Issuu on Google+


Cet Amour Nous éveiller sourire et rire Cet amour 
 
Et rajeunir Si violent 
Notre amour reste là
 
Si fragile Têtu comme une bourrique 
Si tendre 
Vivant comme le désir 
Si désespéré 
Cruel comme la mémoire 
Cet amour 
Bête comme les regrets 
Beau comme le jour 
 
Tendre comme le souvenir Et mauvais comme le temps 
Froid comme le marbre
 
Quand le temps est mauvais Beau comme le jour 
Cet amour si vrai 
Fragile comme un enfant 
Cet amour si beau 
 
Il nous regarde en souriant Si heureux 
Et il nous parle sans rien dire 
Si joyeux 
Et moi j'écoute en tremblant 
Et si dérisoire 
Et je crie 
Tremblant de peur comme un enfant dans le noir 
Je crie pour toi 
Et si sûr de lui 
Je crie pour moi 
Comme un homme tranquille au milieu de la nuit 
Je te supplie 
Cet amour qui faisait peur aux autres 
Pour toi pour moi et pour tous ceux qui s'aiment 
Qui les faisait parler 
Et qui se sont aimés
 
Qui les faisait blémir Oui je lui crie 
Cet amour guetté 
Pour toi pour moi et pour tous les autres 
Parce que nous le guettions 
 
Que je ne connais pas Traqué blessé piétiné achevé nié oublié 
Reste là 
Là où tu es 
Parce que nous l'avons traqué blessé piétiné achevé nié oublié 
Là où tu étais autrefois 
Cet amour tout entier 
Reste là 
Si vivant encore 
Ne bouge pas 
Et tout ensoleillé 
Ne t'en va pas 
C'est le tien 
Nous qui sommes aimés 
C'est le mien 
Nous t'avons oublié 
Celui qui a été 
Toi ne nous oublie pas 
Cette chose toujours nouvelles 
Nous n'avions que toi sur la terre 
Et qui n'a pas changé 
 
Ne nous laisse pas devenir froids Aussi vraie qu'une plante 
Beaucoup plus loin toujours 
Aussi tremblante qu'un oiseau 
 
Et n'importe où Aussi chaude aussi vivante que l'été 
Donne-nous signe de vie 
Nous pouvons tous les deux 
Beaucoup plus tard au coin d'un bois 
Aller et revenir 
Dans la forêt de la mémoire 
Nous pouvons oublier 
Surgis soudain
 
Et puis nous rendormir Tends-nous la main 
Nous réveiller souffrir vieillir 
Et sauve-nous. 
Nous endormir encore 
Rêver à la mort 
 Jacques Prévert


Curious Vase, Mianne de vries


Agitation perpetuelle que toute destinée humaine n’est arrêtée qu’avec la mort. Odile Blanc, Vivre Habillé


kaarina kaikkonen


Karen Hsus, The Pom Pom Factory


Max et les Maximonstres, Maurice Sendak


Story teller, Marie Claire Turkey


Tomas Saraceno, Cloudy House


À la pâle clarté des lampes languissantes, Sur de profonds coussins tout imprégnés d’odeur Hippolyte rêvait aux carresses puissantes Qui levaient le rideau de sa jeune candeur. (...) Etendue à ses pieds, calme et pleine de joie, Delphine la couvait avec des yeux ardents, Comme un animal fort qui surveille une proie, Après l’avoir marquée avec les dents. Charles Baudelaire, Femmes Damnées


Lumio, Max Gunawan


Sans doute n’était elle pas assez intelligente pour cela, et sa fatalité était d’avoir un corps, un visage, qui donnaient beaucoup moins le désir aux hommes de la comprendre que celui de la déshabiller. Romain Gary, Les racines du ciel


Nanna Van Bladeren


Un peu de ta bouche, beaucoup de ta gueule. Alex Baupain, Les Chansons d’Amour


Parker Fitzgerald


Ta robe à fleur Sous la pluie de Novembre Mes mains qui courent Je n’en peux de l’attendre (...) Je voudrais toujours te plaire Dans mon jardin d’hiver Henri Salvador


Room with a Garden, Vogue Korea


Chuck, Natasha Harra Frischkorn


Ben Giles


Ed Fairburn


William Forsythe, Balloons


J’adore ta nuque, c’est une nuque on a l’impression qui dit «allez tous vous faire enculer’ Xavier Dolan, Laurence Anyways


Champemy, Skull


Je voudrais avoir 10 ans; je voudrais ne pas être adulte. Voilà Françoise Sagan, Un certain regard


Tim Walker


Le drame c’est la vie quotidienne... Se lever, se coucher, s’agiter entre temps et se laisser glisser, de temps en temps, on en prend conscience, mais trés peu souvent. Le soir, sans son lit, quand on est seul, quand on est triste. Françoise Sagan, Un certain regard


Rus Anson


Ma mère m’avait raconté trop de jolies histoires avec trop de talent, et dans ces heures balbutiantes de l’aube où chaque fibre d’un enfant se trempe à jamais de la marque reçue, nous nous étions fait trop de promesses, et je me sentais tenu. Avec au coeur un tel besoin d’élévation, tout devenait abime et chute. La promesse de l’aube Romain Gary


Bobe


Fullmoon


I put my magic boots, I ride my magic horse, I am so brave, I don’t fear anything, You call me «baby» , you say you want me, But honey it’s too late, Now I’m the queen of rodeo, You missed your chance, You’re no longer my heroe Soko, The Dandy Cowboys


Louis Vuitton


veille creative