Page 1

  Cyssousport Cyssousport 

Compte­rendu de "mon" ERB11 (24­25 et 26 juin 2016).  "Mon"  7  Majeurs  étant  terminé,  il  faut  vite   publier  mon  compte  rendu  de  l'épreuve  précédente...  2014,  je  me  lance  dans  ma  première  longue  distance  montagneuse  au  travers  du  "Raid  Provence  Extrême".  Tout  simplement  magnifique,  magique,  je  passe  ma  première  nuit  blanche  sur  le  vélo  dans  la  nuit  noire  de  la  montagne  de  Lure.  Je  me  régale  et  termine  même 1er de la catégorie "Grands Randonneurs" (sans assistance).  2015,  je  recommence  un  "RPE"  préparatoire  pour  le  BRM  600  qualificatif  au  Paris­Brest­Paris. 


2016, "mon"  RPE  n'est  pas  reconduit....  Je  me  tourne  donc  vers  la  première   édition  de  l'ERB11  (Extrême  Ride  Bike),   plus  long  que  le  RPE  de  100  km,  mais  avec  3000  mètres  de  D+ en moins....  Thomas  (vous  vous  souvenez,  le  costaud  avec  qui  j'ai  fait  pas  mal  de  BRM,  le  RPE  2015,  des  rides  perso  et  bien  sur  70%  du  PBP)  est  déjà  inscrit,  cela  me  motive  encore  plus  pour  faire   le  tour  de  la  "petite  France"  soit  le  tour  de   l'Aude  au  plus  près   de  la  frontière  départementale sans jamais la franchir.  A  J­7,  l'excitation  est  de  plus  en  plus  grande,  quant  au  travail,  peu  avant  midi,  un  collègue  me  dit  qu'il  a  vu  un  accident  avec  un  cycliste  le  matin   même,  pompiers,  gendarmerie....  et  tout  et  tout,  vers  7h40  sur  la  route  entre  Aix  et  Velaux.   Thomas  prends  régulièrement  cette  route  en  VéloTaF....  j'y  pense....  je  prends  mon  téléphone  pour  lui  envoyer  un   SmS  et   j'ai  alors  un  appel  en  absence  de....  Thomas.  Le   cycliste  renversé  n'est  autre   que  lui,  rien  de  bien  grave  (fracture  du  poignet,  et  "pizza"  à  la cuisse), mais alors sa participation  à l'ERB11  est plus qu'incertaine, je croise les doigts...  A  J­4,  Thomas  est  bel  et bien forfait, grosse déception pour lui,  mais également pour moi de  ne  pouvoir  faire  cette  belle  aventure  avec  lui.  Nous  devions  en  plus  co­voiturer   avec  son  camping­car...  je  dois  donc  en  plus  de  me  faire  une  raison  de  ne  pas  pédaler  cette  fois  ci  avec  lui,  trouver  un  moyen  d'aller  à  Carcassonne  (sachant  que  le  reste  de  la  famille y va le  samedi  pour  une  fête  de  famille  dans  la  montagne   noire,  et  donc  le  retour  en  voiture  est  assuré).  C'est  comme  cela,  qu'après  une  matinée  au  travail  vendredi  24  juin,  je   pars  en  vélo/sacoche/sac à dos jusqu'à la gare de Miramas (15 km) pour prendre le train.  En  arrivant  à  la  gare,  il  est  annoncé  15  min de retard.... le temps de se changer, et le retard  passe  à  25  min....  puis  40  min....  sachant  que  j'ai  1  heure  de  correspondance  à  Arles....  J'aurai  pu  aller  directement à Arles en vélo, mais il  fait chaud et le WE sera déjà bien chargé  en kilomètres...  Finalement  j'arrive  à  Arles  et  aperçois  sur  le quai un gars avec un vélo/sacoche/éclairage....  Je  lui  demande  s'il  va  à   Carcassonne.  Réponse  affirmative.  Je discute donc avec Stéphane  (de Bourgoin­Jallieu) en attendant le train.  En  arrivant  à  Carcassonne,  il  fait  beau,  mais  le  vent  est  bien présent. Nous nous rendons à  la  permanence  de  l'ERB11  par  les  rues  piétonnes  du  centre­ville  ou  nous  sommes  chaleureusement  accueillis  par  la  famille  de  Bertrand  l'organisateur  de  cette  toute  nouvelle  épreuve.  Nous  préparons  alors  les  vélos  avant  d'aller  manger  un  plat  de  pâtes  ensemble  à  la  brasserie  juste  à  côté  de  la  permanence.  Certains  se  connaissent  déjà,  d'autres  se  découvrent dans une très bonne ambiance.  Après  les  derniers  préparatifs,  nous  nous  rendons  en  convoi  à  la  porte  Narbonnaise  ou  le  départ  des  27  valeureux  cyclos  sera  donné  à  21h00.  Bertrand  a  fait  les  choses  en  grand,  speaker  extra,  quelques  personnalités  locales  et  des  touristes  curieux  et  médusé  par  la   distance  qui  nous  attend.  La  question  qui  reviens  le  plus  souvent  est  alors  :  "675  km,   vous   faites cela en combien d'étape ? ".  Chaque  partant  a  droit  à  sa présentation et à sa photo entre les affiches de l'épreuve.  Après  un  petit  briefing  de  Bertrand,  il  est  21h00,   et  toute  la  petite  troupe  quitte  la  place  accompagnée  d'applaudissements  et  par  les  cyclos  du  club  de  Carcassonne pour quelques  kilomètres. 


Je pars  tranquille  juste  derrière  Michel,  sur  son  vélo  couché,  que  je  rencontre  pour  la  première  fois  après  1 an et demi de "contact" internet à la suite des lectures de ses comptes  rendus  des  2  PBP  qu'il   a  fait.  J'étais  tombé  dessus  par  hasard  pendant   ma  convalescence  de  ma  fracture  du  col  du  fémur....  Vraiment  sympa  de pouvoir échanger dans  la "vrai vie" et  tellement courageux de sa part de partir sur un tel défi en vélo couché...  Mon  plan  de   route  est  assez  simple,  j'ai  prévu  de  rouler  avec  Laurent (de Lyon) qui fait tout  comme  moi  partie  du  team  Cyclosportissimo  et  d'après  ma  "feuille"  de  route,  je  suis  de  retour à 23h58 le samedi...  Dans  la  traversé  de  Carcassonne,  Laurent  est  déjà  loin  devant,  j'embraye  pour  le  rejoindre  en encourageant les cyclos que je dépasse alors.  Dès  la  sortie  de  Carcassonne,  j'ai   rejoint  Laurent  et  un  autre  cyclo  :   Paul  (dont  j'ai  vu  la  présentation  dernièrement  sur  internet, un rouleur au long cours qui était seulement 15 jours  avant sur l'épreuve Vézelay­Barcelone (1000 km), bref un "costaud".  Nous  abordons  donc  les  contreforts  de  la  montagne  Noire  tous  les  3  sur un rythme correct.  La  pente  se  cabre  à  mesure  que  le  jour  se  couche.  Nous  allumons  nos  lumières  avant  de  monter  le  dernier  tronçon   jusqu'au  "pic  de  Nore"  (km  40).   En  haut,  le  brouillard  est  tenace,  rapide  photo,  puis  équipement  pour  la  descente....  que  nous  avons  du  mal  à  trouver   au  départ  du  sommet  tellement  le  brouillard  est  dense  (heureusement  nous  pouvons  suivre  la  trace GPS de l'aller...).  Nous  descendons  prudemment   dans  cet  épais  brouillard,  et  rapidement  nous  croisons  des  petits  groupes  de  cyclos  qui  forment  une  guirlande  lumineuse  dans  cette  ambiance irréelle.  Dans  la  seconde  partie  de  cette  descente,  une  biche  déboule  juste  devant  nous,  fait  quelques mètres dans la lueur de nos puissants phares et disparait dans la forêt.  Ensuite  viens  la  montée  du col de la croix dessous. Au cœur de la nuit Audoise, la pente est  difficile  à  appréhender,  je   suis  tout  à  gauche...  je  regarde mon altimètre pour voir une  pente  à 11%, c'est dur, c'est normal...  Rapide  descente  de  la  montagne  Noire  en  direction   des  orages  ou  beaucoup  de  chats  (certains  vraiment  suicidaire)  traversent  devant  nous...  Nous  sommes  toujours  3  et  nous  discutons  des  probabilités   de  se  faire  doucher,  disons  50%   lorsque  nous  traversons  Citou.  10  km  plus  loin,  il  ne  s'agit  plus  de  probabilités  mais  de  réalité.  Arrêt  veste  de  pluie  qui  ne  sèchera  pas  lors  des  80  km  suivant.  La  pluie  est  parfois  forte,  mais   le  vent  est  plutôt  favorable  jusqu'aux  "Cabanes  de  Fleury"  (km 157), lieu du second pointage photo. Après un  arrêt  de  quelques  minutes,  nous  repartons  face  au  vent  avant  de  bifurquer  plein  sud.  Cette  partie  est  très  ventéeavec  quelques  changements de direction qui nous entrainent à chaque  fois  dans  un  face  à  face  avec  la Tramontane. Heureusement, nous sommes 3, et prenons à  tour  de  rôle  des  relais  réguliers.  Je  pense  à  ce  moment­là  aux  autres  cyclos  qui  sont   peut­être une heure derrière en espérant que personne n'aura à faire cette section seul...  A  la  sortie  de  Narbonne,  Laurent  se  porte  à  ma  hauteur  et  me  dit  que  Paul  ne  suis  plus,  je  lève  le  pied  jusqu'à  Bagès  (km  200)  ou  l'on  s'arrête  à   l'entrée  du  village  pour  attendre  Paul  et s'alimenter un peu. Au loin, les toutes premières lueurs du jour apparaissent, il est 5h00.  10  minutes  plus  tard,  Paul  arrive,  il  est  dans  le  dur,  et  accuse  le  coup  (courte  récup  depuis  "son"  Vézelay­Barcelone...).  Nous  repartons  tous  les  3  sur  un  petit  rythme,  il  faut  que  Paul  récupère avant le changement de direction de Fitou et le vent de face que l'on aura alors.  Quelques  kilomètres  plus  loin,  Paul  me  dis  qu'il  souhaite  rejoindre  la  gare   la  plus  proche  pour  rentrer  en  train.  Je  lui   dis  de  bien  rester  dans   ma  roue,  que les jambes allaient revenir  et  qu'on  pensait  faire  une  pause  "viennoiserie  /  café"  à  Fitou.  Il  fait  maintenant  jour,  et 


apercevons en  contre­bas  de  la  route  un  sanglier  dans  les  vignes.  A  l'entrée  de  Fitou(km  244),  une  station­service  viennoiserie­café  nous  tend  les  bras.  Au  menu,  pain  au  chocolat,  café... et pain au chocolat.... il faut en laisser pour les suivants...  Une  demi­heure  plus  tard,  nous  repartons....  comme  prévu...  face  au  vent  fort  et  régulier.  Les  100  prochains  kilomètres,  dans  les  Corbières,  serons éprouvant, même en descente, si  tu  ne   pédales  pas,  tu  n'avances  pas...  Malgré  tout  nous  progressons  tous  les  3  comme  si  nous  avions  toujours  roulé ensemble. Vers le kilomètre 290, j'ai un gros coup de moins bien,  j'ai  du  mal  à  suivre mes compagnons dès que la route s'élève...  Nous avons tous  les 3 envie  de  faire  une  pause  "alimentation  salé",  mais   nous  ne  sommes  pas  sûr  de  trouver  un  commerce  avant  Quillan,  50  km  plus  loin.  Juste  avant  le  col  de  la  Croix   du  Dessus,  en  traversant  un  joli  petit  village  (Duilhac­sous­Peyrepertuse)  nous  nous  arrêtons  à  la  petite  épicerie,  nous  mangeons  alors  du  fromage  local  en  expliquant  au  commerçant  ce  que  l'on  fait....  toujours  drôle  de  dire  que  l'on  roule  depuis  hier  soir  pour  le  plaisirs....  et  qu'il  nous  reste  alors  375  km...  Cette  pause   m'aura  fait  du  bien,  mais  ce  n'est  pas  encore  la  forme  olympique,  je  m'accroche  dans  les montées (en laissant un peu trop de jus), je m'économise  sur  le  plat  (sans  vraiment  prendre  de  relais,  désolé   les  gars...),  et  j'essaye  de  prendre  un  peu d'avance dans les descentes (en ratant les changements de direction...)  Finalement,  nous  arrivons  à  Quillan  (km  350),  lieu  du  pointage  ­  ravitaillement,  peu  après  midi.  Nous  sommes  magistralement  accueilli  par  la  famille  de  Bertrand,  mais  aussi   par  Michel  (le  vélo   couché)  qui,  malade  a   jeté  l'éponge  (gorgé  d'eau  !!!)  après 100 km dont pas  mal  sous  la  pluie.  Je  ne  suis  pas  très  bien,  je  sais  qu'il  faut  que  je  m'alimente,  mais   à  la  descente  du  vélo,  rien  ne  me  fait  envie,   malgré  le  buffet  géant  dressé  dans  la  salle  communale.  Après  10  minutes,  je  me  laisse  tenter   par  un  abricot,  puis  un second, un coca,  une orange...  Nous  sommes  bien.  Après  1  heure,  Paul  repart,  et  avec  Laurent,  nous pensons repartir 2­3  minutes après...  Finalement   15  minutes  plus  tard,  nous  repartons,  ventre  plein,  chaine  lubrifiée,  bananes  dans  la  sacoche  et  bonheur  dans  les  yeux.  Merci  pour  cette  pause  très  conviviale.  Nous  croisons  alors  le  second  groupe  (le  "groupe  des  6",  avec  Bertrand,  Maxime  et  son  short  improbable   sur  une  telle  distance,  Irvin,  l'Auvergnat  sympa....)  Encouragements  mutuels  et  en  route  dans  les  gorges  de  la  Pierre­Lys,  vers  le  col  de Garavel (km 380), grosse difficulté  du parcours.  La  route  commence  à   monter,  et  je  m'accroche  à  Laurent,  puis  j'arrive  à  maintenir  le visuel  avec  lui  sur  quelques  kilomètres...  A  Sainte­Colombe,  coup  de  bambou,   je  suis  collé  à  la  route,  Laurent s'éloigne, il est trop costaud. Je décide de ne pas m'affoler, de faire la montée  à  mon  rythme,  je  sais  que  les  jambes  vont  revenir (l'expérience porte ses fruits), il faut juste  être patient. Je sais aussi que  je pourrais rouler seul sur toute la fin du parcours, (cela ne me  gêne  pas  trop)  ou  attendre  un  peu  et  intégrer  le   groupe  des  6  qui  ne  doit  pas  être  trop  loin  derrière.  Je  passe  le  col  dans  la  bruine,  belle  descente  puis succession de petits cols  avant  la  montée  vers  le  col  des  7  Frères  (km  421),  autre  belle  difficulté  du   parcours.  Ensuite,  descente vers Chalabre puis le Lauragais. C'est plat le Lauraguais, non ?  Je  prévois  de  m'arrêter  à  Chalabre  pour  prendre  un  jambon­beurre  /  café au bar des sports  (indiqué  lors  du  briefing  par  Bertrand).  En  arrivant,  contre  la  barrière,  repose  2  vélos/sacoches...  Il  s'agit   de  mes  anciens  compagnons  de  route  qui  font  aussi  une  pause  sandwich  et  qui  étaient  sur  le  point  de  repartir...  Je  commande  et mange mon casse­croute  en  vitesse  afin  de  repartir  avec  eux,  c'est  mieux  à  l'approche  de  la  seconde  nuit,  car  nous 


avons pris  du  retard  sur  ma  feuille  de  route  et  à  ce  moment,  nous  prévoyons  plutôt  une  arrivée vers 3h00 du matin...  Nous  attaquons  donc  le  Lauragais.  Eh  bien  le  Lauragais n'est pas plat du tout, c'est comme  une  boite  d'œuf  ou   nous  devrions  passer  par  tous  les  «  sommets  ».  Je  suis  assez  désorienté, et heureusement que la trace GPS existe....  A  Belpech,  km  516,  il  est  21h00,  cela  fait  24h00  que  nous  sommes  partis.  Pendant  notre  pause  "coca"  /  remplissage  des  bidons,  je  repense  à  Thomas  qui  à  fait  760 km en solo lors  des  dernières  24h00  du  Castellet...  Bon  c'est  vrai  que  le  relief  et  la  qualité  de  l'enrobé  ne  sont pas comparable, mais tout de même...  Le  gérant  nous  dit  que  Carcassonne  est  à  60  km....  mais  pour  nous  c'est  160  km  via  la  montagne Noire.... Il ne nous comprend pas...  Nous  repartons  au  bout  de  20  minutes,  la  nuit  approche,  nous  avons  revêtus  nos  gilets  de  haute visibilité, et ne tardons pas à allumer les feux.  Nous  continuons  notre   route  commune  plein  nord,  toujours  sur  de  la  petite  route  assez  vallonnée.  Il  est  presque  23h00  lorsque  nous  traversons  l'autoroute  A61  (550  km  ont  été  parcourus,  il  en  reste  125...  comme  une  sortie  du  dimanche   matin  entre  copains...),  nous  approchons de la montagne Noire et des dernières ascensions sérieuses.  Au  cœur  de  la  seconde  nuit  sur  le  vélo,  je  commence  à  lutter  sérieusement  contre  le   sommeil,  et  annonce  à  mes  2  compagnons  que  je souhaite m'arrêter pour dormir un peu (je  ne  suis  pas  à  1  heure  près,  et  la  sécurité  avant  tout). Ils me répondent tous les 2 qu'ils sont  également  plus  que  tenté  par  cette  idée.  Nous  nous  arrêtons  donc  à  la  sortie  de  la  Pomarède,  Paul  s'installe  dans  un  abri  bus,  Laurent  et  moi   sous   un  fourré.  Le  réveil  est  programmé  pour  dans  20  minutes,  nous   dormons   tous  les  3  très  rapidement,  réveil,  une   banane  et  c'est  reparti.  En  une  demi­heure,  nous  avons  vraiment  rechargé  les  batteries  (humaines,   car  pour  les  outils  technologiques  ­  GPS,  téléphone,  phares,  les  charges  baisses...).  Nous  repartons  donc  pour  une  dernière  étape,  je  n'ai  plus  du  tout  sommeil,  je suis bien.  Se  succède  alors  des  montées  et  des  descentes,  je  n'ai  plus  très  bien  la  notion  de durée. Une  heure  passe  comme cela, puis une seconde heure ou le  sommeil commence à me rattraper,  surtout  dans  les  descentes,  ou   le  rythme  cardiaque  descend...  Vers  2h30,   à  Saissac  (km  607),  nous  passons  au  bord  d'une  place ou un mariage à lieu, certains fêtard courent à coté  de  nous  pour  nous  encourager  ("c'est  le  tour de France..."), Un court instant, j'ai peur de me  retrouver  parterre...  Cette  agitation  soudaine  ne  suffit  pas  à éloigner la fée sommeil.... Nous  refaisons une courte pause de 20 minutes dont 15 dans les bras de Morphée.  Nous  repartons  vers  2h50  pour  la  dernière  grosse  montée  de  cette  folle  aventure  avant  de  terminer  les  50  derniers  kilomètres   en  descente  jusqu'à  la  cité  de  Carcassonne.  La  montée  se  passe  bien,  Laurent  souvent  en  tête,  puis  je   prends  la  tête  pour   la  descente  que  je  connais   en  partie,  il  me  reste  de  la  batterie  de  phare,  je  mets  le  mode  "boost"  pour  compenser   ma  vigilance  amoindri  par  l'effort  consenti  depuis   maintenant  32  heures.  Les  premières  lueurs  du  jour  pointent  à  l'horizon  lorsqu'à  5h48,  Nous  arrivons  tous  les  3  sur  la  place  de  la  porte  Narbonnaise  déserte,  cela  tranche  avec  notre  départ  avec  speaker  et  touristes ébahis.    Nous avons fait 674 km et 8745 mètre de dénivelé positif (l'Everest n'est pas loin...)  Nous avons franchis 22 cols...  Nous avons subi la pluie et les orages, 


Nous avons lutté contre le vent fort,  Nous avons fendu le brouillard nocturne,  Nous avons pédalé par 9°c mais aussi par 25°c au soleil.  Mais au bout de 32h48, nous avons réalisé "l'Extrême Ride Bike 11" ­ 1ère édition.  Merci à MBT de m'avoir permis de vivre cette belle aventure.  Merci à mon neveu​ ​Romain​.  Merci  à  mes  2  compagnons  de  route,   ​Laurent  Moulineau  et  ​Paul  Galea   pour  le  partage  de  cette belle randonnée.  Merci  à  Bertrand  et  à  toute  sa  famille  pour  l'organisation  sans  faille,  l'accueil  chaleureux  et  toutes les petites attentions.  Une  pensée  pour  Laurent  qui  moins  d'une  semaine  après,  s'est  fait  voler  son  vélo  avec  lequel il a fait tant de route.....  Je  dédie  cette  aventure  à  ​Thomas  Dupin​,  encore  convalescent,  mais  qui   sera  bientôt  à  nouveau sur le vélo.   

 


www.ridebike11.fr  

Erb11 2016 CR - Cyssousport -  
Erb11 2016 CR - Cyssousport -  
Advertisement