Page 1

Bettina

STITOU

_

PORTFOLIO


SOMMAIRE : Page1 & 4 _

L’Architecture Verticale Un Totem comme tour : Cartier’ d’art - Vieux Port, Montréal

Page 5 & 6 _

Mixité Programmative. Projet d’école d’Architecture en Ville. L. Salomon

Page 7 & 8 _

Densité, Intensité, Urbanité. Projet «Densification et Urbanité : Vivre ensemble ». L. Salomon

Master 2

Master 2

Master 1

Page 9 & 10 _

Master 1

Page 11 & 14 _

Master 1

Dynamique urbaine et transformations spatiales. Projet urbain dans l’agglomération Rouennaise. A. Vigier Kohler & J-M Bichat Analyses et Etudes urbaines. Les Centralités de la Ville d’Hambourg Les transformations d’un quartier industriel «Falkenried». Le travail des seuils.

Page 15 _

Optionnel Bois. Création d’une promenade en bord de mer. A. Gonano

Page 16 _

Projet de paysage et lotissement en milieu rural. A. Julien & M-E Nicoleau Création d’un lotissement dans une structure péri-urbaine (Heudebouville). Analyse du tissu et des éléments structurants de la commune pour les révéler.

Master 1

Licence 3

Page 17 & 18 _

Licence 3

Architectures en milieu naturel. P. Rahm & D. Lemaistre Concevoir avec le paysage et les problématiques environnementales.

Page 19 _

Projet Scénographié du Festival ViVaCité à Sotteville-Lès-Rouen Le Baroque Mécanique, avec l’aide de l’Atelier 231, les Plastiqueurs et L. Perrot

Page 20 _

Exploration photographique

Master 1


Quartier du Vieux Port

L’île de Montréal

1

Après plusieurs mois de vie montréalaise, d’escapades photographiques dans les quartiers d’affaires, résidentiels ou universitaires, au fil des « ruelles vertes », mon choix de site de projet de fin d’études s’est porté sur cette ville : Montréal. Actuellement, le quartier du Vieux Port est en pleine mutation. L’immensité du fleuve SaintLaurent m’a interpellé durant mes longues balades à pied ou en empruntant les pistes cyclables, très développées pour circuler d’un quartier à l’autre, malgré les dénivelés. La ville cherche à créer de nouvelles centralités urbaines et artistiques avec l’ensemble des quais et des berges, laissés à l’abandon. Le vieux port est une œuvre inachevée, désormais un lieu défraîchi par le temps mais chargé d’histoire, au cœur de la cité.

Cartier’ D’art,

Quai Jacques Cartier, Montréal, Q

1_Stratification urbaine_ Skyline

2_Ancienne rail de fret_ Empreinte

3_Place Jacques Cartier _ Faille urbaine


Plage de l’Horloge

Qc

Bassin de L’Horloge

Quai de l’Horloge

4

t

ssin

Por

Quai Jacques Cartier

Pro me na

2

1

eL

aC

om

mu

ne

Est

de

Ru eN Bo

t La

Parc Linéaire de la Commune

Bassin Jacques Cartier

Ru

ain

eD

ule

var dS

Terrasse Bonsecours

Vie

ux

3

Ba

Place Ja cque Cartier s

du

otr eD

am

eE

st

Bo nse

cou rs

Champs de Mars

ure

2

uest

nt

Fleuve Saint Laurent

a Co

mmu

ne O

Quai King Edward

Rue

De L

Bassin King Edward

voyeurs

Quai des Con

Quai Alexandra

Bassin Alexandra

Plan situation

Bassin

e Canal Lachin

Canal Lachin

e

Windm

il-Poin

t

4_Quai de l’horloge _ Berges

N


Cartier’ D’art, Quai Jacques Cartier,Vieux Port,Montréal,Qc.

Emprise bati et Topographie

3

« Ville verte » et Paysages urbains La ville de Montréal s’inscrit dans une démarche de « ville verte ». Elle glorifie les espaces verts comme les parcs, les jardins partagés ou encore les parcours de santé. Cette carte désigne l’emprise paysagère du quartier du Vieux Montréal et du Vieux Port. Le « Parc Linéaire de la Commune » apparaît comme une frange qui sépare nettement ces deux quartiers. L’enjeu majeur du projet serait de reconnecter le quartier du Vieux Montréal avec le fleuve Saint Laurent, en revitalisant et en réaménageant l’ensemble des quais du Vieux Port, avec leurs anciennes constructions industrialo-portuaires désaffectées.


Vie artistique et Ambiances urbaines La zone compte de nombreuses centralités, quelles soient urbaines, patrimoniales, religieuses, administratives, universitaires ou artistiques. Cette carte permet l’inventaire de l’emprise artistique : école de danse, écoles de photographie, galeries d’arts, musées, cirques. L’ensemble de ces structures apparaît comme éparpillé, et il n’y aucun échange, aucune interaction, aucune rencontre possible. Une percée urbaine se dessine, celle partant du Quai Jacques Cartier, actuellement à l’abandon, délaissé, vers la Place Jacques Cartier qui file vers le Champs de Mars et le si réputé Quartier Des Spectacles. Centralités artistiques Batiments remarquable et équipements Centralités urbaines

Circulations hiérarchisées Réseau routier Réseau cycliste Réseau piéton Réseau routier mutualisé Réseau cycliste mutualisé Sentiers piétons

4


Cartier’ D’art,

« Déroulé urbain »

Quai Jacques Cartier,Vieux Port,Montréal,Qc.

Le projet permettrait de créer un lieu de rencontre entre citoyens et artistes. Il serait un lieu culturel, de loisirs, d’échanges, de partage et d’apprentissages artistiques ou sportifs, organisé au cœur d’une promenade publique, paysagère, aérienne et versatile, le long des berges du fleuve. Du Quai Jacques Cartier, la ville se lit uniquement par la « skyline » de ses nombreuses toitures et de ses grands gratte-ciel. La ville se déplie à l’infini vers l’immensité du fleuve. On admire alors précisément les stratifications de l’histoire de la ville de Montréal, du plus ancien au plus contemporain. L’intention dans la figure architecturale est de faire renaître une ambiance urbaine et de recréer l’attractivité de la place Jacques Cartier jusqu’au plus près du fleuve, tout en donnant à voir le paysage lointain. Le promeneur s’engage dans le « Parc Linéaire de la Commune » et peut ainsi découvrir l’ensemble des activités in situ.

3

N

En déroulant ce ruban urbain, un cheminement sans cesse renouvelé et surprenant, pour favoriser la découverte du lieu et des créations, changeantes au fil des saisons, comme un « traceur » adepte du « parkour » et qui expérimente un nouveau trajet, en quête de nouvelles prouesses, d’aventures urbaines.

Plan masse


Coupe sur place publique - Elevation Ouest

4

Coupe Salle d’exposition

Plan R+3 - Promenade Ephémère


CONVERGENCE PROJET URBAIN DE REFERENCE

A partir d’une figure en croix imaginée dans un projet urbain du Quartier Saint Paul (Rouen), le programme doit comprendre une école d’architecture ainsi qu’un complexe sportif. Par le biais d’une expérimentation en pliage, le projet se contruit avec un seul ruban, une seule fine enveloppe structurante où s’organisent des boîtes. Celles-ci s’encastrent, se posent, se juxtaposent ou s’entrechoquent pour définir des coursives comprimées ou promenades ouvrant sur le paysage. Cette forme interroge également la notion de centralité spatiale, c’est pourquoi l’intersection des deux segments est réfléchie comme l’unique point d’encrage au sol. Chacune des branches de l’édifice apparaissent comme flottantes dans le paysage, la structure en treillis métaliques permet cette transparence recherchée.

5

PERSPECTIVES

PLAN MASSE

PLANS


ELEVATION NORD

6

ELEVATION OUEST

COUPE/ AMPHITHÊATRE

COUPE/ VERRIERE


PROJET URBAIN DE REFERENCE

IMBRICATION

Après avoir conçu deux logements, une typologie étudiante et une familiale, l’objectif était de réfléchir à la meilleure maniére de les faire cohabiter, d’un point de vue spatial et/ou architectural, c’est ce que l’on définit comme la notion de « vivre ensemble ». Différents espaces publics disposés à l’intérieur même du batiment sont imaginés pour permettre une rencontre entre les habitants. L’édifice a pour particularité, en plus de profiter d’une orientation Est/Ouest, de s’imbriquer dans un parking et dans la topographie du Quartier Saint Paul (Rouen). Une réflexion sur la façade a été menée pour différencier la partie posée de la partie accolée au parking.

RDC

7 Typologie familiale

R+4 : Espace public vertical

ELEVATION OUEST


ELEVATION SUD

ELEVATION NORD

8

COUPE : Terrasse Filante

COUPE : Fente Paysagère


VERS UN NOUVEAU CENTRE

Ce projet s’inscrit dans une analyse des espaces en friches que compte la métropole rouennaise. De plus, il questionne la possible réutilisation des anciennes voies ferroviaires de la Rive Gauche puisque certaines poches urbaines semblent être délaissées de tous transports urbains déjà existants. Le site de projet retenu se situe au Centre commercial de Grand Quevilly, comprimé entre deux grandes structures de la ville, d’abord la suite 3, qui n’est autre que l’un des boulevards routiers les plus empruntés de l’agglomération, ainsi que l’ancienne voie ferroviaire de la zone portuaire. L’objectif est de redynamiser la zone commerciale, en créant une gare avec l’arrivée d’une nouvelle ligne de tram-train qui permet de relier le centre ville de Rouen (rive droite), l’implantation de nombreux commerces permettent également de structurer une nouvelle centralité urbaine et de répondre aux besoins des habitants. Le projet s’installe dans un site qui, en plus d’être comprimé, est traversé par un boulevard, qui permet de relier deux poches urbaines. Ce boulevard devient la colonne vertébrale paysagère du projet, il déssert les différents îlots de logements, traverse la place publique centrale et permet de relier la gare avec les centralités du tissu déjà existant.

9


10


QUARTIER « FALKENRIED » REHABILITE Plan de situation :

PALIMPSESTE HISTORIQUE Trame ancienne

Trame nouvelle

Construire avec son passé

UN PATRIMOINE SCENOGRAPHIE

Espaces publics avant réhabilitation

Bien qu’ayant été entièrement réhabilité, une importance particulière a été donnée à la conservation du bâti et aux traces historiques significatives. Ainsi, différentes manières de concevoir la cohabitation entre le nouveau et l’ancien s’opèrent.

11

En découle une mise en scène alternant des séquences où dialoguent plusieurs époques avec leurs matérialités propres. Espaces publics après réhabilitation

Conservation partielle des places publiques


Conservation symbolique

GREFFE / RENOUVEAU / REHABILITATION Répartition typologique (neuf / ancien)

Façade historique

Réhabilitation / Requalification

12

Greffe en toiture et façade


FRAGMENT 2 : ARTICULATION PUBLIC / PRIVE

FRAGMENT 1 : Un seuil marqué

Seuil marqué : distance de la rue

13

Espace public réhaussé

Axe dynamique commerçant

Seuil doux : pente

Compris entre la rue et le coeur du quartier, cet espace marque une entrée majeure dans le quartier de Falkenried du fait de ses proportions monumentales et d’un effet de resserrement lui conférant une identité forte. En plus de son rôle d’espace transitoire, cette place, marquée par son aspect contemporain, permet l’articulation entre les immeubles de bureaux. La morphologie des bâtiments, leur frontalité et la perspective brisée renforcent l’effet d’ouverture sur le coeur du quartier. Par une gestion spécifique de la différence de niveaux, cet espace permet une mise à distance de la rue et une intégration douce avec le reste du quartier.

Ouverture de l’espace Public/Place

Sequence d’entrée / Différence de niveau / Interface entre rue et quartier AXE DYNAMIQUE

Marquée par une perspective fuyante, cette place se situe sur un axe majeur du quartier mêlant à la fois historique et contemporain. Une continuité de sol et de circulation permet d’accentuer cette dynamique. Dans le but de faire pénétrer les commerces de la rue dans le quartier, une transition douce est instaurée. Une dilatation de l’espace crée une nouvelle centralité favori-

Continuité de sol / Circulation Ouverture sur le bâti rehabilité

sant la relation avec la rue.

Seuil f


FRAGMENT 3 : MISE EN SCENE HISTORIQUE

Réhaussement dalle : forme de privatisation

fort : Eléments historiques

La conservation des façades historiques et des portes d’entrepôts donne une identité forte au lieu et crée une intériorité. Accentué par un traitement de sol et un respect de la trame historique, on retrouve un phénomène de privatisation relative, l’espace bien qu’en articulation avec la rue s’adresse aux logements.

Emprise historique : création intériorité

FRAGMENT 4 : INTERFACE RUE / QUARTIER

Par un jeu d’ouvertures, on peut apercevoir depuis l’espace planté les façades de l’entrepôt se découper.

Traversée privatisée

Traversée publique

Une double traversée de l’espace (une publique et une «semi-publique») permet une forme de privatisation de l’accès aux logements. L’encastrement de l’espace planté procure une appropriation relative aux habitants du quartier et accentue la hiérarchisation de la traversée : une organisation tacite du cheminement est induite.

14


Serpenter vers un horizon

Ce projet de digue, situé à Trouville sur Mer (Calvados), a pour but de continuer la promenade terrestre existante en une promenade sur l’eau. Cette digue comporte différents programmes tels que des cabanons de pêcheurs, des espaces d’expositions, un restaurant, des espaces de détente, placés comme des sortes de boites ou cubes dans le paysage. Une attention toute particulière a été portée sur la structure, puisqu’elle doit résister à l’eau et que les portées sont très grandes.

REFERENCES :

Canopy structure Mikado à Waalwijk, Architects Snoeren

Petit Pont de Bordeau Evento, Tadashi Kawamata, 2009

RESTAURANT

15

ECLATÉ STRUCTUREL

Pont de l’Accademia à Venise sur le Grand Canal, Eugenio Miozzi, 1933


En Vert et contre tout Vide - COMME VERDURE

Parcelle - Renforcer l’unité urbaine

Frange - SEQUENCE URBAINE

La commune d’Heudebouville possède une morphologie urbaine particulière de telle sorte qu’elle se constitue de franges urbaines. Cette commune entremêle une certaine urbanité et une ruralité de part sa périphérie agricole. L’objectif est d’éviter l’étalement urbain sur les terres agricoles tout en gardant un aspect végétalisé dans la ville, c’est pourquoi l’analyse des friches existantes semble importante pour intégrer un projet. TRACER Le lotissement se doit d’être en relation directe avec la végétation en plus des coteaux, d’où le choix des parcelles se trouvant dans la dernière frange.

DECOUPER

Situation actuelle - TROIS POCHES URBAINES



 

Strategie urbaine - DEUX POCHES URBAINES DISCTINCTES

BÂTIR

PLANTER

 

16



TYPOLOGIES





PHASAGE

TYPOLOGIE

AXOMETRIES


MOUVANCE RESTAURANT - GUINGUETTE

OBSERVATOI

Rupture complète entre la terre et l’eau accentuée l’élévation de la digue au niveau du bâtiment Plan R+1

Plan RDC

RAPPORT AUX EAUX DORMANTES Plan marée basse

17 Plan marée haute


IRES

MAISON DE L’ENVIRONNEMENT Rapport à l’eau cyclique, quotidien (marée) et annuel (crue)

RAPPORT EAUX CONTINUES Plan

Plan

Intention

18 Intention


DELICATESSE MECANIQUE Baroque révèle le luxe, la profusion, l’atypique ou l’exceptionnel. Mécanique / Mécanisme qui rythme nos vies. On entasse et on accumule des objets. Ces derniers qui sont pour nous banals, que l’on utilise au quotidien deviennent des éléments essentiels et pourtant invisibles, futiles. La fréquence effaçant l’exception.

19

Delicatesse Mécanique raconte la mise en valeur des objets du quotidien. L’objet commun, industriel, sublimer par le baroque, l’objet universel devient une pièce unique. Puisque qu’il s’agit d’un objet « oeuvre d’art » il est naturel qu’il soit exposé. La rue devient lieu d’exposition : les « oeuvres » sont mises en scène. Un éclairage est prévu, afin de sublimer davantage l’objet de nuit. Alors que l’objet commun s’est transformé en pièce d’exception, il en découle que son environnement : l’espace public comme lieu d’exposition devient unique. Cela fait de Sotteville une Citée atypique.


EXPLORATIONS PHOTOGRAPHIQUES :

20


_

2018

Bettina STITOU_PORTFOLIO_2018  
Bettina STITOU_PORTFOLIO_2018  
Advertisement