Page 1

Besace Echos

CARTE BLANCHE Olivier Grinnaert

PROJET CHICONTANDOORI

Trimestriel P 919576 Janvier - Fevrier - Mars 2018 Bureau de dépôt : Bruxelles X


SOMMAIRE 3. 4. 5. 6. 8. 9. 10. 12.

Générations en jeu Diwali, fête des lumières à Durbuy Vitrine de l'artisan(e) Projet Chicon - Tandoori (Olivier Grinnaert) Défi Génération Zéro Watt Mémoire des images avec le Centre culturel et les écoles de Theux Rétrospective 2017 Écho des sections

ÉDITO En cette période de fin d’année, il est coutume de faire le bilan de nos activités et de parler de nos projets futurs. J’avoue qu’il est très difficile en quelques lignes de revenir sur toutes les actions passées et de parler des futures. Je me contenterai d’évoquer quelques nouveautés pour 2018. Bien évidemment le projet « Vitrine de l’Artisan » qui vise à sensibiliser les jeunes à la liberté d’entreprendre et à ce secteur tellement important pour notre économie sera reconduit. Cette 13ème édition se focalisera plus particulièrement sur l’aide apportée par le numérique et devrait impliquer pour la première fois les régions. 2018 sera aussi l’occasion pour la Besace de renouer avec l’international en soutenant plusieurs projets jeunes à destination de l’Inde. L’année à venir sera l’année des élections communales et l’ASBL envisage un programme de sensibilisation destiné aux jeunes candidats qui débutera en février dans le cadre du salon des mandataires au WEX de Marche où notre ASBL sera présente à travers un stand et diverses conférences. Stratégiquement notre priorité à venir en matière de com' sera, à travers l’utilisation systématique des réseaux sociaux, l'élaboration d'un dossier en automne relatif à la commémoration de 14/18. Côté sections, l’appel à projets sera relancé… Nous vous donnons rendez-vous à l’une ou l’autre de ces occasions et dans l’attente, au nom de toute l’équipe, bonnes fêtes de fin d’année. Philippe Jadot – Administrateur délégué

2


Depuis le mois de novembre, l’ASBL Besace a démarré un nouveau projet placé sous le signe des rencontres intergénérationnelles Nos animateurs auront le plaisir d’emmener les élèves de 3e en techniques sociales de l’Institut de la Sainte-Famille d’Helmet à Schaerbeek à la rencontre de personnes âgées, résidentes dans deux maisons de repos de leur commune. Afin de développer les capacités d’animation des élèves et de re-créer un lien qui perd parfois de son naturel entre les deux publics, ces rencontres s’articuleront autour d’ateliers de jeux de société et d’interviews croisées. En confrontant les générations dans un état d’esprit d’échange et de rencontre, nous souhaitons aider les jeunes à trouver leur place dans la vie sociale et réfléchir à celle qu’occupe l’autre, permettre à chacun de s’y retrouver, trouver des solutions pour mieux vivre ensemble, partager ses expériences… autant de défis qui permettront aux jeunes de se développer en tant que citoyens actifs et responsables, et aux deux générations de se rencontrer autour d’activités ludiques pour renouer et nourrir un lien social.  e travail en commun valorise les C individus au sein de la dynamique du

vivre-ensemble. En effet, les anciens retrouvent un statut social, sont heureux de communiquer leur expérience, de « rester dans la vie ». Quant aux jeunes, ils apprécient d’être écoutés, d’exprimer leurs idées et de partager leurs connaissances : c’est pour eux l’occasion d’un apprentissage de la citoyenneté. Au programme : 6 animations en maison de repos de janvier à mai 2018 et une grande fête de clôture dans la salle polyvalente de l’école, à laquelle seront invités parents et familles des élèves comme des résidents. Ils pourront notamment y découvrir une exposition photo retraçant l’évolution du projet et partager leurs propres expériences. Générations en jeu : des objectifs concrets ! Promouvoir et créer les liens intergénérationnels, interculturels et solidaires Permettre aux jeunes de s’engager dans une solidarité de proximité Favoriser la transmission des savoirs, savoirêtre et savoir-faire Lutter contre l’isolement des personnes âgées

3


DIWALI : LA FÊTE DES LUMIÈRES À DURBUY ! À l’occasion des 70 ans d’amitié unissant la Belgique et l’Inde, la Besace organisait le 14 octobre dernier « la Fête des Lumières », en collaboration avec de nombreux partenaires dont l’Ambassade indienne, la ville de Durbuy, et Indian Confluence. Diwali marque la victoire de la lumière sur les ténèbres et le début de la nouvelle année hindoue. Célébrée en octobre pendant 5 jours par des millions de personnes, c’est l’un des événements les plus populaires en Inde.

Une journée rythmée nombreuses activités

par

de

Divers stands installés sur la place aux Foires et alentours ont placé la vieille ville de Durbuy sous les couleurs indiennes dans une ambiance festive. De nombreuses personnalités étaient présentes lors de cette manifestation, dont S.E. Madame Gaitri Issar Kumar, Ambassadrice de l’Inde auprès de la Belgique, du Luxembourg et de l’Union européenne. Animations ludiques, gastronomie, concerts, tatouages au henné et performances dans le style Bollywood ont réjoui les petits comme les grands tout au

4

long de la journée. Certains se sont essayés au Dandiya & Dhol, une danse indienne traditionnelle, grâce à une initiation menée tambour battant. À la tombée du jour, Indiens et Belges ont allumé ensemble de nombreuses bougies, lanternes et bâtons d’étincelles pour célébrer Diwali en illuminant le centre de Durbuy. Un beau moment d’échanges et de partage !

70 years/ 70 projects : toutes les idées sont les bienvenues ! C’est dans ce cadre que notre ASBL, soutenue par l’Ambassade Indienne, a lancé un appel à projet en direction des jeunes qui souhaitent réaliser un projet socio-culturel, créer un partenariat ou un échange entre l’Inde et la Belgique. Notre équipe, présente lors de cette journée conviviale, a pu rencontrer de nombreuses personnes intéressées par des champs aussi riches que variés comme le théâtre, la musique, les arts visuels, le patrimoine… N’hésitez pas à contacter notre équipe pour tout renseignement complémentaire à ce sujet ! Open call 70 years/ 70 projects contact : asbl@besace.be / 02.500 50.76


DEVIENS L'APPRENTI(E) 2018 ! WORD DE LEERSCHOOLPRIJS 2018 ! Inscrivez-vous avant le / Schrijft je in voor 23.02.2018

www.lavitrinedelartisan.com www.ambachtindekijker.be

Seras-tu l’apprenti(e) 2018 ?

Win jij de leerschoolprijs 2018?

Cette année encore, la Vitrine de l’Artisan encourage les jeunes qui se forment aux métiers de l’artisanat à devenir les ambassadeurs de ce secteur !

Ook dit jaar moedigt Ambacht in de Kijker opnieuw leerlingen in opleiding voor ambachtelijke beroepen aan om deel te nemen aan de wedstrijd en misschien één van de tien ambassadeurs te worden!

Tu as moins de 25 ans et tu te formes auprès d’un(e) artisan(e) ? Participe au concours afin de mettre en évidence ta motivation et la qualité de ta formation artisanale ! Cette année, le concours souhaite mettre l’accent sur l’importance de pouvoir utiliser les moyens technologiques modernes pour servir son métier traditionnel. Toi qui es jeune, débordant(e) d’idées, toi pour qui internet et les réseaux sociaux n’ont pas de secret, toi qui n’as pas peur de la nouveauté et de moderniser tes outils, toi qui souhaites valoriser ton apprentissage auprès du grand public, des jeunes et des artisan(e)s, ce concours est fait pour toi ! Inscris-toi en ligne avant le 23 février 2018. Toutes les informations sur le concours (règlement, prix, lauréat(e)s des années précédentes, photos, etc.) sont à découvrir sur le site : www.lavitrinedelartisan.com

Ben je jonger dan 25 jaar en oefen je een ambacht uit? Neem deel aan deze wedstrijd met als doel jouw motivatie en de kwaliteit van jouw ambachtelijke opleiding in de kijker te zetten! Deze editie wil de wedstrijd het accent leggen op het belang van het gebruik van technologisch, moderne middelen om een traditionele ambacht ui te oefenen. Ben je jong en zit je boordevol ideeën? Hebben sociale netwerken voor jouw geen geheimen? Heb je helemaal geen schrik om nieuw en modern gereedschap te gebruiken? Laat je graag jouw leerproces zien aan een groot divers publiek van jong en oud, zowel beginnende als erkende ambachtslieden? Dan is deze wedstrijd iets voor jou! Schrijf je online in voor 23 februari 2018. Alle informatie in verband met de wedstrijd (regelement, prijzen, laureaten van voorbije jaren, foto’s enz.) vind je terug op onze website: www.ambachtindekijker.be

5


CARTE BLANCHE Olivier Grinnaert

PROJET CHICONTANDOORI  m’appelle Olivier Grinnaert, j’ai 37 ans. Je Je suis auteur-réalisateur et animateur socio-culturel dans le secteur jeunesse. En 2012, lors d’une visite à ma cousine habitant en Inde dans la ville de Khajuraho, j’ai eu l’idée de réaliser un projet cinématographique de collaboration entre de jeunes belges et indiens. Khajuraho est une petite ville du centre de l’Inde et elle fait partie du circuit touristique traditionnel car on y trouve des temples hindous aux sculptures érotiques très célèbres. Les garçons des rues de là-bas, un peu désœuvrés, ont pour habitude de courir après les touristes féminines, pour se ménager un avenir plus facile ou simplement tenter une aventure sexuelle, chose peu aisée avec les jeunes indiennes. Cette problématique a piqué ma curiosité et j’ai décidé de retourner sur place et de donner la parole à ces jeunes, à travers un court-métrage de fiction et un documentaire. Pour faciliter le contact avec les jeunes indiens et favoriser les échanges, j’ai souhaité que des jeunes belges se mêlent

6

au projet, afin que ce soient vraiment les jeunes qui donnent la parole à d’autres jeunes et ouvrent ainsi le débat citoyen. Je me suis donc tourné vers la Maison de Jeunes de Braine-le-Comte car c’est une petite ville, à l’échelle de Khajuraho. Une dizaine de filles et garçons motivés ont décidé de m’accompagner dans la réalisation de ce projet. Plusieurs repérages sur place ont été nécessaires et il nous a fallu plus d’un an de préparation avec les jeunes pour tout mettre en place. Nous avons organisé plusieurs événements de récolte de fonds (diners caritatifs, brocante, crowdfunding, etc.), et de découverte de la culture indienne (soupers indiens, visite au temple Radhadesh, etc.). Lorsque nous sommes partis sur place avec l’équipe belge, les échanges avec les jeunes indiens (tous âgés de 16 à 22 ans et avec une parité garçons/filles) se sont créés très naturellement. Nous avons fonctionné par des ateliers d’improvisations sur certaines


Les garçons des rues de là-bas, un peu désœuvrés, ont pour habitude de courir après les touristes féminines, pour se ménager un avenir plus facile thématiques, encadrés par des animateurs et animatrices belges et indiens, afin que la parole soit répartie équitablement et que chacun se sente respecté. Ces ateliers ont débouché sur l’écriture d’un court-métrage que nous avons tourné tous ensemble à la fin du séjour. Les expériences vécues sur place hors ateliers ont naturellement amené des sujets de discussions. Le thème envisagé à la base était l’égalité entre les hommes et les femmes mais il a évolué sur le sentiment amoureux en général, afin de créer plus de connexions que d’oppositions. Par ailleurs à travers ce thème, l’égalité de genres a été abordée. Je dois dire que tout s’est déroulé pour le mieux : nous n’avons pas eu de problème sur place, ni de tension notable entre les jeunes, ni de couac organisationnel. Les jeunes se sont facilement mélangés les uns aux autres et le contact a été plutôt facile malgré quelques réticences au départ de la

part des parents, qu’ils soient indiens (sur des points sensibles comme la question des castes, l’image de la famille, les différences de cultures…) ou belges (sur la question du respect des femmes) mais qui ont vite été rassurés par mon équipe et moi-même. Aujourd’hui, le court-métrage d’atelier est terminé et le documentaire entre dans sa troisième et dernière phase de production. Le court-métrage a été projeté en public pour la première fois le 14 novembre, parallèlement à une exposition retraçant l’évolution du projet. Plusieurs dates sont déjà prévues et nous cherchons encore d’autres lieux pour nous accueillir, dans toute la Belgique ! Le film va également être projeté en Inde dans le cadre du Festival international du film de Khajuraho. Si je devais recommencer ce projet aujourd’hui, la Besace pourrait m’être d’une grande aide ! C’est pour ça que l’appel à projet lancé dans le cadre de l’anniversaire des 70 ans d’amitié belgo-indienne m’a interpellé ! Il y a beaucoup de façons de s’investir dans un projet de collaboration entre jeunes belges et indiens, et j’espère que mon initiative pourra en inspirer d’autres, avec l’aide de la Besace !

7


L'interview Le métier d'écopasseur

Bénédicte Pirard Écopasseur à HUY

Tout d’abord, écopasseur, qu’est-ce que c’est ?

Le travail d'écopasseur reprend à la fois des fonctions relatives à la salubrité des logements et aux économies d'énergie en passant par le contrôle des PEB des bâtiments ainsi que de l'établissement d'un cadastre énergétique des bâtiments. Il est aussi amené à porter des projets relatifs aux économies d'énergie ou sur la sensibilisation des énergies. L'opération "génération zéro watt" prend bien sa place dans les attributions de l'écopasseur. Le rôle de celui-ci dans ce challenge est d'être le référent et la personne relais entre l'école, la commune et l'organisation: l'ASBL la Besace. Il assurera également la pérennité de l'effort accompli afin que celui-ci perdure, que l'analyse et le travail opérés lors du concours soient les prémices d'un changement de comportement sur du long terme...

Qu’est-ce qui te plaît dans cette fonction ?

Les différentes matières à traiter, les contacts avec les citoyens qu'ils soient propriétaires ou locataires, la gestion de projets tant en matière de logements qu'en économie d'énergie. Porter un projet avec des enfants demande de l'imagination et de la motivation mais également

8

beaucoup de rigueur. Après une première expérience à l'école participative de Huy Sud l'an dernier, je peux affirmer l'entrain des élèves porteurs du projet. C'est une thématique qui est aujourd'hui devenue populaire tant on en parle dans l'actualité via le problème des sources d'énergie, le coût de l'énergie, le gaspillage énergétique et j'en passe. Bien que conscients de ces problématiques liées à l'énergie, ils ne sont pas encore bien informés, le challenge leur permet d'être davantage informés voire formés. C'est très positif pour eux ce type d'animation participative.

Depuis quand participes-tu au défi génération zéro Watt ?

J'en entends parler depuis quelques années et y ai pris part pour la première fois l'an passé. Ce challenge donne un boost aux écoles participantes de par la participation active des différents intervenants. Leur retour est positif et engageant.

Qu’est–ce qui t'intéresse dans ce projet ?

L'analyse des situations existantes - la découverte des éventuelles fuites et des postes gaspillages - les réflexions découlant de ces analyses - la prise de conscience pour certaines personnes de type utilisateurs - le dynamisme des intervenants permettant la réflexion orientée solution et enfin l'impact positif sur les enfants qui répercutent les gestes "malins" à la maison et les économies que les parents peuvent faire de facto. Que dirais-tu à un jeune qui a envie de se lancer en tant qu’écopasseur ? Que les défis sont aussi nombreux que beaux à relever...


Mémoire des images Ces 9 et 10 novembre, toutes les écoles de la commune de Theux, ont participé à une animation de l’ASBL Besace : Déportés. Ces animations ont eu lieu dans le cadre du devoir de mémoire et plus particulièrement la commémoration de la première guerre mondiale et l’armistice du 11 novembre. Depuis plusieurs années les élèves de sixième année se déplacent chaque 11 novembre au Monument à Theux pour y chanter la « Brabançonne » ou encore « Valeureux liégeois » face à des anciens combattants. L’animation portait à la fois sur la première et seconde guerres mondiales. Un contexte historique est posé, un court-métrage sur les camps de concentration est visionné et un débat est lancé. Pourquoi cela s’est-il produit ? Comment ? Quelles sont les conséquences ? Grâce aux témoignages de 3 résistants : Paul Brusson, Lucie Georges et Roger Hennemont, les élèves ont pu imaginer ce qui s’est passé dans les camps. Quelques réactions "à chaud" Emerick Pilette, 11 ans « Les camps de concentration, comment est-ce possible ? Je trouve ça fou de faire porter le chapeau à des gens qui n’ont rien fait ! » « Demain, j’irai chanter pour tous ceux qui se sont battus pour nous ! »

Clément Gilissen, 11 ans « Je ne savais pas qu’il existait des camps de concentration pour les femmes » « J’ai appris l’existence d’une police allemande en Belgique » « Le 11 novembre , je chanterai pour tous ceux qui ont combattu pour notre patrie »

9


Rétrospective 2017 : De l'obscurité à la lumière

Le 14 octobre 2017, notre ASBL met à la fois l’obscurité et la lumière à l’honneur avec ses deux événements majeurs : La Nuit de L’obscurité à Auderghem et Diwali, la fête des lumières à Durbuy.

Commémorations du 11 novembre @ Theux

HANDISTAND : UN STAND POUR AGIR

Toute l’année scolaire, notre équipe a sillon né les écoles primaires dans la Province du Braba nt Wallon pour sensibiliser les enfants aux diffic ultés rencontrées par les personnes porteuses de handicap et faciliter leur inclusion. Objectif : une meill eure compréhension les uns des autres pour mieu x vivre ensemble !

10


La Besace en images ! L’ARTISANAT À LA COTE !

Cette année, la thématique du concours de la Vitrine de l’Artisan s’est focalisée sur la bonne gestion. Une manière de mettre en avant tous les aspects de l’artisanat.

Guide Associ'Actif

L'année 2017 a aussi été l'occasion de présenter notre nouveau guide pour un management actif de votre ASBL lors de notre 6ème cycle de formation à Wavre.

Challenge école ZÉRO WATT

étaient au rendez-vous durant Une fois de plus les économies d’énergie ince de Liège ont participé au cette année 2017. Dix écoles de la prov toutes, un minimum de 10 % Challenge école zéro watt avec, pour me qui a obtenu le prix de la d’économies. Bravo à l’Institut Notre-Da solaires pour son école ! sobriété et a remporté des panneaux

ASSOCI’ACTIF : DES FORMATIONS ADAPTÉES

Le 5ème cycle de formation qui s’est tenu dans chaque Province wallone et en région de Bruxelles-Capitale, en collaboration avec Ethias et l’UCM a permis une nouvelle fois de proposer des ateliers adaptés aux demandes du secteur. Cette année, les thèmes de la fiscalité, de la responsabilité et du droit social ont été mis en avant.

11


Molen’ Besace

Besace SERAING

Samedi 13 janvier 2018 Magritte et l’art contemporain : Visite guidée de l’expo aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique. Groupe entre 15 et 20 personnes. À 14h et 15h30. Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, rue du Musée 9 à 1000 Bruxelles.

Vendredi 16 mars 2018 Spectacle : LAMY ne fait pas le moine. Centre Culturel de Seraing Rue Renaud Strivay, 44 4100 Seraing Informations Stéphanie Monfort 0474 63 80 81 / salutnanie@gmail.com

Réservation molen.besace@gmail.com 0473/59 85 89 (Nadine Javaux) Envie de créer une section au sein de votre commune ? Contactez Audrey Sesana au 02/500 50 70

asbl@besace.be | www.besace.be | Tél : 02 500 50 70 Réalisé avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles et la Province de Liège

Suivez-nous sur

Éditeur responsable : Philippe Jadot, Avenue de la Toison d’Or, 84-86 à 1060 Bruxelles | Graphisme : xavierleys@gmail.com

L’écho des sections

Profile for Besace

Besace Echos 2018-01  

- Génération en jeu - Diwali, fête des lumières à Durbuy - Vitrine de l'artisan - Projet Chicon - Tandoori (Olivier Grinnaert) - Défi Généra...

Besace Echos 2018-01  

- Génération en jeu - Diwali, fête des lumières à Durbuy - Vitrine de l'artisan - Projet Chicon - Tandoori (Olivier Grinnaert) - Défi Généra...

Profile for besace
Advertisement