Issuu on Google+

Béthanie Centre de Rencontres Spirituelles Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault 57680 GORZE Tel.03 87 52 02 28 (de 10h à 12h et de 15h à 18h sauf le dimanche et le mercredi) Fax 03 87 69 91 79 E-mail : centre.bethanie@wanadoo.fr site web : www.centre-bethanie.org

Lettre N°84

Photo Aurore Gorze, septembre 2011

Chers Amis, Si nous n’avons pas encore l’expérience concrète de Dieu dans notre vie, peut-être est-ce parce que la musique n’y trouve pas sa vraie place ? Dans le principe est le Verbe, dit saint Jean. Le Verbe est son. C’est avec lui et par lui que tout est créé. Cela nous est révélé dès le début de la Bible : Dieu dit et tout surgit de ce son, du Verbe primordial (Gn 1,3). Tout ce qui existe, le moindre grain de poussière, s’origine dans le son, est tissé par le son formé par lui, à commencer par l’homme lui-même. A en croire le résultat des expériences d’un laboratoire d’acoustique californien, le son et la lumière seraient identiques C’est un même phénomène vibratoire, uniquement distinct parce qu’il se manifeste à partir de supports différents. Cela est proprement prodigieux ! En effet, nous


ne sommes pas loin de comprendre le rôle initiatique du son sur l’illumination d’un être, à quel forage mystique peuvent nous conduire les grands chefs-d’œuvre de la musique ! Si on chante et fait de la musique dans tous les temples spirituels de l’humanité, c’est que l’on a toujours éprouvé, depuis les origines de l’histoire, l’impact puissant et mystérieux du son sur l’homme. La science nous apprend maintenant que le cosmos tout entier est un Temple et que nous vivons littéralement « dans un bain acoustique » où le silence lui-même est la modulation d’une harmonie inaudible. Saint Maxime le Confesseur, au VIIème siècle, parlait déjà d’une véritable « liturgie cosmique ». Le son primordial est un incessant producteur d’énergie. Comme manifestation du Verbe, il travaille toujours (Jn 5,17) : constamment les forces créatrices, qui animent le cosmos, traversent l’homme sous forme de fluides pour l’informer et le structurer. Tout l’univers est construit par ces vibrations, mais seul l’être humain, grâce à sa conscience, peut entrer avec elles dans une relation de réciprocité. Quand on parle de conscience ici, il ne s’agit pas du mental, mais d’une conscience sensorielle, où le corps tout entier est impliqué comme expression de la totalité de l’homme, inséparablement corpsâme-esprit. L’écoute est donc l’attitude fondamentale de l’homme, elle est ontologique, c’est-à-dire elle fait qu’un homme soit un homme. S’il est vrai que le son tisse l’homme à chaque instant, ce n’est que par l’écoute de ce qui est ancré ainsi au tréfonds de son noyau vital qu’il entre en communication avec la Source de son être. Vivre c’est écouter. L’écoute et la conscience sont une et même réalité. Là se trouve le Chemin de l’homme et sa capacité de métamorphose. Nous sommes ainsi devant l’évidence que l’écoute est l’acte spirituel par excellence de l’homme. L’oreille perçoit le Son qui est au-delà de tout son et expérimente alors la dimension non conditionnée. Cette écoute est un recueillement dans les profondeurs de l’être, où l’on accueille ce qui est entendu pour s’en laisser pénétrer. La pénétration réciproque est le propre de l’amour. Quand je suis toute oreille et que j’écoute avec mon corps entier, je laisse pénétrer Dieu en moi, et mon tréfonds le plus secret entre mystérieusement en résonance avec Lui. Là est mon refuge personnel où je suis réellement « chez moi », un avec mon être et Celui qui m’engendre. Je me situe à mon point de jaillissement. Il n’y a rien qui donne à l’homme, même le plus areligieux ou ignorant tout, autant de bonheur que la musique. Ne faisons pas de différence entre musique et chant ici, car le chant est une musique où l’homme lui-même se fait instrument, et inversement la musique est une voix : elle est la voix de l’univers sonore, la voix de l’humanité, partie intégrante de notre existence. Là où il y a musique se concentre l’harmonie de l’univers entier. La musique relie les fréquences qui nous habitent avec celles qui vibrent dans le cosmos à des millions d’années lumière. Le son pénètre directement dans notre corps, puisque la matière est elle-même vibration ; rien ne peut toucher autant notre vie intérieure que ce dont est capable l’ouïe. Celui qui, un jour, a été touché par une telle expérience de l’Etre en gardera à jamais les traces et la nostalgie, il n’en finira plus de se laisser conduire par la musique là où personne ne l’a encore conduit. Il sait désormais que l’Invisible est audible et qu’Il se manifeste au fond de lui par un royaume de Lumière. Il faut faire l’apprentissage du mystère musical : d’abord traiter un morceau comme un mantra, en l’écoutant de nombreuses fois. Cette musique va alors se frayer un chemin, traverser les couches de notre conscience, descendre dans le subconscient et l’inconscient. De là on peut l’entendre, où que l’on soit, et fredonner la mélodie. Lorsque nous accorderons à la musique autant d’intérêt qu’à la lecture d’un livre sérieux, si nous acceptons de nous offrir à elle et de nous y investir, elle cessera de n’être qu’un divertissement marginal et fera sa percée jusqu’au lieu où elle naît à chaque instant : notre être


profond. La puissance de la musique exerce donc un immense travail de purification, sur l’univers de nos passions, précisément, toutes ces dépendances qui mettent l’homme en exil et lui font porter les masques de son esclavage. Progressivement une transparence se crée en nous et nous devenons de plus en plus sensibles à cette Présence qui est l’arrière-plan de toute musique véritable. Nous assistons à l’éveil d’une nouvelle conscience, qui est en réalité une réciprocité des consciences divine et humaine : en nous conduisant jusqu’au noyau de notre être, au mystère de notre identité, la musique nous plonge en Dieu, d’où notre personne jaillit à chaque instant comme le ruisseau d’une source. Les sonorités se taisent, la musique a atteint son but : nous sommes dans le grand « Je suis » silencieux, qui englobe tout et révèle le contenu de notre propre profondeur. Nous avons découvert nos racines d’éternité en nous et sentons comment, autour de nous, l’infini s’inscrit dans le fini des choses. Cela montre bien, comme les Pères l’ont toujours considéré, que la musique est d’essence divine et qu’elle propose à l’homme un chemin de divinisation. Pourquoi cette puissance de la musique ? La réponse à cette question constitue la trame sous-jacente à toute la Bible. C’est parce que « au milieu même » de la joie, à l’intérieur même de la louange et de la jubilation, se révèle la Face de Dieu. L’expérience des ténèbres et de la joie dans l’écoute de la musique n’est autre que le Christ mort et ressuscité qui nous entraîne dans son sillage. Puisse chacun faire cette fabuleuse découverte qui change une vie… Avec toute notre affection, à bientôt ! Père Alphonse et Rachel Prière : Louez Dieu dans son sanctuaire, louez-Le au firmament de sa puissance. Louez-Le pour ses hauts faits, louez-Le pour sa grandeur infinie. Louez-Le aux sonneries du cor, louez-Le par la cithare et la harpe. Louez-Le avec tambour et danses, louez-Le avec cordes et flutes. Louez-Le avec les cymbales sonores, louez-Le avec les cymbales d’ovation, que tout ce qui respire loue le Seigneur ! (Psaume 150)

Texte à méditer : Après avoir pris avec tant d’ardeur d’autres chemins dans la recherche de la rédemption, de l’oubli et de la libération, après avoir si passionnément désiré Dieu, la connaissance et la paix, j’ai trouvé tout cela seulement dans la musique. Hermann Hesse (Prix Nobel)


Les prochaines sessions à Béthanie : •

Du 22 au 23 octobre : Un week-end consacré à l’entretien matériel de Béthanie et à son embellissement à l’intérieur et à l’extérieur. Cette année, ce sera particulièrement un gros chantier. Vos bras et votre enthousiasme seront les bienvenus. Merci d’avance.

Du 28 octobre au 1er novembre : « Prière de Jésus : Prière du cœur ». La Prière du Nom est pratiquée dans toutes les Traditions de l’humanité, parce qu’elle recèle une puissance de transformation de tout l’homme : corps-âme-esprit.

Du 9 au 19 novembre : Pèlerinage en Terre Sainte. Mettre nos pas dans ceux de Jésus et de son peuple pour vivre les grands mystères de notre foi sur les lieux mêmes où ils ont été révélés en Jordanie, Palestine et Israël.

Du 25 au 27 novembre : Retraite de préparation à Noël. Jeûne, solitude, silence et méditation des textes sacrés sous le thème de la bénédiction. Elle transforme le cœur de celui qui la pratique.

Pour recevoir la lettre de Béthanie gratuitement chaque mois par internet, inscrivez-vous en vous connectant à l’adresse http://www.centre-bethanie.org/liste_diffusion.htm et enregistrez votre adresse e-mail. Si vous ne disposez pas d’internet nous vous enverrons la lettre par courrier mais pour ce faire, merci de nous adresser des enveloppes timbrées libellées à votre adresse. BETHANIE, Prieuré Notre-Dame et St-Thiébault, 57680 GORZE


N°84 Lettre de Béthanie