Page 1

fu

.T i-r

ô o ô c{

ail/r a/m;A,

Année scotaire 2012-2013 I

tH .il

+i U

ot$tA' fq ôr8s

* tS

E

+Èl'§a''-

tt.

{J

a, *"'t

I F §Æ

*t*

§

J

o o AJ

, (/) (-.!

o H

s tr

€(T

f*§T*RIÂL

Ily

§:

.oo

È\

\il

o H ai

\

riv I

pAR syLiJArLi sÂr.r?ü-{ rL

Ilannée de la foi nous rappelle que la seule finalité du « Cours Fatima »

,!' \fi

t\ (Y)l

//r

Chers amis,

réside dans ses élèves.

:

a dix ans,

sollicité par lAbbé Pattyn,

je rejoignais un groupe de parents appelant de leurs væux un collège à la fois novateur et ancré dans la mission de l'Eglise. Ainsi fut fondé un établissement « hors-contrat » et à contre-courant qui réunissait enseignement et foi. Nous avons cherché à renouer avec la riche sève de l'enseignement chrétien, suivant

l'exemple de pédagogues de génie, tels saint Jean-Baptiste de la Salle ou saint Jean Bosco, et des innombrables

'-I o\

a a O. § I

!4 .H l-i

o

(-i

F{

t-)

* ()

tr u)

o

T]

g Lr or) I

l-

Q

Ot

I={Fç

w,

>t.

o ,:()'

TJ

C

o ..H

U U

o {'

,(fl

,,ÿ)

,d lg

# Fe ItI Eb' .r.'t.'

H .F{

È-: ..

ê.æ

congrégations enseigna ntes.

- \j:ea pprsî=rruî

de présider l'association naissante. Les premières années

Benoît XVI en faveur d'une nouvelle

faire, aidez nous à trouver les 55.000

euros manquant encore au budget de cette année. Nos élèves vous le

I

Nous pouvons nous réjouir du chemin

parcouru. Mais, si nous y sommes parvenus, c'est grâce à vous tous: les familles qui nous font confiance, les bienfaiteurs, les donateurs et les bénévoles, ceux - enfin - qui prient pour le collège. Sans ces soutiens, rien n'aurait été possible. Merci à tous

restent insuffisamment nombreux. Alors, au nom de la charité, conünuez

- ou peut-être commencez - à nous

messages

de rester « fermes dans la foi »l ll faut

donc Ia vivre quotidiennement, et en particulier à l'école. Aussi devons-nous soutenir les

contrat

»

engagées en faveur de la foi de l'Eglise. La crise ou les difficultés

enfants

Aujourd'hui à nouveau engagé dans l'associaüon, je constate que cet objecüf demeure intact, et combien il répond aux appels de Jean-Paul ll et

nérations modestes, et les bénévoles

demeurent attaquées, à Madrid Benoit XVI recommandait aux jeunes des JMJ

s'épanouir comme Chrétiens dans leur !

Les professeurs acceptent des rému-

soutenir par vos prières, vos dons, votre bénévolat ou en diffusant nos

charité - première des vertus - au service de nos frères chrétiens, et tout particulièrement des

temps

!

demandent ! Les familles aussi, car le poids des scolarités est important.

Alors que les valeurs évangéliques

furent pionnières, pourtant je pus immédiatement admirer la vocation spécifique de notre Collège enseigner les enfants dans la foi, en leur donnant des moyens pour s'intégrer socialement, réussir professionnellement et surtout :

§t! )r §§

évangélisation

écoles catholiques « hors-

j'acceptai

a

matérielles

ne

doivent

pas nous faire oublier

la

I

Ces enfants allumée

tiendront

la lampe

du

Christ après nous. C'est pourquoi il faut former et éduquer leur foi. Pour ce

!

A tous, la communauté éducative du

Cours Fatima demeurera infiniment recon na issa nte.


îffi,â,î.**hr{ilîîffiil î*Â ':}tjt-îtjffiil *ea"ss*c*

*f-jWXZZeT=}i:*{. ,,, =-i -

ri;r i', "- - r-i-rir

+3æ* â.æ *a.c,ââaa*'* ?

Pour définir ce terme, citons un extrait du dernier Concile (GS 53) : « Au sens large, le mot «culture» désigne tout ce par quoi l'homme affine et déveloPPe les mulüples capacités de son esprit et de son corps ».

{a*u****x cfu.r*&â* *aÿatrs

?

Qui veut bien se pencher, sans a priori, sur l'Histoire de notre Patrie s'en rend compte aisément : les racines culturelles de la France sont chréüennes. La République française elle-même, toute laïque qu'elle soit ou désire être, a une devise fondée sur des valeurs d'origines chrétiennes. Ceci étant, la question fondamentale qui se pose à nous est:vaut-il la peine de transmettre à nos enfants notre culture? L'ensemble du corps professoral du Collège en échos aux encouragements de Benoit XVI répond sans hésiter par l'affirmative car il n'est pas du tout identique de vivre ou de ne pas vivre selon les valeurs d'une culture vraiment chréüenne.

* * *æqs *a*Zr x*.a* *z ç *"r {*acz{{e#xæ

Pour s'en persuader nous Pouvons prendre un autre type de culture contemporaine : une culture inspirée par une vision laïciste de la vie et de l'homme ne produit pas les mêmes

effets qu'une culture ayant Pour fondement le christianisme. C'est indéniable. [actualité politique de notre pays nous le démontre tous les

jours. Si Dieu n'existe pas ou s'll n'a rien à dire à la société civile, alors la dignité de chaque personne humaine n'a Pas

de fondement stable et solide et

se

trouve à la merci de toutes les majorités fluctuantes. Lorsque l'homme se prend pour Dieu : c'est toujours l'homme qui perd.

*â§'* t *.al\€a{* *fur{:le.æ***z* râ§rææçæâs* fu

Pour échanger avec les autres cultures, il faut connaître et apprécier la sienne.

ll est aussi

notre patrimoine littéraire,

notre histoire, notre patrimoine artistique ou juridique, en un mot, notre identité, est une injustrce faite à nos aTeux et une erreur face à l'avenir. ll faut se nourrir de notre passé pour construire le futur. Un arbre sans racine meurt. Pour que notre culture conünue à s'enrichir, il faut que notre jeunesse se nourrisse

d'abord aux meilleures sources

de

notre legs culturel.

e-*

â**ap* ** râ æ.se{æ *â,æ *æ

{zâi-i'.se{æ

nécessaire d'uüliser notre

raison pour ne pas absolutiser notre

propre identité culturelle. ll existe des valeurs communes à toutes les cultures dignes de ce nom c'est-à-dire

aux cultures qui font croître et qui enrichissent les personnes humaines, Mais ce n'est pas une raison Pour se renier soi-même ou avoir honte de notre culture propre. Etre fier de notre culture chrétienne et française est, au contraire, le meilleur moYen de pouvoir dialoguer et entrer en contact, sans violence, avec les autres cultures.

Ne pas transmettre

à

nos

enfants

Au fond, c'est afin de Protéger les droits et les devoirs fondamentaux de toute personne humaine que nous souhaitons transmettre aux élèves l'ensemble des éléments qui font la richesse de notre culture chrétienne. ll ne s'agit pas d'un rePliement sur nous-mêmes mais au contraire d'un service fait à notre prochain. Nous avons en effet la sage audace de penser que notre culture chrétienne sert l'humanité. Là où l'on s'écarte de l'Evangile, on s'éloigne aussi de jusüce, de la paix, de la charité.

la


#æd

if.i=.i 3r i;

Ë-rc §æe.**âêë.*

Surveillants ? l''lon, assistanis ! C'était le cri de 5t Jean Bosco:en récréal.ion, il clemandait aux adultes de se mêier aux élèves, non pas cle les surveiller de lorn nra:s ie jourr .rvcc eux. Les enfants, eux, étaient encouragés à jeuer.

Les premiers éducateurs de leurs enfants ce sont

les parents. On ne le dira jamais assez. Llidéal éducatif c'est la coéducation : la synergie de la famille et de l'école. Rien de plus dommageable qu'une famille qui éduque dans un sens et

Jean Bosco fuyait l'oisiveté, vantaii l'actjen et i'effort, convaincu que « rendre souriants » les murs d'une inslitutir:n et y instaurer la jcie, faisaient progresser les enfants" Le jeu, c'est le contraire de l'oisiveté : clans le jeu, l'enfani se meut librernent, adcpte une règle, se dépense pour réussir mais respecte l'adversaire. ll apprend la gratuité, quelqiiefcis l'échec, rlans la joie.

l'école dans un autre.

ilæ 4ae*sâi*ca {â*s âeê#$.j**ês *&æ ** gw**eaa*€à{6ëââ* ?B § * râæâ*

ll est un domaine où la vigilance des parents

En jouant avec les enfants, l'éducateur donne l'exernpie, gagne la confiance, le respect, dcnc les cceurs. Dernièremeni, un élève a avoué qu'ii se sentait impcrtant parce qu'un professeur avait jcué avec lui en rée réaücn... Au collège Eienheureux François etiacinlhe de Falima, nous continuons à notre tour à metlre en pratique les préceptes cle St Jean Bcsco pr:ur

et des écoles doit être exercée

avec u ne grande acuité : c'est celui de la radio, de la télévision et d'internet. Ces moyens ne sont pas intrinsèquement pervers. lls peuvent rendre de très grands services. Mais nous savons aussi

que ces moyens peuvent aussi avilir l'homme et la femme. Nous sommes donc appelés à apprendre à nos enfants à les uüliser pour le meilleur. Uniquement.

la

joie et la sérénité de tous

!

**.**** Benoit XVI disait à nos évêques venus à Rome

en décembre dernier : « Quant aux écoles catholiques qui ont façonné la vie chréüenne et culturelle de votre pays, elles ont aujourd'hui une responsabilité historique. (..) Trouver les chemins pour que la transmission de la foi demeure au centre de leur projet éducaüf, est nécessaire. La nouvelle évangélisation passe

et par l'æuvre multiforme l'éducaüon catholique () L'éducation aux valeurs chrétiennes donne les clés de la culture de votre pays ». Le pape avait d'abord noté l'existence en France d'une « ignorance [qui] produit dans les nouvelles générations l'incapacité de comprendre l'histoire et de se par ces écoles

de

sentir héritier de cette tradiüon qui a façonné la vie, la société, l'art et la culture européenne ».

) tnscriptions pour l'année 2}tg-2}t4 : jusqu'au 1-4 juillet ou dès le 25 août, envoyer un courriel à l'adresse du collège informations@cou rsfati ma.com), ou a ppeler di rectement (04-7 8-37 -21,-74) pou r u n rendez-vous. (

))

a

u secréta riat

ff,eatr" des 4" et 3" : lycée don Bosco, montée St Laurent, jeudi le 23 mai de 20 à 22 h. Entrée libre.

))

ne.it.l

LYON

5';

de chants, à l'église St Pierre de Vaise, le vendredi 14 juin à 20 h

Le domaine de I'éducation a toujours été fondamental. Les ennemis de l'Eglise l'ont toujours bien compris. A nous de relever le défi

)) fet" du collège, le dimanche

de la transmission de notre culture.

)

30 juin 2OL2, entre collège François et Jacinthe de Fatima. Rentree des élèves le jeudi 5 septembre à 7 h 55.

t

h 30 et L7 h, au


ttNt r.)^nl-NlT nl t^^t t ,I \t I HN I I \t t t , \ ,\ 't

îEMOÏGN§

II r^r r \

,t

-t

:

Qu'est-ce-quivous a attiré

?

Nous nous sommes beaucoup interrogés quand nous cherchions un coilège pour notre ainé qui est aujourd'hui en études supérieures... La

non-mixité nous a séduit d'emblée... quel atout pour traverser cette période turbulente de l'adolescence ! Les classes de filles

LT§ îRAVAUX hdAh,IU§L§

ne sont pas loin... ll y a donc une volonté de proposer une juste

A§,J

distance, qui favorise le respect mutuel. Lors d'une porte ouverte, nous avons découvert la pédagogie du collège... Elle répondait

REGARD SUR LE PROJET TECHNOLOGIE EN Sème G

à

//i

nos attentes de parents chrétiens I Le collège se met au service du

bien, du beau... pour nos enfants

CÜTUR DE tA P§NAGüGÏT

PAR MÛN§IEUR ROBI*§SCT.{

I

Deux axes guident le projet

Quelles ont été vos inquiétudes

?

Bien sûri nous avions des inquiétudes ! Le rite extraordinaire nous

semblait hors du temps, décalé : en réalité le collège esttotalement dans l'Eglise, Elle y est aimée et respectée... Finalement les enfants

sont plus souples que nous... Aujourd'hui, ils sont fiers de savoir servir et suivre la messe dans les deux rites

:

-

Tout d'abord être dans le concret : en développant des activités manuelles un peu techniques (peinture, menuiserie, placo-plâtre...), avec l'emploi d'outils électriques (scie sauteuse,

visseuse...) ou traditionnels (pinceau, cutter, burin, pelle...) De quoi faire découvrir aux élèves des matériaux, appareils et

I

Notre autre souci était le lycée : notre fils serait-t-il accueilli dans

techniques utiles au bricolage.

de bons établissements ? S'adapterait-ll à une grosse structure,

-

après ces années dans un cadre familial ? Et le niveau scolaire

un travail d'utilité collective, visible par tous.

?

Quels sont les éléments qui vous ont aidés à faire ce choix ? Nous avons décidé de faire confiance. C'était un choix profond,

comme un appel, un saut dans la foi... Les années de collège sont importantes, elles posent les fondements de la vie adulte. Durant cette période, nos enfants grandlssent beaucoup, à tous les niveaux. lls ont besoin de cohérence pour comprendre le sens de leurs actes et de leur vie... C'est un défi pour les parents I Nous avons été soutenus dans cette tâche éducative si exigeante

Quel bilan faites-vous

!

Cela permet également d'apporter une aide au collège, avec

Pou r le rangement, tri ou nettoyage, pas besoin de con na issances particulières. Ces activités ordinaires, parfois salissantes, sont pédagogiques : les élèves voient immédiatement le résultat de

leur travail et voient aussi s'améliorer leur cadre de vie. Les élèves sont fiers des actions réalisées

:

boucliers pour

le théâtre, étagères dans le vesüaire des filles, placo-plâtre, réfection du local de sport, tri sélectif du coin déchetterie, muret et bordures de jardin, terrassement, rangements....

En projet:réfection de la chapelle et aménagement de

?

sa

la

cristie.

.ja

Aujourd'hui, nous connaissons bien le collège. lladolescence reste une crise difficile mais nécessaire pour grandir ! Fatima est

Ê

{

§

e

un cadre rassurant, structurant. ll respecte le rythme du jeune, en le préparant à aborder le lycée, à réfléchir à son orientation,

au choix de ses amitiés... Nous ne regrettons pas notre choix. Nous sommes étonnés de ce qui est fait, avec peu de moyens et beaucoup de bonne volonté. Vraiment nous rendons grâce

è

!

I .2

I

ç1,r?xr§er"

#se{r§§#f#r#

{§. c#§â3

LAA N°15  

lettre aux amis collège Fatima

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you