Page 1

Mars 2018 - 65e année, n°1 - périodique trimestriel - P206948

R LPH Le magazine de la Mission Evangélique Belge

PRIONS DANS LA CHAMBRE HAUTE p.7

arbres de vie p.2 Vie nouvelle en Jésus p.4-5

Edith et Ralph p.6


editorial

Arbres de vie

Luc Salsac

Notre histoire ici bas s’articule autour d’un arbre : l’arbre de la vie. Nous le trouvons au début de la Bible (Gen 2:9) au milieu du jardin d’Eden puis il devient inaccessible suite à la désobéissance d’Adam et Eve (Gen 3:22-24). Mais nous le retrouvons dans le dernier chapitre de la Bible (Ap 22) au milieu de la place de la ville de Dieu, accessible à tous ceux qui auront placé leur foi en Jésus. Dans cet entre-deux, Dieu reste la source de vie et son projet de vie pour l’Homme n’a pas changé. Nous pouvons lire dans l’Ecriture, qu’Il nous invite à choisir la vie (Dt 30:19-20). Jésus, Dieu incarné, nous dit que celui qui croit en lui a la vie éternelle (Jn 6:40), qu’il est venu pour donner la vie, « une vie abondante » (Jn 10:10), qu’il est « le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14:6). Oui, en Dieu est la « source de toute vie. » (1 Tim 6:13 BDS) Dans cet entre deux, il y a aussi un autre arbre, arbre qui a été coupé et façonné pour en faire une croix. Croix sur laquelle Jésus a donné sa vie pour nous pardonner, pour nous restaurer dans notre relation brisée avec le Père, pour nous donner la vie éternelle. Sur le bois de la croix Jésus a changé le cours de notre vie. A ceux qui s’abandonnent à lui, il a offert de naitre à une espérance solide ; il a fait d’eux ses frères et sœurs, il les invite à vivre une vie renouvelée et « dirigée par l’amour »

RALPh MAGAZINE

(Eph 5:2), une vie qui se donne, qui s’offre pour le servir et le communiquer. Pâques est ce temps où nous nous rappelons à quel point Dieu nous a aimés, qu’il a payé lui-même le prix de mes fautes. En Christ, Il nous fait vivre une résurrection qui doit transformer et bouleverser nos vies et qui, à la fin, nous permettra de manger librement à l’arbre de vie. La résurrection de Jésus ne doit pas être simplement un acte du passé, mais une réalité présente dans nos vies. Il a renouvelé toute chose et il veut continuer de nous renouvelé et de faire jaillir sa vie dans nos vie. Soyons remplis de sa vie et communiquons-la, là où nous sommes. Si notre Mission a passé ses derniers mois à réfléchir à une vision renouvelée, c’est pour pouvoir communiquer ce message de vie de manière plus pertinente dans notre monde d’aujourd’hui. Même si nous nous apprêtons à souffler 100 bougies, nous ne voulons pas simplement nous souvenir du « bon vieux temps. » Nous voulons regarder vers l’avant, sortir de nos routines, de nos zones de confort afin de vivre et de répandre pleinement ce message de vie. Merci pour vos prières et votre soutien.

fait référence à Ralph Norton. Ralph et son épouse Edith sont les fondateurs de la

Mission Evangélique Belge (1919). La MEB a pour vision d’apporter l’Evangile à tous les habitants de Belgique. Le présent magazine sert de

CO LOP H ON

pont entre vous, l’organisation et ses missionnaires.

RALPH | 2

Editeur responsable Luc Salsac Equipe Eunice Parodi - Ciara Goossens Kathy Oost - Jan Willem Vink Traduction Eunice Parodi Relecture Geneviève Bouvy

Coordonnées Bd Lambermont, 158 1030 Bruxelles Tel: +32(0)2/241.30.15 Email: information@b-e-m.org Site web: www.meb.be Facebook: Belgian Evangelical Mission Bureau de dépôt : 3000 Leuven 1 Agrément : P206948 Numéro d’entreprise : 0410.278.623


Brèves

Au marché et dans les homes

Nouvelles recrues

Eupen - A l’approche des fêtes de fin d’année, beaucoup de ministères MEB organisent quelque chose de spécial, c’est le cas de notre poste germanophone à Eupen. Fidèle à ses habitudes, l’église était présente avec un stand sur le marché de Noël de la ville. Du 15 au 17 décembre, plus de 2000 calendriers ont été distribués aux passants. Andreas Seidlitz, pasteur du poste MEB d’Eupen, nous raconte que de plus en plus de gens leur ont avoué attendre avec impatience ces calendriers dont les versets bibliques leur parlent. Nous prions que Dieu puisse utiliser ce moyen pour toucher des coeurs.

Notre appel à trouver d’urgence un nouveau collaborateur administratif a été entendu. Rianne Botes vient est originaire des Pays-Bas et est marié à Stephen, qui vient d’Afrique du Sud. Il rejoindra bientôt l’équipe de maintenance de la MEB. « Nous cherchions tous les deux un emploi et la MEB avait besoin de personnel. Nous nous entraidons. Je vois vraiment la main de Dieu dans tout cela », explique-t-elle. Le poste de comptabilité est également rempli à mi-temps par Geert Luchtenberg, à raison de deux jours par semaine. Nous continuons néanmoins à prier pour un collaborateur à temps plein pour cette fonction.

Binche - C’est devenu une tradition à Binche : à Noël, on chante. Cette année, la chorale de l’église a célébré la venue du Sauveur dans trois maisons de retraite de la ville en accompagnant les chants d’histoires vraies. Si la musique a ravi les oreilles du public, elle continue certainement de souder les liens au sein de la petite communauté de Binche, encourageant chacun à s’affermir spirituellement en partageant sa foi autour de lui.

Nouvelle vision MEB

#pray4belgium

L’année dernière, le comité stratégique de la MEB a prié et planché sur l’élaboration d’une nouvelle vision. Une première ébauche a été présentée aux missionnaires MEB en octobre dernier. En avril 2018, la nouvelle ligne de conduite sera entérinée lors de l’assemblée générale. Plus d’information à ce sujet dans le prochain numéro de RALPH.

Dans notre précédente édition de RALPH, nous vous présentions le petit livre #Pray4Belgium contenant dix récits de missionnaires MEB du passé et du présent. Les traductions en français, allemand et anglais sont en cours. Dès qu’elles seront disponibles, nous vous en informerons. Si vous désirez vous procurer un exemplaire en néerlandais, vous pouvez le commander via https://www.b-e-m.org/ nl/pray4belgium-nl/.

RALPH | 3


Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de lui Dans nos milieux évangéliques, il est de ces témoignages incroyables, voire surréalistes, qui nous bouleversent. Et puis, il y a ces vies vécues qui ne feront peut-être jamais l’objet d’un best-seller, mais qui nous touchent parce qu’elles reflètent notre quotidien. Elles complètent peut-être même encore plus notre vision de Dieu, parce qu’il s’agit de personnes que nous croisons tous les jours, tel notre voisin, notre collègue de bureau ou encore le camarade de notre fils.

Bruno

Merci pour ta grâce, utilise-moi

Pour Bruno, tout commence lorsqu’en visite avec son épouse auprès d’une amie convalescente, ils tombent sur Eric et Anne, venus remercier Dieu pour le bon déroulement de l’opération. La prière, Bruno connaît. Enfant, il a reçu une éducation religieuse, avec la messe tous les dimanches, le cursus catholique, le scoutisme ; il a même fait partie de la chorale de la paroisse. A l’adolescence, happé par diverses préoccupations, il a un peu mis de côté la religion, sans pour autant contester l’idée d’une entité divine. D’ailleurs, huit ans auparavant, tandis que son monde s’effondrait, il a réclamé à de multiples reprises un signe et l’aide du bon Dieu. Aujourd’hui, il est touché par une prière qui sonne juste, emplie de chaleur humaine, comme une vérité prononcée par des adultes. A l’occasion d’un souper de Noël une semaine plus tard, Bruno et sa famille ont leur premier contact avec la communauté chrétienne L’Autre Rive de Gembloux. Ce culte sera le premier d’une longue série, jusqu’à ce que Dieu lui révèle qu’Il l’aime comme un Père. Bouleversé, il l’invitera à entrer dans sa vie et passera par les eaux du baptême en octobre 2017. Depuis sa rencontre avec Jésus, Bruno chemine. L’impatience, l’insatisfaction et la peur du lendemain font peu à peu place à la confiance. Il dévore la Parole de Dieu qui lui dévoile par RALPH | 4

Alors qu’à Pâques, nous nous remémorons que toute chose devient nouvelle en Jésus-Christ, deux témoignages valent le détour. Bruno vit en Wallonie, David en Flandre et plus de 30 ans les séparent. Leur point commun ? Ils ont rencontré Jésus par le biais d’un ministère MEB : pour l’un, la communauté chrétienne L’Autre Rive à Gembloux ; pour l’autre, les semaines d’animation SportQuest à l’attention des adolescents. Aujourd’hui, ils cheminent avec leur Seigneur, transformés à son image, de gloire en gloire.

exemple l’histoire de la manne dans le désert et l’appel divin à croire qu’Il pourvoira au lendemain – un concept radicalement novateur pour lui. Si, d’aventure, il n’a pas le temps de lire, il parle à son Seigneur. Il le remercie pour Sa présence et lui demande de le guider. Laisser quelqu’un d’autre diriger, ça


aussi, c’est nouveau. Jetant un regard sur son passé, il peut désormais affirmer que Dieu a toujours marché à ses côtés, et qu’aujourd’hui, ils avancent main dans la main. Bruno n’est pas seul : il est intégré dans une communauté et apporte sa pierre à l’édifice en participant aux enseignements qui y sont donnés, quelle que soit la taille du groupe. Il découvre les chants de louange et leurs paroles fortes et sensées, il médite sur les questions que l’animateur adresse à l’assemblée et, lorsqu’il s’assied autour des tables rondes avec ses frères et sœurs, il se sent comme en famille. Il a remarqué le profond désir d’intégration sociétale à L’Autre Rive et commence tout doucement à mettre à profit les dons dont Dieu l’a doté.

David

Son expérience dans les mouvements de jeunesse l’a incité à rejoindre l’équipe de moniteurs qui accueille chaque mois des enfants d’arrière-plans divers pour leur faire découvrir Jésus par le biais des programmes de La Courte Echelle. Il fait également partie du groupe qui rend mensuellement visite aux résidents d’une maison de retraite dans l’espoir de briser leur solitude. Parfois, il emmène sa fille, un véritable rayon de soleil dans le quotidien d’une personne âgée. Un jour, qui sait, peut-être viendra-t-il même leur jouer un morceau de saxophone ? Interview/texte : Eunice Parodi

Ma vie est plus belle avec toi

Mes parents m’ont donné une éducation catholique. Nous n’allions pas souvent à l’église, à part à Noël, lorsque nous étions chez nos grand-parents. Quand je pensais à la foi, je revoyais le visage dur et renfrogné des bonnes sœurs lors de ma confirmation. En grandissant, j’ai commencé à ridiculiser la foi. Je pensais que les gens malins ne croyaient pas en Dieu. A un moment, mes notes scolaires ont chuté. Mes parents ont commencé à s’inquiéter pour moi : dans ma famille, le succès est très important. En troisième secondaire, j’ai rencontré Florian qui est devenu mon meilleur ami. Il était chrétien et il m’a invité à SportQuest. J’ai accepté. Quelle semaine géniale ! Par contre, la foi me laissait toujours froid, car je pensais : « Comment Dieu peut-il exister si j’ai de mauvais points ? »

L’année qui a suivi n’a pas été facile. On était méchant avec moi à l’école et mes parents passaient par une crise conjugale. En été, Florian m’a invité une nouvelle fois à SportQuest. J’aimais beaucoup Oliver, l’un des moniteurs. J’avais toujours pensé que les chrétiens étaient des gens super sérieux. Avec lui, je pouvais rigoler. C’est là que j’ai rencontré Kurt Maeyens. Je me sentais vraiment accepté avec eux. J’étais marqué par leur respect mutuel et l’amour de l’étranger. C’était formidable après ces longs mois pendant lesquels j’avais traîné un sentiment de solitude à l’école et à la maison. Je voulais qu’Oliver et Kurt m’expliquent ce qui les animait. Ils m’ont parlé de Jésus et j’ai été touché. Ils étaient flamands, comme moi, on se comprenait. Oliver m’a dit : « Je peux te raconter mille choses sur Jésus, mais tu dois d’abord lui laisser une chance. » Lorsque je suis rentré à la maison, je l’ai fait. Je ne savais pas vraiment comment prier. Les mains jointes, j’ai dit un truc qui ressemblait à : « Dieu, comme tu peux le voir, j’aimerais ressentir et être certain que tu me vois. » Le jour d’après, je suis parti me promener avec des jeunes de l’église. J’ai dit : « Je pense que j’aimerais en savoir plus. » Ils m’ont invité au culte et quelle différence avec la messe catholique ! C’était moderne et ça me parlait. J’ai commencé à lire ma Bible et j’ai eu l’impression de changer, que ma vie était meilleure. Je sentais que Dieu était là, qu’Il travaillait dans ma vie. Je me suis fait baptiser à dix-huit ans. Ma maman a organisé une chouette petite fête avec mes amis chrétiens pour l’occasion. Un peu plus tard, j’ai rencontré Femke qui est aujourd’hui mon épouse. Interview : Kathy Vink-Oost Texte : Jan-Willem Vink RALPH | 5


edith Fokkeline Maeyens En cette belle matinée ensoleillée, je suis sortie sur la terrasse. Je tente de savourer la tasse de café que je viens de déposer sur la table et j’espère me reposer un peu, car ma journée s’annonce très chargée. Je réfléchis à mes responsabilités, à mon temps, à ma vie. Mon attention se porte sur Ralph, sa façon d’être et sa mission. Ralph quelqu’un exceptionnel, sa manière de vivre est un exemple, une source d’inspiration pour ma vie chrétienne. J’apprends tant de leçons spirituelles avec lui ! Il s’applique dans ce qu’il fait, déterminé et tenace. Le regard fixé sur son objectif, il ne capitule pas. Il passe énormément de temps dans les tranchées. Pourquoi ? Qu’est-ce qui l’attire ? Qui rencontre-t-il ? La vie là-dedans doit être si sombre ! Il peut voir dans l’obscurité, il atteint le but qu’il s’est fixé, il y met même tous ses efforts. Rien ne l’effraie. Il est rempli de persévérance, de zèle et d’enthousiasme. J’aimerais avoir autant d’énergie. Et lorsqu’il se repose, on le voit méditer et rêver à la merveilleuse création de Dieu, qui s’étend bien au-delà de son petit monde. Une création fructueuse. Sa soif de goûter au fruit de la vigne prend en otage ses pensées et son existence toute entière. La sécheresse et la mort l’entourent, mais il ne se décourage pas… que du contraire. Cela ne fait que l’inciter à franchir les limites afin d’atteindre le fruit désiré. Il n’oublie pas de prendre soin de lui. Il mange sainement et il boit beaucoup d’eau afin que son corps soit en mesure d’accomplir la tâche qu’il s’est fixée. Un mode de vie équilibré qui répond à son bien-être et à son appel. C’est comme s’il comprenait l’importance d’être affermi de l’intérieur pour tenir ferme publiquement. La nourriture et l’eau lui suffisent, il n’a besoin de rien d’autre. Oui, Ralph est unique en son genre… Ralph, notre lapin !

RALPH | 6

Si on me proposait de passer une journée dans la peau d’un des apôtres, je choisirais tout de suite PIERRE.


RENCONTRE A 58 ans, Guy Cauwels est l’heureux papa du dernier bébé de la MEB. The Upper Room est un ministère de prière situé au dernier étage du bureau de la MEB. Dans cette « chambre haute », le temps s’arrête pour rechercher la présence de Dieu et prier pour la MEB et notre pays. RALPH a rencontré notre nouveau collègue et lui a posé quelques questions. Qu’est-ce qui te fait rire à tous les coups ? J’aime l’humour du comique belge Urbanus. Ses blagues sont souvent absurdes et tranchantes à la fois. J’ai grandi avec ses spectacles et lorsque j’étais moniteur en camp, je l’imitais toujours. Qui est ton prédicateur préféré ? En Belgique, j’ai beaucoup de respect pour Wilfried Goossens. C’est lui qui m’a appris à prêcher. Au-delà de nos frontières, je pense à Craig Groeschel et Francis Chan. Chan va droit au but : il arrive avec des positions bien établies et les développe. C’est vraiment passionnant. Si tu pouvais changer quelque chose dans le monde, ce serait quoi ? En fait, je ne changerais rien. La seule chose qu’on pourrait faire, ce serait changer les gens. Et la seule manière de le faire, c’est en leur annonçant l’Evangile. Le monde restera toujours le monde et le péché sera toujours présent. Si on te disait que Jésus revenait l’année prochaine, que changerais-tu ? Je quitterais tout de suite mon boulot. Je vivrais de mes économies et donnerais tout mon temps à l’évangélisation. Sinon, changer quelque chose chez moi ? Vous savez, lorsqu’on est devant le trône de Dieu, plus rien n’importe. Il connaît tout de nous, et pourtant Il est miséricordieux.

Si tu pouvais passer un jour dans la peau d’un des disciples, de qui s’agirait-il et à quel moment ? Pierre, bien sûr. J’hésite entre deux épisodes de sa vie. Soit lorsqu’il sort du bateau pour marcher sur l’eau, soit la transfiguration sur la montagne. Marcher sur l’eau me semble comporter plus de défi, donc je vais choisir ce moment-là. Si tu devais écrire une autobiographie, comment l’intitulerais-tu ? Ouf, je ne me vois pas écrire un livre. Mais peut-être que quelqu’un pourrait le faire pour moi (rire). J’ai en tête le titre Le Pécheur trouvé. Il y a 36 ans, Dieu m’a trouvé et, depuis, j’ai pris de la distance avec mon ancienne vie. Un titre alternatif ? Quand on cherche Guy, on le trouve ou Le Prieur bavard, mais ça ressemble un peu trop au titre d’une BD de Willy Vandersteen. Quel est le dernier événement de ta vie dont tu es ressorti plus fort ? Depuis un peu plus d’un an, nous avons des anciens à l’église d’Alost et j’en fais partie. Nous formons une super équipe, mais il nous a fallu du temps pour accorder nos violons. Tout le monde avait sa propre vision. La patience nous a amenés à un consensus. En définitive, nous en sommes tous ressortis grandis.

the UPPER ROOM, c ’ est quoi ? Lors d’une conférence il y a 32 ans, Guy entend le texte d’Esaïe 58:11-12 : « On t’appellera réparateur de brèches, restaurateur de sentiers fréquentés. » Ce passage lui revient plusieurs fois dans les années qui suivent. Après beaucoup de prière, Dieu lui fait peu à peu comprendre qu’il doit commencer un ministère de prière. La MEB, qui partage cette vision, lui propose une collaboration en juin 2017. Une journée Upper Room commence par une tasse de café, suivie de louange et de prières de reconnaissance. Puis, on chante et on prie, notamment pour la MEB. En ce moment The Upper Room est constitué de trois missionnaires MEB qui essaient de se retrouver régulièrement. L’idée est que chacun dans la Mission soit impliqué. La prière nous révèle la puissance de Dieu.

Interview : Ciara Goossens RALPH | 7


celebrate conference MEB 2018

Le centième anniversaire de la Mission approchant à grands pas, notre semaine de retraite bisannuelle s’est articulée autour du thème celebrate. Au programme, des sessions d’enseignement, des moments de prières, une soirée de louange et de témoignages, mais également un tournoi de ping-pong, des bricolages, des jeux et l’occasion de se retrouver et de discuter… en français, en néerlandais, en allemand, en anglais ou en faisant de grands gestes !

Belgique

Mission Evangélique Belge IBAN: BE93 3100 5797 5067 BIC: BBRUBEBB

Suisse

Mission Evangélique Belge B-1030 Bruxelles CCP 40-14437-9

donation@b-e-m.org

2018 03 RALPH FR  

Magazine de la Mission Evangélique Belge - mars 2018

2018 03 RALPH FR  

Magazine de la Mission Evangélique Belge - mars 2018

Advertisement