Issuu on Google+

BIARRITZ magazine N°199 SEPTEMBRE 2010

L’ACTUALITÉ 20 Temps d’aimer Festival Biarritz Amérique Latine LA VILLE C’est la rentrée ! DOSSIER

la mobilité de demain


sommaire

2 LA TRIBUNE 4 LE ZAPPING DE L’ÉTÉ L’ ACTUALITÉ 6 20 Temps d’Aimer 7 Festival Biarritz Amérique Latine

LE DOSSIER

6

10 La mobilité de demain 18 DOSIERA Garraioko iraultza berria

LA VILLE 20 Vie quotidienne C’est la rentrée ! 22 Rencontres Jean-Paul Brosse Maite Borda Lenaïc Tiphaine 23 Pavillon Biarritz Océan 24 MÉMOIRE Histoire des transports sur le BAB

22

LA VIE ASSOCIATIVE

BIARRITZ magazine N°199 SEPTEMBRE 2010

L’ACTUALITé 20 TEMPS d’AIMER FESTIVAL BIARRITz AMéRIqUE LATINE LA VILLE C’EST LA RENTRéE ! dOSSIER

LA MOBILITé dE dEMAIN BtzMag_199Couv.indd 1

30/08/10 12:11:40

COURRIER

Septembre 2010 | n° 199 Directeur de la publication Michel Veunac Directrice de la communication Claire Ripert Rédactrice en chef Anne-Marie Galé Participation rédactionnelle : A. Rode, S. Vivé, D. Yustède, M. Esteban, L. Rachez, L. Muller, M. de Bonnières Réalisation API® : Maquette Vincent Ahetz-Etcheber Impression SAI – BP 90 041 64201 Biarritz CEDEX – 05 59 43 80 30 Publicité – Yann Murzeau – 05 59 52 84 00 ISSN : 0998-0687 Couverture : L. Garcia (retouche Profil Kolor)

Merci de nous contacter : Service information-communication Hôtel de Ville 64200 Biarritz Tél. 05 59 41 54 34 Fax. 05 59 41 59 61 biarritz.magazine@biarritz.fr

L’AGENDA 30 Exposition l’Océan La rentrée du Royal La rentrée de l’Atabal 33 L’EXPRESSION DES GROUPES POLITIQUES 36 LE CARNET

www.biarritz.fr SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 1

Photos : © L.-P.Tragiclov, I. Palé, Photo Bernard, E. Martens

10

31

27 La rentrée des associations


la tribune AMBITION D’AVENIR

L

a rentrée de septembre sera décisive pour notre ville, car elle aboutira, en mars, à la moitié du mandat municipal, au renouvellement cantonal de Biarritz Ouest et verra l’ouverture d’équipements nouveaux, qui donneront un grand élan à Biarritz.

© Deepix

La réalisation d’un projet municipal global nécessite des rendez-vous avec l’opinion, pour que les polémiques d’un moment s’effacent derrière la réalité des chantiers et les perspectives d’avenir que ces derniers ouvrent.

“La Cité de l’Océan et le nouveau Musée de la Mer seront les éléments moteurs d’un positionnement moderne de Biarritz…”

La Halle d’Iraty, par exemple, a donné lieu à beaucoup de bavardages. Elle a été ouverte en début d’année et déjà une quinzaine de manifestations auront été organisées en 2010, avec un incontestable succès. Il s’agit maintenant de faire vivre la structure pour augmenter le taux de fréquentation des hôtels, des restaurants, des commerces de la ville et de l’agglomération. C’est affaire de professionnalisme et d’imagination, je fais confiance totalement à Biarritz Tourisme pour cela.

Mais la Halle d’Iraty est en même temps, l’élément déclencheur d’une dynamique économique, qui va s’affirmer dans les mois qui viennent. La construction privée de bâtiments de bureaux, la rénovation à des fins commerciales des halles en bois, la construction du magasin Leclerc, celle du Centre de formation des ostéopathes, celle d’un Centre de services, directement lié à l’exploitation de la Halle et ouvert à toutes les activités de la zone, la réalisation d’un Skate Park couvert, le réaménagement des entrepôts Destandau, pour l’accueil de Surf Rider Foundation et pour un espace d’exposition artistique, autant de chantiers qui seront lancés ou achevés en 2011, avec

2 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

leurs conséquences positives au niveau de la vie sociale, culturelle, de l’emploi et des revenus. La Cité de l’Océan et l’extension du Musée de la Mer seront, elles, inaugurées vers Pâques 2011. Je ne m’étendrai pas sur le débat concernant l’opportunité de tels investissements. Mes opposants devront reconnaître un jour leur erreur. Mais là n’est plus la question. L’enjeu pour ces deux équipements est de sensibiliser l’opinion sur la protection de l’Océan, d’animer plus encore la ville, d’attirer des touristes, notamment des jeunes et d’entraîner l’implantation dans notre région, d’une filière d’activités économiques autour du thème de l’Océan. Séminaires, colloques, salons, formations supérieures, « unités » de production, laboratoires de recherches, sont des objectifs que nous poursuivrons inlassablement, en coopération avec des groupes privés, des institutions publiques, des collectivités locales, tous partenaires de cette grande ambition. Notre volonté est que Biarritz, la Côte Basque et l’Aquitaine aient leur place dans cette démarche que le Grenelle de la Mer entend stimuler et qui correspond à l’intérêt bien compris de la société humaine. La Cité de l’Océan et le nouveau Musée de la Mer seront les éléments moteurs d’un positionnement moderne de Biarritz, qui se superposera à son image historique et patrimoniale, née du passé. *** Le quartier Kléber va sortir de terre dès le début de l’année prochaine, les travaux de réseaux sont en cours. Le choix des architectes interviendra très prochainement et l’ensemble urbain se mettra progressivement en place, sur la base de la mixité sociale, du développement durable et d’une architecture résolument moderne. L’un des grands défis pour Kléber, comme pour la ville en général, est celui des transports collectifs. La réussite remarquable de la navette de centre ville, de la navette Côte Basque, nous conduisent à réfléchir sur l’ouverture d’autres navettes, notamment pour rapprocher Kléber du centre ville et pour accéder aisément au Musée de la Mer et à la Cité de l’Océan.


On le voit, la création d’un quartier ne se suffit pas à elle seule. Ce qui est en jeu, c’est son intégration dans la ville, ses liaisons avec les autres quartiers, son apport en équipements publics, commerciaux, de services, son identité propre. En un mot, la réussite d’une greffe sur le corps existant. Enfin, la rénovation des Halles municipales va être engagée concrètement, fin 2011. Un architecte a été désigné et travaille sur le dossier. Il s’agit d’abord de mettre le bâtiment en conformité totale avec la réglementation européenne d’hygiène et de sécurité. Mais il s’agit aussi, de renforcer le principal pôle commercial de la ville, notamment alimentaire, par une recomposition du secteur urbain environnant, l’ouvrant mieux à la promenade et aux piétons et lui donnant de nouvelles possibilités de stationnement souterrain. Le bâtiment des Halles doit être l’élément générateur d’une modernisation du quartier, dans le prolongement de ce qui s’est fait pour la place Clemenceau, la place Bellevue et les rues adjacentes. *** J’entends bien certains dire, à quoi tout cela sert ? Notre ville est belle, elle est bien équipée, elle est très recherchée, pourquoi vouloir toujours transformer, innover, changer ? La réponse est simple. Il est illusoire de croire, dans un monde qui se transforme rapidement, que notre ville puisse rester immobile. Si elle ne prend pas en compte les changements de modes de vie, les exigences du tourisme moderne, les impératifs de la justice et de la cohésion sociale, Biarritz sera vite condamnée à devenir une maison de retraite dorée. Et cela n’est souhaitable pour personne. Nous avons eu la chance d’hériter d’une ville construite il y a 150 ans, autour d’une belle histoire d’amour, d’un tourisme de privilégiés, d’un climat et d’une côte exceptionnels, d’une capacité d’accueil remarquable. Nous devons aujourd’hui la faire évoluer, pour qu’elle soit plus vivante, attractive, adaptée aux exigences modernes de nos visiteurs, tout en restant fière de son identité, de son environnement, de son patrimoine. *** Construire une ville c’est construire une société humaine et si nous avons aussi dans nos préoccupations premières, la réalisation d’un Hôtel Social, pour accueillir les plus défavorisés, si nous avons la volonté d’ouvrir un Centre de Jour pour les malades d’Alzheimer et aider les familles touchées, si nous avons décidé de restructurer le Jardin Public pour en refaire le lieu de la rencontre, si nous voulons créer une

crèche supplémentaire à Kléber, si nous voulons construire un Skate Park à Iraty, c’est tout simplement pour apporter une réponse positive aux besoins des parents, des jeunes, des sans logement, du quatrième âge, c’est-à-dire de l’ensemble des catégories sociales en attente. Dans cette logique, on ne peut ignorer la problématique de l’emploi, plus aiguë aujourd’hui que jamais et qui commande la solution de la plupart des difficultés sociales. La clé s’appelle compétitivité. Si l’Espagne est devenue la première destination touristique du monde c’est grâce à son effort remarquable d’équipement, que l’on peut observer facilement de l’autre côté de la frontière. Le tourisme a cette caractéristique particulière de se développer non pas à partir de la demande, mais à partir de l’offre. Il n’y a aucune chance d’accueillir un congrès à Biarritz s’il n’y a pas d’installations adaptées aux congrès et donc l’offre précède toujours la demande et conditionne la reconnaissance de la station sur le marché international.

“Il est illusoire de croire, dans un monde qui se transforme rapidement, que notre ville puisse rester immobile.”

Les efforts que nous faisons pour développer la ville, ont pour but justement de rendre mieux adaptée son offre touristique et d’attirer tout au long de l’année, le plus de monde possible pour pouvoir créer des emplois et de l’activité. La difficulté pour le Maire et son équipe, est de convaincre leurs concitoyens que l’immobilisme est la pire des attitudes, celle de la démission et de l’irresponsabilité. Nous cherchons donc à rassembler la population autour d’une vraie ambition qui soit porteuse d’avenir, génératrice d’une action motivante pour la jeunesse, porteuse d’engagements en faveur d’une communauté humaine plus apaisée et équitable, source d’une véritable espérance pour tous. J’espère que les prochains mois donneront son plein sens à cette manière de voir la politique municipale et je remercie mes adjoints et les conseillers municipaux de la Majorité, l’Administration dans son ensemble, pour la contribution qui est la leur dans ce combat de tous les instants, pas toujours compris, souvent objet de critique et de polémique, mais indispensable à la nécessaire marche en avant. Didier Borotra, sénateur maire

SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 3


le zapping de l’été

8 1

3

6

2

9

5 7

4 1, 2, 3 - Roxy jam, dominatrice tout au long de la compétition, Cori Schumacher a été sacrée Championne du Monde 2010 de Longboard. Côté musique, Micky Green a mis le feu au Port Vieux. Plus de 43 000 spectateurs (concerts et compétition) ont fréquenté le festival. © Aquashot/Roxy 4 - Open Tennis, l’Allemande Julia Georges a remporté en juillet le septième Open GDF SUEZ de Biarritz et dans la foulée le tournoi WTA de Bad Gastein en Autriche. © DR 5 - Envoyé spécial exporte son plateau au Pays Basque, dans les endroits phares de Biarritz : Françoise Joly et Guilaine Chenu étaient en tournage début juillet sur la Grande Plage. © I. Palé 4 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

6 - Présentation de l’équipe du BOPB au complet avec deux nouvelles recrues australiennes : Michael Bond et Dane Haylett-Petty. © Photo Bernard 7 - Pavillon Biarritz Océan, inauguré mi-juillet, le hall d’exposition, qui présente les projets de la Cité de l’Océan et du Musée de la Mer, a reçu à ce jour 16 000 visiteurs. © I. Palé 8 - Flash mob, 700 danseurs ont participé à la deuxième flash mob sur l’esplanade de la Grande Plage. © B. Lapègue 9 - La traditionnelle Nuit Féérique du 15 août a ébloui des milliers de spectateurs. © B. Lapègue


12

14

10

13

15

16

11 10,11 - Big festival, 4 soirs, 4 ambiances, avec Iggy Pop, John Butler Trio et Cœur de Pirate, le Big Festival a fait le plein : entre 13 000 et 14 000 entrées et un retour annoncé, l’été prochain ! © N. Mollo / Photomobile ; L. Garcia

14 - BOPB et la Real Sociedad, signe d’un rapprochement grandissant entre le BOPB et la Real Sociedad - qui retrouve la "Liga" cette saison - les footballeurs de Donosti se sont entraînés à Aguilera le 20 août. Les présidents, Jokin Aperribay et Serge Blanco, en ont profité pour échanger les maillots de leur club. © Photo Bernard

12,13 - Festilasai, le jeune skateur de 14 ans Mat Débauché a remporté le duel de figures du Festilasai. La compétition a ensuite laissé place à une série de concerts à l’Atabal où les Foreign Beggars ont mis leur public en transe. © N. Mollo ; Ben de la souche rock

15,16 - Le Rip Curl Music Festival. Fin août, 45 000 festivaliers étaient à Ilbarritz, les pieds dans le sable et la tête dans les étoiles pour deux soirs de concerts gratuits, avec Wax Tailor et les Naive New Beaters… La Surfrider Foundation y soufflait ses 20 bougies. © K. Métallier SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 5


l’actualité

20 Temps d’aimer

Du 10 au 19 septembre, la 20e édition du Temps d’aimer sonne comme un bel anniversaire. Pour le fêter comme il se doit, le festival convie les fidèles artistes des débuts, présente un programme illuminé par la présence de grandes compagnies et comme cadeau à un public toujours plus nombreux, limite le prix des billets à 20 €…

CCN Ballet de Lorraine

Victor Ullate Ballet

Compagnie l’Éventail

Trisha Brown danse company

Le CCN Ballet de Lorraine a la primeur du festival, présentant dans l’écrin de la plage du Port Vieux, Tragic/love, une œuvre belle et grave sur les relations amoureuses. Parmi les habitués du festival, Victor Ullate revient avec Samsara, véritable voyage vers un Orient empreint de phantasmes et la compagnie l’Éventail suggère dans Métamorphose(s), un travail sur la musique en mouvement. L’ancien danseur étoile Kader Belarbi met en scène ses dernières créations dans Soirée Entre d’Eux. Cerise sur le gâteau, la grande chorégraphe américaine du postmodern dance, Trisha Brown vient présenter avec sa compagnie, Foray Forêt You can see us, trois pièces dont l’une est accompagnée de l’harmonie de Biarritz. Parmi les points d’orgue du festival, figure aussi Roméo et Juliette, la dernière création de Thierry Malandain. Une programmation très riche avec une kyrielle de grandes compagnies à découvrir sur [www.letempsdaimer.com] et pour prolonger le Temps d’Aimer, le Béjart Ballet Lausanne sera à Biarritz le 19 octobre. À découvrir aussi, des films, expositions et ateliers. 6 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

La cheville ouvrière de la danse à Biarritz Gardienne du Temple du 7e art à Biarritz, Biarritz culture, œuvre depuis 20 ans pour offrir à un public toujours grandissant, une programmation d’une très grande qualité. L’anniversaire du festival est un peu le sien, comme le témoigne la saison danse 2009/ 2010. En effet, pas moins de 8391 passionnés ont assisté à des spectacles unanimement salués par la critique internationale comme : Le jardin des délices de Blanca Li, la revue Zoopsie Comedi ou la compagnie brésilienne Grupo Corpo, pour ne citer qu’eux… [www.biarritz-culture.com]


Festival Biarritz Amérique Latine Prometteur d’un agréable voyage, le petit Saint-Christophe de la vidéo du Festival Biarritz Amérique Latine, nous entraîne du 27 septembre au 3 octobre à la découverte du cinéma de l’Amérique du sud et de sa culture, à la faveur d’une programmation riche et inédite. En 19 ans, le festival est devenu la référence dans le domaine de l’industrie cinématographique latino-américaine. Il met cette année en compétition : 10 long-métrages, 10 courts métrages, 15 documentaires et décerne aussi le Prix du Syndicat Français de la Critique de Cinéma. Outre les films en compétition, le festival propose comme chaque année, des hommages et des rétrospectives autour de différentes thématiques. Il invite également à découvrir la culture sud-américaine, avec des rencontres littéraires, des expositions de photographies et des conférences universitaires. Le fameux Village du festival, lieu de convivialité et d’échanges situé face à l’océan permet d’assister aux expositions, aux conférences et tous les soirs aux concerts gratuits. La fréquentation du festival est en progression permanente avec un taux record de 25 000 spectateurs payants lors de la dernière édition. [www.festivaldebiarritz.com]

Les gratuits du festival

Mara (exposition)

Agnès Jaoui, juré au festival

Le village

LES GRATUITS DU FESTIVAL • Le Village du festival, au Casino municipal, ouvert de 9 h à 2 h du matin, est le lieu de rencontres et de fête de cette semaine latino-américaine avec des artisans, des cours de danse, des restos, des bars à tapas et des expositions : Les maras de Christian Poveda ; L’autre versant du monde de Jacques Borgetto. • Rencontres avec les réalisateurs et invités du festival, tous les jours à 12h. • Musique, en journée et soirée Ens’ batucada, batucada brésilienne, Onda Vaga, groupe de musique folk uruguayen-argentin, Bárbara Luna, chanteuse argentine, La nueva edición, groupe de 11 musiciens colombiens. Et comme nouveauté : Programmation Radio Nova avec le groupe colombien Tres coronas, et le fameux dj de Radio Nova, DJ Rémy Kolpa Kopoul. • Des conférences, organisées avec l’IHEAL (Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine) autour de débats centrés le 28 septembre, sur Les années Lula : quel bilan à la veille des élections d’Octobre 2010 ? • Rencontres Littéraires, les 30 septembre, 1er et 2 octobre avec Luis Sepúlveda (Chili), Luis Britto García (Venezuela), Lucía Puenzo (Argentine), Juan Villoro (Mexique). • 2e délibération publique du jury du Syndicat Français de la Critique, le 2 septembre qui décerne le Prix du Syndicat de la Critique de Cinéma. [www.festivaldebiarritz.com]. No me ama

Agnès Jaoui préside cette année le jury de la compétition Courts Métrages. Une invitée de marque au regard de sa carrière d’actrice, de réalisatrice et de chanteuse. Sont en compétition : Calle última de Marcelo Martinessi, Paraguay. El pozo de G. Arriaga, Mexique. En agosto de A. Barrientos et C. Reyes, Colombie. Estação de Márcia Faria, Brésil. Esto es un revolver de P. González, Colombie. La mina de oro de J. Bonnavent, Mexique. Los minutos, las horas de J. Marques Ribeiro, Cuba. No me ama de M. Piroyansky, Argentine. Rosa de M. Lairana, Argentine. Un nuevo baile de N. Lasnibat, Chili.

SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 7


l’actualité Pari réussi pour la Halle d’Iraty

La Halle d’Iraty a accueilli, en juillet, le Big Festival, l’occasion de mesurer la très bonne fonctionnalité des lieux et leur capacité à accueillir les grands concerts. Excellente acoustique, parfaite convivialité de l’espace, aisance de circulation, sans compter les facilités de logistique. Après l’accueil de ses premiers grands salons, l’équipement confirme sa parfaite polyvalence, cela, à quelques semaines de l’ouverture en octobre de la 11e édition du salon Solutions Maison, dédié à l’habitat et de l’organisation d’un grand concert lors des fêtes de Biarritz. La Halle d’Iraty accueillera aussi : à la fin du mois d’octobre, le Salon du Chocolat ; en novembre, Bib’o Bac, le salon des 0-18 ans, l’incontournable Innobat dévolu aux professionnels du bâtiment suivi d’Animaliade, le salon du chiot et du chaton ; Kdo Bask en décembre. Avec cinq grands salons déjà confirmés pour le premier trimestre 2011, le bâtiment répond pleinement à ses objectifs.

Formation aux métiers du sport en Sud Aquitain Le CREPS Aquitaine et l’Académie Basque du Sport étendent leur collaboration afin de développer l’offre de formation aux métiers du sport dans le sud aquitain. Ainsi dès 2011, un Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport Activités Gymniques de la Forme et de la Force (BPJEPS AGFF) sera dispensé. Suivront, le BPJEPS Activités Aquatiques autour de la thalassothérapie, le BPJEPS golf, ainsi que le BPJEPS rugby, avec pour ce dernier, une ouverture transfrontalière. Rens. : 05 59 01 00 73.

Le Roman de Biarritz et du Pays Basque

Cap au Nord ! I amsterdam, un slogan qui invite au voyage. Jusqu’au 31 octobre, la compagnie aérienne hollandaise Transavia propose au départ de Biarritz trois vols par semaine - les lundis, jeudis et dimanches - à destination d’Amsterdam. Un moyen de s’évader quelques jours dans une capitale dans le vent et dotée d’une extraordinaire vitalité. Véritable carrefour culturel, la Venise du Nord regorge de charmantes petites échoppes, ici des brocanteurs, là, des diamantaires. Les boutiques de créateurs côtoient les bars et cafés branchés dans une atmosphère très européenne. La vogue est au Nord de l’Europe et Biarritz relie désormais les principales destinations : Genève avec Air France et Baboo ; Londres Gatwick avec Easyjet ; Londres Stansted, Dublin, Shannon, Frankfort Hahn et Birmingham avec Ryanair ; Helsinki avec Blue1. L’occasion de s’envoler vers de nouveaux horizons… et d’accueillir plus souvent nos voisins Nordique. 8 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

Reporter pour Paris Match, Sylvie Santini signe son deuxième ouvrage, Le Roman de Biarritz et du Pays Basque. Native de Biarritz, elle l’a imaginé comme un réel voyage en quête de l’identité basque et de la définition du contour du Sud Ouest : “Un retour aux sources et une manière de rappeler ce qu’est le Pays Basque”. Le Roman de Biarritz et du Pays Basque vient d’être salué par le prix des Trois Couronnes, un gage de légitimité et de prestige dont l’écrivaine se dit très honorée, de quoi selon elle, dorer un peu plus l’image de la région !


Événement désormais pérenne à Biarritz, le Rendez-Vous de TV France International se déroule du 6 au 10 septembre. Ce marché de programmes français permet aux acheteurs étrangers de visionner le meilleur de l’offre télévisuelle française récente, puisque deux-tiers des œuvres y sont présentées pour la première fois. Un mois avant le Mipcom, les productions françaises sont présentées hors toute concurrence étrangère. En 2009, la 15e édition a rassemblé environ 170 acheteurs étrangers et 53 sociétés françaises qui ont présenté près de 800 programmes dont 365 inédits. [www.tvfrance-intl.com].

Meilleur entraîneur européen 2009 Le joueur de golf biarrot Olivier Léglise a reçu le Prix du Meilleur entraîneur européen 2009. Une récompense qui salue ses qualités d’entraîneur quand on connaît ses exploits de joueur : 5 tournois remportés. Son professorat sur le golf d’Arcangues l’a conduit à entraîner des joueurs professionnels pour la Fédération française de golf. Il est ainsi devenu le coach des jeunes talents Gwladys Nocera et Grégory Bourdy.

Les Journées du patrimoine Les 18 et 19 septembre, les Journées du patrimoine, proposent une découverte de la ville à travers quatre parcours. Végétal : une balade au bord des lacs Marion et Mouriscot et dans les allées du Parc Mazon, mais aussi dans les jardins et squares de la ville ; Haute couture et gourmandise  : l’occasion de retrouver le passé prestigieux des maisons de couture (Coco Chanel, Jean Patou, Molyneux), et des institutions gourmandes comme l’Épicerie Arostéguy, la pâtisserie Miremont, sans oublier les Halles, etc. ; Russe : une visite de lieux connus et plus mystérieux, de l’Église Orthodoxe à l’Hôtel du Palais en passant par Le chalet des Rochers, les villas Quo Vadis et Espoir, le Miramar, la Villa les Vagues, etc. ; Villas : un parcours ludique et insolite qui au fil des quartiers de Biarritz, présente les anciennes et belles demeures de la ville. Au programme aussi, la visite gratuite de monuments historiques classés, des conférences, des animations pour enfants… Rens. : 05 59 41 57 50 [culture@biarritz.fr] [www.biarritz.fr].

Metropolitan Opéra : saison 3

Devant le succès de la diffusion en direct des opéras du MET, quatre nouvelles productions sont programmées à la Gare du Midi lors de la saison 2010/2011. Boris Godounov, le 23 octobre ; Don Carlo, le 11 décembre ; Iphigénie en Tauride, le 26 février ; Le Trouvère, le 30 avril. Rens. : 05 59 41 57 50 [culture@biarritz.fr] [www.biarritz.fr].

Brève de mag >>>>>> Derby : de rouge et de bleu ciel… Le 2 octobre, la lutte éternelle entre les deux meilleurs ennemis du monde va reprendre pour un match qui aurait pu ne pas avoir lieu… Les derbies Bayonne/Biarritz sont, sans nul doute, les plus attendus de la saison, sinon les rencontres qui suscitent le plus de passion. Bayonne qui n’est pas passé loin du purgatoire, s’est offert les services de “l’ancien Biarrot” Thomas Lièvremont, une bouffée d’oxygène au vu de ses derniers résultats. Le BO quant à lui, poursuit un objectif - presque atteint l’année dernière en finale des championnats d’Europe - celui de remporter un titre à l’issue de la saison. Les deux équipes vont donc s’affronter pour le plus grand plaisir des amateurs de rugby, avec du beau jeu en perspective animé par leurs motivations respectives. À signaler la sortie d’un essai réussi ! Histoire du derby basque retrace de 1906 à 2010, les rencontres entre Bayonne et Biarritz. Du premier match gagné sur tapis vert aux matches du Top 14 en passant par la superbe finale de 1934 ou par le palpitant quart de finale de 1992, au fil des pages, et à travers de nombreuses anecdotes le lecteur découvre la saga des frères ennemis. Archives : Julio Urquidi ; photos : Daniel Velez ; textes : Jean-Louis Berho ; édition : Jean-Pierre Hiribarne. Rens. : 06 74 88 44 75. SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 9

Phoos : © P.-B. Goode ; L.-P.Tragiclov, N. Nguyen ; DR, Photomobile ; V. Lavauden / tendancepress@free.fr ; I. Palé ; Ville de Biarritz ; Photo Bernard.

Rendez-vous de TV France International


le dossier

LA MOBILITÉ DE DEMAIN

Stop au TOUT VOITURE ! Bilan carbone oblige, la semaine européenne de la mobilité, qui se déroule du 16 au 22 septembre, nous incite à réfléchir sur l’opportunité de nous déplacer autrement. À l’instar des grandes agglomérations, la CABAB définit un nouveau service de transports publics, alors que la Ville de Biarritz met en place des navettes gratuites desservant des parcs relais, avec une ambition commune : adopter aujourd’hui la mobilité de demain. Un nouveau modèle de mobilité urbaine Par Michel Veunac, adjoint au maire, président du Syndicat Mixte des Transports en commun "Comme dans la plupart des agglomérations, la révolution des transports et des déplacements est en marche sur le BAB. Chez nous comme ailleurs, c’est le même enjeu, c’est la même urgence : développer des modes de transports alternatifs au « tout voiture », encourager une autre culture du déplacement et de la mobilité. Il faut le reconnaître, nous avons pris du retard dans ce domaine : les déplacements en voiture n’ont cessé de progresser sur notre agglomération et seulement 4 % des déplacements se font aujourd’hui en transports en commun. L’actuel réseau de transports publics se révèle peu attractif et les modes de mobilité alternatifs à la voiture ont été peu développés. Les conséquences, nous les connaissons : les axes majeurs de circulation sont de plus en plus engorgés, le trafic automobile représente la première cause d’émission de polluants atmosphériques, la circulation est de plus en plus source de nuisances et d’insécurité.

10 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199


Michel Veunac

L’objectif est donc clair : mettre en place, dans la décennie qui vient, les conditions d’une mobilité durable et écologique, c’est-àdire des possibilités nouvelles de déplacements et une offre de transports publics à la fois performante, attractive et diversifiée. Pour y parvenir, trois démarches doivent être menées simultanément et avec détermination : mettre la voiture à sa juste place, développer l’offre de transports collectifs et promouvoir de nouvelles formes de mobilité. Ces trois principes sont ceux qui dirigent aujourd’hui les politiques urbaines en matière de déplacement, de transports et de mobilité. Il s’agit d’opérer un transfert de la voiture particulière vers les transports publics et vers des modes de déplacement non motorisés, ainsi que d’encourager une autre utilisation de la voiture que son usage par une personne seule. Co-voiturage, auto-partage, transport à la demande, service de mise à disposition de vélos sont autant de solutions qui se multiplient dans les agglomérations et viennent compléter des réseaux modernes et efficaces de transports publics. Cette offre nouvelle de déplacement et de mobilité est attendue par nos concitoyens et quand elle leur est proposée, le succès est assuré. À Bordeaux, le tram a fait l’objet d’un véritable plébiscite et a transporté 55 millions de passagers en 2008, augmentant de 50 % l’usage des transports publics par rapport à l’année 2000. Mais, avec l’arrivée du tram, c’est aussi une nouvelle culture de la mobilité urbaine qui s’est développée dans la capitale régionale, dont le maire confiait récemment : « J’ai été surpris par la rapidité et la durabilité du succès du tram. Mais ce qui m’a le plus étonné, par son ampleur, c’est l’explosion du vélo ». Nous le savons bien : le temps du « tout-voiture » n’est plus concevable et nous devons aller vers des transports urbains plus collectifs et plus doux, écologiquement plus supportables. Les transports urbains sont donc devenus un enjeu essentiel de toute politique de développement durable, dans ses différents aspects économiques, sociaux et environnementaux. Sur le BAB, le mouvement est lancé : un nouveau réseau de transports collectifs, très performant, verra progressivement le jour à partir de 2011, avec une tarification plus incitative et des bus à haut niveau de service circulant, pour les grands axes structurants, sur des couloirs réservés. Les modes de déplacement alternatifs à la voiture seront encouragés et, de ce point de vue, le succès des navettes de Biarritz, complété par des parkings-relais de périphérie comme celui d’Iraty, montre l’exemple. Ainsi, les navettes de centre-ville ont transporté près de 150 000 personnes depuis janvier 2010 et, depuis sa mise en service le 14 juillet dernier, la navette d’Iraty en aura transporté 30 000 à la fin de l’été. C’est ce modèle d’une mobilité urbaine à la fois facile et responsable que nos concitoyens attendent, c’est vers lui que nous avons décidé d’aller."

SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 11


le dossier L’URGENCE EST AU CHANGEMENT

Mobilité à l’étude Le Scot (Schéma de cohérence territoriale) du Pays basque, en partenariat avec des collectivités locales du Pays basque et du Sud des Landes, a effectué de novembre 2009 à mars 2010 une enquête baptisée Ménages-déplacements auprès de 3 181 ménages (dont 365 Biarrots) de Hossegor à Hendaye et du littoral à Hasparren. Au total 6 550 personnes (dont 648 sur Biarritz) ont été interrogées, le but étant d’analyser leur habitudes de déplacements, pour mieux adapter à leurs besoins, les futurs transports mis à leur disposition. À ce jour les données sont en phase d’exploitation et les résultats de l’enquête seront rendus publics le 20 septembre, au cours d’une conférence de presse. Il ressort néanmoins que notre territoire est culturellement marqué par la voiture, avec 75 % des déplacements effectués en voiture contre seulement 4 % en transport en commun. Rens. : 05 59 74 02 57 [contact@scotab.fr].

D

ans les communes aux réseaux saturés par un trafic automobile aussi exubérant qu’incontrôl��, les questions de mobilité figurent parmi les principales priorités pour les années à venir. Si les grandes villes ont peu ou prou apporté des solutions à ces problématiques – notamment par le biais d’une offre séduisante en matière de transports en commun - les petites et moyennes collectivités réfléchissent à leur tour au moyen de juguler la suprématie automobile. Difficile de changer les comportements des autoaddicts ? Pourtant les clignotants sont là pour susciter une prise de conscience collective : sur le seul BAB, le transport des personnes équivaut à 650 000 tonnes équivalent Co2, qui représentent 60 % des émissions de gaz à effet de serre, soit la première cause de polluants atmosphériques ; le bruit, quant à lui, est source de perpétuelle nuisance ; de plus, l’importance du trafic est aussi la cause d’une forte insécurité routière.

12 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

Une bonne idée… Afin de favoriser une alternative à la voiture dans la circulation en milieu urbain, la Ville de Paris vient d’instaurer un dispositif d’aide à l’achat de deux roues électriques. Il s’agit d’une subvention fixée à 25 % du prix d’achat TTC d’un cyclomoteur électrique ou d’un vélo à assistance électrique, dans la limite de 400 € par véhicule neuf acheté. Cette offre s’adresse aux Parisiens, ainsi qu’aux commerçants, artisans dont l’établissement d’activité est à Paris. Bien entendu, pour bénéficier de cette subvention, le bénéficiaire doit passer une convention avec la Direction de la Voirie et des Déplacements de la Mairie de Paris, document qui précise les droits et obligations des deux parties. La demande de subvention est bien sûr soumise à des conditions très précisément définies. De nombreux particuliers ont déjà rempli et envoyé leur dossier. Et pourquoi pas sur le BAB ?


Vers une mobilité durable La question de la modernisation des transports publics est au cœur des enjeux du Plan Climat Territorial lancé en mars 2009 par la Communauté d’Agglomération avec les villes de Bayonne, Anglet et Biarritz. Partant du postulat qu’il faut inciter la population à réduire sa consommation automobile, la CABAB et son partenaire, le Syndicat Mixte des Transports en commun* (SMTC) ont imaginé un réseau de bus très attractif. Il se met en place dès septembre sur les bases d’une nouvelle grille tarifaire, plus simple, moins chère, et destinée à tous ; une offre optimisée avec une plus grande amplitude horaire ; une flotte de bus nouvelle génération. * Chargé de mettre en place la politique des transports urbains dans l’agglomération.

Chronobus, LA PREMIÈRE ligne propre Cette voituromania qui nous étouffe Sommes-nous devenus des autoliques anonymes ? C’est la question que pose l’association CarFree, qui à l’instar d’autres mouvements anti-voitures, préconise la diminution maximum de l’utilisation des automobiles en ville et ailleurs, comme cela existe déjà dans certains quartiers volontaristes sans-voitures à Amsterdam ou à Fribourg en Allemagne. Avec 80 % des déplacements effectués en voiture – 12 % à pied et 4 % en transport en commun – notre agglomération compte parmi les moins éco-mobiles de l’hexagone. Depuis 5 ans, les axes principaux de la Côte basque sont congestionnés aux heures de pointe et si l’on prend en compte les 20 000 nouveaux résidents à venir d’ici 2020, l’agglomération semble vouée à une auto asphyxie. Résultantes de ce constat, les nouvelles exigences sociétales de la région qui ont favorisé l’usage exclusif de la voiture. Pour exemple, le boom immobilier contraignant les jeunes ménages à s’éloigner de la côte pour trouver un logement abordable, n’ayant d’autre alternative que l’utilisation de l’automobile pour se rendre sur leur lieu de travail. Autre incidence, l’effet agglo touristique favorisant aussi la voituromania. À cela s’ajoute un réseau de transport désormais inadapté à l’actuel contexte socio-économique de la région. Ainsi est-il venu le temps de réfléchir à une nouvelle culture de déplacement.

Amorce à ces changements, un signal fort a été initié par la CABAB et le SMTC avec le lancement expérimental en juillet 2009 de la ligne Chronobus. Un tronçon en site propre labellisé au Grenelle de l’environnement a été aménagé sur la ligne 1 – entre la gare de Bayonne et Anglet Saint-Jean – réservant une voie sur deux aux seuls autobus et cyclistes. Son but ? Offrir un substitut cadencé rapide au « tout voiture ». Ainsi un passager parti de la mairie de Bayonne rallie Biarritz en 25 minutes, et ce temps est désormais le même en sens inverse, chose impenssable auparavant (aux heures de pointe l’été et pendant la période scolaire). En un an, la fréquentation de la ligne a connu une augmentation.

Réseau d’abolition des transports payants (RATP) C’est le nom que des fraudeurs qui s’organisent en mutuelle ont donné à leur association. Le Monde du 31 juillet, consacrait un article à ces nouveaux resquilleurs qui, militant pour la gratuité des transports en commun, parent les contrôles grâce aux portables et réseaux sociaux et se cotisent pour payer leurs amendes. SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 13


le dossier Chronobus en chiffres - 9 km de voies dédiées qui améliorent le temps de parcours de 40 %, - un cadencement de l’intervalle à 10 mn, - un service de soirée jusqu’à minuit les jeudis, vendredis et samedis entre septembre et juin, - un service de nuit jusqu’à 5 h du matin en juillet et août, - de juillet 2009 à juin 2010,progression de la fréquentation de 17,5 % soit 270 000 voyageurs en plus avec une progression de 23 % d’avril à juin, - entre juillet 2009 et juin 2010 la ligne a transporté 1 778 800 passagers, - le service de soirée hors saison a transporté en moyenne 360 personnes par soir, - le service de nuit juillet et août a transporté 475 personnes par nuit en moyenne (1 044 la nuit du 14 juillet), - cumul avec l’autre service de nuit PASEO avec lequel la ligne 1 est en correspondance au centre ville de Biarritz : 1 310 personnes transportées chaque nuit.

QuestionS à… Daniel Chéné, directeur du SMTC du BAB Btz mag : Quelles sont vos premières impressions après le lancement de la ligne propre chronobus ? D. C. : “Les résultats sont très positifs et parlent d’eux-mêmes avec 260 000 passagers en plus depuis juillet 2009, date du lancement du chronobus, soit 17,5 % d’usagers en plus. Nous avons gagné de nouveaux clients tandis que les craintes émises par les automobilistes et les commerçants se sont dissipées, puisque nous avons constaté une pacification du trafic sur la RD 810.” Biarritz magazine : Où en est la mise en place du nouveau réseau et quelles sont les nouveautés à venir ? Daniel Chéné : “Le nouveau réseau de 11 lignes qui va être présenté aux usagers cet automne, sera effectif le 3 janvier 2011. Les nouveautés consistent en une offre nettement supérieure à l’actuelle - d’environ 40 % - avec une augmentation de la flotte, des sites desservis et des fréquences, la réduction des intervalles réduits par rapport à aujourd’hui, une plus grande amplitude horaire et une baisse de la grille tarifaire. Les axes structurants vont être modifiés et optimisés : l’A1 (actuelle ligne 1), complètera l’itinéraire d’origine en desservant Bidart, via la Négresse ; Veolia nouveau partenaire de la cabab et du smtc Le groupe Veolia a remporté la délégation de service public des transports en commun de l’agglomération du BAB prenant en charge la gestion du réseau urbain jusqu’en 2017.

14 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

l’A2 (actuelle ligne 2) reliera Sainsontan (Bayonne nord) à Javalquinto, en passant par les centres commerciaux d’Anglet ; la B (actuelle ligne 3) ira de Tarnos à Maignon pour désengorger l’axe Nord-Sud ; la C va desservir Saint-Pierre-d’Irube, le centre de Bayonne, l’aéroport, la Négresse et Izarbel ; enfin, une ligne circulaire inter-quartiers, verra le jour, qui fera la liaison entre Bayonne et Biarritz en passant par des quartiers tels Kléber. Nous avons aussi imaginé Allo Bus, un nouveau service de bus à la demande sur des lignes déjà existantes. Bien entendu, l’ensemble du réseau fera l’objet d’une concertation et d’une adaptation au cours du premier trimestre 2011.” Lors de la journée des transports et pendant la semaine de la mobilité, le nouveau projet de transports en commun du BAB sera présenté à travers des expositions itinérantes. À Biarritz, le samedi 18 septembre rue Louis Barthou.


SE DÉPLACER AUTREMENT

À

Biarritz et sur le BAB en général, les centres-villes ont fait la « place » aux piétons, en aménageant et réhabilitant leur centre en espace piéton, avec un objectif : rendre la ville aux promeneurs et faciliter leur quotidien. Dans cette logique, et dans la volonté de bouter les voitures hors du centre, des parkings de dissuasion situés en périphérie et desservis par un système de transport rapide et gratuit ont été mis à la disposition des usagers.

La ville nous transporte Ainsi pour encourager les automobilistes à laisser leur voiture dans les différents parkings de la ville et venir vaquer à leurs occupations dans le centre - shopping, tourisme, etc. - la Ville et le SMTC* ont mis en place un réseau de navettes gratuites. Le Circuit centre-ville comme son nom l’indique sillonne le centre de la ville. Il fonctionne tout au long de l’année, et est renforcé l’été par le Circuit Côte des Basques qui transporte les usagers du centre ville à la plage de la Côte des Basques. Une nouveauté, cette année, l’ouverture d’un troisième circuit Centre-ville / Halle d’Iraty reliant le parc d’expositions au centre ville. Il assure aux automobilistes qui se garent gratuitement sur le parking de la Halle d’Iraty, un accès direct au centre de Biarritz (arrêt parking Clemenceau). L’affrètement de navettes propres est aussi adopté de façon ponctuelle sur des manifestations telles que le Big Festival et le Rip Curl

festival, pour l’acheminement des festivaliers sur les sites. Dans l’avenir, les parcs relais devraient se multiplier aux abords des sites de fréquentation touristique et commerciaux. Avec le remaniement du réseau des transports urbains, il est prévu d’ici 2015, l’aménagement de 400 à 500 places en entrées de l’agglomération. * Syndicat des transports en commun du BAB Les navettes en chiffres • Centre ville, de janvier à début septembre : 146 866 passagers • C ôte des Basques, été 2010 : 56 575 passagers • Iraty, été 2010 : 30 419 passagers

SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 15


En septembre, la journée des transports et de la semaine de la mobilité sont l’occasion de sensibiliser la population à une mobilité plus écologique et plus économique afin de susciter des changements de comportement pérennes en matière de déplacements. Il semble que les mentalités évoluent, témoins le vélo et la marche à pied qui reviennent en force ces dernières années. Le deux-roues refait le bonheur des jeunes quinquagénaires et le covoiturage gagne du terrain, autant d’initiatives qui donnent des idées aux entrepreneurs locaux. Cap’tain scoot Le Biarrot Denis Petiot a créé un service - 24 h sur 24 et 7 jours sur 7 - dédié à tous ceux qui sont dans l’impossibilité d’utiliser momentanément leur véhicule : “J’offre un chauffeur à votre véhicule et suis à la disposition de tous ceux qui sortent le soir, qui sont invités à un mariage, qui doivent passer un contrôle technique, etc.” Équipé d’un scooter pliable, Capt’ain scoot reconduit les personnes chez elles au volant de leur voiture et repart avec son scooter qu’il a auparavant rangé dans le coffre. Sa prestation s’étend aussi aux poids-lourds et aux bus. Rens. : 06 20 94 31 52 [captainscoot@hotmail.fr] [www.captain-scoot. com]. Labelvie Labelvie assure, des transports de nuit, des trajets vers l’aéroport, la gare, les golfs, plages, etc., et a ajouté une corde à son arc en affrétant des véhicules spécialisés pour les mariages ou autres évènements. Aujourd’hui, l’entreprise propose aussi des excursions d’une journée à travers le Pays basque, même au-delà de la frontière avec un chauffeur-guide multilingues. [www.labelvie.org]

Le Pédibus à Biarritz Le conseil de quartier République-Saint-Martin-Lahouze-Larrepunte souhaite mettre en place un service gratuit d’accompagnement pédestre des écoliers de la maternelle et du primaire de leur domicile vers leur établissement et de l’établissement vers leur domicile. Les avantages sont multiples comme : recréer un lien, mieux se connaître, favoriser la santé des enfants par un peu d’exercice, leur apprendre à se déplacer en ville et en faire de futurs citoyens responsables, moins de voiture aux abords des écoles, ou encore gagner du temps en partageant les trajets entre parents.

Questions à… Gérard Gomez, président des taxis de Biarritz et président du syndicat départemental des taxis

Biarritz magazine : Comment s’organise le service des taxi ? Gérard Gomez : “27 artisans taxis tournent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, dimanches et jours fériés compris, regroupés sous un même numéro de téléphone. Les habitués et les personnes âgées représentent la plus grosse part de la clientèle annuelle, et si certains se tournent vers les navettes gratuites par exemple, d’autres privilégient notre mode de transport plus personnalisé. Nous travaillons avec les congrès et séminaires, et en été nous profitons de la manne touristique. Nous bénéficions aussi d’un certain regain grâce à la prise de conscience des automobilistes : boire ou conduire.” Btz mag : Êtes-vous en concurrence avec les transports en commun ? G. G. : “Avec les bus et les navettes gratuites, il n’y a pas vraiment de concurrence mais plutôt une complémentarité qui gagne à être exploitée plus largement. L’autorisation d’emprunter les couloirs de bus nous permet d’assurer des horaires et des temps de trajets fixes, une garantie que l’on n’a pas avec son propre véhicule. Un partenariat est à l’étude : dans le cadre du transport à la demande, les taxis prendraient le relais des bus en bout de ligne, dans les lieux non desservis, voir dans les tranches horaires non couvertes.”

SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 17

Photos : © Communauté d’Agglomération du BAB/J.Ph.Plantey, K. Métallier, L. Garcia, Journal du Pays Basque, Photo Bernard, Aquashot, E. Martens, Photomobile, C. Pasquini, Photo Bernard, DR

une autre mobilité


dosiera

Garraioko iraultza berria Urte bat, Chronobus linea berritua martxan dela. Berezko bide zonbaitzuekin eta 10 minuturo pasatuz, emaitzak hor dira : bidaia arinago eta bidaiari gehiago. Bidaiari berriek autoa utzi dute garraio kolektiboarendako. Azken berri on bat : irailetik goiti, txartelaren prezioa beheratzen da.

O

nurak baizik ez ditu ekarri 1. autobusbide berriak. Hala diote, bat eginik, bidaiari, gidari eta STABeko arduradunek. Honela erakusten dute ere xifreek : 2009ko uztailaren 8an plantan ezarria izan da Chronobus autobusa. Urte batez, % 17,5-ez emendatu da bidaiarien kopurua. 1,8 milioi bidaiariek hartu dute autobua. 300 000 bidaiari gehiago, beste urteekin konparatuz. « Gauetik egunera pasatu gira » dio Pierre Darraidou autobus gidariak. Baionako geltokia eta Angelu-Donibanen artean egindako berezko autobus bideak dena aldatu du. 4,5 km zentzu bakotxean. « Lehen Villa Pia lizeotik Baionako herriko etxeraino 40 minuta behar ziren tenore txarretan, orain 40 minuta behar dira 1. linearen ibilbide osoa egiteko Biarritzetik » gidariak zehazten duenez. Ibilbide denborak hobetzeko ere, zonbait bidegurutzeetan, autobusak du manatzen su gorriari. « Diferentzia nabarmentzen da, hilabetero bidaiari gehiago etortzen zaigu » gehitzen du 1. lineako gidariak. Ez da sekreturik : « Eskaintzen dugun zerbitzua hobeago da ». Nazional 10 ohiko —gaur RD 810— auto ilarak saihesteaz gain, Chronobus-ak erregulartasuna errespetatzen du. Hamar minuta 18 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

gehienez igurikitu behar da autobus geltokian. « Zinezko plazerra da » Pierre Darraidou-ren ustez. Gainera « jendea guttiago zainetan ezartzen da ». Nahiz eta autoen zirkulazioa trabatuagoa izan, orohar auto gidariek autobusen lerroa errespatzen dute. « Ez nuen uste hala izanen zenik, ez baita izan errepresio handirik poliziengandik. » Aldiz, segur da auto gidari ainitzek ikusiz fiteago joaiten zela autobusez, haien garraio hautua aldatu dutela.


Pierre Darraidou chauffeur de bus chez Veolia

Bidaiari berriak « Lehen, sekulan autobusa hartzen ez zuen jendea ikusten dugu » dio gidariak. Biarritze eta Baionaren arteko bide zuzena hartzen duten bezeroen % 16,5ak ez zuen autobusa erabiltzen orain arte, STAB-ek uda huntan egindako inkestaren arabera. « Orain, jende mota ezberdinak hartzen du autobusa, adibidez banketxeetako langileak,, abokatuak besteak beste. Duela hamar

HIZTEGIA LEXIQUE

txartela : le ticket • garraio kolektiboak : les transports en commun • onurak : les bénéfices • autobusbidea : la ligne de bus • auto ilarak : les bouchons • parking aldatze tokia : le parking relais

Résumé de l’article en basque

Un an après la mise en service du Chronobus, les résultats sont là. Avec 9 km de voies en site propre entre la gare de Bayonne et Anglet St-Jean, un cadencement toutes les 10 mn, la fréquentation est au rendez-vous, en hausse de 17,5 %. Près de 300 000 voyageurs supplémentaires ont été transportés sur la Ligne 1 entre Biarritz et Bayonne, pour un total annuel de 1,8 million de passagers. « C’est le jour et la nuit, confie Pierre Darraidou chauffeur du bus orange et noir, un véritable plaisir. Auparavant, aux heures de pointe je mettais 40 mn entre Villa-Pia et la mairie de Bayonne. Aujourd’hui, 40 mn, c’est le temps nécessaire pour l’ensemble du trajet. » La satisfaction est générale. Finis les embouteillages, certains feux se déclenchent même automatiquement à l’arrivée du bus et... « les gens sont moins énervés ». Selon les enquêtes de la STAB, le taux de satisfaction des usagers du Chronobus est de 91 %. Il atteint même 97 % pour ceux qui empruntent le bus de nuit, de 21h à minuit, jeudi, vendredi et samedi. Autre satisfaction, l’arrivée de nouveaux publics : « Il y a des catégories sociales différentes qui prennent la 1, des avocats allant au tribunal, des banquiers, etc.» relève Pierre Darraidou. Jugement confirmé par les enquêtes : il y a 10 ans, un voyageur sur deux était soit étudiant soit retraité, aujourd’hui les 25-60 ans constituent 60% des voyageurs. « 16,5 % des usagers de la ligne n’empruntaient jamais les transports en commun auparavant » précise Didier Libasset, responsable du développement à la STAB. La tendance devrait s’accentuer en septembre, avec un prix du ticket baissé à 1 euro et en janvier avec un nouveau réseau. Pour 2015, trois autres lignes devraient disposer de voies réservées et d’une fréquence à 10 mn, avec des parkings relais aux portes de l’agglomération. SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 19

Photos : © Photo Bernard

La Ligne 1 plébiscitée

urte, bi bidaiarietarik bat, ikasle edo erretretaduna zen. Gaur, 25 eta 60 urteren arteko jendea, linea horren bidaiarien % 60a osatzen du. « Horrek ez du erran nahi ikasle edo erretretadun guttiago ibiltzen dela autobusean, baizik eta jende aktibo, edo langile askoz gehiagok hartzen duela » nabarmentzen du Didier Libasset STAB-eko garapenaren arduradunak. Bidaiarien erdia baino gehiago aktiboak dira : langile eta enplegatuak % 35a, tarteko lanbideak % 9a, artisauak % 7a, enpresa buruak % 4a, laborariak % 1. « Publiko berria erakartzen dugu, eskaintza zinez hobetu dugulako eta autoarekin konkurentzialak girelako, ibilbide denboran, aparkatzeko zailtasunetan, eta parkingen prezioan » Didier Libasset-en ustez. Gauza batzuk ez dira aldatu. Emazteak beti gehiengoan dira, bataz beste, eguneroko 6 200 bidaiarien artean, % 60a. Duela hamar urte % 63a ziren. Pettoak ere izan dira. Marouette-eko aparkalekuan (Toys’R’Us parean) aldatze toki bezala pentsatua izan zen hastapenean. Esperientziak ez du luzaz iraun. Beti hutsa zen. Marouette-n ez da gehiago aparkalekurik. Ostegun, ostiral eta larunbatetan tenoreak luzatu dituzte gauerdi arte. Udan, zerbitzua gau osoan luzatua da egun guziz. Udan kasik 500 bidaiari ibiltzen da gauez. Bidaiarien %ko 91a erabat pozik agertzen da linea berrituarekin, inkesten arabera. Heina %97rat goratzen da gaueko bidaiarien artean. Azken hilabeteetan, autobus horren arrakasta gero ta handituz joan da. Bidaiarien emendatzea % 20etara iristen zen. Mugimenduak segitu behar luke, eta azkartu. Irailaren lehena geroztik prezioak beheititu dira : txartela euro bat, 1,20 € ordez. Zinezko 24 oreneko txartela sortzen dute ere bai, bi eurotan. Aldaketak ere izanen dira urtarrilan, sare berri batekin. Garraio kolektiboen iraultza 2015ean izanen da. Hamar minuturako autobusa eta berezko autobusbideak, beste hiru lineeri hedatuak izanen zaizkio, zinezko aparkaleku aldatze tokiekin.


Dans les écoles

la ville

C’EST LA RENTRÉE ! C’est la rentrée, l’occasion de faire le tour des écoles avec Jean-Michel Sorraits, conseiller municipal délégué aux affaires scolaires qui fait le point sur les projets et nouveautés. • L’amélioration de la qualité des repas : un vrai travail de concertation avec le cuisinier de la cuisine centrale - qui ne sert pas moins de 1 500 repas par jour – a été mis en œuvre. Tous les fruits sont bio. D’autres aliments bio tels que les féculents ou le pain, sont aussi introduits progressivement. Dans un souci d’écologie et de qualité, la viande est issue à 90 % de la production locale.

Jean-Michel Sorraits en compagnie des enfants du primaire à la cantine

“Comme chaque année, durant la période estivale, les équipes municipales (service des affaires scolaires et services techniques) sont mobilisées pour préparer la rentrée à venir. À Biarritz, de nombreux travaux ont été réalisés sur les bâtiments scolaires ; et je reviendrai plus en détail sur les différents dossiers relevant de missions éducatives dans lesquels la municipalité s’implique largement en partenariat avec l’Inspection de l’Éducation Nationale.

• Le temps de cantine : il est souvent considéré comme une récréation par les enfants et est un lieu très bruyant. C’est pourquoi, les restaurants scolaires élémentaires seront réaménagés dés cette année. Pour abaisser le niveau de bruit, les revêtements carrelés au sol seront progressivement remplacés par des revêtements de type lino ; les tables rectangulaires seront remplacées par des tables rondes ou octogonales aux plateaux amortissant et de tailles différentes, susceptibles d’améliorer le confort des plus petits et de favoriser des discussions moins bruyantes. Dans les restaurants moins spacieux, des solutions mixtes seront recherchées (tables rondes et rectangulaires et chaises adaptées). Durant le mois de septembre, une partie des cantines des écoles élémentaires en sera déjà équipée, favorisant la discussion et le calme.

LES TRAVAUX. La Ville poursuit ses efforts de rénovation des écoles. De plus, en cohérence avec le DPE (Diagnostic Performance Énergétique) réalisé en 2009, nous avons privilégié cette année les travaux liés aux économies d’énergie (isolation, changements de fenêtres, et d’éclairage …). Près de 225 000 € sont engagés pour les travaux. Les actions les plus importantes sont effectuées à l’école primaire Victor Duruy (sanitaire, ravalement et avant-toits), à l’école des Thermes Salins (création d’une rampe d’accès), à l’école maternelle Sévigné (avant-toits), à l’école primaire Paul Bert (sanitaires).

• Les relations enfants/adultes (souvent assez tendues ) : la cantine est souvent perçue par les enfants comme un lieu de défoulement où « tout est permis ». Ainsi, il n’est pas rare d’observer des comportements d’enfants inacceptables se faisant au détriment des personnels de cantine. Une des solutions retenues pour aider les agents municipaux est de renforcer la formation du personnel, (mise en place au printemps dernier et se poursuivant au cours de l’année scolaire 2010/2011). Un règlement de cantine va être instauré, qui sera présenté en classe pour responsabiliser les élèves et les avertir que même à la cantine, il y a des règles à respecter. Tout manquement au règlement engendrera une sanction, une trace écrite et un avertissement aux parents. Si tout le monde s’y met, l’ambiance à la cantine n’en sera que meilleure.

LA RESTAURATION SCOLAIRE. La Ville gère le temps de cantine et la restauration scolaire. Une réflexion entre parents, enseignants, personnel et mairie a débouché sur un plan d’actions poursuivant 3 objectifs majeurs :

L’INFORMATIQUE. Après la dotation municipale en matériel (PC, imprimante…), nous donnons aujourd’hui aux enseignants et aux élèves la possibilité de publier simplement sur le Web, en mettant à disposition des écoles un portail de publication et une

20 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199


L’ACCESSIBILITÉ. Toutes les écoles de Biarritz sont progressivement équipées de rampes d’accès pour les élèves handicapés. Cela représente un investissement lourd mais indispensable ; dès qu’un enfant handicapé est inscrit dans une école, le nécessaire est toujours réalisé pour faciliter son accessibilité et son intégration. ”

AUTISME à L’école Entretien avec Lucie Fadda, psychologue spécialisée en neuropsychologie et responsable de la structure AVA de Biarritz.

Programme, l’Enfant et l’Océan

assistance technique (ATUIC). Il s’agit d’un espace de publication et de communication pour les écoles de la circonscription, un support d’affichage mais aussi d’échanges autant pour les maîtres que pour les élèves et de stockage de ressources utiles pour la classe et les projets en cours. SUR LE PLAN SPORTIF. Le Projet Vélo démarre cette année scolaire. Ce nouveau projet sportif est tourné vers l’avenir puisqu’il s’inscrit dans un axe d’écocitoyenneté, mais il permet aussi aux enfants de deuxième cycle (CP & CE1) d’apprendre à faire du vélo. En effet, on a constaté que nombreux étaient les enfants ne sachant pas faire du vélo à cet âge. Ce sera également une manière ludique de comprendre la prévention routière et d’apprendre à la respecter matière déjà enseignée par la police municipale. Pratique technique du vélo donc, mais également mise en situation réelle, sur route, pour apprendre à devenir un cycliste responsable en milieu urbain et appréhender les risques. L’enfant et l’Océan est généralisé à toutes les classes de CM. L’objectif est de sensibiliser les enfants à l’océan, pour mieux le connaître mais aussi le respecter. Il se décline en séances de sauvetage, de secourisme, de piscine et de surf tout en explorant les loisirs et les risques de l’océan. Il sera reconduit cette année sous la même forme et concernera près de 250 élèves. L’enfant et l’Océan est un projet pédagogique majeur, spécifique à Biarritz, qui sera complété et enrichi au fil des ans par les contributions des écoles et ce, dans de nombreux domaines (littérature, histoire, sciences…). Le portail web des écoles, véritable outil de partage et de diffusion sera largement mis à contribution dans le cadre de ce projet... Un livret de l’écolier biarrot va également être travaillé cette année où l’enfant conservera une trace de ce qu’il a appris et accompli.

Biarritz Magazine : Comment fonctionne la structure AVA de Biarritz ? Lucie Fadda. : “ Notre structure est soutenue par le « plan autisme » qui vise à construire une nouvelle étape de la politique des troubles envahissants du développement et en particulier de l’autisme. Ce plan s’appuie sur trois modules : informer, dépister et accompagner. Cette première année a servi de base. À Biarritz à l’école des Pyrénées, nos éducatrices spécialisées ont pris en charge 5 enfants, de 3 à 9 ans après avoir suivi une formation spécifique à l’autisme. Chaque enfant garde la même éducatrice tout au long de l’année. De plus, des activités sont prévues durant les vacances scolaires. Par exemple, pendant le mois de juillet les enfants sont pris en charge au centre de loisirs Elgarrekin à Saint-Pierre-d’Irube avec lequel nous avons signé une convention. L’objectif étant qu’au bout de trois ans, l’enfant puisse être intégré dans une autonomie scolaire. ” Btz Mag : Après un an quel bilan dressez-vous ? L.F. : “ Le bilan est très bon pour l’équipe et pour les familles. Au départ il a fallu que la confiance s’installe car certains parents étaient réticents à l’idée de confier leurs enfants à des inconnus, mais au final ils sont ravis. Et devant l’engouement des familles, une nouvelle structure de cinq places va voir le jour à Saint-Jean-de-Luz en novembre et une autre est en projet pour 2011 dans le centre du Pays Basque.”

SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 21


la ville rencontres À vos classes ! À l’occasion de la rentrée, un proviseur de lycée, une directrice d’école, un étudiant en BTS et une collégienne évoquent leurs bonnes résolutions.

Jean-Paul Brosse, proviseur du Lycée Hôtelier de Biarritz : “Pour ma première année au Lycée Hôtelier de Biarritz, je suis confiant et j’entends bien poursuivre l’œuvre de mon prédécesseur à savoir, resserrer les relations internationales existant avec l’Espagne et l’Amérique latine et en créer avec les pays russophones. Pour cela, l’année scolaire 2010/2011 sera ponctuée d’échanges et de rencontres internationales (Canaries, Mexique...). Une restructuration des locaux est également à prévoir ainsi que la possibilité d’ouvrir prochainement une licence pro dans les années à venir, ce qui m’intéresse énormément.”

Maité Borda, directrice et institutrice de français de Itsas Argi Ikastola de Biarritz : “Cette rentrée 2010, je l’ai envisagée avec plus de sérénité qu’en 2009, car c’est ma 2e année en tant que directrice. C’est avec satisfaction que je remarque que de plus en plus de familles nouvelles inscrivent leur enfant à l’Ikastola pour qu’il soit parfaitement bilingue à l’oral et à l’écrit en fin de primaire (125 élèves inscrits pour 2010/2011). Cette année nous allons nous lancer sur le 3e volet de notre projet d’école Hygiène de vie et vivre ensemble, respect de soi, respect de l’autre et respect de l’environnement. D’autre part, pour le spectacle de fin d’année, nous regrouperons les maternelles et primaires (au lieu de 2 parties). Et nous nous préparerons aussi à la Korrika (course en faveur de la langue basque) qui se déroulera en mars 2011. ”

Lénaïc, étudiant en première année alternance au BTS audiovisuel : “Aimant tout ce qui touche à l’audiovisuel, je me suis présenté au BTS audiovisuel en alternance. Ce qui est bien dans cette formation, c’est que les périodes d’alternance sont longues donc peu importe si l’entreprise est loin de Biarritz. La mienne est à Paris ; TF1, avec laquelle je travaille depuis déjà un an. En deuxième année on réalise de vrais projets puisqu’on participe au FIPA et on valide notre diplôme par un Projet Personnel de Synthèse. Cette année, je passe mon diplôme, et après, j’hésite entre poursuivre mes études ou devenir intermittent du spectacle, car je sais qu’il y a pas mal de demandes.”

Tiphaine, collégienne : “Ça sera ma première rentrée au collège Jean Rostand, en quatrième, alors je me prépare ! C’est vrai qu’après deux mois de vacances à profiter du soleil et des vagues, j’ai intérêt à m’accrocher et redoubler d’efforts pour bien démarrer mon année scolaire. Heureusement, je vais retrouver tous mes amis de maternelle et de primaire, ce qui me rassure et me laisse penser que ce sera une très bonne année.” 22 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199


Vie quotidienne Acquisition d’un composteur individuel La Communauté d’agglomération du BAB (en charge de la collecte des déchets du BAB) et le Syndicat Mixte Bil Ta Garbi (en charge du traitement des déchets) mènent ensemble une campagne de mise à disposition de composteurs individuels. Près de 18% des ménages logés en habitat individuel s’en sont, à ce jour, équipés. Ce résultat, bien qu’encourageant, mérite d’être amélioré. Pour s’impliquer dans une démarche éco-citoyenne, les personnes disposant d’un carré de terre, sont conviées à assister à une réunion d’informations le lundi 20 septembre à 18 h, à la Maison des associations – 2,4 rue Darrichon - au cours de laquelle des élus ainsi que les responsables techniques de ce programme présenteront l’opération. À l’issue de la réunion, des composteurs seront remis aux foyers contre une participation financière de 10 €. Six autres réunions suivront qui sont fixées au même horaire. À Biarritz : le 21 septembre à la Maison des Associations ; à Bayonne : les 14 et 15 septembre à la Maison des associations ; à Anglet, les 11, 12 et 13 octobre à la Maison pour tous. Pour des raisons d’organisation il est préférable d’assister au rendez-vous du 20 septembre. Rens. : 05 59 57 00 00 [www.aglo-bab.fr].

2011 verra l’ouverture du nouveau Musée de la Mer et de la Cité de l’Océan qui suscite l’émergence d’un grand centre de ressources dédié à l’océan, véritable moteur de développement pour Biarritz. Pour présenter les deux programmes, la Ville a aménagé sur l’esplanade du Port-Vieux, un pavillon d’exposition présentant des maquettes, films 3D, panneaux, etc. À ce jour, 16  000 personnes sont venues prendre connaissance du projet. Entrée libre, 7 jours sur 7, de 11 h à 19 h. Tél. 05 59 41 54 34 [www.biarritzocean.fr].

COMMERCES nouveautés D’Espelette housewives, le tee-shirt de l’été  ! Le tee-shirt de l’été, un Biarrot l’a fait ! Jean-Marc Hayet du quartier Beausoleil a imaginé un tee-shirt estampillé D’Espelette housewives. Vanté dans la presse nationale, l’accessoire a fait le tour des fêtes estivales... et les « Parisiennes » l’ont déjà adopté sur un jean, façon décontractée. [www.despelette-housewives. com]

LA VIE DES CONSEILS DE QUARTIER Saint-Charles / Le Phare / Larochefoucauld Après l’interruption de la période estivale, l’activité du conseil reprend avec la permanence ouverte à tous les habitants du quartier : elle se tiendra le vendredi 10 septembre de 17h 15 à 19h 15, au lycée André Malraux (salle L1 au rez-de-chaussée). Nous serons à votre écoute pour transmettre et débattre de vos demandes et suggestions. Si vous ne pouvez vous déplacer, vous pouvez les adresser par mail  : contactstcharles@ wanadoo.fr. SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 23

Photos : © I. Palé, Photo Bernard, DR.

Pavillon Biarritz Océan


la ville mémoire

Petite histoire des transports en commun sur le BAB

Transports en commun en 1880

C

’est en 1765 avec la transformation du "chemin" d’Anglet Saint-Jean à Biarritz en route carrossable - à l’époque, seule la "Route Impériale" actuelle RN10 entre Bayonne et la frontière était empierrée - que les chaises à porteurs et autres cacolets, premiers "véhicules de transports publics" de l’agglomération cédèrent la place aux voitures à chevaux. En 1835, quatre voitures publiques font chaque jour le trajet. L’arrivée à Bayonne, en 1854, du chemin de fer Paris-Bordeaux crée une affluence supplémentaire. Cela donne l’idée à JeanBaptiste Darrigrand, maître de poste aux numéros 2 et 4 de la rue des Gouverneurs à Bayonne (30 voitures et 100 chevaux) et Page Bignon, ancien maître de poste de Biaudos (36 voitures et 130 chevaux) de créer une ligne d’omnibus à chevaux entre la rue Thiers à Bayonne et la place Clemenceau à Biarritz par la RN 10. Une nouvelle étape est franchie en 1864 avec l’arrivée du chemin de fer à la Négresse. Un service d’omnibus relie la gare de la Négresse à Biarritz centre ville. 24 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

Forts de leur succès, J.B. Darrigrand et P. Bignon créent en 1872 une nouvelle ligne Bayonne - Mairie d’Anglet - 5 cantons - Chambre d’Amour. En 1873, Etienne Ardoin, Maire de Biarritz, demande la création d’un chemin de fer de Bayonne à Biarritz. La ligne est inaugurée en juin 1877 avec bénédiction et réception au Casino. Le terminus, situé à l’origine près de la place Port-de-Lanne sera par la suite déplacé au centre ville. Ce tramway à vapeur dit BAB suivait en grande partie la voie express actuelle. Le règne du cheval commençait à s’effriter. En 1879, le Baron Empain dépose un projet de tramway Bayonne - Lycée - Biarritz (le BLB) sur le tracé de la Route Nationale. Le projet est adopté en 1885. Le premier train circule le 18 octobre 1888. L’évêque de Bayonne bénit le matériel au dépôt de Beyris. Le terminus de la ligne est situé devant le Café des Colonnes. Ces nouveaux modes de transport soulèvent des protestations : les machines sont trop bruyantes, les trains vont trop vite et la voie ferrée réduit la largeur de la route ! Surtout, le tramway signe à court terme l’arrêt de mort des omnibus hippomobiles.


De la vapeur à l’électricité, l’âge d’or du tramway dans l’agglomération Pendant plus de 30 ans, BAB et BLB cracheront leurs escarbilles de charbon, parfois à la tête des voyageurs. C’est au début de 1914 que le BLB passe définitivement à la traction électrique suivi par le BAB, le 11 juillet 1922. Entre-temps, en 1917, une troisième ligne voit le jour entre Bayonne et Biarritz par les allées Marines, la Barre, Chiberta et le Phare. Exploitées par un établissement public, les Voies Ferrées Départementales du Midi (VFDM), cette ligne, au-delà de Biarritz poursuivait par la côte jusqu’à Saint-Jean-de-Luz, Hendaye et la frontière. Vers 1923, un embranchement est créé depuis Saint-Jean-de-Luz vers Sare et le sommet de la Rhune avec crémaillère. De cette ligne subsiste aujourd’hui le célèbre "petit train de la Rhune". Durant 30 nouvelles années, les tramways feront partie du paysage du BAB et transporteront des millions de passagers.

De la fin du tram aux navettes

Place de la liberté dans les années 30

100 000 habitants dont le produit est réservé au financement des transports publics, les villes de Bayonne, Anglet, Biarritz, Boucau, Saint-Pierre-d’Irube puis Tarnos se constituent en Syndicat mixte des transports en commun de l’agglomération de Bayonne. La SABB est rachetée et transformée en Société d’Économie Mixte en 1979, la STAB est née. Depuis l’ancien dépôt des trams de Beyris et à partir de 1989 du centre d’exploitation d’Aritxague, le réseau se développe à travers un contrat de délégation de service public. Dernières nées du réseau, les navettes gratuites sillonnent désormais les rues pour inciter les automobilistes à laisser leurs voitures dans les parkings. Elles connaissent un franc succès. Le VFDM vers 1920

Photos : © Archives de la Ville de Biarritz

En l’espace de 4 ans, entre 1948 et 1952, un trait est tiré sur presque un siècle de tramways dans l’agglomération avec les disparitions successives des trois lignes remplacées par les autobus de la Régie Départementale des Transports. La première ligne à disparaître est le VFDM à partir de 1935. C’est en juin 1948 que le dernier BLB circule, concurrencé par les autobus. L’année 1953 voit la fin des tramways sur l’agglomération avec la fermeture de la ligne du BAB. Les autobus assurent désormais les transports en commun. En 1954, l’exploitation du réseau de bus est confiée à la SABB, société privée qui, victime de l’expansion et du sous investissement, n’est plus en mesure, au milieu des années 70, d’assurer l’avenir des transports urbains de l’agglomération. Encouragées par l’instauration en 1976 du versement Transport, taxe perçue sur les entreprises des agglomérations de plus de

SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 25


la vie associative Fête de l’amitié au Braou

La rentrée au Versant

Light Contact Côte Basque

Le Centre social et culturel du Braou, organise sa Fête de l’amitié le 3 octobre. À 10 h 30, messe animée par la chorale Kantariak, à 11 h 30, mutxiko et à 12 h 30 méchoui suivi d’une après-midi dansante. Réservations pour le repas avant le 28 septembre au 05 59 41 06 37.

Les amis du Parc Mazon Le capitaine François Mazon (1841-1910) fit don aux Biarrots d’un terrain devenu le Parc Mazon 1910-2010 ; il y a 100 ans. Pour lui rendre hommage, les Amis du Parc Mazon organisent les 11 et 12 septembre pour la première fois au Parc : samedi après-midi : mutxiko au fronton, repas champêtre avec gigot-bitume (découverte d’une spécialité du BTP, dimanche : vide-grenier (table fournie) au fronton – restauration (sangria, taloa, …) et des animations diverses sur 2 jours en collaboration avec d’autres associations. Rens. : 05 59 23 29 08 ou 06 84 96 38 76 [parcmazon@orange.fr]

Propose à la rentrée des cours de boxe américaine (pieds/ poings) et annonce également la reprise de l’Energie Full. Il s’agit de l’apprentissage de la boxe par des enchaînements chorégraphiques sur de la musique dynamique. À découvrir aussi le self défense : le Krav Maga, dirigé par un instructeur fédéral: Amine Bahi. Cours enfants, ados, adultes, tous niveaux. Tarif : 150 € + licence. Gymnase Larochefoucauld. Rens. : 06 25 81 46 10 [lccb64@hotmail.com]

Equilibre

Les ateliers du théâtre des Chimères Proposent de découvrir le théâtre à la rentrée, une activité ludique, créatrice et collective, ouverte à tous, novices ou non, sous la houlette de comédiens professionnels. Les ateliers se déroulent à raison d’une fois par semaine. Groupes enfants (à partir de 4 ans), adolescents, jeunes et adultes. Réunion d’information le 17 septembre à 18 h 30 aux Découvertes. Rens. : 05 59 41 18 19.

Cercle des Amis du Sport

Kendo Les Amis de l’Ecole Laïque accueillent depuis 2005 cet art martial japonais, le Kendo ou voie du sabre. Cet art des samouraïs peut être pratiqué aussi bien par les filles que les garçons, à partir de 13 ans. Les entraînements ont lieu chaque mardi, de septembre à juin, à 20 h 45. Le coût pour la saison est de 160 €, y compris la licence, du matériel est à la disposition des débutants. Les deux premiers cours d’essai sont offerts. Rens. : 05 59 24 34 92 / 06 26 63 33 98 à partir de 18 h.

Le Versant ouvre ses cours de théâtre pour la nouvelle saison. Les possibilités sont nombreuses de s’initier aux arts de la scène avec les comédiens pour les enfants, adolescents, et adultes que ce soit au Théâtre du lac Marion, aux AEL, sans compter les classes d’art dramatique au Conservatoire Maurice Ravel. Inscriptions du lundi au samedi de 9h à 19h. Rens. : 05 59 23 02 30 05 59 23 10 00 [theatre-versant@wanadoo.fr] [theatre-du-versant.com]

Le club de gymnastique artistique féminine reprend ses entraînements : écoles de gymnastique, aérobic, abdos fessiers, danse adultes, danse enfants. Au programme : 18 et 19 septembre un stage avec Angélo Ritorto, membre du Collectif France des entraîneurs de la Fédération Française, et entraîneur au centre national de Marseille et les 11 et 12 décembre un spectacle Pré…fée…rence proposé pour les 20 ans du club. Inscriptions : les mardi 7, jeudi 9, mercredi 15 septembre de 17 h 30 à 18 h 30 au gymnase Fal. Rens. : 06 83 04 83 44 [gym-biarritz.com]

Reprend ses cours de gymnastique au Gymnase Fal. Les cours ont lieu les lundis, mercredis et vendredis de 20 h à 21 h. Tarif : 100 € l’année (quel que soit le nombre de séances). Deux séances gratuites pour essai. Rens : 06 77 78 72 75

ADFI L’association de défense des familles et des individus (ADFI, lutte contre les sectes), qui était à la Villa Sion est désormais à la Maison des Associations. Permanence le 1er mardi de 15h à 17 h ou sur RDV. Rens. : 05 59 43 72 26.

SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 27


Biarritz Accueil

Les Amis de Milady Plage

Maite Dugulako

Fait sa rentrée le 3 septembre en reprenant ses permanences à la Maison des Associations les mardis et mercredis de 10 h à 12 h. Au programme : renouvellement des cotisations (montant inchangé) et inscription aux ateliers : informatique, gym douce, dessin et langues (anglais et espagnol). Côté festivités sont programmés de septembre à décembre : le goûter de rentrée, une soirée ténor, un repas cidrerie, le repas des Biarrots, l’Assemblée Générale et la bûche de Noël. Un séjour à Bordeaux est aussi à l’étude. Rens. : 06 77 71 61 41

Préparent un ou plusieurs bus pour Anoeta les 11/12 septembre et seront présents à l’occasion de la grande fête organisée par les Amis du Parc Mazon. Rens. : 06 50 43 94 05 [lesamisdemiladyplage@gmail.com]

Cours de basque pour adultes : reprise à partir du 6 septembre pour tous les niveaux sauf le niveau grands débutants, reprise le 4 octobre ; Cours personnalisés de préparation à l’examen E.G.A. Tarifs : 290 € ou 240 € selon revenus pour environ 220 heures de septembre à juin 2011 ; Théâtre en basque : reprise des ateliers enfants, ados et adultes à partir du 7 septembre. Tarif : 31 € par mois + droit d’inscription 22 €. Réunion d’information le 5 septembre de 17 h à 20 h au 34, av de Tamamès. Tél. : 05 59 23 97 07 [maitedugulako@wanadoo.fr]

La rentrée à l’école de Ballet Gillet-Lipszyc

Cours de musique à l’Atabal L’Atabal propose des cours d’instruments et des ateliers de groupe, basés sur l’apprentissage et la pratique collective. Les cours (trois élèves maximum) ont lieu les lundis, mardis, mercredis et samedis. Les ateliers ont lieu une fois par mois le samedi. Disciplines enseignées : guitare, basse, batterie, chant, clavier. Une classe d’éveil musical est réservée aux plus jeunes (5 à 10 ans) le mercredi matin. Tarifs : abonnement à L’Atabal : 20 € / an, 10€ /cours, 10€ /atelier. Durée des cours : 1 h par semaine d’octobre à juin (hors vacances scolaires). Réinscriptions le 18 septembre de 14 h à 18 h. Renseignements et inscriptions le 25 septembre de 14 h à 18 h. Reprise des cours le 4 octobre. Rens. : 05 59 41 73 20.

AEK/ Biarritzeko Gau Eskolak Offre la possibilité d’apprendre la langue basque ou de conforter vos acquis. Les cours ont lieu le matin, l’après-midi ou le soir, dans une ambiance conviviale d’octobre à juin. Environ 200 h de formation pour un prix de 290 ou 240 € en fonction des revenus. Les inscriptions se dérouleront du 20 au 24 septembre, de 9 h à 13 h et de 15 h à 19 h. 9 rue Jules Ferry. Rens. : 05 59 22 30 32. [biarritzekoaek@wanadoo.fr]

Gymnastique volontaire du Braou Gymnastique pour tout âge (cardio, stretching), à partir du 13 septembre à la salle du Braou. Une séance gratuite pour essai. Tarifs : 130 € pour un adulte, 80 € pour un jeune de - 20 ans, 230 € pour 2 membres d’une même famille ; 110 € à partir du mois de janvier ; 90 € à partir du mois de mars ; 70 € pour les chômeurs (attestation). Rens. : 05 59 03 71 79 / 05 59 03 62 75.

Association Danza Y Musica Sin Fronteras Propose à partir du 6 septembre, cours de salsa cubaine, afro cubaine, rumba & cours de percussions avec Christina et l’artiste cubain Pablo, chorégraphe, danseur et chanteur du groupe Habana Son. Reprise des cours de salsa, bachata et tango avec le colombien Fermin, champion d’Europe de salsa (CEC 1997) et des cours de guitare avec le compositeur, interprète brésilien Edio pour enfants, ados et adultes. Cours avec ou sans solfège, avec prêt d’une guitare. Inscriptions toute l’année. Villa Sion, 79 bis, rue d’Espagne. Rens. : 06 33 84 60 27 et 05 59 03 14 22 [danzasinfrontera.com]

28 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

Cours de danse : classique, contemporaine, moderne, expression scénique, barre à terre, cours adultes. Pour les nouveaux élèves une audition est organisée au 15 rue Courasson le 15 septembre à partir de 14 h 30. Les inscriptions pour les anciens élèves auront lieu le 8 septembre à partir de 10 h, le 11 septembre de 10 h à 12 h et de 14 h à 16 h, le 15 septembre à partir de 10 h et le 18 septembre à partir de 10 h. Il reste également quelques places pour le Centre de Formation en danse classique pour une formation préprofessionnelle avec horaires aménagés. Inscription après audition. Rens. : 05 59 63 59 24 ou 05 59 03 85 86 [ebgl.net]

Braderie de la Croix Rouge et initiation gratuite aux premiers secours La prochaine braderie se tiendra dans les locaux de la Croix Rouge au 28, rue Bellevue le 10 septembre de 13 h à 18 h et le 11 septembre de 10 h à 17 h. La recette de cette braderie est destinée à financer les actions au niveau local, notamment l’achat de denrées alimentaires. La Croix Rouge propose également une initiation gratuite aux premiers secours le 11 septembre, Place Sainte-Eugénie de 10 h à 17 h. Rens. : 05 59 24 24 13


Kunming

Feng Shui Création

Aikido Yoga 64

Reprend ses séances de pratique le 9 septembre à 20 h à la Halle Sportive de Larochefoucauld. Les stages d’automne se tiendront du 26 octobre au 7 novembre sous la direction des Professeurs Zhang Guangde et Zhang Jian pour débutants et confirmés en Daoyin Qigong (gymnastique traditionnelle chinoise de santé). Rens. : 05 59 22 35 47 [kunming.fr] [contact@kunming.fr]

Propose un atelier de découverte du Feng Shui à Biarritz le 18 septembre de 15 h à 18 h, 1 Av. de Tamamès. Prix : 45 € par personne. Renseignements et réservations au 06 76 03 67 94 [fabienne@fengshui-creation.com]

Reprend ses cours le 13 septembre, à savoir : 4 cours d’Aikido et 1 cours de Bo-Jutsu (bâton long) : tarif annuel : 270 € (+ 40 € cotisation et licence) ; 1 cours de Yoga : tarif trimestriel : 110 € ; 1 cours de Sophrologie : tarif trimestriel : 150 €. Forfait annuel toutes activités : 450 €. Toutes ces activités se déroulent aux A.E.L. 8 rue Jean Bart. Rens. : 06 63 70 77 87 [aikidoyoga64.googlepages.com]

La rentrée à l’Université du Temps libre aura lieu le 4 octobre. Les inscriptions sont prises à partir du 20 septembre et toute l’année. Rens : 05 59 41 29 82 [utlb@fre.fr]]

Pasion flamenca Au nouvel espace de danse de 150 m2 à la Négresse, Pasion flamenca propose des cours de danse flamenca et sévillanes pour enfants et adultes tous niveaux. Rens. : 06 74 97 51 63 [www.pasion-flamenca.net]

Harmonia propose des cours de tango argentin tous niveaux, même débutant, le mercredi et vendredi dès 20 h 30 au parc des sports d’Aguilera. Initiation gratuite durant le festival d’Amérique latine, le 28 septembre suivie d’un bal le 3 octobre. Stages et soirées durant l’année pour perfectionnement. Rens. 06 62 83 87 32 [harmoniatango64.com] [harmonia64@9online.fr]

académie de la danse espagnole Maria-Pili

L’école de danse Studio-K Les cours de l’école de danse reprendront le 6 septembre. Elle accueille des enfants dès l’âge de 4 ans jusqu’au niveau supérieur. Karine Hargous, professeur diplômée d’Etat en jazz, dirige également trois classes concours. Rens. : 06 87 31 46 76. [assostudiok@hotmail.fr]

Les Amis de Chelitz Joyeuse ambiance pour les retrouvailles annuelles des Amis du quartier Chelitz : plus de 200 personnes ont participé à la sortie chez Katina à Saint-Martin d’Arrossa le 16 mai dernier.

Le Comité Côte Basque des M.N.S Organise pour l’année 2010/2011 une préparation au Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique, ainsi qu’une préparation et des entraînements pour les sauveteurs. Rens. : 06 63 58 30 57 [sauveteursccb@yahoo.fr]

Propose des stages gratuits d’initiation au flamenco et aux sévillanes pour adultes les 11,18, 25 septembre et pour enfants et adolescents les 8, 15, 22 septembre. Reprise des cours début octobre. Tarifs mensuels : adultes 36 €, enfants 21 € pour les 4/7 ans et 26 € pour les 8/15 ans. Rens. : à partir du 8 Septembre au 05 59 24 28 09.

Rentrée aux AEL À partir du 3 septembre, les Amis de l’Ecole Laïque accueillent le public tous les après-midi des jours ouvrables de 17 h à 19 h et les samedis de septembre de 10 h 30 à 12 h 30 pour tous renseignements aux activités proposées : alphabétisation, français, anglais, espagnol, français pour étrangers, mathématiques, informatique, danse classique, moderne, théâtre enfants et adolescents, arts plastiques, guitare, gymnastique, body, stretching, stretching postural, pilates, yoga, biokinésie, sophrologie pour les activités de mise en forme et de bien-être, capoeira, salsa, aïkido, bo-jutsu, full contact, karaté, kendo, kenpo kaï. L’adhésion aux AEL est individuelle et de 8 €, 3 € pour le deuxième inscrit, gratuit à partir du 3e adhérent d’une même famille. Rens. : 05 59 24 34 92.

SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 29

Photos : © D.R.

Université du Temps libre de Biarritz

Harmonia


l’agenda L’océan exposé

Cinéma Le Royal Elle s’appelait Sarah, le 6 septembre à 21 h, avant-première en présence du réalisateur Gilles Paquet-Brenner et de l’auteur du roman, Tatiana de Rosnay (sous réserve). Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch, en avant-première le 9 septembre, dernière apparition filmée de Pina Bausch dans le cadre du Temps d’Aimer. La projection sera suivie de la présentation du Temps d’Aimer par Thierry Malandain, directeur artistique du Festival. Jeux d’enfants au théâtre et au cinéma, le 10 septembre à 20 h : les enfants seront au centre de cette soirée : le bonheur de revoir le chef-d’œuvre de Chaplin, Le kid et d’écouter en préambule les jeunes comédiens du Théâtre du Versant. Tarif unique pour tous : 4 €. [www.royal-biarritz.com] ou 05 59 24 45 62.

Mardi 7 septembre

Jusqu’au 3 octobre, L’Océan, visions d’artistes du 19e au 21e siècle, la grande exposition de l’été présentée au Bellevue est consacrée à l’Océan. Grandiose, attirant, inquiétant, l’océan suscite rêve, peur et fascination. Source d’inspiration, il est le thème de cette exposition où 70 artistes livrent leur propre regard, à travers une approche classique ou très contemporaine : Léon Bonnat et Ramiro Arrue côtoient des artistes plus contemporains, tels Joan Miro ou Martin Chirino… Peintures, sculptures, photos, vidéos, installations se fondent dans une scénographie originale. Ouvert tous les jours de 11h à 20h sauf le mardi. Le Bellevue. Rens. : 05 59 41 57 50 [culture@biarritz.fr] Ouvert tous les jours de 11h à 20h - Fermé le mardi – Tarifs : 6 € / 4 € - Gratuit jusqu’à 12 ans 30 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

Sport Pelote basque à cesta punta Biarritz Masters Jai Alai Professionnels. Demi-finale. BAC Euskal Jai Aguilera. Rens. : 05 59 23 91 09

Vendredi 10 septembre

Mercredi 8 septembre

Théâtre Jeux d’enfants. 20 h : l’enfant et le théâtre, l’enfant et le ciné. Présentation de la saison pédagogique par Jean Ospital du Cinéma le Royal et Gaël Rabas du Théâtre du Versant. 20 h 30 : théâtre d’enfants sur des textes de Marie et film Le Kid de Charlie Chaplin. Cinéma le Royal. 4 €.

Musique Aldo Ciccolini et Nicholas Angelich. Pour son 50e anniversaire, le festival Musique en Côte Basque fera halte à Biarritz avec ce duo de piano exceptionnel. Casino municipal. 21 h. Rens. : 05 59 51 19 95 [musiquecotebasque.fr]

Jeudi 9 septembre

Concert Chœur d’hommes du Pays Basque Oldarra. Église Sainte-Eugénie. 21 h 30. Rens. : 05 59 22 44 66 et 05 59 24 09 67

Sport Pelote basque à cesta punta Biarritz Masters Jai Alai Professionnels. Demi-finale. BAC. Euskal Jai Aguilera. Rens. : 05 59 23 91 09.

Rugby BOPB / Stade Toulousain 10 ou 11 (à confirmer). Rens. : 05 59 01 64 64.

Dimanche 12 septembre

Sport Pelote basque à grand chistera. Trophée de la Ville de Biarritz. BAC. Parc Mazon. 21 h.

Du vendredi 10 au dimanche 19 septembre

Ballet Le Temps d’Aimer. Rendez-vous incontournable de la danse. (Voir Actualité)

Équitation Journée nationale du cheval.


La rentrée de l’Atabal Programmation : 30 septembre, 21 h : Virgin Tour. 20 € ; 16 octobre, 21h : High Tone + Dasha & Vorse. 20 / 16€ ; 30 octobre, 21h : Disorder Tour 3 : Ultra Vomit + Black Bomb A + Esprit Du Clan + Andreas et Nicolas 18 / 14 € ; 6 novembre, 21h : Mighty Diamond + Linval Thompson 20 / 16 € ; 25 novembre, 21h : Expo Ephémère ; 27 novembre, 21 h : Israël Vibration 20 / 16 € ; 11 décembre, 21h : Soprano 20 / 16 €. Café concert le 26 novembre, 22 h : Sister Simone (blues rock) + If Renaud Was A Punk (répertoire de Renaud revisité) : gratuit. Rens. : 05 59 41 73 20. Club Hippique d’Ilbarritz. Rens. : 05 59 23 52 33 [biarritzcheval.com] Vide-grenier Fronton du Parc Mazon. 8 h à 18 h. Rens. 05 59 23 29 08.

Mardi 14 septembre

Sport Pelote basque à cesta punta Biarritz Masters Jai Alai Professionnels. Finale. Euskal Jai. Aguilera. 21 h. Rens. : 05 59 23 91 09.

Jeudi 16 septembre

Concert Chœur d’hommes du Pays Basque Oldarra. Église Sainte-Eugénie. 21 h 30. Rens. : 05 59 22 44 66 et 05 59 24 09 67 Sport Pelote basque à grand chistera. Trophée de la Ville de Biarritz. Parc Mazon. 21 h. Rens. : 05 59 23 09 91.

Organisée par le Club Soroptimist International de Biarritz-Côte Basque, le bénéfice de cette conférence étant destiné à financer un chien-guide d’aveugles à l’école des chiens-guides de Toulouse. Espace Bellevue. 10 h. 6 €.

Du 18 septembre au 19 septembre

Animations Journées du Patrimoine. (voir l’actualité)

Mardi 21 septembre

Sport Pelote basque à cesta punta. Open d’automne : demi-finale. BAC. Euskal Jai Aguilera. 21 h. Rens. : 05 59 23 91 09.

Vendredi 24 septembre

Sport Pelote basque à cesta punta. Open d’Automne : demi-finale. BAC. Euskal Jai Aguilera. 21 h. Rens. : 05 59 23 91 09.

Vendredi 1er octobre

Conférence Quel humanisme pour aujourd’hui ? Par Denis Marquet, philosophe, auteur de Eléments de philosophie angélique, éd. Albin Michel. Le Colisée. 20 h 30. 8 / 5 €. Rens. : 05 59 23 64 48

Samedi 2 octobre

Musique Music all live. Spectacle de et par Bruno Sandro, accompagné de 2 musiciens. Imitations d’artistes de variétés françaises. Le Colisée. 20 h 30. 15 / 20 € Rens: 06 74 80 04 18 Rugby BOPB / La Rochelle, le 24 ou le 25 à confirmer. Rens. : 05 59 01 64 64.

Samedi 25 septembre

Concert Chœur Itsasoa et du Coral Saragoza. Crypte Sainte-Eugénie. 18 h 30. Musique Les yeux de la tête avec Baptiste Daleman. Soirée acoustique, reggae, chanson française. Le Colisée. 19 h 30. 2 / 5 € gratuit jusqu’à 12 ans. Soirée au profit de l’association Préservation et Partage des Cultures du Monde. Rens: 06 25 08 64 51

Dimanche 26 septembre

Danse Katicha. Académie de danses espagnoles. Organisé par le Lions Club Biarritz Ilbarritz Côte Basque. L’intégralité de la recette sera versée à l’enfance défavorisée. Le Colisée. 15 h 30. 10/5 €. Rens. : 06 16 72 53 55

Théâtre Spectacle jeune public par les ateliers adultes du Théâtre du Rideau Rouge. Le grand cirque de Monsieur Flic et Madame Fric. 16 h. et à 20 h 30. La rose tatouée de Tennessee Williams. Le Colisée. 10 €, moins de 18 ans 5 €. Rens. : 05 59 23 97 07 [lerideau.rouge@wanadoo.fr] Rugby BOPB / Aviron Bayonnais. Rens. : 05 59 01 64 64.

Mardi 28 septembre Lundi 20 septembre

Théâtre Le Kangourou. Pièce de et avec Patrick Sébastien, mise en scène Olivier Lejeune Gare du Midi. 20 h 30. Entractes Organisations. Rens. : 05 59 59 23 79 / 05 59 22 44 66 [entractes-organisations.com]

Sport Pelote basque à cesta punta. Open d’automne : finale. BAC. Euskal Jai Aguilera. 21 h. Rens. : 05 59 23 91 09.

Jeudi 30 septembre

Concert Gaétan Roussel et ZAZ. Atabal. 20 h 30. Rens. : 05 59 41 73 20

Vendredi 17 septembre

Sport Pelote basque à cesta punta. Open d’automne (éliminatoires). BAC. Euskal Jai Aguilera. 21 h. Rens. : 05 59 23 91 09.

Vendredi 17 et Samedi 18 septembre

Théâtre Un long zigzag clair, création du Théâtre du Versant. CRTI. 20 h 30. 10 € / 6 €. Rens. 05 59 23 10 00 [theatre-versant@wanadoo.fr] [theatre-du-versant.com]

Samedi 18 septembre

Conférence Eugénie de Montijo, une femme de caractère par Manuel Narbona.

À la Médiathèque Actualité très riche de rentrée et pour ne citer que quelques manifestations prévues en septembre : conférence Stravinsky et les ballets russes, projections Ciné latino deux documentaires sur la frontière qui sépare le Mexique des États-Unis, atelier autour du site Internet @rrêt sur images, échange de lectures, animations en famille à la ferme, exposition Dans le sillage des ballets russes… Programme complet à retirer sur place au service Information / Communication. Rens. : 05 59 22 28 86 [biarritz.fr]

SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 31


l’agenda Braderie d’automne La braderie d’automne, les 25 et 26 septembre prochain, est le rendez-vous incontournable pour surfer entre boutiques raffinées et shops tendance. À cette occasion, les rues et places du centre ville sont piétonnes et interdites au stationnement, sur le périmètre habituel, pour permettre de déambuler de boutique en boutique en toute tranquillité. Pour prendre une longueur d’avance, rendez-vous sur le site [www.commerces-biarritz.fr]. Rens. : 06 32 71 43 81

Animation Kantalasai, chants basques avec la participation de l’Harmonie municipale Itsas Soinua (repli assuré à la Gare du Midi en cas de pluie). Esplanade du Casino municipal. 10 h 30. Animation Mutxikos, sauts basques proposés par l’amicale des anciens Olaeta Oldarra, Amalabak et Oldarra, Pinpirinak, avec la participation de l’Harmonie Municipale Itsas Soinua. (repli assuré à la gare du Midi en cas de pluie). Esplanade du Casino municipal. 11 h 30.

salon de l’habitat : éco-habitat, maison bois, immobilier-financement, décorationembellissement. Halle d’Iraty. Rens. : 05 59 31 11 66 [expomedia.fr]

Jeudi 7 octobre Sport Pelote basque à cesta punta. Open d’Aguilera. BAC. Euskal Jai Aguilera. 21 h. Rens. : 05 59 23 91 09.

Samedi 9 octobre Du jeudi 7 octobre au dimanche 10 octobre

Salon Solutions Maison. 11e édition de ce

Théâtre Si Molière m’était conté… par le théâtre du Rideau Rouge. Le Colisée. 20 h 30. Rens. : 05 59 23 97 07 [lerideau.rouge@wanadoo.fr]

Vos lectures Ilbarritz - Le temps en suspens d’Emile Castillejos, aux éditions Atlantica. Fasciné depuis toujours par le château d’Ilbarritz et son orignal concepteur, le baron Albert de l’Espée, l’auteur en a fait la clé de voûte d’un roman d’amour intemporel où les anges gardiens aident les hommes à vivre leur passion. Il est également l’auteur d’Une saison à Harlem (Atlantica 2009). Lapurdum, Jean-Claude Poitelon, ancien chef de service de la Bibliothèque nationale - référence pas moins de 1375 publications périodiques du Pays Basque parues entre 1944 et 2004. De A comme À l’Air libre, bulletin du Théâtre du Versant à Z : Zutik ! L.K.I en passant par Le Bulletin du Ciné-club de Biarritz (1952-1958), l’auteur s’est montré le plus exhaustif possible. Publié par Iker, 90% des données référencées dans Lapurdum, sont également disponibles sur [bnf.fr].

sur le net Tous les restos de Biarritz www.restaurants-biarritz.com. Voilà un nouveau guide en ligne des restaurants de Biarritz et de la Côte Basque. Ce site consigne les lieux conviviaux et leurs spécialités et offre chaque mois, une nouvelle sélection de sept établissements.

32 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

vos expositions Oiseaux marins du Golfe de Gascogne, une biodiversité à découvrir. Jusqu’au 31 décembre. Les oiseaux marins, présents en haut des chaînes alimentaires, sont de bons révélateurs de l’état de santé des écosytèmes marins et de l’évolution de l’environnement. Musée de la Mer. Rens. : 05 59 22 33 34 [museedelamer.com] Sur les pas de Bouddha - Renouveau de la ferveur bouddhique. Jusqu’au 30 décembre. Photos réalisées par la conservatrice du Musée Asiatica à l’occasion de son voyage en 2010 dans le Bihar, région où le Bouddha a vécu. Lundi au vendredi de 10 h 30 à 18 h 30 et le samedi, dimanche de 14 h à 19 h, les jours fériés de 14 h à 18 h. Entrée libre. Rens. : 05 59 22 78 78. Biarritzbiarritz. Jusqu’au 6 novembre. Les artistes sortent des pages du magazine Biarritzbiarritz pour s’afficher sur les murs du Musée historique ; un lieu à l’image de Biarritz, entre poésie, charme et histoire. Rue Broquedis. Ouvert de 10 h à 13 h et de 14 h 30 à 18 h 30. Fermeture : les lundis, dimanches & jours fériés. 4 €. Rens. : 05 59 24 86 28 La croisée des Arts d’Aquitaine. Jusqu’au 9 octobre. Exposition de 40 artistes peintres et sculpteurs d’Aquitaine. Le Colisée, ouvert tous les jours de 15 h à 19 h. Entrée libre. Rens: 05 59 45 31 37. Tartabal à la récré. Jusqu’au 9 octobre. Une exposition collective rythmée par l’énergie créatrice de jeunes artistes du Pays basque qui se côtoient depuis un certain temps… L’Atabal. Entrée libre. Rens. : 05 59 41 73 20 [atabal-biarritz.fr]

Photos : © I. Palé, Photo Bernard, Franck Laharrague, DR

Dimanche 3 octobre


l’expression

des groupes politiques Groupe de la majorité municipale « Les Biarrots rassemblés »

Au cœur de la saison

A

u moment où j’écris ces lignes, la saison bat son plein. Biarritz connaît la grande foule et c’est tant mieux pour les professionnels du tourisme, premier secteur d’activité de notre ville. Biarritz a la cote et cela se voit. C’est d’abord et bien sûr le résultat des efforts d’investissement d’équipement et de professionnalisation des entreprises de tourisme de notre ville (hôteliers, restaurateurs, commerçants, établissements de nuit…), mais c’est aussi, permettez-moi de le faire remarquer, le fruit d’une politique de promotion et d’image menée sans relâche par la municipalité et son outil Biarritz Tourisme. Avec excellence comme trait commun municipalité, office de tourisme et entreprises biarrotes ont su gagner des parts de marché dans un secteur où la concurrence est rude. Cet effort ne devra pas être relâché. Dès l’an prochain, la Cité de l’Océan et le Musée de la Mer agrandi et rénové renforceront notre potentiel de séduction et donc notre capacité d’attraction. Le travail n’en sera pas fini pour autant. D’autres chantiers s’imposeront. Comment utiliser à plein régime notre équipement de congrès, exceptionnel sur la Côte atlantique avec le Casino, le Bellevue et la nouvelle Halle d’Iraty ? Comment refaire du Casino, autrefois navire amiral de la station, un pôle en harmonie avec les autres sites festifs et populaires de notre ville ? Comment pérenniser l’animation nocturne et les établissements qui l’organisent et qui participent à l’image de notre ville ? Je terminerai par un agacement et un coup de chapeau. Agacement d’abord, face à la relative insécurité ressentie par nos concitoyens à partir de 23 heures sur les promenoirs de la Grande plage. Je crois qu’il faudra y renforcer la présence policière, car des scènes d’alcoolisation de mineurs et d’agressivité ont été en trop grand nombre recensées par ceux qui souhaitaient simplement déambuler en paix. Je sais que c’est le fait d’une petite minorité mais cela n’en reste pas moins intolérable. Coup de chapeau enfin aux services municipaux qui chaque matin ont redonné à ce site exceptionnel le coup de propre nécessaire à son image. En 2010, ramasser des déchets et des bouteilles laissés par une génération qui est imprégnée chaque jour des concepts d’éducation à l’environnement me laisse pantois, c’est pourtant la réalité vécue par nos agents tous les matins à la Grande plage. Un travail peu visible, mais qui traduit un réel engagement des agents municipaux au service de leur ville, de ses habitants et de ses hôtes.

Max Brisson, 1er adjoint au Maire

Danger, terrain glissant !

L

’actualité de l’été semblait porter sur la reprise économique et la réduction des déficits, questions essentielles pour l’avenir

de notre pays. Malgré inquiétudes et risques, une reprise économique mondiale modérée semble survenir. A Biarritz, nous vivons une saison réussie et une légère reprise de l’immobilier. Brutalement, le thème de la sécurité réapparaît, comme question centrale de la politique et du discours présidentiel. Or comme le notent certains membres de la majorité (Alain Juppé par exemple), la France n’est pas à feu et à sang et les autres pays comparables ont comme nous des quartiers difficiles sans qu’ils ne réagissent aussi caricaturalement. Le but est clair : détourner l’attention des vrais problèmes, de la rigueur qui s’annonce et des affaires impliquant des ministres. Procédé peu glorieux mais classique. Accents guerriers et Karcher sont d’autant plus invoqués que les résultats sont absents. Car si l’insécurité est le problème essentiel, on s’interroge : pourquoi si peu de résultats et autant de difficultés alors que celui qui a été ministre de l’intérieur puis Président en a fait un axe central de travail. On peut aussi s’interroger sur le plan Marshall pour les banlieues, promis en 2007 et qui n’est jamais venu. Il eut été plus efficace qu’une démarche purement répressive. Le dérapage sur les gens du voyage et les Roms est grave. Voir un Président de la République cibler une ethnie particulière est inquiétant. Le rôle d’un Président est d’unir la Nation, de rassembler les Français. Il n’est ni de cliver ni d’opposer des catégories de population entre elles. La tradition de la France depuis la Révolution est fondée sur l’égalité des hommes en droit « sans distinction d’origine, de religion ou de race ». Certes des courants politiques ont parfois ciblé des races particulières. Ce fut le cas dans les années 30, ce qui n’est pas pour rassurer. C’est le cas des leaders d’extrême-droite. Cela sonne étrangement dans la bouche d’un Président de la République. La presse internationale, l’Eglise et certains hommes politiques de la majorité ont d’ailleurs exprimé réserves et indignation, que l’on ne peut que partager. Certes un Ministre a cru bon de dénoncer les « bienpensants, les milieux politico-médiatiques parisiens et la gauche milliardaire ». Faisant semblant de ne pas voir que l’indignation est en fait trés large; ne se rendant pas compte qu’il réagit comme l’extrême-droite des années 1930 qui dénonçait « la ploutocratie» pour justifier atteintes aux libertés et mise en place d’un pouvoir autoritaire. La recherche d’un bouc émissaire est le moyen de ceux qui, en échec, veulent détourner l’attention des vrais problèmes. Les projets de Loi à répétition liés à cette logique ne sont qu’agitation médiatique car contraires à notre Constitution ou aux Traités internationaux. Ils sont de plus inutiles : pour traiter la délinquance ou la nationalité, les textes actuels fournissent règles et sanctions nécessaires. Il suffit de les appliquer. Et n’oublions pas : les mots ont un poids. On ne peut dire n’importe quoi par démagogie ou utilitarisme. Encourager réflexes de peur et de haine laisse des traces. Loin de notre histoire républicaine, de notre tradition humaniste et aussi chrétienne, nos dirigeants nous engagent sur un terrain dangereux, glissant et difficilement maîtrisable. A chaque citoyen de faire son opinion ; et à chaque élu de prendre ses responsabilités devant ce tournant indigne de notre vie politique.

Guy Lafite, adjoint au Maire SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 33


Groupe indépendant « Maider arosteguy et denise servy »

Ouf, ils sont partis !

Q

ui d’entre nous n’a pas déjà entendu cette phrase dès le 20 août ? L’été se termine à peine, les écoliers, collégiens et lycéens biarrots ont repris le chemin de leur établissement, que déjà l’automne s’annonce chaud au plan social. Sitôt rentrés de vacances, sitôt en grève ! Mais qu’en est-il de la saison en cours ? Des facteurs extérieurs tels que des perturbations du trafic aérien en avril, la crise grecque, entre autres, ont incité 20% de plus de nos concitoyens à passer leurs vacances sur le sol français. Notre ville en a largement profité avec une fréquentation et des dépenses qui s’annoncent en hausse. De quoi renflouer les trésoreries des professionnels du tourisme qui en avaient bien besoin. Mais quelle image leur offrons-nous de notre cité ? Et nous mêmes biarrots, quelle image avons-nous de notre ville pendant la haute saison ? Plages et embouteillages. De gros efforts sont réalisés au quotidien par les équipes municipales pour la propreté des plages, et un contrôle rapide des eaux de baignades permet de réagir en cas de contamination. Mais comment ces contaminations sont elles encore possibles alors que d’importants travaux ont été réalisés dans la station de la Milady, et pourquoi des odeurs pestilentielles en haute saison reviennent-elles régulièrement dans les quartiers à proximité de ladite usine ? La circulation et le stationnement restent encore le gros point noir de Biarritz malgré les efforts mis en place. Sans ces efforts (navettes et parkings relais), le trafic de difficile deviendrait cauchemardesque. Il faut repenser cette politique de circulation qui vient engorger l’hyper centre et proposer une vraie alternative aux visiteurs mais aussi aux riverains. Regardons les alternatives de nos voisins français et européens : Bordeaux ? Oxford (GB) ? Des parkings relais et des navettes fréquentes incitent les visiteurs à laisser leur véhicule en périphérie, à découvrir la ville et à faire leurs achats en toute quiétude sans stress. Incitons nos élus à repenser la vie des biarrots et des visiteurs en saison afin que nous puissions profiter ensemble et harmonieusement de notre ville et ne plus entendre… ouf ils sont partis !!! En attendant bonne rentrée à tous et à toutes malgré le tumulte social qui se profile. Maider Arosteguy, www.biarritz-demain.com

Groupe « union de la droite et du centre pour Biarritz » Patrick DESTIZON – Karine DUBOURG – Éric FOUCHER

Biarritz Tourisme : de mal en pis !

L

e 8 juillet dernier, le conseil municipal a examiné le rapport d’activités 2009 de Biarritz Tourisme, l’établissement public chargé de piloter le tourisme biarrot. En 2009 le chiffre d’affaire de Biarritz Tourisme retrouve à peine avec 2 448 934 € son niveau de l’année 2000, ce qui traduit en données corrigées de l’inflation 34 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

un recul réel de l’ordre de 25 %. Ce chiffre d’affaires est de plus artificiellement gonflé car en 2009 le montant de la location des salles pris en charge par la ville et payé par elle à Biarritz Tourisme représente 20,47 % de son chiffre d’affaires. Le chiffre d’affaires de Biarritz Tourisme hors ville de Biarritz permet ainsi de couvrir seulement 42,5 % de ses charges d’exploitation. Le nombre des manifestations de tourisme d’affaires ne cesse de baisser : 118 en 2004 pour 241 jours d’exploitation, 101 en 2008 pour 243 jours d’exploitation et désormais seulement 95 en 2009 pour 204 jours d’exploitation. Le nombre de participants au tourisme d’affaires stagne, ce qui traduit le fait que si nous avons autant de participants, ceux-ci restent moins longtemps et du coup dépensent moins. Les retombées économiques pour notre ville sont du coup en baisse sensible. Ce phénomène risque encore de s’accentuer en 2010 par le fait que les congrès ne se tiennent désormais plus en centre ville à l’espace Bellevue mais en périphérie à la halle d’Iraty. Il va sans dire que cela n’arrange pas la situation de notre commerce local, bien malade du fait de l’incurie de la majorité municipale en matière commerciale. Les manifestations privées stagnent : 31 en 2008 pour 40 jours d’exploitation et 30 en 2009 pour 39 jours d’exploitation. Seules les manifestations publiques, largement subventionnées, se maintiennent : 116 en 2009 contre 111 en 2008. L’activité de Biarritz Tourisme apparait décidemment de plus en plus dopée à l’argent public ! Il est encore un peu tôt à l’heure où nous écrivons pour tirer le bilan de la saison 2010 mais il semble que si la haute saison estivale ait été correcte, sans être un cru exceptionnel, l’avant saison (mai – juin) n’aura pas été bonne et que des inquiétudes sérieuses pèsent sur l’arrière saison du fait d’une rentrée qui s’annonce difficile. Pendant ce temps que fait le staff dirigeant de Biarritz Tourisme ? Il démarche le marché chinois. C’est bien mais en attendant les touristes et les congressistes chinois que nous verrons peut être dans dix ou vingt ans, nos entreprises souffrent et nous perdons des parts de marchés. Les stratégies de long terme sont une bonne chose à condition de ne pas oublier le court et le moyen terme car comme le disait l’économiste anglais J.M Keynes « à long terme, nous sommes tous morts ». Biarritz en tant que station touristique décline et la convocation d’états généraux du Tourisme, que la majorité nous refuse depuis des années, qui associeraient l’ensemble des professionnels de la station et des élus de la majorité et de l’opposition en vue d’élaborer des solutions aux problèmes du tourisme biarrot devient une nécessité absolue ! Patrick Destizon www.udecbiarritz.fr - udecbiarritz@hotmail.fr Permanences sur RDV : samedi matin de 10 heures à 12 heures.

Groupe « Rassemblement pour le Renouveau de Biarritz »

Pour une vraie politique de stationnement et de circulation

E

n été je ne peux m’empêcher de penser à mon grand-père maternel, Armand GUILHOU qui nous a quittés en 1976. Atteint de cécité, il pestait contre les rares véhicules qui, mal garés,


barraient son chemin. Il aurait sûrement été horrifié du spectacle désolant qu’offrent nos rues pendant la saison. Il n’est plus possible de se garer dans les quartiers et les voitures envahissent les trottoirs. Les touristes en sont eux-mêmes gênés mais ils ne peuvent faire autrement. De fait, circulation et stationnement sont devenus calamiteux. Depuis 20 ans la mairie n’a rien fait d’efficace pour résoudre ces problèmes et a laissé la situation s’aggraver. Comment prétendre défendre l’accessibilité aux handicapés avec des rues dans un tel état ? Se promener avec un landau est dangereux, alors avec un fauteuil roulant ! La politique conduite en matière de circulation et stationnement est un échec grave et patent. Rien n’existe pour les vélos et les parcs à scooters sont saturés. Tout est à repenser ! J.-B. Saint-Cricq www.jbsaint-criq.fr

Groupe « Biarritz À cŒur Élus de la gauche unie »

Conseils des quartiers, une avancée ou un alibi ?

I

l y a un an ont été créés les conseils de quartiers. Chaque conseil est composé de trois collèges : - des élus municipaux, candidats (dans leur quartier d’habitation) - des habitants tirés au sort parmi les différents candidats - des représentants d’associations. Cette assemblée sans pouvoir « institutionnel » est présidée par une personne désignée par le maire, et donc non élu par les membres dudit conseil. Cette assemblée n’a aucun pouvoir et son rôle consiste seulement à soumettre au maire des suggestions pour l’amélioration de la vie quotidienne des Biarrots. Hélas, ses propositions n’ont aucun caractère contraignant pour le maire. C’est pourquoi, malgré les diverses demandes, notamment sur l’extension des parcours des navettes, rien n’a été obtenu. Au final, tout ceci ressemble bel et bien à un ersatz de démocratie ! « Si l’autorité n’a pas d’oreille pour écouter, elle n’a pas de tête pour gouverner ». Proverbe Danois Galéry Gourret-Houssein Conseiller municipal, membre du conseil de quartiers, République, Larrepunte, St-Martin, Lahouze. courriel : galery.gourret@wanadoo.fr blog : www.biarritzacoeur.com

Groupe « parti socialiste de Biarritz »

Sonate d’été à la Grande Plage

U

ne fois n’est pas coutume… Le PS biarrot tient à féliciter Monsieur le Maire pour l’espace de liberté laissé à tous les jeunes sur la grande plage, la nuit tombée. Car ils sont nombreux à y festoyer tous les soirs, leurs rires et leurs discussions couverts par le seul bruit des vagues… Voilà qui n’est pas dans l’air du temps et se remarque. Ce n’est pas parce que certains franchissent la ligne jaune que tous doivent en pâtir. C’était incroyable de les juger indésirables sur l’espace public de la Côte des basques lors des Casetas. Les impécu-

nieux d’aujourd’hui seront les gentils consommateurs de demain. Ils sont inciviques ? Ils polluent la plage ? Parlons des « anciens » qui se shampooinent et se savonnent vigoureusement tous les étés sous les douches et, pris sur le fait, arguent avec l’aplomb de ceux à qui on ne la fait pas que ce qui n’est pas interdit est tacitement autorisé… Parions sur ces jeunes qui se construisent des souvenirs d’été et seront les meilleurs porte-parole des charmes du Pays basque. Françoise Viollier psbiarritz.secretariat@orange.fr Tél. : 05 59 23 73 37

Groupe « elkartu – Biarritz citoyen solidaire »

Logement et aménagement durable

L

a construction ou la rénovation de logements n’échappe pas aux lois du Développement Durable. Si l’Agenda 21 biarrot est encore un doux rêve, il faudra pourtant y venir. Le retard pris aujourd’hui se paiera cher demain. Face au manque de logement, face aux demandes insatisfaites des jeunes biarrots, des ménages, des personnes isolées mais vis-à-vis du programme Kléber qui pointe son nez il n’est pas inutile de poser quelques principes qui détermineront les futures règles du jeu. En matière d’urbanisme : - Associer les populations des quartiers, les associations, groupements de riverains aux démarches prospectives. Les élus et les techniciens n’ont pas la science infuse pas plus que les architectes bâtisseurs, les enquêtes publiques ne donnent pas la clé de tout. La population doit participer à l’aménagement de sa ville. - Optimiser les espaces urbains. L’avenir est à la production de collectifs à taille moyenne ou de petits collectifs, tout en veillant à leurs liaisons avec transports, commerces, écoles, équipements collectifs de proximité. - Adapter le logement à la diversité de la population. C’est la production de logement pour tous, éléments indispensable de solidarité et de mixité sociale. - Intégrer les finalités du DD, les normes HQE dans la construction, la réhabilitation et l’aménagement. Y Sensibiliser les entreprises, les artisans. - Lutter sans relâche contre les logements insalubres et indignes. En matière de solidarité et de santé - Le DD à l’échelle du quartier prend en compte les questions sanitaires. Santé publique et qualité de vie sont à gérer en amont : habitat, sécurité dans les voies de desserte, limitation des déplacements domicile-travail alternatives aux transports polluants, accès aux espaces de nature et aux équipements sportifs, éloignement et réduction des sources de pollution sonores et magnétiques. - Sensibiliser les habitants à ces enjeux, créer des zones de sport et de détentes de proximité, responsabiliser dès le plus jeune âge sur les thèmes de propreté des espaces collectifs. - Développer un réseau de Maisons de Quartier, véritables dispensaires modernes de solidarité et de santé. Régine Daguerre & Peio Claverie elkartu@hotmail.fr http://biarritz.citoyen.solidaire.over-blog.com SEPTEMBRE 2010 N°199 | BIARRITZ magazine 35


le carnet

Félicitations à…

Émilie et Jean-Baptiste Renoux qui se sont dit oui le 14 mai. Barbara et Ian Anthony Fortune se sont unis le 24 juillet.

bon anniversaire À… M. Raymond Wirth, Denise Raynal et Andrée Guillemin qui ont fêté respectivement leurs 100 ans les 12, 17 et 21 août.

BienvenuE à…

Apolline Grosso qui est née le 7 Juin.

NAISSANCES MAI Leeloo PORTILLA--FORTES BRAYNER COSTA MATTOS ■ Melvyn TALENTON ■ Alexandre PIOT ■ Mona BERTIN JUIN Victor GUERLACH ■ Ilan PERES ■ Apolline GROSSO ■ Mina BOISSY ■ Cameron DEGUILLY ■ Nell LEVASLOT ■ Oscar COLIN JUILLET Margot BERTIN--MINEL ■ William DUTERNE ■ Maelee LARRONDE ■ Tom LAVIE ■ Louna NICOLLE ■ Rose AMESTOY ■ Antton SABALETTE ■ Xan DUGER ■ Alaia AMESTOY--SAUBES ■ Noah PINET ■ Lili ALFARO TKATCHENKO ■ Juan DA SILVA ■ Eryn LANGLOIS ■ Seth SANFILIPPO AOÛT Rodrigo VIEIRA--ILLIONNET ■ Billie ANCELLE-HANSEN ■ Célia COSTEDOAT MALBEC ■

MARIAGES

Le magazine municipal est distribué gratuitement à travers Biarritz. Les personnes qui le désirent peuvent souscrire un abonnement à l’aide de ce coupon. Nom …................................................. Prénom …............................................. Adresse ......................................................... ...................................................................... Code postal …......... Ville …............................ Souscrit un abonnement d’un an (11 numéros) pour la somme de 17 €. Ci-joint :  chèque bancaire (à l’ordre du Trésor Public)  réabonnement Biarritz magazine Service information-communication Hôtel de Ville BP 58 64202 Biarritz cedex

36 BIARRITZ magazine | septembre 2010 N°199

DÉCÈS juin Vincent DUMAS (1976) ■ Sylvaine BRETTES (1934) ■ Yvette HENNEBUTTE (1926) ■ Louis COUCK (1933) ■ Christiane BOURQUIN (1923) ■ Laurent GRABET dit BOUCHET (1925) JUILLET Louis LAY (1925) ■ Simonne CARRÈRE (1917) ■ Marcel ETCHEVERRY (1924) ■ Barthélémy BORDES (1915) ■ Marie-Ange RAFFIN (1923) ■ Paulette TOUZET (1920) ■ Armand HAUSSÉGUY (1926) ■ Jean-Léon GUYOTTE-MASSON (1929) ■ Jeanine HEGOAS (1938) ■ Ginette INCHAURRAGA (1927) ■ Roger BOULAY (1922) ■ Jean-Paul FERRAND (1926) ■ Julian ZABALA (1931) ■ Dominique BÉHOTÉGUY (1929) AOÛT Jacqueline REYNAUD (1931) ■ Izabel DELAROCHE (1922) ■ Arlette TARDIF (1956) ■ Stéphane ARRAYET (1933) ■ Jeanne BOSC (1918) ■ Ernest GALVES (1921) ■ Joël VANNIER (1954) ■

Photos : © In’dana Studio ; Atomic photos

Pour s’abonner

juin Eric BARQUISSAU et Nathalie DARRAS juillet Lionel JUE et Laurenne BOUEILH ■ Sylvain BREAS et Isabel NUNES ■ Olivier RANCEZ et Caroline HÉRIPRET ■ Laurent DRIOLET et Caroline BORTHIRY ■ Stéphane GOUFFRANT et Elorri AÇALDEGUY ■ Sébastien FONTAINE et Caroline TROLLER ■ Ian FORTUNE et Carine BOUYSSOUX ■ Alexandre SIMON et Emmanuelle BESANÇON ■ Nicolas TOLEDO et Joana LABRUCHERIE-MAGNAN ■ Nicolas CROQUET et Marie-Alix GUINABERT AOÜT Gilles MOLÈRES et Pascale UHART ■ Antoine LELIEVRE et Karine VERGEZ ■ Franck REPELIN et Claire TRAVIESO ■



BIarritz Magazine 199