__MAIN_TEXT__

Page 1

Besace Echos

générations en jeu... et en joie ! Trimestriel P 919576 AVRIL MAI JUIN 2018 Bureau de dépôt : Bruxelles X


SOMMAIRE 3.

Nouvelle identité de la Besace

4.

Rencontre avec un apprenti de la Vitrine de l’Artisan 2017

6.

La Besace présente au salon des mandataires

7.

Générations en jeu... et en joie !

8.

Retour des actions zéro watt

10. Associ’Actif 2018 11. Handistand 2018 12. Appel à projets pour les sections

ÉDITO 2018 année électorale… Notre ASBL ne fait pas de politique mais elle est particulièrement attentive à ce que des jeunes s’investissent et soient présents sur des listes électorales. Jeunes voulant dire garçons et filles. Ces dernières n’étant pas présentes uniquement pour des raisons de parité ou de quota… Qui dit jeunes décideurs du futur, dit plus de dynamisme, plus de nouvelles idées, plus de risques, plus de nouvelles technologies mais naturellement moins d’expérience. C’est la raison pour laquelle nous relançons avec la Région wallonne, la Ville de Bruxelles, la Province du Brabant et Ethias divers programmes de formations liés à la bonne gestion. Volontairement ceux-ci sont destinés prioritairement mais non exclusivement aux jeunes mandataires en tous genres car il est également important qu’ils puissent côtoyer et échanger avec les plus anciens. Plus d’informations dans nos prochains numéros. Philippe Jadot Administrateur délégué

2


LA BESACE FAIT PEAU NEUVE...

99 C, 83 M, 37 Y, 28 K 23 R, 57 G, 93 B #17365D

2 C, 10 M, 100 Y, 0 K

Premier ambassadeur d’une 254 R, 220 G, 0 B entreprise, le logo est plus #FED00 qu’un simple visuel : il véhicule vos valeurs et vous projette dans l’avenir. Le logo Besace était devenu un peu vieillot… Nous avons donc voulu le redynamiser, le moderniser, en lui donnant une touche jeune, dynamique et sérieuse. Des caractéristiques qui représentent parfaitement les différents projets de notre ASBL.

3


Rencontre avec

L’APPRENTI DE LA VITRINE DE L’ARTISAN 2017 Joran Delbaere, originaire de Tielt, a gagné le prix de l’Apprenti en 2017. Depuis un an, dans la vie de Joran, beaucoup de choses ont changé. Que devient-il ? Pourquoi as-tu participé au concours La Vitrine de l’Artisan ? Quelles étaient tes motivations ? Un jour, je regardais le livre des bouchers belges et j’ai vu les informations du concours La Vitrine de l’Artisan. Je me suis dit : « Mettons en valeur les vrais bouchers belges ». J’avais surtout l’intention de les mettre en valeur d’une manière positive et de montrer comment nous, les bouchers, nous travaillons. Qu’est-ce que ta participation au concours t’a apporté ? D’un côté, le chèque remporté a été un « boost » financier pour lancer ma propre entreprise. D’un autre côté, c’était une nouvelle expérience pour moi, et elle était tout à fait unique. C’était aussi une belle publicité pour moi mais surtout pour tout le secteur. D’avoir reçu ce titre «  Apprenti de l’année 2017 » m’a ouvert de nombreuses portes, mais ce qui est encore plus chouette, c’est de rencontrer de nouvelles personnes avec chacune la passion de l’artisanat. Depuis un an, que s’est-il passé dans ton parcours professionnel ? J’ai maintenant lancé ma propre entreprise. Je travaille comme indépendant chez d’autres bouchers. De cette façon, je peux acquérir une expérience supplémentaire. Je me charge aussi de la nourriture sur des évènements, de l’apéritif jusqu’au dessert. Depuis peu, je travaille sur un projet concernant les pâtés à la bière. Bref, c’est un travail très varié. Fin octobre 2017, j’ai été reconnu par la commission des artisans comme « Artisan Reconnu » et je suis très fier de l’être !

4

Comment envisages-tu ton avenir ? J’espère pouvoir continuer encore longtemps mon métier de boucher. Tous les produits de notre boucherie sont préparés selon les méthodes traditionnelles. C’est ce qui est très fort apprécié par les clients. Les gens veulent de plus en plus retourner vers les produits artisanaux. Mon rêve, c’est de pouvoir gérer la boucherie de mes parents pour poursuivre la tradition familiale. Comment faire d’après toi, pour susciter des vocations dans les métiers artisanaux ? Je pense qu’il est d’abord important d’informer les jeunes afin qu’ils puissent choisir un métier qui leur plaît. Nous pouvons également aider en tant qu’artisans à accompagner les jeunes, leur expliquer et les motiver dans leur choix. Je pense que chaque métier a quelque chose d’unique, c’est à nous de faire que les jeunes le découvrent et acquièrent ainsi la passion d’un métier artisanal. Qu’est ce qui t’a poussé personnellement dans cette voie ? Mon père et mon grand-père étaient bouchers. Très rapidement, j’ai senti que je voulais devenir boucher comme eux. J’étais déjà passionné enfant et ce sentiment s’est renforcé pendant ma formation de boucherie à Ter Groene Poorte à Bruges. Je suis fier d’être un « boucher traditionnel », comme mon père et mon grand-père.


Ik heb ondertussen mijn eigen zaak opgestart. Ik ga op zelfstandige basis werken bij andere slagerijen. Zo kan ik ook nog eens extra ervaring opdoen. Ook verzorg ik catering feesten van aperitief tot dessert. Sedert kort ben ik ook bezig met een project rond bier patés. Kortom ik heb een zeer gevarieerde job. Eind oktober 2017 werd ik door de commissie van ambachtslieden erkend als erkend ambachtsman, iets waar ik ook zeer fier op ben. Hoe zie jij jouw toekomst als ambachtsman?

Waarom deed je mee aan de wedstrijd Ambacht in de Kijker? Wat was jouw motivatie? Ik zag een artikel van de wedstrijd ambacht in de kijker staan in het boekje van de Belgische beenhouwerij. Ik besloot om deel te nemen omdat ik het belangrijk vond om de slagersstiel eens positief in de kijker te zetten, en te tonen hoe onze ambacht juist in elkaar zit. Wat heeft je deelname aan deze wedstrijd je bijgedragen? Eenderzijds was de geldprijs die ik heb gewonnen een financiële boost om mijn eigen zaak op te starten. Anderzijds was het voor mij persoonlijk ook een unieke ervaring. Het is natuurlijk ook mooie reclame voor mezelf maar ook voor onze stiel. Door de titel van ambachtsjongeren van het jaar 2017 te winnen zijn er voor mij veel nieuwe deuren open gegaan. Maar het leukste is dat je veel nieuwe mensen leert kennen met een passie voor ambacht. Nu we één jaar verder zijn, wat is er gebeurd in jouw professioneel parcours?

Ik hoop nog lang de slagersstiel te kunnen uitoefenen. Alle producten in onze slagerij worden op ambachtelijke wijze bereid. Je voelt dat dat wordt geaprecieerd door de klanten. Mensen willen steeds meer en meer terug naar ambachtelijke producten. Mijn droom is om de slagerij van mijn ouders over te nemen. En zo de familietraditie verder te zetten. Hoe denk jij dat we jongeren kunnen overtuigen en zich geroepen doen voelen om voor een ambachtelijk beroep te kiezen? Volgens mij is het belangrijk om in de eerste plaats jongeren goed te informeren. Zodat ze een ambacht kunnen kiezen die hun het meeste aanspreekt. Daar kunnen wij als ambachtslieden ook mee helpen door jongeren te begeleiden, uitleg te geven en te motiveren in hun keuze. Volgens mij heeft iedere ambacht iets unieks, het is aan ons om er voor te zorgen dat de jongeren dat ontdekken en zo ook de passie van een ambacht mee krijgen. Wat heeft jouw persoonlijk doen kiezen voor dit beroep? Mijn vader en grootvader waren slagers, voor mij was het al vlug duidelijk dat ik ook slager wilde worden. Ik ben al van toen ik klein was gepassioneerd door de stiel, en dat gevoel is tijdens mijn slagersopleiding aan Ter Groene Poorte in Brugge alleen maar sterker geworden. Ik ben trots dat ik net als mijn vader en grootvader mezelf een ambachtelijke slager mag noemen.

5


SALON DES MANDATAIRES Ces 8 et 9 février, L’ASBL Besace était présente au salon des mandataires au WEX de Marche-en-Famenne ! Cette première participation en tant qu’exposant à ce salon incontournable du secteur public en Wallonie était pour nous l’occasion de montrer l’ensemble de nos activités et de présenter aux responsables communaux les projets que nous avons et pouvons développer avec et pour les jeunes de leurs communes. Nous en avons aussi profité pour dévoiler notre nouvelle identité (nouveau logo, nouvelle brochure générale,...) afin de communiquer ce que nous possédons actuellement dans notre Besace et ainsi conforter notre position en tant qu’Organisation de Jeunesse sérieuse et dynamique dans divers domaines.

6

Nous avons eu un excellent retour de ce salon, de très bons contacts dont un particulièrement gratifiant pour notre projet Défi Énergie qui s’est vu proposer de participer au Prix Belge de l’Énergie et de l’Environnement. Un prix qui veut mettre en avant des citoyens, entreprises et institutions, qui, à titre individuel ou via leurs organismes, contribuent de manière exceptionnelle à la construction d’un avenir durable à l’échelle locale, régionale ou nationale et qui propose un engagement pour les générations futures. Ce salon a également permis de rencontrer d’autres organisations de jeunesse et échanger sur nos diverses expériences et bonnes pratiques.


GÉNÉRATIONS EN JEU… ET EN JOIE !

Aperçu de notre projet de rencontres intergénérationnelles Les animations vont bon train dans les maisons de repos schaerbeekoises que nos jeunes élèves de l’Institut de la Sainte Famille d’Helmet ont investies depuis quelques semaines. Les liens se créent, les langues se délient et des vocations se révèlent même l’air de rien ! Le projet « Générations en jeu », construit en partenariat avec les enseignantes des élèves de 3ème en techniques sociales, s’articule autour de six après-midi de rencontres intergénérationnelles, sur base de jeux de société et d’interview croisées. Il a pour objectifs de promouvoir et créer les liens intergénérationnels, interculturels et solidaires, de permettre aux jeunes de s’engager dans une solidarité de proximité, de favoriser la transmission des savoirs, savoirêtre et savoir-faire et de lutter contre l’isolement des personnes âgées. Après quelques rencontres en maison de repos, l’heure d’un premier bilan est venue. Il a fallu un moment pour qu’élèves et résidents apprennent à s’apprivoiser et dépassent leur retenue mutuelle. Il était en effet un peu impressionnant pour les plus jeunes comme pour les plus âgés, de se retrouver face à un grand nombre d’inconnus d’une tout autre génération. Mais grâce aux questions préparées par les élèves pour la première animation, les discussions se sont tissées petit à petit et les liens n’ont pas tardé à se créer.

la forme d’un « speed-dating » durant lequel les élèves tournaient de table en table afin de rencontrer chaque résident individuellement. Ils avaient préparé une série de questions pour l’occasion, mais ont vite réussi à s’en détacher pour favoriser les discussions spontanées. Une première impression très positive est ressortie, tant du côté des élèves que de celui des résidents et du personnel encadrant. C’est même avec impatience qu’ils attendaient tous la deuxième animation !

à cœur et ont pris le temps de l’expliquer aux jeunes.

Et ce sont les jeux de société qui ont servi de fil rouge à cette seconde rencontre. Les élèves avaient en effet préparé plusieurs petits jeux, en tenant compte des difficultés potentielles qu’ils pourraient rencontrer en jouant avec des personnes parfois très âgées (problèmes de vue, surdité, pertes de mémoire, etc.). Les résidents quant à eux, avaient chacun choisi un objet les représentant ou leur tenant

Finalement, s’ils ne devaient garder qu’un mot pour décrire ces premières animations, résidents et élèves choisiraient, de façon non exhaustive : « chouette, drôle, bonheur, magique, convivial, adorable, trop bien, formidable… ». Vivement la prochaine rencontre !

Quelques complications bien normales sont survenues : une dame souffrant d’hypersensibilité s’est notamment laissée submerger par ses émotions, tandis qu’une autre, sujette à la paranoïa, a préféré arrêter de jouer en cours de partie de peur de perdre. Mais nos adolescents ont su rebondir et s’adapter à la situation. L’un d’eux nous a même révélé qu’il pensait avoir trouvé sa vocation !

La première animation a pris

7


DÉFI GÉNÉRATION ZÉRO WATT Pour la 7ème année consécutive, 35 écoles fondamentales participent au Défi Génération Watt organisé par la Wallonie. Le but est de réaliser un maximum d’économie d’énergie en repérant avec les élèves les gaspillages au sein de leur école. Cette année, notre équipe « environnement » est chargée d’accompagner 12 écoles de la Province de Liège.

À ce stade du projet, les enfants ont déjà réalisé un audit participatif de l’école. Ils ont débusqué toutes les consommations inutiles ou cachées. Un plan d’action a été mis en place pour effectuer un maximum d’actions en trois mois. Pour ce dernier, plusieurs acteurs entrent en jeu : toute l’équipe éducative, le personnel d’entretien, la direction, le conseiller en énergie ainsi que les différents techniciens de la commune.

Retour sur les meilleures initiatives L’école du Nord à Verviers Les élèves de 5ème et 6ème année ont décidé de réaliser un livre photo : La planète Énerg’Hic est en danger, un monstre gaspille l’énergie de la cité du Nord. Les élèves ont créé deux mascottes : Zéro Watt et Énerg’hic Man. Après quoi, ils sont partis placer des multiprises et des programmateurs pour supprimer les consommations cachées. Ils ont créé une équipe de gommettes rouges et nommé des inspecteurs énergie.

Gommettes rouges sur les interrupteurs à couper lorsque la luminosité est suffisante

Livret réalisé par les élèves de l’école du nord à verviers

Énerg’hic Man

8

La commune de son côté, s’est chargée de dévisser des néons, de remplacer certains luminaires par du LED… L’école est passée d’une consommation journalière de 17 000 watts à 11 000 watts. Déjà une belle économie de 42 % par rapport à la consommation de référence de l’an dernier ! Leurs efforts ont déjà été récompensés par la reproduction pour chacun d’eux du livret photo : « La cité du Nord en danger » Présentation vidéo à revoir sur https://youtu.be/yEefSd1CVDA Livre photo à explorer : http://bit. ly/2GQ6ZFC


L’école de l’Est à Verviers a, quant à elle, décidé de réaliser un rap pour faire passer son message à l’école et auprès de la télévision locale. « On va voir partout, même dans les recoins. Pour espérer gagner, il ne faut plus gaspiller. Si vous pensez à tout, on vous récompensera ! » Vidéo à découvrir sur https://youtu.be/7NGxuZwVTvk

La nouveauté pédagogique de cette année, pour toutes les écoles, est le suivi, semaine après semaine, de l’évolution des économies grâce à un graphique reprenant une consommation de référence de l’an dernier. Les élèves relèvent donc le compteur et peuvent alors voir leur diminution (ou augmentation) en temps réel !

L’Athénée de Stavelot, déjà à 21 % d’économie, a décidé d’axer la présentation des actions au travers d’une ligne du temps.

Les 3ème et 4ème primaire de l’école communale de Soumagne ont enjolivé leurs interrupteurs pour penser à les couper et surtout intégrer la problématique de l’environnement dans leurs crayonnés. Enfin, l’école de Sprimont s’est lancée dans une jolie chanson accompagnée d’un Powerpoint photo. Leurs efforts commencent à payer. Ils en sont à 22% d’économie à mi-parcours. Les écoles connaîtront leurs résultats fin avril. Pour leur participation, chaque élève recevra un diplôme de l’éco citoyen ainsi qu’une lampe de poche à dynamo.

graphique reprenant les économies de l’école communale de Sourbrodt.

9


HANDISTAND 2018

Depuis le mois de mars, le Handistand circule de nouveau dans les écoles primaires du Brabant wallon afin de sensibiliser les jeunes valides aux situations quotidiennes vécues par les personnes atteintes de handicap, qu’il soit auditif, mental, moteur ou visuel. Le Handistand : un outil d’inclusion et de sensibilisation Le Handistand, mis sur pieds en 2008 et remis à jour en 2016, est un stand animé destiné à circuler au sein des écoles de la Province du Brabrant wallon afin d’éveiller les consciences des élèves de 5 èmeet 6 ème primaires aux difficultés entrainées par le handicap. Ce dernier promeut l’image et l’inclusion de ces personnes par le biais d’actions ludiques et de mises en situations pratiques. 4 valises pour 4 types de handicap et un cahier d’accompagnement Des valises didactiques ont été créées pour sensibiliser les jeunes aux 4 types de handicap en les mettant en situation de déficience visuelle, auditive, mentale ou motrice. De plus, un dossier pédagogique accompagne le stand afin que les élèves puissent retrouver des informations, des conseils et des moyens mis en place pour améliorer le quotidien des personnes porteuses de handicap. Ils peuvent également y noter leurs impressions quant à

10

leur expérience. En outre, ce cahier répertorie les associations qui ont collaboré à la réalisation du stand afin qu’elles servent de relais si le jeune ou la classe souhaite approfondir le sujet. La Besace de retour sur les routes du Brabant wallon Grâce au soutien de Tanguy Stuckens, député provincial en charge du handicap dans la province du Brabant wallon, l’équipe de la Besace réitère l’expérience du Handistand et a

repris la route depuis le 27 mars. Des animations sont prévues dans une quinzaine de communes, notamment à Nethen, Rebecq, Loverval, Hamme-Mille, Ittre, Jodoigne, Bierges, Tilly, Huppaye, Ramillies, Lasne et Rebecq. A travers cette opération, notre équipe espère contribuer à l’amélioration de la qualité de vie de tous en favorisant la solidarité par l’empathie et l’identification. Si vous souhaitez bénéficier du Handistand, contactez l’ASBL Besace au 02/500.50.70 asbl@besace.be


ASSOCI’ACTIF 2018 : NOUVELLE ANNÉE, NOUVEAU VOLET ! Des rencontres porteuses de sens pour le secteur associatif

L’objectif des formations Associ’Actif, organisées depuis six ans avec Ethias et les cinq provinces wallonnes, est de permettre aux acteurs du secteur associatif d’échanger leurs expériences et de répondre aux questions auxquelles ils sont confrontés au quotidien pour une bonne gestion de leur ASBL. Des soirées de formation dans 30 communes wallonnes Le secteur associatif occupe une place de plus en plus importante aussi bien dans l’économie de notre pays que dans notre société. L’importance et l’intérêt de ces formations, gratuites pour les participants, est donc considérable. Chaque année, entre 500 et 600 personnes s’inscrivent, dont bon nombre de jeunes élus locaux qui se retrouvent parfois à siéger dans des Conseils d’Administration sans y être suffisamment préparés. Dès lors, grâce au soutien de Madame Valérie De Bue, Ministre des Pouvoir Locaux, nous avons réalisé un appel aux Collèges des Bourgmestres et Echevins wallons afin de mettre en place ces formations au sein de leur commune. Ces dernières se dérouleront entre avril et décembre 2018 et seront animées par un ou deux expert(s) en fonction des besoins spécifiques de chaque commune en termes de bonne gestion associative (clés pour une bonne gouvernance, responsabilité des ASBL, fiscalité, comptabilité,

transition numérique, RGPD...). Formation aux nouvelles technologies à Bruxelles ! Suite au succès du Brabant wallon en novembre dernier, une nouvelle matinée de formation aura lieu à Bruxelles le jeudi 3 mai en matinée sur la Transition Numérique. Les séminaires porteront notamment sur les réseaux sociaux , le marketing de contenu et sur le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Wavre 2018 : le bien-être au travail  En automne 2018, nous allons aborder un tout nouveau thème lors de notre prochaine formation à Wavre en collaboration avec Monsieur le Député Michel : le développement du bienêtre au travail. Ces formations se voudront interactives et fourniront des conseils durables aussi bien aux responsables qu’aux employés d’ASBL pour développer leur bien-être et, par conséquent, l’efficacité des travailleurs.

« Associ’Actif : Guide pour un management actif de votre ASBL » édition 2017 Dans le cadre et en parallèle de ce séminaires, un Guide sur le management associatif, réédité en 2017 et rédigé par des experts, sera mis à disposition des participants lors des formations Associ’Actif. Ce dernier répond par des exemples concrets aux questions pratiques que se posent les acteurs du secteur associatif en matière de gestion. Il s’articule autour de trois thèmes : la fiscalité, les clés pour une bonne gouvernance et la responsabilité des ASBL. Pour commander le guide : http://bit.ly/2Bok7T6.

Plus d’infos sur www.facebook.com/associactif/

11


éditeur responsable : Philippe Jadot, Avenue de la Toison d’Or, 84-86 à 1060 Bruxelles | Graphisme : badjawe.com

sections

asbl@besace.be | www.besace.be | Tél : 02 500 50 70 Réalisé avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles et la Province de Liège

Suivez-nous sur

Profile for Besace

Besace Echos 2018-02  

Sommaire : - Nouvelle identité Besace - Rencontre avec un apprenti de la Vitrine de l'Artisan 2017 - Salon des mandataires - Générations en...

Besace Echos 2018-02  

Sommaire : - Nouvelle identité Besace - Rencontre avec un apprenti de la Vitrine de l'Artisan 2017 - Salon des mandataires - Générations en...

Profile for besace
Advertisement