Mer a été un des moments forts de la 2e édition du TEDx Basque Country au Bellevue. © DR 5 Le retour à Biarritz des vice-champions du monde : Fabien Barcella ; Imanol Harinordoquy ; Raphaël Lakafia ; Damien Traille ; Dimitri Yachvili. © Photo Bernard

4

5

NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 5


l’actualité

Faust : Angela Ghengiu alias Marguerite

LE PLEIN DE CULTURE !

L’année se termine sous le signe de la culture avec deux belles expositions et la programmation de l’un des chefs-d’œuvre de l’opéra du répertoire classique.

© Lucio Ortiz de Urbina (Bilbao, 1892-1986), Sardineras, Collection du Musée des Beaux-Arts de Bilbao

Faust : Janus Kaufmann alias Faust Les Nouveaux Explorateurs

D

u 3 décembre au 15 janvier, les cimaises du Casino municipal accueillent El mar en el arte… l’art de la mer, une exposition de plus de 90 œuvres issues du musée des Beaux-Arts de Bilbao, l’un des plus importants de la péninsule Ibérique. Quarante-cinq artistes sont représentés autour du thème de la mer, parmi lesquels : Arrue, Arteta, Baselitz, Picasso et Valdés pour ne citer qu’eux. Les peintures très variées figurent des marines, vues de ports, personnages, scènes de la vie quotidienne, natures mortes, etc. Du 26 novembre au 29 janvier, l’exposition Les Nouveaux Explorateurs prend ses quartiers 6 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

dans la crypte Sainte-Eugénie. Elle présente des artistes qui ont placé le voyage et l’exploration au cœur de leurs démarches, à la découverte des autres et de régions souvent éloignées comme l’Antarctique, l'Himalaya, l'Afghanistan… À découvrir, les œuvres de L. Cerciat, A. Colomes, E. Lhuisset, R. Long, etc. Le samedi 10 décembre, est retransmis en direct du Metropolitan Opera de New York l’un des plus grands opéras du milieu du XIXe siècle, Faust de Gounod, un florilège d’airs mondialement connus, à la faveur d’un casting extraordinaire : Jonas Kaufmann, Angela Gheorghiu et René Pape (le Boris Godounov la saison précédente).

El mar en el arte… l’art de la mer Visites guidées gratuites avec Jean-François Larralde, historien d’art, les samedi 10 décembre à 17 h / jeudi 29 décembre à 17 h / samedi 7 janvier à 17 h. Inscriptions auprès du Service des Affaires culturelles. 05 59 41 57 50. culture@biarritz.fr Casino municipal – Av. Édouard VII – Ouvert tous les jours sauf le mardi de 14h à 18h – Entrée libre Les Nouveaux Explorateurs Crypte Sainte-Eugénie - Ouvert tous les jours de 14h à 18h sauf le mardi – Entrée libre – Renseignements : 05 59 41 57 50 Faust Gare du Midi 18 h 55 Tarifs : de 20 € à 13 € (hors frais de location). Gratuit


Marie Contraires, adjointe au maire, en charge des Affaires culturelles et du Patrimoine El mar en el arte… l’art de la mer est l’illustration d’une nouvelle collaboration culturelle avec Bilbao, est-ce que cela augure d’autres partenariats de ce type ? Oui, en tout cas, nous le souhaitons. L’idée de reprendre cette exposition d’œuvres issues des collections du musée Bellas Artes et présentées au musée Maritime de Bilbao de janvier à mai 2011 est née lors de l’inauguration du Centre culturel français nouvellement implanté dans la capitale de la Biscaye : Didier Borotra et José Ignacio Azkuna ont pensé que la thématique de cette exposition La mer dans l’art, l’art de la mer collait parfaitement à la géographie et à l’actualité biarrotes, notamment avec l’inauguration du nouveau Musée de la mer et de la Cité de l’Océan. C’est donc avec plaisir que nous accueillons cette exposition avec l’intention de créer des liens pérennes avec Bilbao qu’ils soient culturels, touristiques ou économiques. Bilbao qui, vous le savez, est candidate au titre de capitale mondiale du design en 2014 s’est transformée de façon spectaculaire ces deux dernières décennies et ne serait-ce que sur le plan muséal, il n’est pas anodin que ce soit le Bellas Artes qui ait été retenu pour accueillir l’exposition d’Antonio López qui, cet été, a battu tous les records d’affluence au musée ThyssenBornemisza de Madrid !

DEPUIS BIARRITZ… UNE ESCAPADE MARSEILLAISE Air France relance la liaison Biarritz-Marseille à raison de deux vols aller-retour le week-end. L’occasion de visiter ou revisiter cette ville bouillonnante choisie comme Capitale européenne de la Culture 2013. À voir absolument, le Port d’Endoume qui surplombe sur la plage du Prophète, le palais de Longchamps, le Vieux Port. S’impose aussi un détour par NotreDame-de-la-Garde, histoire de saluer la Bonne Mère et de voir la ville d’en haut. Pour profiter des derniers rayons de soleil, il faut se rendre sur les belles plages du Prophète ou des Catalans sans oublier de prolonger la balade jusqu’aux calanques turquoises de Sormiou et Morgiou. À partir de 53 €.

Parallèlement, vous proposez un regard sur la création contemporaine avec l’exposition Les Nouveaux explorateurs, pourquoi ce choix ? Oui, il est important de se tourner vers la création et l’avenir. Arte del mar est axé sur la peinture du XIXe et du XXe siècle. Les nouveaux explorateurs sont des artistes d’aujourd’hui qui ne travaillent pas sur les mêmes supports : la crypte Sainte-Eugénie nous dévoilera « d’étranges et beaux objets » tous liés à l’idée du voyage lointain, de la découverte : des tipis-igloos colorés, des films, des cartes imaginaires géantes, un parachute… Bref, un inventaire à la Prévert bouillonnant d’idées ! On peut faire confiance à François Loustau qui connaît bien le milieu actuel de l’art et qui a su exploiter intelligemment l’architecture de la Crypte . Un mot sur la quatrième saison du Met qui débute avec Faust le 10 décembre ? Son succès ne se dément pas et, par exemple, plus de 500 personnes ont déjà acheté leur billet pour La Traviata qui sera retransmis en direct du Met dans… sept mois ! Le Faust de Gounod fait partie des opéras les plus aimés du public : qui ne connaît pas l’air de Marguerite « Je ris de me voir si belle en ce miroir » ou le chœur « Gloire immortelle de nos aïeux » ! Deux semaines avant Noël, c’est donc un beau cadeau fait aux Biarrots et à nos voisins qui, pour une somme modique – les abonnés ne payent que 14 € chaque place ! – peuvent voir et entendre dans d’excellents conditions les meilleurs chanteurs lyriques du moment : Jonas Kaufmann est la star montante des ténors et Angela Gheorgiu se produit sur les plus grandes scènes mondiales ! Et avec des artistes aussi beaux dans les rôles principaux, comment ne pas se laisser émouvoir par une telle tragédie amoureuse ?

Écho de mag >>>> La Cité de l’Océan nommée Équipement public de l’année La Cité de l’Océan a été nommée Équipement public de l’année par le 2011 Emirates Glass LEAF Awards. Le jury a apprécié « L’ensemble de cloisons simples, basses et géométriques, au service des collections permanentes et d’espaces d’expositions, prolongé par une place qui s’étire… La grande homogénéité du bâtiment avec son paysage côtier. La conception poétique, entre terre et mer, qui réconcilie le meilleur des deux… » Des arguments qui hissent la Cité de l’Océan au rang des grandes architectures mondiales. © Photos : L. Garcia, I. Palé, A. Crambes, DR.

QUESTIONS À…

NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 7


le dossier

Est un déchet, tout résidu d'un processus de production, de transformation ou d'utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l'abandon. Article L541-1 du code de l’environnement

RÉDUCTION DES DÉCHETS : TOUS CONCERNÉS ! Les résultats de la politique de réduction des déchets avec la mise en place du tri sélectif, d’équipements performants et de campagnes de sensibilisation sont encourageants. Mais beaucoup reste à faire, au regard des nombreuses incivilités qui rappellent que nombre de citoyens ne se sentent pas concernés. Haro sur les récalcitrants ! 8 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212


destine à l'abandon. Dans notre imaginaire, le terme abandon signifie disparition. Lorsque nous jetons nos ordures à la poubelle, nous nous en débarrassons physiquement. Ainsi disparaissent-elles comme par magie, sitôt que le camion des éboueurs a passé la limite de notre rue. Mais si elles se dématérialisent, c’est uniquement dans notre esprit car si nous devions les stocker, nous prendrions la vraie mesure de leur envahissement. Ce déni collectif, né de la surconsommation, occulte une réalité sans équivoque : nous croulons véritablement sous nos déchets. Nous ne savons plus où installer nos décharges, où enfouir nos ordures. Qui n’a pas vu les images terrifiantes du 7e continent, une île composée de millions de tonnes de plastiques agglutinés, à la dérive dans le Pacifique Nord et qui couvre désormais une zone grande comme six fois la France. Plus local mais tout aussi éloquent est le volume des déchets flottants repêchés durant l’été, sur la seule zone qui va de Biarritz à Hendaye : 30 m3. Le problème, c’est que le déchet vient toujours d’ailleurs. Ici les Espagnols, là-bas d’autres responsables. Ainsi, notre mauvaise foi retarde notre prise de conscience. Pourtant il est temps de se réveiller, d’agir. Et agir, c’est réduire nos propres déchets.

LA RÉDUCTION DES DÉCHETS

D

u 19 au 27 novembre 2011, la Semaine européenne de la réduction des déchets est l’occasion de lancer des actions de sensibilisation sur la réduction des déchets à travers l'Europe, en ciblant divers publics : retraités, salariés, écoliers, etc. Le concept est basé sur la prévention des déchets, c'est-à-dire avant que ces derniers ne soient produits car, et c’est une évidence, les meilleurs déchets sont ceux que l’on ne produit pas ! Il faut dire qu’avec 360 kg de déchets générés par habitant et par an (moyenne nationale)… ça déborde !

ÇA DÉBORDE ! Le code de l’environnement définit le déchet comme le résidu d'un processus de production… que son détenteur

En trente ans, on est passé du concept On jette tout ! à On trie tout ! pour arriver aujourd’hui à l’objectif On produit moins ! Réduire les déchets c’est en générer le moins possible : en consommant mieux (achat de produits en vrac, peu emballés, écolabellisés), en gaspillant moins (un Français jette en moyenne par an 20 kg d'aliments emballés et de restes), en produisant mieux (produits éco-conçus), en prolongeant la durée de vie des produits (réparation et don), et en triant. C’est en réalisant que nos déchets nous appartiennent que nous pourrons nous les réapproprier et ainsi les réduire. Il faut garder à l’esprit que le traitement des déchets coûte cher, environ 110 € la tonne (à la charge des collectivités). En 2010 sur la seule agglomération, 64 000 tonnes de déchets ont été collectées dont 37 675 d’ordures ménagères.

UN PROGRAMME LOCAL DE PRÉVENTION L’Agglomération Côte basque-Adour, compétente dans la collecte des déchets sur son territoire, mène une politique de sensibilisation et de prévention en partenariat avec le Syndicat mixte Bil Ta Garbi, en charge du transfert, du tri, du traitement et de la valorisation des déchets. Outre sa volonté d’augmenter les performances du tri, elle souhaite encourager la réduction des déchets en général comme le compostage individuel, le recyclage, la généralisation de « stop pub », la lutte contre les dépôts sauvages. Autant d’opérations qui ont abouti entre 2004 et 2010 à une réduction de 9 % de la production des déchets. NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 9


le dossier Tous les outils À DISPOSITION

E

n 1997, l’Agglomération Côte basque -Adour, alors District BAB, a initié le tri sélectif en mettant en place un outil respectueux de l’environnement, innovant et performant qui s’est optimisé au fil des années. Pour pouvoir être recyclés, les déchets doivent être triés. Leur recyclage contribue à la préservation des ressources naturelles (bois, fer, pétrole, etc.) et limite la part à incinérer. Un impératif toutefois : les déchets recyclables ne doivent pas être mélangés avec les ordures ménagères, auquel cas ils sont souillés et deviennent irrécupérables. Il s’agit donc de bien séparer ce qui est recyclable de ce qui ne l’est pas. C’est le principe du tri des déchets et de la collecte sélective. À la faveur du slogan « Trier plus fort ! », une campagne de communication accompagne les usagers dans une pratique désormais obligatoire. Conteneurs, bacs, sacs, tous les outils sont présents et adaptés pour bien trier. Chiffre encourageant : en 2010, les collectes sélectives d'emballages et de journaux ont permis de détourner 17 % des tonnages de la collecte des ordures ménagères.

des erreurs de tri. Ils assurent des interventions dans les écoles pour sensibiliser les enfants à la bonne gestion des déchets (voir Behakoa p16-17).

Le Syndicat mixte Bil Ta Garbi Composé de 200 communes du Pays Basque et du Béarn dont l’Agglomération Côte basque Adour, le syndicat est chargé depuis 2004 du traitement des déchets ménagers et assimilés de près de 240 000 habitants, de la mise en décharge des déchets ultimes ainsi que des opérations de transport, de tri ou de stockage

Sur les plages, l’été Afin d’encourager les autochtones et surtout les touristes à trier leurs déchets, des triples collecteurs sélectifs ont été installés sur les plages. Pratiques et esthétiques, ils permettent de séparer les ordures ménagères (poubelle rouge) du verre (poubelle verte) et des emballages (cartonnettes, bouteilles plastiques, canettes, etc.) dans la poubelle jaune.

Les ambassadeurs du tri Les six ambassadeurs du tri de l’agglomération (ADT) assurent la communication en porte à porte pour expliquer les consignes de tri, former aux bons gestes, informer des conséquences

Dans la collecte sélective des emballages ménagers, les bouteilles en verre ou en plastique mal vidées peuvent générer un refus de tri. De fait, le traitement de ces objets mal triés coûte beaucoup plus cher à la collectivité ! 10 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

Pour toute information concernant la collecte des déchets et la propreté urbaine, un numéro vert est à disposition : 0 800 111 899. Pour la collecte des objets encombrants, composer le : 05 59 57 00 00.

POUR RAPPEL SUR BIARRITZ Conteneurs enterrés : 75 sites comprenant 133 conteneurs dont 92 dédiés aux ordures ménagères, 16 au verre, 13 au papier, 12 aux emballages (bouteilles en plastique, cartonnettes, boîtes de conserve…). Collectés 4 fois par semaine.

- 172 sites comprenant des bacs de regroupement, 338 bacs au total sur la commune. Collectés 3 fois par semaine.

- 26 points d’apports volontaires dédiés au tri qui comptent 29 collecteurs de verre, 27 collecteurs de papier et 5 conteneurs destinés à la récupération des textiles. La déchetterie Ranquine Située rue Borde-d’André, elle est ouverte pendant la semaine de 8 h à 12 h 45 et de 13 h à 18 h et le dimanche, de 9 h à 12 h. On peut s’y délester des papiers, cartons, déchets verts, bois, huiles, piles, tout venant, gravas, etc. Elle abrite aussi un dépôt dédié aux dons destinés à Emmaüs. Tél. : 05 59 23 56 28.


La seconde vie de nos déchets Au-delà du centre de tri, les déchets sont acheminés vers des filières de recyclage où ils servent à fabriquer de nombreux objets que nous utilisons chaque jour. Les jeter revient à gaspiller des matières premières. Les bouteilles en plastique sont transformées en fibres synthétiques destinées au rembourrage des peluches ou en fil à

QUESTIONS À… Max Brisson, premier adjoint au maire, en charge des Travaux, Voirie, Bâtiments publics et Aménagements urbains. Par le biais de ses équipements et de ses actions, l’Agglomération Côte basque Adour, avec l’appui des communes qu’elle englobe, a mis en place des outils efficaces pour trier et réduire les déchets. Malgré tout, beaucoup de citoyens ne se sentent pas concernés. Comment les convaincre ? Il faut, lorsqu’on aborde ces questions, distinguer la réduction des déchets et le tri sélectif. La réduction s’effectue en amont de la collecte. C’est avant tout une question d’éducation mais aussi de société (réduction des emballages, des imprimés publicitaires…). Des opérations sont fort heureusement lancées comme la campagne d’autocollants « STOP PUB », l’utilisation du « Baso Berri », le verre échangeable aux casetas, au Big festival ou dans certains bars jeunes de la ville, la promotion de « l’eau du robinet » ou le compostage individuel. Au total en cinq ans, la production de déchets a baissé de 7 %, c’est encourageant. Le tri sélectif s’effectue lui pendant la collecte. Il est rendu possible par les équipements mis en place par la Communauté d’agglomération. La ville est donc bien quadrillée et il faut que les Biarrots fassent un plus grand effort pour trier leurs déchets. Le dossier de Biarritz magazine participe à cet effort de sensibilisation, tout comme le travail de proximité mené par notre brigade verte auprès des hôtels, des restaurants et des commerçants.

tricoter : avec trois bouteilles on fait une écharpe, avec 27, une polaire. L’acier des boîtes de conserve est utilisé dans l’industrie sidérurgique (pièces de moteur, tôles, boîtes de conserve). Les papiers et cartons sont transformés en pâte à papier pour donner du papier et des cartons neufs. L’aluminium des canettes, barquettes, aérosols est recyclé dans la fabrication de pièces de voitures. L’Agglomération et ses communes, lancent une campagne contre les dépôts sauvages et les incivilités, qu’en attendez-vous ? Là aussi la sensibilisation est essentielle. La campagne de la Communauté d’agglomération s’ajoute à l’action permanente de la brigade verte et de la police municipale. Il faut travailler en particulier en direction des hôtels qui reçoivent des populations de passage et des salariés qui travaillent dans les restaurants de notre ville, tard le soir et ne connaissent pas toujours les règles à respecter. Les villes de l’agglomération ont également harmonisé leurs dispositifs de prévention et décidé d’adresser des lettres personnalisées aux personnes indélicates qui laissent leurs sacs sur la voie publique. Ces courriers rappellent l’organisation du système de collecte, la nécessité d’utiliser les bacs et conteneurs et l’application de pénalités si un nouveau sac appartenant au même propriétaire était retrouvé sur la voie publique. En effet, en cas de récidive, l’enlèvement des deux dépôts est facturé (70 euros par opération). Cette procédure a fortement réduit les dépôts sauvages. Elle est efficace pour les particuliers mais il faut regretter le comportement de quelques professionnels qui finalement jouent contre la propreté de la ville et son image alors qu’ils en sont les premiers bénéficiaires. Nous devons les convaincre et agir également avec fermeté, car ces incivilités sont inacceptables. Tel est l’objectif de la campagne lancée par l'Agglomération qui est complémentaire avec le dispositif de pénalités mis en place par les villes.

TOUT SUR LA GESTION DES DÉCHETS DANS L'AGGLO La septième Lettre de la Communauté consacre 24 pages à la gestion des déchets. L'occasion de mieux cerner le rôle de l'Agglomération Côte basque - Adour, compétente dans la collecte des déchets, et de son partenaire le Syndicat Bil Ta Garbi, en charge du transfert, du tri et du traitement. Des portraits donneront à voir le travail au quotidien des agents de l'Agglo, des partenaires spécialisés dans les filières de recyclage. Sa sortie dans les foyers de l'Agglo (Anglet, Bayonne, Biarritz, Bidart et Boucau) est prévue à la veille de la Semaine européenne de la réduction des déchets, fixée cette année du 19 au 27 novembre. La lettre pourra être téléchargée sur le site de l'Agglo : www.agglocotebasque.fr

NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 11


Propre chez soi… ORDURE DANS LA RUE ! avertissement. Le montant s’élève à 140 € pour une récidive (soit 2 prestations d’enlèvement).

SUS AUX FUMEURS

Q

ui sont ces inciviques qui prennent la rue pour une décharge ? Malgré la diversité des services de collecte de déchets proposée et les efforts réalisés par l’Agglomération et les villes en termes de communication et d’éducation à la citoyenneté, les dépôts sauvages de déchets demeurent très fréquents aux abords des bacs et des conteneurs dédiés à la collecte. La récurrence des actes inciviques d’une petite partie de la population contraint l’agglomération et les villes à engager des moyens onéreux.

POLLUEURS PAYEURS Désormais, outre les dispositifs de prévention, des patrouilles spécifiques, constituées d’agents techniques de l’agglomération chargés du ramassage des dépôts sauvages et de policiers municipaux ou d’agents assermentés de chaque ville, quadrillent l’agglomération pour effectuer des contrôles en vue d’identifier et sanctionner les contrevenants. À Biarritz, du 4 juillet au 28 août, 344 m3 de déchets ont été abandonnés sur la voie publique. Quelques 133 personnes ont été identifiées, averties et sanctionnées par une amende de 70 € qui correspond au prix de la prestation d’enlèvement de dépôt sauvage. La facturation est effective après un premier

La lutte anti-tabac a mis les fumeurs dans la rue, or, les mégots qui représentent des centaines de tonnes ne sont pas des déchets inertes. Les associations environnementales les classent parmi les plus dangereux. Composés d’acétate de cellulose, non biodégradables, ils sont entraînés par les eaux de ruissellements jusqu’aux rivières pour finir dans l’océan. Face à ce désastre, il est urgent que les bars, cafés, s’équipent à nouveaux de cendriers extérieurs et que les fumeurs adoptent partout le cendrier de poche.

HALTE AUX DÉJECTIONS CANINES Ils sont nombreux à laisser leurs compagnons canins faire leurs besoins sur la voie publique, ou à abandonner à même le trottoir une pochette pleine de déjection au lieu de la jeter dans une poubelle publique. Qui n’a pas vu le spectacle désopilant de petits sacs tout le long des trottoirs ? Il faut savoir que l’enjeu de la lutte anti-crottes n’est pas simplement visuel mais est également sanitaire : les excréments de chien sont emportés par les eaux de pluie dans les égouts, dans les lacs, rivières, la terre, les plages… où ils se mélangent avec des bactéries, stimulant ainsi la croissance d’algues.

Bon à savoir : pour la collecte des objets encombrants (vieux canapé, réfrigérateur cassé, sommier éventré, etc.), composer le 05 59 57 00 00 pour demander le passage d’un camion spécialisé. Un rendez-vous est fixé par les services de l’Agglomération (service gratuit).

NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 13


le dossier Nos poubelles AU RÉGIME!

E

n 2009, le Syndicat mixte Bil Ta Garbi s’est engagé dans un programme local de prévention des déchets dont l’objectif principal est de réduire de 7 % la production individuelle d’ordures ménagères d’ici 2014 ; soit une baisse d’environ 5 kg par habitant et par an pendant cinq ans. Il s’appuie sur des actions de sensibilisation basées notamment sur la réappropriation du déchet : le compostage et les bonnes pratiques de jardinage, le réemploi, la réparation, la location des objets, des vêtements, la lutte contre le gaspillage notamment alimentaire.

RÉDUIRE SIMPLEMENT

14 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

Il faut savoir que 39 % du gisement des ordures ménagères peut être réduit soit près de 150 g/hab/an. Les déchets fermentescibles qui représentent 115 kg/hab/an, peuvent être recyclés en terreau par le biais du compostage. Une pratique qui se met aussi en place avec succès dans les habitats collectifs et dans les établissements publics et privés (Se procurer son composteur auprès de l'Agglo). Pour ceux qui vivent en appartement, le lombricomposteur a fait son apparition avec succès. Il est possible de freiner le gaspillage alimentaire (7 kg/hab/an) grâce à une meilleure gestion et organisation des repas. Les imprimés publicitaires qui atteignent 20 kg/hab/an, peuvent être refusés avec un stop pub collé sur sa boîte aux lettres.

COMME AUTREFOIS… Les vêtements usagers peuvent servir à d’autres, aussi avant de les jeter, faut-il songer aux associations caritatives, aux vide-greniers et autres dépôts-vente. Quoi de plus économe que le réemploi des appareils de la vie courante après réparation. Plus avantageuse encore, est la location d’une machine que l’on n’utilise pas plus de deux fois par an… Boire l’eau du robinet revient à faire l’économie de quantité de bouteilles d’eau minérale. Utiliser des serviettes de table et mouchoirs en tissu à la place de serviettes et mouchoirs en papier, des torchons et chiffons plutôt qu’un rouleau essuie-tout, des mini-éponges à démaquiller au lieu de disques en coton, enfin, un gant de toilette en guise de lingette, revient à réduire quantité de déchets. Les articles en tissu sont lavés avec le reste du linge sans susciter de lessives supplémentaires. Les couches jetables représentent à elles seules 11 % des déchets. Jusqu'à ce qu'il soit propre, un bébé en consomme plusieurs milliers soit l’équivalent d’une tonne ! Le Syndicat mixte Bil Ta Garbi étudie aujourd’hui le projet de relancer dans les crèches et maisons de retraites l’utilisation de couches lavables, à la faveur de nouveaux prototypes écologiques et de nouvelles prestations de service (logistique et lavage).

AU QUOTIDIEN - Limiter les emballages : éviter d’acheter des bouteilles d’eau et boire l’eau du robinet - Préférer les éco-recharges - Utiliser du savon plutôt que du gel douche - Produire son compost - Optimiser ses impressions : impressions recto-verso, réutiliser en brouillon le verso des pages, éviter d’imprimer ses e-mails, préférer les e-factures... - Utiliser un autocollant STOP PUB - Donner ses vêtements - Utiliser un cabas et refuser les sacs en plastique - Faire réparer ses appareils en tout genre - Acheter en vrac et à la coupe - Adopter les gestes alternatifs : yaourts, pains, pizzas, brioches, pâtes, chocolats, il existe aujourd’hui de nombreux appareils qui permettent de fabriquer certains aliments à la maison, pour toute la famille. Avec le site internet www.etvouscombien.com il est facile de calculer en 7 questions la quantité de déchets générés chaque année et découvrir les bons gestes pour réduire sans trop de contraintes le poids de ses déchets.


CONSOMMONS MIEUX ! Du 9 au 27 novembre, dans certains centres commerciaux de l’Agglomération et du territoire du Syndicat mixte Bil Ta Garbi, la Semaine européenne de la réduction des déchets, sera l’occasion pour le réseau ADT (ambassadeurs du tri) de renforcer son message sur les thématiques de la consommation responsable avec deux types d’animations. Caddies comparatifs Exposition de deux caddies en semaine et/ou journée. L’un avec des produits nécessitant peu d’emballages et

l’autre avec des produits suremballés. Au Leclerc Biarritz, du 19 au 24 novembre. Dégage l’emballage ! Une action choc au cours de laquelle les ADT inviteront les consommateurs à laisser leurs emballages superflus en sortie de caisse afin de leur permettre d’évaluer les quantités de déchets issus de ces emballages. Au CarrefourBAB2 Anglet de 10 h à 15 h, le 19 novembre. Au Leclerc Biarritz, le 24 novembre.

Les bons ÉLÈVES

À

Biarritz, collectivités, établissements publics et privés, associations caritatives, entreprises et boutiques sont à classer parmi les bons élèves pour ce qui est de leur contribution à la réduction quotidienne des déchets. La Ville, tout d’abord, mène une politique dans ce domaine. Des exemples non exhaustifs : la récupération du papier usité et la réduction du volume d'impressions dans les bureaux ; le recyclage des déchets verts pratiqué par le service des jardins, ainsi que le broyage pour la fabrication du paillage qui retarde l’enherbement des massifs.

DES EXEMPLES À SUIVRE Du fait de son manque d’accessibilité, l’hôtel Sofitel Biarritz Le Miramar Thalassa assure depuis longtemps son propre acheminement des déchets vers le quai de transfert de Bacheforès. Certifié Iso 14000, l’établissement a généralisé des habitudes de tri sélectif rigoureuses. Parmi les 210 tonnes générées chaque année, environ 20 % sont triées. Outre la suppression d’aérosols, de produits gras et toxiques, pour ne citer que ces exemples, l’hôtel participe annuellement au nettoyage de la plage Miramar avec Surfrider. À l’initiative

de Christine Labrousse, professeur de la classe 2e de 1re bac technologique, le Lycée hôtelier de Biarritz s’est doté en plus de son composteur classique (voir photo), d’un lombricomposteur pour recycler ses déchets verts. Le compost ainsi récupéré servira à l’élaboration d’un jardin de plantes aromatiques dans l’optique de l’ouverture d’un salon d’infusions. L’école Sainte-Marie a adopté le tableau et le cahier de texte numériques (voir photo), ce qui génère moins de gaspillage de papier. Le Secours catholique, la Croix Rouge et les Équipes Saint-Vincent ainsi qu'Emmaüs pratiquent le recyclage des objets, vêtements et textiles. Une démarche semblable chez les dépôts-vente biarrots : Anita, À petits pas, L’Écrin de Prune, Fring'Halles, Kiki Ritz, La mode de Léa et Mado, qui par le biais de leur commerce contribuent à moins de gaspillage. BioVrac, comme son nom l’indique, est un magasin alimentaire qui vend des produits bio et en vrac. Le Baso Berri se généralise désormais sur tous les événements festifs (festivals, concerts, casetas, etc.) assurant l’économie de tonnes de verres en plastique.

POUR EN SAVOIR PLUS : www.trierplusfort.com www.biltagarbi.fr www.reduisonsnosdechets.com NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 15


behakoa Garapen iraunkorra ETA BEREIZKETA Bestalde, publiko zabalago bat hunkitzen duten pertsona edo elkarteekin lan egiten dute. Hauen artean dira adibidez, etxebizitzetako zaindariak edo auzoetako elkarteak. Pertsona edo elkarte hauek ondotik beraien hurbileko beste jendeei mezua helaraziko bai diete, eta hola birziklapena eta bereizketaren mezua hedatuz joanen da. Bereizketaren mezua kanpotik heldu diren jende edo turistekin ere lantzen dute. Udan Miarritzen egiten diren merkatu edo gaueko merkatuetan standak instalatzen dituzte. Ekimen handietan ere, hala nola Eco-vie saloina edo Lurraman ere haur zein helduentzako informazio eta sentsibilizazio guneak izaten dituzte.

L’avenir est entre les mains de nos enfants

A

zken urte hauetan lan handia egina izan da garapen iraunkorraren alde: energia berriztagarrien promozioa, birziklapena, bereizketa… Horrek ez du kentzen oraindik ere badela bide egiteko. Denek ezagutzen ditugu bereizketaren onurak: material desberdinak berriz erabiltzea ahalbidetzen du, alegia. Jakin ere badakigu edukiontzi desberdinak badirela ekai desberdinentzat, eta bistan dena zikintegia ere hor dela. Miarritzen gainera, auzo batzuetan zikin-poltsa desberdinak badira, plastika bereizteko adibidez. Baina bereiztekotan ongi bereizi behar da. Horren berri emateko, Bil ta Garbi sindikatu mistoak, Kostalde eta Aturri hirigune elkargoan (Agglomération) langile bereziak ditu: Bereizketaren Enbaxadoreak.

BEREIZKETAREN ENBAXADOREEN EGINKIZUNAK Bereizketaren enbaxadoreek hurbileko sentsibilizazio lana egiten dute. Alde batetik atez ateko lana egiten dute. Aurtengo udan adibidez, Miarritzeko erdigunean aritu dira. Bereizten ez zuten pertsonak informatu dituzte. Azalduz bereizketaren onurak zein izaten ahal diren, epe labur eta luzean, sentsibilizazio lana eginez. Jadanik bereizten duten pertsonei aldiz ohiturak oroitarazi, edo xehetasunak eman dituzte. Horretarako besteak beste « memo-tri » txarteltxoa ematen diete. Beraien gutun ontzietan publizitaterik jaso nahi ez dutenei aldiz « stop pub » itsasgarria eskaintzen diete. 16 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

Eta geroa haurren esku baita, eskoletan ere lan egiten dute bereizketaren enbaxadoreek. Animazio pedagogikoak eskaintzen dituzte, bi hizkuntzetan, frantsesez zein euskaraz. Oro har hirugarren zikloko haurreri zuzenduriko lana egiten baldin badute ere, kolegio edo lizeoek eskatzen dutelarik bertara hurbiltzen dira sentsibilizazio lan horren egitera. Urrian adibidez sukaldaritza eskolan izan dira.


Izan atez atekoan, eskoletan edo gertakizunetako standetan, Bereizketaren Enbaxadoreen mezua beti bera da. Alde batetik zikinen ibilbidea azaltzen dute. Bereizten ez diren zikinak lurperatuak direla, eta horrek kostu ekologiko izugarria duela. Aldiz bereizten direnak bizitza berri bat izaten dutela, hola kalte ekologikoa ttipiagoa dela eta ekonomikoa ere.

Trier c’est bien ; bien trier c’est mieux

Les Ambassadeurs du Tri Les ambassadeurs du tri sont responsables du travail de sensibilisation auprès des riverains. Leur outil : le porte-à-porte. Ils sillonnent la commune avec pour objectif de dispenser conseils et gestes utiles. Mais ils travaillent aussi avec les publics relais tels que les associations de quartier, les CCAS, les gardiens d’immeubles afin qu’eux-mêmes relaient les informations auprès des citoyens. Lors de grands événements tels que Lurrama ou le salon Écovie ou lors de marchés et notamment marchés nocturnes, les ambassadeurs du tri tiennent des stands d’information et de jeux d’enfants dans le but de sensibiliser le plus grand nombre au recyclage. Et comme le futur est entre les mains de nos enfants, les ambassadeurs du tri interviennent auprès du public scolaire, avec des animations pédagogiques dispensées en français ou en basque, pour les classes du 3e cycle (CE2, CM1, CM2) ou sur demande pour les collèges et lycées. C’est dans ce contexte que les ADT ont rencontré les élèves du Lycée hôtelier de Biarritz.

Baina bereiztea ona bada, ongi bereiztea ezinbestekoa da. Ekai bakoitza bere eduki-ontzian ezarri behar da. Hau da berina berinarekin eduki-ontzi berdean, urdinean papera, eta horian botila formadun plastikak. Azken hontan plastikazko jogurta ontzi bat botatzea txarra da, momentuz ezin baita birziklatu, eta beraz kalte ekonomikoa eragiten du okerreko eduki-ontzira botatzeak. Hondakinen ibilbide desberdinak azaldu ondoren prebentzioa egiten dute.Kontsumitzeko era desberdinak azaltzen dituzte, bai eta nola egin egunerokotasunean gure zikin kopurua apaltzeko. Besteak beste jaki edo produktuak formatu handian erostea, paketatze indibidualik gabe… eta adibidez gutunontzietan publizitaterik ez onartuz. Bereizketaren Enbaxadoreek egiten duten lana hobe ezagutzeko edo beraien presentzia eta prestazioak nahi izanez gero : Infotri.aglo@biltagarbi.fr edo 05 59 44 26 15. Caroline Hua et Manuela Ducros

NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 17

Photos : © N. Mollo ; I. Palé ; Photo Bernard. Illustrations : © L. Gomez

ENBAXADOREEN MEZUA ZEIN OTE?


VIE QUOTIDIENNE

la ville

DES NOUVEAUTÉS À BIARRITZ OCÉAN

L

e musée de la Mer héberge de nouveaux pensionnaires : neuf raies et une tortue marine. Quatre raies adultes ont été intégrées dans le grand bassin. Elles pèsent environ 10 kg chacune et mesurent 90 cm de large. Surprise lors du transport : l’une des femelles raies a mis bas cinq petites raies actuellement gardées en quarantaine. Les bébés pèsent 300 grammes et mesurent 20 cm de large. Une tortue verte est arrivée au musée, après avoir séjourné dans les aquariums d’Arcachon et de La Rochelle. L’animal s’était échoué en février 1998. Elle pèse 20 kg et mesure 50 cm. Comme toutes les tortues marines, la tortue verte est classée en annexe 1 de la convention de Washington. C'està-dire que c’est une espèce strictement protégée et qu’il faut avoir les autorisations nécessaires afin de pouvoir la présenter au public. Le spécimen accueilli à Biarritz fait apparaître un important retard de croissance, ce qui ne permet pas de la relâcher dans le milieu naturel. Animations : L’aquarium de Biarritz a pour projet de généraliser les animations grand public, comme lors de la Semaine européenne des requins, où le repas des requins a été accompagné d’un commentaire scientifique. La Cité de l’Océan organise des ateliers pour les enfants durant les vacances et reçoit quotidiennement la visite de nombreux lycéens. En marge de la scénographie, est projeté un film de surf réalisé par Quiksilver. À voir aussi l’exposition temporaire L'océan, le climat et nous qui évoque les migrations climatiques, montée des eaux, acidification... autant d’impacts qui pèseront sur nos modes de vie [www.citedelocean.com].

DESSINE-MOI L’OCÉAN Le musée organise un concours de dessins ouvert aux enfants de 4 à 12 ans autour du thème : « Si l’eau de Biarritz devenait chaude, quels poissons y trouverais-tu ? » Dimensions du dessin : A4. Dépôt des dessins : Musée de la Mer ou par voie postale avant le 23 novembre au plus tard. Nom, prénom, âge et numéro de téléphone au dos du dessin. Les dessins sélectionnés seront exposés au musée de la Mer pendant tout le mois de décembre.

18 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212


UN PAVILLON D’INFORMATION SUR LE FUTUR QUARTIER KLÉBER

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITÉ DE L’EAU Suite au conseil municipal du 7 octobre 2011, le rapport annuel sur le prix et la qualité de l’eau potable est mis à disposition des administrés à la Direction générale des services – 1er étage de la Mairie de Biarritz, jusqu’au 30 novembre.

SACS POUBELLE Les agents de l’Agglomération Côte basque-Adour ont entrepris la tournée de distribution des dotations des sacs-poubelles 2011/2012 au domicile des usagers de la Ville de Biarritz. En cas d’absence du domicile, lors de cette distribution, un avis de passage sera laissé dans la boîte aux lettres des bénéficiaires. Munis de cet avis de passage, les usagers peuvent se présenter du lundi au vendredi de 8 h30 à 12 h, durant un an à compter de la date de cette notification, à la Maison des Associations – Place des Résistants 2/4 rue Darrichon à Biarritz, afin de retirer leur dotation annuelle de sacs-poubelles. Un permanence de distribution se tient tous les samedis matin de 9 h à 12 h jusqu’au 14 janvier 2012 inclus. Rens. : 05 59 41 39 93 / maison.associations@biarritz.fr

Construire du logement locatif est une priorité qui a conduit la Ville à engager la création d’un nouveau quartier d’habitation qui permettra d’aborder une première réponse à l’attente de la population. Proche du centre-ville, quatre hectares seront donc aménagés à la faveur d’un urbanisme privilégiant une vie sociale : plus de 400 logements (locatifs, sociaux et en accession à la propriété), des équipements publics, des commerces, bureaux, services dont un pôle médical, restauration seront organisés autour de places et jardins. Depuis la mi-septembre, la Ville de Biarritz a ouvert un pavillon d’information pour permettre au public d’avoir une vision globale et une information générale sur le projet : maquette, panneaux, films, etc. Cette exposition évoluera au fur et à mesure de l’avancement des décisions et réalisations comme les choix architecturaux des différentes constructions (maquettes, infographies, etc.). Ouvert au public : les lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 9 h 30 à 12 h et de 14 h à 17 h 30. Renseignements : 05 59 41 59 41

L’EUSKARA À BIARRITZ http://euskara-biarritz.eu/eusbia/ est le nouveau site mis en ligne par le Bureau de la Langue basque. Dédié à l’euskara à Biarritz, il propose : l’information de la Ville en euskara ; les actions en faveur de l’euskara ; des outils pédagogiques et pratiques en téléchargement ; un agenda ; des liens. Grâce à une double interface (français-euskara), l’internaute peut choisir sa langue. Une newsletter mensuelle ainsi qu’une page Facebook le tiennent régulièrement informé. Zer Diozu Le 14e Bulletin de l’euskara (novembre/décembre) est dans les Kiosques. Zer Diozu est l’outil de tous ; pour y faire paraître une information, écrire à : euskara@biarritz.fr.


la ville DANS LES ÉCOLES

DANS LA VILLE

DES ÉLÈVES DE PLAN COUSUT À L’ÉCOLE DU REPTOU

CONCOURS DES MAISONS FLEURIES

Depuis la rentrée, l’école élémentaire du Reptou accueille une classe de l’Institut médico-éducatif (IME) Plan Cousut, accompagnée par son instituteur. Un grand pas en avant pour les élèves de Plan Cousut et une belle leçon de civisme et de tolérance pour les élèves du Reptou. Entretien avec Jean-Pierre Lemoine, directeur de l’IME Plan Cousut.

La Ville de Biarritz organise sous la houlette d’Anne-Marie Dubecq, adjoint délégué à l’Environnement, au Développement durable et aux Jardins, le Concours des Maisons fleuries. Grâce à une volonté basée sur un esprit citoyen, il récompense les Biarrots qui embellissent la cité en fleurissant maisons et jardins, balcons et fenêtres, façades et cours ainsi que les hôtels restaurants et commerces. Constitué d’un groupe de 8 bénévoles et divisé en quatre secteurs géographiques, le Comité des Maisons Fleuries a, cette année encore, sillonné durant tout l’été les rues de la ville, afin de photographier le fleurissement de sites privés répartis en quatre catégories : Maisons avec jardin ; Façades et cours (collectif) ; Fenêtres et balcons ; Hôtels-restaurants et commerces. Il a attribué les notes permettant de désigner les lauréats du concours 2011, parmi les 180 participants. Tous les inscrits seront récompensés lors de la remise des prix (diplôme/lot). Les lauréats du Concours seront invités à recevoir leur récompense dans les salons de l’hôtel de ville de la Mairie de Biarritz, le 17 novembre à 18 h 30. Une expérience comme celle-là a-t-elle déjà été menée ? Oui avec des enfants plus grands en partenariat avec le collège Fal. Cette classe fait maintenant partie intégrante de Fal : ce n’est plus une classe délocalisée de l’IME Plan Cousut. Pourquoi des enfants de plus de 9 ans ? Les enfants plus petits ont besoin d’être très encadrés et risquent d’être perdus. Comment se passe la semaine d’un élève à Plan Cousut ? Avant son arrivée à l’IME, l’enfant a souvent connu un cursus scolaire au cours duquel il a été en échec. Si l’enfant est en capacité, il va être placé dans une classe de même tranche d’âge, mais de niveaux très différents (classes de 1 à 4). Des soins sont donnés aux enfants au cours de la journée, ils reviennent ensuite dans la classe. Le mercredi, un éducateur spécialisé s’occupe d’eux. 20 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

MISS CÔTE BASQUE Marine Laurend, âgée de 19 ans, étudiante en BTS économie sociale et familiale aura l'honneur de représenter le Pays Basque à l'élection de Miss Nationale 2012 qui se déroulera le 4 décembre 2011 à Divonne-les-Bains en présence de Madame Geneviève de Fontenay et Miss Nationale et sera retransmis sur BFM TV. Retrouvez-la sur sa page Facebook.


MÉMOIRES

1932 : L’AVION VILLE DE BIARRITZ RELIE LA FRANCE À LA NOUVELLE CALÉDONIE Il y a près de 80 ans, le premier raid Paris Nouméa effectué sur le « Biarritz » est un exploit aéronautique retentissant.

L

a traversée de l’Atlantique par Charles Lindbergh en 1927 sur le Spirit of Saint-Louis a marqué l’histoire de l’aéronautique. À l’époque, cet exploit, qui avait été rendu possible grâce à la générosité des habitants de la Ville de Saint-Louis (USA) galvanise les foules… et donne des idées à des Biarrots. Il est vrai que Biarritz et la Côte Basque ont déjà un riche passé aéronotique puisque, dès 1910, avait été inauguré par Edouard VII et Louis Blériot le terrain « Biarritz Aviation » situé le long de la Nive. Les Biarrots créent alors un comité chargé de réunir des fonds pour un vol France-Amérique. Mais renouveler l’exploit de Lindbergh dans le sens Europe-Amérique nécessite un grand appareil et une partie de l’argent collecté sert à renflouer l’ingénieur aéronautique René Couzinet. Ce dernier a entre autres construit le Couzinet 10 Arc en Ciel dont le 1er vol a eu lieu le 7 mai 1928. Grace aux dons importants des Biarrots, il peut ainsi construire le Couzinet 33 Biarritz, un petit trimoteur quadriplace destiné au transport du courrier. L’avion est baptisé à Parme par Monseigneur Gieure le 13 février 1932. La marraine est Madame Boulant, dont le mari vient de disparaitre. Charles de VerneilhPuyrazeau à qui sont confiées les commandes du Biarritz pour le raid Paris-Nouméa est accompagné du Capitaine Max Devé, le navigateur, et du mécanicien Emile Munch. Pionnier des lignes africaines à leur naissance, Charles de Verneilh est membre de l’Aéroclub basque . Il a com-

mandé une escadrille pendant la 1ère guerre mondiale. Après les hostilités, il est pilote de ligne à l’Aérospatiale puis entreprend de grands raids. Il a notamment fait le tour de la Méditerranée occidentale avec Max Devé. Le départ pour le raid Paris-Nouméa a lieu le 6 mars 1932. Les 22 000 kilomètres seront parcourus en 16 étapes soit 133 heures de vol. Les escales sont nombreuses : Istres – Tripoli – Le Caire – Bassorah – Karachi – Allarabia – Calcutta – Maulmein – Alorstar– Batavia – Bima – Koepang – Port Darwin – Longreach – Brisbane. La dernière étape, Brisbane-Nouméa, le 5 avril 1932, est la plus périlleuse : 1 700 kilomètres de vol au-dessus de l’océan sans un rocher, sous la pluie et dans les remous. À l’œil nu, l’équipage croit apercevoir quelques requins en dessous. Après plus de 7 h 30 de vol et alors que l’essence diminue dans les réservoirs, les côtes de la Nouvelle Calédonie apparaissent. L’arrivée à Nouméa est fantastique et la nouvelle de cet exploit fait la une des journaux. Seule une partie du Couzinet 33 Biarritz sera renvoyé vers la France. Avec les éléments récupérés, est construit le Couzinet Biarritz n°2. L’avion réalisera ensuite un vol direct Alger-Paris. L’année suivante, le 31 octobre 1933 l’avion le Biarritz et son équipage connaissent une fin tragique. Charles de Verneilh qui revenait du Maroc et de Tunisie avec le mécanicien Le Bas et le radiotélégraphiste Goulmy, surpris par une tempête, avait dû atterrir à Dijon. Deux jours plus tard, les trois aviateurs décident de repartir pour Villacoublay. Après deux heures de vol, l’avion s’écrase à Blaisy-Bas. Il a sans doute perdu sa route dans le brouillard. Charles de Verneilh-Puyrazeau est âgé de 38 ans. En 1934, le Président de l’Aéro Club basque, Jean de Croisoeuilh, ancien pilote de guerre 19141918, ouvre une souscription afin de faire un mémorial pour Charles de Verneilh. Le sculpteur Ernest Gabard réalise une plaque de bronze montrant Charles de Verneilh et l’avion le Biarritz. La plaque est inaugurée à Parme le 23 juin 1935 en présence du Ministre de l’Air le Général Denain, de Suzanne de Verneilh et de son fils Pierre. Documents aimablement transmis par Christophe Lafouresse et Réginald Jouhaud. NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 21


la ville RENCONTRES

LA SOLIDARITÉ EN PARTAGE

En ces temps de crise, l’entraide et l’action sociale sont plus que jamais d’actualité. À Biarritz, bénévoles et professionnels unissent leurs forces pour agir au mieux au quotidien. Anne-Marie Duchesne, présidente des équipes Saint-Vincent

Sa retraite à Biarritz, Anne-Marie Duchesne ne la voulait pas oisive. Elle souhaitait faire quelque chose pour les autres et lorsqu’elle a vu une affichette pour les Équipes Saint-Vincent, elle a pris contact et tout s’est ensuite passé très vite. Après un accueil chaleureux des équipières, ces dernières lui ont proposé d’en faire leur présidente, ses fréquents aller-retours à Paris permettant ainsi de faire le lien avec les instances nationales de la Fédération elle a été officiellement élue en 2009. Héritières des Dames de la Charité – première fondation de Saint-Vincent-de-Paul, les équipes Saint-Vincent regroupent des femmes, chrétiennes, bénévoles qui travaillent en équipe pour accompagner des personnes en situation d’isolement ou de précarité. À Biarritz, elles accueillent et écoutent les plus démunis en les aidant, en partenariat avec le CCAS et la Direction de la solidarité départementale pour qu’ils puissent s’insérer, s’assumer, trouver un stage, un emploi… En accord avec l’épicerie Elgarri, elles distribuent également des bons alimentaires aux personnes en situation de précarité due au chômage, à la maladie et apportent une aide financière à des jeunes femmes avec enfants, sans ressource. Le soutien aux personnes âgées est aussi une part importante de leur activité avec la distribution de colis alimentaires sous forme de bons à des personnes âgées seules disposant de très faibles revenus – un effort particulier est fait à l’occasion des fêtes, mais aussi des visites régulières en maisons de retraite. Autant de missions qu’Anne-Marie Duchesne et les autres équipières SaintVincent s’emploient à remplir au mieux quotidiennement. Un objectif pour elles aujourd’hui : rajeunir les équipes afin de pérenniser leur action. Avis aux amatrices… Permanence à Saint-Joseph, le 3e jeudi du mois de 10 h a 12 h. 22 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

Dominique Bazinet, responsable de la boutique hommes au Secours catholique Également retraitée, Dominique Bazinet, pourtant grand-mère de 8 petits-enfants, avait encore du temps et surtout envie de se consacrer aux autres. Aussi, lorsqu’une amie lui a proposé de la rejoindre au Secours catholique de Biarritz, elle a tout de suite accepté, forte de son expérience d’hospitalière à Lourdes. Une façon pour elle de partager des moments avec d’autres personnes « plutôt que de rester à la maison à broyer du noir ». Au sein de l’antenne Saint-Martin du Secours catholique elle s’emploie à plusieurs activités : le tri du linge représente une part importante du travail des bénévoles. Un conteneur plein arrive chaque mardi et chaque vendredi ; il est réparti entre le recyclage, l’association FIL, et une grande partie est conservée pour le vestiaire et la braderie qui a lieu 2 fois par an, à l’automne (le 5 novembre dernier) et au printemps (le 12 mai prochain) à Saint-Joseph. Le vestiaire, quant à lui, est ouvert deux fois par mois et permet de venir s’habiller à très petits prix. Le mardi après-midi est consacré à l’accueil ; Dominique Bazinet et les autres bénévoles apportent aide et écoute à ceux qui en ont besoin. Ils reçoivent beaucoup de mères isolées, de personnes avec de très petites retraites... Le Secours catholique leur procure un soutien moral mais aussi financier. En tant que membre de la commission des aides, Dominique Bazinet est justement en lien régulier avec l’antenne de Bayonne pour étudier les dossiers nécessitant une aide d’un montant supérieur à 80 €. Autant d’actions menées par le Secours catholique de Biarritz fidèle à sa devise de « faire rayonner la charité chrétienne par la mise en œuvre d’une solidarité concrète entre tous.»

Accueil à l’antenne Saint-Martin, 2, allée chanoine Manterola, tous les mardis de 14h30 à 16h30.


Stéphanie Escandell, responsable de Zuekin

Stéphanie Escandell, à droite, aux côtés de Marie-Jo Dufourcq, trésorière d’Elgarri

Assistante sociale, Stéphanie Escandell, entourée d’une secrétaire, d’un agent d’entretien et d’une douzaine de bénévoles, gère le point accueil jour Zuekin. C’est un lieu d’écoute, d’accueil, qui s’adresse à toute personne en situation de précarité, sans notion de résidence, dans le but de favoriser l’accès à l’hygiène et la santé. Outre l’espace accueil où les personnes peuvent prendre une boisson chaude ou froide et une soupe gratuitement, le centre propose, pour des sommes modiques, des prestations de machines à laver et sèche-linges, un accès aux douches et des permanences de coiffure 2 fois par mois assurées par des coiffeuses bénévoles. Stéphanie Escandell et son équipe travaillent également avec des partenaires extérieurs professionnels qui interviennent régulièrement : une éducatrice spécialisée du centre de soins Bizia de Bayonne, des infirmières du bilan de Santé de la CPAM et de l’équipe mobile d’aAccès aux soins psychologiques. L’objectif est d’orienter les personnes qui fréquentent Zuekin vers un bilan de santé, de les aider à rencontrer un médecin. Ce sont principalement des hommes isolés, de plus en plus de jeunes, quelques retraités, parfois locataires mais souvent sans domicile fixe, en voie d’exclusion, de marginalisation, qui fréquentent les hébergements d’urgence. Au sein de la structure, en tant qu’assistante sociale, Stéphanie Escadell réalise un important travail d’accueil d’écoute. Elle vérifie aussi leurs droits, fait une évaluation sociale pour repérer leurs problèmes et les oriente vers les partenaires adéquat, parmi lesquels le CCAS, la Maison de la Solidarité départementale ou encore la permanence d’accès aux soins (PASS), rattachée à l’hôpital de Bayonne. Elle reconnaît aussi l’importance capitale des bénévoles qui effectuent un travail exceptionnel et de plus en plus professionnel, aguerris par des formations régulières (aux premiers secours, à l’addictologie, à l’écoute…). Zuekin. 14, avenue de la République. Ouvert du lundi au vendredi de 14h à 17h

Marie Gueguen, responsable de l’épicerie sociale Conseillère en économie sociale et familiale, Marie Gueguen est la nouvelle responsable de l’épicerie sociale. C’est elle qui reçoit les usagers biarrots de l’épicerie, pour évaluer ensemble la durée éventuelle d’inscription, faire un point sur leur budget en leur donnant des conseils pour le diminuer et leur présenter le fonctionnement de la structure. À l’épicerie sociale, on ne trouve que des produits de première nécessité afin que les clients puissent aussi aller s’approvisionner à l’extérieur. Les courses se font de façon tout à fait normale, avec les bénévoles qui sont là pour accueillir le public, les accompagner, être à leur écoute et bien souvent, leur apporter aussi des conseils culinaires ! Les personnes paient leurs achats, même si c’est à moindre coût : 20 % de moins que le prix d’achat déjà faible accordé par les différents fournisseurs. L’association a cette volonté de ne pas faire d’assistanat à long terme et souhaite avant tout que les clients se sentent comme tout le monde. « L’épicerie sociale ne doit être qu’un passage ». Beaucoup d’entre eux sont des personnes victimes d’accidents de parcours : maladie, perte d’emploi ; des familles et de plus en plus de personnes âgées dont les loyers augmentent alors que leurs retraites restent très faibles. Toutes ont été préalablement orientées par des travailleurs sociaux de la Ville avec qui Marie Gueguen travaille en étroite collaboration comme avec ses autres partenaires (Croix-Rouge, CPAM…).

Aidée de ses deux collègues et 34 bénévoles sans qui cela ne pourrait pas fonctionner, la jeune responsable souhaite à l’avenir faire de l’épicerie sociale un véritable lieu citoyen, en développant de nouvelles actions comme celle menée avec Bil ta Garbi pour la sensibilisation au tri des déchets. L’Association ELGARRI (association loi de 1901) a été créée à Biarritz en 1999, à l’initiative et avec l’appui de la Municipalité. Elle gère deux actions : l’épicerie sociale ouverte en octobre 1999 et le point accueil jour Zuekin qui a rejoint l’association en 2006.

NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 23


la ville COUP DE PROJECTEUR

LE MUSÉE ASIATICA Le musée Asiatica qui a ouvert ses portes il y a douze ans, présente l’une des plus grandes collections au monde, liée aux arts et à la culture de l’Inde, du Tibet et de la Chine. Entretien avec Michel Postel son fondateur. dans une boutique de Londres mais surtout la connaissance de l’art et de l’iconographie indienne sur douze siècles. Il faut aussi être à l’avant-garde de la recherche. Pour cela, il faut connaître les travaux des spécialistes et aller plus loin qu’eux, avec des recherches de terrain et des campagnes annuelles. Ce fut le cas de notre équipe en Himachal Pradesh, ensuite au Bastar et actuellement sur un site du Rajasthan.

Comment la collection du musée Asiatica s’est-elle constituée ? Il faut dire que ce fut une entreprise de longue durée qui a demandé des connaissances, de la passion et de la persévérance. La connaissance de l’histoire de l’art, des mythologies, des religions et de l’iconographie est la base. Ces connaissances peuvent être livresques au début, mais il faut ensuite travailler sur le terrain, c'est-à-dire connaître les monuments anciens, faire des comparaisons et comprendre l’évolution des styles. De quelle façon la conservatrice Xintian Zhu a-t-elle contribué à l’élaboration du musée ? Voici l’exemple de notre conservatrice, Mme Xintian Zhu, qui a obtenu un doctorat de la Sorbonne en 1998 en histoire de l’art en Inde, avec félicitations du jury. Elle avait choisi un sujet pointu jamais traité : les protecteurs des temples (les vyala), leur iconographie, et leur symbolisme. Elle a dû visiter une cinquantaine de sites importants, faire les relevés d’emplacements, photographier l’iconographie, replacer les monuments dans leur contexte historique et comprendre le symbolisme des animaux fantastiques et leur évolution. Six ans de travail sur les temples de l’Inde entière, et neuf cents pages de thèse. La récompense : découverte de deux vyala négligés 24 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

Une bonne connaissance du marché et des professionnels de l’art sont-ils nécessaires ? Il faut aussi avoir visité les musées du monde entier pour connaître leurs collections et discuter avec les conservateurs, les amateurs, les collectionneurs et les antiquaires. Finalement, pour progresser, il faut travailler en équipe pour échanger des idées et se réorienter constamment. Donc beaucoup de patience et de persévérance. La collection va se construire simultanément, un peu d’elle-même : les chercheurs échangent des informations, les amateurs et les collectionneurs signalent des pièces, les conservateurs de musée donnent des conseils et des informations précieuses, les antiquaires se manifestent… au cours des décades ! Enfin, il ne faut pas manquer la pièce rare, même si elle demande un sacrifice financier. Elle va trouver sa place exacte, là où elle manquait dans la collection. Le musée Asiatica est fier d’avoir en son sein des sculptures provenant de Bodh Gaya, là où le Bouddha a atteint l’illumination.


Le musée Asiatica est conçu de manière pédagogique pour que les adultes et les adolescents puissent connaître les cultures, les arts de l’Asie, et leurs religions, à travers des œuvres remarquables. La visite est organisée chronologiquement et par thème avec des tables triangulaires dans chaque zone qui permettent de consulter des fiches relatives aux sujets de la section, des catalogues avec photographies des pièces proches, et des livres qui permettent d’entrer plus profondément dans le sujet traité. C’est le seul musée d’art asiatique en Europe qui a adopté ce concept. Chaque visiteur reçoit un guide écrit de 30 pages dans l’ordre de la visite. Mille pièces sont exposées, les principales sont commentées. On peut également se munir d’un audio-guide. La grande salle de l’Inde commence par l’âge de bronze et les déesses-mères. On peut y voir des formes humaines en bronze qui étaient sans doute des symboles de sacrifice à l’âge préhistorique. On ne les rencontre que dans la vallée du Gange. Une déesse-mère date de 6000 ans et d’autres, énigmatiques, du premier millénaire. Les Grecs et les Romains sont venus dès le Ier siècle en Inde pour sculpter des images du Bouddha pour la première fois, qui sont exposées dans la section gréco-bouddhique. Leurs œuvres sont extraordi-

naires de sensibilité et de profondeur. Puis commencent les chefs-d’œuvre de la sculpture indienne qui illustrent les grandes figures de la mythologie hindoue : les aspects divers de Shiva et les avatars de Vishnu. Leur symbolisme est expliqué pour replacer chaque œuvre dans son contexte bouddhique, hindou ou jaina. Les styles des provinces de l’Inde, comme l’Orissa et le Tamil Nadou, sont particulièrement illustrés. Au fond de la grande salle, le visiteur est invité à se recueillir devant l’entrée et le sanctum d’un temple de Shiva, reconstitué soigneusement. Dans la grande salle du rez-de-chaussée, la section du Tibet est très riche en objets provenant des monastères tibétains aujourd’hui en ruines. Certaines images sont effrayantes car relatives au tantrisme lamaïque. La section chinoise, présente une collection de jades unique en Europe et de belles céramiques. La section du Népal offre des chefs-d’œuvre en bronze doré qui n’existent dans aucun autre musée. Les masques extraordinaires de l’Himalaya renvoient aux hautes vallées reculées du Cachemire et de l’Himachal Pradesh. Plus loin, on peut admirer la collection de miniatures, puis les bijoux de différentes parties de l’Inde et des textiles. Enfin les arts premiers sont représentés par des ensembles uniques d’art tribal : les fameuses parures des chasseurs de tête de l’Assam, et les bronzes rustiques des plateaux du Bastar.

Photos : © L. Garcia, E. Martens, I. Palé, Photo Bernard, DR

VISITE GUIDÉE

Plus de 1000 pièces dont 100 chefs-d'œuvre

NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 25


la vie associative NOVEMBRE AUX 3A PAYS BASQUE KAPAP DÉFENSE Propose de découvrir les gestes simples qui peuvent vous sauver en cas d’agression dans la rue. Il s’agit d’une activité accessible à tout âge (dès 16 ans). Pas de technique, ni de grade, pas de règle, ni de maître, pas d’équipement, ni de tenue spéciale… seulement des exercices pour développer instinct et précision. Deux cours par semaine : le mardi de 20 h 15 à 21 h 45 et le jeudi 20 h 30 à 22 h. Un premier cours d’essai est offert. AEL, 8 rue Jean-Bart. Rens. : 06 07 59 30 37

L’ORBCB RECRUTE Les chœurs de l’Orchestre Régional Bayonne Côte Basque, le chœur mixte et l’ensemble vocal, recrutent des choristes hommes, ténors et basses. Créés en 1997 au sein du Conservatoire Ravel, ils axent leur travail sur une recherche d’homogénéité de timbres, de couleurs, au service d’une expression artistique exigeante. Le chœur mixte se produit régulièrement dans la saison de l’orchestre. Répétitions le jeudi de 19 h à 21 h. L’ensemble vocal est une formation de dimension réduite réservée aux choristes qui souhaitent s’impliquer encore d’avantage dans une activité chorale de haut niveau. Répétitions le lundi de 19 h à 21 h. Rens. : [acorb.net] [orbcb.fr] et 05 59 74 59 62

Le 7 Loto Autour du thé à 15 h ; le 9 Balade verte à 10 h ; le 13 Déjeuner des Biarrots à 12 h à Aguilera, animation Gérard Luc, 20 € ; le 14 Concours de belote à 13 h 45 ; le 16 Balade Verte, à 10 h ; le 17 Atelier cuisine, suivi du déjeuner, 14 € pour les adhérents, 17 € pour les invités ; le 23 Balade verte à 10 h ; le 25 Défilé de la Sainte-Catherine suivi d’un goûter à 15 h ; le 28 Sortie bowling à 13 h 30 ; le 30 Balade verte à 10 h. Pour les balades vertes, inscription une semaine avant. Rens. : 05 59 24 15 39 [biarritz.fr]

Les femmes qui élèvent seules leurs enfants sont plus d’un million et demi. Souvent en grande difficulté, il y a des moments comme à Noël où leur solitude

BARRE À TERRE ET PILATES

devient insupportable. Pour elles, la Fondation de France soutient plus de 150 réveillons partout en France, entre le 17 décembre et le 2 janvier. Deux gestes simples pour financer les Réveillons de la Solidarité, faire un

MODERN’ JAZZ CÉLINE MORETTI Le Modern’ jazz concerne un large public, de l’éveil au cours avancés, permettant aux danseurs d’approfondir leurs expériences. Des cours de danse adultes, barre à terre et danse théâtre, ouverts à tous sont également proposés. Ces ateliers laissent une place de choix à la liberté d’expression. 55, Av. Maréchal Juin. Rens. : [danse-cmoretti.com] et 06 63 79 56 53

LES RÉVEILLONS DE LA SOLIDARITÉ

don : soit par chèque, à l’ordre de Fondation de France Réveillons de la Solidarité, adressé à Fondation de France 40 avenue Hoche, 75008 Paris ; soit en ligne [fondationdefrance.org] (don sécurisé) ; acheter le Pour se détendre, s’étirer et se muscler en douceur, Valérie Balmayer dispense des cours de barre à terre et de pilates pour tous niveaux. Cours collectifs et particuliers. 06 31 59 46 75 / pilatesbiarritz.com

26 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

Coffret de la Solidarité sur le site [fondationdefrance.org.] à partir du 15 novembre.


BIEN-ÊTRE AVEC ZENTZU MARIA PIA

ENERGY’S PAYS BASQUE

Le centre social organise le 19 novembre un méchoui animé à l’Atabal : à 16 h jeux basques avec Gaia, à 19 h apéritif et méchoui. Il recherche des artistes amateurs pour animer des soirées cabaret à l’Atabal, tels que des présentateurs, chanteurs, danseurs, compagnies de théâtre, magiciens, humoristes. Rens. : 05 59 43 90 78 et 06 71 56 04 81

Le 20 novembre, diverses animations au centre social du Braou à partir de 10 h 30 : une exposition de voitures anciennes de collection, une initiation de tir à l’arc avec les Archers de la Humade, à 11 h : mutxikos, à 12 h : chants basques et disco-sono, à 13 h : méchoui (24 €), à 15 h 30 : après-midi dansant ouvert à tous, à 16 h : démonstration de danse country. Rens. 05 59 23 50 14 06 82 02 51 98 et [nrjpb.com]

SKI CLUB BASQUE

KUNMING Maître Zhang Guang De, assisté du professeur Zhang Jian, dispense à la Halle sportive deux stages accessibles aux débutants et confirmés en daoyin qi gong, gymnastique traditionnelle chinoise de santé : enchaînement pour nourrir et renforcer les reins le 5 de 9 h à 12 h et de 15 h à 18 h et le 6 de 9 h à 12 h, enchaînement pour lutter contre le diabète : le 6 de 15 h à 18 h, le 7 de 18 h à 21 h et le 8 de 18 h à 21 h. Rens. 05 59 22 35 47 et 06 65 31 32 83 [kunming.fr]

XIKINT’ NIGHT

Pour diminuer le stress, libérer les tensions, améliorer le bienêtre, l’association Zentzu forme en massages thaï et crânien, ainsi qu’en réflexologie thaï et plantaire. Prochains rendez-vous : 3, passage Mazagran, du 11 au 13 novembre (réflexologie thaï), les week-ends du 19/20 et 26/27 novembre (réflexologie plantaire), du 6 au 10 février (massage thaï) et des cours de yoga en partenariat avec Denekin le vendredi de 16 h 45 à 17 h 45. Rens. : 06 34 37 05 95 [thai-yoga-massage.fr] Suite au grand succès populaire de l’an dernier, l’association Courant d’Air organise le 26 novembre pour les enfants une Chasse au Trésor à partir de 16 h sur le thème de Noël et pour les adultes, en nocturne un parcours d’orientation à la frontale, un parcours course à pied de 5 km et une spéciale Moonboots Contest (une paire de MoonBoots, gants, bonnet et un parcours pédestre ludique). Les inscriptions se font à partir de 18 h. Venez déguisés… Rens. : 06 83 25 45 23 et [courant.air.free.fr]

DE BIARRITZ À CASCAIS

DANZA Y MUSICA SIN FRONTERAS En partenariat avec Denekin, propose des cours de percussions avec l'artiste cubain Rolì Castillo ; prêt de congas pour un essai gratuit. Débutants, enfants et adultes, tous les jeudis de 18 h 45 à 19 h 45, salle Errecart à Pétricot. Rens. : 06 33 84 60 27 [danzasinfrontera.com]

CROIX-ROUGE DE BIARRITZ La JAB s’est rendue au Portugal à l’occasion du tournoi de football d'Estoril. Au programme : compétition sportive avec un score tout à fait remarquable, visite du stade de la Luz, parcours guidé et commenté de Lisbonne, visite du château Torre Belen, les participants à ce tournoi sont repartis ravis de leur voyage. Rens. : 05 59 23 60 97 [jabiarritz.com]

Propose un enseignement de français à l’oral et à l’écrit aux étrangers pour faciliter leur insertion, les mardi et jeudi après 19 h. Rens. : 05 59 43 38 30

NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 27

Photos : © DR

Journée de ski alpin, le 11 décembre à Cauterets, encadrée par des moniteurs diplômés de la Fédération Française de Ski pour un tarif de 36 € comprenant le forfait-encadrement (transport en covoiturage à régler sur place). Inscriptions au 05 59 23 97 47 avant le 4 décembre [skiclubbasque.com]


l’agenda LES FÊTES DE LA SAINT-MARTIN Les fêtes traditionnelles de Biarritz se déroulent du 10 au 13 novembre, avec un programme varié. Temps forts : Biarritz Masters Elite Pro à Plaza Berri, organisé par Biarritztarrak le 10 à 19 h les Masters à paleta gomme féminine et à 20 h la partie défi Waltary-Lambert contre Ibarola-Etcheto, réserv. : 05 59 22 15 72 ; Concert Chœurs Basques, église SainteEugénie, le 10 à 20 h 30, entrée libre ; Concert de Nadau, groupe mythique occitan, Gare du Midi, le 11 à 21 h, 10 € et moins de 12 ans : 5 € ; Concours Gastronomique, Halles aux Poissons, le 12 de 8 h à 13 h ; Gala des écoles de danse, Gare du Midi, le 12 à 14 h et 20 h 30, 3 € pour une séance, 5 € pour 2 séances ; le Déjeuner des Biarrots, salle S. Kampf à Aguilera, le 13 à 12 h, 20/12 €, L'Apprenti Magicien par l’Atelier Théâtre Actuel, spectacle pour enfants à partir de 4 ans, Théâtre du Casino municipal, le 13 à 17 h. 8/5 €. Rens. : 05 59 22 44 66. L’association des Halles, également à l’occasion de ces Fêtes, organise une quinzaine commerciale jusqu’au 15 novembre. C’est l’occasion de profiter de promotions mais aussi de gagner de très beaux cadeaux, en participant à une tombola dont le premier prix est une nuit d’hôtel pour 2 personnes avec un repas gastronomique à l’Hôtel du Palais.

CHANTIER SUD NORD

MATCHES DU BO

Du 16 au 18 novembre, le 5 Colloque international de Biarritz, né de la collaboration entre deux compagnies théâtrales, le Théâtre du Versant et la Compagnie Acte Sept de Bamako, veut créer de nouveaux espaces de rencontres et d’échanges. Le Chantier Sud/Nord donne un coup de projecteur sur la diversité culturelle. Débats, ateliers, rencontres, spectacles, exposition, sous le patronage du ministère de la Culture et de la Commission française pour l'Unesco. À ce colloque, on note la présence de 80 participants représentants de 18 pays. Entrée libre pour les débats. Casino municipal. Rens. : 05 59 23 02 30. e

Le 25 ou 26 novembre : le Racing Métro 92 Vs Biarritz, le 2 ou 3 Décembre : Biarritz Vs Montpellier HRC, le 23 décembre Stade Français Vs Biarritz, le 30 ou 31 décembre Biarritz Vs RC Toulon. Rens. : 05 59 01 64 64 [bo-pb.com]. 28 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212


SALONS À LA HALLE D’IRATY

L’ATABAL

Les 19 et 20 novembre, Salon du Mariage et du PACS. Il s’agit d’un rendez-vous incontournable pour tous les futurs mariés et pacsés qui réunir tous les professionnels du mariage des Pyrénées-Atlantiques et des Landes. Deux jours pour tout organiser, choisir, goûter, essayer… Rens. : 05 59 22 44 66 [maisondumariage.com] Les 26 et 27 novembre, Animaliades, 2e Salon du chiot et du chaton. Un grand choix de chiots et de chatons sont proposés à la vente. Près de 500 chiots à découvrir, répartis sur des dizaines de races. L’aviculture, dite de loisir, est également présente sur ce salon, ainsi qu’une exposition-vente de rongeurs et d’oiseaux. 6/5 €, enfants de 4 à 12 ans : 4 €, moins de 4 ans : gratuit. 10 h/19 h. Rens. : [les-animaliades.fr]

Café concerts à 22 h, entrée libre : The Rodeo Idiot Engine et The Entreprise le 18 novembre ; The Very Small Orchestra le 25 novembre et The Stampers à 19 h le 2 décembre ; Eskémo le 9 décembre à 21 h. 10 €. Joey Starr, une des figures les plus emblématiques du rap français, en concert le 10 décembre, 21 h. 16/20 € ; Rens. : 05 59 41 73 20

LE CLUB HIPPIQUE D’ILBARRITZ Organise un Concours de CSO Pro 2 du 11 au 13 novembre, concours réservé aux cavaliers du circuit pro et amateurs. Le CSO reste une discipline leader en France puisqu’elle représente aujourd’hui encore plus de 80 % de l’activité des concours de la Fédération française d’équitation. Également un Concours de CSO Club, Ama & Pro le 4 décembre. Comme tous les ans, le Club hippique de Biarritz soutient le Téléthon en reversant à l’AFM (Association française contre les myopathies) les engagements de ce concours. Un saut pour le Téléthon, un bond pour la recherche ! Rens. : 05 59 23 52 33 [biarritzcheval.com]

Du 3 au 5 décembre Salons Kdo Bask et Cuisin’ & Vous Salon Kdo Bask : Tradition et savoir-faire du Pays Basque. Découvrez les produits de qualité dont regorge le Pays Basque, trouvez des idées cadeaux pour les fêtes de fin d’année autour de 3 pôles : gastronomie, déco et accessoires et loisirs et Salon Cuisin’ & Vous : Savoir recevoir à la française. Pour ceux qui aiment cuisiner, déguster, recevoir. Halle d’Iraty du 3 au 5 décembre. Pass salons : 5 €. Rens. : [kdo-bask.com] et [salon-cuisine-et-vous.fr] et 05 59 22 44 66

VOS LECTURES Gares et trains du Pays Basque, les lignes ferroviaires de France de Didier Janssoone. Les plus jeunes pourront découvrir entre autres qu’une « navette » circulait autrefois entre les gares de Biarritz-Ville et Biarritz-La Négresse et longeait le cimetière du Sabaou en juillet 1972… Trente ans après la fermeture de cette ligne, son souvenir reste intact dans la mémoire collective. Ce recueil est constitué de nombreuses photos, il constitue une synthèse historique du réseau de chemin de fer au Pays basque. Aux éditions Delattre. 25,90 € NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 29


© Valentín de Zubiaurre, Anthon, 1923, Collection du Musée des Beaux-Arts de Bilbao

l’agenda RENCONTRES IMPROBABLES

VOS EXPOSITIONS

Le Festival des performances, qui se déroule à Bayonne, propose à Biarritz : The ballad of Genesis and Lady Jaye, un film de Marie Losier au cinéma Le Royal, le 14 novembre, 21 h 3,50 € ; projections de films autour de l’œuvre d’Olivier de Sagazan au Royal, le 21 novembre, 21 h 3,50 € ; Rotkäpchen Performance de la Cie Divergences, danse et musique au Colisée le 22 novembre à 20 h 30, entrée libre. Rens. : [rencontresimprobables6.com] El mar en el arte, el arte del mar ... La mer dans l’art, l’art de la mer... Itsasoa artean, itsasoaren artea Du 3 décembre au 15 janvier. Collection du musée des Beaux-Arts de Bilbao. (Voir l’actualité).

LUNDI 7 NOVEMBRE

Rencontres & Expressions jusqu’au 13 novembre 2e édition du Collectif d’artistes. Avec : .K. de Joantho, Josette Dilhan, Christiane Giraud, Alain Guesdon, Yann Hervé-Kersuyan, Jean-Luc Labat, Jana Lottenburger, Christiane Moncade, Patrick Pierart, Nicole Poustis, Christian Rouleau, Édouard Solorzano. Crypte Sainte-Eugénie. Ouvert tous les jours de 14 h à 18 h 30 sauf le mardi. Entrée libre. Rens. : 05 59 41 57 50 Les Nouveaux explorateurs du 26 novembre au 29 janvier. L'exposition présente des artistes qui ont mis le voyage et l’exploration au cœur de leurs démarches, à la découverte des autres et de régions souvent très éloignées… (Voir l’actualité). Bandh Ganga, un village dans la ville jusqu’au 31 décembre. Découverte de la partie la plus ancienne de Mumbai, anciennement Bombay, à travers une quarantaine de photographies prises par Mme Xintian Zhu. Musée d’art oriental Asiatica. Entrée libre. Rens. : 05 59 22 78 78 L’Encyclopédie, entre Sciences et Art, jusqu’au 3 décembre Parue de 1751 à 1772. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert a voulu réaliser la synthèse de tous les savoirs humains, fidèle en cela à l’esprit des Lumières. Des volumes de l'édition originale sont présentés. En partenariat avec le musée de Langres. Médiathèque. Entrée libre. Rens. : 05 59 22 28 86

30 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

Musique Concert Chœurs basques Eglise Sainte-Eugénie. 20 h 30. Entrée libre. Rens. : 05 59 22 50 50 Théâtre Nono de Sacha Guitry avec Julie Depardieu et Michel Fau. Gare du Midi. 20 h 30. Rens. : 05 59 22 44 66 et 05 59 59 23 79 [entractes-organisations.com]

MARDI 8 NOVEMBRE

VENDREDI 11 NOVEMBRE Concert Nadau, groupe mythique occitan, dans le cadre des fêtes de la Saint-Martin. Gare du Midi, à 21 h, 10 € et moins de 12 ans : 5 €. Rens. : 05 59 22 44 66

Théâtre Entre ciel et chair. Le Colisée. 20 h 30. 8/22 €. Organisé par les Amis du Théâtre de la Côte Basque. Rens. : [amis-theatre-biarritz.com]

SAMEDI 12 NOVEMBRE

JEUDI 10 NOVEMBRE

Conférence Diderot et la genèse de l’Encyclopédie par Sophie Chauveau, romancière. Médiathèque. 16 h. Entrée libre. Rens. : 05 59 22 28 86

Conférence De quoi est fait l’univers par Philippe Chevalier, ingénieur physicien. Maison des Associations. 16 h 15. 5 € pour les non-membres. Rens. : 05 59 41 29 82 Sport Biarritz Masters Elite Pro organisé par Biarritztarrak à Plaza Berri à 19 h ; Masters à paleta gomme féminine et à 20 h partie défi Waltary-Lambert contre Ibarola-Etcheto. Rens. : [pelote-passion.fr] 05 59 22 15 72

Animation Concours gastronomique, dans le cadre des fêtes de la SaintMartin. Halles aux Poissons, de 8 h à 13 h. Rens. : 05 59 22 50 50

Conférence Regards berbères sur les printemps arabes par Lounès Bel Kacem. Médiathèque. 19 h. Entrée libre. Tél : 05 59 22 28 86 Danse Gala des écoles de danse, dans le cadre des fêtes de la Saint-Martin. Gare du Midi. 14 h et 20 h 30, 3 €. Rens. : 05 59 22 50 50


Spectacle jeune public L’apprenti magicien par l’Atelier Théâtre actuel, dans le cadre des fêtes de la SaintMartin. Gare du Midi. 17 h. 5/ 8 €. Rens. : 05 59 22 44 66

LUNDI 14 NOVEMBRE

Théâtre C’est pas le moment ! Comédie de Jean-Claude Islert avec Jacques Balutin et Manuel Gélin. Gare du Midi. 20 h 30. Rens. : 05 59 22 44 66 et 05 59 59 23 79 [entractes-organisations.com]

Théâtre L'Homme poubelle. Création Avignon 2010 par la Compagnie Lux In Tenebris. Le Colisée. 20 h 30. 12/15 €. Rens. : 06 17 66 95 17

SAMEDI 19 NOVEMBRE

Patrimoine Visite guidée avec la découverte de l’un des quartiers ouest de la ville : le quartier Saint-Martin, l’église et le cimetière, le château Gramont, le château Boulart, la Villa Natacha…. Durée de la visite : 2 h, 5 €, départ 10 h. Organisé par le Musée historique. Rens. : 05 59 24 86 28

MERCREDI 16 NOVEMBRE

MARDI 22 NOVEMBRE

DU 29 NOVEMBRE AU 4 DÉCEMBRE

Concert Aliments et cancer par Alain Campan, professeur honoraire à l’Université du Yunnan (Chine), médecin acupuncteur. Maison des Associations. 14 h 30. 5 € pour les nonmembres. Rens. : 05 59 41 29 82

Spectacle STOMP 7 représentations exceptionnelles. STOMP fête ses 20 ans, un cocktail de rythmes, de danses spectaculaires et d'humour. Gare du Midi. 20 h 30. 34/47 €. Rens. : [prolymp.com] 05 59 22 44 66 / 08 92 68 36 22

Danse Rotkapchen. Performance de la Cie Divergences. Le Colisée. 20 h 30. Entrée libre. Rens. : 05 59 50 36 60

JEUDI 1ER DÉCEMBRE

MERCREDI 23 NOVEMBRE

Conférence Lettre à Wolfgang Amadeus Mozart Sonate n°1 pour piano par Jacques Deschamps. Maison des Associations. 14 h 30. 5 € pour les nonmembres. Rens. : 05 59 41 29 82

Spectacle musical Oui Oui et le cadeau surprise. Gare du Midi. 14 h. 23/30 €. Rens. : [prolymp.com] 05 59 22 44 66 / 05 59 43 96 96

Théâtre Lonely Planet. Comédie dramatique. Organisé par les Amis du Théâtre de la Côte Basque. Le Colisée. 20 h 30. De 8 à 22 €. Rens. : 05 59 24 90 27 [amis-theatre-biarritz.com]

JEUDI 24 NOVEMBRE

Spectacle Chicago blues : a living history... Sur scène, cinq légendes du Blues de Chicago. Gare du Midi. 20 h 30. 45/50 €. Rens. : 05 59 22 44 66 [entractes-organisations.com]

Concert Chantier Est-Ouest, en partenariat avec le Théâtre du Versant dans le cadre du Colloque international de Biarritz. Casino municipal. 18 h. De 6 à 15 €. Rens. : 05 59 31 21 70 [orbcb.fr]

Théâtre Les Bonshommes par le Théâtre des Cîmes. Comédie de Françoise Dorin. Le Colisée. 20 h 30. 8/12 €. Rens. : 06 10 74 34 10

Conférence Après Lamarck et Darwin, Teilhard de Chardin et sa théorie sur l’évolution par Jean-Marie Aynaud, directeur de recherches à l’INRA. Maison des Associations. 16 h 15. 5 € pour les non-membres. Rens. : 05 59 41 29 82 Concert Nolween Leroy. Gare du Midi. 20 h 30. 30/40 €. Rens. : [prolymp.com] 05 59 22 44 66 et 05 59 43 96 96

VENDREDI 25 NOVEMBRE

DIMANCHE 20 NOVEMBRE

Danse Boléro, La Mort du cygne par le Malandain Ballet Biarritz, dans le cadre du Colloque Chantier Sud-Nord organisé par le Théâtre du Versant. Casino municipal. 20 h 30. Entrée libre sur réservation au 05 59 24 67 19

© Jean-Louis Gorce

VENDREDI 2 DÉCEMBRE

Conférence Gardarem lo Larzac par Jean-Pierre Bourlier, professeur. Maison des Associations. 14 h 30. 5 € pour les non-membres. Rens. : 05 59 41 29 82

JEUDI 17 NOVEMBRE

Théâtre À mon âge je me cache encore pour fumer de Rayhana. Une tragicomédie émouvante et drôle. Gare du Midi. De 8 à 27 € Organisé par les Amis du Théâtre de la Côte Basque. Rens. : [amis-theatre-biarritz.com] Conférence Le paysage dans l’art : mise en perspective par Gilles Coustham, guide – conférencier. Maison des Associations. 16 h 15. 5 € pour les non-membres. Rens. : 05 59 41 29 82

Café-concert The Stampers, rythm and blues, soul, funk et surtout rock. L’Atabal. 22 h. Entrée libre. Rens. : 05 59 41 73 20 [atabal-biarritz.fr] Spectacle Le cirque bleu du Vietnam. Un subtil mélange de poésie, de jeux, de danses et de performances physiques. Gare du Midi. 17 h. 45/50 €. Rens. : 05 59 22 44 66 [entractes-organisations.com]

LUNDI 21 NOVEMBRE

Conférence Sienne entre Moyen-Âge et Renaissance par Marie-Claude Berger, professeur. Maison des Associations. 14 h 30. 5 € pour les non-membres. Rens. : 05 59 41 29 82 Café-concert The Entreprise + The Rodeo Idiot Engine. L’Atabal. 22 h. Entrée libre. Rens. : 05 59 41 73 20 [atabal-biarritz.fr]

Théâtre Messieurs les guides-baigneurs de Biarritz, comédie de Gérard Bagardie. Le Colisée à 21 h. 8/10 €. Rens. : 05 59 23 97 07 Café-concert The Very Small Orchestra. L’Atabal. 22 h. Entrée libre. Rens. : 05 59 41 73 20 [atabal-biarritz.fr]

VENDREDI 18 NOVEMBRE

DIMANCHE 27 NOVEMBRE Opéra Aïda de Guiseppe Verdi. Gare du Midi. 20 h 30. Rens. : [entractes-organisations.com] 05 59 22 44 66 / 05 59 59 23 79

Ballet Lucifer, l'Amour sorcier, boléro. Répétition publique au Grand Studio de la Gare du Midi à 19h. Entrée libre sur réservation à Malandain Ballet Biarritz au 05 59 24 67 19

Ballet Le Lac des cygnes par le St Petersburg Ballet Théâtre. Gare du Midi. 20 h 30. Rens. : [entractes-organisations.com] 05 59 22 44 66 / 05 59 59 23 79

Animation Thé dansant : spécial Tango, animé par l’orchestre Sueño Milonga. Casino municipal. À 15 h. Entrée 9 € (boisson et pâtisserie offertes). Rens. : 05 59 22 50 50

SAMEDI 3 DÉCEMBRE

Théâtre À la recherche des Saintes Reliques. Comédie médiévale par Izarrak Haizean. Le Colisée. 21 h. 5/12 € Rens. : 06 99 50 76 85

DIMANCHE 4 DÉCEMBRE

Animation Kantalasai – Mutxiko. Chants et sauts basques proposés par l'amicale des anciens Olaeta Oldarra, Amalabak et Oldarra, Pinpirinak, avec la participation de l'Harmonie municipale Itsas Soinua. (repli assuré à la Gare du Midi en cas de pluie) Esplanade du Casino municipal, à partir de 10 h 30.

NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 31

Photos : © Photo Bernard, DR

DIMANCHE 13 NOVEMBRE


la vie

des conseils de quartier Centre-Ville SÊance plÊnière du lundi 19 septembre, Maison des Associations Le Conseil de quartier centre-ville, ConsidÊrant, que les phÊnomènes d’incivisme se dÊveloppent dans la ville, tout particulièrement durant la pÊriode estivale. La grande plage a ÊtÊ le lieu d’une frÊquentation nocturne inhabituelle, avec une population jeune s’adonnant au  binge drinking . Nouvelle forme d’alcoolisation à l’aide d’alcools forts consommÊs en un laps de temps très court, conduisant à des bagarres, des dÊgradations, une pollution dangereuse de la plage par des dÊtritus divers dont du verre, ConsidÊrant, que la police nationale, a assurÊ trois interventions, qui ont permis de sensibiliser la population, que ces actions ont fait l’objet de plusieurs reportages à la tÊlÊvision et d’articles dans la presse Êcrite, Estime que, ce problème doit être pris à bras-le-corps, Après analyse du rapport de la commission  Mieux vivre ensemble , qui mentionne l’absence de la mise en œuvre du Conseil local de sÊcuritÊ et de prÊvention de la dÊlinquance à Biarritz. Regrette cet Êtat de fait, Emet le vœu de voir activer ce C.L.S.P.D., qui constitue le cadre de concertation sur les prioritÊs de la lutte contre l'insÊcuritÊ et de la prÊvention de la dÊlinquance, de la commune. Émet le vœu de voir les autoritÊs faire cesser les troubles commis sur la voie publique et intervenir rapidement, Émet le vœu de voir assurer des patrouilles rÊgulières par les forces de police.

Braou / Ranquine / Aguilera Le Conseil de quartier a besoin de vos suggestions Notre Conseil de quartier travaille sur les thèmes du  Mieux vivre ensemble  (incivilitÊs, voisinage, stationnement, etc..), des transports, de l’entretien de la voirie, des enfouissements des rÊseaux aÊriens, du dÊmÊnagement des Halles, du quartier KlÊber‌ Notre objectif : amÊliorer la vie de votre quartier. Mobilisez-vous en remplissant le bulletin ci-dessous et en le dÊposant dans les boÎtes prÊvues à cet effet chez vos commerçants. Exprimez ci-dessous vos propositions pour amÊliorer la vie de votre quartier ‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌ ‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌ ‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌ ‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌ ‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌ ‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌

DÊposez ce bulletin dans l’une des boÎtes aux lettres : 1IBSNBDJF1SBEJFS SVFE&TQBHOFt#PVMBOHFSJF.JUUF BW-BIPV[F 1IBSNBDJF,FOOFEZ BW,FOOFEZt4QBS5FNQTEFTDFSJTFT BWEF7FSEVO #VSFBVUBCBD-F,FOOFEZt#BS1.6 SVF1SJOHMF .BSJB1JB SVF$IBOPJOF.BOUFSPMBt#PVMBOHFSJF$IFMJU[ SVF1SJOHMF "TTPDJBUJPO%FOFLJO SVF1�USJDPUt1BSD.B[PO Si vous souhaitez être tenu informÊ, indiquez vos coordonnÊes : ‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌‌

CR des rÊunions plÊnières : http://conseils-de-quartier-biarritz.fr Contact : Maison des Associations, conseilquartier.rsmll@gmail.com

32 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

Saint-Charles / Le Phare / Larochefoucauld Les habitants du quartier peuvent se rÊjouir des dernières modifications du rÊseau des transports publics et des prochaines modifications du rÊseau des navettes : après deux ans de rÊclamations de tous les habitants, appuyÊes et relayÊes par le Conseil du quartier, nous avons obtenu un Êlargissement du circuit de la navette existante à la rue Lahouze et le haut de l'avenue de Verdun, comme nous le demandions. Nous allons avoir trois autres navettes dans Biarritz, dont une qui traversera le quartier. Les tracÊs exacts sont à l'Êtude et nous pouvons espÊrer leur mise en place dans deux ou trois mois, ainsi que nous l'a prÊcisÊ Michel Veunac lors de notre dernière rÊunion plÊnière. Elles ne seront pas gratuites, ce qui est normal, mais avec une tarification rÊduite et modulÊe suivant les catÊgories d'usagers. Le nouveau Conseil de quartier animÊ de l'Ênergie et l'enthousiasme des nouveaux conseillers et de la persÊvÊrance et la tÊnacitÊ des anciens a bien dÊmarrÊ, notamment concernant la commission espaces verts qui voit se concrÊtiser la rÊnovation du square Lafaille avec un investissement plus poussÊ des services municipaux et la mise en chantier prochaine de la rÊnovation du Mur à gauche de la rue d'Alsace. Certains dossiers sont plus dÊlicats à traiter comme l'Êcole maternelle Larochefoucauld à l'avenir incertain ou la circulation et le stationnement sur la placette St-Charles. Nous remercions tous les habitants qui nous ont aidÊs en venant aux permanences faire part de leurs remarques et suggestions, reprÊsentants souvent tout un groupe. Ils ont eu la primeur des nouvelles dispositions et ont pu dialoguer avec les conseillers. Nous rappellons nos prochaines permanences au lycÊe AndrÊ Malraux : vendredi 4 novembre et vendredi 9 decembre 2011. Rens. : 06 65 31 32 83 contact.stcharles@orange.fr

RÊpublique / Saint-Martin / Lahouze / Larrepunte/ ChÊlitz Après une interruption due aux vacances d'ÊtÊ, les membres du Conseil de qQuartier se sont remis au travail avec une nouvelle rÊunion plÊnière, le lundi 19 septembre, animÊe par la commission QuotidiennetÊ, en prÊsence de MM. Brisson et Landrin sur le thème de l'urbanisme, voirie et rÊglementation dans le quartier. Le dimanche 25 septembre, ce fut au tour des associations-membres du Conseil d'exposer leur stand au Forum des associations de Biarritz, à la Halle d'Iraty, qui a rencontrÊ un grand succès ! C'est ensuite, la commission Dynamisme qui, dès le lundi 10 octobre, a pris le relais pour mettre en place plusieurs rÊunions afin d'organiser de nouvelles animations pour la fin d'annÊe et prÊparer 2012. La commission QuotidiennetÊ se rÊunira le 31 octobre. C'est sur cette jolie lancÊe que nous convions les habitants du quartier, intÊressÊs par l'action du Conseil, à se joindre à nous pour nous enrichir de leurs rÊflexions sur le thème du "mieux vivre ensemble" et du "bien vivre". N'hÊsitez donc pas à vous manifester : - soit par le biais de notre adresse e-mail : conseilquartier.B.R.A@gmail.com - soit en glissant un petit mot dans la  boÎte à idÊes  à disposition au magasin de la presse du Braou. - soit encore en contactant, par courrier, la prÊsidente : Luce Moulian, Conseil de Quartier Braou/Ranquine/Aguilera, Maison des Associations, 2 rue Darrichon, 64200 Biarritz. Il est rappelÊ que les compte-rendus des rÊunions plÊnières sont consultables sur le site biarritz.fr, rubrique Conseils de Quartiers.


l’expression

des groupes politiques Démocratie participative

MAJORITÉ MUNICIPALE LES BIARROTS RASSEMBLÉS

Logement social : saisir toutes les opportunités

P

lus que jamais, le besoin de logements constitue une priorité pour notre pays. Malgré les réels efforts des politiques publiques de l’habitat pour produire du logement social, la demande reste largement supérieure à l’offre et les listes d’attente s’allongent dans les services municipaux et chez les bailleurs sociaux. Les besoins des ménages en matière de logement sont de plus en plus diversifiés, à l’image de la diversité des compositions familiales ou des niveaux de revenus. Le parc de logements proposés doit donc être varié, offrant des solutions différentes, que ce soit la taille du logement ou les modes d’occupation, du locatif public à l’accession à la propriété. Biarritz n’échappe pas au constat alarmant du manque de logements et le nombre de résidences secondaires, en continuelle progression, aggrave un peu plus la situation. Le niveau des prix de l’immobilier exclut en effet des transactions de très nombreux ménages, en particulier les plus jeunes d ‘entre eux, entraînant une lente modification de la démographie de notre ville, de sa sociologie et de sa stratification sociale. Il faut enrayer cette tendance, qui réduit la diversité sociale de notre population et représente, à terme, une menace pour les nécessaires équilibres sociaux et humains de la ville. La création du quartier Kléber, avec ses 220 logements sociaux locatifs, ses 110 logements sociaux en accession à la propriété, ses 80 logements destinés aux étudiants et ses 80 logements privés (soit environ 500 logements au total) est une réponse très significative aux besoins de logement que nous connaissons. Les premiers bâtiments sortiront de terre en 2013 pour une livraison de l’ensemble en 2014. C’est une considérable avancée. Mais, aussi important soit-il, le programme Kléber ne suffira pas. Nous devrons poursuivre dans la décennie qui vient un effort prioritaire en faveur du logement social. Pour y parvenir, il nous faudra saisir toutes les occasions et toutes les opportunités de produire des logements, dans le cadre très contraint du territoire de la commune. Certes, Biarritz est déjà une ville dense et compacte, mais on peut en augmenter « l’intensité urbaine », comme disent les urbanistes, sans porter atteinte pour autant à ce qui fait le charme et la qualité de son cadre de vie. Les solutions techniques existent pour opérer une densification douce et raisonnée : ici le remodelage d’un bâti, là la surélévation d’un bâtiment existant, ailleurs le comblement d’une « dent creuse », dans un autre endroit la division d’une parcelle pour créer un nouveau lot à bâtir. Ces opportunités saisies çà et là peuvent donner naissance à de petits programmes de logements sociaux, que les architectes excellent à construire et qui, en s’additionnant, représenteront une offre nouvelle et substantielle. Qui aurait dit qu’on logerait un petit immeuble de six logements sociaux dans un espace très réduit au rond-point du carrefour Foch / Jaurès ? Nous devons sans attendre recenser sur notre territoire communal toutes les opportunités offrant des possibilités de produire du logement social de qualité, dans le respect de notre patrimoine architectural et paysager. Augmenter l’intensité urbaine de notre ville afin d’élever l’offre de logement social n’est pas contradictoire avec la protection de ses sites et de ses joyaux architecturaux. C’est aujourd’hui techniquement possible et socialement nécessaire. Michel Veunac, Adjoint au Maire

Q

uelle que soit son opinion politique, chacun a pu saluer dans la « primaire citoyenne », des 9 et 16 octobre dernier une innovation de la vie publique en France. L’initiative avait pourtant été accueillie avec beaucoup de scepticisme, voire d’opposition. Mais bien de ses adversaires, tel le Premier ministre François Fillon, ont fini par reconnaitre la « modernité » de cette procédure et envisager d’y recourir en 2017. Le temps qu’aura duré cette expression originale de démocratie directe et participative a permis de balayer bien des objections. Les citoyens, de tous bords ont approuvé son déroulement et suivi ses débats télévisuels. Pas question pour nous d’en faire l’apologie mais simplement de rappeler, à cette occasion, qu’en pays basque, nous avons déjà pratiqué ce type de consultation citoyenne. La plateforme « Batera » a le 14 mars 2010, posé aux électeurs des 259 communes du Pays Basque la question suivante : « Etes-vous favorable à la création d’une collectivité territoriale Pays Basque ? ». les abertzale ont été au cœur de l’organisation de cette consultation populaire dans des conditions matérielles souvent difficiles suite à la lettre comminatoire du Préfet des Pyrénées Atlantiques adressée aux Maires pour qu’ils refusent tous concours de locaux et de matériel de vote, allant dans une commune voisine jusqu’à un arrêté municipal d’interdiction. Il nous a donc fallu placer urnes, bulletins de vote et registre d’émargements sur la chaussée publique face aux bureaux de vote officiels des élections régionales du même jour. Malgré cela cette consultation parallèle a recueillie une participation citoyenne supérieure à celle des « primaires socialistes » du mois dernier*. Qui dira désormais que les gens se désintéressent de la vie politique, pour les présidentielles ou ici, plus localement, pour l’identité basque ? D’autant que l’arrêt définitif des actions d’ETA, qui nous comble le cœur, ramène exclusivement au débat démocratique le destin collectif du pays Basque.

* Pays Basque : Vote Batera (2010) 34 610 voix / vote primaire socialiste (2nd tour) 12 510 voix. Biarritz : vote Batera (2010) 2 010 voix / vote primaire socialiste (2nd tour) 1 438 voix.

L’euskara est en ligne

L

e Bureau de l’Euskara vient de mettre en ligne un tout nouveau site. L’internaute y trouvera l’information de la Ville en euskara, les actions en faveur de l’euskara, des outils pédagogiques et pratiques en téléchargement, un agenda… Grâce à une double interface (français-euskara), le lecteur pourra choisir sa langue. Une newsletter mensuelle ainsi qu’une page Facebook le tiendront régulièrement informé. La mairie se dote ainsi d’un outil supplémentaire au service de la langue basque et des acteurs engagés dans une démarche de promotion et de valorisation de l’euskara. Il est consultable à l’adresse www.euskara-biarritz.eu. Visitez-le, recommandez-le, inscrivezvous à la lettre d’information pour être tenus informé des différents rendez-vous dans notre chère cité. Maialen Etcheverry, Adjoint au Maire Michel Poueyts, Adjoint au Maire Jean Michel Sorraits, Conseiller municipal délégué Jakes Abeberry, Conseiller municipal NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 33


GROUPE INDÉPENDANT MAIDER AROSTEGUY ET DENISE SERVY

Coups de gueule citoyens !

O

ctobre sera terminé quand le magazine paraîtra et une certitude posée quant au candidat socialiste à la Présidentielle ; mais ce qui nous interpelle à nouveau, c’est la minimisation de l’événement « Primaires socialistes » par nos responsables de la majorité actuelle, médiatisation outrée qui a mis sur le devant de la scène les socialistes pendant un bon mois, malgré des projets… inadaptés ; ce que nous dénonçons, c’est le nombre de sujets-tabous dont il est « dangereux » de parler, balayés d’un simple revers de main ou occultés au sommet : beaucoup ont l’amère impression que les « politiques » restent drapés dans leurs certitudes, sourds à la rumeur de mécontentement et de désespérance des classes moyennes… on préfère se rassurer en relativisant le pourcentage de votants, se voiler la face en ignorant l’effritement de la majorité et l’affaiblissement de notre Président : certes la crise est là, engendrant une colère sociale qui monte et gronde, mais il faut se rendre à l’évidence : il y a en France une envie collective de changement : que les décideurs écoutent et entendent ! Localement, les langues vont bon train : on fantasme déjà sur les candidats potentiels à la prochaine municipale ; « certains » posent déjà des jalons ; mais la remarque est identique : que les responsables ne succombent pas seulement au chant des sirènes et prennent conscience que l’envie de gagner ne suffit pas : il faut être attentif aux remarques sincères des citoyens, même si elles mettent l’accent sur ce « qui fâche ». Enfin 2 points : sensation nouvelle d’insécurité, cambriolages et ras-le-bol dans les rues du centre : les 2 roues envahissent les trottoirs ! Verbalisera-t-on un jour ce manque de civisme de ceux qui rechignent à faire 100 m pour rejoindre leurs stationnements balisés ? Des mamans prennent des risques avec les poussettes… ou des séniors avec les chariots, dans l’acheminement des sacs-poubelles… Maider Arosteguy, Denise Servy www.biarritz-demain.com

UNION DE LA DROITE ET DU CENTRE POUR BIARRITZ Patrick DESTIZON – Karine DUBOURG – Éric FOUCHER

Conte médiéval

U

ne fois n’est pas coutume, je vais vous conter une fable médiévale qui est l’œuvre d’un auteur anonyme que j'ai déniché dans de vieux grimoires.. Il était une fois un baron vieillissant, septuagénaire depuis maintenant quelques années. Autrefois aimé par les habitants de son fief, son autoritarisme grandissant, son refus de supporter la moindre critique l’avait progressivement éloigné de sa population. De plus à peine un nouveau château était-il construit pour lui et ses courtisans qu’il s’en lassait et n’avait de cesse qu’à construire un nou-

34 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

veau palais plus grand, plus beau et plus fastueux. Cette lubie de construction coûtait fort cher aux habitants de ses domaines dont les serfs, les artisans, les marchands étaient écrasés d’impôts. Le baron avait trois neveux. L’ainé Michel qui était le favori se piquait de culture et de protection de la nature. Le second Guy longtemps exilé à la capitale du royaume se voulait plus social et réclamait des aides pour les pauvres de la baronnie mais vivait dans l’opulence. Le troisième Max, un brun courtaud qui était le plus jeune, était aussi le plus rustre et aimait festoyait et ripaillait lors des fêtes de villages. Ces trois neveux se livraient une guerre sournoise terrible pour prendre la succession du vieux baron qui n’était pas par ailleurs très pressé de laisser son fief à l’un de ces trois garnements. Et puis lequel choisir ? D’autant plus que des seigneurs voisins lorgnaient les terres du vieux baron en espérant qu’une guerre de succession entre les trois neveux ne leur permette de s’en emparer le moment venu. Le temps passait et l’aîné avait du mal à s’imposer vis-à-vis du second et surtout du troisième plus roublard. Ces deux derniers ne cessaient d’ailleurs de se battre lors de joutes festives dont l’époque était friande afin de déterminer quel était le plus brave des deux. Bref, le vieux baron se faisait de plus en plus de cheveux blancs… Pendant ce temps on ne construisait quasiment plus de logements pour les pauvres et beaucoup d’habitants écrasés par les impôts choisissaient de s’exiler en des terres plus hospitalières. La population diminuait dangereusement, passant en quelques années de plus de 30 000 âmes à moins de 27 000 car seuls de riches étrangers pouvaient désormais se loger dans la baronnie. Après un quart de siècle de règne sans partage le vieux baron, sentant l’impatience de ses neveux à lui succéder et ne désirant pas connaître la fin infamante de son prédécesseur qu’il avait lui-même renversé après lui avoir juré maintes fois fidélité, décida d’organiser sa succession. Le peuple ne souhaitant pas se voir imposer un des trois neveux qui aurait continué la même politique que le vieux baron, le savoir-faire en moins, se souleva alors et renversa tout ce beau monde. La Cité fut alors déclarée ville libre et administrée par une assemblée élue de citoyens. Les habitants à partir de cet instant vécurent heureux et ses dirigeants, désormais sous la menace de ne pas être réélus, plus à l’écoute de ses réels besoins. Nous laisserons au lecteur la liberté de dégager la morale qu’il souhaite de cette histoire. Ceci est une fable, une œuvre de fiction et toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé serait purement fortuite. Patrick Destizon www.udecbiarritz.fr - udecbiarritz@hotmail.fr Permanences sur RDV : samedi matin de 10 heures à 12 heures.

RASSEMBLEMENT POUR LE RENOUVEAU DE BIARRITZ

Pauvre Biarritz !

H

élàs, il ne fallait pas être grand devin pour prévoir que Biarritz Océan était un projet irréaliste et ruineux. Malgré les efforts déployés par le quotidien Sud-Ouest pour tenter de masquer l’étendue de la catastrophe, les Biarrots ont tous compris que le maire et son équipe ont fait un bide complet avec ce


programme. Les chiffres annoncés pour juillet et août montrent que le musée de la Mer n’a pas connu d’accroissement significatif de sa clientèle. Il sera loin des 300 000 visiteurs espérés et la Cité du Surf n’atteindra pas le tiers de la fréquentation escomptée. Autant dire que cette affaire va coûter très cher. Tout ceci dans une période de récession largement prévisible puisque les contrats ont été signés au moment de la faillite de Lehmann Brothers en 2008. L’irresponsabilité a atteint un sommet à Biarritz. Les trois dauphins du maire, tous complices de ce carnage, peuvent bien rivaliser. Ils vont bientôt se battre sur les décombres de leur gestion. Pitoyable ! J.-B. Saint-Cricq www.jbsaint-criq.fr

BIARRITZ À CŒUR ÉLUS DE LA GAUCHE UNIE

Biarritz n’est-il pas trop petit pour notre maire ?

A

près le conseil municipal du 7/10/2011, nous apprenons que notre maire s’est envolé pour l’Amérique centrale entouré d’un secrétaire d’État et de ses amis politiques. Puis nous apprenons qu’il avait aussi lancé une invitation à 200 scientifiques internationaux pour… étudier l’océan ! Il existe pourtant de Brest à Monaco en passant par Paris ou Marseille assez de centres océanographiques dans notre pays. Mais Biarritz c’est différent ! C’est la ville « phare » du monde. Peu importe la dépense de quelques centaines de milliers d’euros ou plus pour les réjouissances de nos 200 invités, pourvu que la télé montre l’évènement. Surtout, il faut bien faire croire que la Cité du Surf servira à quelque chose ! Bizarrement, les responsables de l’Observatoire du Littoral d’Aquitaine, soutenu par l’État, l’IFREMER, le BRGM et l’ONF, ainsi que nos trois départements côtiers, et compétents en la matière, n’ont pas l’heur d’être invités. Peut-être ont-ils « l’inélégance » d’être socialistes ? Pourtant la mission de ces responsables consiste à veiller sur nos 300 km de côtes. Galéry Gourret-Houssein Conseiller municipal PS courriel : galery.gourret@wanadoo.fr blog : www.biarritzacoeur.com

FRONT DE GAUCHE

Schéma Départemental de Coopération Intercommunale SDCI

L

ors du dernier conseil municipal, essayant de justifier, malgré mes deux relances écrites, sa non convocation des élus de Biarritz sur le sujet, le Maire a pris pour prétexte son état de santé du moment. Bien pâle défense quand on sait que la proposition du Préfet de SDCI date du 26 mai et que les maires avaient jusqu’au 26 août pour faire se prononcer les Conseils. Deux questions se posent : 1re à quoi servent les adjoints en l’absence du maire ? 2e

comment qualifier le comportement de celui-ci qui se prononce CONTRE – « seul » – dans la presse et finalement POUR – « le Conseil » non consulté –, le Préfet considérant qu’à défaut d’avis la réponse serait jugée favorable ? Sur les deux questions, peut-être que les profondes divergences qui existent sur le sujet au sein de la majorité municipale font que le Maire a mis le couvercle sur la marmite. Il n’en reste pas moins que son comportement est contraire à toute règle démocratique. Bernard Ithurbide sylberithur@yahoo.fr PCF 64.org

ELKARTU – BIARRITZ CITOYEN SOLIDAIRE

Les mutuelles attaquées c’est la Solidarité qui est attaquée

L

e gouvernement Sarkozy double la taxation des mutuelles de santé de manière unilatérale, sans possibilité de discussion avec effet immédiat. C’est un impôt sur la santé ! Dorénavant pour 100 € de cotisation santé, un mutualiste acquittera 11,72€ de taxes. C’est la réponse de l’UMP face à la crise financière : taxer les ménages au travers de leurs mutuelles de solidarité à but non lucratif. Par contre pour les hautes tranches de revenus on se contentera de prélèvements temporaires et scandaleusement bas. Les mutuelles de santé sont les collecteurs d’impôts modernes puisqu’à travers elles 94% des citoyens sont taxés dans leur droit fondamental aux soins et à la santé ! Ce droit à la Santé qui n’est plus un droit républicain, c’est un service donc il est taxé. La Protection Sociale au même titre que l’Ecole, les Services Publics de Proximité, la Poste, les Transports…tout est dérégulé, démantelé, livré à la finance et aux bénéfices des actionnaires. A travers cette taxe sur la Santé c’est le lien social qui est attaqué, ce sont aussi la mise en danger des réponses collectives apportées par la Mutualisation aux vulnérabilités individuelles et collectives. La santé publique ne pèse pas lourd face à ces arbitrages iniques qui mettent en cause notre droit à la Santé. Les conséquences à terme de ces décisions inégalitaires seront plus dramatiques que les économies budgétaires envisagées. Car être contraint de renoncer à des soins courants aujourd’hui c’est s’exposer demain à plus grave, plus invalidant, et donc plus couteux pour le système. Déjà de plus en plus de gens renoncent aux soins pour des raisons financières. Durant la dernière campagne pour la Mairie de Biarritz notre équipe Biarritz Citoyen Solidaire-Elkartu avait proposé la création de Maisons de la Santé et de la Prévention ainsi que la création d’un Conseil local de la Santé. Avec pour objectif de lutter contre les inégalités d’accès aux soins et à la santé. Hélas nous sommes déjà rattrapés par la réalité. Face aux attaques de la Droite à Paris, et en attendant des temps meilleurs, il faut s’organiser localement et faire du principe de résistance un devoir de Solidarité active. Régine Daguerre & Peio Claverie elkartu@hotmail.fr http://biarritz.citoyen.solidaire.over-blog.com NOVEMBRE 2011 N°212 | BIARRITZ magazine 35


le carnet

FÉLICITATIONS À…

BIENVENUE À…

Loan Mas et Andrew Morris se sont unis le 9 septembre

Zoé Lou Passicot Aldabe, née le 14 septembre

Laly Hitze, née le 7 septembre

NAISSANCES

JUILLET TIMAÏ YEE-CHONG-TCHI-KAN ■ EMMA RAVE ■ NAOMI VIEILLARD ■ CHLOÉ INDEY DEBRUS ■ SHANELLE ALTOLAGUIRRE GERGAUD ■ ROMANE JUILLON--NGONJOU YOKE ■ CAMILY PHILLIPU AOÛT QUENTIN TELLECHEA ■ SHIVANI GERBER SEPTEMBRE SAUL HERNANDEZ ■ BAPTISTE BERTHO ■ BAPTISTE FERRAS ■ DIANA CARBONELL--JIMENEZ ■ LALY HITZE ■ AMAIA LAMAZOU ■ ZOÉ PASSICOT ■ THÉODORE CASSAGNARD ■ LIAM MAISONNAVE ■ JEAN LASSERRE ■ LILY APPA ■ PAUL JOSEAU ■ XANA ECHEGARAY ■

MARIAGES

JUILLET CHRISTOPHE BAGARDIE ET VALÉRIE LAMALLE SEPTEMBRE MICKAËL GAUCI ET ÉLISE LECOINTRE ■ XAVIER GONI CÉCILE CASTILLOU ■ JULES NKOK MINYEM ET FRANÇOISE BOUNIN OCTOBRE JOËL ABRANCHES ET JULIE LABADIE ■ JULIEN LUXCEY ET CATY AMON ■ JULIEN RENEUX ET SANDRINE BAT ■ NICOLAS SCHALK ET MAGALI COUSSI ■ DIDIER LECUYER ET CAROLE HALSOUET ■ ET

DÉCÈS

SEPTEMBRE SUZANNE MAUFROY (86 ANS) ■ ANNIE LAVERGNE (74 ANS) ■ GERMAINE MIRAMON (92 ANS) ■ NATHALIE KOVALEFF (81 ANS) ■ ANDRÉ MARTIN (75 ANS) ■ GEORGETTE PERRAUDIN (91 ANS) ■ ODETTE CLUPOT (94 ANS) ■ EVELYNE PIERRON (58 ANS) ■ MARIE-THÉRÈSE MARTIN (74 ANS) ■ ADRIANA GASTON (84 ANS) ■ AURELIA AGUIRRE (91 ANS) ■ MARIE-THÉRÈSE FELDER (82 ANS) ■ BERNARD MAURIN (66 ANS) ■ CLAUDE COLIN (86 ANS) ■ CLAUDE ESCOLANO (64 ANS) ■ AGUSTINA BRAJEUL (90 ANS) OCTOBRE LOUISE SARREBEYROUX (95 ANS) ■ MARCEL CHASSANY (97 ANS) ■ ANITA GIZARDIN VIVIÉ (85 ANS) ■

qui le désirent peuvent souscrire un abonnement à l’aide de ce coupon. Nom

............................................................

................................................................

Prénom

Code postal

..................................

Adresse

........................................................................................

Ville

........................................................................................

..........................................

Souscrit un abonnement d’un an (11 numéros) pour la somme de 17 €. Ci-joint : chèque bancaire (à l’ordre du Trésor Public) réabonnement

36 BIARRITZ magazine | NOVEMBRE 2011 N°212

Biarritz magazine

Service information-communication Tél. 05 59 41 54 34 biarritz.magazine@biarritz.fr Hôtel de Ville BP 58 64202 Biarritz cedex

Photos : © DR

POUR S’ABONNER Le magazine municipal est distribué gratuitement à travers Biarritz. Les personnes


Biarritz Mag 212  

Biarritz Magazine

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you